Francaisdefrance's Blog

28/02/2010

Racaille: encore une « incivilité »…

C’est malheureusement chose courante, en France, quand les pompiers ou même la Police ont des interventions à faire dans les « quartiers »… Mais avec la presse muselée, vous n’êtes pas informés…

FDF




Un pompier frappé par la racaille en pleine opération de sauvetage

28/02/2010
MONTPELLIER (NOVOPRESS) :

Le capitaine des pompiers de Montpellier n’en revient pas : « En vingt-cinq ans, je n’ai jamais vu ça. Je ne comprends pas cette réaction d’abruti. » Quand les pompiers sont arrivés, ils ont reçu des canettes, des insultes.
Pire : lorsqu’un soldat du feu s’est retrouvé en difficulté alors qu’il était en train de sauver l’une des victimes, l’un de ses collègues a volé à son secours en allant chercher une échelle. Et quand il est arrivé, l’invraisemblable s’est produit : « J’ai pris deux coups de poing derrière la tête alors que j’avais l’échelle en main, les insultes pleuvaient. Si j’étais tombé au sol, la victime y restait et mon collègue aussi. »
Il a néanmoins réussi son opération de sauvetage. Et il a déposé plainte, hier.

Information parue sur Le Salon beige sous le titre : Les voyous sont des barbares.

Provocation: La candidate voilée du NPA se présentera bien aux élections régionales!

Provocation et préférence non-nationale: voilà qui va remonter le moral aux musulmans-communistes…

FDF

25/02/2010

Mardi, le tribunal administratif de Marseille, qui devait à nouveau statuer sur la légalité de la liste du NPA dans le Vaucluse a donné la même réponse que le 17 février dernier.La présence de cette femme portant un foulard sur les cheveux, ne constitue aucunement une atteinte au principe de laïcité, selon la décision rendue par le tribunal administratif. (NDLR: exemple parfait de notre justice à préférence non-nationale…).

A la suite de cette décision, Jacques Hauyé, tête de liste vauclusienne pour les régionales a déclaré:

« Je suis bien entendu content de cette décision. Cela me satisfait que la justice soit allée dans ce sens ».

Tout en ajoutant:

« Au niveau juridique, cela ne me paraissait pas fondé ».

Rappel:

Le premier recours, en date du 17 février dernier, avait été déposé par l’association de solidarité avec les femmes arabes.

Déboutée la semaine dernière, l’association avait de nouveau saisi la justice dimanche dernier.

Un second recours auquel s’était joint l’association Ni putes ni soumises.

Délinquance: La délicate lutte contre les «vols à la portière»…

Gentils, les conseils… Mais à la violence de la délinquance, on va répondre, par des moyens « appropriés » et efficaces. Cacher ses effets personnels susceptibles d’être volés ne sert pas à grand-chose… Ces ordures iraient jusqu’à tuer pour voler (il y a déjà plein de cas, mais chutttt). Vous me suivez, là??? Lisez les commentaires, en bas de page, au niveau de la source…

FDF

26/02/2010

Rôdant sur les tronçons en travaux ou aux abords des tunnels, les voleurs profitent de ralentissements dus aux embouteillages pour passer à l’action. Crédits photo : Le Figaro

Rôdant sur les tronçons en travaux ou aux abords des tunnels, les voleurs profitent de ralentissements dus aux embouteillages pour passer à l'action.

Ces violentes agressions visant les automobilistes sont fréquentes entre l’aéroport de Roissy et Paris.

La rocambolesque affaire du vol, pour un préjudice déclaré de 4,5 millions d’euros de bijoux, dont a été victime l’héritière du maire de Kiev circulant en berline le 15 février dernier sur l’A1, a jeté une lumière crue sur un fléau endémique. Surnommé « vol à l’italienne » ou encore « vol à la portière », il met en scène au moins deux individus confondant les routes avec un terrain de chasse d’un genre particulier. À pied ou sur des scooters volés ou faussement plaqués, ils sélectionnent leurs victimes avec méthode : en général, des femmes dans des véhicules de luxe, des touristes lestés de devises circulant à bord de taxis et, parfois, des voitures diplomatiques…

Rôdant sur les tronçons en travaux ou aux abords des tunnels, ils profitent de ralentissements dus aux embouteillages pour passer à l’action. À l’aide d’un brise-glace, d’un culot de bougie automobile, de petits silex voire d’une massette, l’un des voyous fait voler en éclats le pare-brise ou une vitre arrière quand les portières sont verrouillées. Il passe le bras dans l’habitacle – quand il n’y engouffre pas – et s’empare des valeurs, manteaux ou sacs à main laissés en évidence. Son complice s’interpose en cas de résistance et le binôme s’esquive en slalomant entre les files. L’attaque n’excède guère les deux minutes.

« Une délinquance difficile à traiter »

« Le 22 janvier dernier, vers 19 h 30, au retour d’un salon de la décoration à Villepinte, je roulais au pas sur l’autoroute A1 quand j’ai vu un type en capuche courir devant mon capot, témoigne Véronique, chef d’entreprise de communication. À peine le temps de m’exclamer, l’inconnu venait de casser le carreau d’une Porsche Cayenne sur la file d’à côté, immatriculée à l’étranger et occupée par quatre personnes. Une femme à l’arrière, tétanisée, n’a pas eu la force de hurler quand on lui a arraché son sac. Le voleur a disparu dans un souffle derrière un talus, où se trouve un squat. Maintenant, même au volant de ma petite japonaise, j’ai peur lorsque je repasse dans le secteur. » « Très déterminés, ces délinquants n’hésitent pas à violenter les plus récalcitrants, note un responsable de la sûreté territoriale de Seine-Saint-Denis, département où ce type d’agressions est courant. Une femme a récemment failli perdre un doigt en s’accrochant à l’anse de son sac. »

« Apparus en France dans les années 1990, les vols à la portière ont explosé au début des années 2000, notamment dans la capitale, rappelle-t-on à la Direction de la sécurité de proximité de l’agglomération parisienne (DSPAP). Jusqu’en 2005, il pouvait y avoir une douzaine de faits par jour ! » Depuis, la mobilisation d’un groupe spécialisé au sein du Service d’investigation transversale a fait chuter les faits constatés de 54 % une seule année. « Cette délinquance est difficile à traiter car les auteurs restant non identifiables par les victimes sidérées par l’agression. Cependant, plusieurs équipes ont été démantelées », se félicite un commissaire parisien. En mars 2008, un gang de quinze personnes – dont trois mineurs -, interchangeables au gré des circonstances et utilisant des motos volées, avait été confondu en Seine-Saint-Denis après une étourdissante série de 88 agressions ! « Depuis 2007, cette délinquance poursuit sa baisse mais semble avoir atteint un seuil plancher, précise la Préfecture de police. Les vols à l’arraché et à “l’italienne” recensés sont passés en Ile-de-France de 1 145 à 1 022 faits entre 2007 et l’année dernière . »

Outre l’A1 entre l’aéroport de Roissy et Paris, en particulier le tunnel du Landy vers Saint-Denis et la porte de la Chapelle, la RN1 à hauteur de Pierrefitte ou encore le centre-ville d’Aubervilliers sont décrits comme des « abcès de fixation récurrents » en région parisienne. En province, seule la Côte d’Azur, notamment en été, supporterait la comparaison. De manière préventive, les forces de l’ordre prodiguent quelques conseils. À commencer par « cacher les sacs sous le siège passager » ou les placer « avec prudence, le long des jambes du conducteur ». Du bon sens, pour éviter le drame.

Source: http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2010/02/27/01016-20100227ARTFIG00117-la-delicate-lutte-contre-les-vols-a-la-portiere-.php

Djamilla Bouhired: une fellagha aux frais de la princesse « France ». Honteux!

Eh oui. C’est ça la France…  Lamentable!

FDF

Harcelé au lycée, il est obligé de retourner… au collège!

La connerie a des limites…

FDF

28/02/2010

Un élève de seconde du Val-de-Marne, qui voulait changer de lycée après avoir subi des violences régulières, s’est retrouvé rétrogradé par l’académie en classe de troisième.

Retour à la case collège! Un lycéen de seconde dans le Val-de-Marne, qui avait demandé à changer d’établissement après avoir subi des violences répétées sur le chemin du lycée, s’est vu affecter par l’académie dans un collège, en classe de troisième.

A la fin du collège, brevet en poche après une scolarité sans accroc, Florent*, 15 ans, demande à entrer en seconde technologique et choisit la filière climatisation. Le jeune habitant de Villeneuve-le-Roi est affecté au lycée professionnel Maximilien-Perret d’Alfortville. Mais à la rentrée de septembre, les choses se gâtent. Florent est régulièrement pris à partie à la sortie du lycée, victime de menaces et d’injures. De guerre lasse, il finit par déposer une main courante au commissariat, avant de demander un changement d’établissement. Fin décembre, il reçoit de la part de l’académie du Val-de-Marne une notification d’affectation… en classe de troisième ! Depuis la rentrée de janvier, Florent se retrouve donc à nouveau sur les bancs du collège.

«Il est révolté par cette décision, qui l’empêche de mener à bien sa scolarité, alors que c’est un élève sérieux qui avait un projet», décrit l’avocat de la famille, Me Romain Sabon, qui réclame une réaffectation en seconde et des moyens supplémentaires pour que le jeune homme puisse terminer l’année scolaire dans de bonnes conditions. «Il faut qu’il retourne à la place qui est la sienne, en seconde, mais il faut aussi faire en sorte qu’il ne la redouble pas», insiste l’avocat, qui réclame une solution «inspirée et créative».

«C’est une opération qui a raté»

Du côté de l’académie, on reconnaît l’erreur. «C’est une opération qui a raté», avoue d’emblée Didier Jouault, inspecteur d’académie du Val-de-Marne, joint par lefigaro.fr. «En principe, on n’accepte jamais les demandes de changement de lycée en cours d’année, pour éviter les caprices, explique-t-il. Mais dans cette situation, nous avions donné notre accord». Cette situation, c’est une petite guerre de bandes qui crée depuis quelques mois un sentiment d’insécurité à Alfortville, dans le nord du département. «Il s’agit de groupes de jeunes qui traînent» précise Didier Jouault, et qui s’en prennent notamment aux jeunes d’autres villes comme Florent. «Nous avions dans ces conditions accepté la demande du jeune Florent mais une erreur a été faite par un de nos fonctionnaires, qui n’aurait pas dû avoir lieu». La famille, désemparée, ayant tardé à réagir, la situation s’est prolongée durant deux mois.

«Nous allons rencontrer ce jeune, avec sa famille, en début de semaine prochaine afin de trouver une solution», promet l’inspecteur d’académie, qui assure que Florent pourra réintégrer une seconde dès la rentrée de mars. «On verra alors avec le proviseur de son lycée comment on peut l’aider, pour qu’il ne se retrouve pas en difficulté scolaire à cause d’une erreur de l’administration», ajoute-t-il. Reste pour Florent à se trouver un autre projet d’avenir, puisque la seule filière climatisation de son département est celle d’Alfortville.

* le prénom a été modifié

Source: lefigaro.fr

Propaganda pour le financement de la mosquée de Tours…

Décidément, rien ne les arrêtera. Quoique…

FDF

28 fév 2010

Mosquée de Tours : un spot de pub pour collecter des dons

Vidéo
(Lu sur: al-kanz.org): « C’est une première qui nous ravit. Une association musulmane, responsable de la construction de la mosquée de Tours, a décidé d’utiliser Internet pour doper sa récolte de dons. Non pas simplement en mettant en ligne un site Internet, mais en réalisant un spot de pub, assez bien ficelé. Seul hic et non des moindres, le spot qui s’adresse aux musulmans de France est… en langue arabe.

A contrario, le film qui présente la maquette de la mosquée est moins réjouissant. On constate une fois encore que c’est la course à la superficie. Partout en France, les associations musulmanes se lancent dans des projets énormes, coûtant plusieurs millions d’euros. Souvent soutenus par les élus locaux – les maires veulent leur mosquée-cathédrale -, ces futurs édifices répondent très souvent à une nécessité ; ce qui n’est pas le cas de leur gigantisme. Aujourd’hui, si en France on construit des mosquées coûtant 4, 5, 6 millions d’euros, c’est à cause du système aussi ubuesque que scandaleux qui fonde le CFCM : plus un courant (UOIF, Mosquée de Paris, etc.) aura sous sa tutelle des mosquées dont la superficie est importante, plus il sera représenté au sein du CFCM. La démocratie, qu’on aime tant évoquer pour fustiger les musulmans, ne doit pas leur être appliquée. Pour eux la seule équation qui vaille, c’est tant de m² valent tant de délégués habilités à voter lors des élections qui désignent les représentants qui siègeront au CFCM. D’où la course folle de toutes ces associations qui ont un tel projet : tout le monde veut une grande mosquée. Sous la bénédiction et les pressions de l’État français.

C’est ainsi que des responsables d’association, trop peu armés pour gérer ce genre de projets, se retrouvent rapidement submergés ; ce qui explique que construire une mosquée en France prenne plusieurs années. L’abnégation des fidèles qui arpentent inlassablement les allées des marchés pour récolter quelques pièces auprès des particuliers ne suffit en effet pas à couvrir les millions d’euros nécessaires à la construction de ces mosquées-cathédrales. »

Si le sujet vous intéresse, nous vous conseillons vivement la lecture de l’article suivant : Nicolas Sarkozy rappelle à l’ordre la Grande Mosquée de Paris

Les islamistes veulent commencer à envahir la Pologne !

C’est pas vrai! « ILS » suivent les traces pas par pas d’un certain dictateur nazi… Nous revoilà 70 ans en arrière…

FDF

Lire: http://www.swietapolska.com/news/swpolska3299.html

Mosquée de Drancy: des « piliers » bien fragiles…

Comment pourrait ‘il en être autrement pour un peuple qui ne prône que l’amour, la paix et la tolérance…

FDF

Les tensions restent fortes autour de la mosquée de Drancy

27.02.10

L’imam de Drancy, Hassen Chalghoumi, est en vacances en Tunisie (FDF: il se planque, plutôt…), mais son « cas » agite toujours les milieux musulmans de Seine-Saint-Denis et embarrasse les pouvoirs publics. Vendredi 26 février, comme toutes les fins de semaine depuis près d’un mois, un groupuscule antisioniste, le collectif Cheikh Yassine (du nom du responsable du Hamas tué par l’armée israélienne à Gaza en 2004) est venu demander à la mosquée le départ de l’imam.

La semaine précédente, ces mêmes militants avaient pénétré dans le lieu de culte, contre l’avis de certains fidèles ; l’imam avait déposé plainte pour troubles à l’ordre public et menaces de mort. Le maire (Nouveau Centre) Jean-Christophe Lagarde s’étonne que ces manifestations à répétition puissent se tenir sans intervention des forces de l’ordre.

Un mois après les déclarations de M. Chalghoumi en faveur d’une loi contre le port du voile intégral, la situation à la mosquée de Drancy demeure tendue et confuse. Ses prises de position, venant après des propos peu appréciés par les musulmans sur les « débordements » liés aux manifestations contre l’offensive israélienne à Gaza en janvier 2009, ont provoqué la désapprobation de nombre de musulmans, exaspérés par le débat sur la burqa vécu comme « une stigmatisation ».

Elles ont surtout jeté la lumière sur cet homme atypique. Placé par le maire à la tête de l’association qui gère la mosquée, il se revendique en marge des institutions musulmanes et proche de la communauté juive. « Imam républicain » autoproclamé, M. Chalghoumi est devenu la cible privilégiée de ceux qui, à l’instar des militants du groupuscule Cheikh Yassine, refusent un « islam de France » et condamnent ceux qui « épousent la cause sioniste ». En se prononçant sur le voile intégral, M. Chalghoumi s’est aussi mis à dos les salafistes, qui défendent cette tenue.

« Silence »

Aujourd’hui, certains de ses fidèles lui reprochent d’avoir « trop parlé » sur des sujets sensibles et d’avoir mis la mosquée de Drancy au centre des tensions. « Ils ne demandent pas forcément son départ mais son silence », soulignent des observateurs. « Il ne faut plus qu’il s’exprime seul, car il n’est pas seul à défendre ses positions », estime un de ses soutiens. « Le problème, c’est que maintenant, ses proches aussi rencontrent des difficultés dans leurs mosquées », constate Mohammed Henniche, président de l’Union des associations musulmanes du département (UAM 93), impliqué dans les discussions en cours pour trouver une « sortie par le haut » à cette situation. Une mise à l’écart de M. Chalghoumi signerait la victoire des plus radicaux.

Dans ce contexte, la publication du livre que M. Chalghoumi devait publier en mars aux éditions du Cherche-Midi est reportée « de plusieurs mois ». « Le manuscrit n’est pas prêt « , affirme son éditeur. D’autres jugent que l’ouvrage annoncé comme « critique » sur l’organisation de l’islam en France n’aurait pas contribué à apaiser les esprits.

Source: lemonde.fr

Quick: nostalgie…

Je vous parle d’un temps que les Quick halal ne peuvent pas connaître…

28 Février 2010

Jérôme Leroy, de Causeur.fr, a eu la chance de connaître le Quick de Roubaix à l’époque où il servait encore du bacon à des lycéens plus préoccupés par leur avenir que par leur passé. Comme quoi les madeleines peuvent ressembler à des cheeseburgers.

«J’avais une ferme en Afrique», comme le dit magnifiquement Meryl Streep incarnant Karen Blixen dans l’inoubliable Out of Africa.

De manière beaucoup moins glamour, j’en conviens, moi, j’avais un Quick à Roubaix. Il se trouve que cet établissement de restauration rapide qui est surtout par les temps qui courent entrain de restaurer rapidement le communautarisme, je l’ai très bien connu. Le collège où j’enseignais était à deux encablures et je n’ai jamais supporté les cantines des établissements scolaires. Ce n’est pas souvent bon, on a l’air, même dans le Nord, d’un criminel de guerre si on veut accompagner sa saucisse lentilles avec une bière et surtout, surtout, il faut déjeuner avec des profs. Faire cours à des élèves, même difficiles, je voulais bien, j’y trouvais même un certain bonheur mais devoir partager une crème caramel avec les mutants vingtenaires sortis des IUFM, il y a des limites à ce qu’un homme peut endurer.
J’allais donc au Quick, à ce Quick-là, précisément, disons une ou deux fois par mois quand les collègues avec qui je m’entendais bien (il y en avait tout de même quelques-uns qui appartenaient encore à une génération non-implantée) n’avaient pas cours et n’étaient pas disponibles pour un sandwich-rillettes et une Chimay rouge dans un des bistrots de la Grand’ Place.

Lire la suite sur Causeur.fr.

27/02/2010

Piqûre de rappel: notre hymne national…

Piqûre de rappel…
FDF

Allons enfants de la Patrie
Le jour de gloire est arrivé !
Contre nous de la tyrannie
L’étendard sanglant est levé
Entendez-vous dans nos campagnes
Mugir ces féroces soldats?
Ils viennent jusque dans vos bras.
Égorger vos fils, vos compagnes!

Aux armes citoyens
Formez vos bataillons
Marchons, marchons
Qu’un sang impur
Abreuve nos sillons

Que veut cette horde d’esclaves
De traîtres, de rois conjurés?
Pour qui ces ignobles entraves
Ces fers dès longtemps préparés?
Français, pour nous, ah! quel outrage
Quels transports il doit exciter?
C’est nous qu’on ose méditer
De rendre à l’antique esclavage!

Quoi ces cohortes étrangères!
Feraient la loi dans nos foyers!
Quoi! ces phalanges mercenaires
Terrasseraient nos fils guerriers!
Grand Dieu! par des mains enchaînées
Nos fronts sous le joug se ploieraient
De vils despotes deviendraient
Les maîtres des destinées.

Tremblez, tyrans et vous perfides
L’opprobre de tous les partis
Tremblez! vos projets parricides
Vont enfin recevoir leurs prix!
Tout est soldat pour vous combattre
S’ils tombent, nos jeunes héros
La France en produit de nouveaux,
Contre vous tout prêts à se battre.

Français, en guerriers magnanimes
Portez ou retenez vos coups!
Épargnez ces tristes victimes
À regret s’armant contre nous
Mais ces despotes sanguinaires
Mais ces complices de Bouillé
Tous ces tigres qui, sans pitié
Déchirent le sein de leur mère!

Nous entrerons dans la carrière
Quand nos aînés n’y seront plus
Nous y trouverons leur poussière
Et la trace de leurs vertus
Bien moins jaloux de leur survivre
Que de partager leur cercueil
Nous aurons le sublime orgueil
De les venger ou de les suivre!

Amour sacré de la Patrie
Conduis, soutiens nos bras vengeurs
Liberté, Liberté chérie
Combats avec tes défenseurs!
Sous nos drapeaux, que la victoire
Accoure à tes mâles accents
Que tes ennemis expirants
Voient ton triomphe et notre gloire!


Merci à IJ…

Anne-Marie Delcambre: Ecoutez la bien… On va droit dans le mur!

Anne-Marie Delcambre. Docteur d’Etat en droit, docteur en civilisation islamique . Auteur de Mahomet, La parole d’Allah.
Pour l’écouter cliquez ICI

Tous les Français devraient écouter cette dame pour mieux comprendre les gros problèmes que le pays va connaître.

Ici c’est Marseille, pas Alger ! Manifestation samedi 6 mars, 14h00.

Bientôt nouveau recteur? Sarkozy rappelle à l’ordre la Grande Mosquée de Paris !

Islamo-fiction à la grande mosquée de Paris: Ohhhhhhhhhhhhh, si le « patron » se fâche…

FDF

fév 27, 2010

Rappel si besoin est : institutionnalisé en 2003 par décret ministériel, le Conseil Français du Culte Musulman n’est pas née de la volonté des musulmans de se rassembler en une seule instance. Le CFCM est née de la volonté de l’UMP de contrôler l’islam en France. Le silence des autres partis politiques (PS, PC, Modem, Gauche Moderne etc.) de France a valu approbation. Aucune des instances politiques de notre pays n’a jugé bon de remettre en question cette structure aux relents coloniaux, spécialement établie pour gérer les masses musulmanes françaises. On notera au passage comment la vie des musulmans de France a été réduite à de misérables comptes d’apothicaire autour de simples questions de gestion de lieux de culte. Quid des questions liées au logement, au travail, à la culture, au droit à l’excellence, à l’entrepreneuriat, etc.

Structure indigène pour citoyens de seconde zone

Le CFCM est fondé sur une ineptie : celle de considérer un mode de scrutin indexé sur les surfaces des salles de prière comme étant démocratique, juste et représentatif. « Inique, »  tonna  à l’époque Dalil Boubakeur, ancien président du CFCM et président de la fédération nationale de la Grande Mosquée de Paris (FNGMP). Pour dénoncer ce mode de représentativité au sein du CFCM, il appela les huit représentations régionales de la Grande Mosquée de Paris (GMP) à boycotter les dernières élections du CFCM. Le mouvement fut suivi, à deux ou trois exceptions près, de façon unanime par la base de la GMP dans les 25 régions françaises.

Depuis 2008, le CFCM et les 25 CRCM « fonctionnent » donc sans la Grande Mosquée de Paris. En d’autres termes, alors que le CFCM a vocation à représenter l’ensemble des musulmans de France,  l’institution est amputée de l’une des principaux acteurs de l’islam en France. Comment peut-on encore dans ces conditions considérer le CFCM comme représentatif même dans la gestion des affaires cultuelles musulmanes.

Si les sympathisants de la FNGMP ont boycotté le scrutin du CFCM de juin 2008, quelques-uns de ses responsables bien installés refusent le départ de leur fédération du CFCM. Pour des causes obscures, ils maintiennent un lien artificiel entre la GMP et le bureau exécutif dans lequel siègent, de droit, deux personnes de la FNGMP : Abdellah ZekriMaître Chems Edinne Hafiz. et

Un statu quo entretenu par l’Etat français

Depuis, c’est le statu quo. Malgré tout, le CFCM laisse croire depuis 2008 qu’il y aura des changements profonds, des réformes touchant les statuts, essentiellement autour de la question de la représentation métrique des lieux de culte dans le système de scrutin. Une commission a été même été mise sur pied : la commission chargée de la « Réforme et de la prospective », présidée par Fouad Alaoui, double baron de la fondation des œuvres de l’islam (institution qui n’a jamais fonctionné sauf pour payer des notes de frais du CFCM) et président de l’UOIF. Fouad Alaoui est également vice-président du CFCM.

Qu’on se le dise : les critères iniques de scrutin ne changeront pas. Ils seront tout au plus saupoudrés de modifications tout aussi artificielles que négligeables, qui n’auront aucun impact sur la représentativité et et encore moins sur les fédérations, lesquelles sont cooptées par l’Etat : il s’agit de permettre à cette drôle d’institution sarkozienne de demeurer tel quel.

Ce qui va être proposé

Il n’est pas difficile de se projeter dans l’avenir pour imaginer ce qui pourrait être proposé par le ministère de l’Intérieur la Grande Mosquée de Paris à Mohamed Moussaoui, président du Conseil Français du Culte Musulman. On parlera alors de réformes, on les exposera publiquement et on en s’en gargarisera avec force et éclat. Ces pseudo-réformes seront alors présentées comme des réformes profondes et sérieuses., l’objectif final étant d’amener la Grande Mosquée de Paris à revenir au CFCM et  à participer aux prochaines élections de 2011.

Ramener la GMP dans le CFCM, auberge de l’islam de France, est une volonté, sinon une obsession, de l’Elysée. Quitte à faire une démonstration de force et à profiter des couloirs de la mosquée du 5e pour préparer le calendrier des prochaines réformes qui seront reprise par le CFCM lui-même. Nous imaginons déjà Fouad Alaoui, président de la commission chargée de la « Réforme et de la prospective », exposer vers le 26 ou 27 juin prochain, juste avant les baignades d’été, le programme suivant :

I- Critères qualitatifs

Amendement du règlement électoral du CFCM

–          Prime aux grandes mosquées (celles qui appartiennent aux fédérations qui composent déjà le sommet du CFCM)

–          Demande d’augmentation du taux de personnalités cooptées proposées évidement par ces mêmes donneurs d’ordre que sont les fédérations (sauf la fédération des Milli Gorüs qu’on a mis volontairement et injustement en marge du CFCM, alors qu’elle pèse plus lourd, sur le plan européen, que toutes les fédérations réunies !)

Pseudo-refonte de la grille de pondération électorale

–          Demande de bonus pour les mosquées anciennes (date d’ouverture), prise en compte de la densité urbaine et de la situation géographique de la mosquée (centre-ville, zone rurales et industrielles)

–          Prise en compte de l’existence d’un service cultuel (salles d’ablution, toilettes mortuaires, écoles coraniques, etc.)

–          Prise en compte du « ministère  laïc » de l’imam (temps de présence, sermon du vendredi, qualifications, statut administratif, etc.)

–          Prise en compte de l’affluence de la prière du vendredi qui est un critère fondamental dans les systèmes de surveillance des lieux de cultes afin d’établir, au plus juste, des statistiques et des études sur les pratiques de l’islam.

II- Critères quantitatifs

Le maintien du critère inique de surface est ce qu’il faut retenir. Il sera peut être mieux appliqué, mais sa seule prise en compte est un scandale. Pourtant, il est la pierre angulaire du système de gouvernance du CFCM, celui qui permet de maintenir artificiellement des barons du culte musulman au sommet, lesquels auront toujours l’avantage de prétendre s’exprimer au nom des musulmans de France qui ne les ont  pourtant pas désigné. Ce critère important pour comprendre que c’est l’UMP qui gère cette structure. Le marionnettiste fait danser sur la scène de l’islam de France les pantins que lui seul choisit.

–  Propositions pour modifier légèrement le système électoral en scindant les élections en deux. Une première élection nationale au niveau des régions aboutissant à la mise en place des conseils d’administrations des CRCM avec des élections internes pour déterminer les bureaux exécutifs respectifs. Une deuxième élection de l’assemblée générale du CFCM pour renouveler le conseil d’administration lui-même élisant un bureau exécutif.

III – Critères de pouvoir et d’ingérence au niveau des CRCM

Renforcement des liens entre le CFCM et les CRCM en développant ou en créant des liens organiques afin de renforcer miraculeusement le pouvoir d’ingèrence des barons du culte au niveau des régions.

Une limitation de mandat pourra être retenue. Deux ans ?

Vous avez sous les yeux une trame possible d’évènements qui ne manqueront pas d’être mis en avant prochainement selon un calendrier qui est déjà en marche.

Reste un hic dans cette « islamo-fiction » de France : les changements qui sont en cours au niveau de la gestion de la Grande Mosquée de Paris. Les acteurs et les responsables d’aujourd’hui ne seront pas forcément ceux de juin 2011, année des prochaines élections, ni même ceux de juin 2010. Qu’en sera-t-il de ce retour de la GMP au CFCM ?

Source: cfcm.tv

26/02/2010

Racaille: Nouvelle agression contre Richard Roudier, chef de file de la Ligue du Midi !

vendredi, 26 février 2010

DEHORS LA RACAILLE !!!


25 février 2010

25/02/2010
MONTPELLIER (NOVOPress)

Aujourd’hui à 18 heures, en plein centre ville de Montpellier, alors qu’il sortait de chez lui, Richard Roudier a été agressé par deux « racailles » sans cervelle se prétendant anarchistes qui lui ont craché au visage et ont tenté de lui porter des coups tout en l’insultant : « Tu es Richard Roudier de la Ligue du Midi et on t’enc… »

Richard Roudier, qui conduit la Ligue du Midi aux élections régionales en Languedoc-Roussillon, a réussi à éviter les coups et a pu repousser ses agresseurs. Puis rejoint par son épouse et un militant, ils ont pris en chasse les voyous qu’ils ont rattrapés et immobilisés à quelques centaines de mètres de là.

Les forces de l’ordre prévenues par téléphone sont arrivées très rapidement et ont pris en charge les deux individus qui, comme par hasard, sont bien connus des services de police.

Dans un communiqué, Richard Roudier, qui avait déjà été molesté il y a une semaine – et plusieurs de ses colistiers blessés – lors de la venue de Daniel Cohn-Bendit à Montpellier, « s’interroge sur la mansuétude dont bénéficient de tels marginaux qui mettent en péril la libre expression démocratique dans un état de droit ».

Source: http://ndpherault.hautetfort.com/archive/2010/02/26/dehors-la-racaille.html

Seine-Saint-Denis : rixe entre cités à Pierrefitte.

25.02.2010
Mais qu’on les laisse donc se massacrer entre eux! Ca nous fera toujours ça de moins à éliminer…
FDF

Près d’une centaine de jeunes se sont affrontés mercredi soir à coups de batons et de battes de base-ball à Pierrefitte (Seine-Saint-Denis). La rixe a fait deux blessés légers, deux adolescents de 15 et 17 ans originaires de la cité du Franc-Moisin, à Saint-Denis. Ce jeudi, tous deux étaient sortis de l’hôpital Avicennes à Bobigny.

Selon les premiers élements de l’enquête, il s’agirait d’une bagarre entre des » jeunes » de la cité des Fauvettes à Pierrefitte et des jeunes de différents quartiers de Saint-Denis. L’audition de l’un des mineurs n‘a cependant pas permis de déterminer l’origine du conflit.

Les policiers, alertés par des riverains, ont été la cible de projectiles, cailloux et pavés et une voiture de police a été dégradée. Il n’y a eu aucune interpellation. Les fonctionnaires de police menaient ce jeudi une opération de sécurisation de la cité des Fauvettes, qui devait se dérouler jusqu’en fin de soirée.


Source: leparisien.fr/seine-saint-denis-93

Affaire Besson: Nous n’aurons pas de ministre muzz. Ben tant pis, une autre fois…

Bakchich déboute Besson

vendredi 26 février

Vexé par les révélations de Bakchich sur sa possible conversion à l’Islam, le ministre Eric Besson avait assigné Bakchich en référé devant le tribunal de Paris pour atteinte à la vie privée. Perdu !

Pour une fois qu’un ministre fait ce qu’il dit, la Justice l’a dédit. Le 10 février dernier, après avoir annoncé qu’il réfléchissait à poursuivre Bakchich devant les tribunaux, le citoyen Eric Besson, néanmoins ministre de l’Identité nationale, a franchi le pas.

Une procédure en référé d’heure à heure à l’encontre de notre site d’enquêtes, d’informations et de mauvais esprit. Particulièrement visé, l’article Besson trébuche dans le tapis de prière, qui enfreindrait l’intimité de sa vie privée.

En pleine polémique sur l’identité nationale et ses (d)ébats, Bakchich a révélé que dans son projet d’épousailles avec une jeune tunisienne, le titulaire du maroquin de l’Immigration devrait en passer par la case conversion à l’Islam. Comme le prônent les textes de la religion musulmane. Un ministre de l’Immigration musulman, voilà qui aurait de la gueule et lancerait un tout autre message que ceux matraqués actuellement.

Las, l’info n’a pas eu l’heur de plaire à l’ancien socialiste.

Le 12 février, Bakchich, en la personne du directeur de la rédaction, Nicolas Beau, et de notre avocat, Me William Bourdon, se sont donc retrouvés confrontés au juge et au conseil de M. Besson. La besace pleine d’arguments apparemment fort convaincants.

Ce 26 février, le tribunal de Paris a estimé que la demande de référé du ministre n’avait pas lieu d’être, que l’article n’avait pas à être retiré de notre site, et a débouté le plaignant de toutes ses demandes.

Jour de berne pour le pavillon Besson.

L’article incriminé

Éric Besson a promis à sa future belle-famille de se convertir à l’islam. Cette information a valu à Bakchich un référé pour « atteinte à la vie privée ». Jugement ce 26 février.

Quick halal: Malgré la discrimination avérée, le maire de Roubaix se soumet… à l’islam!

Et hop! La soumission l’emporte encore. Ca m’étonnait aussi que pour une municipalité de Gauche… Le maire de Roubaix ne plie pas genoux devant la justice, il le plie devant l’islam! Une honte… Mais rien d’étonnant quand on voit les noms des membres de sa liste au conseil municipal (12 sur 42 portent des noms que je qualifierais  « issus de l’immigration »): http://vandie2008.typepad.fr/

FDF

Quick halal de Roubaix: plainte retirée !!!

26/02/2010

Le maire de Roubaix, René Vandierendonck, a annoncé au procureur de Lille qu’il retirait sa plainte pour discrimination contre Quick France dans l’affaire des produits halal, selon Challenges.fr. Lors d’une conférence de presse, le maire a confirmé cette information : « J’ai reçu l’engagement qu’on recherchait une solution technique activement » pour pouvoir offrir dans un même restaurant des plats halal et non halal, a-t-il expliqué, se disant « persuadé que les voix du dialogue vont déboucher sur une solution ».

René Vandierendonck était en négociation avancée depuis plusieurs jours avec la direction de la Caisse des dépôts, principal actionnaire de Quick. Aux yeux de l’élu, la garantie est suffisante pour retirer sa plainte, déposée le 18 février dernier.


Source: lefigaro.fr

Délinquance. Enfin une décision constitutionnelle. Mais sera t’elle appliquée ???

Un peu « hard à lire » (c’est législatif…) mais on dirait que ça bougeotte un peu au sommet de l’Etat Français.

FDF

|

Le 25 février 2010, par sa décision n° 2010-604 DC, le Conseil constitutionnel a examiné le recours dont il avait été saisi par plus de soixante sénateurs et plus de soixante députés à l’encontre de la loi renforçant la lutte contre les violences de groupes et la protection des personnes chargées d’une mission de service public.

Le Conseil a rejeté les griefs des députés et sénateurs requérants dirigés contre les articles 1er et 13 de la loi. Il a fait droit au grief soulevé par les sénateurs à l’encontre de l’article 5 de la loi et censuré cet article.

1 – Le Conseil a rejeté les griefs dirigés contre les articles 1er et 13 de la loi.

* L’article 1er insère dans le code pénal un délit nouveau de participation à un groupement constitué en vue de commettre des violences. Cet article est conforme à la Constitution :

– Les éléments constitutifs de ce délit sont définis en des termes ni obscurs, ni ambigus. Le législateur n’a ainsi pas méconnu le principe de légalité des délits et des peines.

– Le délit n’instaure ni présomption de culpabilité, ni inversion de la charge de la preuve, ni responsabilité pénale pour des faits commis par un tiers. La loi ne porte atteinte ni à la présomption d’innocence, ni aux droits de la défense.

– Le Conseil constitutionnel, dont le pouvoir général d’appréciation et de décision n’est pas de la même nature que celui du Parlement, a jugé que ce dernier a pu instituer cette infraction sans méconnaître le principe de proportionnalité des peines.

* L’article 13 insère dans le code pénal les articles 431-22 à 431-28 destinés à réprimer l’intrusion de personnes non autorisées ainsi que l’introduction d’armes dans un établissement d’enseignement scolaire. Ces dispositions sont conformes à la Constitution : elles ne sont pas constitutives de double incrimination ; elles n’instituent aucune responsabilité collective. Les peines encourues ne présentent pas de disproportion manifeste avec l’incrimination.

2 – Le Conseil a censuré l’article 5 de la loi.

L’article 5 de la loi insérait dans le code de la construction et de l’habitation un article L. 126-1-1. Celui-ci permettait la transmission aux services de police et de gendarmerie nationales ainsi qu’à la police municipale d’images captées par des systèmes de vidéosurveillance dans des parties non ouvertes au public d’immeubles d’habitation. Pour autant, il ne comportait pas les garanties nécessaires à la protection de la vie privée des personnes qui résident ou se rendent dans ces immeubles. Le législateur avait ainsi omis d’effectuer la conciliation qui lui incombe entre le respect de la vie privée et d’autres exigences constitutionnelles, telles que la recherche des auteurs d’infraction et la prévention d’atteintes à l’ordre public. Faute d’avoir opéré cette conciliation, il avait méconnu sa compétence. Le Conseil constitutionnel a donc censuré l’article 5 de la loi déférée. Il s’est ainsi inscrit dans le prolongement de deux jurisprudences constantes veillant, d’une part, au respect de la compétence du législateur (n° 2008-564 DC du 19 juin 2008, n° 2008-568 DC du 7 août 2008, n° 2008-574 DC du 29 décembre 2008, n° 2009-578 DC du 18 mars 2009, n° 2009-590 DC du 22 octobre 2009) et, d’autre part, à la conciliation entre les exigences constitutionnelles (n° 94-352 DC du 18 janvier 1995, n° 2005-532 DC du 19 janvier 2006).

Source: conseil-constitutionnel.fr

Protèger la racaille: ça use, ça use: Fadela Amara déprimée…

Pour ceux qui ont vu le film « Banlieue XIII »*, ne serait-ce pas là une bonne solution??? Au lieu de payer tout un staff ministériel pour essayer de « sauver une cause perdue » à l’avance… la racaille sera toujours la racaille. Jusqu’au jour où… elle sera éradiquée…

FDF

Fadéla Amara, abandonnée ?

24/02/2010

La secrétaire d’Etat à la politique de la ville serait « déprimée, découragée », selon une source gouvernementale.

Fadela Amara continue à connaître une période difficile. « Elle est au fond du trou, déprimée, découragée, rapporte une source gouvernementale qui l’a récemment rencontrée. Elle ne sent plus soutenue. » La secrétaire d’Etat à la Politique de la ville a dû reporter, à la dernière minute, la 3e édition du Forum Espoir banlieues, prévue le 12 février à Nice. Officiellement, son cabinet a jugé le calendrier inopportun, à quelques semaines des régionales. Ce sont, en fait, les critiques qu’aurait pu essuyer le bilan de Fadela Amara de la part des associations qui en seraient la cause. Ce forum devrait avoir lieu le 9 avril.

Source: lexpress.fr

* http://www.paperblog.fr/2200578/banlieue-13-ultimatum-streaming/

Le marché halal est un business énorme!

La certification halal crée un monopole sur la consommation de la viande halal, et les contrôleurs appliquent une taxe religieuse de certification qui fait entrer des millions d’euros dans la caisse des organisations musulmanes.  Rien que pour la France, on cite le chiffre de 5 milliards d’euros pour le « business halal ». En consommant halal, même à votre insu, vous participez au financement de l’Islam en France!

Puisque Le Figaro le dit, vous pouvez diffuser l’information…

Nous avons tous déjà mangé de la viande halal ou casher

Pour des raisons culturelles ou économiques, les musulmans et les juifs pratiquants délaissent certains morceaux des animaux. Ceux-ci sont alors écoulés dans les filières «classiques».

Alors que certains s’offusquent de voir des restaurants Quick proposer uniquement de la nourriture halal, il semble que nous mangions déjà de la viande rituellement abattue sans même le savoir !

«Sur trois animaux abattus rituellement, c’est-à-dire sans étourdissement préalable, presque deux seront en fait consommés par l’ensemble des consommateurs, toutes confessions confondues», assure l’OABA (Œuvre d’assistance aux bêtes d’abattoirs), une association impliquée dans la filière depuis 1961. Pourquoi ? Car les musulmans n’apprécient pas tous les morceaux de bœuf ou d’agneau. Pour des raisons culturelles et économiques, ils préfèrent les abats et les pièces à bouillir. Résultat : pour obtenir la quantité des morceaux halal désirée, bien plus de bêtes sont tuées que celles qui sont consommées par des musulmans. «Les filets et les entrecôtes, qui sont chers, sont donc souvent vendus dans le circuit classique», reconnaissent les professionnels. Dans la filière casher, plus restreinte, l’arrière des animaux n’est pas consommé. Seule une bête sur quatre abattues selon le rite juif serait finalement vendue dans le circuit casher.

Dès 2005, le Coperci (Comité permanent de coordination des inspections, qui regroupe l’inspection générale de l’administration, l’inspection générale de l’agriculture et le conseil général vétérinaire) soulignait la «part non négligeable» des animaux égorgés selon le rite musulman ou juif «vendue dans le circuit classique sans mention particulière». Le rapport ne fut jamais rendu public. Le sujet reste sensible. Les producteurs de viande comme les industriels craignent « de voir les clients se détourner d’une viande abattue rituellement, reconnaît-on à la Fédération nationale de l’industrie et du commerce en gros des viandes (FNICGV), alors qu’elle présente exactement les mêmes qualités alimentaires et gustatives que les autres. Seule la méthode d’abattage diffère» .

Débat européen

En 2008, la Direction générale de l’alimentation estimait que 12 % des bovins et 49 % des ovins étaient tués rituellement. Alors que les pratiquants musulmans et juifs ne représentent au plus que 7 % de la population française. «Le nombre d’animaux abattus selon un rituel religieux dépasse très largement les besoins intérieurs des minorités religieuses concernées», a d’ailleurs conclu une enquête de la Commission européenne .

> En clair, l’abattage sans étourdissement préalable est généralisé dans certains abattoirs. Car il ouvre plus de marchés : celui des religieux, que ce soit casher ou halal, et celui «classique» où cette viande est écoulée sans étiquette particulière, «sans parfois même que les détaillants soient informés», selon l’OABA . Le goût ne différerait pas, même si souvent les meilleures races, vendues sous label, restent, elles, dans les boucheries traditionnelles.

Ignorée du grand public, la présence de viande halal et casher dans le circuit classique fait l’objet d’un débat au niveau européen, au nom du bien-être animal. Une directive européenne impose l’étourdissement avant l’abattage et n’accorde qu’une dérogation aux cultes. La France, qui rassemble les plus importantes communautés musulmane et juive d’Europe, a plaidé avec succès pour préserver l’abattage rituel.

> Mais la polémique a rebondi en 2009. Les Autrichiens ont établi une norme halal nationale et souhaiteraient qu’elle soit généralisée dans l’UE. Elle proscrit la mort sans étourdissement. Tandis que des députés européens insistent pour que les produits soient étiquetés, afin que les consommateurs sachent ce qu’ils achètent. Certains ne souhaitent pas manger un animal tué rituellement et craignent de financer à leur insu les cultes. Pour la viande casher, la confusion n’est pas possible, puisque la taxe religieuse est versée en bout de chaîne, par le consommateur qui achète labellisé. Dans le cas du halal, les abattoirs rémunèrent des sacrificateurs musulmans, agréés auprès de trois mosquées. Ceux-ci ne reversent aucun pourcentage à ces structures, mais acquittent une cotisation pour leur carte professionnelle (mon oeil !!!). « On ne peut pas dire que le halal finance le culte», assure Mohammed Moussaoui, le président du Conseil français du culte musulman.

Les pays de l’UE doivent décider s’ils souhaitent une norme générale halal, auxquels les fabricants pourraient adhérer. Les religieux, juifs ou musulmans, refusent l’étourdissement préalable et assurent qu’il n’abolit pas la souffrance de l’animal. Ils redoutent également que l’étiquetage spécifique «ne stigmatise» les communautés concernées.

L’Afnor (Association française de normalisation), chargée d’organiser la consultation en France, a déjà voté contre la mise en route d’une norme européenne. Mais la discussion se poursuit à Bruxelles.

Page suivante »