Francaisdefrance's Blog

25/03/2010

Immigration : ce qu’elle coûte, ce qu’elle rapporte. On a vite compris…

Les « bienfaits de l’immigration »… Faut déjà chercher loin. Il est vrai qu’en France, on fait tout pour les attirer, et comme des mouches, « ils » arrivent… Durant ce temps, des Français de souche crèvent de faim et dorment dans la rue. Ecoeurant!

FDF

Deux chercheurs rompent le silence.

25/03/2010

La rareté des données chiffrées rend difficile une évaluation des politiques migratoires. Michèle Tribalat et Jean-Paul Gourévitch tentent de combler cette lacune.

La question de l’immigration serait-elle devenue trop sensible en France pour être sérieusement débattue ? C’est la question que pose Michèle Tribalat, directrice de recherche à l’Institut national d’études démographiques, dans son nouveau livre, les Yeux grands fermés, sous-titré l’Immigration en France (Denoël). Déplorant la faiblesse de l’appareil de mesure des phénomènes migratoires, elle y discute des thèses réputées jusque-là… indiscutables : « En dehors de l’Hexagone, les débats scientifiques sont vifs, aux États-Unis notamment, où les études réalisées sur l’impact économique de l’immigration ne confortent pas le postulat français d’une contribution essentielle », écrit-elle.

C’est aussi parce que les chiffres sur ce sujet sont peu nombreux et souvent imprécis que Jean-Paul Gourévitch a consacré une étude au coût de la politique migratoire de la France, publiée par l’association Contribuables associés. Spécialiste de l’Afrique et des migrations, Jean-Paul Gourévitch a déjà écrit de nombreux ouvrages, dont les Africains de France et les Migrations en Europe (éditions Acropole). Il a reçu récemment le prix de l’essai historique Pierre Gaxotte pour le Rêve méditerranéen, d’Ulysse à Nicolas Sarkozy (L’OEuvre). Son ambition: clarifier les chiffres qui pourraient ensuite éclairer les décisions publiques et nourrir le débat sur la politique d’immigration, qu’on la pense inéluctable ou qu’on cherche à maîtriser les flux migratoires.

1. Les chiffres
Selon l’Insee, un immigré est « une personne résidant en France, née étrangère dans un pays étranger ». Cette définition est à différencier de celle de l’étranger, « personne résidant en France et n’ayant pas la nationalité française ». Tous les immigrés ne sont donc pas des étrangers, certains ayant acquis la nationalité française. Jean-Paul Gourévitch a cherché à dénombrer la totalité de la communauté d’origine étrangère,en incluant les enfants d’immigrés nés en France, non comptés dans les statistiques officielles, et les étrangers en situation irrégulière.

Il estime cette population à 7,7 millions de résidents en 2009, soit 12,25 % de la population métropolitaine. Les trois quarts sont issus du continent africain: 3,4 millions du Maghreb et 2,4 millions de l’Afrique subsaharienne. Les autres immigrés viennent essentiellement de l’Union européenne (entre 700000 et 1,1 million), de la Turquie et des Balkans (entre 300000 et 500 000), de l’Asie (entre 300000et 600000). Jean-Paul Gourévitch se fonde sur diverses études pour conclure qu’il y aurait entre 350000 et 750000 immigrés en situation irrégulière en France, soit une moyenne « relativement stable depuis deux ans » de 550000.

En un an, 215000 immigrés arrivent légalement sur le territoire, et 90 000 en sortent. Le solde de l’immigration régulière est donc de 125000 personnes par an. Quant aux demandes de naturalisation, environ 150000 seraient satisfaites tous les ans.

2. Les raisons de l’immigration
Pourquoi ces étrangers choisissentils de venir en France plutôt qu’ailleurs ? Au XXe siècle, on distinguait trois catégories d’immigrés : les demandeurs de travail, les demandeurs d’asile et les femmes et les enfants entrant au titre du regroupement familial. Mais les motivations se sont diversifiées. Outre l’attrait pour la France, « carrefour d’échanges intellectuels dans tous les domaines de l’art », Jean-Paul Gourévitch en recense plusieurs :
– l’excellence du système de santé français;
– la poursuite des études,motivée par la variété du système d’enseignement, et l’offre de bourses aux étrangers;
– les prestations sociales et la politique de rapprochement familial;
– l’acquisition de la nationalité française par mariage avec un résident français et pour les enfants nés en France;
– la demande d’asile;
– la faiblesse du taux de reconduites à la frontière (30 % de ces reconduites sont exécutées);
– l’aide au retour volontaire : prise en charge du voyage, versement de 3500 euros pour un couple, 2000 pour un adulte seul, 1000 euros par enfant mineur jusqu’au troisième enfant et 500 euros pour chacun des enfants suivants. 7000 euros sont également proposés aux ressortissants ayant un projet d’entreprise.

3. Mariages et démographie
Le mariage d’un immigré avec un résident français semble un bon moyen pour l’immigré d’acquérir la nationalité française et pour la France d’intégrer efficacement ledit immigré dans la population française. Cependant, selon Michèle Tribalat, qui cite une enquête de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees), 63 % des personnes entrées en France en tant que conjoint d’un résident français rejoignent une personne d’origine étrangère. Peut-on vraiment parler, dans ce cas, de “mariage mixte” ? Une proportion importante de ces mariages sont à l’origine de flux d’immigration de conjoints de Français: « 46% des mariages “mixtes” enregistrés à l’état civil en France, et 56% de ceux célébrés à l’étranger ont suscité ou régularisé une immigration en France en 2006 », précise la démographe.

Selon Jean-Paul Gourévitch, les familles d’immigrés comportent 3,2 personnes en moyenne, au lieu de 2,4 pour l’ensemble de la France. D’après l’Insee, le taux de fécondité des femmes étrangères en 2003 était en moyenne de 3 enfants, contre une moyenne de 2 pour la population globale. En 2006, 17 % des naissances étaient dues à la population immigrée.

4. Le coût de l’immigration
La politique de l’immigration française a un coût,qu’il n’est pas facile d’estimer. Jean-Paul Gourévitch reconnaît honnêtement les limites de son étude, en l’absence de certaines données précises : « Plusieurs postes de dépenses sont facilement identifiables et chiffrés en fonction des statistiques existantes ou d’informations disponibles après de brèves recherches. D’autres ont été reconstitués avec une probabilité sérieuse. Pour certains, en revanche, faute de documents, nous avons été obligés d’établir des moyennes, des ratios, voire des fourchettes. » Son étude « n’a pour ambition que de donner un ordre de grandeur relativement performant et de tracer les voies qu’il conviendrait d’explorer », précise-t-il.

Le coût de l’immigration résulte de la différence entre les recettes et les dépenses.

Côté recettes, Jean-Paul Gourévitch compte les cotisations sociales et les recettes fiscales pour l’État et pour les collectivités locales: 48,99 milliards.

Côté dépenses, il distingue les “coûts sociaux”, correspondant aux prestations sociales versées, les “coûts sociétaux et fiscaux” (lutte contre l’économie informelle et la fraude), les “coûts sécuritaires” (maintien de l’ordre, protection des biens et des personnes et contrôle des frontières) et les “coûts éducatifs”, liés à l’accueil des étudiants étrangers. Le total s’élève, selon lui, à 79,4 milliards d’euros par an. Les dépenses de protection sociale représentent les trois quarts de cette somme: 58,64 milliards. Les recettes n’équilibrant pas les dépenses, la politique d’immigration enregistre un déficit annuel de 30,4 milliards d’euros.

À ce chiffre, Jean-Paul Gourévitch ajoute « les investissements consentis par l’État pour freiner l’immigration en provenance des pays du Sud,améliorer l’accueil et la situation des migrants qui s’installent en France et construire une meilleure égalité des chances pour les enfants.Au total, près de 10 milliards d’euros que ne compensent ni la plus-value générée par le travail des immigrés pour la communauté nationale (5 milliards) ni les retombées économiques, faibles et quasi non chiffrables de l’expatriation ».

Fabrice Madouas & Marie de Pontalba

À lire
Le Coût de la politique migratoire de la France, de Jean-Paul Gourévitch, une monographie de Contribuables associés (www.contribuables.org), et les Yeux grands fermés, de Michèle Tribalat, Denoël, 240 pages, 19€.

Source: Valeurs actuelles

Sex-shop halal ?

N’importe quoi, mais pas étonnant… Le fric passe avant les « enseignements » du « saint coran ». Les muzz sont en train de tout mélanger et c’est ça aussi qui causera leur perte (à courte échéance, je crois)…

FDF


L’argent n’a pas de sexe…

Après les cosmétiques halal, le Quick halal, le champagne halal, le foie gras halal, et même les oeufs halal, voici le premier sex-shop halal. Eh non, ce n’est pas une blague, et c’est aux Pays-Bas que cela se passe. C’est un Néerlando-Marocain de 29 ans, Abdelaziz Aouragh, qui se lance dans l’aventure, en inaugurant la première boutique virtuelle (sur Internet) de produits sexuels. L’information, révélée le 20 mars par un quotidien néerlandais, suscite beaucoup d’interrogations.

« El Asira », tel a été baptisé le premier sex-shop « halal » en ligne. L’idée est venue d’un de ses partenaires d’affaires, Stefan Delsink, alors qu’il cherchait un projet de société lucratif. Au départ un peu hostile, Aouragh, musulman pratiquant, a fini par trouver l’idée ingénieuse.

De la vente de stimulateurs sensuels aux produits de soin, le manager affirme vouloir par ce moyen « changer l’image de l’islam » comme étant « hostile aux femmes ». « Or, l’image de la femme soumise, cloîtrée dans sa cuisine et vêtue d’une burqa n’est pas vraie. Notre boutique met la femme au centre des choses », a-t-il déclaré au quotidien néerlandais Handelsblad.


Fatwa bienvenue

C’est bien connu, en islam, la sexualité tient une place essentielle et spirituelle dans la vie d’un homme ou d’une femme, lorsqu’elle se retrouve dans le cadre du mariage. Mais concilier sex-shop et islam, est-ce possible ? « Oui », le rassure un imam saoudien, tant que les produits sont… halal.

Le manager est enchanté : « Il y a même une fatwa (avis religieux, ndlr) là dessus », a-t-il déclaré. « Les gens ont peur du Viagra, c’est un médicament. En islam, il y a des herbes qui aident. Huile de graines de pavot, miel pur… », explique-t-il.


Une clientèle difficile à aguicher

Côté consommateurs musulmans, le scepticisme est de rigueur. « Je ne vois pas où en est l’utilité », déclare, surpris, Redhouane, marié, la trentaine passée. « Si certains couples en ont besoin pour cause de problèmes physiologiques, ça peut se comprendre », concède-t-il.


Fatiha, elle, a peur de l’effet que cela pourrait produire chez les jeunes. « Pourquoi en arriver là ? », s’interroge-t-elle, « ce type de pratique risquerait gravement de devenir banal chez les jeunes couples », poursuit-elle, et, se remémorant un témoignage qu’elle avait entendu : « Il y a un risque d’addiction qui devient néfaste pour les relations, à la longue ». Après un temps de réflexion, Fatiha s’interroge sur le caractère « halal » du sex-shop.

Le manager tient à rassurer, il n’y aura ni image ni photo de femmes ou d’hommes sur son site. « Mais comment est-ce possible de monter une telle entreprise sans passer par des sites et catalogues un peu trop explicites… ? », ironise la jeune femme.


Une offre timide

Le label halal à tout-va permettrait-il ainsi de conquérir une clientèle plus large et de passer la douane en toute tranquillité ? Le pari n’est pas gagné d’avance, car, à moins de fatwas par dizaines, le marché pourrait vite se casser la figure. Sans compter que les grands acteurs de la vente par correspondance tels La Redoute ou les 3Suisses, en France par exemple, vendent déjà le minimum requis (lingerie fine et accessoires idoines) depuis la fin des années 1960 ! Des catalogues qui trônent dans les salons de nombre de « bonnes familles » depuis belle lurette…

Pour l’heure, El Asira n’a pas de quoi émoustiller outre mesure : l’entreprise semble davantage proposer des produits « cosmétiques sans graisses animales » que des produits hardcore habituels. Sex-shop « halal » : attrape-nigaud ou nouvelle niche de marché ?

Source: saphirnews.com

Ah les cons!
FDF

Et vous verrez qu’ « ILS » n’ont toujours pas compris…

Ou plutôt qu’ ILS » font semblant de ne pas comprendre…Mais, patience; ça va finir par arriver…

FDF

Inscriptions racistes sur un « lieu de prière »

24/03/2010

Lundi matin les fidèles de la salle de prière « Masjid Attakwa » au quartier du Pont du Las, gérée par l’Association culturelle et cultuelle des jeunes musulmans du Var, ont découvert deux inscriptions à l’encre noire « La France sans mosquées » et « Islam hors de France« .

Mardi, c’est le proviseur du Lycée professionnel de garçons Georges Cisson au quartier Saint-Jean, qui découvrait deux messages sur les piliers de l’entrée: « Plus d’arabes dans les écoles françaises« , « Sale école d’arabes » ainsi qu’une croix gammée. La veille déjà, il avait dû faire effacer l’inscription « Le Pen vite« , tracée à l’encre noire sur un mur.

Le proviseur et l’imam ont chacun déposé plainte.

Ce n’est pas la première fois que la salle de prière est visée. En septembre 2006, un homme qui avait eu un différend avec des jeunes gens proches de la salle de prière avait tiré à deux reprises, sans faire de blessé, sur le rideau métallique du lieu saint. Les balles de calibre 12 avaient traversé le métal. Au moment des faits la salle de prière, inaugurée en 2003, était vide.

Source: lefigaro.fr

Cimetière vandalisé au Fousseret (Haute Garonne): pas de vagues, svp…

Si il s’était agit d’une mosquée, les médias se seraient précipités sur l’affaire; mais là, pas grand chose n’est ébruité. Et pourtant…

FDF

Le Fousseret. Vandalisme au cimetière; mais chut…

Une trentaine de vieilles tombes vandalisées par des mains anonymes, voilà le triste spectacle qu’a découvert un habitant du Fousseret venu faire une visite au cimetière. Aussitôt prévenu le maire, Alain Condis, a prévu de déposer plainte auprès de la gendarmerie. C’est la première fois qu’un tel évènement se produit dans la bastide commingeoise et tout le monde s’interroge sur l’identité des acteurs de ces faits délictueux et profanateurs…

Source: ladepeche.fr

Boumburger : Le halal, une exigence pour vous et pour nous…

Une exigence… Quelle bande de tarés! L’islamisation de notre France n’a plus de limites… Réveillons nous!

FDF

No comment…

GRANDE JOURNÉE NATIONALE DE L’AGRIF LE 11 AVRIL 2010.

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 13:13

À l’occasion de son 25° ANNIVERSAIRE


Le 11 avril 2010 à VILLEPREUX    (YVELINES)

Domaine de Grand’Maisons

GRANDE JOURNÉE NATIONALE DE  L’AGRIF

Pour notre identité française, chrétienne, humaine, répliquer avec l’AGRIF !

10 h : Accueil des participants ( entrée : 5 € – enfants moins de 12 ans : gratuit )

*

10 h 30 : Messe catholique traditionnelle

*

12 h : Allocution de Jeanne Smits, vice-présidente de l’AGRIF :

« Un même combat : face au nihilisme du pseudo anti-racisme, la défense de l’identité

française et chrétienne,

c’est aussi la défense de l’humanité. »

*

12 h 30 : Restauration gauloise et chrétienne : porc, vin et liberté !

Assiettes de bonne charcuterie basque et auvergnate : terrine de la mère zinzin,

certifiée non halal. (6 € l’assiette)

Fromages de Saint-Nectaire (du vrai !) et autres. ( 6 € l’assiette )

Superbes Bordeaux. ( 2 € le verre ) (15 € la bouteille)

*

13 h 30 : Ouverture des tables de dédicaces et des associations :

Salon du Livre Choisi : signature des ouvrages par les auteurs agréés.

Rencontre au stand central de l’AGRIF avec Anne Cognac, l’équipe militante

parisienne  et Bernard Antony.

*

15 h : Fréquentation des stands ou participation aux « tables rondes » :

– Table ronde « Jean-Baptiste Biaggi » sous la présidence de Cécile Montmirail avec Me Jérôme Triomphe ( Barreau de Paris ) et Me Pierre-Marie Bonneau. ( Barreau de

Toulouse )

–          Table ronde « Georges-Paul Wagner »  sous la présidence de Jeanne Smits avec Me Le Griel et Me François Wagner, Me Isabelle Sidos.

*

16 h :  Remise du Prix AGRIF 2010 à l’Invité d’honneur pour son œuvre de défense et d’illustration de l’identité française et chrétienne : Jean MADIRAN.

*

16 h 30 : Sous la présidence de Cécile Montmirail, discours de BERNARD ANTONY, président de l’AGRIF :

« Non à la domination de la charia et du halal !

Non à la tchéka de la Halde !

Non à l’Hallali de la France ! »

*

17 h : Poursuite des rencontres et signatures.

*

18 h : Récital solennel du Chœur Montjoie-Saint-Denis «  Chants de l’âme de la France » et verre de l’amitié. (1 € le verre)

*        *       *

STANDS :

(1° liste)

–     AGRIF

–          Adimad

–          Association Secours de France

–          Centre Charlier

–          Château Picque-Caillou (Pessac-Léognan)

–          Chœur Montjoie-Saint-Denis

–          Chrétienté-Solidarité

–          Civitas

–          Stand de Beketch

–          Daoudal Hebdo

–          Homme Nouveau

–          Le Choc du Mois

–          Livres d’occasion

–          Minute

–          Monde et Vie

–          Nuntiavit : Fraternité Saint Pierre,

–          Présent

–          Radio-Courtoisie

–          Renaissance catholique

–          Sos-tout-petits

–          Una Voce

–          Vérité pour la Vendée

–          Voix des français

SALON DU LIVRE CHOISI :

(1° liste)

–    Paul ABALLAIN

–    Hratchya BEDROSSIAN

–          Vincent BEURTHERET

–          Thierry BOUCLIER

–          Anne BRASSIÉ

–          Judith CABAUD

–          Louis CHAGNON

–          Jean-Luc CHERRIER

–          Jean-Marie CUNY

–          Pierre DESCAVES

–          Daniel HAMICHE

–          Roger HOLEINDRE

–          Henry de LESQUEN

–          Jean MADIRAN

–          Xavier MARTIN

–          David MASCRÉ

–          Jean-Pax MÉFRET

–          Cécile MONTMIRAIL

–          Fatima OUJIBOU

–          Saïd OUJIBOU

–          Dominique PALADILHE

–          Dominique PAOLI

–          Philippe PRÉVOST

–          Arnaud RAFFARD de BRIENNE

–          Marc ROUSSET

–          Reynald SEYCHER

–          Nicolas TANDLER

–          Abbé Guillaume de TANOUÄRN

–          Bernard ZELLER

*

Domaine de Grand’Maisons :

Chemin de Grand’Maisons

78450 VILLEPREUX

Tél : 01 40 46 96 31

Autoroute : A 13 – N 307

Possibilité de taxi à la gare de Villepreux-Les Clayes. Téléphoner directement à JVTransports au : 06 24 56 59 35.

Afin que nous puissions envisager au mieux la restauration à prévoir, cela nous aiderait beaucoup que vous nous fassiez part de vos intentions quant au déjeuner. Merci de tout cœur !

Encore une promesse? Le port de la burqa bientôt interdit…

Logique: les élections sont passées et Sarkö n’a plus besoin des voix des « Français-musulmans ». Bon, cette interdiction n’est encore qu’à l’état de projet…Mais il n’est pas interdit de croiser les doigts…

FDF

Burqa : interdiction en ligne de mire

24/03/2010

Le chef de l’État reprend l’initiative sur le voile intégral, «contraire à la dignité de la femme».

De malvenue en France, la burqa pourrait devenir interdite. «Le voile intégral est contraire à la dignité de la femme», a déclaré mercredi Nicolas Sarkozy. «Le gouvernement déposera un projet de loi (quand???) d’interdiction conforme aux principes généraux de notre droit», a indiqué le chef de l’État, sans préciser de date.

Le président livre ainsi un double message : aux intégristes qui testent la République comme aux électeurs qui s’en inquiètent. Mais aussi au chef de file des députés UMP, Jean-François Copé, qui, dès le soir des élections régionales, plaidait pour un «nouveau pacte majoritaire avec les Français», sur l’emploi, les retraites et le «retour aux valeurs de la République» avec le vote «sans tarder» d’une loi interdisant la burqa. En janvier, le patron des députés UMP avait déposé une proposition pour proscrire le voile intégral, même dans la rue.

