Francaisdefrance's Blog

08/05/2010

Le « mur des expulsés » situé à Billère, près de Pau, a été entièrement recouvert de peinture…

Je ne savais même pas que ça existait, ce genre de dhimmitude et de préférence non-nationale provocatrice…

Voilà, un acte citoyen! Un vrai!!!

FDF

Le mur des « stigmatisés »… (avant).

Devenu le mur « citoyen » de l’identité nationale (après).


8 mai 2010

Ce matin, le Mur des expulsés situé à Billère, près de Pau, a été entièrement recouvert de peinture. A l’eau. Une opération effectuée par des militants identitaires du Béarn, qui trouvaient que la décision du tribunal administratif ordonnant la disparition de la fresque tardait un peu trop à être exécutée…

Le 12 janvier dernier, le tribunal administratif de Pau, saisi par le préfet des Pyrénées-Atlantiques, avait en effet annulé la décision de Jean-Yves Lalanne, le maire socialiste de la commune, de faire peindre, sur un bâtiment public, cette immense fresque en l’honneur des immigrés clandestins expulsés de France. La décision du maire étant illégale, la fresque l’était aussi et devait donc être supprimée. Ce qui tardait… D’où la décision de ces identitaires du Béarn d’« aider à faire applliquer la loi.  Et d’où la phrase : « C’est fait, M. le préfet ! »

suite


Source: http://www.fdesouche.com/articles/113703

« Religion » de tolérance: Elton John pas le bienvenu au Maroc…

Le PJD (parti islamique justice et développement), parti d’opposition, a appelé à interdire la présence du chanteur Elton John à un festival auquel celui-ci devait participer.  Raison invoquée: « cela risque d’encourager l’homosexualité au Maroc ». Comme s’ils avaient besoin de ça pour pratiquer l’homosexualité…

« Le problème n’est pas au niveau de l’artiste lui-même, mais par rapport à l’image qu’il véhicule auprès de la société », qu’ils racontent, les muzz marocains.

A savoir qu’au Maroc, la liste des partis est aussi impressionnante que farfelue…

FDF

Voir:

C »est de la discrimination pure et dure. Celle même que les marocains utilisent sans compter en France et ailleurs… Faites comme je dis…

A poil sous le croissant… turc !

Croissants de lune turcs…

Mais qu’est-ce qu’ils ne feraient pas, les turcs, pour mettre un pied dans l’Europe… Jusqu’à créer chez eux des villégiatures de naturistes, (avec la bénédiction du « prophète »)!!!Ca me plairait, tiens; quoique, un coup de cimeterre est vite arrivé… Et le statut d’eunuque , ç’est pas mon turc, pardon, mon truc…

FDF

Nu en terre d’islam !

La Turquie s’ouvre aux nudistes

-

Nu en Turquie – un spectacle plutôt rare.

-


Un hôtel simple, mais un concept audacieux.

-

Ne soyez pas trop perturbé si vous lisez, sur le site Internet de l’hôtel turc Gölmar Adaburnu, des formulations comme celles-ci: «Heure (CET) avec l’aimable autaurisation de schulferien.org». L’heure indiquée est correcte, mais l’orthographe un peu moins. C’est qu’il s’agit moins ici de considérations horaires que de guerre de culture et le Gölmar Adaburnu trace bien la ligne de démarcation.

L’hôtel se trouve sur la côte égéenne, près de Datca, sur la presqu’île de Karimadasi. Bodrum est au nord, Rhodes au sud. La région n’est pas aussi charmante que la Riviera turque plus au sud-est, les plages sont plutôt laissées à l’abandon. L’établissement lui-même, avec ses 63 chambres réparties sur deux bâtiments, ne mériterait pas vraiment d’être signalé. Et pourtant sa réputation a fait le tour du monde du jour au lendemain. Car il s’agit du premier hôtel FKK (naturiste) de Turquie.

Quand on est naturiste, on aime bien se déshabiller, on aime bien faire du vélo ou escalader les montagnes dans le plus simple appareil ¬- c’est-à-dire complètement nu. Les naturistes considèrent que c’est leur droit le plus naturel. D’ailleurs, ce droit, ils peuvent l’exercer presque partout sur la planète: se promener toute la journée libre de toute entrave vestimentaire, faire ses courses ainsi, sortir, manger, boire ou faire tout ce que l’on fait d’ordinaire en vacances. Partout, sauf dans les pays musulmans.

Jusqu’à présent. Mais l’esprit libertaire de l’Occident doit en fin de compte être diffusé partout, que l’on soit pour ou contre les minarets en Suisse ou l’introduction du test de nationalité. Les promeneurs nus, eh bien, ont la tâche de montrer une bonne fois pour toute aux Musulmans à quel point l’Ouest est libéral.

Mais pas tout à fait quand même. A Gölmar Adaburnu, les femmes peuvent déambuler topless et se baigner ainsi sur la plage de l’hôtel. Jusque là rien à redire. Mais, à l’heure du dîner, il faut s’accommoder d’un peu de décence car le restaurant de l’hôtel est ouvert aux gens de l’extérieur. L’établissement dispose cependant d’une baie cachée que l’on peut rejoindre en bus ou en bateau et où l’on peut être aussi nu qu’on le souhaite. Et aussi longtemps qu’on le veut.

De telles baies retirées où les amateurs de soleil se baignent nus à l’abri des regards existent partout dans le monde. La différence, c’est qu’ici, maintenant, on ne sera plus verbalisé. La police de Datca est donc la première perdante dans la guerre culturelle entre l’Orient et l’Occident. Attendons de voir la suite…


Lu sur: http://tinyurl.com/38m8oa5

Nouvelles fraîches de la racaille: pas joli joli…

Dans certains quartiers sensibles d’Ile-de-France, La Poste ne livre plus de colis. Trop dangereux pour les facteurs, estime la société Coliposte.

A Evry (Essonne) par exemple, cela fait près de trois ans que les livreurs de la Poste ne s’aventurent plus dans les cités des Pyramides. Avec ses 11.000 habitants, ce quartier populaire est pourtant l’un des plus importants de la ville. En 2007, la Poste a jugé le quartier trop dangereux, des facteurs avaient été molestés, des camionnettes de livraison entièrement vidées de leur contenu.

Depuis, plus question de monter dans les étages des immeubles, les facteurs distribuent le courrier uniquement dans les boîtes aux lettres situées au rez-de-chaussée. Les colis mais aussi les courriers recommandés sont déposés dans un local du quartier, un point multiservices géré par une association qui se substitue à l’entreprise de service public, en échange d’une subvention (11.000 euros l’an dernier, 15.000 cette année).

(…) Pour justifier ces arrêts de livraison, Coliposte met en avant la nécessité de protéger son personnel. L’entreprise affirme par ailleurs stopper son activité dans certains quartiers sur les conseils des services de l’Etat ou de la police.

31 Véhicules ont été fracturés et les objets se trouvant à l’intérieur volés hier soir pendant le concert de MIKA à Nice à côte du palais Nikaïa.


Lynchage anti-Français à Charleville-Mézières : Pas de décédé des suites de ses blessures selon la police !

26 avril 2010

Suite aux agressions gratuites de jeunes gens, dont des jeunes filles, par plusieurs centaines de racailles à Charleville-Mézières (Ardennes) samedi après-midi, nous apprenons, selon une source proche de l’enquête, que le décès d’une certain Ludovic Borgnet serait un hoax en provenance de la mouvance identitaire. Selon Facebook, qui a véhiculé cette information sur le thème du « racisme anti-Blanc », un jeune Français de 18 ans, aurait été victime de la haine antinationale. Une jeune fille serait encore dans le coma. Une information formellement démentie par les autorités, dont le commissaire Bernard Legrand, Directeur départemental de la sécurité publique du département des Ardennes. Toujours selon ce représentant de la sécurité publique, le réseau Facebook serait utilisé depuis ce week-end pour mettre de l’huile sur le feu suite à l’agression en règle dont ont été victimes une soixantaine de jeunes gens face à plusieurs centaines de racailles.

Plusieurs sources issues d’éléments déclarant appartenir à la mouvance identitaire des Ardennes (mais pas forcément rattachés directement au Bloc identitaire) nous ont dans un premier temps assurés ce qui suit : De brefs mais extrêmement violents affrontements avaient opposé ce samedi après-midi, vers 17 heures, quelques dizaines de jeunes Français, brandissant un drapeau bleu-blanc-rouge, à plusieurs centaines de racailles venues, semble-t-il, des quartiers périphériques de Charleville-Mézières, bien connus pour leur criminalité exponentielle, pour chasser du petit Blanc. Il s’en serait suivi une course poursuite dans les rues de la ville.


Pour les vidéos, c’est ici: http://tinyurl.com/27sn9du

Source : http://www.nationspresse.info/

« Hors la loi »: les mensonges de Rachid Bouchareb…

A force de tirer sur la ficelle, vouloir se faire du fric sur le dos des français et pratiquer le racisme anti-blancs, il faut s’attendre au retour de bâton…

FDF


Le rapport de l’armée qui accable le film de Rachid Bouchareb

Le rapport de l'armée qui accable le film de Rachid Bouchareb

T’es pas encore « primé, mon pote !

« Invraisemblances », « erreurs », « anachronismes »… Le service historique du secrétariat d’État à la Défense qui a analysé le scénario du film Hors la loi de Rachid Bouchareb n’est pas tendre avec l’auteur-réalisateur et son coauteur, Olivier Lorelle. Le sujet du film – les massacres de Sétif du 8 mai 1945 en Algérie, déclencheurs de l’insurrection indépendantiste – est d’autant plus sensible que Rachid Bouchareb a déclaré vouloir « rétablir la vérité historique ». Or, l’armée française ne sort pas grandie du film qui provoque, avant même sa présentation à Cannes, une vive controverse .

Le point.fr a pu se procurer le rapport du général de division Gilles Robert, chef du service historique de la Défense, en date du 9 septembre. Selon ce texte, le film comporterait des « erreurs » et des anachronismes » (…) si nombreux et si grossiers qu’ils peuvent être relevés par tout historien, ayant un tant soit peu étudié la guerre d’Algérie ». Le général note encore que « les nombreuses invraisemblances présentes dans le scénario montrent que la rédaction de ce dernier n’a pas été précédée par une étude historique sérieuse. Cette approximation historique rend ce film de fiction peu crédible. »

Confusions de dates…

En annexe, le service historique de la Défense liste les erreurs dans le détail. Dans un premier point, il note que « le réalisateur veut faire croire au spectateur que le 8 mai 1945 à Sétif, des musulmans ont été massacrés aveuglément par des Européens ; or, ce jour-là, c’est le contraire qui s’est produit.(…) Si l’auteur souhaite évoquer le massacre de musulmans par des Européens à Sétif, il devrait situer sa scène au minimum le 9 mai, car c’est en réaction au massacre d’Européens du 8, que les Européens ont agi contre des musulmans ». C’est bien entendu l’essentiel de la controverse.

Parmi les anachronismes, les historiens militaires relèvent qu’à la page 10 du scénario, Rachid Bouchareb fait crier à des musulmans, au lendemain des massacres de Sétif : « Vive le FLN ! » Le hic : le FLN n’est créé qu’en 1954. En 1945, c’est le Parti du peuple algérien (PPA) de Messali Hadj qui soutient la contestation face au pouvoir colonial… Page 20, autre erreur selon l’armée : Rachid Bouchareb confond deux partis, le MNA et l’UDMA, le premier prônant la lutte armée et non l’accès au pouvoir par les votes. De même que de Gaulle apparaît dans une scène située en 1954 alors qu’il ne revient au pouvoir qu’en 1958… Par ailleurs, la guerre d’Indochine est qualifiée improprement de « Vietnam ».

Les historiens concluent au caractère « irréaliste » des personnages.

En fait, le film se déroule essentiellement en France et met en scène la confrontation entre un indépendantiste algérien et un colonel du SDECE (contre-espionnage). Sauf que le SDECE est uniquement compétent hors de la France. Dans l’Hexagone, c’est la DST qui est seule habilitée à mener des opérations, relève l’armée. Les quelques écarts à cette règle ont consisté à « éliminer une personne », admet l’armée mais « jamais un porteur de valise ». De même que la seule action qu’ait menée le SDECE sur le territoire national concerne la mise en place d’une troisième force (le front algérien d’action démocratique) de juillet à octobre 1960.

Les historiens militaires prennent enfin un soin infini à décortiquer les costumes des soldats français et concluent au caractère « irréaliste » des personnages. De même qu’une scène de parachutisme dans laquelle un personnage nord-africain apparaît n’a pas pu exister. Les unités parachutistes n’étaient pas ouverte aux soldats issus des colonies. Enfin, l’armement des gendarmes est également contesté.

Autant d’éléments sur lesquels s’appuie le député UMP des Alpes-Maritimes Lionnel Lucas pour dénoncer une « vision hémiplégique » de l’histoire et regretter le soutien financier du film par le Centre national de la cinématographie. Mais au final, la polémique profitera sans doute à la sortie en salle du film prévue le 22 septembre prochain…

Source: http://tinyurl.com/338ud3k

Grande mosquée de Paris se nommera « Al-Fath » (conquête, en français)…

Et bien voilà. La conquête de Paris est effective. Avec la bénédiction de Delanoé et notre argent… Lamentable.

FDF

La grande mosquée publique de Paris est actée

Mosquée Al-Fath actuelle : Al-Fath signifie « la conquête » en français…bien engagée grâce à Bertrand Delanoë

Le Parisien revient aujourd’hui sur l’Institut des cultures d’islam voulu et financé par la mairie de Paris, dont l’ouverture est imminente :

« Celui-ci comprendra, outre un gigantesque pôle culturel, deux salles de prière de 1000 m2 chacune, soit au total 4500 m2, répartis en deux bâtiments habillés de métal, au 55, rue Polonceau et 56, rue Stephenson. Le bâtiment devrait être sorti de terre à l’horizon 2012. Avec 22 M€ engagés par la Ville pour l’espace culturel (le pôle cultuel étant financé par des fonds privés), l’ICI, qui promet de rayonner bien au-delà de la Goutte-d’Or, fait déjà figure de mosquée des temps modernes. Et restera à n’en pas douter l’une des réalisations les plus ambitieuses de Bertrand Delanoë.
A la tête de l’association chargée de gérer le futur institut, le maire de Paris vient de nommer Hakim El Karoui (lire ci-dessous), intellectuel franco-tunisien, chantre de la diversité, et mardi le Conseil de Paris devra se prononcer sur l’adhésion de la Ville à l’association, et lui attribuer une première subvention de fonctionnement de 696000 €. »
source

Lire nos précédents articles

Institut des cultures d’Islam : le stratagème de Delanoë pour contourner la loi de 1905

Soirée Soufie à l’Institut des cultures d’Islam fondé par Bertrand Delanoë

vu sur http://www.islamisation.fr/archive/2010/05/08/la-grande-mosquee-publique-de-paris-est-actee.html

Le héros du jour est…

…le maire de Marignane: Éric Le Dissès !

Plus de perturbations lors de la prière rue Myrrha? Ben oui, « ils » ont obtenu ce qu’ils voulaient…

Terres d’islam et de conquête

La « force », si l’on peut dire, des musulmans intégristes: ténacité, harcèlement, stigmatisation, semer la discorde, provocation, etc…  ça marche bien; preuve en est cette affaire de la rue Myrrha à Paris. Ils ont eu gain de cause grâce à ce savant mélange et l’appui de nos dirigeants…  Et on passe ENCORE pour des cons! Je nomme ça de la soumission et de la dhimmitude. « Nous » avons mis un genou à terre devant les musulmans. On va bientôt leur donner nos têtes à trancher…

FDF


« Véritable mosquée des temps modernes plantée au cœur de la Goutte-d’Or, le futur institut des cultures d’islam permettra aux musulmans de ne plus prier dans la rue.

08.05.2010
Il y a bien longtemps que les mosquées Ibn Walid de la rue Myrrha (XVIIIe) et sa voisine de la rue Polonceau, El Fath, ne peuvent plus contenir le flot de leurs fidèles. Alors, chaque vendredi, jour de prière, ils sont des centaines à étendre leur tapis face à La Mecque dans le quartier de la Goutte-d’Or, qui résonne du prêche de l’imam diffusé par haut-parleurs.


