Francaisdefrance's Blog

22/01/2010

La libre critique de l’islam est en jeu dans le procès de Geert Wilders

L’enjeu du procès de Geert Wilders : la libre critique de l’islam

vendredi 22 janvier 2010

Ce mercredi s’est ouvert à Amsterdam le procès de Geert Wilders, accusé d’avoir «  incité à la haine raciale contre les musulmans  », pour avoir produit le film Fitna*, sorti sur Internet en mars 2008. Puisque nous avons soutenu et soutenons Geert Wilders, et que nous sommes tout comme lui victimes d’une campagne calomnieuse, visant à nous faire taire, avec les mêmes accusations, nous suivrons de très près le déroulement de ce procès. Nous n’avons pas oublié, à cette occasion, les insultes contre le député hollandais, pourtant menacé de mort, de la part de ces belles âmes de Caroline Fourest, BHL et Dominique Sopo. La lecture des journaux comme Le Monde et Libération, quand ils évoquent ce procès, sont du même acabit : Wilders est un raciste xénophobe qui pousse à la haine des musulmans, bref un vulgaire électeur suisse !

Geert Wilders et Ayaan Hirsi Ali, quand ils siégaient ensemble au Parlement hollandais.

Cette première journée a été consacrée à la manière dont celui-ci se déroulera. M. Wilders, soutenu par les autres huit députés du Parti de la Liberté, et par quelques trois cents militants rassemblés devant le Tribunal, a demandé à ce que soient entendus dix-sept témoins, parmi lesquels des professeurs universitaires, des imams radicaux, et Mohammed Bouyeri… l’assassin de Théo van Gogh  !

Le procureur public, Birgit van Roessel, a dénoncé le nombre élevé de témoins, craignant vraisemblablement de voir le procès traîner en longueur et se transformer en colloque anti-islamique. Cependant, M. Wilders a répliqué en s’adressant aux juges  : «  Acceptez tous mes témoins, ou mon procès ne sera pas équitable  !  » De plus, le procureur a demandé à la cour que le témoignage de M. Wilders lui-même soit fait à huis clos, par un juge chargé de l’investigation. Elle a soutenu que poser des questions à propos de toutes les affirmations de M. Wilders pourrait charger la cour d’ «  un fardeau important  », et que les auditions ayant lieu devant un large public, celui-ci pourrait réagir à ses affirmations. Les juges qui ont deux semaines pour statuer sur le déroulement du procès.

On peut déjà souligner que l’accusation veut absolument éviter de donner une publicité importante à ce procès, et priver M. Wilders de la tribune à laquelle il a légitimement droit. De plus, elle semble vouloir porter atteinte aux droits fondamentaux de tout accusé à un procès juste et équitable, qui implique la possibilité pour l’accusé de se servir de tout moyen de preuve pouvant montrer son innocence, même si cela devait allonger la durée du procès. M. Wilders est un homme qui a perdu toute liberté de mouvement, vivant sous protection policière constante pour avoir dénoncé l’idéologie de ceux qui veulent sa peau. Et voilà qu’un tribunal de son propre pays le met en cause pour avoir exprimé sa haine envers la religion de ceux qui le menacent  ! De plus, le procureur public est chargé de défendre l’intérêt général, si bien que porter atteinte au droits fondamentaux de l’accusé, quel qu’il soit, constitue en soi un reniement de son propre rôle judiciaire. L’intérêt général ne peut être sacrifié pour des raisons de procédure.

M. Wilders a ouvert un débat important, d’intérêt national et international  : le débat sur la nature profonde de l’islam. Ce procès, s’il est mené équitablement, sera un test du fonctionnement démocratique de la société néerlandaise, et au-delà, de la société européenne. Si critiquer l’islam sera officiellement assimilé à «  inciter à la haine raciale  », alors un cap sera franchi dans la soumission des instances judiciaires aux visées obscurantistes des lobbys musulmans. Car une chose doit être précisée par ce procès  : l’islam est-il une doctrine comme une autre, que l’on peut rejeter, conspuer ou bien embrasser comme toute autre doctrine, ou bien s’agit-il d’une doctrine bénéficiant d’un statut protégé par la loi. Par ailleurs, ce procès montrera si la liberté d’expression a encore une quelconque valeur, au sens où Beaumarchais écrivait «  Sans la liberté de blâmer, il n’y a pas d’éloge flatteur  ». Opposer les «  discours haineux  » et la liberté d’expression, c’est une opposition fallacieuse. La liberté d’expression n’a de sens que si elle comprend la liberté d’exprimer son rejet, sa détestation d’autres idées ou expressions. Comme le disait Georges Orwell, «  parler de liberté n’a de sens qu’à condition que ce soit la liberté de dire aux gens ce qu’ils n’ont pas envie d’entendre.  »

Ce ne sont pas les Occidentaux qu’il faut éduquer à mieux comprendre l’islam, ce sont les musulmans qui doivent comprendre que haïr l’islam, ce n’est pas haïr les musulmans en tant qu’êtres humains. Les hommes ne se confondent pas avec les idées qu’ils professent, ou avec les idéologies qu’ils défendent. Ce que la démocratie présuppose, c’est l’égale valeur de tous, quelles que soient les opinions de chacun. C’est justement ce que l’islam rejette, avec sa conception des «  droits personnels  » indexés à la croyance religieuse de chacun. Les représentants musulmans, à mettre sans cesse en avant leur sensibilité blessée quand on exprime la détestation de leur doctrine, et pour certains, en menaçant de mort ceux qui expriment cela, montrent en creux qu’ils ne respectent pas les hommes en tant qu’hommes, mais uniquement en fonction de leurs croyances religieuses. L’égalité démocratique est et sera toujours une doctrine qui stigmatisera l’islam, dans la mesure même où elle refuse de lui accorder ce que celui-ci considère comme un droit divin, à savoir sa précellence sur toutes les autres doctrines, et qu’elle ne reconnaîtra pas le «  droit personnel  » du musulman, qui est discriminatoire et stigmatisant envers les femmes et les non musulmans.

Sympathiques adeptes de la religion d’amour et de paix.


La libre critique de l’islam qui est en jeu dans le procès de Wilders est forcément un point de cristallisation de toutes les tensions entre l’islam et les autres cultures, car c’est son dogme fondamental qui est mis en question. L’islam ne serait pas une doctrine théocratique obscurantiste s’il pouvait tolérer la remise en question de la divinité du Coran et de la soumission à Mahomet. Il ne peut le tolérer ni à l’intérieur ni à l’extérieur, comme le montre à la fois le djihad interne et le djihad externe. On ne peut pas débattre rationnellement, si le fondement de sa pensée, c’est la soumission absolue à Allah, sous peine d’aller en enfer. La pensée critique elle-même est un péché horrible dans ce cadre de pensée.

L’autre enjeu du procès de Geert Wilders, c’est la politique de l’immigration en Europe. Ce qui était remis en cause dans son film Fitna, c’était le dogme médiatique qui veut que l’immigration soit une chance pour l’Europe. Car la vérité, c’est que l’immigration est une chance pour les immigrés. M. Wilders pose la question très pertinente de savoir si les pays européens sont encore souverains et s’ils sont encore autorisés à décider qui s’établit sur notre sol et qui n’a pas le droit d’y entrer. Car la question fondamentalement politique que se pose tout Etat, c’est de savoir qui sont ses citoyens et qui ne le sont pas. Il y a un fondement d’exclusion dans tout établissement d’une institution politique, n’en déplaise aux belles âmes qui voudraient abolir les frontières.

La démocratie, ce n’est ni l’anarchie, ni la confusion totale et globale de tous les êtres humains. D’autant que beaucoup d’immigrés musulmans, en ce qui les concerne, loin d’être aussi ouverts que leurs hôtes européens, constituent des communautés qui pratiquent la discrimination envers les non musulmans, et se structurent en fonction des Etats d’origine, dont ils gardent souvent la nationalité, et qui ne sont nullement des sociétés aussi ouvertes que la nôtre. Il y a, de leur propre aveu, des mosquées turques, des mosquées algériennes, des mosquées tunisiennes, des mosquées marocaines, des mosquées saoudiennes, mais pas de mosquées françaises. Si bien que politiquement, on est très légitimement en droit de se demander quel est le sens de cette immigration musulmane en Europe  : est-ce une colonisation  ? Pourquoi alors être colonisé par des théocrates intolérants serait une chance pour l’Europe démocrate  ?

Enfin, M. Wilders a pris des positions très fermes sur le port du foulard islamique, et avait proposé l’instauration d’une taxe de 1000 euros par an pour celle qui voudraient le porter dans la rue, ce qui avait déclenché un tollé dans le pays. Néanmoins, sa côte de popularité reste très élevée, et il pourrait battre à plate couture les chrétiens-démocrates sortants lors des législatives de 2011. La Hollande, pays d’élection de René Descartes, où il a écrit Le discours sur la méthode, Les méditations métaphysiques et Les principes de la philosophie, ouvrages fondamentaux pour le rationalisme européen, montrera peut-être ainsi ne pas l’avoir complètement oublié.

A une époque où les islamistes rêvent de réinstaurer, en France, le délit de blasphème, une condamnation de Wilders, en Hollande, serait un très mauvais message pour notre liberté d’expression à laquelle nous tenons comme à la prunelle de nos yeux.

Pour aider Geert, nous vous proposons de relire avec délectation cette phrase, tant que nous en avons encore le droit : « Depuis plus de 500 ans, les règles et les théories d’un vieux cheikh arabe, et les interprétations abusives de générations de « prêtres » crasseux et ignares ont fixé, en Turquie, tous les détails de la loi civile et criminelle. Elles ont réglé la forme de la constitution, les moindres faits et gestes de la vie de chaque citoyen, sa nourriture, ses heures de veille et de sommeil, la coupe de ses vêtements, ce qu’il apprend à l’école, ses coutumes, ses habitudes et jusqu’à ses pensées les plus intimes. L’Islam, cette théologie absurde d’un bédouin immoral, est un cadavre putréfié qui empoisonne nos vies. » (Mustapha Kemal Atatürk)

Interview de Geert Wilders par Radu Stoenescu, parue dans RL le 2 mars 2009

http://www.ripostelaique.com/Geert-Wilders-Je-n-ai-rien-a-voir.html

Soutenir Geert Wilders

http://sitasecure.wordpress.com/2009/12/09/priorite-absolue-a-geert-wilders-sita-internationale-de-soutien/

Source: Riposte Laïque

*Fitna: http://www.dailymotion.com/video/x5wy2b_fitna-version-francaise-geert-wilde_news

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :