Francaisdefrance's Blog

06/03/2010

Besoin de se justifier? Eric Besson : « Je n’ai pas fait le jeu du Front national ».

Interview:

06.03.10

« On ne vous entend plus. Vous êtes en quarantaine depuis le débat manqué sur l’identité nationale ?

Pas du tout, j’ai participé à plusieurs réunions publiques, j’étais mercredi 3 mars en Isère, je serai mardi 9 en Alsace et en Lorraine aux côtés de Xavier Bertrand. Etant plus présent dans les réunions locales depuis quinze jours, je me suis moins exprimé au niveau national.

N’avez-vous pas été muselé lors du séminaire gouvernemental du 8 février à Matignon ?

Mais où avez-vous vu cela ? Les décisions arrêtées le 8 février sont en cours de mise en oeuvre, y compris dans le projet de loi que je présenterai fin mars. Le 8 avril, j’animerai un colloque intitulé « Identités nationales, identité européenne » avec des ministres et intellectuels européens. Avant l’été, un deuxième séminaire gouvernemental se tiendra pour arrêter de nouvelles mesures. Le débat sur l’identité nationale est légitime. Les Français se vivent comme des héritiers, avec une langue, des valeurs, un art de vivre, et s’interrogent sur le devenir de leur « modèle ». Il est bon qu’ils s’expriment.

Nicolas Sarkozy dit que c’est en accolant les termes immigration et identité nationale qu’il a remporté la présidentielle de 2007. Du coup, on vous soupçonne de draguer les électeurs du FN… Aucun mot suspect ne peut m’être reproché. J’ai plaidé pour une République démocratique, sociale, laïque. J’ai dit que l’islam était compatible avec les valeurs de la République. J’ai répété que les musulmans dans leur immense majorité étaient respectueux des valeurs de la République. Je n’ai pas fait le jeu du Front national, bien au contraire, puisque ses thèses sont, selon un sondage TNS Sofres, en recul (FDF: Ah bon????). Et lorsque j’ai débattu (FDF: lamentablement…) avec Marine Le Pen, sur France 2, le 14 janvier, en face à face, elle a reculé de sept points. On peut toujours me donner des leçons, pratiquer comme Vincent Peillon la politique de l’autruche, fuir le débat.

Moi, je pense que les républicains, de droite et de gauche, ont intérêt à comprendre pourquoi un certain nombre de Français par le passé ont pu voter Front national. Il y a bien sûr une frange ultra-minoritaire de racistes et de xénophobes. Mais il y a aussi des Français qui craignent la mondialisation, la construction européenne, l’ouverture aux étrangers ou à l’islam, qui s’interrogent sur notre capacité à préserver tout ce qui fait la singularité de la France : ses services publics, sa culture, sa langue, son influence. Ces doutes, soit on les nie en se bouchant les yeux et les oreilles et on se trouve à la merci d’épisodes comme le 21 avril 2002, soit on les traite de façon ouverte et républicaine.

Au risque de libérer les mauvais instincts ? C’est le tabou et non le débat qui entretient les mauvais instincts. Le Front national est-il passé de 1 % à 17 % entre 1981 et 2002 parce que nous avons trop débattu de la nation, de la sécurité, de l’immigration ? Et n’a-t-il pas reculé à 10 % en 2007 parce que Nicolas Sarkozy a eu le courage de s’en saisir ? Certains intellectuels, qui ont appelé à cesser le débat, oublient que la France reste l’un des pays les plus généreux pour l’octroi de la nationalité – encore 108 000 cas en 2009.

Le président de la République s’est lui-même présenté comme « un Français de sang mêlé à la tête d’une nation métissée ». Ces contempteurs auraient intérêt à entendre ce que disent les Français, qui appellent à un renouveau du contrat républicain, veulent un équilibre entre droits et devoirs, revendiquent l’héritage républicain tout en demandant une lutte résolue contre les discriminations, et expriment une forte demande de civisme, d’ordre républicain et de sécurité.

Toujours plus de sécurité alors que les gardes à vue deviennent un problème politique ! L’insécurité touche d’abord le peuple, les gens modestes. Qu’on puisse discuter de tel ou tel abus ou bavure, pourquoi pas ? Le gouvernement a engagé une réforme à ce sujet, Michèle Alliot-Marie y travaille. La sécurité reste une priorité absolue, les garde à vue une nécessité. Ne biaisons pas le débat : la garde à vue n’est pas que la contrainte, c’est aussi la protection des droits.

Vous avez déjà été placé en garde à vue ? Non, mais je maintiens : la garde à vue protège les droits. La preuve : lorsque 123 clandestins débarquent en Corse en janvier, le fait que le procureur ne les ait pas placés en garde à vue, décision que je ne conteste pas, nous empêche ensuite de mener à bien toute procédure. Les décisions des juges des libertés et de la détention, qui ont remis ces personnes en liberté, n’étaient pas contestables.

Vous allez présenter un nouveau projet de loi sur l’immigration – le cinquième en six ans. Pourquoi durcir la législation ?

Remettons les choses à l’endroit. La France reste une terre d’accueil de l’immigration légale. 170 000 étrangers sont entrés au titre du long séjour sur notre territoire en 2009. Quant au projet de loi, en cours d’analyse par le Conseil d’Etat, il correspond d’une part à des mesures en faveur de l’intégration, issues de la première phase du grand débat sur l’identité nationale, et, d’autre part, à la transposition des trois directives européennes sur l’immigration adoptées avec les voix des socialistes espagnols, des sociaux-démocrates allemands et des travaillistes anglais. Le présenter comme liberticide est faux. Nous restons dans un parfait équilibre des droits et devoirs.

Votre prédécesseur s’était engagé à maintenir les délais maximums de rétention à 32 jours. Pourquoi les relever à 45 jours ? Parce que les pays d’origine des migrants nous demandent ce délai pour pouvoir vérifier s’il s’agit bien de leurs ressortissants. La France est le pays qui a les délais de rétention administrative les plus courts en Europe, et le restera. Et nos procédures sont très protectrices des libertés individuelles.

Une jeune femme qui se présente dans une gendarmerie dans le Loiret après avoir été victime de violences a été placée en centre de rétention et expulsée dans la foulée. Vous assumez ? Cette jeune femme n’a aucun titre à séjourner en France. Je me heurte là, comme dans d’autres dossiers similaires, à une difficulté dans la bataille de la communication : face aux affirmations des associations, qui jouent sur l’émotion, je ne peux pas répliquer immédiatement parce que j’ai le devoir de vérifier les faits. En la circonstance, le parquet a ouvert une enquête et je ne m’exprimerai qu’ensuite. C’est d’ailleurs un signe que nous sommes bien dans une démocratie avancée : l’Etat finance une partie des associations qui passent ensuite leur temps à lui taper dessus.

Vous ne vous sentez pas mal par moments dans vos habits de ministre ? C’est un beau ministère, républicain. Difficile quelquefois, mais indispensable.

Plus sérieusement… Aucun dirigeant socialiste n’ose la confrontation avec moi sur mes sujets. Vous avez compris ce qu’est la position de Martine Aubry sur la régulation des flux migratoires ? Moi non. »

Source: lemonde.fr/politique

Un beau morceau de stigmatisation, nouvelle spécialité des musulmans…

Sortez vos mouchoirs…

FDF

Récupéré sur: laveriteentrenous.lejdd.fr:

Qui veut la peau de l’imam de Drancy ? Par FARID HANNACHE Journaliste et conseiller de Hassen Chalghoumi, imam de Drancy

6 mars 2010 à 11:26

« Le site le plus farouchement « national-sioniste » (encore faut-il le prouver et rappeler ce que cela signifie en clair)re-publie le texte du conseiller musulman de l’Imam de Drancy paru dans la page REBONDS de Libération daté du jeudi 4 mars

Seine-Saint-Denis, 2009. Depuis plus d’un mois, voilà ce que hurle un groupuscule : traître, menteur, renégat, imam des services, imam de l’Etat, imam des juifs, mécréant, djihad, expulsion, destruction… Des mensonges, des anathèmes et des menaces.

La mosquée de Drancy a été profanée par des étrangers, sa sacralité salie par des agitateurs venus de loin, l’ordre public a été troublé. Des islamistes et leurs amis ont distribué des photocopies de la couverture du livre Islam de France (1) qualifié de «nouveaux Versets Sataniques» et ont brandi des pancartes de cadavres d’enfants palestiniens couverts de sang, d’horribles hurlements accusent Hassen Chalghoumi, l’imam de Drancy, d’être complice des massacres d’enfants, l’accusant de financer, avec l’argent des fidèles, le Crif qui financerait «une armée de barbares génocidaires». Nous ne sommes ni au Moyen Age ni au Moyen Orient, mais la chasse aux sorcières est ouverte, pratiquée publiquement sur le parking privé d’un centre commercial ou dans l’enceinte privée d’une mosquée. Ce climat insurrectionnel, avec ses versants de diffamation et d’intimidation, peut déboucher sur l’explosion. Ce climat est le produit d’une minorité intégriste et activiste contre la majorité des musulmans.

Les fidèles n’en peuvent plus. Ils ne peuvent pas financer encore un service de protection privé. Mais que font les pouvoirs publics ? Certains fidèles disent qu’on attend l’affrontement dans la mosquée pour la fermer et stigmatiser une nouvelle fois les musulmans.

Ces islamistes ne cherchent pas le débat, mais la zizanie. La zizanie est un versant de la dictature. Le débat est le nom de code du coup d’Etat, comme la démocratie est le nom de code de la dictature des ayatollahs. N’oublions pas ce qui s’est passé en Algérie et ailleurs. Le vice-président de la Conférence des imams de France ndlr : créée en juin 2009 vient d’être viré car il est pour un islam républicain. Plusieurs imams sont menacés par ces islamistes qui veulent construire un «Saint-Denistan» et en faire le versant de l’islamisme européen.

Ce n’est pas seulement l’imam de Drancy qui est en danger, mais tous les imams républicains. Ce qui est en jeu, c’est l’islam des lumières et la république des valeurs. Chacun doit assumer ses responsabilités. Les problèmes des musulmans de France sont le racisme et l’extrémisme. Les Français musulmans ne peuvent pas affronter seuls les islamistes. Chacun doit assumer ses responsabilités. Ces islamistes refusent de voir une mosquée indépendante des puissances sectaires et des ingérences étrangères, indépendante du fanatisme et de l’affairisme. Cette mosquée est devenue l’ennemie des intégristes et un boulet pour certains politiques.

Un représentant de la nation a le droit d’avoir peur des Frères musulmans ; un représentant religieux de l’islam de France a le droit de combattre l’islamisme. Le «politiquement correct» est le versant munichois du maquis islamiste. L’imam de Drancy a même été accusé de jeter de l’huile sur le feu car il avait dit «publiquement» son opposition au fanatisme ; on lui a «vivement» conseillé de ne plus parler aux médias, de prendre des vacances et de retarder la sortie de son livre d’un an. L’indécence est un versant de la démence. Nul n’a le droit de censurer un citoyen, ni de lui imposer d’appeler un éditeur pour retarder la sortie d’un livre. Cet imam ne peut pas être plus courageux que les représentants de notre nation. Le livre a été remis à l’éditeur le 10 janvier. Il devait sortir le 4 mars, mais vu l’ambiance des régionales, nous avons décidé de le publier le lendemain du deuxième tour. C’est cette version du 10 janvier qui sera publiée, sinon rien. Il n’y aura pas de compromis sur les valeurs musulmanes et républicaines. Les «amis» qui voulaient le lire pour nous conseiller sont priés de ranger leur paternalisme. L’Union des organisations islamiques de France ndlr : dans la mouvance des Frères musulmans, qui nous a envoyé plusieurs émissaires pour créer une amitié dissuasive, ne veut pas que ce livre perturbe son rassemblement du Bourget ni sa confiscation de l’islam de France.

Le Conseil français du culte musulman, qu’on a surtout vu en Irak ou avec des islamistes étrangers lors de la prise d’otages de journalistes français, prouve qu’en France l’islam est orphelin. Les représentants de l’islam de France ne peuvent être ni les intégristes qui ont poussé les Suisses à interdire la construction de nouveaux minarets, ni la secte politicienne des Frères musulmans qui massacrent nos frères et sœurs dans plusieurs pays musulmans. Mais il y a des politiques qui ont peur qu’un leader musulman soit en phase avec l’opinion publique française. Alors, on le laisse se faire salir. La désinformation est un versant de la lâcheté. On laisse les musulmans français otages du racisme et de l’islamisme. »

Bon, je vous laisse, c’est trop émouvant et je suis très sensible…

FDF

Islamisation: Les mosquées de Roubaix bientôt unies au sein d’un collectif…

L’union fait la force, dit on. Les muzz l’ont compris. Et nous, les « envahis », si on se regroupait enfin pour que NOTRE PAYS reprenne son identité d’origine et ses valeurs républicaines?  La France n’est pas terre d’islam et ne le sera jamais! On vous indique la marche à suivre ou ça va aller???

FDF

vendredi 05.03.2010

 Nordine Khabzaoui, de la mosquée Abou Bakr du Pile, se présente comme le porte-parole du nouveau collectif.
Nordine Khabzaoui, de la mosquée Abou Bakr du Pile, se présente comme le porte-parole du nouveau collectif.

L’annonce a été faite officiellement hier, par Nordine Khabzaoui, désormais porte-parole officiel de l’union des six mosquées de Roubaix.

Ces dernières semaines ont visiblement été difficiles à vivre pour la communauté musulmane de Roubaix. L’affaire du burger halal du restaurant Quick ( nos précédentes éditions), a en effet été mal perçue par certains musulmans, qui se sont sentis stigmatisés. L’annonce, hier, de la création d’une union des six mosquées de Roubaix (Epeule, Trois ponts, Fosse aux Chênes, Pile et deux à l’Alma), fait donc directement suite à cette affaire, comme l’explique Nordine Khabzaoui, désormais porte-parole de ce collectif dont le nom précis et les statuts restent encore à déterminer : « Cette union représente l’intégralité de la communauté musulmane de Roubaix, que nous estimons à 55 % de la population totale de la ville. Nous voulons parler d’une seule voix, d’abord pour dire qu’on n’a jamais rien demandé à Quick en matière de halal. Il s’agissait bien d’une offre commerciale.

Mais on ne comprend pas le battage médiatique autour de ça. On en a plus qu’assez de cette stigmatisation de la communauté musulmane, qui revient en moyenne tous les deux mois dans l’actualité (…) Notre seul et unique souhait est de vivre en parfaite harmonie, en tant qu’individus faisant partie de la République. » Le but de l’union sera donc désormais « d’apporter des réponses claires, car à chaque fois on est présentés sous un mauvais jour. » Dans l’histoire du Quick, « c’est la plainte du maire de Roubaix qui a été mal perçue par les fidèles » (FDF: petite larme, là?), précise Nordine Khabzaoui.

Mais depuis, « il nous a reçus pour nous expliquer et présenter des excuses ». René Vandierendonck précise de son côté s’être excusé, mais « auprès des personnes qui ont pu être choquées parce qu’elles ont mal interprété mes propos » tout en répétant n’avoir jamais eu de démarche contre le halal en lui-même.

L’union des mosquées a déjà des projets pour peser dans le paysage local : « On est une force citoyenne, pas politique, mais qui se voudra force de proposition à l’avenir », souligne Nordine Khabzaoui, qui détaille les projets du nouveau collectif : « Nous voulons peser pour la création d’un carré musulman. C’est un problème depuis trois ans à Roubaix, car le premier carré réservé est saturé. Ensuite, nous souhaitons lancer une véritable certification halal, qui pose pour l’instant problème dans le Nord – Pas-de-Calais, car pour l’instant, dans la région, aucun centre ni organisme attitré ne peut certifier. On espère avoir cette certification avant la fin d’année, pour garantir l’origine et la traçabilité des produits halal, et aussi permettre de financer les mosquées de Roubaix dont quatre ont des projets de rénovation ou de reconstruction. Notre troisième chantier, sera de sensibiliser la communauté musulmane à son rôle et à ses devoirs vis-à-vis de la ville et de la société, notamment la participation au vote et aux débats de société.

Pour qu’à l’avenir, on nous considère comme des citoyens français à part entière. »


Source: roubaix@lavoixdunord.fr

L’imam de Drancy sous haute tension… Viré par les siens, c’est très vexatoire…

05/03/2010

Depuis que l’imam de Drancy (comme @si le signalait) « a pris position contre le voile intégral dans nos colonnes le 22 janvier, le collectif propalestinien Cheikh Yassine manifeste chaque vendredi » pour réclamer son départ écrit le Parisien.

« Le préfet de Seine-Saint-Denis, Naccer Meddah » a demandé « au collectif de ne plus se rassembler sur le parking de l’hypermarché Carrefour – un espace privé – qui se trouve devant la mosquée et de ne plus utiliser de sono. »

A propos de la mosquée Le Parisien ajoute « Créée en février 2008 avec la complicité du député-maire de Drancy, elle a enlevé des fidèles et donc des dons à sa voisine de la Courneuve gérée par les Frères musulmans (…) c’est aussi la suprématie au sein de l’Islam de France qui se joue symboliquement analyse un spécialiste »

Source: Le Parisien vendredi 5 mars 2010

La « novlangue »: Il convient de réviser votre bagage lexical !

Vocabulaire issu de nos racines chrétiennes ou peur irraisonnée d’une horde de sauvages qu’on ne sait plus contenir ?

Gargarisme de toutes façons…


Exprimons nous de manière actuelle, (politiquement) correcte, convenable avec un vocable bienséant et des locutions raffinées indulgentes charitables et philanthopiques>

Voici quelques exemples et leur source

dans la presse (?) actuelle …


A vos études, apprenez bien ces nouvelles définitions !!!

Quelques exemples de la novlangue (nouvelle langue) : les mots façonnent les esprits puis modifient la manière de penser .

  • Ne dites plus clandestin mais candidat à l’immigration (Figaro)

  • Ne dites plus clandestin, immigré illégal, ni même sans-papiers, mais privés de papiers (source)

  • Ne dites plus discrimination positive mais encadrement différencié (Belgique) (voir)

  • Ne dites plus quartier à majorité immigrée mais quartier populaire (tous les médias)

  • Ne dites plus ni crimes, agressions, violences, mais plutôt actes de délinquance ou incivilités. Et encore mieux bêtises (source) ou faux-pas (France 2). Récent : les inconduites (CNRS)

  • Ne dites plus émeutes ou guerre des gangs mais incidents (partout)

  • Ne dites plus immigration mais mobilité européenne (Frattini, commissaire européen) (voir)

  • Ne dites plus immigré mais client (autorités finlandaises) (voir)

  • Ne dites plus bandes mais identités de quartier(LCI.fr)

  • Ne dites plus des bandes de noirs et d’arabes mais des jeunes qui se regroupent souvent sur des considérations ethniques » (Belgique) (voir)

  • Ne dites plus  enfants d’immigrés mais enfants issus de familles d’éducations éloignées (source)

  • Ne dites plus attraper les voleurs mais lutter contre les délits d’appropriation (France) (voir)

  • Ne dites plus des vauriens font des graffitis mais des graffeurs habillent la ville de couleurs ». (source)

  • Ne dites plus un voyou notoire mais un individu défavorablement connu de la justice (tous les médias)

  • Ne dites plus mosquée mais centre culturel et religieux. (partout)

  • Ne dites plus fusillade mais bagarre par balles (source)

  • Ne dites plus Français  attaché à son pays, à sa culture et fier de son drapeau mais raciste

Source: reçue par mail…

Immigration: Le Congo chez Tintin…

On se souvient de la polémique sur les rééditions de Tintin au Congo, qui propagerait un message raciste. La controverse risque de reprendre après la diffusion sur Internet de ce pastiche, qui tient compte de l’inversion des flux migratoires depuis la fin des colonies et de l’amplification du phénomène d’arrivée de migrants par voie maritime sur les côtes européennes. Des migrants âgés… de 7 à 77 ans ?

Source: Novopress.info 2010,

Clandestins: on nous ment, encore et toujours…

Ca va mal finir…

FDF


Vendredi 5 mars 2010

Clandestins : le nombre des régularisés en 2008 a été de 50% supérieur à celui des expulsés réels…

Un examen détaillé du volumineux « sixième rapport au parlement sur la politique d’immigration » présenté en Janvier dernier et couvrant l’année 2008 permet de pointer une fois de plus l’échec du gouvernement en matière de lutte contre l’immigration clandestine, malgré la priorité de façade affichée.

En 2008, il  n’y a eu  en effet que 29.726 « éloignements » sur un total de 101.380 mesures prononcées, soit 70% non exécutées… De plus, sur le chiffre annoncé des éloignements il y a eu 10.072 « retours aidés» qui sont pour l’essentiel ceux  des fameux Roumains à qui l’on donne une prime et un billet d’avion pour rentrer chez eux mais qui, légalement, peuvent revenir peu après.. ! En réalité il n’y a donc eu que 19.654 expulsions réelles.
D’un autre coté, toujours selon les chiffres officiels, 29.779 clandestins ont été finalement « admis au séjour », donc régularisés.


Nul doute que les candidats à l’immigration clandestine ne seront pas dissuadés par ces chiffres, bien au contraire ! et contrairement aux affirmations de M.Besson, le nombre de clandestins ne cesse d’augmenter. Dans le même rapport on peut lire par exemple que le nombre de bénéficiaires de l’Aide Médicale d’Etat (A.M.E), réservée aux clandestins, bat tous les records, à 204.072  bénéficiaires au 31 Mars 2009 !

Ceci démontre, une fois de plus, la tromperie qui consiste à faire croire aux Français que le  gouvernement UMP et le Président de la République sont fermes en matière d’immigration clandestine, comme l’avait promis le candidat Sarkozy. La réalité est que rien ne change dans ce domaine comme dans d’autres, sinon en pire. Les Français auront l’occasion de sanctionner cette supercherie en votant pour les listes du Front National lors des élections régionales.

Source: Convergences Nationales