Pointées depuis une décennie, les conditions indignes de prière et les difficultés d’accès au quartier pour les riverains devraient changer avec l’avancée décisive du projet de création de l’Institut des cultures d’islam (ICI).
Celui-ci comprendra, outre un gigantesque pôle culturel, deux salles de prière de 1000 m2 chacune, soit au totalfinancé par des fonds privés), l’ICI, qui promet de rayonner bien au-delà de la Goutte-d’Or, fait déjà figure de mosquée des temps modernes. Et restera à n’en pas douter l’une des réalisations les plus ambitieuses de Bertrand Delanoë.
A la tête de l’association chargée de gérer le futur institut, le maire de Paris vient de nommer Hakim El Karoui (lire ci-dessous), intellectuel franco-tunisien, chantre de la diversité, et mardi le Conseil de Paris devra se prononcer sur l’adhésion de la Ville à l’association, et lui attribuer une première subvention de fonctionnement de 696000 €.
« Mais lorsque ces lieux ouvriront, martèle Daniel Vaillant, le maire (PS) du XVIIIe arrondissement, plus personne ne priera dans les rues. Il y a en France la liberté de pratiquer sa religion, et de la pratiquer dans la dignité. Sur ce point, conclut-il, nous serons exemplaires… Construire une mosquée, c’est tout de même mieux que de laisser l’islam des caves s’organiser avec les barbus. »
Au prix d’un montage juridique et financier complexe, dicté par la loi de 1905 qui interdit aux collectivités locales de financer les lieux de culte, la Ville de Paris cédera pour 6 M€ la partie des locaux dévolus au culte à des associations musulmanes qui s’occuperont de gérer les lieux de prière.
L’institut pourra ensuite relever le double défi qu’attend la Goutte-d’Or : prendre en charge les fidèles aujourd’hui cantonnés aux trottoirs, et ouvrir le public aux cultures musulmanes. Les bâtiments, réalisés par l’architecte Yves Lion, proposeront des expositions, colloques scientifiques, cours de danse, de langue, cycles de cinéma, pièces de théâtre et concerts. Mais aussi un spa et un salon de thé.
Les lieux ouverts au public seront totalement séparés des salles dévolues à la pratique du culte musulman. 4500 m2, répartis en deux bâtiments habillés de métal, au 55, rue Polonceau et 56, rue Stephenson. Le bâtiment devrait être sorti de terre à l’horizon 2012. Avec 22 M€ engagés par la Ville pour l’espace culturel. »

Réactions:


lesuisse le 08/05/2010 à 09h15
Lamentable
La France croule sous les déficits, il n’y a plus d’argent pour les choses essentielles, mais on trouve 22 millions d’Euros pour des bondieuseries,… Lire
02 Roger Heurtebise le 08/05/2010 à 09h04
Précision
L’article oublie d’apporter les précisions suivantes : 1. Les 6 M€ s’ajoutent au 22 M€, ce qui fait un total de 28 M€. 2. Les 6 M€ sont avancés… Lire

Source: Le Parisien

Non, Tintin ne peut être raciste; il est noir!



8 mai 2010
Toute la presse relève l’action en justice pour « racisme et xénophobie » menée par Bienvenu Mbutu Mondondo un étudiant congolais de 38 ans contre la bande dessinée d’Hergé Tintin au Congo .
Sans revenir sur l’action en justice déjà relatée par les medias, analysons le but de son auteur ainsi que le sempiternel rappel de culpabilité du blanc à l’égard du noir.
Bienvenu Mbutu Mondondo est un étudiant en sciences politiques de 38 ans. C’est-à-dire la ou un étudiant au cursus normal serait diplômé depuis plus de 10 ans et aurait déjà entamé une partie de sa carrière professionnelle Bienvenu en est encore au stade des études. Avec une retraire à 60 ou 65 ans difficile pour lui d’atteindre le plafond de ses cotisations retraite.
Comment faire comprendre à ce génie qu’il va être délicat d’obtenir des excuses de la part d’un mort ou tout simplement d’obtenir gain de cause, que les occidentaux d’aujourd’hui commencent à en avoir plus que ras le bol de se faire accuser de racisme ou des erreurs si erreurs il doit y avoir commises par leurs grands parents au siècle dernier ?
Tout le monde à beau lui réitérer que cet album historique, daté de 1930-1931 période coloniale a été écrit dans le contexte de l’époque, qu’en presque 80 ans les mentalités ont évoluées, que les pays colonisateurs admettent sans problème certains méfaits de la colonisation, que depuis leurs indépendances se sont des milliards d’aide à ces pays qui ont été attribués par les anciens colonisateurs, rien n’y fait Bienvenu Mbutu Mondondo, veut obtenir de la société Moulinsart, qui gère les droits de l’oeuvre d’Hergé, l’interdiction de l’album, qui se vend toujours à des dizaines de milliers d’exemplaires chaque année.
Par son action Bienvenu Mbutu Mondondo ne risque t’il pas au contraire de donner raison à Hergé qui prenait à tort les noirs pour de sombres crétins dans son album ?
En clair nous l’aurons tous compris derrière des histoires de culpabilités héréditaires, la finalité reste une histoire de gros sous, car au cas ou la société Moulinsart accepterait de transiger Bienvenu Mbutu Mondondo refuserait il la manne des méchants blancs ?
Le must de l’applatissement et du cirage de pompes reste quand même la chaîne américaine Borders qui a retiré Tintin au Congo de ses rayons de littérature pour enfants dans tous ses magasins aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne en raison d’accusations de racisme. La chaîne Borders a déclaré dans un communiqué qu’elle respectait la liberté de choix des lecteurs, mais qu’elle souhaitait également agir de manière responsable et avec respect envers toutes les communautés.
Est-ce que Borders retirera également tous les ouvrages sur la naissance et la construction des états unis pour agir de manière responsable envers ses communautés, car si on y regarde de plus près sur quoi s’est construit cette grande nation: Un génocide et l’esclavagisme. Mais cela à probablement du échapper à Borders.
Borders devrait vite retirer de la vente les bandes déssinées qui content les exploits du 7 ème de cavalerie, responsable du massacre de Wounded Knee au Dakota du Sud le 29 décembre 1890 avant qu’un descendant Sioux n’ait la mauvaise idée de faire un procès à son auteur et sa société d’édition.
Source: http://www.mediaslibres.com/tribune/post/2007/08/09/281-tintin-est-raciste
Tintin au Congo

Sur le sujet:
http://mondomix.com/blogs/samarra.php/2009/11/28/tintin-au-congo-ou-la-mission-civilisatr

Pour en savoir plus, vous pouvez contacter maître NDJAKANYI Jean-Claude: http://www.eldavisa.com/contact.php
Source: sitavirus

La face cachée de Boubakeur… On lui dit de « condamner », il « condamne »…

Ce nest pas lui qui a écrit ça, le père Boubakeur… Mais cet appel à pleurer ensemble sur les milliers de musulmans (des millions, il aurait du dire, afin de monter la stigmatisation à son paroxysme…) qui sont tombés au combat pour sauver NOTRE FRANCE durant la dernière guerre mondiale (la troisième est en cours et c’est l’islam intégriste qui l’a déclarée…) est d’une sournoiserie à peine dissimulée. Sur fond de mosquée « profanée », ce faux appel à l’apaisement ne doit pas nous faire oublier l’invasion islamiste pernicieuse de notre patrie. Au fait, il veut combien, au titre de la repentance? Car le fric commence à manquer, pour la construction des mosquées, chez NOUS…

FDF


Profanation des stèles musulmanes à Tarascon : la Grande Mosquée de Paris appelle à « ne pas céder à la provocation »

« A la veille de la commémoration de la victoire du 8 mai 1945, pour laquelle des milliers de soldats musulmans se sont sacrifiés, nous condamnons avec force et émotion la profanation jeudi de sept stèles de soldats de confession musulmane, au carré militaire du cimetière de la ville de Tarascon, dans les Bouches-du-Rhône.

Une fois de plus, cette profanation outrageante reflète une inéluctable escalade d’actes islamophobes dans notre pays. La montée de ce sentiment xénophobe ne connaît plus de bornes, pas même celles du respect dû au sang versé par des soldats musulmans pour la défense et la liberté de la France et de l’Europe.

Appeler à la raison ceux qui nourrissent un tel sentiment xénophobe paraît illusoire, tant les actes lâches et odieux de cette profanation sont irrationnels.

C’est pourquoi, plus que jamais, nous insistons auprès de nos frères et sœurs en islam pour que, par leur vigilance et leur attitude, ils s’efforcent d’éviter de céder à la provocation devant la violence de tels actes visant le sacré, constituant une grave offense à la mémoire nationale. »

Docteur Dalil Boubakeur
Recteur de l’Institut musulman de la Grande Mosquée de Paris


Source: http://tinyurl.com/349zmcc


« Sarkozy avait misé sur le recteur de la Mosquée de Paris. Raté: les fondamentalistes ont raflé la mise »…

« Les Infiltrés » et le journalisme caniveau…


06 mai 2010

Mardi 27 avril dernier, France 2 programmait son émission fort con­troversée « Les Infiltrés ». Le sujet en était cette fois : « à l’extrême-droite du Père ».

Vous l’aurez deviné, l’objectif était de « révéler » un vaste complot néo-nazi, adossé sur les catholiques traditionalistes, complaisamment soutenus par Benoît XVI lui-même ancien des Jeunesses hitlériennes…
Naturellement, les choses n’étaient pas dites ainsi, simplement suggérées ; mais il est certain que c’est bien ainsi que le public aura compris le message.

Plus concrètement, le reportage portait sur un petit groupe bordelais intitulé Dies Iræ – qui, à ma connaissance, n’est pas un groupe catholique, mais un groupe de formation politique, même si bon nombre des membres sont catholiques. Et sur les liens supposés de ce groupe avec la paroisse traditionaliste Saint-éloi et l’école hors-contrat Saint-Projet, toutes deux également bordelaises.

Je ne connaissais pas Dies Iræ avant cette affaire, mais ce groupe semble déjà avoir été fortement caricaturé, à partir des propos de deux membres (ou, du moins, de deux membres supposés, puisqu’il semble qu’ils n’aient pas été revus par les cadres du mouvement depuis plusieurs mois…). Propos effectivement antisémites et parfaitement déplacés.

La caricature enfle encore quand on passe aux liens avec la mouvance catholique traditionaliste. La paroisse Saint-éloi se trouve engagée au motif qu’elle prêterait ses caves (forcément pour des « rats noirs » !) à Dies Iræ. Manque de chance, Saint-éloi doit être l’une des seules églises de France à ne pas disposer de cave !

Et l’école hors-contrat Saint-Projet est visée, au motif que bon nombre de membres de Dies Iræ auraient les enfants ou leurs frères et sœurs dans cette école. C’est après tout bien possible, mais je n’avais pas encore entendu dire que ce soit un crime de scolariser des enfants de néo-nazis, d’ailleurs plus supposés que réels. Ou bien la culpabilité s’étend-elle désormais à toute la parentèle ?

L’école est surtout visée au motif qu’elle serait une pépinière de petits antisémites. Et l’on voit effectivement quelques enfants supposés être des élèves de cette école tenir des propos scandaleux dans ce domaine.

Le problème, selon certains parents d’élèves, c’est que ces propos auraient été sollicités par le « journaliste ». Ces parents ont d’ailleurs saisi le procureur. Une telle incitation au comportement délictuel, qui pis est sur mineurs et en milieu scolaire, est punissable de 7 ans de prison et de 150 000 euros d’amende…

Daniel Hamiche, porte-parole du réseau Riposte catholique, invité au débat, qui a vu le reportage dans sa première version et qui a ainsi pu révéler l’affaire et lancer une impressionnante mobilisation sur internet (plusieurs dizaines de milliers de messages électroniques sont partis à destination de France 2 et de ses diverses tutelles), certifie avoir vu d’autres dérapages antisémites que ceux qui ont finalement été présentés lors de la diffusion. On peut se demander si ces dérapages n’étaient pas trop ouvertement sollicités pour ne pas être constitutifs du délit…

En tout cas, la déontologie de cette émission pose de sérieux problèmes. On l’avait déjà vu avec l’émission sur les pédophiles où les infiltrés avaient en fait joué aux policiers. De façon générale, un journaliste ne peut, selon la charte de la profession, obtenir des informations en dissimulant son métier. Par conséquent, les reportages en caméra cachée sont a priori suspects (sauf reportage à l’intérieur d’une prison nord-coréenne, dans l’intimité d’un trafiquant de drogue ou dans un camp d’entraînement de Tchétchènes radicaux…).

On peut d’ailleurs se demander si, en l’occurrence, il s’agit véritablement de journalistes. L’infiltré principal, ap­pe­lé Matthieu Maye, a été pendant plusieurs années membre du Front national de la jeunesse à Bordeaux, ont révélé nos confrères de « Minute ». L’agence CAPA, dirigée par un ex (?) trotskiste (une garantie d’objectivité dans le microcosme politico-médiatique !), et productrice de cette émission, a répondu que le sieur Maye avait déjà été infiltré au FNJ. Sauf que le FNJ de Bordeaux ne compte pas 20 personnes, que rien n’a jamais filtré sur cette cellule, alors que le bonhomme est censé y avoir été infiltré pendant 5 ans. Quel média a les moyens de mettre un reporter à plein temps pendant 5 ans sur une affaire, dont il ne sort rien ?

« Les Infiltrés » se présentent comme des héros de l’information. Ils ne sont hélas ! que les révélateurs d’une presse incapable d’informer ou d’assumer ses opinions et devenue simple auxiliaire de la propagande du « politiquement correct »…

Source: Guillaume de Thieulloy

Grigny: 80 cambriolages à l’actif d’une « bande de d’jeunes » !

Bien organisés, les « d’jeunes ». Mineurs en plus. Le sentiment d’impunité leur a été inculqué par les « grands »… On parie?

FDF

Quatorze jeunes qui sévissaient à Grigny 2 ont été interpellés par les forces de police lundi. Suspectés d’avoir commis près de 80 cambriolages, ils agissaient en véritable bande organisée.

07.05.2010
Leur nom de code : les JRG. Comprendre : les jeunes (renoi: noir, en verlan) de Grigny. Leur signe distinctif : une bande de jeunes mineurs, tous originaires de Grigny 2, qui se racontaient à travers un blog sur Internet. Sauf que certains ne faisaient pas que pianoter sur leurs ordinateurs. Ils préféraient cambrioler les appartements de la deuxième plus grande copropriété de France.


Après des mois d’enquête, les policiers du commissariat de Juvisy ont effectué un gros coup de filet. Lundi, quatorze personnes ont été interpellées. Huit d’entre elles seront déférées ce matin devant le parquet d’Evry : six mineurs pour cambriolage présumé et deux majeurs pour recel de vol. La particularité de l’affaire : la notion de bande organisée, qui relève du fait criminel, a pu être démontrée par les enquêteurs.
Pour comprendre l’histoire, il faut remonter à novembre et à décembre. Pendant ces mois d’hiver, les policiers enregistrent pléthore de plaintes pour cambriolage. En tout, 80 appartements auraient été pillés de ces dates à début mai. Ils décident alors de mettre en place une cellule anticambriolage, dont quatre policiers s’occupent à temps plein en toute discrétion.
Ils peuvent alors constater que, dans la majorité des cas, le mode opératoire est identique. Exit les pieds-de-biche et pinces-monseigneur, les gentlemen cambrioleurs ne se servent que de leurs jambes. Ou plutôt de la pression de leurs jambes. Appuyés contre un mur, ils pressent fortement à la base de la porte pour la faire craquer au centre : « Avec l’étroitesse des couloirs et la proximité entre le mur et la porte, la pression exercée peut être de 200 kg. S’ils s’y mettaient à deux, ils pouvaient largement faire céder la porte », rapporte-t-on au commissariat. Une fois à l’intérieur, aucun écran plat, DVD ou ordinateur n’était épargné. Mais si quelques objets dérobés étaient stockés dans les souterrains de la résidence, la plupart étaient directement revendus. Ainsi, une console de jeux volée au 4e étage d’un immeuble pouvait être tout de suite revendue à un client du 6e étage


Suite et source: http://tinyurl.com/29mvqd9