Francaisdefrance's Blog

21/12/2009

Moins marrant: « Le dossier d’une mosquée à Nice avance ».

lundi 21 décembre 2009
Un troisième islam est né??? Il y avait le « modéré », le « radical » et voici le dernier né: l’islam du juste milieu… On se croirait en politique… Il faudrait demander à Boubakeur ce qu’il en pense. Ah oui, c’est vrai, il va se faire virer…
FDF

« Les responsables du conseil régional du culte musulman prônent la tolérance et le dialogue pour défendre un « Islam du juste milieu ». Élus en 2008, les représentants du conseil régional du culte musulman PACA ont tenu hier, leur conseil d’administration, dans la salle de prière de l’Ariane à Nice. Une réunion qui a permis à son président, Khalid Belkhadir, cadre commercial à Carpentras, et au secrétaire général, responsable des A.-M, Boubekeur Bekri, professeur dans un lycée niçois, de faire le point sur les difficultés rencontrées par les musulmans dans la pratique de leur culte. À l’heure où justement la place de l’Islam est au coeur de l’actualité, tous deux prônent la communication et la tolérance. Rencontre.

Quel regard portez-vous sur l’affaire des minarets en Suisse ?

Khalid Belkhadir : Une regrettable affaire. Sans doute parce que les musulmans helvétiques n’ont pas pris le temps d’expliquer le message de l’Islam. C’est à eux de travailler pour lever les craintes et les doutes autour de l’image de notre religion.

Quelle est votre vision de l’Islam ?

K.B : Celle de l’Islam du juste milieu. Un Islam de tolérance, de dialogue avec toutes les religions pour mieux se comprendre et vivre ensemble, en harmonie, au sein de la République française. Prochainement, nous allons accueillir 80 élèves d’une école catholique niçoise pour visiter notre salle de prière à L’Ariane. Nous voulons être ouverts sur le monde et nous souffrons de ne pas avoir assez de moyens pour exprimer ce message de fraternité.

Et le débat sur l’identité nationale ? Qu’en pensez-vous ?

K.B : C’est un débat nécessaire. Pour lever les doutes et les peurs, exprimer les débordements et les non-dits. Pour contrer aussi les dérapages par le dialogue et l’explication. Car dans ce débat, il faut faire attention aux glissements vers l’extrémisme.

Votre sentiment sur le projet de loi contre le port du voile intégral, la burqa ?

K.B : Difficile de s’exprimer sur une loi inexistante. Il faut attendre.

Boubekeur Bekri : Il s’agit d’une pratique et non d’une obligation religieuse. Le port de la burqa appartient au domaine de la liberté individuelle. Plutôt que de légiférer, il vaut mieux expliquer et convaincre.

Quel est le poids de la communauté musulmane en région PACA ?

K.B : Avec ses 950 000 musulmans, elle représente la 2e région de France, après Paris, où la communauté est la plus implantée. Dans les A.-M, le nombre atteint les 120 000 musulmans dont 50 000 musulmans vivent à Nice. Pour pratiquer notre culte, il existe 197 salles de prière en PACA et en projet, la construction de la grande mosquée à Marseille qui devrait être achevée d’ici à deux ans.

Où en est le projet d’une mosquée à Nice ?

B.B. : D’une situation de blocage nous sommes passés, avec le ministre-maire Christian Estrosi, à des réunions de travail. Le projet avance donc. Mais les choses doivent se faire sans trop de bruit pour éviter les incompréhensions. La France et l’Islam ont une histoire commune faite de heurts mais aussi de belles rencontres. C’est à nous, musulmans, de montrer que cette peur de l’Islam est vaine. Par exemple, aucun musulman ne veut provoquer en réclamant une mosquée en centre-ville. Notre souhait est de trouver, à Nice, un terrain aéré pour y construire une mosquée répondant aux besoins des musulmans et qui soit digne de la France.

Où allez-vous trouver les fonds nécessaires à cette construction ?

B.B : Il n’est pas interdit d’avoir des fonds étrangers dans la mesure où tout cela se fait dans la transparence. Nous souhaitons suivre la même procédure que celle de la grande mosquée de Marseille. Avec un financement répondant à la règle des trois tiers. Un tiers pour l’achat du terrain, un tiers venant des contributions des musulmans, un tiers de la fondation des oeuvres musulmanes. Il faudrait que le projet d’une mosquée à Nice se fasse dans les deux prochaines années. Dans l’harmonie. »

Les voilà qui prennent des gants, maintenant… Il semblerait que l’islam ne sait plus à quel… con se vouer. Je pense plutôt que les musulmans voient leurs folles ambitions dégringoler. Il était temps. Ils n’ont plus qu’à dégager les rues qu’ils occupent pour nous emmerder (soit-disant pour les prières) et ce sera un bon point; pour eux…

FDF

VIctoire! Pas de nouveau lieu de culte musulman à Draguignan!

Filed under: coran,immigration,invasion,islamisation,mosquée — francaisdefrance @ 18:52
Tags: , ,

La mairie dracénoise a décidé de racheter en priorité cet immeuble du centre-ville. Plutôt que d’accueillir un lieu de culte pour les musulmans, il sera détruit pour faire la place à seize emplacements de parking.

Un nouveau lieu de culte sera-t-il construit à Draguignan ? Pas tout de suite… Lors du dernier conseil municipal, mercredi soir, le maire dracénois, Max Piselli , a usé de son droit de préemption urbain  pour acquérir un immeuble du boulevard de la Liberté. En plein coeur de la ville. Montant de la transaction : 418 500 euros. Le bâtiment sera détruit afin de construire un parking de seize places. Une aubaine à ne pas rater pour le maire, qui souhaitait améliorer le stationnement dans cette zone très commerçante

Mais en agissant ainsi, Max Piselli grille la politesse à un tout autre projet dans l’immeuble concerné : la création d’un lieu de culte pour les musulmans. « Choquant », pour l’opposition de gauche, toujours privée de Christian Martin. « C’est une attitude antirépublicaine. Vous empêchez les gens de prier ! », poursuit une Jacqueline Pozzana très remontée.

Pas une mosquée

Un pavé dans la mare du maire, en plein débat sur l’identité nationale. Et c’est son premier adjoint, Olivier Audibert-Troin, qui monte le premier au créneau pour assurer la défense de la décision. « Il est hors de question d’interdire un lieu de prière. Nous sommes tous très attachés à la liberté de culte. D’ailleurs, nous avons déjà deux lieux de prières à Draguignan (boulevard des Remparts et au rond-point du Général-De-Gaulle, NDLR) et il n’y a jamais eu de problème. »

Mais selon les associations musulmanes, ces deux endroits ne seraient pas assez grands. Seulement une vingtaine de places. Le projet du centre-ville était un vrai lieu de culte. En aucun cas une mosquée avec un dôme et un minaret comme cela a été évoqué pendant les débats. L’architecte de la Grande mosquée de Marseille avait déjà commencé à travailler dessus. L’immeuble, une fois réhabilité, aurait pu accueillir deux cent cinquante pratiquants (1).

« Financement douteux »

Les raisons du refus de la municipalité ? La première est de régler le problème de stationnement en centre-ville. « L’an dernier, vous vouliez que l’on fasse un parking à cet endroit-là », fait remarquer Max Piselli à son opposante. « Il y avait aussi des doutes sur son financement, rajoute Olivier Audibert-Troin. Nous avons donc préempté… »

« Ce sont des gens aimables et admirables qui se rendent » dans les deux lieux de culte dracénois. « C’est suffisant pour Draguignan », assure le maire. La plupart de ses administrés sont sûrement d’accord avec sa décision. Mais peu oseront la défendre publiquement. D’ailleurs certains conseillers municipaux, n’ont pas hésité à le soutenir en fin de séance. « Il a dit tout haut ce que tout le monde pense tout bas. Il faut du courage pour le faire. Surtout en ce moment », confie l’un deux à la sortie de la séance.

Juste avant, le maire avait réaffirmé sa position : « Il y a déjà Colombey-les-deux-églises. Il n’y aura pas de Draguignan-les-trois-mosquées… »

1. L’association porteuse de ce projet de lieu de culte a refusé de s’exprimer hier.

Débat sur l’identité Nationale: un référendum « démocratique », vite !!!

Un « Français » sur deux insatisfait du débat sur l’identité nationale. Quel est le pourcentage d’étrangers/Français parmi les « insatisfaits » ???

21/12/2009

Contesté chez les politiques, il mécontente aussi la moitié des Français. Selon un sondage CSA pour Le Parisien/Aujourd’hui en France, 29 % veulent un arrêt du débat et 21 % sa suspension.

Question de FDF: Quelle est la nationalité de « 29 % veulent un arrêt du débat et 21 % sa suspension » ?

Le ministre de l'Immigration Eric Besson, le 9 décembre 2009 à Paris, lors d'une rencontre au ministère avec 200 jeunes dans le cadre du débat sur l'identité nationaleLe ministre de l’Immigration Eric Besson, le 9 décembre 2009 à Paris.

Une majorité de Français (50%) affirme ne pas être satisfaite de la manière dont se déroule le débat sur l’identité nationale, voulu par le gouvernement mais qui suscite la controverse, selon un sondage CSA paru dans Le Parisien/Aujourd’hui en Francede lundi.

Selon cette enquête d’opinion, 25% des personnes interrogées se disent au contraire satisfaites du déroulement du débat, 25% ne se prononçant pas. (NDLR: Ca, c’est dingue! 25% s’en foutent royalement… Mais c’est du devenir de notre pays, dont il est question!).

Les sondés sont partagés sur le devenir de ce débat lancé début novembre: 34% estiment qu’il faut le poursuivre, 29% souhaitent son arrêt et 21% juste sa suspension. 16% ne se prononcent pas.

Invité à commenter ces résultats, le ministre de l’Immigration Eric Besson répond qu' »il faut bien évidemment poursuivre ce débat, qui continue de passionner nos concitoyens ». Le ministre précise qu’il « s’étalera jusqu’à fin 2010, bien au-delà des élections régionales« . (NDLR: ça, j’en doute…).

Au contraire, la première secrétaire du PS, Martine Aubry déclare que « devant les nombreux dérapages, nous demandons à nouveau d’en finir avec ce débat, comme d’ailleurs de supprimer le ministère de l’Immigration et de l’Identité nationale, dont l’existence même fait honte à notre pays ».

Sondage réalisé par téléphone les 16 et 17 décembre auprès d’un échantillon représentatif de 1 005 personnes majeures (méthode des quotas).

D’après  LEXPRESS.fr avec AFP

Vive l’Europe! Elle ouvre une nouvelle porte d’immigration musulmane…

Filed under: immigration,invasion,islam,islamisation,mosquée,musulmans — francaisdefrance @ 12:20
Tags: , , , ,

L’Europe de Bruxelles ouvre une nouvelle porte d’immigration musulmane..

Depuis Samedi, les citoyens de Macédoine peuvent voyager librement dans l’Union Européenne, sans visas..

La Macédoine reste toujours l’un des pays au plus fort pourcentage de chômage sur le continent. Selon les dernières statistiques officielles de la fin du mois de novembre, il y aurait 341.325 citoyens sans emploi en Macédoine, soit 34% de la population active. Alors que les conséquences de la crise économique mondiale se font de plus en plus sentir Macédoine, et que certains pays européens commencent à sortir de la récession, il serait logique qu’une vague importante de citoyens essaye de profiter de la libéralisation des visas pour émigrer vers les pays européens.

Ces candidats à l’émigration seront probablement plus nombreux que les touristes ou que les voyageurs qui veulent faire du shopping. Les analystes estiment qu’environ 40.000 personnes pourrait, progressivement, quitter la Macédoine suite à la libéralisation des visas.

Et ce sont les très nombreux Albanais musulmans vivant en Macédoine, où ceux d’Albanie même qui en profiteront les premiers.


Source : http://balkans.courriers.info/article14326.html

Vénissieux : Yvan Bénédétti demande la destruction de la mosquée.

Filed under: coran,dhimmitude,immigration,invasion,islam,islamisation,mosquée,musulmans — francaisdefrance @ 11:31
Tags: ,

Si « ils » en choppent UN qui fait des graffitis… Et ben, ce sera un skin ou un frontiste… Etat de siège à Vénissieux: on voudrait s’en prendre au chantier de la mosquée??? De quoi? C’est INTERDIT en France, ça, monsieur!

FDF

lundi, 21 décembre 2009

Vendredi soir, plusieurs véhicules de police stationnaient rue des Frères Amadéo à Prilly, au niveau du chantier de la mosquée turque. Une présence motivée par le rassemblement organisé par le Front national, suite à l’annulation du permis de construire de l’édifice religieux, en raison d’un nombre de places de stationnement jugé insuffisant. Les forces de l’ordre n’ont pas eu à prévenir d’éventuels incidents, le site de la mosquée, où des locaux annexes sont déjà achevés, était totalement désert (tu penses, courageux en bandes, mais pas téméraires, les muzz). En treillis, Yvan Benedetti (FN) est intervenu devant une quarantaine de militants et sympathisants. L’élu frontiste a martelé : « Cette construction avec ces quatre minarets et sa coupole est hors-la-loi. Nous allons saisir le tribunal de grande instance afin d’obtenir sa destruction. » Rappelons que la ville et l’association turque Milli Gorüs qui porte le projet, ont décidé de faire appel du jugement du tribunal administratif.
Source: Le Progrès

Tiens tiens tiens; pour succèder à Boubakeur: en voici un bien « vacciné »… Juppé, grand recteur de la mosquée de Paris?

L’ancien Premier ministre refuse de « dresser les communautés les unes contre les autres ».


Alain Juppé affirme ses divergences et sa préférence non nationale…

Alain Juppé : une voix discordante au sein de l'UMP. (photo Laurent Theillet)

Cela commence presque à devenir une habitude. L’ancien Premier ministre Alain Juppé vient de faire entendre sa différence avec le gouvernement pour la troisième fois depuis la rentrée. Il y a quelques semaines, c’était à propos du grand emprunt. Puis, il s’est exprimé fortement dans les colonnes de « Sud Ouest » le 7 octobre dernier sur la réforme de la taxe professionnelle. Il n’était alors pas tendre avec le président Sarkozy et sa « rupture ». Une sortie suffisamment vive pour qu’il modère ses propos quelques jours après.

Cette fois, Alain Juppé s’en prend au débat sur l’identité nationale chez notre confrère « Le Parisien ». Sa voix discordante sur ce dossier s’ajoute ainsi à celles d’autres chiraquiens comme Dominique de Villepin et François Baroin. Cela commence à faire beaucoup pour l’UMP. D’autant que le maire de Bordeaux ne se contente pas d’affirmer que la question « « Qu’est-ce qu’être français ? » ne se pose pas vraiment ». Il ajoute que « tout ce qui peut dresser les communautés les unes contre les autres, en particulier les musulmans contre les autres, est détestable » (lire ci-dessous l’essentiel de ses propos).

Mais c’est probablement sur le renvoi à Kaboul de neuf Afghans en situation irrégulière, mercredi, qu’Alain Juppé a la dent encore plus dure. Il se déclare « choqué », et ajoute : « Dans la situation de l’Afghanistan, la tradition d’asile de la France souffre de ce genre d’opération. » Enfin, l’ancien Premier ministre estime que le vote d’une loi sur l’interdiction totale du voile intégral (burqa), prônée par Éric Besson, pourrait avoir des conséquences négatives, et notamment « radicaliser certains comportements ».

Déjà sur son blog

On imagine aisément qu’un politique du niveau d’Alain Juppé, rompu à la communication, pèse chacun de ses mots. Ces propos ne sont pas une déclaration de guerre, mais ils marquent une nette différence avec la politique du gouvernement dans ce domaine. Dans le même entretien au « Parisien », Alain Juppé affirme d’ailleurs clairement « ne pas penser » à la présidentielle, alors qu’il se déclarait prêt, en avril dernier, « à mettre son expérience au service du pays ». De toute évidence, il a choisi de privilégier sa « liberté de parole » à sa carrière, tout en « soutenant l’action du président et du gouvernement ».

Cette prise de position concernant le débat sur l’identité nationale n’est pas non plus une surprise. Lors d’un conseil de quartier à Bordeaux, le 3 décembre dernier, il avait répondu à des critiques sur la construction d’une mosquée : « Je n’empêcherai jamais les habitants de ma ville de pratiquer leur religion et, dans la mesure de mes compétences, je les y aiderai même. C’est ma conception de la laïcité et de la liberté religieuse. » Des propos repris sur son blog, où l’on peut lire aussi : « […] d’un côté des gens qui passent leur temps à dresser les communautés les unes contre les autres et à propager le rejet de l’autre et même la haine, avec aujourd’hui une obsession particulière, l’islamophobie […] ».

Un peu de gêne à l’UMP

Ces nouvelles déclarations gênent un peu aux entournures les proches de Nicolas Sarkozy dans la région. C’est par exemple le cas du député du Libournais Jean-Paul Garraud. « Alain Juppé a toute mon amitié et je ne m’oppose pas à lui. Mais je pense que ce débat est intéressant et indispensable. Je n’ai personnellement constaté aucune dérive raciste. Quant aux Afghans, je veux simplement rappeler que nous n’allons pas les livrer aux talibans. Des garanties ont été prises. Des soldats français vont mourir là-bas, et je trouve dommage que les Afghans ne se prennent pas en charge. Ils fuient peut-être leur pays pour d’autres raisons que la sécurité. » Également membre de la mission parlementaire sur la burqa, Jean-Paul Garraud se félicite qu’Alain Juppé apporte sa pierre à un débat qui reste ouvert sur « l’interdiction totale ou non ». Pour le Périgourdin Jérôme Peyrat, président du Comité départemental de l’UMP Dordogne, « l’UMP, dont Alain Juppé est le fondateur, a été conçue comme une grande famille avec une liberté de parole à l’intérieur ». « Il ne rejette pas le débat sur l’identité nationale. Mais il fait entendre une voix différente. Cela ne me choque pas qu’Alain Juppé puisse avoir ce statut de sage indépendant qui donne son avis. Cela a été utile pour la réforme de la taxe professionnelle. Je trouve finalement cela très bien. » Reste à savoir ce que l’Élysée et Éric Besson en pensent.

Un modèle d’intégration perfectible mais qui n’est pas en faillite

La proportion d'étrangers dans la population française se maintient entre 7 et 8 %. (photo AFP)
La proportion d’étrangers dans la population française se maintient entre 7 et 8 %(???), de trop.
Contrairement à certains propos à l’emporte-pièce tenus lors des débats sur l’identité nationale, la France n’est pas submergée par toute la misère du monde. Le nombre des clandestins, par nature bien difficile à appréhender, reste vraisemblablement cantonné à 2 à 300 000 personnes. Intervenue dans les années 70, la limitation drastique du recours à de la main-d’oeuvre étrangère a durablement stabilisé les flux migratoires.

Depuis vingt-cinq ans, la proportion d’étrangers (pardon, de chômeurs) dans la population française se maintient entre 7 et 8 %. Désormais, les nouveaux venus arrivent essentiellement dans le cadre du regroupement familial. Selon les statistiques européennes, l’immigration n’interviendrait qu’à hauteur de 20 % dans la croissance de la population française, alors que ce chiffre culmine à 86 % en Espagne.

Les rares femmes en burqa qui passent en boucle sur les chaînes de télévision donnent une image totalement biaisée du modèle d’intégration à la française. Même s’il a des ratés et s’il est parasité par des discriminations tenaces, il n’est pas en faillite. Notamment à l’école. Parmi les élèves issus des catégories sociales les plus défavorisées, les autochtones réussissent le plus souvent moins bien que les étrangers. C’est l’un des résultats les plus marquants de l’étude sur le destin des enfants d’immigrés, que vient de publier Claudine Attias-Donfut, directrice de recherche à la Caisse nationale d’assurance-maladie.

Appartenance forte

Cette enquête menée auprès de 6 200 étrangers de toutes les nationalités pose un constat à rebrousse-poil des idées reçues. La grande majorité des immigrés développe un fort sentiment d’appartenance à la communauté française. Rien d’étonnant dans un pays qui, depuis 150 ans, a toujours été une terre d’immigration. Un quart des enfants de moins de 18 ans ont un grand-parent maternel né à l’étranger. Cette diversité culturelle, fréquemment occultée, s’explique aussi par l’importance des deuxième et troisième générations d’immigrés, italiens, algériens, espagnols, portugais et marocains. Ce qui donne sans doute l’impression, fausse, à une fraction de l’opinion que l’immigration ne cesse de gagner du terrain.

Selon l’universitaire Patrick Weil, auteur d’ouvrages de référence sur la question, la France obtient de biens meilleurs résultats en matière d’intégration culturelle que les autres pays d’immigration, USA compris. En revanche, en matière économique et sociale, le constat est plus préoccupant, du fait notamment du retard pris pour lutter contre un racisme et des discriminations qui ne disent pas leur nom. Dans certaines zones, dans certains quartiers, le chômage des jeunes issus de la diversité est endémique. Il peut parfois atteindre 40 %. En 2006, un rapport de la Documentation française, non publié, affirmait que les étrangers représentaient 8 % des actifs de l’île-de- France et 25 % des personnes sans emploi.

1 femme sur 3 active (pour pondre de bons petits immigrés, ce qui rapporte gros, en France…).

De la même façon, au sein de la population étrangère en âge de travailler, seule une femme sur trois est en « activité ». Certaines nationalités semblent éprouver plus de difficulté que d’autres à s’insérer. L’enquête menée par Claudine Attias-Donfut démontre ainsi que si le taux de chômage des Portugais est inférieur à celui des Français, celui des Algériens et des Marocains est au contraire sensiblement supérieur. Le problème aujourd’hui n’est pas tant de contenir les flux que de renforcer l’intégration des générations nées en France.

« On élude la vraie question »

Les principales déclarations de l’ancien Premier ministre Alain Juppé. « Pour moi, la question  »Qu’est-ce qu’être français ? » ne se pose pas vraiment. En tout cas, nous connaissons la réponse. Les pères fondateurs de la République, il y a deux siècles, l’ont déjà apportée avec trois mots qui restent d’une actualité totale : liberté, égalité, fraternité. Ajoutons-y la laïcité, et on a l’identité française. Je crois qu’on élude la vraie question, qui est de savoir si la France reste fidèle à sa tradition d’accueil ou non. Elle a toujours été un pays d’immigration : au début du XXe siècle, la France a accueilli plus d’immigrés que les États-Unis. Aujourd’hui, quelle est la capacité d’accueil de la société française vis-à-vis de ceux qui la rejoignent, en particulier des musulmans ? C’est cela, la vraie question. […] Mais tout ce qui peut dresser les communautés les unes contre les autres, et en particulier les musulmans contre les autres, est détestable.

Sur une éventuelle loi d’interdiction de la burqa dans les services publics, je m’interroge. J’ai été très favorable à l’interdiction du port du voile comme de tout autre signe religieux ostentatoire dans les établissements scolaires. Parce que, là, on a affaire à des publics jeunes, dont la maturité est en train de se faire. Cette loi a d’ailleurs été une réussite. En ce qui concerne la burqa, cette façon de cacher son identité, de discriminer des femmes, n’est pas acceptable. Je constate, en parlant avec les responsables de la communauté musulmane bordelaise, que ça n’a rien à voir avec le Coran. C’est une tradition de certaines régions, de certaines composantes du monde islamique, pas du tout une prescription religieuse. Il y a une mission parlementaire sur ce sujet, je lirai avec beaucoup d’attention ses conclusions. Le risque que soulignent certains responsables de la communauté musulmane, c’est de radicaliser certains comportements. »

Source:
b.beziat@sudouest.com
Pauvre Juppé… Il ne les aura pas toutes, les voix des musulmans de France. Et pourtant, ce n’est pas faute d’y mettre de l’énergie et d’injecter notre argent…

Rappel: http://sitajoeblack.wordpress.com/2009/12/14/action-sita-la-republique-francaise-serait-islamo-compatible-selon-juppe/

Mosquée de Paris: le « combat des chefs » est engagé…

Lundi 21 Décembre 2009

La succession à la Grande Mosquée de Paris engagée…

Dalil Boubakeur, actuel recteur de la Grande Mosquée de Paris. Et le prochain, quel sera-t-il  ?

