Francaisdefrance's Blog

23/02/2010

Après l’islamisation, l’halalisation. Et ça re-stigmatise grave…

Lu sur: http://tinyurl.com/ygbffed


Halalisation de la France : Chut Zemmour, pas trop fort .

fév 22, 2010

Il pleut sur les musulmans de France. Non, il ne s’agit pas là de l’églogue d’un hymne à la victimisation, mais d’une réalité cinglante plus que jamais intense, dont la violence des propos, entendus dans différents média, à l’égard de  l’islam et des musulmans de France en particulier est toujours plus importante.

Pour Eric Zemmour, le pantin médiatique des plateaux de TV, la France est en guerre. Plus que jamais le super-français assimilé se sent plus français qu’il ne l’aurait rêvé, en se gargarisant, à longueur d’émissions, de théories aussi creuses qu’ennuyantes, redondantes, sur une prétendue islamisation rampante de la France, esquivant les phénomènes de mondialisation, d’américanisation de la culture française et d’acculturation des masses de ces trente dernières années. Ses théories périmées, hasardeuses, ayant pour objet de créer de la peur, des ressentiments, des tensions inutiles au sein de la population française multi-ethnique et multi-confessionnelle, le pousse à des excès verbaux dangereux qui peuvent être assimilés à des appels à la haine. Quand M. Zemmour affirme qu’il n’y a pas de guerre, puisqu’il n’y a pas de combattants de « notre côté », il ne s’agit rien d’autre que de la prose de salon et de l’extériorisation d’un fantasme refoulé d’un désir ardent de guerres de religions. La peur fait toujours vendre, mais ces formules guerrières ne servent pas la compréhension mutuelle.

Il suffit d’une pirouette linguistique pour transformer le mot « islamisation » en « halalisation » et mettre à la poubelle, toutes les théories économiques régissant le monde dans lequel nous vivons. Nous voilà en plein cœur du numéro tragi-comique de l’écureuil, comme aime à l’appeler son collègue de plateau . « Halalisation de la France », la messe est dite.

Cette banale histoire de « Quick halal » a mis en lumière, sur fond d’élections régionales, un décor islamophobe, dans lequel bon nombre de politiciens et chroniqueurs, quelque soit le bord ou le parti, fabriquent des sujets polémogènes visant à stigmatiser une population déjà largement insultée au sein de la République française ces dernières années. Le Front national se retrouve avec beaucoup de concurrence sur le terrain de l’islamophobie électorale.

L’affaire du « Quick-Halal », en dehors de tout artifice, n’est rien d’autre qu’une simple histoire de business à l’état brut, un épiphénomène économique de la mondialisation. Le business du halal ou de l’islam fait bel et bien partie des institutions françaises, de son histoire.

Les  questions pertinentes à se poser sont :

  • Est-ce vraiment du halal ? Sinon, il serait intéressant de savoir comment on arrive en France à gagner beaucoup d’argent avec du FAUX HALAL ? Faire croire que c’est halal alors que ça ne l’est pas.
  • Entre quelles mains repose ce business ? Quelle est l’histoire de ce business ?  Comment s’est t-il constitué ? Qui le contrôle ?
  • Existe-t-il des liens entre le business casher et le business halal ?

C’est la République française qui permet le business du halal en France, comme elle l’a permis plus tôt pour le business casher, car comme tout le monde le sait, et Zemmour aussi, il s’agit d’un marché immense, et qu’il serait stupide pour un Etat de ne pas profiter de ce carburant qui est aussi appelé dans le langage courant « le nerf de la guerre ».

Ecoute bien mon petit : L’argent, la finance, le monde des affaires, la dimension économique, voilà où se situe le vrai pouvoir. Les politiques eux sont relayés à des pouvoirs secondaires.

Pour la petite histoire, c’est sous le ministère de Charles Pasqua, durant le règne laïc de François Mitterand et d’Edouard Balladur, que la première exclusivité en France sur la certification halal, a été attribuée à la Grande Mosquée de Paris le 24 décembre 1994. Privilège, cadeau de Noël pour la GMP, que celui de pouvoir exclusivement distribuer des cartes de sacrificateurs, d’imposer une taxe (à l’époque car aujourd’hui elle n’existe plus) par kilo de viande aux abattoirs et aux boucheries. Il n’a pas fallu attendre longtemps avant que les Moquées d’Evry et de Lyon obtiennent ce même privilège.

Il faut donc compter CINQ piliers fondamentaux parmi les nombreux autres acteurs du business-halal en France : L’Etat , la Grande Mosquée de Paris, La Mosquée d’Evry Courcouronnes La Mosquée de Lyon, et les industriels. N’oublions pas les structures associatives qui se sont positionnées dans le domaine du contrôle du halal, sachant qu’il n’existe aucune législation française qui régit  ce marché, il n’y a pas de consensus sur la définition du halal, les référentiels sont flous.

L’Etat laïque a donc attribué des droits EXCLUSIFS à certaines mosquées en France qui prennent leurs parts conséquentes du gâteau que représente le marché du halal.

Il ne faudrait donc pas trop perturber cet équilibre républicano-économico-religieux, il y a risque de se brûler les doigts M. Zemmour. Les barons du halal et surtout ceux du casher, qui ont un pouvoir certain de nuisance, ne tarderont pas à vous dire : Chut Zemmour, pas trop fort ! Basta avec la « halalisation » de la France. Le jeu n’a que trop duré, les élections sont terminées.

Les théories islamophobes de salon défendues par Eric Zemmour, marivaudant sur des sujets touchant les convictions profondes de millions de citoyens qui ne sont pas moins français que lui, ne sont pas trop appréciées par les barons du business du halal. Il ne faudrait pas trop salir l’auberge qui les nourrit et la manne qui émousse leurs appétits gourmands et grandissants. L’enjeu financier est important et son ampleur est internationale.

Les juifs n’ont pas connu moins de problèmes que les musulmans pour voir leurs convictions religieuses, comme ici le respect du cacher (cachère ou cosher), passer inaperçues aux yeux des chrétiens, protestants, athées et autres agnostiques de France. La seule différence c’est que leurs problèmes n’ont pas été mis sous les feux des projecteurs dans des buts de nuisance comme c’est le cas pour l’islam et les musulmans.

L’histoire du business cacher est bien plus intéressante que celle du faux-halal de France : saviez-vous, par exemple que 75% des produits de la grande distribution au Canada sont estampillés « cacher » ? Ca ne pose pas de souci, tout comme la présence d’un business cacher en France, avec ses chaines et ses magasins spécialisés. Et la question n’est pas de mettre  en avant une frustration qui consisterait à se plaindre en soulignant  que pour  les uns ça passe inaperçu et pas pour les autres, non il s’agit simplement de savoir pourquoi avec l’un il y a un souci et pas spécialement avec l’autre.

Benabdellah Soufari,

Ancien président du Conseil Régional du Culte Musulman d’Alsace

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :