Francaisdefrance's Blog

23/01/2010

« Oui, le déclin de la France sert nos intérêts, et nous y aidons »

lundi 26 octobre 2009, par Canal ER

Nous ne donnerons bien entendu aucune information sur les circonstances et le lieu de l’interview. Notre site contrairement à d’autres n’a pas vocation à copier des dépêches d’agence mais de montrer une réalité à partir d’articles, de pamphlets, d’analyses techniques ou juridiques ou de témoignages originaux.

Cette interview en fait partie, nous en garantissons l’authenticité. Elle montre l’analyse de la situation française en dehors des sourires diplomatiques par, ne nous leurrons pas, les principales chancelleries. Le propos est rude, probablement sera-t-il contesté par certains, mais il dépeint une réalité, la France est vue ainsi !!

Q : Pour des raisons de sécurité il n’est pas précisé la nation que vous représentez, pouvez malgré tout définir votre fonction même succinctement

J’ai un poste élevé dans les « forces de sécurité » de mon pays, et suis chargé plus particulièrement de missions de renseignement dans des pays européens.

Q ; Votre activité vous permet de connaître beaucoup de choses sur la situation française ?

Oui bien sur, car je reçois de nombreux rapports et analyses sur la situation en France, entre autres pays.

Q : Quelle vision globale a votre pays de la France ?

Je vais être très direct : la France est un pays qui n’a plus ni influence dans le monde, ni image de marque positive. A part peut-être quelques pays africains où des raisons historiques font que la France a quelque prestige, le sentiment général est que la France est un pays du passé.

Q : Comment sont perçues les vagues d’immigration et donc d’islamisation qui touchent la France

Très positivement, car elles affaiblissent la France et donc l’Europe, ce qui n’est pas pour nous déplaire. L’immigration massive de ce que l’on peut qualifier de « rebut » des pays africains (j’inclus l’Afrique du nord et l’Afrique « noire ») contribue a creuser le déficit budgétaire français d’une part (vous nourrissez ces gens, leur fournissez assistance médicale, juridique etc, cela se paye !), et crée d’autre part une classe d’immigrés, en général de religion musulmane, qui non seulement refuse de s’intégrer a votre culture, mais tente d’imposer la sienne et pis encore ne respecte pas vos valeurs. L’aide active d’une partie influente de vos responsables, sous le prétexte de politique sociale ou d’anti-racisme, renforce le sentiment de supériorité de ces immigrés. Et puisque la population française (je veux dire ce que vous appelez les français « de souche ») se contente de regarder passivement, tout contribue a faire qu’a court terme, la culture de ces immigrés prévale sur la vôtre. La France sera le premier pays musulman d’Europe, de plus avec une population musulmane qui n’est pas l’élite des musulmans (que l’on trouve en Arabie Saoudite ou a Dubai par exemple), mais le rebut des musulmans. Il suffit de voir ce qu’il se passe en France chaque jour où des bandes d’immigrés prennent le dessus sur les forces de police qui ont d’ailleurs – j’en ai les preuves – des instructions pour ne pas intervenir.

Q : La politique menée par le gouvernement français à l’égard de l’immigration est analysée comment par vos services ?

Je pense avoir répondu ci-dessus. Pour résumer, cette politique est très néfaste pour la France bien sur, mais positive pour nous. L’affaiblissement de la France, voire même sa probable débâcle, affaiblit globalement l’Europe. Une Europe faible nous avantage.

Q :Il y a régulièrement des émeutes et autres méfaits dans les banlieues, avez-vous des informations là-dessus ?

Bien entendu, j’ai même des sources au sein de vos « services » qui nous envoient des informations qui ne sont jamais publiées dans vos journaux. Je ne suis pas certain que vous vous rendiez compte de la situation : La France est en situation quasi-insurrectionnelle avec des bandes armées qui s’opposent aux forces de police qui ont des instructions pour ne pas intervenir. Je vous donne une information par exemple qui n’a bien sur jamais été ébruitée : En mars 2009 en intervenant dans en banlieue parisienne pour un incendie dans une cave, les pompiers ont découvert un considérable dépôt d’armes, il a été fait état d’une vingtaine d’AK 47, de plusieurs armes de poing et d’une grande quantité de munitions. Les pompiers ont été attaques par une véritable armée d’immigrés et se sont rapidement enfuis. Ils ont immédiatement fait un rapport par radio aux forces de police qui ont reçu l’instruction de ne PAS intervenir. La raison officielle était que « rien ne confirme en état l’information, et une opération de police dans cet environnement déclencherait des affrontements avec la population locale ». Je ne ferai aucun commentaire pour ne pas être désobligeant.

Q :Le 14 juillet dernier le gouvernement a censuré le nombre de voitures brûlées, avez-vous des informations sur la réalité des chiffres

Vous savez, les voitures brûlent, ce ne sont que des broutilles a côté de ce qu’il se passe. Vous avez eu un petit avant-goût a Poitiers ces dernières semaines de ce que peuvent être des émeutes. Ajoutez-y l’usage d’armes de guerre, ce qui est la prochaine étape, et vous verrez que les voitures brûlées ne sont que des amusements.

Q :Selon vos services, la situation sur le terrain est elle encore sous le contrôle du gouvernement français ?

Le gouvernement donne l’ordre de ne pas intervenir, donc peut-on interpréter ça comme un « contrôle » ?

Q :Quelle est votre analyse sur l’évolution à moyen terme du pays

Le moyen terme = 5/10 ans Je préfère parle de court terme : Maintenant / 3 ans

Des émeutes de plus en plus fréquentes se produiront, sous divers prétextes. Vos gauchistes vont s’allier aux immigrés pour descendre dans la rue et s’approprier par la force ce qu’ils sont incapables d’acquérir par le travail.

Il est probable que sporadiquement vos forces de police interviennent bien sur, mais avec des moyens très limités : Par exemple interdiction d’utiliser des armes. Ce qui amènera inévitablement leur débâcle. La seule solution pour rétablir l’ordre aujourd’hui serait des interventions massives avec non seulement un armement conséquent mais surtout une volonté de s’en servir.

Q :L’islamisation est elle inéducable ?

Elle est déjà faite.

Q :Pensez vous qu’une guerre civile est envisageable ?

Non : Pour une guerre civile il faut 2 camps. Il y a un camp disons « immigrés/gauchistes » et un camp « autres ». Le camp « autres » est tellement ramolli qu’il accepte tout de la part de l’autre camp. Il préfère fermer les yeux, veillant a son propre petit confort. Lorsque ce confort sera menacé, il sera bien trop tard pour réagir. Donc une guerre civile, non. Simplement le glissement de la France dans un gouffre non seulement économique (votre déficit public est l’un des plus importants au monde), mais surtout moral et idéologique.

Q :Les dirigeants actuels sont ils considérés comme crédibles ou font ils rire dans les chancelleries ?

Une plaisanterie au sujet de la politique de votre président est de dire que si les talonnettes lui permettent de s’élever en taille, elles ne peuvent hélas pas élever le niveau de sa politique. Plaisanterie stupide bien sur, mais… Sarkozy est un perpétuel agité qui n’a aucune vision globale pour la France. Par ailleurs ses frasques familiales correspondent plus a un pays d’Afrique. Passe encore qu’il ait épousé une call-girl, l’amour a ses raisons. Mais les mésaventures de son fils, franchement les bornes ont été franchies !

Q :Sarkozy est il fiable ou incompétent ?

Il est compétent pour favoriser la déchéance de la France.

Q : Que pensez-vous de l’institutionnalisation de l’islam de France par Nicolas Sarkozy ? Fallait-il dans un pays de tradition chrétienne et d’obédience laïque reconnaître cette religion et lui fournir une dimension nationale et un cadre légal ?

La question est difficile. Notre pays a une grande quantité de musulmans, bien que nous ne soyons pas « de tradition musulmane » bien sur. Laisser les musulmans, comme les autres, pratiquer leur religion, est un devoir. Mais pourquoi vouloir donner un « cadre légal » ? Contentez vous de faire en France avec l’islam ce que les pays islamiques font avec le catholicisme : Tolérance (au mieux) sans favoritisme. Si les musulmans savent qu’un pays est fort et n’est pas disposé a tolérer des écarts, il n’y a pas de problème a priori. N’oublions tout de même pas que la nature même de l’islam est de ne pas tolérer les non musulmans. A chaque gouvernement de prendre les dispositions pour être a même de réagir vigoureusement en cas de besoin.

Q :La multiplication des mosquées est elle une menace pour l’équilibre et l’avenir du pays ?

Non, au contraire, les mosquées sont faciles a surveiller. Infiltrez-les, sonorisez-les, et vous saurez en temps réel ce qu’il s’y dit.

Q : La politique de ce gouvernement, mais des prédécesseurs aussi, peut elle être qualifiée d’irresponsable dans ce domaine ?

Ne mélangeons pas immigration et religion, bien que vos immigrés soient musulmans.

La politique d’immigration a été totalement irresponsable et continue de l’être. A l’extrême rigueur on pourrait l’accepter, SI vous étiez capables d’imposer a vos immigrés le respect de vos lois et cultures. Ce qui est loin d’être le cas…

La politique sur l’islam n’a tout simplement pas de raison d’être. C’est comme si l’on faisait une politique pour par exemple « les cireurs de chaussures ». Il n’y en a pas besoin, les cireurs de chaussures doivent respecter les lois, il n’y a pas lieu de leur octroyer des avantages et dérogations. Idem pour les musulmans.

Q : A combien de millions de personnes estimez vous la présence immigré arabo-musulmane en France ?

Environ 15% de la population totale.

Q : A combien estimez vous le le flux migratoire annuel ?

Nous estimons qu’il entre en moyenne 1 a 2 millions d’immigrés par an en Europe, venant a 90% de pays musulmans. Où vont-ils ? France et Allemagne. En Angleterre bien sur mais ils sont arrêtés en France (Calais, je connais bien !), en Italie et Espagne car ce sont leurs points d’entrée en Europe mais la majorité n’y reste pas.

Q : Cette immigration constitue t’elle une substitution de la population de souche ?

Oui tout a fait, et il est certaines villes ou les immigrés sont majoritaires.

Q : Y a-t-il volonté par certains pays d’utiliser l’immigration comme cheval de Troie pour déstabiliser et islamiser la France ?

Vous me voyez gêné pour répondre a cette question et je pense que vous comprenez pourquoi. Disons qu’il est de l’intérêt de certains pays d’avoir une Europe faible, et donc une France faible. Pour cela, tous les moyens sont bons.

Q : Le gouvernement annonce des chiffres de la délinquance en légère augmentation, voire en baisse, est-ce la réalité ? Avez-vous des chiffres ?

Vous savez, les chiffres disent ce que l’on veut leur faire dire. Faites un test : Allez déposer plainte pour vous être fait voler votre portefeuille dans le métro de Paris. Sans doute la police vous dissuadera de le faire, disant que ca ne servira a rien. Donc les chiffres… La délinquance est en hausse bien sur, je peux vous dire que je me sens beaucoup moins en sécurité a Paris le soir que dans ma ville.

Q : Les services policiers et de renseignements français font-ils une analyse fine et réaliste de la situation ?

Vos services de renseignement ont une très bonne idée de la situation, mais l’autorité politique n’a aucune volonté de donner les ordres qui s’imposent. Bien sur certains réseaux terroristes dormants ont été démantelés en France ces dernières années, sur ce plan c’est du bon travail. Mais le pouvoir refuse de voir la liaison entre ce qu’ils appellent la « délinquance » et le « terrorisme ». Savez-vous par exemple que des journalistes russes ont prouvé il y a quelques années par un excellent travail d’enquête et d’infiltration, que les voyous immigrés de France finançaient les terrorismes de Tchétchénie par des « casses » de bijouterie en France ? Ces journalistes ont fait un superbe travail de renseignement, et leur reportage a été diffusé en Russie. Et en France ? Le bon travail de vos services de renseignement n’est pas exploité. Concernant la police, dans la mesure où les ordres du ministre sont de ne pas intervenir…

Q : A combien estimez vous les parties du territoire national sous contrôle des bandes ?

Je ne me suis jamais posé la question de cette manière car même 0.00001% est 0.00001% de trop. L’autorité de l’état doit s’exercer sur l’ensemble du territoire. Ceci est également valable pour la Corse, ou les bandes de voyous qui règnent doivent être traitées de la même manière que les bandes immigrées en territoire métropolitain.

Q : Pouvez vous évaluer en pourcentage l’extension de ces zones de droit chaque année ?

Non, mais il suffit de visiter Paris par exemple chaque année pour voir l’extension.

Q : Ces parties du territoire sont elles les plus islamisées ?

C’est évident.

Q :Des soulèvements armés visant à l’instauration de territoires autonomes musulmans comme le Kosovo sont ils du domaine du possible ?

A mon avis, non.

Q : Si oui quelles parties du territoire sont susceptibles de passer dès maintenant sous le contrôle de la charia ?

J’ai répondu « non » a la question précédente, mais je réponds que l’ensemble du territoire français passera sous la loi islamique dans les 10 ans a venir. Ceci se fera graduellement, par des modifications discrètes de vos codes (note : il fait allusion au « code pénal »). Ceci se fera aussi au niveau local, par exemple certaines municipalités ont déjà interdit la viande de porc dans les menus scolaires et des hôpitaux. Ceci est également une partie de la « charia ».

Q : Les possibilités d’attentats sanglants sur le territoire vont-elles en augmentant ?

Non pas en France car la France est considérée comme le premier pays musulman d‘Europe. Il y a bien entendu des réseaux terroristes musulmans en France mais leur action est plus de tenter d’attirer de nouveaux militants, que des opérations militaires. Quelques excités bien sur peuvent fomenter des attentats mais a titre très individuel, il ne s’agit la pas d’une « stratégie » islamique mais d’actions individuelles. Contrairement par exemple aux Etats-Unis, où il existe une véritable stratégie islamiste pour y tenter des actions terroristes.

Q :Les forces de sécurité française (police, armée) sont elles à même de rétablir l’ordre aujourd’hui ?

Non. La police est gangrenée par vos syndicats gauchistes et a une forte proportion de musulmans. Même si elle recevait l’ordre d’utiliser des armes pour rétablir l’ordre, elle ne le suivrait pas. L’armée, a part quelques unités d’élite, n’a aucune puissance. Pour aller traquer quelques pirates déguenillés au large, pas de problème. A part ça ? L’armée n’a de toute manière pas de formation pour intervenir en milieu urbain. A part quelques unités d’élite qui s’entraînent dans une ville reconstituée du côté d’Orléans… Mais en cas de crise intérieure grave, l’armée ne sera de toute manière pas envoyée pour rétablir l’ordre et quand bien même elle le serait, ce ne sont pas les quelques milliers d’hommes des unités d’élite qui suffiront.

Q : A l’intérieur de ces services des hommes sont ils prêts à agir pour palier les déficiences du pouvoir ?

Oui il y en a, mais plus le temps passe et plus ils se disent « pourquoi, pour qui ? » Face a un peuple qui se laisse déposséder de sa culture et de ses biens sans réagir, pourquoi vouloir intervenir ?

Q : Cette situation est elle irréversible ?

Oui, sauf prise de conscience rapide à laquelle je ne crois pas.

Q : Dans l’hypothèse négative, quelles forces politiques ou de la société seraient capables d’enrayer le désastre ?

Votre classe politique est uniforme, la seule question est « comment garder mon poste ? ». Tous sont d’accord pour le consensus. La seule solution pourrait être mise en place par des grandes sociétés qui décideraient de financer une prise de pouvoir, mais par qui ?

Q :Quand pensez-vous que les premiers troubles vont commencer s’il doit y en avoir, ou pensez vous qu’en fait la situation est déjà insurrectionnelle ?

Vous en êtes déjà là, ne le voyez vous pas ? Mais je pense plutôt que tout se passe silencieusement. Bien sûr des émeutes parfois, mais globalement tout se fait en silence. Pourquoi les voyous iraient-ils déclencher une émeute alors que leurs trafics marchent bien ?

Q : Le peuple français est il conscient de la gravité de la situation ?

C’est une plaisanterie, cette question ? Le peuple français a pour seul problème de savoir ou partir en vacances le vendredi soir jusqu’au lundi midi. Les français ne sont jamais contents, mais ne sont pas prêts a sacrifier leur week-end.

Q : Comment analyser la passivité de la majorité des français devant cette situation ?

Vos gouvernements successifs vous ont donné une mentalité d’assistés perpétuels. Vous pensez que le gouvernement vous doit tout et prendra soin de tout. Pourquoi alors réagir ?

Q : Le peuple français et sa civilisation peuvent ils disparaître ?

Le peuple français a déjà disparu, le métissage a fait son œuvre. La civilisation… Non elle ne disparaîtra pas, mais elle sera absorbée par l’islam. Peut être dans 50 a 100 ans y aura-t-il un retour ?

Q :Ira-t-on vers une radicalisation des esprits parmi la population française dite de souche ?

Peut être pour une infime minorité, qui sera alors impitoyablement traquée et mise « hors d’état de nuire » par votre gouvernement.

Q : Croyez-vous à l’avènement d’un mouvement de résistance patriotique ?

C’est possible, mais là encore pas certain d’être efficace. Lors de la seconde guerre mondiale, vous aviez une résistance efficace, mais actuellement le gouvernement a des moyens qui n’existaient pas a l’époque.

Q : Et toujours s’il existe peut-il compter sur une aide de puissances extérieures ?

Quel pays aujourd’hui aurait intérêt à une France forte ? Je n’en vois pas, à part les autres pays d’Europe qui sont eux aussi gangrénés. Peut être des grands groupes industriels pourraient-ils aider un mouvement de résistance en France, mais là encore je doute.

Q : Les dirigeants actuels sont ils capable de faire face à une situation insurrectionnelle, en ont-ils la volonté ?

J’ai déjà répondu je pense : Ni volonté, ni possibilité à moins peut-être d’autoriser d’ouvrir le feu dès le début des interventions, mais comme je le disais, votre police est gangrénée par des syndicats gauchistes et refuserait cet ordre.

Q :L’hypothèse d’une France en état de guerre civile ethnique est elle considérée comme très probable ?

Non. Pas de guerre ethnique, car les français auront capitulé sans livrer combat. Je terminerai avec une comparaison : L’Histoire est un éternel recommencement. En 1940 vous avez capitulé sans combattre ou presque devant l’ennemi nazi. Aujourd’hui la guerre n’a pas fait l’objet de déclaration officielle, mais est déjà engagée, et vous capitulez sans combattre.


Notre Etat Major a dessiné une carte d’Europe des 10 prochaines années, la France y est représentée avec un croissant. Le croissant islamique!

Merci pour cet entretien qui va certainement susciter des débats…

2ème partie ici http://www.euro-reconquista.com/site/spip.php ?article104

Source: euroreconquista@gmail.com

« Religion » d’amour et de tolérance…

« Les religions chrétiennes furent sanglantes et meurtrières en s’éloignant de leurs textes tandis que l’islam le fut en se rapprochant des siens « .
Paroles du journaliste Eric Conan

Intégration? Vous avez dit intégration? Cela relève plutôt du domaine de la désintégration… Pire qu’ honteux!!! Et « ILS » pleurent sur leur « stigmatisation? Avec des procédés aussi barbares, ces gens-là n’ont rien à faire chez nous! Bien du plaisir aux forces de l’ordre qui vont devoir faire face à la résolution de cette affaire en évitant le piège du…………. racisme.

FDF

Elle discute sur Internet, ses frères la battent!

23.01.2010

Une adolescente de 16 ans risque de perdre un oeil pour avoir chatté sur MSN. Surprise sur son ordinateur en décembre, elle a été battue et enfermée, chez elle, dans la cité des Raguenets à Saint-Gratien (Val d’Oise). Avec l’assentiment des parents, musulmans rigoureux, ses deux frères auraient corrigé la victime. Les quatre mis en cause auraient tenu un conseil de famille pour éviter les répercussions judiciaires.


Hier, les frères et les parents ont été déférés devant un magistrat du parquet de Pontoise, dans le cadre d’une procédure ouverte pour violences volontaires, séquestration de plus de sept jours et privation de soins.
C’est après une visite chez un ophtalmologiste, en ayant enfin pu quitter l’appartement environ un mois après les violences, que l’enquête a été enclenchée. L’adolescente, qui souffrait d’un oeil, a pu consulter un spécialiste qui n’a pas manqué de relever les traces de coups. La jeune victime risque de perdre l’oeil blessé.

Enfermée pendant huit jours dans des conditions pénibles

Au mieux, selon certaines informations, elle conserverait une vue très diminuée. Il était évoqué hier une acuité visuelle de seulement un dixième. Le spécialiste a aussitôt fait un signalement et ainsi lancé la procédure.
Les policiers du commissariat d’Enghien, saisis de l’affaire sur instruction du parquet, ont ouvert une enquête en préliminaire qui a débouché, mercredi, sur l’interpellation des parents de la victime et de ses deux frères. L’un d’eux, âgé d’une trentaine d’années, serait plus particulièrement soupçonné. Ils l’auraient enfermée huit jours dans l’appartement, dans des conditions pénibles.
« Ce qui s’est passé est insupportable, en France, au XXIe siècle. On n’ôte pas un oeil à son enfant à cause de la religion. Les parents doivent aujourd’hui comprendre qu’il s’agit d’un acte très grave », confiait hier soir la maire de Saint-Gratien, Jacqueline Eustache-Brinio.

Source: Le Parisien

C’est du racisme, maintenant, de dire: « Les pires touristes sont ceux qui oublient de repartir chez eux. ».

22 janvier 2010

En revanche, ça, ce n’est pas du racisme…

Jusqu’où va le « racisme »…

Isabelle Falque-Pierrotin, conseiller d’Etat, présidente du Forum des droits sur l’Internet, a remis au Premier ministre le rapport « Lutter contre le racisme sur Internet » qu’il lui avait demandé en l’investissant de cette « mission » il y a un an.

Comme exemple de « racisme » sur internet, on trouve ce commentaire (sur F. Desouche) à une information sur un sondage qui classait les Français au dernier rang des touristes les plus agréables :

« Les pires touristes sont ceux qui oublient de repartir chez eux. »

Le rapport souligne que ce commentaire est « une critique directe de l’immigration et des immigrés en séjours irréguliers ».

Tel est l’intolérable racisme contre lequel il est urgent de sévir…

Source: yvesdaoudal.hautetfort.com

Identité nationale: Vive la Nation ! Vive la France !

Samedi 23 janvier 2010

Notre identité nationale est-elle compatible avec l’islam ?



Mythe ou vérité historique, les petits écoliers de la République française de ma génération apprenaient que, lors de la bataille de Valmy, les Sans Culottes se ruèrent sur les troupes ennemies commandées par le duc de Brunswick au cri de «Vive la Nation !». Il y avait dans ce cri, de la volonté de retirer le pouvoir au roi et à la noblesse pour le restituer aux citoyens. Et par là, l’affirmation de l’identité française qui est celle d’une nation.

Entre temps, le pouvoir des citoyens a été confisqué par les autoproclamées élites et les seuls soubresauts furent le «Non» français et néerlandais à la constitution giscardo-européenne, ces citoyens libres ne voyant dans l’UE qu’un marché sans âme. Et puis nous avons eu récemment la «stupéfiante» réaction des citoyens suisses qui, contre la position de leur gouvernement et des «élites» intellectuelles qui prétendent parler au nom du peuple, ont dit clairement et sans contorsions auxquelles les maîtres à penser nous ont habitués, qu’à travers le symbole du minaret, l’islam est une religion à tous égards étrangère à la Suisse, et à travers elle à l’ Europe, et de surcroît incompatible avec sa culture, ses valeurs, ses codes et ses mœurs.

Notre identité nationale est incompatible avec l’islam, non parce que nous rejetons les Musulmans, mais parce que c’est l’islam qui, ontologiquement, nous rejette, ne serait-ce que parce qu’un Musulman conséquent appartient déjà à une nation : l’Oumma, dont les lois et les codes ont une préséance sur nos lois, sur nos valeurs et sur nos codes.

En une ou deux générations, nos immigrés espagnols, italiens, polonais, arméniens, juifs et autres sont devenus tout à fait français et nous ont donné des hommes politiques français tels que Gambetta, des écrivains tels qu’Emile Zola, des physiciens prix Nobel tels que Charpak, des artistes. Leur différence religieuse n’entre pas en ligne de compte.

Mais par contre, l’identité française bute sur l’islam. L’adjonction, sans consultation des Français, d’un département tel que Mayotte, font de ce département le 100ème dans l’ordre chronologique, mais le premier département « français » 100% musulman, à 99% non francophone, plaçant sa charia et sa polygamie au dessus de notre Code civil.

S’ajoutant aux quelques millions de musulmans venus, et continuant à venir du Maghreb, fermement attachés à leur drapeau national, et aux musulmans d’Afrique Noire, cette immigration massive et majoritairement sans qualification professionnelle représente de surcroît une aberration économique et sociale dans un pays qui fait fabriquer ses voitures «françaises» en Roumanie, en Turquie et autres gisements de main d’œuvre au rabais, et fait de la Chine l’atelier du monde.

Mais, est-ce vraiment le travail que ces immigrés sont venus chercher en France ? Alors où est cette «chance pour la France» ? Tant au sujet de notre identité nationale que de notre paix sociale, de notre économie et de nos institutions sociales, nous pourrions reprendre à notre compte ces propos tenus par Lacan (au sujet, il est vrai, de l’école freudienne) : «Nous n’avons pas besoin de beaucoup de monde et il y a du monde dont nous n’avons pas besoin». Alors 20.000 reconduites annuelles aux frontières contre 200.000 immigrés légaux, et sans doute autant d’illégaux, ne font que rapprocher et accentuer le désastre décrit par Enyo dans «Anatomie d’un désastre» (édition Denoël) et avant elle, par Bat Ye’Or dans «Eurabia» (Edition Jean-Cyrille Godefroy).

Une terrifiante vérité


Dans le cadre du débat sur l’identité nationale, Jean-Claude Gaudin, maire de Marseille, a parait-il évoqué le récent déferlement sur la Canebière de 15 à 20.000 «jeunes» brandissant le drapeau algérien le soir du match Egypte-Algérie. «Nous voulons aussi la réciprocité» dit Gaudin. «Nous nous réjouissons que les musulmans soient heureux, sauf que quand après ils déferlent à 15.000 ou à 20.000 sur la Canebière, il n’y a que le drapeau algérien et il n’y a pas le drapeau français, cela ne nous plaît pas».


Ces propos sont jugés «terrifiants» par Patrick Mennucci du PS et, bien entendu, par SOS Racisme, instrument de ce parti politique, et par le MRAP, cheval de Troie du totalitarisme, naguère au service du Kremlin qui l’a engendré et à présent de l’ OCI (Organisation de la Conférence Islamique). Chez les négationnistes de l’identité française, la distance entre Moscou et Riyad est aisément franchie. Il n’y a qu’à le demander à Roger Garaudy, ancien membre du comité central du Parti Communiste «français» et actuellement islamiste et négationniste de la Shoah, devenu à ce titre bestseller dans le monde musulman.

Pour notre part, on peut alors se demander quelle idée, quel mot rendent « terrifiants » ces propos de Jean-Claude Gaudin. Est-ce leur caractère mensonger ? Ou au contraire, je le crois, la vérité que le politiquement correct des dhimmis interdit d’exprimer ? Surtout en plein débat sur l’identité nationale et de campagne chronique en faveur de la discrimination positive. Mais c’est sans doute le mot «réciprocité» qui serait scandaleusement «terrifiant». Comment en effet exiger la «réciprocité» qui implique un minimum de devoirs, de respect et d’obligations de la part de ceux dont l’identité, comme le rappelait déjà Max Weber voici plus d’un siècle, puise sa source dans un islam arabique guerrier, conquérant et féodal, qui fait des Musulmans arabes un peuple de seigneurs, auquel les Roumis doivent faire acte d’allégeance, se soumettre et payer tribut.

Dans cette perception inégalitaire, le mot «réciprocité» n’a aucun sens et, pire, constitue une injure à l’islam. Car ce serait accorder la même valeur à la seule vraie religion reconnue par allah soi même et aux autres religions subalternes.

Le MRAP, la Halde, la LDH et autres machins antiracistes ne manqueront jamais de proclamer «racistes» tous ceux qui en doutent.

Soyons même certains qu’ils déposeront plainte contre Max Weber.


(Reprise d’un billet de André Dufour sur LibertyVox)

Police: marre du « c’est pas moi, m’sieur! »

Police : autopsie d’un malaise

La grogne enfle à l’approche des élections professionnelles qui vont se dérouler du 26 au 28 janvier prochain.

Moi je dis encore « CHAPEAU » aux forces de l’ordre ! Pas de moyens, pas d’effectifs, interdit de faire son boulot car c’est considéré comme de la provocation, en prendre (pardon) « plein la gueule » sans broncher car si on essaie d’appliquer la loi, c’est du racisme, etc… Il est temps de vous mobiliser, les gars, afin que la peur change de camp, comme on dit. On arrive à un stade en France où c’est la racaille qui montre la sienne, de loi. Dingue, non?Il nous faut à tous un vrai ministre de l’intérieur qui montre qu’en France, on ne fait pas ce qu’on veut. On y fait ce qui est autorisé par les principes de notre République. Le laxisme du passé, on le paie maintenant… Et c’est aux autorités de redresser le tir, sans faire de vagues?  Bon courage! On ne va quand-même pas attendre que le peuple fasse appliquer la loi? Quoique, ça commence déjà… Le peuple ne se sent plus protégé… Attention.


FDF


Clichy-sous-Bois, Villiers-le-Bel et maintenant Woippy, à chaque fois, c’est le même scénario. Des jeunes qui fuient les forces de l’ordre avec la mort d’un d’entre eux au bout. Alors s’ensuit une mise en cause de la police et des nuits d’émeute. À Woippy, mercredi soir, pourquoi Malek, Nadil et Joshua fuyaient-ils la police ? Parce qu’ils en avaient peur ? Ou parce qu’ils avaient commis un délit ? Les trois jeunes roulaient à trois, sans casque, sur un scooter non éclairé et à une vitesse, semble-t-il, excessive. « Est-il scandaleux ou devenu trop dangereux que des policiers se lancent à la poursuite de jeunes refusant d’obéir au code de la route ? », interroge un policier de la BAC.

Dans la police, la grogne enfle à l’approche des élections professionnelles qui vont se dérouler du 26 au 28 janvier prochain. Très loin de l’image d’Épinal véhiculée par les séries télévisées, les flics supportent de moins en moins d’être pris en tenaille entre une délinquance de plus en plus violente et une population qui les respecte de moins en moins. Avec, en prime, le sentiment que la « hiérarchie ne les soutient pas, obnubilée qu’elle est par la « batonite », comme on appelle dans la maison poulaga la politique des statistiques. Un ras-le-bol qui a poussé ces derniers mois, un peu partout en France, certains policiers dans la rue. « Les policiers sont désenchantés, confie Yannick Danio, délégué national du SGP-FO-Unité Police, premier syndicat de gardiens de la paix. Lorsqu’il a débarqué au ministère de l’Intérieur en 2003, Nicolas Sakozy est arrivé avec des moyens et des effectifs plein les bras. Aujourd’hui, alors que la délinquance se durcit, on supprime 2.018 postes. »

La peur a changé de camp…

Depuis les émeutes de 2005 au cours desquelles le couvre-feu a été décrété en France – une première depuis la guerre d’Algérie – c’est la peur de l’émeute qui domine dans les commissariats. Sur le terrain, les policiers ont reçu pour consigne (orale) de leur hiérarchie d’éviter tout dérapage et de n’intervenir qu’en force. Véhicules de police systématiquement caillassés, tirs contre les forces de l’ordre à balles réelles … Un verrou a sauté depuis les émeutes de 2005 où l’on n’avait déploré que trois tirs contre les forces de l’ordre. En 2007 à Villiers-le-Bel, 21 policiers de la Compagnie de sécurisation de Paris, appelée en renfort, avaient été blessés par balles.

Aujourd’hui, la police est considérée dans les cités comme une bande rivale.

Et dans les commissariats, on se plaint que « la peur a changé de camp ». « Les jeunes n’ont plus peur de nous, on assiste à une balkanisation des quartiers », soupire un vieux briscard de la BAC.

De moins en moins de policiers

« Il y a un décalage grandissant entre le travail que l’on nous demande de faire et les moyens que l’on nous donne », martèle un policier d’Angers. Et d’évoquer ce poste de police implanté en périphérie de la ville, qui alignait 17 policiers épaulés par neuf adjoints de sécurité, et qui, aujourd’hui, tourne avec seulement 13 hommes alors que le quartier compte 20.000 habitants de plus. Pour la première fois cette année, on a fermé le robinet du recrutement dans les écoles de gardiens de la paix. Conséquence, le turn-over s’est ralenti dans les services les moins gratifiants. C’est le cas aux « plantes vertes », les gardes statiques à Paris. « Personne ne se bouscule pour monter la garde devant les ambassades ou les ministères, ce sont les gardiens en sortie d’école qui récupèrent le corvée, explique un policier qui a tiré la mauvaise paille. Jusqu’à present, la hiérarchie s’arrangeait pour que les gens ne restent pas plus de deux ans. Mais avec le tarissement des sorties d’école, les collègues sont obligés de faire deux, trois ans de rab. Ce qui mine le moral. »

La pression des chiffres

« Bientôt ils mettront des radars sur le cul des chiens. » Sébastien ne décolère pas contre sa hiérarchie qui lui impose depuis un mois des contrôles d’alcootest sur la voie publique alors qu’il est maître-chien.

« L’important ce n’est pas de travailler, c’est de prouver que l’on travaille, s’agace-t-il. On nous transforme en machine à produire des statistiques tout en nous éloignant de notre vrai métier. » Aujourd’hui, le nombre de gardes à vue est devenu un indicateur d’efficacité, au point que l’on en comptabilise chaque année 600.000. Cette course aux chiffres rythme la vie de la moindre antenne de police en province. Une dérive que déplore un des policiers du poste Raspail à Angers. « Jusqu’à 2009, il n’y avait pas eu de garde à vue ici. On appelait le proc’ qui se chargeait d’envoyer une convocation. Aujourd’hui, on conduit la personne en voiture au commissariat où elle est placée en garde à vue. Et ça fait un bâton . »

Une obsession du chiffre qui profite aux vrais délinquants. « Alors que la chasse aux dealers a été décrétée par le ministre de l’Intérieur, sur le terrain c’est le simple consommateur que l’on traque. C’est statistiquement plus rentable que de mobiliser du temps et des effectifs pour démanteler un réseau. » Fait nouveau, même les commissaires s’élèvent contre cette pression des chiffres. « L’outil statistique devient tellement dévoyé qu’il perd à la fois toute crédibilité comme thermomètre et toute utilité de pilotage de l’action policière », dénonçait il y a peu, dans un communiqué de presse, le Syndicat indépendant des commissaires de police.

Source: lepoint.fr

Immigration-On se demande pourquoi cette destination préférée: la France???

Des filières de plus en plus organisées… Etonnant, non?

22/01/2010

La France: plaque tournante et attirante…

Les réseaux d’immigration clandestine sont de mieux en mieux organisés et génèrent des revenus considérable. La France a décidé de faire de la lutte contre ces filières une priorité. Ah bon, y’a longtemps?

Présentée par les Nations unies comme la troisième activité criminelle mondiale à raison des revenus qu’elle génère, la traite des êtres humains focalise depuis de nombreuses années l’attention de la police française. En 2008, une centaine de filières spécialisées dans l’acheminement tarifé de migrants en provenance de Chine, d’Afrique, du Proche-Orient ou d’Amérique latine ont été démantelées par les services répressifs.

S’appuyant sur les 110 policiers de l’Ocriest (office central de répression de l’immigration irrégulière et de l’emploi des étrangers sans titres) ainsi que sur 52 brigades mobiles de la police aux frontières, le ministre de l’Immigration et de l’Identité nationale s’est en outre engagé à doubler au plus vite le nombre d’opérations policières visant ces réseaux. Pour ce faire, il a initié une politique controversée fondée sur l’incitation des migrants à dénoncer leurs «passeurs».

Difficilement quantifiable, l’immigration illégale s’appuie sur des filières plus ou moins structurées qui pratiquent des tarifs très variables. En mars 2009, la direction du renseignement de la Préfecture de police de Paris a ainsi démantelé un réseau qui proposait à des ressortissants irakiens et kurdes de gagner la France moyennant 10.000 dollars. En mai, l’Ocriest a mis au jour une autre filière qui faisait profession d’acheminer des migrants iraniens vers la Grande-Bretagne. Selon les policiers, quelque 3.000 euros leur étaient facturés pour la seule étape censée les mener de la Grèce vers la France.

Succession de drames

De plus en plus lucrative à mesure que le renforcement des contrôles aux frontières de l’Europe décourage les migrants isolés, cette traite génère, selon les enquêteurs spécialisés, des sommes qui peuvent atteindre plus de 10 millions d’euros par an. Dans les nombreux pays traversés, les filières les mieux structurées peuvent s’appuyer à la fois sur des rabatteurs, des fabricants de faux papiers ou encore des convoyeurs capables d’organiser leur transport dans la plus grande discrétion.

Ces dernières années, la multiplication des candidats à l’exil en prove­nance d’Afrique a entraîné une succession de drames qui ont coûté la vie à plusieurs milliers de migrants. De nombreuses embarcations de fortune, parties de Libye, d’Égypte ou de Tunisie ont en effet fait naufrage avant d’atteindre les côtes italiennes, tandis que d’autres bateaux ont sombré au large de l’Espagne. Par ailleurs, la traversée du Sahara a également fait de nombreuses victimes parmi les migrants en provenance d’Afrique noire.

Indépendamment de ces diverses voies, nombre de migrants gagnent la France via ses départements ou territoires d’outre-mer. Depuis plusieurs années, Mayotte, la Guyane et la Guadeloupe sont ainsi confrontées à un afflux massif de clandestins. L’an dernier, la France a renvoyé dans leur pays 29.288 étrangers en situation irrégulière – soit 1,7% de moins qu’en 2008. Cette statistique comprend à la fois les migrants qui ont été reconduits de force (???) et ceux qui ont spontanément accepté de quitter l’Hexagone.

Source: lefigaro.fr

124 Français de plus ! Normal, cette évolution de la démographie…

Les 124 immigrés clandestins de Bonifacio ont été transférés dans des CRA, mais en France…

le 23.01.10
Des employés d'ONG donnent à manger aux enfants d'un groupe de 124 clandestins débarqués sur une plage, le 22 janvier 2010 à Bonifacio.
Des employés d’ONG donnent à manger aux enfants d’un groupe de 124 clandestins débarqués sur une plage, le 22 janvier 2010 à Bonifacio./S. AGOSTINI / AFP

Là, faut arrêter! La France est vraiment la poubelle du monde. T’as pas de papiers? T’es clandestin? T’as pas de boulot (de toutes façons, tu n’es pas venu chez nous pour en trouver…)? Et bien c’est simple: Fais marcher la stigmatisation des peuples oppressés et tu verras, en France, ça fonctionne très bien! On va t’accueillir à bras ouverts et te garder bien au chaud chez nous. Tu toucheras des allocations de tous cotés auxquelles les Français de souche n’ont pas droit (on ne peut pas aider tout le monde…). On va te loger à l’oeil, et tu pourras faire venir naturaliser ta famille restée dans ton pays d’origine au nom du Regroupement Familial. C’est pas un beau filon, ça?

FDF

« Le transfèrement de 124 immigrés clandestins se disant Kurdes de Syrie découverts vendredi sur une plage près de Bonifacio (Corse-du-Sud) s’est déroulé samedi sans incident vers des centres de rétention administrative (CRA) du continent, a indiqué à l’AFP le maire Jean-Charles Orsucci.

«Les évacuations ont eu lieu avant 8h et, alors que je craignais qu’elles se passent dans des conditions difficiles, tout est rapidement rentré dans l’ordre», a-t-il déclaré.

123 personnes (57 hommes, 28 femmes et 38 enfants) ont été emmenées à bord d’autocars militaires vers la base aérienne de Ventiseri-Solenzara (Haute-Corse) à environ 80 km de Bonifacio pour être transportées en avion sur le continent pour être accueillies dans des CRA. Une femme victime d’un léger malaise a été transportée un peu plus tard dans un fourgon de gendarmerie, a précisé le maire.
La LDH «très en colère»
Les autocars étaient escortés de véhicules de gendarmerie. Les journalistes sur place près du gymnase ont été tenus à distance par les gendarmes lors de l’évacuation. Certains hommes ont résisté, refusant de quitter le gymnase, quelques minutes avant d’être conduits vers les autocars.
Exigeant de ne pas être séparés, les hommes avaient refusé de s’alimenter vendredi soir et réclamé notamment l’intervention de la Ligue des droits de l’Homme (LDH). Le représentant en Corse de la LDH, André Paccou, a déclaré à l’AFP être «très en colère» affirmant qu’il devait se rendre auprès des clandestins vers 08h30 dans le gymnase.
Répartis dans six CRA
Trois ou quatre avions de la Police aux frontières et de la Sécurité civile devaient transporter les clandestins sur le continent. Leur destination n’a pas été indiquée. Selon une source proche du dossier, les clandestins doivent être accueillis dans les centres de rétention administrative de six villes: Marseille et Lyon pour des familles (ce qui concerne 84 personnes sur 124), ainsi que Lille, Nîmes, Rennes et Toulouse.
Le ministère de l’Immigration a indiqué dans un communiqué que chaque clandestin «bénéficiera d’une évaluation individuelle de sa situation», précisant qu’«à l’arrivée dans ces centres, ces personnes bénéficieront des services d’un interprète, d’une visite médicale, d’une information sur les dispositifs d’aide au retour volontaire et d’une assistance juridique». »
Triste nouvelle issue de 20minutes.fr …..

Boubakeur bientôt au gouvernement???

Burqa : Boubakeur se range du côté de Sarkozy

Le recteur de la Mosquée de Paris juge tout à fait « raisonnable » l’idée d’une loi et d’une résolution.

Au lendemain des vœux du président Nicolas Sarkozy aux forces religieuses et avant la remise du rapport mardi prochain de la mission parlementaire concernant le voile intégral, le recteur de la Mosquée de Paris s’est dit vendredi 22 janvier tout à fait favorable à une loi et une résolution sur le sujet.

« Une position de sagesse »

« La position actuelle, celle de Nicolas Sarkozy, est une position de sagesse », a ainsi estimé Dalil Boubakeur sur les ondes de RFI en expliquant que « le voile intégral recueillait une non-acceptation d’une grande partie de l’opinion française mais aussi de l’opinion musulmane en France ».
Dalil Boubakeur a jugé nécessaire « un rappel de positions qui pourrait être l’objet d’une résolution rassemblant l’ensemble de la nation ».
Cette option serait selon lui « une voie raisonnable quitte à ce qu’il y ait des réglementations dans des domaines très précis » même si le recteur de la mosquée de Paris n’a pas évoqué lesquels.
A la sortie des voeux du président de la République, le président du Conseil français du culte musulman, Mohammed Moussaoui, se disait de son côté « réservé sur une loi générale qui interdirait le voile intégral sur la voie publique » tout en déclarant attendre les préconisations de la mission parlementaire.

Source: (Nouvelobs.com avec AFP)

« Si certaines veulent porter le niqab, pourquoi les empêcher? » Parcequ’on est en France, tout simplement, et pas au Maghreb…

21/01/2010

L’islam et le voile intégral vus par Abdelhadi Doudi, imam salafiste à Marseille.

Abdelhadi Doudi, 55 ans, est l’imam de la mosquée Es-Sunna, dans le troisième arrondissement de Marseille. Ancien beau-frère et conseiller religieux de Moustapha Bouyali, qui fut le fondateur, en 1982 du Mouvement islamique armé (MIA) -le premier maquis islamiste en Algérie-  il a été l’un des principaux «importateurs» du salafisme en France, à la fin des années 1980. Tenant un discours radical, mais légaliste, le «cheikh» Doudi a accepté de parler en arabe, via deux interprètes, de sa conception de l’islam. Et du voile intégral.

Le salafisme, qu’est-ce c’est?

« Pour nous, c’est l’islam tel qu’il a été pratiqué par le Prophète- que la bénédiction soit sur lui- et ses compagnons. Nous, nous  n’interprétons pas les versets du Coran, nous n’avons pas divergé du message,  comme d’autres l’ont fait: les Frères musulmans, le tabligh [mouvement de réislamisation né en Inde dans les années 1920], ou les chiites… Ils sont dans l’erreur. Mais nous ne sommes pas des fanatiques : nous sommes contre la violence, contre les djihadistes ou les takfiristes [courant extrémiste qui considère les «mauvais musulmans» comme les principaux ennemis]. La politique ne nous intéresse pas. Nous ne faisons que suivre la religion. »

Comment doit se comporter un musulman?

« Il doit respecter les cinq piliers de l’islam (profession de foi, prières, jeûne du Ramadan, aumône et pèlerinage à La Mecque)   et suivre fidèlement les enseignements  du Coran et de la Sunna [le recueil des faits et gestes attribués à Mahomet]. Par exemple, dans la Sunna, il est dit que l’homme doit porter la barbe. Le musulman ne peut pas se détacher de sa religion. C’est comme un poisson que l’on sort de l’eau: il s’étouffe! Celui qui renie l’islam, normalement, les autorités devraient le punir. Bien sûr, en France, ce n’est pas permis, ce n’est pas possible. »

Selon vous, porter le niqab (voile intégral ne laissant voir que les yeux) est-il obligatoire pour la femme?

« Le  voile est une obligation dans l’islam, mais pour le niqab, il y a des avis divergents. Certains savants disent qu’il est obligatoire, d’autres que non. Pour moi, ce n’est pas une obligation: le visage et les mains de la femme peuvent rester visibles. Mais si certaines veulent le porter, par respect ou pour se protéger, pourquoi veut-on les empêcher? Est-ce plus choquant que quelqu’un qui se promène tout nu?  S’il y a une loi contre le niqab, nous dirons aux femmes de l’enlever. Mais certaines ne voudront plus sortir de chez elles… Si elles enlèvent leur voile, est-ce qu’on laissera les musulmans vivrent tranquillement?  Pour moi, tout çà, c’est de la politique. Certaines personnes veulent salir l’islam. »

Source: http://www.lexpress.fr/

NDLR: « ILS » ne savent plus à quel islam se vouer…

Mosquée de Pessac: le FN lance une pétition.

Mosquée de Pessac : le FN en appelle au peuple !

22 janvier 2010

L’installation de l’Islam en Gironde s’intensifie. Grâce au PS, à l’UMP secondé par le Nouveau Centre et le Modem, la troisième ville de la Gironde risque de « subir » à son tour une mosquée avec un centre islamique.

Le conseil municipal de Pessac vient de voter à la quasi-unanimité la mise à disposition de locaux pour un lieu culturel. La presse ne manque pas de laisser entendre que ce lieu sera de même voué au culte.

« Jacques Colombier, tête de liste du FN Aquitaine, s’y oppose et lance sur le terrain une grande pétition, véritable appel au peuple pessacais. L’installation de mosquées couplée avec une politique d’immigration massive de peuplement met en place le risque de multiplication de conflits ethniques et religieux sur notre territoire. Le débat sur l’identité nationale et le refus à 73 % de minarets dans le paysage français confirme que les français refusent l’islamisation rampante qu’on veut leur imposer. Rappelons que le devoir des étrangers sur notre sol n’est pas d’imposer leur religion, leurs traditions, leurs coutumes mais d’accepter les nôtres. Ce sentiment est partagé par une immense majorité des français. Gauche et droite, une fois de plus, installent le communautarisme, véritable danger pour la nation. »

Source: nationspresse.info

Déjà des « aménagements » sur la « future » loi anti-burqa…

On « nique » les lois Françaises !!!

Les conclusions de la mission parlementaire sur la burqa


22/01/2010

Le Figaro s’est procuré le rapport définitif qui doit être rendu mardi. Les élus prônent des dispositions législatives pour l’interdire dans les services publics – y compris les transports – précédées d’une résolution à l’Assemblée nationale.

Les députés de la mission parlementaire sur le voile intégral ont finalement renoncé à une loi d’interdiction générale. Dans leur rapport définitif que le Figaro a pu se procurer, ils préconisent des dispositions législatives pour le bannir du service public. Mais auparavant, ils suggèrent le vote d’une résolution par l’Assemblée. L’occasion de rappeler les valeurs fondamentales de la République et d’offrir un temps pour la pédagogie et la médiation. Ensuite, la mission propose des mesures plus concrètes. Elle prône l’interdiction de la burqa dans les administrations, hôpitaux, écoles. Dans tous les «services publics et donc dans les transports». «Ce dispositif contraindrait les personnes non seulement à montrer leur visage à l’entrée du service public mais aussi à conserver le visage découvert tout au long de leur présence au sein du service public», peut-on lire dans ce texte que les députés ont amendé encore dans la nuit. La «conséquence de cette violation ne serait pas de nature pénale mais consisterait en un refus de délivrance du service demandé».

Cette interdiction ne semble pas poser de difficultés juridiques, car dans les services publics, «les contraintes que leur fonctionnement impose, permettent de légitimer des règles particulières». Les députés proposent donc d’adopter une «disposition interdisant de dissimuler son visage dans les services publics».

Les députés rappellent également que le voile intégral peut être banni des lieux accueillant du public. D’une part, «la liberté de se vêtir des employés est encadrée par les impératifs de l’entreprise». Par ailleurs ces établissements sont autorités à «contrôler l’identité de leurs clients quand ils procèdent à certaines actions, notamment la remise d’un chèque». Enfin, les établissement sont autorisés à s’équiper de vidéosurveillance lors qu’ils «sont particulièrement exposés à des risques d’agression ou de vol…». Sur ce fondement, ces établissements peuvent «prohiber l’entrée avec le casque intégral ou la burqa». A condition que l’interdit reste justifié par des impératifs de sécurité et ne soit pas discriminatoire. Conduire leur serait également interdit.

Des interdits fragmentés et multiples

«Il faut leur rendre la vie impossible, pour endiguer le phénomène» résume un député. Ces interdits fragmentés, mais multiples auraient l’avantage d’échapper aux foudres du Conseil constitutionnel. Quand bien même, certains décrets seraient retoqués, cela ne signerait pas la défaite du camps anti-burqa, et le triomphe des islamistes, glissait il y a quelques jours le rapporteur Eric Raoult, «soucieux d’agir de façon efficace et pédagogique».

Parmi les autres manières de «décourager» les porteuses de voile intégral, la mission écarte une voie envisagée, celle du «contrôle d’identité systématique, qui ne serait pas légal», car il doit reposer sur une présomption de risque d’atteintes à l’ordre public ou de délit.

Certains avaient également proposé de faire de la burqa un obstacle à l’obtention d’un titre de séjour de longue durée. Les députés estiment qu’il serait difficile de refuser un regroupement familial sur cette base. En revanche, ils proposent de «modifier des articles du Ceseda afin de refuser la délivrance d’une carte de résident aux personnes qui manifestent une pratique radicale de leur religion incompatible avec les valeurs de la république, en particulier le principe d’égalité entre hommes et femmes, ceci étant considéré comme un défaut d’intégration» ; Par le même article ajouté dans le code civil, l’intégrisme deviendrait également un motif de refus de naturalisation.

Enfin, les députés explorent longuement la voie de la loi. Car elle «seule bannirait la burqa de l’espace public». Mais elle soulève des «questions juridiques complexes. Il s’agit en effet de limiter l’exercice d’une liberté fondamentale, la liberté d’opinion, dans la totalité de l’espace public. Le chemin est à coup sûr étroit et nul ne peut dire avec une totale certitude s’il est praticable», ont conclu les députés. Car la laïcité ne permet pas de réglementer les habits dans la rue. La dignité, souvent invoquée pour proscrire le voile intégral est une notion «presque abandonnée par la Cour Européenne des Droits de l’Homme», peut-on lire dans le rapport. Le Conseil Constitutionnel a lui aussi évolué et protège surtout le «libre arbitre de la personne».

Mais si l’assemblée souhaitait poursuivre dans la voie ouverte par Jean-François Copé, la mission propose de recueillir «l’avis du Conseil d’Etat en amont sur la proposition de loi interdisant de dissimuler son visage dans l’espace public». Serait alors sanctionnée la personne qui commet l’infraction, la femme, sauf si elle démontre la contrainte. «Évidemment, l’idée n’est pas, quel que soit le moyen retenu, d’arracher les voiles, mais de les faire tomber d’eux-mêmes», assure Eric Raoult. La mission évoque d’ailleurs la pertinence d’un travail d’intérêt général, plutôt qu’une amende. L’avocate féministe Gisèle Halimi ayant recommandé «des cours sur les libertés ou sur le droit des femmes…»

vu sur http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2010/01/22/01016-20100122ARTFIG00532-les-conclusions-de-la-mission-parlementaire-sur-la-burqa-.php

Islamisation: Le plus grand centre islamique de France bientôt à Annecy…

Si le projet de grande mosquée d’Annecy a été deux fois retoqué par le tribunal administratif, un autre est en cours : celui d’un gigantesque « centre islamique » d’une surface totale est de 8 674 m2 rapporte le dernier numéro de Daoudal Hebdo.

« Le permis de construire a été très discrètement signé » par le maire d’Annecy le 17 novembre dernier. La demande émanait du président de l’« Association culturelle de la Mosquée des Alpes », déclarée un an plus tôt et « alors déjà domiciliée dans les locaux destinés à devenir l’un des plus grands centres islamiques de France ». Mais elle a été faite au nom de la SCI Octagon.

Le libellé permis de construire indique la transformation de « locaux initialement à usage industriel transformés en locaux à destination de service d’intérêt collectif (lieu cultuel et culturel) d’artisanat et de bureaux. »

L’article relève que pour la mairie d’Annecy, la mosquée est considéré comme un « service d’intérêt collectif ». « On ne sait pas trop ce que cela veut dire en droit français, mais l’idée est que le projet est nécessaire pour la vie quotidienne des Annéciens »…

« On avait déjà la « salle polyvalente » de Drancy, et le « centre culturel » de Woippy, qui sont purement et simplement des mosquées, voici donc à Annecy la mosquée « service d’intérêt collectif »…

Qui a dit: «Le port du voile intégral n’est obligatoire que chez les salafistes, qui sont très rigoristes» ?

Premiers dhimmis en défaveur de la loi anti-burqa sur le territoire Français…

FDF
22.01.10
Une femme portant le voile intégral à Paris, le 23 juillet 2009.
Une femme portant le voile intégral à Paris, le 23 juillet 2009./LE FLOCH/SIPA

« C’est…. Dominique Thomas, spécialiste des mouvements islamistes et du monde arabe à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS), qui explique à 20minutes.fr quelle est la véritable place du voile intégral dans l’Islam…

Le voile intégral est-il obligatoire, selon les préceptes de l’Islam?
Plusieurs sourates du Coran stipulent que la femme ne doit pas être impudique des jambes jusqu’à la tête. Cependant le Coran, qui n’est pas la seule source de référence pour les musulmans, n’interdit rien de façon explicite. Les sources prophétiques («hadiths»), les textes et les commentaires juridiques publiés par les principales figures du droit de la religion médiévale sont aussi des principes de gouvernance pour les musulmans. Ce dernier corpus aborde la question de la couverture de la femme de façon beaucoup plus détaillée. Le port du niqab est recommandé dans le dogme salafiste, qui suit l’interprétation la plus rigoriste, littéraliste, fondamentaliste des textes.

Le niqab et la burqa, c’est la même chose?

Il faut distinguer le niqab de la burqa. Le niqab est porté dans les pays où la population suit le dogme salafiste, c’est-à-dire en Arabie Saoudite et dans certains pays du Golfe. La burqa est pour sa part un habit traditionnel des zones tribales du Pakistan et d’Afghanistan, et n’est porté que là-bas. La burqa fait référence à une zone géographique, à des codes tribaux particuliers qui n’ont aucune source religieuse. Le terme même ne fait pas partie du lexique de la jurisprudence islamique.

Pourquoi parle-t-on de burqa en France alors?

La burqa, avec son grillage, captive et inquiète beaucoup plus le public. Dans l’imaginaire collectif, la burqa renvoie immédiatement aux femmes afghanes, aux talibans. C’est un glissement sémantique, un amalgame qui à mon avis n’est pas fortuit, pour cristalliser la peur. On le voit bien dans les reportages: aucune femme interrogée en France parce qu’elle porte le voile intégral ne porte la burqa. Toutes portent un niqab. »

Et alors? Ca change le problème?

FDF

Source: 20minutes.fr

Préférence non-nationale de plein fouet !

Préférence non nationale: on va traquer le racisme sur le NET… Mais pas celui « anti-blancs », faut pas y toucher à la racaille!

FDF

Racisme sur Internet: Quand le gouvernement français découvre les revers du web…

Et devinez QUI va trinquer? Ceux qui en ont marre de se faire cracher dessus, de voir leurs voitures brûler, des voir leurs filles blondes participer de force à des tournantes dans les caves des cités, et j’en passe…  Toutes ces « incivilités » qui sont bien entendu perpétrées par des « jeunes issus de l’immigration ».Désolé, chez moi, le racisme anti-blanc va être aussi à la fête… Y’a pas de raison! Car ce sont eux qui sont à l’origine du…….. racisme dont on nous affuble et dont ils se délectent; car ils vont se sentir encore plus protégés par ce genre de loi à la con. Sommes-nous en France ou quoi? Si vous vous rebiffez car on vous crache dessus, ce sera vous, les racistes; et EUX, les stigmatisés… Il faut changer tout ça avant que ça finisse mal…

FDF

22.01.10
Une personne utilise un ordinateur pour accéder à internet

«L’Internet est bel et bien un moyen de véhiculer, aisément et en masse, une pensée ou une expression raciste». C’est le constat très surprenant du rapport «Lutter contre le racisme sur Internet», remis jeudi au Premier ministre, François Fillon, par la conseillère d’Etat et présidente du Forum des droits sur l’Internet, Isabelle Falque-Pierrotin.

Gaza, l’élément déclencheur

Pour Matignon, tout a commencé en janvier 2009, avec les «événements» de Gaza, qui avaient entraîné une «propagation de tensions racistes» en France, et particulièrement sur Internet. Cela avait ému le Comité interministériel de lutte contre le racisme et l’antisémitisme et François Fillon avait alors pris la décision de demander une expertise sur la question.

Le racisme sur Internet se présente sous deux formes: la «véritable propagande élaborée par des groupuscules» et le «racisme ordinaire» émanant d’internautes anonymes. Afin d’y remédier, le rapport ne fait ressortir aucune mesure concrète, mais il contient tout de même trois objectifs.

Lumière sur «Pharos»

Le premier préconise une analyse du phénomène afin «d’élaborer une réponse adaptée à la diversité des situations». Ensuite, les outils de lutte contre les contenus déviants doivent être mis en valeur. Pharos par exemple, la «plate-forme de signalement du ministère de l’Intérieur» qui permet aux internautes de «signaler des contenus ou des comportements illicites».

Les associations de lutte contre le racisme se doivent également de sensibiliser la jeunesse et les hébergeurs de sites, qui «détiennent une partie des outils de lutte contre cette expression raciste», sont invités, eux, à se mobiliser de manière plus active.

Les Etats-Unis pointés du doigt

Enfin, puisque les Français ne sauraient être les seuls responsables du racisme qui a envahi la toile francophone depuis un an, «une action à destination des Etats-Unis, qui hébergent une part importante des contenus racistes, est prioritaire». Le rapport propose notamment la mise en place d’«un code de bonne conduite commun» entre les deux pays afin de lutter plus efficacement contre le racisme sur Internet.

A la remise de ce rapport, François Fillon a ainsi «chargé les ministres compétents de mettre en oeuvre les propositions qui les concernent et veillera à coordonner leurs actions». Un point d’étape sera effectué dans six mois.

>> En raison de débordements systématiques, nous nous voyons contraints de fermer cet article aux commentaires.

Corentin Chauvel

Un rapport rendu sans urgence

Remis jeudi au Premier ministre, il avait été commandé à l’origine pour avril dernier et la mission chargée de le rédiger s’est terminée il y a déjà six mois. Mais pas d’urgence notable pour François Fillon qui a paradoxalement donné cette semaine «le top départ» au déploiement du très haut débit en France.

Source: 20minutes.fr