Francaisdefrance's Blog

03/01/2010

Mosquées. Oussama Bezzazi : « En architecture, on ne fait rien qui n’ait pas de sens ».

Ce qui veut dire que mosquée veut bien dire islamisation et INVASION…
FDF

03.01.2010

« Son nom est revenu à plusieurs reprises dans l’actualité : Oussama Bezzazi, c’est l’architecte des mosquées en projet à Roubaix, à Hem ou à Villeneuve-d’Ascq. C’est aussi l’un de ceux qui dessinent la réhabilitation de l’habitat roubaisien traditionnel, en intervenant sur des opérations de la SEM Ville Renouvelée. Ce qui l’incite à ne pas voir l’architecture de la ville comme un simple travail sur les murs, mais bien au-delà.

Comment voyez-vous Roubaix aujourd’hui ?

« L’existant est de bonne qualité. Roubaix n’est pas au début de sa rénovation elle est en train de se finaliser. On voit déjà les fruits de toute cette politique qui a été mise en place il y a 10-15 ans : la revalorisation du paysage post-industriel. Un travail considérable a été fait et, pour cela, il est important de rénover cet habitat, d’avoir cette mixité qui permet de ne pas se figer sur de l’ancien réhabilité comme de l’orfèvrerie. Cet habitat est parfois plus pérenne que ce qu’on fait aujourd’hui qui est construit pour durer trente ans ! » Quel visage aura Roubaix demain ?

« Le devenir de Roubaix se fait aujourd’hui. Je ne crois pas que Roubaix connaîtra une mutation radicale mais une évolution douce. On donne déjà aujourd’hui une vision de l’avenir. » Comment vos projets s’inscrivent-ils entre passé et avenir ?

« Quand on travaille sur les projets de lieux de culte à Roubaix, on essaye de les intégrer dans ce tissu industriel, dans le respect de l’ancien, pour essayer de marier l’industriel et le sacré. C’est vrai pour la mosquée de l’Épeule comme pour le projet à côté de la Condition Publique. Il faut toujours un dialogue pour faciliter l’intégration. C’est vrai, à Roubaix, les lieux de culte son mal lotis et les architectes ont leur mot à dire dans cette reconstruction. Car ce n’est pas anodin. Ce qui reste visible, c’est ce qui unit les musulmans et les non-musulmans. On fait un trait d’union avec le reste de la population de la ville, quelle qu’elle soit. » Sur quel sujet aimeriez-vous travailler ?

« Sur l’histoire de Roubaix : réhabiliter quelque chose qui ait trait à la culture et à l’histoire de cette ville. En architecture, on ne fait rien qui n’ait pas de sens. Même les maisons des années trente ont une âme ! » Comment appréciez-vous la politique de rénovation urbaine ?

« On y participe, aux Trois-Ponts par exemple. J’approuve la politique de la ville qui consiste à attaquer quartier par quartier cela va dans le bon sens et Roubaix est bien référencée sur ce terrain-là. Cette politique lie architecture, urbanisme et politique sociale. On ne peut pas faire d’urbanisme sans penser au repeuplement. C’est bien de démolir D

Des minarets sur les mosquées… ici aussi la visibilité de l’islam pose question

La mosquée Bilal à l'Épeule comprendra un minaret présenté comme un rappel des cheminées des usines textiles.
La mosquée Bilal à l’Épeule comprendra un minaret présenté « comme un rappel des cheminées des usines textiles ».
(NDLR: et dire qu’il y en a encore qui vont croire à ça…).

Le vote suisse contre la construction de minarets sur les mosquées ne pourrait avoir lieu en France où ce genre de « votation » n’est pas possible, d’autant que la question à la source de la polémique a été posée par un parti de droite nationaliste, très minoritaire. Néanmoins, la question même de la présence de minarets sur les lieux de culte musulmans divise la classe politique locale. En général, ces choses-là se règlent lors des réunions entre le maire et les associations qui souhaitent ériger une mosquée… Le maire restant ultime décideur lorsqu’il s’agit d’accorder ou non un permis de construire.

À Roubaix, deux projets de construction de mosquées sont actuellement sur les rails, avec l’accord de la ville quant aux caractéristiques architecturales.

Le dernier projet en date, celui de la relocalisation de la mosquée Abou Bakr (au Pile, le long de la Condition Publique) ne comprend pas de minaret. La question n’a d’ailleurs pas fait débat lors de la présentation des esquisses en juin dernier. L’absence de minaret tient ici à deux raisons distinctes : d’abord la nature du bâtiment (une extension de la Condition publique) qui est partiellement classé, ce qui implique que l’architecte des Bâtiments de France doit donner son aval avant tout démarrage de travaux ensuite le choix de l’architecte Oussama Bezzazi de respecter l’urbanisme horizontal du quartier du Pile pour mieux intégrer la future mosquée dans son environnement roubaisien.

De l’autre côté de la ville, à l’Épeule, on retrouve le même architecte, mais avec une vision différente. La mosquée Bilal qui s’élèvera au bout de la rue de l’Épeule sur le site même de l’actuel lieu de culte, possédera bien un minaret qui prendra la forme d’une cheminée d’usine, comme un trait d’union entre les deux univers des fidèles qui s’y rendront. Oussama Bezzazi a bien sûr reçu l’aval de la mairie de Roubaix pour ce projet qui parvient à faire d’un signe religieux un rappel historique lié à l’activité industrielle qui fut à l’origine des vagues d’immigration massive en provenance du Maghreb au siècle dernier.

Mais en France aussi, la question du minaret peut devenir un point d’achoppement entre les associations cultuelles et les élus. Ce fut le cas à Hem, où le député-maire Francis Vercamer s’est opposé à la présence d’un minaret sur la future mosquée des Hauts Champs. Un blocage qui a créé des tensions au sein de l’association porteuse du projet et provoqué le renvoi de l’architecte initialement désigné pour tracer la future mosquée. Un nouvel architecte a donc été contacté… qui n’est autre qu’Oussama Bezzazi. Ce dernier s’est engagé à reprendre le dossier en y intégrant davantage de signes traditionnels des constructions islamiques.

Reste à savoir si l’architecte des deux mosquées roubaisiennes ainsi que de la mosquée villeneuvoise parviendra à infléchir la position du député-maire d’Hem. Car au-delà de l’intérêt architectural et de la qualité du projet, les mosquées et leur visibilité sont aussi un enjeu électoral pour les maires des communes concernées. À Roubaix comme à Hem, on n’ignore pas cette donnée. »

Source: lavoixdunord.fr

Merci à FDS…

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :