Francaisdefrance's Blog

05/01/2010

Islamisation de l’Occident. A nous, les résistants, de tirer les premier…

Ouverture du second concours international de caricatures islamiques

5 janvier 2010

Talents cachés ou reconnus, à vos souris !

Afin d’affirmer notre attachement à notre liberté d’expression et en réponse à la dernière offensive islamiste contre celle-ci, le site Laughyourheadoff.org organise le Second Concours  International de la Caricature Islamique.

Suite à la dernière tentative en date d’assassinat du caricaturiste danois Kurt Westergaard, il est essentiel, dès le début de cette nouvelle décennie, que les artistes, les écrivains et les citoyens de toutes les nations libres renouvellent leur engagement en faveur d’une presse libre et de la liberté d’expression“, a déclaré Walter Skold, de laughyourheadoff.org.

Nous appelons les caricaturistes, journalistes et tous les partisans de la liberté artistique et politique à présenter leurs dessins et ou simplement à promouvoir le concours“, dit-il.

En 2006, Laughyourheadoff.org qui est hébergé aux Etats-Unis avait lancé le 1er concours de la caricature islamique afin de soutenir les éditeurs, artistes et personnalités politiques qui ont défendu les libertés de la presse et artistiques, contre le concert grandissant de ceux qui appellent à une certaine forme de censure sur les publications et les œuvres considérées comme ”offensantes”.

Le dessin gagnant du concours 2006 suggérait aux Danois d’apprendre le Coran grâce au papier toilette imprimé, mais Skold a déclaré que les dessins plus bienveillants, sont aussi les bienvenus.

par ailleurs, outre ceux qui envoient des sarcastiques, je demande aussi aux musulmans d’envoyer leurs propres positives en rapport à l’islam afin que les non-musulmans puissent apprendre à apprécier leur humour“, a déclaré Skold, en évoquant la longue histoire de l’humour dans l’islam.

Skold souligne que les danoises qui ont conduit à ces réactions violentes, à l’origine, n’étaient pas destinées à offenser les musulmans mais à faire une satire des ces dessinateurs danois, qui soumis aux pressions islamistes, refusaient de représenter Mahomet dans des livres pour enfants.
Mais aussi, des Hadiths enseignent que Mahomet avait fait assassiner des poètes, et les islamistes actuels ont tué des cinéastes, des écrivains et des journalistes en son nom“, a déclaré Skold, qui est lui-même poète et ancien journaliste.

En raison des tentatives répétées par les islamistes d’intimider et de terroriser, et aussi parce que l’Organisation de la Conférence islamique déploie des efforts constants pour réguler la libre expression, les individus ainsi que les gouvernements doivent continuer sans cesse à faire clairement entendre que les libertés de parole et d’expression sont essentielles et sont des principes non-négociables ” a-t-il ajouté.

Skold estime que les citoyens des nations occidentales ne sont probablement pas conscients du fait que la plupart des nations islamiques n’ont jamais signé la Déclaration des Nations Unies des droits de l’homme, qui stipule (article 19) que ”Tout individu a droit à sa liberté d’opinion et d’expression … “

Si le concours vous tente, prenez soin de bien lire les règles .

Sources : Atlasshugs

et: www.bivouac-id.com

Délinquance: Multiplication des attaques de bureaux de poste à l’explosif en Seine Saint Denis…

Si ça ne fait qu’inquièter, alors…
FDF
La multiplication des attaques et tentatives d’attaques de bureaux de poste à l’explosif en Seine-Saint-Denis, comme celles perpétrées lundi et mardi, inquiète élus et policiers dans ce département sensible après seize agressions de ce type en un peu plus d’un an. Deux nouvelles attaques de bureaux de La Poste ont eu lieu lundi et mardi en plein jour à Bagnolet et à Saint-Denis. Cela porte leur nombre à seize, selon des sources policières, depuis novembre 2008. Les explosifs ont été déposés à l’aplomb d’une porte de la poste où se trouvait un coffre-fort, dans le premier cas, un distributeur automatique de billets de banque (DAB) dans le second cas pour des préjudices estimés à quelques milliers d’euros en l’état des investigations. Ces attaques, selon les sources policières, sont toutes « de nature identique dans leur mode opératoire », la plupart ayant avorté, ont-elles relativisé.

Cela « n’enlève rien à la dangerosité » de leurs auteurs contre lesquels la brigade de répression du banditisme (BRB) a engagé une traque, ont ajouté ces sources. La série inquiète la police qui observe un « pic » depuis le début 2010 après une « accalmie » durant la période des fêtes de fin d’année. Selon les sources policières, leur auteurs sont souvent « bien renseignés », les DAB visés ayant été souvent approvisionnés peu avant les faits. Le plus fort préjudice a été relevé à Pierrefitte en décembre 2009 : 100.000 euros. La nature des explosifs utilisés n’a pas été révélée, afin de ne pas « donner des idées à d’autres » selon ces sources, mais leur composition, que « l’on peut trouver sur Internet », est « potentiellement dangereuse ».

Les sources policières ont indiqué que ces attaques ou tentatives « provoquent des dégâts matériels parfois importants ». C’est une « tendance nouvelle », observent ces sources, insistant sur « l’audace » des auteurs » qui agissent « souvent en plein jour, augmentant ainsi les risques ». Elles pensent aussi avoir affaire à la même bande n’excluant pas non plus des « équipes interchangeables ». Lundi, Claude Bartolone, président (PS) du conseil général de Seine-Saint-Denis, a dénoncé, dans un communiqué, la politique du ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux, qu’il avait, dit-il, « alerté » sur le sujet le 5 novembre 2009. « Ces agressions violentes (…) ont provoqué chez les riverains un profond sentiment d’insécurité et d’abandon », ainsi que parmi les agents des PTT : les élus et la population « demandent (…) des moyens humains et matériels adéquats », ajoute Bartolone.

Il ironise par ailleurs sur le fait que le ministre « ne cesse de vanter « ‘une baisse de la délinquance’ (…) depuis la création de la police d’agglomération ». L’élu socialiste fait référence au grand Paris de la police, en place depuis septembre 2009, qui place sous la seule autorité du préfet de police de Paris la sécurité de la capitale et des trois départements limitrophes, dont le « 9-3 ». Hortefeux a récemment salué les résultats de cette nouvelle organisation policière qu’il veut étendre en régions.

Made in France. Le retour ?

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 19:16
Tags: , ,

5 Janvier 2010


Une virée dans les enseignes de la grande distribution montre le retour des étiquettes informant le consommateur de ce que le produit a été fabriqué en France. Signe des relocalisations ou coup de marketing tricolore ?


Les fêtes de fin d’année sont l’occasion, bon gré mal gré, de faire les courses dans toutes sortes de grandes surfaces plus ou moins spécialisées. Cette année, une chose bien nouvelle m’a sauté aux yeux : la présence sur certains articles de petites étiquettes tricolores portant les inscriptions « Made in France », « Fabrication française » ou « Produit en France ».
En l’espace d’un après-midi et le passage dans trois enseignes différentes de la grande distribution (textile, chaussure, jouet), j’ai vu se multiplier ce type d’étiquette « cocardière ». Tel le village d’Astérix au milieu de la Gaule romaine, il y a une résistance organisée et visible du « Made in France » au milieu d’un territoire que l’on croyait exclusivement réservée au « Made in China ».

Voir ainsi des jouets en plastique d’une célèbre marque jurassienne rachetée récemment par un groupe allemand estampillés « fabrication française », cela fait chaud au cœur… Ainsi donc, tout ne serait pas parti en Chine… pas encore ?

Serait-ce alors un indice d’une certaine relocalisation d’une production exilée un temps en Extrême-Orient et revenue dans nos vertes contrées par souci environnemental et social ? L’histoire serait trop belle. Elle est d’ailleurs fausse puisque pour une relocalisation il y aurait dix délocalisations… On sait aujourd’hui comment un autre groupe jurassien, spécialiste de la fabrication de lunettes, a magnifiquement bien communiqué une relocalisation qui ne concernait en fait que 7% de sa production !

Nous voilà rassurés ! On est donc bien dans le domaine du marketing, de la « com ». Ces petites étiquettes sont comme des tests que les commerciaux de ces groupes, plus tout à fait français mais pas encore entièrement chinois, nous imposent : êtes-vous prêts à payer un peu plus cher pour acheter un produit fabriqué au pays ?

Derrière le cas de conscience commerciale, ces gens du marketing ont au moins compris ce que les dirigeants éminents de la gauche officielle refusent d’aborder : celle de la préférence locale en matière commerciale qui pourrait déboucher sur un nécessaire protectionnisme européen. Les amis de Pascal Lamy seraient ainsi bien inspirés de se rendre compte que même les consommateurs des couches populaires sont aujourd’hui prêts à acheter français (ou européen) dans les temples du libre-échange. Une bonne leçon pour débuter 2010.

L’incompatibilité de l’islam politique avec notre société: « élémentaire, mon cher Watson »…

Publié avec l’autorisation de l’auteur :

Parfois un dessin vaut mieux qu’une longue explication.

Voici expliqué de manière simple pourquoi l’idéologie islamique est incompatible avec notre République, et pourquoi le modèle d’organisation de société promu par l’islam est incompatible avec la Démocratie laïque Française.

1. Démocratie : La France (1)


1) La Nation française, « une et indivisible » est composée de citoyens, elle est la source du droit, elle détient la souveraineté. La souveraineté est déléguée à la Représentation Nationale (ceux qui représentent la Nation / les citoyens) par le vote.

2) La Représentation Nationale donne au pays sa Constitution qui sert de cadre à la Loi et à l’organisation de la société (Gouvernement /Justice).

3) Le Gouvernement et les représentants de la Nation établissent les lois dans le respect du cadre constitutionnel.

4-5) La Loi régule le fonctionnement du gouvernement, de la Justice et de la société.

6) Le Gouvernement gère l’exécutif.

7) La Justice gère le judiciaire.

8) Les croyances sont l’affaire privée des citoyens, les pratiques cultuelles sont libres dans la mesure ou elles ne provoquent pas de troubles à l’ordre public (Gouvernement et Justice décident de ce qui est un trouble à l’ordre public).

Constitution Française, article 2 :

« Son (la République Française) principe est : gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple

(1) : Le fonctionnement de la société française est volontairement simplifié afin de mettre en avant le principe démocratique qui régit nos institutions.

Examinons maintenant la société dont l’islam fait activement la promotion depuis 1400 ans.

2. L’islam



Si vous n’êtes pas un musulman, vous êtes un mécréant!

Si vous n’êtes pas un juif ou un chrétien ayant accepté la domination de l’islam (un dhimmi), alors votre vie, votre famille et vos bien appartiennent au premier musulman qui décide de s’en emparer.


L’inexistence du moi, la domination du nous est le vrai problème posé par certaines religions. Le pouvoir suprême du pape, l’institution d’une royauté de droit divin, l’investiture canonique, cela fait à peine plus d’un siècle que les Français sont parvenus à s’en débarrasser. Le christianisme a permis l’humanisme et le siècle des lumières…mais par réaction.

Par réaction à une véritable tyrannie rampante, sournoise et destructrice instituée par la religion judéo-chrétienne. Le bon sens européen connait cela depuis 2000 ans…alors l’islam est un grand enfant dans cette histoire et les non musulmans connaissent la musique.

Pour moi le problème est psychologique.

Toutes les religions, sans exception, à des degrés divers, véhiculent la négation du moi. Les sujets refoulent leurs désirs dans l’inconscient. Pour essayer de les vivre, les projettent sur une personne, une idée, une oeuvre. Cela peut se vivre d’une manière fusionnelle chez l’artiste, par exemple dans une participation primitive avec la nature, une intercommunication sans parole.

Être ou ne pas être ! Ne pas être présente de grands risques en périodes troublées (grèves, révolutions, soulèvement, guerres).

L’histoire de l’humanité est particulièrement riches d’exemples tous plus ou moins monstrueux.

Les êtres humains dont le refoulement et l’inconscience sont le mode d’être le plus coutumier sont en danger, pour eux-même et pour les autres. Dans ma vie professionnelle, sur vingt ans de pratique, j’ai testé 50 à 70 % de clients qui vivaient sous le seuil de la conscience.

Cela signifie que ces personnes sont prédisposées à libérer beaucoup de violence quand le frein social ne les retient plus. La libération des frustrations génèrent un potentiel de violence considérable. Les religions sont souvent des vecteurs de violence. Quand le frein social n’existe pas, ce qui est le cas dans certains pays arabes, c’est la porte ouverte à la cruauté la plus innommable.

Sommes-nous donc encore aux temps de l’Inquisition à la sauce musulmane ?

Je relaie ce communiqué de Riposte Laïque. Ca vaut son pesant de cacahuètes:

Le maire de Trappes et son avocat menacent Riposte Laïque des foudres de la Justice.

lundi 4 janvier 2010

« Notre journal dérange de plus en plus la bien-pensance et l’aveuglement volontaire de nos « élites » politiques et médiatiques. Alors faute de vouloir débattre avec nous, nos adversaires utilisent l’arme la plus basse qui soit : la menace gratuite.

C’est le cas de la mairie de Trappes, ville fortement islamisée, et pointée par un article de Maxime Lépante dans ses enquêtes sur l’islamisation ostentatoire de nos villes (1). La municipalité, aux frais du contribuable, charge son avocat Maître Thibault du MANOIR de JUAYE de nous mettre en demeure… de nous autocensurer, par une lettre datée du 2 décembre 2009 :

Pour faire sérieux, cet avocat met en référence une « affaire » créée de toutes pièces : « MAIRIE DE TRAPPES / RIPOSTES LAIQUES » (sic !) Non seulement il montre d’emblée son manque de rigueur en mettant le nom de notre association au pluriel, mais en plus ses menaces montrent le vide de ses arguments et de ses prétentions.

Nous sommes également surpris de voir que l’avocat de la mairie de Trappes, Maître Thibault du MANOIR de JUAYE, a envoyé sa lettre recommandée le 2 décembre… à Roubaix, adresse de notre hébergeur. Là encore, un peu de professionnalisme lui aurait permis de savoir, en cliquant sur notre page d’accueil, que notre Boîte postale se situait à Marseille. Nous aurions ainsi reçu sa lettre recommandée, nous donnant 48 heures pour effacer l’article incriminé, avant le… 23 décembre, date où elle nous est parvenue.

Est joint à cette lettre un constat d’huissier de pas moins de 89 pages, produit par la Société Civile Professionnelle Duparc-Crussard, tout cela pour un seul article dont Maître Thibault du MANOIR de JUAYE est incapable de citer le moindre propos délictueux. Là encore, cela commence mal puisque, dès la première page, nous constatons que le nom du requêteur, le maire de Trappes, Guy Malandain, est mal orthographié (Malandin) ! Cela fait désordre, c’est quand même lui qui paie… avec l’argent des habitants de Trappes ! Les contribuables seront heureux de savoir à quoi servent leurs impôts à l’heure de la disette dans les collectivités locales.

Evidemment, notre collaboratrice Bonapartine n’a aucun mal à démonter point par point cette lettre d’intimidation, par ailleurs diffamatoire (2). Mais la meilleure preuve en est que Maître Thibault du MANOIR de JUAYE n’arrive pas à citer textuellement le moindre propos que sa cliente (la mairie de Trappes, représentée par son maire, Guy Malandain) contesterait, alors que toute action en diffamation se doit de le faire. Il se contente d’un double procès d’intention : notre article « semble sous-entendre » (sic !) des propos qui, en eux-mêmes, ne sont que des opinions tout à fait recevables.

Incapable de fonder ses accusations, Maître Thibault du MANOIR de JUAYE se comporte en censeur, puisqu’il ne nous demande pas moins que de retirer de notre site l’article en question qu’il autoproclame « litigieux ».

Plus grave encore, Maître Thibault du MANOIR de JUAYE demande de lui « communiquer l’identité et les coordonnées de l’auteur de cet article ». Pour en faire quoi ? Cette exigence est contradictoire avec la demande de suppression de l’article, à moins que la Mairie de Trappes souhaite livrer aux juges et aux islamistes notre rédacteur Maxime Lépante.

Désolé, Maître Thibault du MANOIR de JUAYE, mais nous n’entrerons jamais dans ce jeu qui rappelle les heures les plus sombres de notre histoire. Un Théo Van Gogh, cela ne vous suffit pas ?

Toute la rédaction de Riposte Laïque soutient Maxime Lépante et son article. Nous invitons nos contributeurs occasionnels et nos lecteurs à témoigner le même soutien face à la police politique que veut mettre en place le maire de Trappes par un autodafé des textes qui ne sont pas à son gré.

Cette lettre de Maître Thibault du MANOIR de JUAYE est une excellente occasion pour dénoncer de nouveau le terrorisme intellectuel que nous combattons depuis deux ans et demi, et que nous allons encore plus combattre en cette nouvelle année.

Nous sommes à une période où les islamistes veulent réduire au silence tous les résistants veulent réveiller les consciences. Geert Wilders sera poursuivi devant les tribunaux, aux Pays-Bas, suite à la publication de son film Fitna. (3) Ce week-end, le dessinateur danois Kurt Westergaard, auteur des caricatures polémistes, a échappé de peu à la mort, agressé chez lui par un islamiste somalien. Dans ce contexte, il est révoltant de voir qu’un maire qui se réclament des valeurs de la gauche relaie, sur le territoire français, avec des armes juridiques, le travail des inquisiteurs islamistes.

Non seulement notre journal ne se laissera pas intimider, mais nous allons approfondir, sur la réalité de Trappes, l’enquête amorcée par Maxime Lépante.

Comme vous le voyez, les intimidations d’un maire comme Guy Malandain, son avocat et son huissier ne changeront en rien la ligne de conduite de RL, pour 2010. Et s’ils veulent nous traîner devant les tribunaux, suite à l’article de Maxime Lépante, nous sommes sereins. Nous savons que nous pourrons compter sur le soutien des milliers d’amis de RL qui, tout au long de l’année, et lors des voeux, ont multiplié les encouragements à notre journal.

Ce dernier est retourné, le jour de Noël, à Barbès, pour nous ramener un film extraordinaire. Des policiers voient les musulmans occuper la rue, illégalement, par leurs prières. Ils réagissent… en verbalisant une voiture mal garée !

http://www.youtube.com/watch ?v=ZxnM_wgZKRU

Nous aurions préféré commencer cette année en mettant en valeur, dans cet édito, l’interview que Malika Sorel a accordée à notre journal. Un moment de pur bonheur. Enfin quelqu’un qui parle clair, ne méprise pas le peuple et ne se laisse pas intimider par le discours de la repentance. Ses réponses aux questions de Pierre Cassen nous changent de la bouillie d’intellectuels auto-proclamés, fortement médiatisés, qui monopolisent les plateaux de télévision en galvaudant les mots « République » et « laïcité ». (3)

Nous adressons donc à nos lecteurs tous nos vœux pour cette nouvelle année, qui sera pour nous plus combative que jamais, et nous adressons au maire de Trappes et à Maître Thibault du MANOIR de JUAYE le conseil de s’inspirer davantage de Jean Jaurès que de Mahomet, de Thomas de Torquemada ou de Jérôme Savonarole. »

(1) http://www.ripostelaique.com/Voyage-dans-la-France-musulmane.html

(2) http://www.ripostelaique.com/Le-maire-de-Trappes-n-a-aucun.html

(3) priorite-absolue-a-geert-wilders-sita-internationale-de-soutien/

(4) http://www.ripostelaique.com/Malika-Sorel-Longtemps-anesthesies.html

Mon « foutage de gueule » destiné à la racaille…

C’est pas tout neuf, mais…

FDF

Lire: http://www.youtube.com/watch?v=Ud_-AuBmp6Q


Bischwiller, sa synagogue et peut-être sa future mosquée ?

04 janvier 2010

Là, c’est le Concordat qui fait loi… Là, en Alsace, rien n’entrave la construction des « lieux de cultes »… musulmans.

FDF

Le conseil municipal de Bischwiller (Turkwiller en alsacien) a voté pour un projet qui transformera sa synagogue en centre associatif pour les aînés de la commune, avec une salle de répétition pour l’harmonie municipale. Il nous semble déplorable que l’on puisse transformer un lieu de culte israélite en centre associatif : ce serait détruire tout sens spirituel de ce que ce lieu est censé représenter. Ce petit caprice, très cher à nos élus du conseil municipal, nous sera aussi très « cher » puisqu’il coûtera (cf. DNA du 18/12/09) près de 600.000 €. Mais, restons calmes, comme le hasard fait bien les choses, une subvention du Conseil Général se laisse espérer à une hauteur de 70 000 €. Voilà où en est ce projet présenté par la majorité.

C’est si simple et si habituel : le gaspillage des finances de la mairie de Bischwiller est forcément et toujours remboursable par le contribuable. Ce mélange des intérêts publics et privés est une cause de ruine, mais a aussi quelque chose de scandaleux, car  ce savant mélange est, un peu, ne trouvez-vous pas, fait pour que personne n’y voie vraiment clair !

Mais comme c’est dans l’air du temps et que nous sommes en avance de quelques années sur notre temps, maintenant c’est la mode des mosquées et des minarets !  Pourquoi ne pas plutôt transformer ce lieu de culte israélite en mosquée ? En effet, ne faut-il pas avoir une ouverture d’esprit très large et aussi le sens de l’anticipation ? Notre synagogue Bischwilleroise gardera au moins sa dignité en restant un lieu de prière et de paix grâce à l’islam qui est, comme chacun sait, une religion de paix, de tolérance, d’amour et de tendresse, il y en a les preuves tous les jours ! Et puis la Turquie a donc déjà un pied en Europe, il faut s’adapter. La ville de Turc…pardon : Bischwiller pourrait se jumeler avec ISTAMBUL ou ANKARA, ou plus simplement, pour commencer, après le tout prochain voyage là-bas de Mr RIES maire de Strasbourg : IZMIR ou KAYZERI. En tous cas ce serait une belle et symbolique première dans les annales de notre chère Alsace.

La laïcité, cette nouveauté spirituelle basée sur les Lumières … permettra de rendre les « jeunes » issus de l’immigration turque encore plus réceptifs à la tolérance de la France.

La création de cet espace symbolique et religieux, concernant ces deux communautés, serait une première dans l’histoire alsacienne. Alors quelle sera la position de la communauté juive par rapport à cette proposition synagogue/mosquée ? L’avenir nous le dira peut-être.

Tout cela étant posé, nous nous permettons cependant de penser que la laïcité force les Alsaciens à abandonner leurs racines culturelles et surtout : vise à faire de nous des citoyens « du monde » … si on veut, mais déracinés, sans lien avec notre culture, nos valeurs, notre mode de vie, nos équilibres, notre bonheur.

Nous tenons à conclure par l’exemple donné par nos amis les Suisses : une magnifique leçon de démocratie réelle. Le peuple suisse a été consulté par référendum sur la construction de minarets dans son pays. Mais en France, non seulement nos gouvernants imposent à tous une lente islamisation de la société, sans demander son avis au peuple, mais de plus ils nous confisquent, à nous citoyens français, et contrairement aux promesses faites lors de campagnes électorales … le référendum d’initiative populaire ainsi qu’un référendum national préalable à l’adhésion à l’Union Européenne de la Turquie … Quelle accablante responsabilité !!!


D’après un billet de gabrielbastian.hautetfort.com

Le voeu pourri socialiste de soutien à la Grande mosquée de Nice…

Le 11 décembre dernier, le groupe « Changer d’ère » (élus PS et Verts) déposait devant le Conseil Municipal un vœu (rédigé par Abderrazak Fetnan) revenant sur la construction d’une grande mosquée à Nice et demandant à l’ensemble des élus de la ville d’apporter leur soutien à ce projet réclamé depuis plusieurs années par les représentants islamiques. Nous nous sommes procurés ce document et Philippe Vardon nous en livre une intéressante lecture commentée.

Considérant qu’à l’instar de ce qui se passe en France, la religion musulmane est en nombre de pratiquants, la deuxième religion à Nice.

Voilà bien l’un des points les plus intéressants que ce soutien réaffirmé du PS à la construction d’une Grande mosquée vient souligner: le poids réel des musulmans à Nice. Les quotidiens Nice Matin et Métro ont fait état de 50 000 à 60 000 musulmans à Nice (et 120 000 dans le département), chiffres réaffirmés par le conseiller municipal socialiste Abderrazak Fetnan ou encore Khalid Belkhadir, le représentant du Conseil Régional du Culte Musulman. Les musulmans représenteraient donc 17% des habitants de la ville… Dans un pays qui se refuse obstinément à un peu de clarté sur la réalité de l’immigration (et de son poids social, notamment avec des statistiques ethniques en matière de criminalité…), nous ne pouvons cracher sur de tels chiffres qui, s’ils apparaissent clairement incomplets -une partie de l’immigration d’Afrique noire n’est pas musulmane- et dont on peut remettre en cause la fiabilité absolue, nous renseignent tout de même un peu sur l’évolution de la population.

La religion musulmane serait donc, la deuxième religion à Nice. Certes. Rappelons tout de même que cela n’est du qu’à une immigration massive et incontrôlée, phénomène subit par les Français depuis plus de 30 ans et sur lequel ils n’ont jamais été consultés. Cette progression du culte musulman sur les terres niçoises n’a pas été souhaitée ou suscitée par le peuple, mais imposée. Et puis… est-ce donc à dire que puisque les musulmans sont nombreux ils auraient un droit imprescriptible à affirmer l’Islam sur nos terres? Et dans ces zones où les populations musulmanes sont désormais majoritaires (plusieurs arrondissements de Marseille, de nombreuses villes de la région parisienne, Roubaix…), doit-on comprendre que c’est carrément la charia -loi islamique inspirée de la vie du Prophète et du Coran- qui doit s’appliquer? Après tout, il est vrai que de nombreux musulmans – ici comme ailleurs- le souhaitent. C’est d’ailleurs l’une des revendications des Frères Musulmans, mouvement dont est réputée proche l’U.O.I.F. (Union des Organisations Islamiques de France) qui gère la mosquée Ar-Rahma de l’Ariane.

Considérant que, durant la campagne électorale des dernières élections municipales, vous avez publiquement pris position à plusieurs reprises en faveur de la réalisation d’une grande mosquée à Nice.

Oui et non. S’il est tout à fait vrai que Christian Estrosi a affirmé dès 2006 son soutien à la Grande mosquée, celui-ci a tenté de se faire discret sur ce sujet au cours de la campagne des élections municipales, refusant d’en parler quand on l’interpellait publiquement ou se retranchant derrière des explications délirantes pour justifier son soutien à ce projet (affirmant par exemple que des imams appelleraient au meurtre dans des salles de prière clandestines à Nice). Si nous avons mené une intense campagne de terrain pour ouvrir les yeux aux électeurs sur cet « agenda caché » d’Estrosi, il y a tout de même fort à parier que de nombreux Niçois ont été abusés en pensant voter pour un candidat opposé à la Grande mosquée. Tout récemment, des conversations m’en ont encore apporté la démonstration. Nous avons sans cesse dénoncé ces positions à géométrie variable, s’adaptant au climat ou au public, de Christian Estrosi et il n’y a rien d’étonnant pour nous à le voir encore aujourd’hui jouer les gros bras en prétendant être contre les minarets… tout en réaffirmant son soutien à la Grande mosquée (dans le talk Orange-le Figaro du 3 décembre dernier). Se réfugiant derrière de ridicules arguments architecturaux (qui participent du problème, peut-être, mais n’en sont qu’une infime expression), Estrosi détourne le vote suisse de son sens profond (celui d’un refus de l’islamisation de leur pays!) et donne là toute l’expression de son sens politique en réduisant à une question de paysage un enjeu de civilisation.

Considérant que, de nombreux citoyens, musulmans ou nous, avaient apprécié de voir que ce dossier faisait consensus auprès des principaux candidats au fauteuil de Maire.

Considérant que (mince, si je me mets à m’exprimer comme eux…) les principaux candidats au « fauteuil de Maire » -voilà une expression qui grandit la fonction…- étaient Christian Estrosi, Patrick Allemand et… Jacques Peyrat (qui était tout de même le Maire sortant), cette affirmation est fausse. Au cours de ses mandats, et pendant la campagne Jacques Peyrat n’a jamais caché ses doutes quant à la nécessité d’une Grande mosquée dans notre ville. D’autre part, quelles sources permettent une telle affirmation à M. Fetnan?

De nombreux citoyens? Qui-quand-où-combien?

Considérant qu’en tant que Conseiller Municipal de la Ville de Nice, les représentants de la communauté musulmane de Nice m’ont interpellé tout récemment sur ce sujet […]

En tant que Conseiller Municipal ou en tant que musulman? Je trouve pour ma part plutôt malsain que cela soit un Conseiller Municipal musulman que ces représentants soient allés trouver, et que donc ce soit ce dernier qui porte ce vœu. A tort ou à raison, cela donne une forte connotation d’entraide communautaire à ce dossier.

Considérant les termes du rapport commandé par le Préfet Pierre Breuil concernant la situation du culte musulman sur la Ville de Nice […] Considérant que la conclusion de ce rapport était sans ambiguïté « Il y a là un fort enjeu de reconnaissance. Dans cette perspective l’objectif serait de se doter d’un lieu fédérateur. Un outil qui permettrait à chacun de s’identifier à une communauté davantage unifiée. Cette volonté fédératrice est associée à une plus grande ouverture sur l’extérieur, c’est-à-dire en direction de la société locale. »

Nous sommes là devant un passage très important. Important car révélateur de toute l’ambiguïté (justement) de la pensée et de l’attitude de nos élites gouvernantes face à l’islamisation de notre société.

Alors que l’on entend sans cesse évoquer la lutte contre les communautarismes (fraternité, citoyenneté, blablabla), voici qu’un rapport émanant des services du Préfet réclame « un lieu fédérateur » porteur d’un « fort enjeu de reconnaissance », un lieu (on parle bien de la Grande mosquée, ne perdez pas le fil) « qui permettrait à chacun de s’identifier à une communauté davantage unifiée ». Et sans avoir l’impression se contredire le rapport parle ensuite tranquillement d’une « plus grande ouverture sur l’extérieur ». Mais bien sûr… C’est en se dotant d’un lieu central pour s’affirmer comme une communauté constituée et fédérée au sein de la Cité que les musulmans vont davantage s’ouvrir vers l’extérieur, c’est l’évidence même. Une telle bêtise me rappelle ce cher Jean-François Copé expliquant, sûr de lui comme il convient, que l’apprentissage de l’arabe par les enfants d’immigrés maghrébins est une chance pour leur intégration.

Des familles, des immeubles, des quartiers entiers où l’on ne parle qu’arabe; des mosquées-cathédrales en projet dans de très nombreuses villes; des revendications islamiques de plus en plus prégnantes (horaires séparés pour les hommes et les femmes dans les piscines, viande de porc disparaissant des cantines, sapins de Noël retirés des écoles ou des entreprises, vente d’alcool interdite dans les épiceries de certains quartiers, voiles…); c’est cela la réalité de l’islamisation de la France et l’Europe. On est loin de cette « plus grande ouverture sur l’extérieur » fantasmée, dont les affirmations de patriotisme algérien dans notre ville ont sans doute encore apporté un témoignage probant…

Considérant qu’il n’appartient pas à la puissance publique de se substituer aux initiatives de la communauté musulmane mais que la liberté d’exercice du culte a besoin de lieux dignes et non de simples paroles pour exister.

Il faut arrêter de se moquer de nous. Ce n’est pas simplement un « lieu digne » que la communauté musulmane, et M. Fetnan qui s’en fait le porte-parole via son mandat de Conseiller Municipal, réclame. C’est une Grande mosquée, une mosquée-cathédrale. Lieu « fédérateur » (pour reprendre les termes du rapport préfectoral), central, symbolique. Symbolique, car il marquera le passage de Nice à une terre d’islam.

Des lieux dignes, les musulmans de Nice en ont, à commencer par la (grande!) mosquée de l’Ariane qui peut accueillir 800 fidèles et possède même une bibliothèque, des salles de classe, etc.

Et il faut aussi en finir avec ce prétendu « islam des caves » qui serait très dangereux, à contrario de l’islam « peace and love » que l’on produirait dans les mosquées. Tout d’abord, cet « islam des caves » est davantage celui de salles de prières tout à fait aménagées et confortables, les caves des cités étant trop utiles pour y planquer de toutes autres marchandises que des tapis de prière ou des corans… Ensuite, les talibans – que je sache- n’ont pas été formés dans des caves, et cela n’a pas été le cas non plus des islamistes partis des mosquées de la région lyonnaise pour mener le Jihad en Bosnie, au Kosovo ou en Irak. Quelle différence entre des mosquées où personne ne peut vérifier l’enseignement et la parole transmise et ces prétendues caves? Aux dernières nouvelles, c’est bien l’U.O.I.F., tendance la plus radicale de « l’islam de France » si cher à Sarkozy qui administre la mosquée de l’Ariane!

Considérant par contre qu’il appartient à la puissance publique, en tant que levier de l’action politique, de tout faire pour faciliter la construction de cette mosquée.

Fallait-il attendre la fin du document pour que les masques tombent? Qu’entend Abderrazak Fetnan par cette phrase? Et qu’entend d’ailleurs le porte-parole socialiste Xavier Garcia quand il affirme dans Nice Matin, suite à notre manifestation devant les locaux du PS, « il est juste question de faciliter l’obtention d’un permis de construire »?

C’est bien d’une aide publique qu’il est ici question, c’est bien d’un détournement maquillé du principe de laïcité qu’il s’agit. C’est bien d’un soutien politique à l’islamisation du pays dont nous sommes témoins.

Considérant que, près de 20 mois après votre élection, le temps est venu de préciser de manière pratique les moyens que vous comptez mettre en œuvre pour que cette grande mosquée soit construite et inaugurée le plus rapidement possible.

Tiens justement, pourquoi 20 mois après l’élection et pas 12 ou 24? Ah mais j’oubliais, les élections régionales approchent, et il est important pour les socialistes de rappeler à 17% des électeurs niçois combien ils les aiment…

En conséquence, les élus du groupe « Changer d’ère » sollicitent les membres de l’assemblée pour demander que soit réalisé à Nice avant la fin de votre mandat, soit 2014, la grande mosquée que vous aviez promise.

Nous voyons ici que les élus du groupe « Changer d’ère » ont des préoccupations très sociales en cette période de crise économique… Je suis même loin d’être certain que tous les électeurs s’étant portés vers leur liste soient à ce point tentés par la construction d’une Grande mosquée à Nice. Mais la soumission au politiquement correct (dhimmitude intellectuelle?) et le clientélisme communautaire sont des drogues à très forte dépendance… Mais peut-être devrions-nous être satisfaits, en réclamant cette mosquée avant 2014, les élus socialistes et Verts font officie de modérés face à Khalid Belkhadir, le représentant du Conseil Régional du Culte Musulman, qui la réclame pour 2012!

De notre côté, nous savons à quo nous en tenir quant à la nouvelle vision de « l’Allahicité » que défendent si bien élus PS comme UMP… Au-delà de l’affirmation du principe public de laïcité, qui peut certes être une arme mais n’apporte qu’une réponse partielle au défi de l’islamisation, nous allons chercher les moteurs de notre résistance avec sérénité mais fermeté dans nos racines les plus profondes et affirmons que le Pays Niçois est une terre de tradition helléno-chrétienne et n’a pas vocation à devenir terre d’islam! Jamais.

Philippe Vardon

Source: http://www.liguedusud.com

Ah quand-même! La France ferme son ambassade au Yemen.

Filed under: islam,islamisation,mosquée,musulmans — francaisdefrance @ 15:30
Tags: , , , , ,
Est-ce que l’on aurait enfin compris, à la tête de l’Etat Français, que l’on n’a rien à faire là-bas (http://fr.wikipedia.org/wiki/Y%C3%A9men)? Les islamistes, il ne faut pas les combattre sur leur terrain, mais sur le notre, en France, qu’ils sont en train d’envahir!

FDF
04/01/2010

L’ambassade de France au Yemen est jusqu’à nouvel ordre fermée au public, en raison de menaces d’attaques de groupes se réclamant du réseau terroriste al-Qaida, a annoncé aujourd’hui le ministère français des Affaires étrangères.
« Le 3 janvier, notre ambassadeur a en particulier décidé de ne plus autoriser jusqu’à nouvel ordre l’accès du public aux locaux de la mission diplomatique », a déclaré lors d’un point-presse le porte-parole du Quai d’Orsay, Bernard Valero.
Il était interrogé pour savoir si la France avait pris au Yémen une mesure similaire aux Etats-Unis et à la Grande-Bretagne qui ont annoncé dimanche la fermeture au public de leurs ambassades à Sanaa pour cette même raison d’une menace terroriste.
« Des groupes se réclamant d’al-Qaida dans la péninsule arabique ont menacé des représentations étrangères au Yémen. Le niveau de vigilance concernant la sécurité de notre ambassade à Sanaa et de nos ressortissants était déjà élevé », a rappelé Bernard Valero.

« Limiter tous les déplacements »

L’ambassadeur sur place « a également adressé un message à nos compatriotes résidant au Yémen afin de les inviter à faire preuve de prudence et de vigilance dans la situation actuelle. Il leur a également demandé de limiter tous déplacements qui ne seraient indispensables », a-t-il précisé.
Interrogé sur l’école française de Sanaa, le porte-parole a indiqué qu’elle était « actuellement fermée pour les congés scolaires ».
Selon des sources occidentales, les Etats-Unis et la Grande-Bretagne ont maintenu lundi leurs ambassades fermées à Sanaa, pour le deuxième jour consécutif, en raison de menaces d’al-Qaida.

Source: lefigaro.fr

L’imam d’Auxerre a du souci à se faire… Il n’y a pas que lui…

« Ils » font le bordel chez nous, il n’y a pas de raison que ce ne soit pas le cas en interne…

FDF


Plus de 200 musulmans ont voté et porté Moussa Idrissi à la tête d’un collectif chargé de reprendre la main sur la mosquée Khadija d’Auxerre.

«Vive la démocratie! » C’est par ce cri du coeur qu’un homme a accueilli, hier, l’élection de Moussa Idrissi à la présidence du collectif de la future association cultuelle Avicenne-Mosquée Khadija, à Auxerre.

Mieux qu’un long discours, il résume l’espoir que fait naître au sein d’une partie (majoritaire) de la communauté musulmane de l’Auxerrois le scrutin d’hier. Enjeu de cette élection, organisée à la maison de quartier Sainte-Geneviève : la gestion de la mosquée implantée depuis 2007 au coeur de la ZUP.

Critiqué par plusieurs fidèles pour sa « connaissance insuffisante du Coran », l’imam actuel a été placé par l’association Avicenne, première du nom. Une association dont Moussa Idrissi fut l’un des fondateurs, en 1998, puis le président, jusqu’à ce qu’il soit mis sur la touche, en 2005.

« Depuis quatre ans, pas un clou n’a été rajouté »

« Depuis quatre ans, pas un clou n’a été rajouté à la mosquée, à part les fondations du local culturel qui ont été cassées et refaites. Cet argent a été foutu en l’air », déplorait-il hier devant une assemblée nombreuse constituée de jeunes et d’anciens. « Aujourd’hui, Avicenne s’est refermée. Elle ne présente aucun bilan financier, aucun bilan moral ». C’est sur le thème de « la transparence » qu’il a en tout cas fait campagne ces derniers mois. Un thème qui a fait mouche. La nouvelle Avicenne, dont les statuts seront déposés bientôt, recense 252 membres.

Des membres qui, selon Moussa Idrissi, se sont sentis « insultés par le prêche de l’imam, vendredi dernier ». Prêche dans lequel il les aurait accusés de vouloir « casser la mosquée » et qui alimentait les commentaires, hier, sur le marché de la ZUP. Les fidèles ont répondu à cette attaque en venant voter massivement et en désignant Moussa Idrissi comme leur porte-parole, à une écrasante majorité (lire par ailleurs).

« L’imam doit partir » (NDLR: oui, oui, TOUS les imams !!!)

Cette élection pourrait se traduire, dans les semaines et les mois qui viennent, par la nomination d’un nouvel imam. « Dans les mosquées, quand la communauté n’accepte plus un imam, il sait qu’il doit partir », explique un partisan de Moussa Idrissi. « Ce qu’on souhaite, c’est que les choses se passent en douceur. »

A dire vrai, il y a encore du chemin à parcourir. Les tensions restent vives, d’autant que les deux camps ont entamé des procédures judiciaires croisées au sujet d’actes présentés comme frauduleux (l’YR du 18 décembre) . Pour Moussa Idrissi, la cause est en tout cas entendue : « Je vais aller voir les gens d’Avicenne et leur dire que s’ils ont des affaires à eux dans le bureau, qu’ils les prennent ».

« Pas lieu à débattre » Ce à quoi Fettah Ben M’Barek, élu président d’Avicenne en octobre dernier, oppose une fin de non-recevoir. « Ce monsieur peut créer toutes les associations qu’il veut, il n’y en aura aucune qui gérera la mosquée. C’est Avicenne qui gère la mosquée et toutes les activités « cultuelles et culturelles ». Il n’y a pas lieu à débattre », insistait-il, hier.

Source: http://www.lyonne.fr

Amel Bent espère porter un jour le voile qu’elle qualifie d’acte « libérateur ».


Après Diam’s, voici Amel Bent (l’interview date de début décembre) dont on admirera les profondeurs de vue. Quitte à mettre sa notoriété au service d’une cause qui ne serait pas une insulte au qualificatif d’acte libérateur, Amel Bent ne serait-elle pas plus inspirée de lutter contre les mariages forcés, les excisions, les crimes d’honneur, et de façon générale, l’épouvantable sexisme dont la culture islamique gratifie la société française ?

Fière de ses origines mixtes, un père algérien et une mère marocaine, et assumant pleinement sa foi musulmane, la jeune chanteuse de 24 printemps, dont la success story musicale ne se dément pas depuis la « Nouvelle Star », ne craint pas de se faire l’ardente avocate du port du voile au beau milieu de la promotion de son troisième album au titre évocateur « Où je vais ».

« Porter le voile n’est pas une soumission. Ma grand-mère le porte, c’est une battante, ça ne l’a jamais empêchée d’avancer dans la vie », s’est exclamée Amel Bent dans un entretien vérité au magazine people Closer, confiant avec sérénité son attirance personnelle pour ce signe distinctif honni de la République, qu’elle pourrait envisager un jour de transformer en choix de vie : « Moi, je ne le porte pas. C’est un choix sans en être un, je vis entre deux cultures. Mais j’espère un jour le faire quand je serai mariée. Pour moi, c’est un acte libérateur ; c’est qu’on est allée au bout de sa pensée et de son choix religieux“.

Source islamiste