Francaisdefrance's Blog

14/03/2010

La déclaration d’Oskar Freysinger.


Oskar Freysinger, Conseiller national suisse de l’UDC, est l’initiateur de la votation suisse anti-minarets de novembre 2009, approuvée par le peuple suisse à plus de 57% des voix. Personnalité politique attachante et atypique, Oskar Freysinger est écrivain, poète et chanteur, et s’exprime aussi bien en français qu’en allemand. À l’occasion de la campagne des régionales en Alsace, il nous a adressé un message de soutien, message qui s’adresse à tous les Alsaciens et que nous reproduisons intégralement ici.


Aime ton prochain …

« Chers amis alsaciens,

Permettez-moi, afin d’étayer votre combat pour votre liberté et vos racines, de partir d’une injonction de la bible : « Aime ton prochain comme toi-même », dit le seigneur. Ni plus, ni moins, COMME toi-même ! Cette phrase, si simple d’apparence, est bien la plus difficile d’application qui soit.

Car comment voulez-vous aimer l’autre, si vous ne vous aimez pas vous-mêmes ? En compensant, peut-être ? En tentant d’aimer l’autre plus que vous-mêmes ?

On a vu ce que ça a donné dans le passé, cet amour débordant : des débordements de sang, l’amoncellement des cadavres de tous ceux qu’on aimait trop pour les laisser vivre dans l’ignorance et le pêché et qu’on a donc renvoyés prématurément à leur créateur.

Depuis, l’église chrétienne s’est guérie de ces errements. Il est donc d’autant plus étrange qu’elle les tolère chez d’autres, sous couvert de respect pour la différence culturelle et la liberté confessionnelle.

« Aime ton prochain comme toi-même ! » dit le seigneur. Mais se peut-il que certains soient plus prochains que d’autres ? Que les prochains venus de loin soient plus frères que les proches dont on s’est peu à peu éloigné ? Car enfin, le fait de fermer les yeux sur les abus du prochain venu de loin que l’on attire par le grand aspirateur d’amour qui nous tient lieu de conscience n’est-il pas en même temps un signe de manque d’amour pour le prochain tout proche qui va souffrir de ces mêmes abus ?

En quoi le dealer Kosovar est-il plus mon prochain que le jeune suisse drogué ? En quoi le braqueur importé est-il plus mon prochain que le commerçant qui tremble devant son bras armé ?

En quoi le minaret et le voile seraient-ils plus dignes de protection et de considération que la femme que l’on force à se faire exciser durant ses vacances africaines, que l’on contraint à épouser un mari qui ne lui inspire que dégoût et qui la viole tous les soirs en parfaite adéquation avec la sharia ?

« Aime ton prochain comme toi-même », dit le seigneur. Et encore : « J’avais faim, et tu m’as nourri ! J’avais soif, et tu m’as donné à boire ! J’avais froid et tu m’as donné un toit ! » Cela est juste et cela doit être à jamais la ligne de conduite de tout bon chrétien.

Mais le seigneur n’a jamais dit : « J’avais besoin de pouvoir, et tu m’as donné des armes ! Je n’avais qu’une femme, tu m’en as donné deux autres ! J’avais besoin d’argent, tu m’as trouvé des clients pour ma drogue, je n’avais qu’un misérable clocher, tu m’as donné une forêt de minarets ! »

Frères chrétiens, je veux bien aimer mon prochain, même le criminel le plus endurci, pour peu que l’amour sincère que je lui porte ne signifie pas l’humiliation, la désolation et le désespoir pour d’autres prochains qui méritent également mon amour.

L’angélisme n’est pas une preuve d’amour, mais un signe d’indifférence, une sorte de bave amoureuse universelle bien commode mais déconnectée de toute responsabilité réelle.

Celui qui aime doit être exigeant et ferme, non pas envers l’autre dans son essence humaine, qui doit être acceptée telle quelle, mais envers son comportement. Car tolérer l’intolérable, c’est regarder sans voir, c’est aimer sans vouloir connaître, donc ne pas aimer du tout.

Aimer l’imam, c’est le forcer à respecter la culture qui l’accueille, c’est le contraindre à aimer ceux qu’il a qualifié de chiens d’infidèles, c’est l’obliger à reconnaître comme son égale la femme à ses côtés qui donne vie et espoir au futur !

Aimer le dealer Kosovar, c’est combattre la mafia albanaise et la poudre blanche qu’elle jette aux yeux des bien-pensants.

Aimer son prochain, c’est lui permettre d’être indépendant et fier, et non pas d’en faire un numéro dans les statistiques de l’assistance sociale qui ne sert qu’à engraisser quelques gauchistes si généreux avec l’argent des autres.

Aimer son prochain, c’est être sévère, mais juste. Le reste n’engendre que haine et chaos.

Evidemment, on va me rétorquer que le Christ nous invite, lorsqu’on nous frappe sur une joue, à tendre l’autre joue. C’est un sage conseil que j’ai déjà eu l’occasion d’appliquer avec succès.

Mais pour pouvoir tendre l’autre joue, il faut d’abord rester en vie.

Or, lorsqu’on vous tire une balle dans le front, quel autre front voulez-vous tendre ? Lorsque vous avez donné votre vie pour satisfaire la haine d’un terroriste islamiste, quelle autre vie allez-vous pouvoir offrir à vos prochains ? Ah oui, vous aurez au moins gagné la vie éternelle et après vous et provoqué le déluge ici-bas, mais qu’importe puisque vous n’y serez plus.

C’est une option, j’en conviens, ce n’est cependant pas la mienne.

Car en ce qui me concerne, je considère que mes enfants, mes proches, mes concitoyens méritent mieux que ma deuxième joue tendue si je peux désarmer l’agresseur. Ils méritent mieux que mon angélisme béat si je veux qu’ils vivent en paix avec l’autre, avec Xenos, celui à qui nous avons généreusement ouvert la porte pour qu’il devienne une part de nous-mêmes, pour qu’il devienne réellement un prochain à aimer.

Je ne lui demanderai pas de se renier, de ramper, d’effacer ce en quoi il diffère de moi. Mais je lui demanderai le respect pour ma propre différence de prochain, pour la culture, les lois et les coutumes qui l’accueillent en son sein.

Je lui rappellerai les devoirs de l’homme qui vont de pair avec les droits que lui accorde notre pays. C’est ça, l’amour du prochain bien compris, c’est ça une relation responsable avec Xenos, sans phobie, sans considération de la couleur de la peau et du caractère.

Tous les hommes sont frères. Tous doivent ouvrir leur cœur à leur prochain. Tous doivent s’accepter mutuellement dans leur différence. Mais tant que le respect n’est pas réciproque, tant que certains, au nom de la différence culturelle, traitent leurs femmes comme des bêtes de somme, tant que dans certains esprits il y aura une distinction entre la maison de la paix et la maison de la guerre, tendre la deuxième joue équivaut à un suicide collectif.

Le principe de la joue tendue ne peut s’appliquer que lorsque nous sommes en présence de deux systèmes de valeurs à peu près identiques.

Face à quelqu’un qui ne connaît que le principe de « l’œil pour œil et dent pour dent », la deuxième joue, très vite, n’existe plus, puisqu’elle a été arrachée. Une main coupée reste coupée, même si vous tendez complaisamment celle qui vous reste ! Un sexe mutilé reste mutilé, même si vous l’offrez ensuite à l’homme de votre vie.

Une vie détruite reste un champ de ruines malgré la reconstruction des apparences. Dernièrement, j’ai lu le livre de Ayaan Hirsi Ali, cette députée somalienne et musulmane du parlement hollandais excisée et vivant sous protection policière depuis plusieurs années, suite au meurtre de Theo Van Gogh avec qui elle avait tourné le film « submission » sur l’écrasement des femmes dans l’islam actuel.

