Francaisdefrance's Blog

08/03/2010

Le voile est une atteinte gravissime au droit des femmes !

Piqué à Riposte Laique

Le voile islamique insulte la liberté de tous

lundi 8 mars 2010

Dans le numéro 131 de Riposte Laïque, Halim Akli nous racontait l’histoire bouleversante de Katia Bengana, assassinée par les barbus, en 1994, dans une petit ville, à 50 km d’Alger, à l’âge de 17 ans. Son crime ? Avoir refusé de porter le voile, à une époque où les islamistes placardaient des affiches sur les murs de la capitale, donnant 8 jours aux femmes pour se voiler, et menaçant ouvertement de mort celles qui n’obtempéreraient pas.

http://www.ripostelaique.com/Katia-Bengana-assassinee-par-les.html

Oui, le voile est une atteinte gravissime au droit des femmes, et deux actions viennent de le montrer à leur façon à Paris.

Samedi dernier, place de la République, à Paris, les militantes de Ni Putes Ni Soumises ont symboliquement recouvert Marianne d’une burqa.

Aujourd’hui 8 mars, de bon matin, dans un tout autre registre, la Ligue du Droit International des Femmes, présidée par notre collaboratrice Annie Sugier, a déployé deux grandes banderoles sur le pont de Grenelle, près de la statue de la Liberté.

Banderole déployée ce 8 mars, pont de Grenelle.

Des membres de la rédaction de Riposte Laïque, comme Radu Stoenescu, Anne Zelensky et Pascal Hilout« Tatamis », les interviews d’Annie, de Pascal, et d’une contributrice régulière de RL, la féministe iranienne étaient présents. Vous verrez, sur cette vidéo de 10 minutes publiée sur le site Anna Pak.

http://tatamis.blogspot.com/2010/03/liberte-voilee.html

Ces deux initiatives, loin d’être concurrentes, sont complémentaires, l’une visant davantage la situation nationale, en interpellant le Parlement, l’autre la situation internationale, en interpellant l’Onu. Les organisatrices eurent d’ailleurs le plaisir de recevoir, pendant leur action, la visite de Sihem Habchi, présidente de Ni Putes Ni Soumises.

Mais la journée était loin d’être terminée, pour l’équipe de Riposte Laïque. Pendant que certains rédacteurs finissaient studieusement leurs articles, d’autres allaient porter la bonne parole là où ils étaient invités.

Pierre Cassen a poursuivi le débat avec des milieux qui n’ont pas la même origine politique que beaucoup de rédacteurs de RL, en dialoguant fort courtoisement, pendant 30 minutes, avec Claude Reichman, sur la chaîne télévisée « ReichmanTV ». L’animateur avait eu la courtoisie d’inviter Riposte Laïque, en cette journée internationale des femmes, et nous avons accepté avec plaisir d’approfondir la discussion avec lui.

http://reichmantv.com/actualite1p.html

Pascal Hilout était sollicité, ce lundi soir, à débattre sur France 24, sur le même thème.

Quant à Annie Sugier, infatigable, elle était invitée au Sénat où, faisons lui confiance, elle aura défendu le contenu du tract qu’elle distribuait, avec ses amis, ce matin, pont de Grenelle :

– Plus de 200 ans après la déclaration des droits des citoyennes formulée par Olympe de Gouges,

- Plus de 60 ans après la publication du « Deuxième Sexe » de Simone de Beauvoir,

- 40 ans après la manifestation fondatrice du mouvement de libération des femmes à Paris,

- Plus de 30 ans après l’approbation de la Convention des Nations Unies pour l’élimination des discriminations à l’encontre des femmes,

et tandis qu’à New York se tient la Conférence des Nations Unies Beijing +15 sur les droits des femmes,

Nous, femmes et hommes d’aujourd’hui, revendiquant l’héritage des pionnières du féminisme, voilons la statue de la Liberté afin d’exprimer combien la présence du voile islamique dans l’espace public, quelles que soient sa taille, sa forme ou sa couleur, est contradictoire avec la liberté et la laïcité de notre société. Symbole de la ségrégation sexuelle, de la soumission et de l’enfermement des femmes, le voile islamique en est la négation.

Refuser le voile islamique :

- C’est refuser de faire allégeance aux pires dictatures, et montrer notre solidarité avec la lutte héroïque des femmes qui, en Iran, en Algérie, en Afghanistan, … et sous toutes les latitudes, osent braver les interdits et combattre pour une société mixte, égalitaire, démocratique et laïque,

- C’est aussi entendre et porter la voix de l’Algérienne Djemila Benhabib lorsqu’elle nous dit :

« Il n’y a rien dans ma culture qui me prédestine à être éclipsée sous un linceul, emblème ostentatoire de différence ».

Cette action symbolique, menée par Annie Sugier et quelques amis, est exemplaire. Nous sommes dans un pays où il a fallu 15 ans pour rattraper la lâcheté de la classe politique quand elle a refusé, en 1989, d’interdire le voile à l’école.

Après une mission parlementaire prometteuse, sur le voile intégral, présidée par le député communiste André Gérin, nous ne savons pas encore si les députés vont avoir le courage de légiférer contre ces tenues infamantes pour la dignité du genre humain.