Examen du Conseil d’État

Sur ce sujet sensible, le président a souhaité reprendre l’initiative. Car si l’opinion comme les partis politiques rejettent ce voile intégral, peu s’accordent sur les solutions. À droite, même, la burqa divise. Certains relativisent le péril, rappellent qu’elles ne seraient «que deux mille femmes» ainsi revêtues et assurent que la pédagogie viendra à bout de cet enfermement volontaire. Tandis que d’autres voudraient, avec Jean-François Copé, la voir purement interdite.

Après des mois d’auditions et les mises en garde de juristes, la mission parlementaire présidée par le député communiste André Gerin a finalement proposé, en janvier, des interdictions par secteurs : services publics, transports… La récente décision de la Cour européenne des droits de l’homme, qui a condamné la Turquie pour avoir promulgué un interdit général, semble conforter cette prudence (voir encadré).

Le premier ministre avait alors confié au Conseil d’État la mission d’établir les bases juridiques d’une interdiction la plus large possible. C’est justement ce matin que les Sages examinent, en assemblée plénière, les différentes possibilités. Exceptionnellement, ils doivent y consacrer quatre heures.

Ils ont, semble-t-il, écarté l’interdiction absolue. La liberté reste la règle générale, l’interdit l’exception. Les juristes ont ensuite analysé les fondements de l’interdiction et son périmètre. Le bannissement pourrait reposer sur la notion d’ordre public, qui inclut la sécurité et le «vivre ensemble». Le voile intégral pourrait être interdit dans les services publics ainsi que dans les lieux nécessitant une protection particulière. Même si, à ce jour, les établissements bancaires, comme les bijouteries, ne s’appuient sur aucune réglementation pour interdire l’accès à des personnes casquées ou masquées derrière de larges lunettes de soleil. Ils ont aussi réfléchi aux lieux privés accueillant du public, comme les commerces et les cinémas, mais cette question ne sera tranchée qu’aujourd’hui. Enfin, les Sages ont examiné la sanction adéquate : simple rappel à la loi, amendes, travaux d’intérêt général, sachant qu’une forte amende n’a guère de chance d’être délivrée et payée…

L’annonce du projet de loi sur la burqa, mercredi, a suscité les critiques du Parti socialiste. «Un coup de barre à droite toute», selon le porte-parole du parti socialiste, Benoît Hamon . Le gouvernement devrait, lui, s’appuyer sur les recommandations du Conseil d’État pour finaliser prochainement son projet de loi.

Source: lefigaro.fr/politique

Décidément, Sarkö tente tout pour essayer de récupérer de la crédibilité aux yeux du peuple français, comme d’habitude en pillant les idées, qu’il a tant dénigrées, du Front National…  Pfffffffffffffffffff

FDF

Mosquée « profanée » à Toulon: Ca devient pour le moins étrange, toutes ces mosquées ciblées…

La stigmatisation marche fort, en ces temps ou les musulmans sont en « baisse de popularité »… Avouez que ça commence à devenir une pandémie, toutes ces mosquées cibles de tags « racistes ». C’est même à se demander si des fois, ce ne serait pas… Un petit coup de bombe de peinture sur un mur, c’est vite fait; par n’importe qui, d’ailleurs… Tout celà me laisse sceptique. Un peu gros, quand-même…

FDF

Profanation de la mosquée à Toulon: le CFCM exprime son « indignation »

24.03.2010

Le Conseil français du culte musulman (CFCM) a exprimé mercredi « sa profonde indignation » suite à la profanation de la mosquée de Toulon, sur les murs de laquelle des inscriptions racistes ont été peintes dans la nuit de lundi à mardi.

Dans un communiqué, le CFCM « condamne avec force cette nouvelle agression contre un lieu de culte musulman », et « appelle les autorités publiques à tout mettre en oeuvre pour que cessent ces indignes atteintes physiques à des lieux de prière et de recueillement et que leurs auteurs soient arrêtés et punis« .


Punis… Selon la charia?

FDF

Source: tempsreel.nouvelobs.com