Eh bien, cette femme, qui revendique toujours sa foi musulmane, qui a souffert dans sa chair, cette femme qui connaît l’Islam de l’intérieur, nous exhorte de ne pas tolérer l’établissement d’un Islam intolérant et conquérant sous nos latitudes. Elle fustige ces bien-pensants chrétiens et socialistes qui maintiennent l’Islam dans une voie d’intolérance, une voie barbare, agressive et discriminatoire, en fermant les yeux sur les méfaits de la sharia.

En agissant ainsi, les bien-pensants de chez nous empêchent les musulmans modérés désireux de s’intégrer à la société occidentale de réformer l’Islam, de lui permettre de vivre son siècle des lumières. Et des milliers de femmes de continuer à subir les effets d’un code d’honneur démesuré avec son lot de pénétrations anales pour ne pas toucher l’hymen, de mariages forcés, d’analphabétisme et de dépendance.

Actuellement, au début d’un vingt et unième siècle si fier de ses accomplissements, plus de deux cents ans après le siècle des lumières, neuf mariages sur dix dans la communauté turque de Berlin sont des mariages forcés, des filles sont régulièrement molestées, violées et considérées comme des citoyens de deuxième zone sous le double voile de l’omerta et de l’angélisme de nos gouvernements occidentaux.

Après des décennies de combat pour l’égalité des femmes, voilà que la discrimination la plus crasse apparaît sous nous latitudes, soutenue par le refus de notre classe politique de s’attaquer aux abus et d’exiger un effort d’intégration. Or, fournir cet effort, ce n’est pas se renier ni renier sa culture, c’est faire un pas vers la liberté. C’est permettre le rapprochement et une vraie émancipation dans la différence et le respect mutuels.

Combattre les abus, c’est donner plus de chance à la cohabitation pacifique. Agir de manière déterminée mais respectueuse en s’engageant pour le respect de nos valeurs, de nos lois, de notre culture, c’est aimer son prochain sans complaisance, sans mièvrerie, sans sentimentalisme, c’est réellement se soucier des autres, c’est se comporter en citoyens responsables.

Je vous sais responsables, chers amis alsaciens, et je suis de tout cœur à vos côtés dans votre juste combat. »

Source: http://www.alsacedabord.org/article.php3?id_article=823

Vidéo: à l’issue des matchs avec l’Algérie…

A mettre de coté et à diffuser large…

FDF

http://www.nationspresse.info/?p=70729

Source: http://www.nationspresse.info/?p=70729

C’est bon, là, J.V. ???

FDF


Olivier de Granville 3 mars 2010

Google Bookmarks Facebook Wikio FR Blogosphere News Scoopeo Yahoo! Buzz Technorati Digg MySpace LinkedIn Netvibes Twitter Yahoo! Bookmarks MSN Reporter

Gérard Longuet en a après Malek Boutih à qui Sarko aurait promis un os à ronger…

Oreste Eléa ne comprend rien à Longuet… et à la politique

12 Mars 2010

Faut pas regarder les infos le matin en buvant son café, la tête encore dans le potage. On pige pas tout et on se fait des idées. Entre deux tartines, j’avais bien compris que Gérard Longuet en avait après Malek Boutih à qui Sarko aurait promis un os à ronger. Mon imagination a fait le reste…

Que Boutih finisse à l’UMP et obtienne un poste à la Besson pour saloper l’immigré, rien d’étonnant. On ne peut pas trouver parcours républicain plus noble. Le militant teigneux de la cause antiraciste a su au fil des ans et de l’aiguisage des crocs trouver les mots pour dire tout son amour des banlieues et de ses habitants. En surfant avec grâce sur la vague sécuritaire, il nous a gratifiés d’appels enflammés à plus de répression contre les jeunes « barbares des cités », précisant pour la beauté du geste qu’« il faut leur rentrer dedans, taper fort ».

Il est aussi l’auteur d’analyses sociologiques à faire rougir un journaliste de TF1 où sont évoqués pêle-mêle avec frénésie d’équivoques « cinq mille gangsters » terrorisant les quartiers, violant les filles en tournantes, camant leurs petits frères jusqu’à l’os, s’équipant en armes de guerre et tenant chambres de torture dans les caves. Un vrai poète…

Maîtrisant à l’évidence la rhétorique poujadiste, il a su multiplier les dénonciations viriles contre ceux qui ont recours au « terrorisme intellectuel » dans leur soutien au combat « dépassé » des sans-papiers et souligner l’incontestable bilan policier. Affirmant même dans un lyrisme tout lepénien que « le plus grand nombre de bavures n’est plus son fait, c’est la racaille qui tue le plus dans les cités ».

Passons rapidement sur sa légendaire islamophilie par laquelle il entretient avec un égal bonheur le mélange sordide mais ô combien french touch entre musulmans et islamistes. Et encore plus rapidement sur sa confusion entre critique de la politique israélienne et antisémitisme, tarte à la crème vieille comme mes robes.

Bref, tout ça pour dire que j’étais davantage surpris par le passage de Longuet à gauche. Enfin à gauche… L’arrière-train encore soudé à la panoplie complète de chez Téfal, passer au PS quand on le donne gagnant aux régionales, ça s’appelle plutôt aller à la gamelle. Alors, dans tout ça, que des ténors de droite et de gauche s’inquiètent des propos désopilants de Longuet sur le « corps français traditionnel », les uns pour faire payer le renégat et les autres pour se départir d’un hôte, ancien d’Occident, un peu encombrant, rien de surprenant.

Non, la surprise est venue pour moi ce matin. J’en ai même lâché ma tartine. J’avais rien compris. Longuet est toujours à l’UMP. C’est Boutih qui est au PS. Sa gamelle à lui, c’est la Halde. Jouer les Arabes de service pour l’UMP, il ne sera pas le premier. Comment lui en faire reproche ? Un parcours républicain on ne peut plus noble vous dis-je. Avec certificat d’athéisme en porte-clé. Le gendre idéal pour Jean-Marie quoi… Enfin, s’il n’y avait pas ce nom qui fait pas très « corps français traditionnel ». Un bon point pour Malek. Comme président de la Halde, il pourra toujours sonner les cloches à Longuet. Un sénateur qui s’est habitué depuis longtemps au tintement du métal ménager et que les sonorités bovines ou célestes, c’est selon, pourrait éveiller à de plus nobles pensées.

Source: mediapart.fr

L’Islam vu par l’Elysée

Je relaie:

Rédigé par JSS le Mar 14th, 2010 and filed under Tribune Libre.

Devant, la peur que suscite la radicalisation islamique de l’Europe, je constate que la croyance générale désigne nos gouvernants comme figés dans un immobilisme et incapables de gérer ce problème autrement qu’en courbant l’échine face  aux revendications outrancières de leur nouveau vivier électoral.

Eh bien détrompez-vous !

– Depuis environ 1 an, l’Elysée a lancé une méthode, disons «  traditionnelle », lorsqu’il est question de traiter d’un problème important ;

– Les Allemands eux, ont choisi l’isolement économique ;

– Les Pays du Nord, devant la panique générale, ont définitivement cédé à la facilité, en laissant les extrémismes de part et d’autre se servir de leurs systèmes judiciaires et politiques jusqu’à l’hystérie collective !

– Les Espagnols, dans un premier temps, ont choisi l’intégration, et ont découvert bien malgré eux, ses limites !

– Les Italiens, sont partagés entre respect, vigilance et intransigeance !

Pour en revenir à notre « ami », le Président Sarkozy, lui, a choisi en digne successeur de Napoléon, la division ! La loi sur la Burqa, n’est que le premier pas d’un long processus de division !

– Dans un premier temps, on sépare les extrémistes favorables au niqab, avec ceux qui le rejettent,

Et dans le même temps, on fait croire également à la reconnaissance sociale de la religion, en instrumentalisant le Hallal avec l’affaire des Quick .

-Dans un deuxième temps, on re-divisera encore les islamistes dits « modérés » en renforçant les représentants les plus conciliants comme l’iman de Drancy et en stigmatisant les autres.

Enfin, toujours dans le même temps, on nommera quelques vendus à des postes prestigieux, comme par exemple la Halde.

– Dans un troisième temps, on continuera cette politique de division, en achetant la conciliation de certains, tout en opérant des arrestations musclées chez les plus intransigeants.

Et ainsi de suite, jusqu’à détruire totalement, la plus infime chance d’union et donc de force politique, chez les Musulmans de France. La France, c’est-à-dire le pouvoir en place, considère qu’intégrer l’Islam dans son identité, est le seul moyen de maîtriser la force que représente désormais les Musulmans, en les divisant. Elle se protègerait ainsi d’un risque politique majeur comme c’est déjà le cas en Belgique. Et, en « achetant » certains, comme cela a d’ailleurs été fait  avec notre communauté, elle se protège des critiques organisées et virulentes de leurs représentants.

Mais ne nous faisons aucune illusion : à ce jeu de dupes,-  jeu auquel les musulmans se bousculent pour y participer – Nous les juifs, devenons, un poids, un fardeau, un devoir de mémoire que l’on n’arrête pas de contester.

Notre présence dérange plus que jamais un état malade, une nation en faillite économique et identitaire. Cet état qui ne rate effectivement pas une occasion de nous rappeler que nous « gênons » par ses critiques systématiques et  disproportionnées d’Israël !

Par Marco Robin. Adaptation de Bellar.

Humour…

Prénoms les plus utilisés:


SAVEZ VOUS QUEL PRÉNOM EST LE PLUS RÉPUTÉ CHEZ LES MAGHRÉBINS ?

VOUS ALLEZ ME RÉPONDRE certainement :

MOHAMED OU

SLIMANE OU

MOKHTAR


ET BIEN NON, LE PRÉNOM LE PLUS RÉPANDU CHEZ LES MAGHRÉBINS HABITANT SUR
NOTRE TERRITOIRE


C EST LOUIS.

ÉTONNANT NON?  ET BIEN D APRÈS UN SONDAGE TRÈS SÉRIEUX CHAQUE FOIS QUE
LA POLICE LES INTERPELLENT,




ils répondent a chaque fois   « SI PA MOI SI LOUIS »

On ne va pas arrêter de nous em…… avec « DRANCY »? On a à voter aujourd’hui, pour NOS régions!

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 10:48

Bon! Les Français doivent passer dans l’isoloir ce dimanche pour des élections régionales FRANCAISES! Alors, ces querelles intestines qui ne nous concernent pas, on s’en passe. A Drancy, c’est tous les jours une nouvelle affaire. Foutez-nous la paix au moins ce dimanche et dans 15 jours avec vos rixes de (j’allais dire de clocher…) mosquées.De toutes façons, « ON » va voter comme il se doit… Dans l’intêret des Français…

FDF

Le CFCM appelle la mosquée de Drancy au calme

Samedi 13 Mars 2010
Le CFCM appelle la mosquée de Drancy au calme

إن لم تستحيي فافعل ما شئت
« Si tu n’as pas honte fait ce que tu veux. »
La parole du prophète (SWS) est parfaitement juste et justifiée dans le cas présent.
Nous comprenons que le CFCM se défend lui-même lorsqu’il accouche après sept semaines de gestation d’un tel communiqué ! En effet, c’est ce piètre CFCM qui accourut à la table de ses maîtres au diner du CRIF après les massacres de Gaza alors que le sang des enfants palestiniens n’avait pas encore sécher !
En réalité, Chalghoumi et le CFCM souffrent de la même illégitimité, celle de ceux qui les ont installés là où ils sont pour qu’ils puissent surenchérir entre eux dans leur course à l’allégeance afin de mieux asservir les citoyens musulmans que nous sommes!

C’est juste pathétique !
Le Collectif Cheikh Yassine
———–
Communiqué du CFCM

La mosquée de Drancy est en proie à de sérieuses controverses depuis plusieurs semaines. Face aux difficultés qu’elle traverse, le Conseil français du culte musulman (CFCM) « lance à toutes les personnes concernées un appel solennel et fraternel à l’apaisement et à la retenue pour permettre aux fidèles de la mosquée d’exercer leur culte dans la sérénité, la paix et la dignité », a déclaré l’institution dans un communiqué diffusé vendredi 12 mars.

Une fois de plus, la prière du vendredi a été perturbée par des frictions entre le collectif pro-palestinien Cheikh Yassine et le gérant de la mosquée, Hassan Chalghoumi, soutenu par Jean-Christophe Lagarde, maire du Nouveau Centre de Drancy, et Claude Bartolone, président du Conseil général de la Seine-Saint-Denis. Le CFCM appelle « au respect de la dignité de tous les lieux de culte qui doivent rester des lieux de prière et de recueillement ».

Lien de l’article: http://www.saphirnews.com/Le-CFCM-appelle-la-mosquee-de-Drancy-au-calme_a11245.html

Roubaix: un minaret pour faire penser aux cheminées; n’importe quoi!

Dernière trouvaille des muzz du Nord: A Roubaix, on érige un minaret pour s’intégrer dans le paysage des cheminées… Plus c’est gros, plus ça passe…

FDF

ROUBAIX / ÉPEULE

La mosquée Bilal entame sa mue

13 mars 2010

Les travaux de la mosquée Bilal, située rue de l’Épeule, ont débuté. Cette première phase, touchant les deux tiers du site, devrait durer huit à dix mois. Rencontre avec le président de l’AME, Abdelaziz El Khaily.


Le projet de rénovation est ficelé depuis plus d’un an. Restait à obtenir le permis de construire et collecter les fonds.
Installés au 229 rue de l’Épeule depuis 2006, les adhérents de l’AME (association des musulmans de l’Épeule) et fidèles de la mosquée Bilal ont fait preuve d’une grande générosité pour aménager les bâtiments, 1 500 m² achetés en 2005. « Les gens étaient d’abord craintifs lorsque nous avons quitté la rue de Wasquehal pour la rue de l’Épeule car ici les charges sont énormes, relate Abdelaziz El Khaily, président de l’AME depuis 2007, mais les recettes – collectées le vendredi et le mois du ramadan – sont là. Du coup, les gens sont motivés ».


Fréquentée chaque vendredi par 1 000 à 1 500 fidèles, hommes et femmes, la mosquée Bilal pourra accueillir, une fois le chantier achevé, 2 000 personnes.
« Les salles de prière ne sont jamais vides. Durant les fêtes, nous avons compté jusqu’à 2 à 3 000 fidèles. Ils viennent de partout, pas seulement de l’Épeule. En fait, ils choisissent leur mosquée en fonction de ce qu’ils y trouvent. » Et de reprendre : « La rénovation complète de la mosquée s’élèvera à plus de 2 millions d’euros, estime Abdelaziz El Khaily. Le gros-oeuvre aura un coût total approximatif de 1,3 million. La première tranche des travaux, qui a démarré début mars, coûtera 800 000 E » Cette phase touche les deux tiers du site. D’ici 8 à 10 mois la salle polyvalente – côté rue de l’Épeule -, une grande salle de prière pour les hommes et des bureaux qui seront mis en location seront opérationnels. Le tiers restant concerne la salle de prière des femmes et les salles de classe pour l’enseignement religieux et linguistique et le soutien scolaire, qui prendront place à l’étage. « La seconde phase permettra la construction d’un second niveau, aujourd’hui inexistant, reprend le président de l’AME. Au centre de la mosquée un puits de lumière en forme de coupole illuminera l’ensemble. Quant au minaret, il mesurera 18 m. » Rencontré en janvier 2009, l’architecte du cabinet APA, Oussama Bezzazi avait expliqué vouloir réhabiliter la mosquée dans le paysage industriel du périmètre, après consultation des Bâtiments de France, « afin de respecter l’histoire du lieu tout en le rendant fonctionnel ». C’est ainsi qu’est née l’idée d’une « mosquée industrielle », dont le minaret ferait écho aux cheminées proches (FDF: et il y en a qui vont avaler ça ?). Et dans le souci de s’ouvrir sur le quartier et de s’y intégrer.

Source: nordeclair.fr