En effet, nous sommes dans un pays où une organisation prétendument révolutionnaire, le NPA d’Olivier Besancenot se targue de présenter aux élections régionales une candidate voilée, Ilham Moussaid.

Nous sommes dans un pays où un journaliste de Libération, Pierre Marcelle, ose écrire ceci :

« Noter ici que, hormis la bande à Riposte laïque, officine antivoile et antiminarets qui, sous le patchouli républicaniste, renifle fort des aisselles identitaires et nationalistes, tout le monde semble s’en foutre un peu, du burger halal. Et ça aussi, c’est une bonne nouvelle. Ce qui serait bien, c’est qu’il en aille bientôt de même du foulard de la jeune Ilham Moussaid, candidate vauclusienne du NPA aux prochaines régionales. Ce qui serait bien, c’est qu’on lui foute la paix, à elle, et qu’on se préoccupe un peu de misère sociale. De choses sérieuses, quoi… » La culture Libé tout crachée !

Nous sommes dans un pays où, à Echirolles, le maire communiste, soutenu par la Halde, défend le droit d’une de ses conseillères municipales, Besma Mechta, de siéger avec son voile islamique en plein conseil municipal.

Ne parlons pas des Verts, où les militantes voilées comme Siham Andalouci ont compris qu’avec Noël Mamère et les siens, ils auraient des relais fidèles dans leur lutte contre la République laïque.

Ne parlons pas d’Obama, qui a osé donner des leçons à la France, sur la loi du 15 mars 2004, ni de notre président de la République, qui parle de laïcité positive, et n’a pas un mot pour réagir devant cette symbolique, osant même comparer « islamophobie » et « antisémitisme ».

Le voile, intégral ou pas, est l’uniforme de l’islam politique (pléonasme), qui est parti à la conquête de la France et de l’Europe pour imposer la charia partout où cela sera possible.

C’est pourquoi, en 2009, Riposte Laïque a édité 20.000 autocollants autour de cette question : « Ni voiles ni burqas, vive la République laïque ».


Pendant que nos bonnes âmes dissertent sur une crise d’adolescence, ou un symbole identitaire dont il ne faut pas surestimer l’importance, le voile progresse partout en France et en Europe. Il est porté par des fillettes de plus en plus jeunes. Il est revendiqué dans les universités, sur les lieux de travail, et dans tous les endroits où il permet de faire passer un message sexiste. Il signifie que la femme qui le porte ne peut qu’appartenir à un musulman, et que l’homme qui la convoite doit se convertir à l’islam. Un tel voile est incompatible avec nos valeurs, à commencer par l’égalité des sexes.

En Belgique, la première députée voilée, Mahinur Özdemir, n’a pas tardé à sévir, osant comparer les laïques à des nazis.

C’est parce qu’ils ont compris les enjeux qu’implique l’avancée de l’islam en terre non-musulmane que les électeurs suisses, insultés depuis par l’ensemble politico-médiatique, ont souhaité interdire les minarets sur leur territoire.

Aux Pays-Bas, le député du Parti de la Liberté, Geert Wilders, qualifié, comme les électeurs suisses, d’extrême droite par l’ensemble de la presse, continue de progresser à chaque élection, et se rapproche du pouvoir. Wilders premier ministre, ce serait un séisme politique, et un encouragement extraordinaire pour tous ceux qui refusent de se taire devant la barbarie islamique qui menace la France et l’Europe. Nous vous conseillons de lire le discours qu’il a prononcé à la chambre des Lords, le 5 mars dernier.

Le voile a été le premier étage de cette offensive politico-religieuse. La multiplication de constructions de mosquées, l’apparition du voile intégral, les prières musulmanes dans les rues (dénoncées grâce aux reportages de Maxime Lépante), la communautarisation de quartiers entiers, contraints de se mettre au halal, n’en sont que la suite logique.

Il n’y aura pas de reconquête féministe et laïque sans attaquer frontalement ce symbole, comme ont su le faire, en leur temps, Mustafa Kemal, dit Ataturk, pour la Turquie, et Bourguiga, pour la Tunisie.

Interdire le voile (intégral ou pas) dans les rues de France, devrait être LE mot d’ordre porté par l’ensemble du mouvement féministe, en ce 8 mars 2010, et en d’autres 8 mars, s’il le faut ! Car, comme l’écrit avec beaucoup de lucidité notre collaborateur Maurice Vidal, à la fin du chapitre XIV des « Dessous du voile », « la France n’est pas le pays des femmes voilées ! Elle ne l’est ni par ses légistes, ni par ses lettrés, ni par ses incultes, ni par ses croyants, ni par ses déistes, ni par ses théistes, ni par ses athées, ni par aucun de ses autochtones ! La France n’est pas le pays qui transforme la femme en marqueur idéologique. La France n’est pas le pays qui sépare les sexes. La France n’est pas le pays qui prohibe un simple serrement de mains entre deux êtres de sexe différent qu’aucun lien familial ne réunirait.

En France, la femme n’est pas un bonbon délicieux qu’un ornement de papier suffirait à protéger des mouches et autres insectes malfaisants.

En France, la femme n’est pas ce morceau de viande sur lequel les chats se jetteraient immanquablement s’il n’était recouvert d’un emballage approprié.

En France, la femme n’est pas une maladie contagieuse dont la prophylaxie serait le voile.

En France, la femme n’est pas un vice de forme !

En France, la femme est vertu, et cette vertu, loin d’être de « petite vertu », est notre dignité même ! ».

Islamisation: Piqûre de rappel…

Saviez-vous que

de jeunes musulmanes réclament d’être exemptées des  cours de sport et de biologie, sans être pénalisées pour  leur examen ?

(Source : Nouvel Observateur)

–   Saviez-vous que

les musulmanes exigent et obtiennent de nos  élus locaux des horaires qui leur sont exclusivement réservés dans nos piscines municipales?

(Source : Revue politique)

–   Saviez-vous que

des étudiantes musulmanes, lors de leur examen, exigent et obtiennent d’être accompagnées de leur mari et d’être jugées par une femme ?

(Source : Nouvel Observateur)

–   Saviez-vous qu’

une association musulmane (‘Unir’ à l’Université Paris XIII) remet en cause le droit d’un  professeur de culture occidentale de juger le travail d’un étudiant musulman ?

(Source l’Express)

–   Saviez-vous que

des musulmans réclament et obtiennent la suppression de la fête de Noël dans certaines écoles primaires?

–   Saviez-vous que

des étudiants musulmans, prenant comme excuse la loi de la laïcité, réclament et obtiennent le retrait des sapins de Noël, dans différents établissements scolaires, jusque dans les maternelles ?

(Source: Le Parisien)

–   Saviez-vous que

des musulmans réclament et obtiennent l’interdiction de la viande non hallal dans les écoles françaises  où ils sont majoritaires ?

–   Saviez-vous que

dans l’administration, des musulmans réclament des jours de congés supplémentaires pour leurs  fêtes islamiques ?

–   Saviez-vous que

des musulmans réclament des salles de prières dans nos collèges, nos lycées et nos universités  ?

–   Saviez-vous que

des musulmans demandent aux écoles, universités et lieux de travail des horaires aménagés pour leurs cinq prières  quotidiennes ?

–   Saviez-vous que

des musulmans réclament une révision de nos livres d’histoire pour y intégrer l’histoire de leur pays et de leur religion ?

(Source : Nouvel Observateur)

–   Saviez-vous que

dans nos manuels scolaires, vont être supprimés toutes références à Charles Martel ou autres Jeanne d’Arc, afin de ne pas froisser les français musulmans ?

–   Saviez-vous que

des musulmanes exigent de pouvoir  pratiquer des métiers publics  (administration, hôpitaux,  écoles, Justice) avec un tchador ?

–   Saviez-vous que

des musulmanes voilées et étudiantes en médecine exigent de NE soigner que des femmes

(Source : Le Monde, Le Figaro)

–   Saviez-vous que

Des médecins se sont faits tabasser pour  avoir soigné Des femmes sans Le consentement de leurs maris  musulmans ?

(Source : Le Monde, Le Figaro)

–   Saviez-vous que

sur bon nombre de collèges français à  majorité  afro-maghrébine, on trouve les inscriptions « Morts  aux Juifs »,  « Mort aux chrétiens » ou « Vive Ben Laden » ?

–   Saviez-vous que

lors des manifestations contre la guerre en Irak, certains « pacifistes » musulmans exhibaient des portraits de Ben Laden ou de Saddam ?

(Source : Les 4 vérités)

–   Saviez-vous que

le sauvageon nommé Djamel qui a brûlé vive la jeune fille, Sohane, s’est vu acclamé dans sa cité du Val de Marne lors de sa venue à la reconstitution Des faits ?

(Source : JT de France 2)

–   Saviez-vous que

les jeunes noirs et musulmans ayant brûlé  vif un vigile de race blanche d’un supermarché à Nantes (en  2002) n’éprouvent aucun remord et sont fiers d’eux ?

(Source : Témoignage de l’avocat)

–   Saviez-vous qu’

un manuel de bonne conduite « Le licite et l’illicite en Islam », vendu en France depuis 10 ans, explique comment un bon musulman doit frapper sa femme : « avec la main », « sans fouet »
> > > > > > > > > ni « morceau de bois »,  et en épargnant le visage ?

(Source : l’Express)

–   Saviez-vous que

des milices islamiques patrouillent dans les rues d’Anvers et d’ailleurs pour ‘surveiller les mauvais  flics  blancs racistes’ et appliquer leur propre loi ?

(Source : Libération)

–   Saviez-vous que

des nouvelles lois vont obliger la police, l’armée et la fonction publique en générale à embaucher en  priorité des « jeunes » issus de l’immigration et que 35 entreprises dont France Télévision, Peugeot ou encore le groupe alimentaire Casino ont signé un contrat de préférence  étrangère pour l’ embauche de leur personnel ?

(Source : gouvernementale et syndicale).

–   Saviez-vous que

dans des lycées, des musulmanes enfilent leur manteau avant d’aller au tableau afin de n’éveiller aucune convoitise, que dans des écoles primaires des pères  musulmans refusent que leurs fillettes soient laissées dans la classe d’un instituteur remplaçant l’institutrice, qu’une école a dû
> > > > > > > > > organiser un sas, sans fenêtres, pour reconnaître les mères, voilées de la tête au pied, avant de leur rendre leurs enfants ?

Source : Le Monde 09/07/04)

–   Saviez-vous que

dans des écoles primaires, Des élèves sont allés jusqu’à instituer l’ usage séparé des deux robinets  des toilettes, l’un réservé aux « musulmans », l’autre aux  « autres » ou qu’un responsable local du culte musulman a demandé de prévoir des vestiaires séparés dans les salles de  sport, car, selon lui, « un  circoncis NE peut se déshabiller à côté d’ un impur » ?

(Source : Le Monde 09/07/04)

–   Saviez-vous que les autres communautés religieuses,(juive, hindouiste, bouddhiste, etc.)
> > > > > > > > > n’ exigent pas de revendications équivalentes?

Jeune Marocaine expulsée: Sarkozy « prêt à l’accueillir en France ». Ca lui fera au moins une voix pour l’UMP…

Et oui, il faut en passer par là pour augmenter les chances de l’UMP aux régionales… Mais, concernant cette stratégie, Sarkö est un véritable spécialiste; au mépris de NOTRE République… Sarkö montre l’exemple!

FDF


Lundi 08 Mars 2010

Najlae Lhimer, la jeune Marocaine expulsée de France, le 23 février 2010 à Rabat.

Najlae Lhimer, la jeune Marocaine expulsée de France, le 23 février 2010 à Rabat.

Le président français Nicolas Sarkozy a déclaré lundi que la France était prête à accueillir  à nouveau Najlae Lhimer, une jeune Marocaine sans papiers expulsée après s’être rendue dans une gendarmerie pour porter plainte pour violences infligées par son frère, a indiqué la présidence.

Interrogé sur le cas de cette jeune Marocaine alors qu’il recevait au Palais de l’Elysée des représentantes d’associations à l’occasion de la Journée internationale des Femmes, M. Sarkozy « s’est dit prêt à l’accueillir en France, si elle le souhaite », selon un communiqué de la présidence.

Interrogée par la presse à la sortie de la réunion, Sihem Habchi, présidente de l’association de défense des droits des femmes Ni putes ni soumises, a pour sa part affirmé que M. Sarkozy avait pris « l’engagement personnel » de faire revenir en France la jeune Marocaine.

« Najlae va pouvoir rentrer en France, le président me l’a assuré, c’est un engagement personnel qu’il a pris », a affirmé Mme Habchi.

« Je m’en félicite car le retour de Najlae, c’est un message lancé à toutes les femmes qui aujourd’hui peuvent se rendre dans les commissariats, dénoncer les violences qu’elles subissent et porter plainte », a-t-elle ajouté.

Selon Réseau éducation sans frontières (RESF), une association qui défend les sans papiers scolarisés en France, la lycéenne Najlae Lhimer vivait en France depuis 2005 pour échapper à un mariage forcé au Maroc.

Le 20 février, elle s’était rendue à la gendarmerie de Château-Renard (centre) pour porter plainte pour maltraitance contre son frère, mais avait été placée en garde à vue et immédiatement expulsée.

Elle faisait l’objet d’une obligation de quitter le territoire français remontant au 24 novembre 2009.

Outre les associations, l’opposition socialiste avait dénoncé une expulsion faisant « honte » à la France alors même que le gouvernement entend durcir les sanctions pour les violences faites aux femmes.

Dans une autre affaire, une jeune Marocaine de 18 ans, arrivée à Clermont-Ferrand (centre) à l’âge de 13 ans, a pu rentrer en France dimanche soir un mois après avoir été renvoyée vers le Maroc.

Fin février, un lycéen marocain de 18 ans avait lui aussi pu rentrer en France un mois après avoir été expulsé fin janvier, quelques jours après un contrôle de police à Paris. Son expulsion avait entraîné une forte mobilisation des enseignants et des élèves de son lycée à Colombes, en région parisienne.

Source:  (AFP)

Ni putes, ni soumises: du racisme primaire en cette « journée de la femme »…

lundi, 08 mars 2010

Boutade du 8 mars: La stigmatisation des musulmanes en France, Fadela Amara a rejoint Sarkozy, Sihem Habchi rejoint Le Pen.

Le comportement irresponsable de l’association « Ni putes Ni soumises »  qui célèbre la journée internationale de la femme en s’attaquant à d’autres femmes pour la seule raison qu’elles sont musulmanes, relève presque du racisme primaire.

Au lieu de défendre la cause des femmes, la stigmatisation des femmes musulmanes par cette association avec des slogans de type « ni voile ni burqa » ou encore mettre une burqa géante sur une statue à Paris pour dénoncer toutes les femmes musulmanes, n’apportera rien au débat sur la place de l’Islam en France.

Les femmes ne sont ni putes ni soumises et surtout pas idiotes pour être représentées par une association ou la vulgarité et la haine sont les seuls fondements de ses slogans et actions.

Affiches Front National. LICRA: le procès de trop…

8 mars 2010,

Communiqué du Front National


La Licra a été déboutée ce lundi 8 mars de sa demande de destruction de l’affiche du Front national de la jeunesse « NON A L’ISLAMISME ». Le président du tribunal de Marseille a consacré le droit pour le Front National, dans une campagne électorale, de faire connaître son opinion sur l’islamisme. C’est bien le moins. Il est inadmissible qu’une association comme la Licra puisse ainsi s’arroger la possibilité de brider un mouvement politique.

Le Front National demande que ces ligues de « vertu », grassement subventionnées, soient mises hors d’état de nuire à la démocratie et à la liberté d’opinion.

www.frontnational.com

Immigrés clandestins. Naufrage à Mayotte : 9 morts.

Triste… Triste aussi de constater que les survivants vont vivre aux crochets de la France, comme beaucoup trop d’autres…

France: aspirateur de l’immigration clandestine. Mais quand va t’on réguler tout ça???

FDF


07/03/2010

Quatre femmes et cinq bébés ont péri dans le naufrage d’une embarcation, dans la nuit de samedi à dimanche, au large de Mayotte, alors que 24 personnes ont survécu, a-t-on appris auprès de la préfecture de cette île de l’océan Indien. Dix personnes sont dans un état critique et ont été conduites au centre hospitalier de Mayotte.

Le naufrage a eu lieu sur un récif, près de la côte de Kani-Keli, tout au sud de Grande Terre, la principale île mahoraise. Parmi les cinq bébés morts, il y avait un nourrisson d’un mois, a indiqué la préfecture.

Les naufrages de « kwassa-kwassa » (pirogues) transportant des Comoriens sont fréquents près de Mayotte. Poussés par la misère, les migrants, pour la plupart venus de l’île d’Anjouan, tentent régulièrement de débarquer illégalement sur l’île française, pour travailler (???) ou s’y faire soigner (surtout, oui….).

L’île française détient le record des « reconduites à la frontière » avec 16.000 Comoriens ramenés dans leur pays d’origine par la mer ou par les airs en 2008. Sur les 200.000 habitants de l’île, 40% seraient des clandestins.

Surchargés, les « kwassa kwassa » (du nom d’une danse anjouanaise, évoquant leur balancement dans la houle) naviguent au ras des flots. Beaucoup chavirent en passant les barrières de récifs coralliens.

Source: lefigaro.fr

Marine Le Pen : « Le FN n’est pas à vendre »!

Belle réflexion! Le FN est le SEUL parti à ne pas prévoir d’alliances aux régionales…

FDF

INTERVIEW - Marine Le Pen :

À l’approche du premier tour des régionales, lepoint.fr interroge les leaders des principaux partis politiques. Aujourd’hui, c’est la vice-présidente du FN Marine Le Pen qui se livre.

lepoint.fr : Quel est l’objectif du FN pour ces régionales ?
Marine Le Pen :
Ce que nous voulons aujourd’hui, c’est revenir au premier plan de la vie politique française alors que l’on nous a enterrés cent fois ces dernières années. Il s’agit de montrer que nous poursuivons le redressement entamé aux européennes, mais en deçà de nos espérances à cause de l’abstention. On ne comparera pas avec les résultats des régionales 2004. Nous étions alors dans une très bonne période électorale, sortant d’une présidentielle où nous avions atteint le second tour. La dynamique n’est pas la même. Pour cela, il faut que nous nous approchions ou atteignions la barre des 10 %. Cela nous permettra de développer tous les espoirs pour la présidentielle 2012.
Si vous passez la barre des 10 % dans certaines régions, vous maintiendrez-vous ou accepterez-vous de parler « alliances » ?
Nous nous maintiendrons partout où nous le pouvons, comme nous l’avons toujours fait, parce que nous ne sommes pas à vendre. Nous sommes d’ailleurs la seule formation libre. Les Verts vont se vendre au PS, le PCF va essayer de se vendre au PS aussi, le MPF, les chasseurs et le Nouveau Centre se sont déjà vendus à l’UMP. Quant au MoDem, il est à vendre, mais personne ne veut l’acheter. Notre rôle est donc essentiel d’autant plus que l’UMP et le PS pratiquent la même politique. Simplement, ils se sont partagé les rôles. L’UMP, c’est le chirurgien qui ampute. Le PS, avec les régions, c’est l’anesthésiste qui rend avec un certain nombre de subventions la douleur moins vive… Mais il n’en demeure pas moins que le patient termine cul-de-jatte. Le FN est là pour le réveiller avant qu’on l’ampute.


En parlant de vente, où en sont vos finances ?
Nous cherchons toujours à vendre notre siège à Saint-Cloud. Une fois que ce sera fait, nous pourrons rembourser nos dettes. Mais ce n’est pas évident, cela ne se vend pas comme une paire de chaussures !

Vous êtes vous-même candidate dans le Nord-Pas-de-Calais. Un bon résultat vous est-il indispensable dans la course à la succession à Jean-Marie Le Pen ?
Évidemment, il vaut mieux toujours avoir un bon résultat qu’un mauvais lorsqu’on est candidat à la direction d’un mouvement. Mais je pense que personne ne conteste ma légitimité électorale au vu des résultats des législatives 2007, des municipales 2008, de la municipale partielle en 2009 et des européennes 2009. J’ai apporté des résultats non négligeables à mon parti…

Appréhendez-vous l’après-Jean-Marie Le Pen ?
Je fais combat après combat ! Après les régionales, nous rentrerons effectivement dans une campagne interne. Nous allons discuter au sein des instances, parce que c’est une première fois pour nous. Mais, non, je ne l’appréhende pas. Les adhérents du FN connaissent ma personnalité, mes priorités thématiques. J’ai pris un certain nombre de risques sur le plan de l’expression de mes idées. Ils savent donc que je reste rarement dans le flou. Je suis sûre que tout va se passer dans le respect et la tranquillité.

Vous restez rarement « dans le flou », comme lorsque vous faites éclater la polémique du Quick halal de Roubaix en pleine campagne régionale… Vous avez réfléchi en termes de retombée électorale ?
Bien sûr, je pense pouvoir en tirer un bénéfice électoral. Mais ce que je veux provoquer surtout, c’est un débat de fond. Comme lorsque je soulève l’affaire Mitterrand, je ne veux pas attaquer l’homme, dont je me moque comme de ma première chemise, mais soulever un vrai problème, celui de la morale publique. Par ailleurs, je pense que cette affaire du Quick est très symbolique. La question de la laïcité dont découle la question de notre identité nationale fait partie des règles de notre jeu républicain. C’est un problème fondamental et ce sera l’un des grands débats de la prochaine présidentielle.


Un débat dont s’est emparé l’UMP. Cela vous oblige-t-il à donner dans la surenchère pour vous faire entendre ?
Non, il ne faut pas parler plus fort, il faut parler plus juste. L’UMP et le gouvernement enfument les Français, notre objectif, c’est le désenfumage. Le ministre de l’Immigration Éric Besson ne m’a toujours pas répondu quant aux chiffres des régularisations de l’année dernière, mais ils n’ont jamais été si hauts. Il faut donc dire que les discours sont en contradiction avec les actes. D’autant plus qu’à chaque fois que l’on ouvre les yeux d’un électeur on est susceptible d’entraîner un vote.

Quelle leçon retenez-vous de l’affaire Soumaré ?
La campagne en Ile-de-France est pathétique. Aucun grand sujet n’est abordé, on est dans le pinaillage malsain et dérisoire de cour d’école dans le but de gagner du temps et d’éviter de parler des grands sujets que sont l’explosion du chômage et l’effondrement de la laïcité. Sur l’affaire Soumaré, je retiens qu’il y a une confusion totale des genres. L’UMP obtient ses infos parce que la droite est au gouvernement ! Il y a eu le même problème pour
l’affaire Clearstream , l’affaire Penchard , l’affaire de la double casquette d’Éric Woerth (ministre du Budget et trésorier de l’UMP)… On constate la perte totale du sens de l’État, qui n’est plus l’État. De Gaulle doit faire le ventilateur dans sa tombe à force de se retourner !

Source: lepoint.fr

Yohann Gourcuff, le bras d’honneur au système…

Yohann Gourcuff est peut-être le meilleur footballeur français actuel. Intelligent, vif, physique, technique, il a permis aux Girondins de Bordeaux de gagner le championnat pour la première fois depuis dix ans. Et cela pose un problème. Car voir ce jeune homme européen de vingt-trois ans, à la musculature impeccable, aux gestes précis et magnifiques, au visage beau comme celui d’un dieu grec, à la voix douce et posée et sans aucun accent, essayer de diriger (comme son rôle de meneur de jeu, de numéro 10, l’exige) une misérable cohorte de blacks fans de rap, de beaufs de banlieue convertis à l’islam et d’Antillais arrogants (alors qu’ils auraient toutes les raisons d’être modestes) laisse une impression étrange.

Comme si Gourcuff n’était pas à sa place dans la machine de propagande politico-médiatique qu’est devenue l’équipe de France de football. Comme s’il était un imprévu dans le casting pourtant jusque là admirablement remanié par Raymond Domenech, qui, dès le début de son règne, avait impitoyablement chassé tous ceux qui ne cadraient pas avec le profil de la nouvelle France. Mais ne pas sélectionner Yohann Gourcuff aurait été sûrement trop gros. Après l’éviction définitive de Ludovic Giuly et Robert Pirès (remplacés par d’autres joueurs moins bons mais ethniquement plus conformes), certains auraient peut-être commencé à poser les mauvaises questions.

Car il est manifestement évident que, de la même manière que Harry Roselmack doit sa place aux directives transmises par Chirac aux patrons de chaînes et recommandant vivement d’introduire très vite beaucoup plus de « diversité » sur les écrans, Raymond Domenech, sympathisant d’extrême gauche déclaré, a très visiblement reçu du pouvoir les mêmes consignes. Gourcuff, dans ce contexte, est une anomalie qui saute aux yeux de manière extrêmement violente, même si l’appareil dirigeant politico-médiatico-financier impose le black-out total sur cette question.

Gourcuff, sur le plan du jeu, est peut-être le nouveau Zidane. Sur le plan médiatique, il en est l’antithèse la plus parfaite. Il n’est pas noir, pas musulman, n’a pas l’accent des banlieues, porte un nom et un prénom celtiques. Sa famille ne vit pas depuis cinq générations dans la barre HLM d’une cité pourrie d’Ile-de-France ou de Marseille, mais vient d’une région, d’une province, d’un pays, et ce pays s’appelle la Bretagne.

On sent bien que l’enfance et l’adolescence de Yohannn ne se sont pas déroulées au milieu de la bêtise, de la violence, des kebabs, des tournantes, des imams et des boites aux lettres défoncées.

On sent bien que Yohannn n’a jamais squatté toute la nuit un hall d’immeuble avec ses potes en intimidant, juste pour le plaisir, les habitants qui avaient le tort de n’avoir pas, eux non plus, le profil de la nouvelle France et qui rentraient chez eux après le couvre-feu. On sent bien que Yohannn a eu une mère et un père, un vrai père, pas seulement un géniteur qui s’est contenté de le corriger à coups de ceinturons, mais un homme qui l’a construit, l’a guidé, lui a montré l’exemple. On sent que Yohannn est un type bien, un gars de chez nous, un jeune homme sain et normal.

Et voilà quel est le problème. Car pour les « bobos », c’est-à-dire la petite caste gauchiste qui nous dirige et veut nous faire avaler, de gré ou de force, sa société de merde, un jeune blanc européen ne peut pas être Yohann Gourcuff. Un jeune blanc européen a le choix entre devenir un Franck Ribéry, arabisé et islamisé, donc plus européen du tout – ceci c’est pour les enfants du peuple – ou devenir un Vincent Delerm, c’est-à-dire une sorte d’eunuque, promenant sa silhouette rachitique et ses manières de faux dandy dans les rues commerçantes de l’ouest de Paris, à la recherche d’un cinéma d’art et d’essai – cela c’est pour les enfants de la haute caste.

Yohann Gourcuff est l’exemple de ce que, pour les bobos, il ne faut surtout pas devenir.

Note YR : André Waroch est un collaborateur de l’excellent site Europe Maxima de Georges Feltin-Tracol et d’ailleurs je vous invite à lire son article consacré à l’ouvrage dirigé par Frédéric Pichon  » Les Alter Européens. Cette autre Europe de Paris à Moscou via Berlin « , Dualpha, coll.   » À nouveau siècle, nouveaux enjeux « , 2009, préface d’Alexis Arette, 476 p., 35 €.

source : voxfnredekker

Humour… Sur la virginité des futures mariées musulmanes.

Pas pu m’empêcher… Non! Pas une fatwa, pitié!!!

FDF

Drancy: Hortefeux montre les dents. Normal: Tarik Ramadan veut nous rééduquer…

De quoi? les « Indigestes de la République » veulent nous rééduquer? Venez, mes petits, venez… On vous attend. A des menaces de ce genre, on sait répondre par des action…

FDF

Le ministre de l’Intérieur a regretté que « la tension (ne soit) pas encore retombée » à Drancy, où le président de l’association gérant la mosquée de la ville, Hassen Chalghoumi, continue de faire l’objet de manifestations à caractère antisémite, après qu’il se fut prononcé contre le voile intégral. L’imam, qui a déposé plainte pour menace de mort, « est sous protection judiciaire », a relevé Brice Hortefeux.

Enfin, le ministre de l’Intérieur n’a pas exclu de demander la dissolution du « Parti des indigènes de la République », issu du « mouvement » du même nom et qui entend participer aux échéances politiques de 2010 et de 2012. Ce mouvement, « proche de Tarik Ramadan« , se caractérise « par le communautarisme, le refus de l’intégration et veut ‘rééduquer’ la société occidentale« , a déclaré Brice Hortefeux. Aussi dit-il vouloir se montrer « extrêmement vigilant face aux idées professées, aux mots employés » et, le cas échéant, « aller jusqu’à demander l’interdiction » de ce nouveau parti.

Source: lepoint.f

Grande mosquée de Marseille: ça manque d’oseille…

Oui, je sais, le jeu de mot ne va pas soulever les foules… En revanche, c’est sur le principe que beaucoup d’entre nous vont se réjouir: pas de fric, pas de mosquée… Pas de mosquée, pas d’ennuis et la France relève la tête.

FDF


RÉALISATION DE LA GRANDE MOSQUÉE DE MARSEILLE: C’est l’argent qui manque le plus…
08 Mars 2010 Une maquette de la mosquée de Marseille

L’interdiction des minarets en Suisse a ravivé le sentiment chez certaines parties extrémistes qui s’opposent à la construction de la mosquée.

La construction de la grande mosquée de Marseille ne connaîtra pas de sitôt le bout du tunnel. Ce vieux projet, ressorti du tiroir, souffre déjà du problème de financement.
«Nous avons des difficultés à trouver des bailleurs de fonds pour démarrer les travaux», a déploré le président du Conseil régional du culte musulman pour la région Paca. Selon Abderrahmane Ghoul, la pose de la première pierre de la mosquée devra intervenir au courant du mois de mai prochain. «Tout est fin prêt pour le démarrage des travaux mais les caisses sont vides», affirme M.Ghoul avec inquiétude. Et d’ajouter: «Nous n’avons que des promesses de financement». Selon lui, le permis de construire et toute la partie technique ont été réalisés grâce au chèque octroyé par le consulat d’Algérie à Marseille.
Pour sa première contribution, l’Algérie a remis en 2008 une enveloppe 170.000 euros. Estimé à 22 millions d’euros, la construction de la grande mosquée de Marseille est loin d’être une mince affaire. Le règlement arrêté dans le cadre du financement complique davantage la tâche. «Le financement ne doit pas dépasser le seuil de 25%», précise M.Ghoul. Un tel règlement a été adopté dans le but d’éviter la mainmise d’un quelconque pays, souligne-t-il. «C’est un projet rassembleur de la communauté musulmane établie à Marseille», a-t-il indiqué avant de fermer la parenthèse. Selon lui, l’Arabie Saoudite s’est dit prête à financer entièrement ce problème, mais l’offre ne convient pas au règlement. Ainsi, et avec la crise financière qui a fragilisé les économies, notre interlocuteur reconnaît la difficulté de trouver des ressources financières. Des contacts ont été entrepris avec les différents pays musulmans. «Si nous voulons que la première pierre soit posée prochainement, il faut au moins avoir le tiers du budget», a-t-il exigé. Ainsi, le rêve est loin d’être une réalité pour la communauté musulmane de Marseille.
Estimée à plus de 250.000 âmes, la communauté musulmane marseillaise est constituée beaucoup plus d’Algériens, au nombre de plus de 90.000 personnes, suivis des Comoriens, des Tunisiens, des Africains et des Marocains. Ces musulmans devront attendre quelques années pour ne pas dire une décennie pour avoir leur propre lieu de culte digne de cette ville. C’est ce qui explique la taille du projet. D’une superficie de 2500 m² avec un minaret de 25 mètres, la mosquée pourra accueillir 5000 fidèles. Elle sera également dotée d’une bibliothèque, d’une librairie, d’une école coranique et d’un restaurant, ainsi que d’un amphithéâtre et de salles d’expositions. De quoi ravir les musulmans de Marseille. Or, en plus du problème financier, se pose une autre contrainte. Les réactions s’opposant à sa construction continuent de se manifester. M.Ghoul avoue que la thèse de l’interdiction des minarets en Suisse a ravivé le sentiment chez certaines parties extrémistes qui s’opposent à la mosquée.
«Nous recevons beaucoup d’attaques et d’objections sur la construction du minaret», a-t-il précisé tout en assurant de la volonté du maire de Marseille à mener à bon port ce projet. Avant-hier, une centaine de personnes se sont rassemblées à Marseille à l’appel des mouvements d’extrême droite de la Ligue du Sud et des Identitaires pour dénoncer «l’islamisation», selon eux, de cette ville. Le rassemblement s’est déroulé en contrebas de la basilique Notre-Dame-de-la-Garde, lieu emblématique de la ville.
L’ex-FN et ex-MPF de Jacques Bompard, chef de file de la Ligue du Sud aux régionales en Provence-Alpes-Côte d’Azur (Paca), a expliqué avoir choisi ce lieu emblématique pour réagir à la construction «d’une mosquée-cathédrale qui va changer la nature même de la ville». Certains des manifestants portaient des pancartes proclamant: «Avec ou sans mosquée, pas de minarets dans nos quartiers.»


En guise de réplique, une manifestation a été organisée à l’appel de SOS-Racisme et du PCF qui ont dénoncé la haine et l’incitation à la haine. (Ah, ça, « ils » savent faire… FDF).


Source: lexpressiondz.com

Ca continue… Guerre entre musulmans à la mosquée de Drancy



Décidément, c’est le jihad interne chez les adeptes du jihad…

FDF



7mars 2010

T’es tout seul, mon pote? Ah non, il y a tes gardes du corps…

FDF

07/03/10
DRANCY(NOVOpress)

Les joies et charmes des sociétés multiethniques et multiculturelles sont décidément sans limites.

Cette fois c’est au sein même de la communauté musulmane que les tensions sont exacerbées et que le conflit menace.

Empoignades, éclats de voix, insultes, dégradations, réunion de crise… voilà quel est désormais le quotidien de la mosquée de Drancy dont l’imam avait osé se déclarer opposé au port du voile intégrale.
Ainsi hier, durant plus de trois heures, le collectif pro-palestinien Cheikh Yassine, a manifesté comme chaque vendredi lors de la grande prière pour demander le départ de l’imam Hassen Chalghoumi.

Les insultes ont fusé des deux camps, les défenseurs de l’Imam accusant leurs opposants d’être des « fanatiques » tandis que des allusions à l’antisémitisme à peine voilé étaient proférées en face d’eux, l’un des responsables des islamistes radicaux déclarant notamment : « Si vous acceptez que la mosquée soit gérée par le Crif (conseil représentatif des institutions juives), restez ainsi !».

La grande prière a fini par avoir lieu mais sans l’imam resté dans son bureau avec ses deux gardes du corps « pour raisons de sécurité ».

Loin des discours « politiquement correct », l’un des vrais visages de l’Islam en France…


Source: Novopress.info