Dalil Boubakeur, actuel recteur de la Grande Mosquée de Paris s’est fait assez de fric sur le dos des musulmans ignares et aussi des Français. Et le prochain, quel sera-t-il ? Tarik Ramadan? Non, il fait partie des « indésirables », pour l’instant… Et puis, il s’est auto-proclamé « intellectuel ».
FDF

Les jours de Dalil Boubakeur à la tête de la Grande Mosquée de Paris sont comptés. Depuis quelques mois, le recteur n’est plus reçu à Alger, où on lui reproche sa gestion chaotique du lieu de culte et ses prises de position controversées sur plusieurs dossiers sensibles : le conflit au Proche-Orient, le port du voile islamique en France, la discrimination à l’égard des musulmans… Sur chacun de ces dossiers, M. Boubakeur était apparu en décalage total avec les attentes de la communauté musulmane de France. Or, pour tout le monde, la Mosquée de Paris c’est l’Algérie. Les positions de Dalil Boubakeur sont donc souvent considérées comme celles d’Alger. Ce qui est loin d’être le cas.

Pour remplacer Dalil Boubakeur, deux hommes partent favoris : Ghaleb Bencheikh et Chems-Eddine Hafez. Le premier, un théologien franco-algérien né en Arabie Saoudite, connu et respecté en France, aurait la préférence d’Alger. De formation philosophique, M. Bencheikh pourrait contribuer à faire de la Grande Mosquée de Paris un lieu de rayonnement culturel dans un contexte mondial marqué par des tensions entre les différentes communautés religieuses. Enfin, Ghaleb Bencheikh possède la légitimité d’être le fils du Cheikh Abbas, ancien recteur de la Grande Mosquée de Paris.

Chems-Eddine Hafez, secrétaire général de la Grande Mosquée de Paris et membre du bureau du CFCM, peut quant à lui compter sur l’appui de l’actuel recteur et de ses réseaux au sein du gouvernement français. Mais une chose est sûre : le nom du futur recteur de la Grande Mosquée de Paris sera le fruit d’un consensus entre Alger et Paris. Cette succession, qui pourrait intervenir dès le premier trimestre 2010, constituera un sérieux test pour l’avenir des relations algéro-françaises. Alger verrait en effet d’un mauvais œil un autre candidat que le sien succéder à Dalil Boubakeur.

Source : Tsa-Algerie.com

Réponse « en live » à un commentaire…

Filed under: immigration,invasion,islam,islamisation — francaisdefrance @ 09:47
Tags:

J’ai reçu ceci et ce genre de commentaire a le don de me mettre en rogne:, alors, je publie:


« Nouveau commentaire sur votre billet n° #3902 « Diam’s la soumise: la nouvelle France et l’égérie de la racaille tombe bien bas… »
Auteur : jessica la RENOI (IP : 79.87.29.84 , 84.29.87-79.rev.gaoland.net)
Adresse électronique : jeppl@msn.com
Adressse URL :
Whois    : http://ws.arin.net/cgi-bin/whois.pl?queryinput=79.87.29.84
Commentaire :
oula les fautes d’orthographe…
diam’s, ptit bout de femme qui a reussi sans avoir d’enorme bagages en main….simplement unevolonté et une passion pour le son…aujourd hui diectrice artistique….s’est senti mal et a connu une periode sombre( ne souhaitons a personne une depression, c tres dur a vivre)…s’en est sorti grace a la foi…c’s ce qu’il faut retenir de cette jeune dame prénomé Mélanie…c’est choix lui appartienne, peu importe lesquel, c’est un exemple de reussiste….
jrajouterai pour les personnes qui tiennent des popos racistes, ben just MOTHER FUCK« 

Pour ceux qui savent lire et écrire le français, ça fait mal… jessica la RENOI, quand tu « causeras mieux la France », tu pourras l’ouvrir…
Je laisse à mes lecteurs le soin d’apprécier et cela se passe de… commentaires. Et les fautes d’orthographe dont on m’accuse,(elles ne doivent pas être légion), jessica la RENOI, tu balayes devant ta porte (je les ai mises en italique, dans ton commentaire…) avant de critiquer… Fais un effort d’intégration (merde, le mot « effort », tu connais?)

Perso, moi, une nana (et pas une « directrice artisique ») qui incite à la haine dans ses « chansons » en France, elle se planque ou elle va vivre ailleurs…
FDF