Francaisdefrance's Blog

13/05/2010

Fatwa: Reddeker se cache toujours…

C’est volontairement que je n’ai pas publié la photo de Reddeker… Vous voyez pourquoi? Dément d’en arriver là… De toutes façons, son visage est diffusé dans toute la sphère islamique radicale ou pas. Avec une fatwa au dessus de la tête, on n’est jamais à l’abri d’un « sourire kabyle »…

FDF


Robert Redeker : « Je vis comme un semi-clandestin »

Le philosophe toulousain Robert Redeker publie un nouveau livre. Depuis quatre ans, ce chercheur vit caché et protégé à la suite de menaces islamistes. En 2006, le Toulousain Robert Redeker publie une tribune dans la presse où il critique l’islam. Menacé de mort, il vit depuis sous protection policière. Caché, il écrit des livres, dont le dernier, «Egobody», vient d’être publié chez Fayard.

Pour échapper aux menaces islamistes, vous avez dû déménager, et vous êtes caché. Comment vivez-vous cette situation?

Tous mes déplacements officiels se font sous protection. Je viens de me rendre à Paris pour la promotion de mon livre. Je suis protégé en permanence par la police.

Pendant mes vacances dans le Gard, l’été dernier, trois policiers m’ont accompagné dans tous mes déplacements privés.

Vous étiez enseignant au lycée de Saint-Orens. Vous avez dû interrompre votre carrière. Que faites-vous aujourd’hui?

J’ai été muté au CNRS, sans contact avec le public. Je ne peux pas faire courir de risque aux élèves. On le comprend. Au début, je l’ai très mal pris. Et puis je me suis habitué.

Votre vie a changé?

Complètement! Je travaille beaucoup chez moi. J’ai un bracelet électronique. S’il m’arrive quelque chose, cela se sait immédiatement…

Comme un prisonnier?

Mais je n’ai rien fait de mal! Un prisonnier, c’est quelqu’un qui est puni. Moi, je vis sous protection. Une semi-clandestinité inversée. Un clandestin se cache des autorités. Tandis que moi, je dois me protéger « d’une certaine partie de la population » avec l’aide des autorités.

Quatre ans, c’est long?

Oui… Je ne sais pas.

Regrettez-vous aujourd’hui d’avoir publié cette tribune critique vis-à-vis de l’islam?

Que je le regrettte, ou non, cela ne change rien.

En décembre 2009, le médecin jordanien qui avait proféré des menaces à votre encontre s’est suicidé. Le régime de la peur est-il terminé?

Cet homme avait prononcé contre moi une condamnation à mort sur un site internet proche d’al-qaïda. Il avait lancé un appel à tous les musulmans pour m’agresser. Ce kamikaze s’est fait sauter en tuant sept agents de la CIA. Est-ce la fin de ses menaces? Sur internet, cela laisse toujours des traces.

Votre situation risque de perdurer?

Le dessinateur danois qui avait fait les caricatures de Mahomet se croyait à l’abri et il a failli être assassiné en janvier. Il faut être prudent. J’ai fini par comprendre que ce genre de risque ne disparaît jamais complètement.

Recevez-vous encore des menaces?

Je préfère ne pas répondre à cette question.

Vous exprimez-vous encore sur l’islam? Peut-on vous demander ce que vous pensez du niqab ?

Je me suis exprimé sur la question, oui. Le niqab est fait pour empêcher que la femme cachée apparaisse en tant que personne. Le niqab, c’est le contraire d’un vêtement. Un vêtement doit vous permettre de vous distinguer, d’apparaître dans votre singularité. C’est le contraire de la nudité. Finalement, le niqab revient au même que la nudité : c’est une déshumanisation. Mais le lien entre la burqa et l’islam n’est pas évident; ce n’est pas un précepte à la base de cette religion.

Votre nouveau livre s’interroge sur le devenir de l’homme. L’homme nouveau est qui?

Je voulais poser la question centrale de la philosophie : qu’est-ce que l’homme au début du XXIe siècle? Très concrètement, en évoquant les crèmes anti-âge, la téléréalité, internet… J’ai montré que l’être humain contemporain abandonne deux des trois dimensions de l’existence : l’âme et le moi. Il les confond avec son corps. Ce corps, ce body, que l’on peut régénérer, réparer, a un horizon d’immortalité. J’ai appelé cet homme nouveau Egobody.

Ecrire, c’est rester libre?

Source: vous ne croyez quand-même pas que je vais la divulguer, non? Il y a la photo à Reddeker…

FDF

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :