Francaisdefrance's Blog

03/03/2010

Un restant de patriotisme? Les Français sont les plus favorables à l’interdiction de la burqa.

02/03/2010

Quand on voit ça, ci-dessous, le fait d’être Français et défavorable à la burqa sur notre sol n’est que de la logique pure.

FDF

Les Français sont les plus favorables à l'interdiction de la burqa

Aux États-Unis, seule une minorité de 33 % des sondés soutiendrait l’interdiction de la burqa dans certains lieux publics, et moins de 30 % en Chine.

Les Français se montrent les plus favorables à l’interdiction de la burqa, voile islamique intégral, dans certains lieux publics, parmi les habitants de sept pays interrogés pour un sondage publié mardi par le Financial Times.

Quelque 70 % des Français interrogés disent soutenir l’interdiction de la burqa, alors qu’une majorité des Européens sondés se montre également favorables à l’adoption d’une loi similaire dans leur pays. 65 % des Espagnols et 63 % des Italiens verraient d’un bon oeil une telle interdiction même si le soutien est plus modéré en Grande-Bretagne (57 %) et en Allemagne (50 %).

Le sondage a été effectué entre le 3 et le 10 février par l’institut Harris pour le Financial Times auprès de 7.256 adultes en France, Grande-Bretagne, Allemagne, Italie, Espagne, États-Unis et Chine. Le gouvernement français souhaite déposer un projet de loi prévoyant une « interdiction du voile intégral la plus large et la plus effective possible » et a saisi le Conseil d’État de l’aider à rédiger un texte adéquat. En Grande-Bretagne le ministre de la Justice Jack Straw a dit début février sa ferme opposition à une loi interdisant le port de la burqa.

Source: lepoint.fr

Encore? Un policier grièvement blessé pendant un contrôle routier!!!

Là, il faut tout de suite stopper le laxisme pratiqué sur ce genre d’affaire. Il faut réagir et vite! Non seulement sans cesse bafouée, la Police va devoir compter ses morts, maintenant? Mais dans quel pays vit t’on??? Il faudrait pouvoir compter les morts dans la partie adverse, désormais. Ah oui, il ne faut pas, ça provoque des émeutes…Dans des cas pareils, pourquoi la police ne sort elle pas ses armes? C’est de la légitime défense, non?

J’adresse toute ma compassion sincère à ce policier tombé sous le sentiment d’impunité et le baffouement de nos lois de la racaille et souhaitons qu’il s’en sorte…

Plus de pitié pour la racaille! (Dernière nouvelle-20h09: les deux « fumiers » auraient été arrêtés…).

FDF

03/03/2010

Le gardien de la paix de Tarascon (Bouches-du-Rhône) aurait été écrasé par un automobiliste pris en chasse par la police. Il est dans un état critique.

Un policier du commissariat de Tarascon (Bouches-du-Rhône) a été grièvement blessé mercredi vers 01H00 du matin après avoir été vraisemblablement percuté par un véhicule refusant de se soumettre à un contrôle routier, a-t-on appris de source proche de l’enquête.

Le fonctionnaire blessé a été transporté par hélicoptère à l’hôpital Nord de Marseille dans un état critique.

Ce gardien de la paix de 35 ans, père de deux enfants, avait pris en chasse avec un de ses collègues une voiture Clio avec deux occupants qui était en infraction avec le code de la route, a précisé cette source.

Le véhicule poursuivi s’est brutalement immobilisé sur un chemin de terre en direction d’Arles et son chauffeur a alors pris la fuite à pied. Tandis qu’un des policiers restait sur place pour tenter d’interpeller le passager, l’autre partait à pied à la poursuite du conducteur.

Sadisme: Mais en revenant sur les lieux, il retrouvait son collègue sous les roues du véhicule, présentant plusieurs traumatismes. Selon les premières investigations, le passager de la Clio aurait pris le volant et écrasé le policier qui tentait de le freiner, avant de prendre la fuite.

Le parquet de Tarascon a confié l’enquête à la brigade criminelle de la police judiciaire de Marseille.

« Même s’il survit, notre camarade présentera des lésions terribles et tout ça pour une simple infraction », a déploré le représentant régional du syndicat Alliance, David-Olivier Reverdy.

Source: lexpress.fr

Tiens donc: 40% des Kurdes découverts en Corse ont disparu dans la nature…

Ben ça, c’est marrant alors… Ils sont peut-être hébergés chez les associations « bobo » qui plaident leurs cause? Non, j’déconne… Rien ne se perd, tout se retrouve. Ils sont lâchés dans la nature, soit. Un conseil: soyez vigilants.

FDF

03/03/2010

Arrivés en Corse en janvier dernier, arrêtés puis relâchés, que sont devenus les migrants jurdes?AFP /ANNE-CHRISTINE POUJOULAT

Arrivés en Corse en janvier dernier, arrêtés puis relâchés, que sont devenus les migrants kurdes?


Après leur débarquement sur une plage corse en janvier 2010, 123 migrants ont été placés en centre de rétention avant d’être libérés. Que sont-ils devenus?

Le 22 janvier, 123 Kurdes étaient découverts sur une plage corse. Trois jours plus tard, Nicolas Sarkozy affirmait sur TF1: « Je le dis très simplement, nous soignons ces personnes, nous les nourrissons, nous les réconfortons (…) et nous les raccompagnerons chez elles. » Lorsque le chef de l’Etat s’exprimait, les juges avaient déjà ordonné la remise en liberté de ces clandestins enfermés un temps dans des centres de rétention administrative.

Résultat: la réalité aujourd’hui est très différente des propos présidentiels. Parmi les 81 adultes (les 42 autres sont des enfants), 32 ont disparu dans la nature -soit près de 40% d’entre eux. Certains ont même de nouveau été arrêtés: 4 se trouvaient alors en Allemagne, 4 autres au Danemark. Quant aux 49 autres adultes, ils ont déposé une demande d’asile et ont reçu, à une exception près, une autorisation provisoire de séjour. Les autorités françaises espèrent qu’elles ne perdront pas leurs traces.

Source: lexpress.fr

Violences au PSG : Des mesures radicales, enfin !

Et pan, la racaille, dans ta g….. !!! On va pouvoir enfin assister à du sport décrassé…

FDF


2 mars 2010

Le Président du PSG Robin Leproux a annoncé ce mardi en conférence de presse que plusieurs mesures à effet immédiat ont été prises.

La première est que le club ne fera pas appel s’il venait à être sanctionné d’un match à huis clos. La seconde est que les locaux mis à disposition des associations de supporters seront fermés. Enfin, le club ne vendre plus aucun billet aux supporters lors des déplacements. Ces mesures s’appliquent dès maintenant et jusqu’à nouvel ordre.

suite

Entre Jacques Bompard et l’islam, l’évêque de Marseille choisit l’islam !




3 mars 2010

03/03/2010

MARSEILLE

Samedi 6 mars, à 14 h 00, La Ligue du Sud manifeste à Marseille pour protester contre l’islamisation de cette ville et dire son attachement à notre identité provençale et française. Le rassemblement devait avoir lieu devant la Bonne Mère, sur le parvis de Notre-Dame de la Garde. Or l’évêque de Marseille, Mgr Georges Pontier, a refusé cette manifestation. A sa demande, la préfecture de police de Marseille n’a pas donné son autorisation au rassemblement sur ce lieu de la liste conduite par Jacques Bompard aux élections régionales en Provence-Alpes-Côte d’Azur (Paca).

Dans un communiqué, la Ligue du Sud écrit : « L’islamophilie de l’évêque de Marseille n’est pas une surprise. Alors qu’il était vice-président de la commission épiscopale des Evêques de France, il s’était signalé par ses outrances au service du lobby pro immigration en qualifiant notamment d’“inhumaines“ les lois en vigueur sur les immigrés clandestins. »

Mgr Pontier, évêque de Marseille


Cette même Ligue du Sud relate que le site internet de l’évêché fait également de la publicité à l’imam de Bordeaux, Tareq Oubrou, qui a donné par le passé des conférences sur Hassan Al-Banna (1906-1949), au cours desquelles il encense le fondateur des Frères musulmans qui affirma, en son temps, qu’« il est dans la nature de l’Islam de dominer, d’imposer sa loi à toutes les nations et d’étendre son pouvoir dans le monde entier » (Hassan al-Bannâ’, charte des Frères musulmans). Ce même Oubrou fustige toute interprétation non littérale des textes, fait l’apologie de la Dawa’ « expansion de l’islam à toutes les strates de la société », réclame l’Etat islamique dans un premier temps, puis « la réunion de tous les Etats islamiques » dans le califat mondial.

N’en déplaise « à cet évêque en voie d’hallalisation », selon les termes employés par la Ligue du Sud, la manifestation aura quand même lieu et pas loin des fenêtres de l’évêque : « Le rassemblement autorisé se tiendra à quelques mètres de la montée vers Notre-Dame de la Garde et de la résidence de Mgr Pontier. »

Le rendez-vous est fixé samedi 6 mars à 14 h 00, place du colonel Edon.

Novopress.info 2010,

Islamisation: vidéo à l’intention de ceux qui n’ont pas encore compris…

Lire: http://www.youtube.com/watch?v=GirWx0WDAqQ

Petits arrangement entre amis: La veuve de l’ex-président du Rwanda a été libérée.

Et ça n’a pas traîné… Comment aurait ‘il pu en être autrement? J’en parlais hier dans un billet…Je devrais changer de boulot et aller voir du coté des voyants… On nous prend vraiment QUE pour des cons!

FDF

02/03/2010

Agathe Habyarimana, ici avec son mari Juvenal, lors d'une rencontre officielle à l'Elysée en 1977 avec le président français d'alors, Valery Giscard d'Estaing, et sa femme Anne-Aymone.
Agathe Habyarimana, ici avec son mari Juvenal, lors d’une rencontre officielle à l’Elysée en 1977 avec le président français d’alors, Valery Giscard d’Estaing, et sa femme Anne-Aymone. Crédits photo : AFP

Objet d’un mandat d’arrêt international pour son rôle présumé dans le génocide de 1994, Agathe Habyarimana a été interpellée mardi en banlieue parisienne, puis libérée sous contrôle judiciaire.

Difficile de ne pas y voir une relation de cause à effet. Quelques jours après la visite de réconciliation de Nicolas Sarkozy à Kigali, Agathe Habyarimana, veuve du président rwandais assassiné en avril 1994, a été interpellée mardi à Courcouronnes, dans l’Essonne. Elle est soupçonnée d’avoir joué un rôle dans le génocide. Quelques heures plus tard, elle été remise en liberté et placée sous contrôle judiciaire.

Kigali réclame son extradition depuis 2004 et c’est sur la base d’un mandat d’arrêt international émis par les autorités rwandaises qu’elle aurait été arrêtée, de source proche du dossier. Une nouvelle qui sonne donc comme un gage de bonne volonté envers Kigali, dans un contexte de réchauffement des relations diplomatiques entres les deux pays, distendues depuis trois ans.

«Nous voulons que les responsables du génocide soient retrouvés et soient punis», avait déclaré Nicolas Sarkozy vendredi dernier, lors d’une conférence commune avec son homologue rwandais Paul Kagamé. «Est-ce qu’il y en a en France ? C’est à la justice de le dire. Nous venons de refuser l’asile politique à des personnes concernées et il y a une procédure judiciaire engagée», avait-il ajouté, faisant référence sans la citer à Agathe Habyarimana.

Trois demandes d’extradition vers Kigali refusées

Agathe Habyarimana est souvent présentée comme membre de l’«Akazu», le premier cercle du pouvoir qui a fomenté le génocide, ce qu’elle nie. L’attentat contre l’avion transportant son époux, le 6 avril 1994, est considéré comme le signal déclencheur du génocide, qui fit environ 800.000 morts.

Evacuée par des militaires français vers la France dès les premiers jours du génocide, la veuve du président assassiné était installée en France depuis 1998. En 2007, elle s’était en effet vu refuser sa demande d’asile – déposée en 2004 quand le Rwanda s’est lancé à sa poursuite – par l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA). Ce rejet avait ensuite été confirmé par la Commission des recours des réfugiés (devenue la Cour nationale du droit d’asile), en vertu des Conventions de Genève et pour son implication présumée dans la politique génocidaire du régime rwandais. Une décision définitivement validée en octobre dernier par le Conseil d’Etat.

«Son arrestation est une bonne nouvelle, parce que ça veut dire qu’elle ne restera pas impunie», analyse Michel Laval, avocat du Collectif des parties civiles pour le Rwanda (CPCR), joint par lefigaro.fr. En 2007, le collectif avait déposé une plainte à l’encontre de la veuve pour complicité de génocide «mais l’information judiciaire est au point mort», relève-t-il. «Enfin, on semble donc considérer son cas avec plus d’attention», se félicite l’avocat.

Reste pour la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris à statuer sur la demande d’extradition de Kigali. Si la justice française a autorisé l’extradition de plusieurs Rwandais soupçonnés d’être impliqués dans le génocide vers le Tribunal pénal international (TPIR) d’Arusha, elle s’est en revanche opposée à trois reprises à des extraditions vers Kigali, jugeant que la justice rwandaise n’était pas à même de garantir un «procès équitable» et l’accès à une justice indépendante. Il y a un mois, la cour d’appel de Bordeaux a décidé de renvoyer au 3 juin sa décision concernant la demande d’extradition à l’encontre d’un médecin rwandais accusé d’avoir participé au génocide. En tout, treize enquêtes contre des Rwandais ont été ouvertes par la justice française depuis 1995.

Source: lefigaro.fr

Islamisation: MARSEILLE, la plus grande colonie phocéenne pour 2020 ?

3 mars 2010

Source :  http://www.liguedusud.com/

Vous voulez de ça ?: MARSEILLE,  la plus grande colonie phocéenne musulmane de France pour 2020…

mairie_marseille_islamique

« L’élu, d’abord opposé au projet, a estimé, en 2001, qu’il ne pouvait priver d’un lieu de culte décent les 200 000 Marseillais musulmans Phocéens, soit le quart de la population.« (*)

(*) N’oubliez pas de signaler au  http://www.lefigaro.fr/ que les statistiques ethniques, en France, sont interdits….

sondage _figaro_mosquee_marseille

70,16% des votants ce sont prononcés contre l’édification d’un grand lieu de culte phocéen ?!  Bizarre vous avez dit bizarre….

Le projet de grande mosquée à Marseille

Renseignements complémentaires :

Les architectes collabos Les entreprises collabos

La petite dernière de Gaudin :

« Nous nous réjouissons que les musulmans soient heureux du match, sauf que quand après ils déferlent à 15.000 ou à 20.000 sur la Canebière, il n’y a que le drapeau algérien et il n’y a pas le drapeau français, cela ne nous plaît pas » Gaudin, serait-il un dhimmi qui s’ignore ou est il seulement «  pas assez intelligent pour être stupide  » ?
MARSEILLE

Mosquée  26, rue de la Mission de France MARSEILLE 13001

Mosquée  Boulevard Jourdan, Bât. F1 MARSEILLE 13014

Mosquée EL-Forquane  avenue du Baou de Sormiou MARSEILLE 13009

Mosquée EL-Houceine  41, rue de la Pinède MARSEILLE  13011
Mosquée EL-ISLAH  136, chemin de la Madrague MARSEILLE 13015

Mosquée ES-Salam  Chemin de la Bigotte MARSEILLE 13015

Mosquée Foi et Bonnes Oeuvres 174, rue Gras Boeuf, 78 rue Hoche MARSEILLE 13003

Mosquée ES-Sunna  367, Boulevard National MARSEILLE 13003

Mosquée EL-MOHSININNE  7, rue des Icardins MARSEILLE 13002

Mosquée EL-Quods  26 (ou 22), rue des Recolettes MARSEILLE  13001

Mosquée ER-Rahmany  9, avenue Camille Pelletan MARSEILLE  13002

Mosquée ES-Salam  50, rue Bernard du Bois MARSEILLE  13001

Mosquée ES-Salam  11, rue Félix Pyat MARSEILLE  13003

Mosquée EN-NASR  68, rue Alfred Cartel MARSEILLE 10EME ARRONDISS  13010

Mosquée EN-NOUR  51, avenue Frais Vallon MARSEILLE 13013

Mosquée EL-Houda  98, avenue de la Croix Rouge MARSEILLE 13014

Mosquée KHALID IBN WALID  24, rue Malaval MARSEILLE 13002    Tél: 04 91 90 80 47

Mosquée TAHARA  6, rue de l’Académie MARSEILLE  13001

Mosquée de la Bricarde 125, boulevard Henri Barnier MARSEILLE 13015

Mosquée de la Castellane  7, place du Merou MARSEILLE 13016

Mosquée DE LA RENAUDE  Boulevard Hérodote, Bât. 12 MARSEILLE 13013

Mosquée EL-BADR  206 chemin Saint-Marthe MARSEILLE 13014

Mosquée « LA SINCERITE »  St-Barthélemy III, Bât. G7 MARSEILLE 13014

Mosquée DE L’ESTAQUE  35, rue de la Redonne MARSEILLE 13016

Mosquée AT-Taqwa  6, rue Bon Pasteur MARSEILLE 13001

Mosquée Avérroès  23, rue Françis Pressensé MARSEILLE  13001

Association : ASSOCIATION CULTUELLE LES OLIVIERS (A.C.O). : rue Albert Marquet, 13013 MARSEILLE

Association Bastide Saint-Jean  rue Bastide St-Jean MARSEILLE 13012

Association Islamique  10, rue Gaillard MARSEILLE 13003

Association Culturelle M.  13, rue des Bosquets MARSEILLE  13011

Association culturelle M’ZAB (A.C.M.). Ancien titre : ASSOCIATION IBADITE DU M’ZAB Siège social : 31, rue Longue des Capucins,  MARSEILLE 13001

Association Culturelle Islamique  24, avenue du Cef MARSEILLE 13010

Association Culturelle Islamique  Chemin du Merlan MARSEILLE  13013

Association Islamique pour L’Education et la Culture  rue Vallon des Tuves, B. E2 MARSEILLE 13015

Association Culturelle  de La Busserine  37, Boulevard Charles Mattei MARSEILLE 13014

Association Culturelle de Marseille  42, avenue saint-Paul, Bât. 1 MARSEILLE 13013

Association de Corot  33 / 35, avenue Corot MARSEILLE 13013

Association des Résidents du Foyer  44, Traverse du Moulin de la Vilette MARSEILLE 13003

Association des Résidents du Foyer  35, rue du Baignoir MARSEILLE 13001

Association des Résidents du Foyer  17-19, Boulevard de la Barnière MARSEILLE  13010

Association des Résidents du Foyer   135, Chemin de la Commanderie MARSEILLE 13015

Association des Résidents du Foyer  74, rue Felix Pyat MARSEILLE e 13003

Association des Résidents du Foyer  69, chemin du Cap Janet MARSEILLE  13015

Association des Résidents du Foyer  34, rue Loubon MARSEILLE 13003

Association des Résidents du Foyer situé au 1 Traverse de la Matrague-Ville  MARSEILLE 13015

Association des Résidents du Foyer  54, avenue Felix Zoccola MARSEILLE 13015

Association STP Dessine Moi un Livre  Centre Viala  50, boulevard Viala MARSEILLE 13015

Association : CONSEIL EUROPEEN DES FEMMES MUSULMANES. 18, rue Rodolphe Pollack MARSEILLE  13001

Centre islamique  50, boulevard Viala MARSEILLE  13015

Conseil Régional du Culte M. Paca  29, rue Lulli MARSEILLE  13001

Ligue Française De La F.M. Association Féminine OUVERTURE  56, avenue Corot Cité St-Juste – Belleville bât 31 MARSEILLE 13013  Tel 04 91 70 60 38

Ligue Française De La F.M. Association STP Dessine Moi un Livre Centre Viala  50, boulevard Viala MARSEILLE 13015

Union des Organismes Islamiques Centre Islamique  50, Boulevard Viala MARSEILLE 13015   Tél. 04.91.63.47.01

Association : A C M DE PICON. Siège social : bâtiment F3, cité Picon,  MARSEILLE 13014

Association : ASSOCIATION CULTUELLE D’AIR BEL. Siège social : résidence Air Bel, 41, place de la Parette,  MARSEILLE 13011

Association : ASSOCIATION CULTURE ART ET SAVOIR (ACAS).

Siège social : bâtiment G, cité Bastide Saint Jean, MARSEILLE 13012

Aumônerie Régionale Musulmane-Sud Tél/fax : 00 334 42 59 11 93   Adresse Postale  B.P. 2093 – 13203 Marseille cedex 01

etc…
ICI C’EST MARSEILLE, PAS ALGER ! Non à la Grande Mosquée. Non à l’islamisation. La Ligue du Sud appelle tous les habitants de Marseille à venir manifester leur attachement à l’identité provençale. Des cars sont mis à disposition au départ de Nice, Toulon, et Orange.
Merci de diffuser très largement,

Y compris sur Facebook

Niqab, hijab, burqa: L’exemple viendra t’il du Quebec?

Une musulmane expulsée d’un cours à cause du niqab. Ben voilà, il n’ y a pas à prendre de gants (sans mauvais jeu de mots)!

FDF


La Presse


Le ministère de l’Immigration du Québec est intervenu, en novembre dernier, pour expulser d’un cours de francisation destiné aux immigrés une femme d’origine égyptienne qui refusait de dévoiler son visage en classe.

Après des mois (de février à novembre) de tentatives d’accommodement de la part de l’enseignante et de la direction du cégep Saint-Laurent, la situation est devenue tendue au risque de provoquer des affrontements au sein de l’institution.

Selon ce qu’a pu apprendre La Presse, un haut fonctionnaire (Roger Giroux, directeur général de la francisation au ministère de l’Immigration) est intervenu personnellement pour demander, pour la ixième fois, à la dame de retirer son niqab (qui ne laisse paraître que les yeux), à défaut de quoi elle serait expulsée du cours. Elle a refusé, exigeant une confirmation écrite de la position du Ministère, ce qu’elle a obtenu.

Dans la lettre, M. Giroux rappelle que les motifs ont été clairement exposés à l’élève exclue, que celle-ci ne pouvait poursuivre ses cours avec son niqab mais qu’elle avait tout loisir de suivre la formation en ligne.

La dame a porté plainte dans les jours suivants devant la Commission des droits de la personne, qui l’étudiera dans les prochains mois.

Toute cette histoire a commencé en février 2009, lorsque cette immigrée égyptienne s’est inscrite à un cours de français au cégep Saint-Laurent. Elle avait alors le statut de résidente permanente au Canada. Pour s’inscrire, elle a fourni une photo sur laquelle son visage est découvert et elle a rencontré, sans niqab, l’évaluatrice des services de francisation.

Jusque-là, tout va bien. Les problèmes surgissent toutefois dès les premiers cours parce que quelques hommes sont dans la classe et qu’elle refuse de se dévoiler en leur présence.

Conciliante, l’enseignante offre, avec l’accord de la direction du cégep, de s’isoler avec elle dans un coin de la classe pour faire les exercices de dialogue. Pour ces séances particulières, l’élève accepte de retirer son niqab.

Un exposé oral de dos

Cet arrangement bancal se heurte toutefois rapidement aux objectifs mêmes du cours, qui veut favoriser les échanges entre élèves, les exposés oraux et les mises en situation. En outre, la femme refuse de plus en plus souvent de se conformer à l’entente conclue avec son prof. Cette dernière, de même que la direction du cégep Saint-Laurent, lui rappelle que, pour des raisons pédagogiques, il est essentiel de voir le visage des élèves dans les échanges afin de pouvoir corriger leur élocution et de voir leurs expressions faciales.

À un moment, on pousse même l’accommodement jusqu’à permettre à l’élève de faire un exposé oral au fond de la classe, de dos, parce qu’il y a des hommes dans la salle.

Les rapports entre l’élève musulmane et son enseignante, mais aussi avec le reste de la classe se corsent à la limite du conflit ouvert. On atteint finalement le point de non-retour lorsque la dame, après une pause, demande à trois hommes de se déplacer parce qu’ils lui font face dans la classe, aménagée en U par l’enseignante pour, justement, faciliter les échanges. Les hommes et l’enseignante y consentent, mais la situation est devenue intenable et on se dirige clairement vers un affrontement.

Selon nos sources, l’élève voilée refuse alors systématiquement de se découvrir le visage, même en tête à tête avec son prof, et elle se montre de plus en plus militante, voire agressive.

Dès lors, le dossier «monte» jusqu’au Ministère et même jusqu’au bureau de la ministre de l’Immigration, Yolande James, qui suit de près, avec ses fonctionnaires, son évolution.

L’ultimatum puis l’expulsion de l’élève ont été décidés au niveau politique, avec l’intervention d’un haut fonctionnaire et l’accord de la ministre James.

Dossier politiquement explosif

Bien des Québécois applaudiront la fermeté du gouvernement dans ce dossier, mais, politiquement et juridiquement, le terrain est glissant.

Au moment où, dans plusieurs pays européens, un débat fait rage sur les symboles religieux, en particulier le voile (hijab, niqab ou burqa), Québec intervient, pour la toute première fois, dans une salle de classe. Deux autres cas semblables ont surgi récemment dans des cours de français pour immigrés au cégep de Sainte-Foy, mais les deux élèves se sont pliées aux exigences du cours.

S’affrontent ici les principes de la laïcité et de l’égalité entre les hommes et les femmes, piliers de la politique du gouvernement québécois, et la liberté de pratique religieuse, reconnue par les chartes québécoises et canadiennes. Il s’agit d’un test crucial pour le gouvernement et de la première réaction politique ferme depuis la commission Bouchard-Taylor.

À Québec, on suit donc l’affaire de très près. Nos sources affirment que le gouvernement a bon espoir d’obtenir gain de cause devant la Commission des droits de la personne.

«Nous jugeons avoir fait tout ce qui était raisonnable pour accommoder cette personne, mais il y a une limite, et on l’a franchie ici. Pour nous, il est important d’envoyer un message clair», indique un informateur très près du dossier.

Dans sa plainte à la Commission des droits de la personne, l’élève voilée invoque la liberté de pratique religieuse. Le gouvernement, pour sa part, affirme que le port du niqab est incompatible avec les objectifs pédagogiques et que les nombreuses tentatives d’accommodements raisonnables ont échoué.

Québec rappelle aussi que tous les immigrés s’engagent par écrit depuis le mois de janvier 2009 à respecter les valeurs québécoises (y compris l’égalité entre les sexes), qu’ils suivent un cours sur ces valeurs communes et qu’ils doivent apprendre le français.

S’ils ne veulent ou ne peuvent pas suivre ces cours en personne, les nouveaux arrivants peuvent le faire en ligne, et toute l’information sur les valeurs communes est expliquée, en plusieurs langues, dont l’arabe, sur le site du ministère de l’Immigration.

Conciliation ou ligne dure ?

Ce n’est donc pas que la décision politique qui est soumise à un test avec ce cas, mais également toute l’approche mise en place par le gouvernement Charest dans la foulée du rapport de la commission Bouchard-Taylor.

Selon tous les sondages récents sur la question des accommodements raisonnables, la majorité des Québécois pensent que leur gouvernement se montre d’ordinaire trop conciliant.

Dans les dernières années, des cas fortement médiatisés, à la SAAQ notamment, ont alimenté la controverse et enflammé les émissions de tribunes téléphoniques.

Au gouvernement, le débat aussi fait rage entre les partisans de la conciliation et les tenants de la ligne dure, débat pimenté par les positions des partis de l’opposition.

Il est peu probable que le gouvernement légifère en matière de port de symboles religieux. Des avis juridiques circulant dans certains ministères font toutefois état de problèmes de communication et de sécurité liés au port du niqab et de la burqa.

Un autre cas connu est actuellement devant la Commission des droits de la personne. Sondos Abdelatif, une jeune musulmane qui suivait une formation pour devenir gardienne de prison, a déposé en 2007 une plainte après avoir été congédiée par Services correctionnels du Québec parce qu’elle refusait d’enlever son hijab.

Elle plaide la liberté de pratique religieuse alors que son ancien employeur affirme que le port du foulard pose des risques pour la sécurité de la gardienne.

Merci de l’info à JLB…

Délinquance au collège: au hachoir, maintenant…

De mieux en mieux… Il va falloir rebaptiser  les collèges et lycées en « boucheries », bientôt. Tous les ustensiles de cuisine y passent, dans ce genre d’agression. Du couteau au hachoir… Grave… Mais personne ne bouge, grave aussi… Franchement, je plains le corps enseignant…

FDF

A quand, les lapidations durant la récré ???

Une collégienne de 15 ans a menacé une camarade avec un hachoir

03.03.10

Une collégienne de 15 ans est convoquée devant un juge des enfants après avoir brandi un hachoir dans l’enceinte d’un collège de Carqueiranne, sans faire de blessé, a-t-on appris mardi auprès du parquet de Toulon.

La collégienne, qui a été exclue temporairement de l’établissement, menaçait une camarade à laquelle l’opposait un différend à propos d’un téléphone portable, a-t-on précisé de même source, confirmant une information de France 3 Méditerranée.


Elle a été immédiatement neutralisée par un conseiller principal d’éducation et n’a porté aucun coup avec le hachoir à sa camarade, à laquelle elle a néanmoins donné un coup de poing sans gravité.

Sur instruction du parquet, la collégienne menaçante est convoquée pour la fin du mois devant un juge des enfants. En attendant la réunion du conseil de discipline, elle a été exclue temporairement de l’établissement.

Source: 20minutes.fr

Nous aussi!!! Actes de vandalisme sur des églises.

Et ben! Il n’y a pas que des mosquées qui sont souillées… A nous, chrétiens, de nous plaindre et d’utiliser la « stigmatisation »… Mais pour ça, deux lignes dans la presse locale suffiront…

FDF


03.03.10

Des actes « odieux », « inqualifiables » et qui « ne peuvent pas être tolérés dans un état de droit ». La mairie de Nantes a porté plainte hier après que des tags anarchistes ont été découverts sur une porte de la basilique Saint-Donatien et les murs d’enceinte du lycée catholique éponyme. Des slogans comme « Brûle ton église », « Les curés au bûcher, les sorcières en liberté » ou « Ni Dieu ni maître » ont été peints à la bombe, vraisemblablement dans la nuit de vendredi à samedi. Depuis, ils ont été effacés par les services de nettoyage. Quatre jeunes ont été interpellés par la police, après une plainte de la direction du lycée et de la paroisse.

« Fermeté » réclamée par le CNI.
Ces dégradations surviennent après d’autres, commises jeudi après-midi dans l’église Saint-Clément. Des chaises ont été cassées, la main d’une statue de Saint-Pierre a été brisée et une « station » du chemin de croix a été volée. La prise de position de la mairie intervient au lendemain de celle des Jeunes CNI (Centre national des indépendants et paysans), un petit parti de droite présidé par le maire de Cholet Gilles Bourdouleix. Ils avaient demandé aux responsables politiques de « condamner avec autant de fermeté cet acte stupide qu’ils ont pu le faire pour les dégradations de la mosquée du Tarn le 13 décembre 2009 et les tombes juives à Strasbourg le 27 janvier 2010 ».

Source: 20minutes.fr