Francaisdefrance's Blog

19/12/2009

Quick halal: 30% de clients en plus… C’est ça aussi, la finance islamique.

A savoir que les bénéfices de la vente de produits halal sert à la construction des mosquées en France. Chez Quick, et je vous engage à le faire aussi, je n’y met plus les pieds (c’est très mal fréquenté, en outre)… De toutes façons, pour le peu que j’y suis allé…

FDF

Lire:

http://www.fdesouche.com/articles/89055

Merci à FDS…

Et on nous traite de racistes ???

Filed under: immigration,invasion,islamisation,musulmans — francaisdefrance @ 21:33
Tags: , , ,

Scandaleux…!.


Sil n’est pas rare de voir des jeunes d’origine maghrébine arborer des tee-shirts à effigie de l’Algérie, Maroc ou Tunisie, voila un nouveau style dont chacun en jugera le goût plus ou moins douteux, une ligne de tee-shirt représentant la carte de France sur fond de drapeau algérien, encore une fois aucune association n’a l’air de s’émouvoir du message provocateur et raciste porté par cette ligne vestimentaire.


Si tu ne sais pas où tu es bien, le départ de l’aller simple est vers Marseille…

FDF

VGE: il est grand temps de l’empailler…

Filed under: dhimmitude,immigration — francaisdefrance @ 21:28
Tags: , ,

Giscard d’Estaing critique la Marseillaise


Pour Valéry Giscard d’Estaing les paroles de La Marseillaise « sont d’un ridicule! ».

C’est lors des cérémonies du 11 Novembre que Valéry Giscard d’Estaing a convié Hervé Morin à un petit déjeuner pour parler de l’UDF – la rencontre a eu lieu le 10 décembre.

L’ex-président, qui avait instauré pendant son septennat une Marseillaise jouée sur un rythme plus lent, en a profité, ce jour-là, pour commenter le débat sur l’identité nationale et estimer, à propos de l’hymne français : « Les paroles sont d’un ridicule! Nicolas Sarkozy et Angela Merkel sont sous l’Arc de triomphe, et on est en train d’abreuver nos sillons d’un sang impur! »

source : L’Express.fr

Vénissieux : Rassemblement devant le chantier d’une mosquée.

Filed under: dhimmitude,immigration,invasion,islam,islamisation,mosquée,musulmans — francaisdefrance @ 21:25
Tags: ,

19.12.2009


Hier soir à Parilly, le FN de Vénissieux organisait un rassemblement devant le chantier de la mosquée turque dont les travaux sont stoppés suite à l’annulation du permis de construire. Le tribunal administratif a estimé que le nombre de places de stationnement est insuffisant. Alors que la Ville et l’association Milli Gorüs qui porte le projet, ont décidé de faire appel, Yvan Benedetti, élu frontiste local, a affimé devant une quarantaine de militants : « Nous allons saisir le tribunal de grande instance afin d’obtenir la démolition de ce qui a déjà été construit.»

Source: leprogres.fr

Comment se faire du fric avec les muzz: l’idée d’une « convertie »…

Filed under: dhimmitude,islamisation,musulmans — francaisdefrance @ 21:15
Tags: , , ,

Une traîtresse se lance dans la confection de hijab


Con-vertie à l’islam à 16 ans, Géraldine vient de créer à Villefranche-sur-Saône une entreprise de confection de « tenues traditionnelles ». Elle porte le voile et assume ses choix…

Oui, elle est bien française, a les yeux bleus et la peau très blanche. Oui, elle porte le voile.

Non, elle n’a pas d’époux qui l’opprime et l’oblige à sortir couverte des pieds à la tête. D’ailleurs elle est divorcée et se dit libre comme l’air.

Enveloppée dans une tunique fleurie bleue et un djilbab marron, Géraldine Francioli, 27 ans, bouscule avec une tranquille assurance, toutes les images véhiculées sur le port du voile islamique. La polémique sur la burqa enflamme la France ? Elle lance « Sounaham », sa marque et monte une entreprise individuelle de confection de tenues musulmanes « Hijab Création ». Chez elle, dans son garage. De la « provoc » ? Non, il lui faut bien vivre, confie-t-elle. Trois enfants, chômeuse, des portes qui se ferment quand elle sollicite un poste de secrétaire-comptable. « A Lyon, votre voile passerait mais ici, à Villefranche, non » lui répond « aimablement » un employeur. Elle comprend et ne s’en offusque pas. En onze ans, elle a appris à voir se lever des barrières… et à les franchir. « Je suis débrouillarde », lâche-t-elle en montrant ses patrons en toile à cirer, « une idée à moi ».

Sans fard, Géraldine raconte son adolescence, sa quête de repères et la découverte de la religion musulmane, à 15-16 ans. « J’aurais pu être bonne sœur mais je voulais un mari et des enfants ». Elle sera donc une « sœur musulmane », malgré le désarroi et l’incompréhension de sa famille. L’ado qui aimait le hip-hop mais pas trop l’école, épluche le Coran, la Bible aussi : «Je voulais savoir où était le bien, le mal et j’ai été définitivement attirée par l’Islam ». Sans restriction. À 16 ans, elle se convertit et franchit toutes les étapes : pas de porc, la viande hallal, le ramadan. « Quand j’ai voulu mettre le voile à 17-18 ans, ma mère m’a dit : pas sous mon toit ! » Aujourd’hui, elle s’appelle Dounia mais reste Géraldine pour ses parents qui l’ont d’ailleurs aidée à monter sa petite entreprise.

« Les femmes m’arrêtaient dans la rue en voyant mes tenues. Alors, j’ai décidé d’en faire mon métier ».Depuis qu’elle a distribué des tracts dans les boîtes aux lettres, elle reçoit quatre, cinq appels par jour… La seule fantaisie qu’elle s’autorise dans ses créations : un tissu fleuri pour les tuniques, assorti au ruban. Pour le reste, djilbab et hijab de rigueur. Pour les fillettes, à partir de deux ans, elle vend des tenues, sans s’imaginer semer l’effroi en ville. « Les mères pratiquantes ne voilent pas leur fille avant la puberté. »

Mais elle veut bien nous l’avouer. Pour ses petites filles, elle a un rêve : qu’elles portent elle aussi un jour, le voile.

Annie Demontfaucon

Le voile et ses différentes versions

> Le moins couvrant, le hijab (ou hidjab) : c’est le terme qui désigne le voile ou le foulard islamique. Vient du mot hajaba qui signifie « dérober au regard, cacher ». Il dissimule les cheveux et le cou, mais pas forcément les épaules.

C’est le voile le plus couramment porté.

> Le djilbab : c’est un voile de couleur sombre qui couvre tout le corps de la femme, des pieds à la tête.

> Le niqab : c’est un voile couvrant le visage (sauf les yeux). Il est souvent confondu avec la burqa.

> Le sitar : noir, il voile intégralement le visage, les yeux compris. Classique en Iran .

> La burqa : il en existe deux types. La burqa traditionnelle afghane bleue, avec une grille au niveau des yeux et la burqa salafiste, où même les pieds et les mains sont dissimulés.

« Hijab Création » à Villefranche-sur-Saône (69

source : Le Progrès

Le dhimmi du jour: Super-Kouchner.

Filed under: immigration,invasion,musulmans — francaisdefrance @ 21:11
Tags: , , , ,

Ce n’est pas la peine de ta battre, mon pote, c’est déjà comme ça…

FDF

Bernard Kouchner : « Je me battrai pour que le nombre des Afghans accueillis soit supérieur au nombre de ceux qui devront partir »

AFP

Bernard Kouchner a assuré mercredi devant l’Assemblée nationale qu’il se « battrait pour que le nombre des Afghans accueillis soit supérieur au nombre de ceux qui devront partir ». « J’ai obtenu que le nombre des bourses de longue durée destinées aux étudiants afghans soit doublé dès 2010 et j’ai obtenu les visas », a-t-il déclaré à l’ouverture du débat sur l’engagement français en Afghanistan. « Ainsi, nous pourrons rapidement accueillir une centaine de jeunes Afghans de plus sur notre territoire et je me battrai pour que le nombre des Afghans accueillis soit supérieur au nombre de ceux qui devront partir », a lancé le ministre des Affaires étrangères.

Neuf reconduites d’Afghans mardi

L’opposition et les ONG ont vivement critiqué l’expulsion mardi soir de neuf Afghans qui sont arrivés mercredi matin à Kaboul. Le ministre de l’Immigration, Éric Besson, a confirmé, à la sortie du Conseil des ministres, « neuf reconduites d’Afghans en situation irrégulière ». Il a également déclaré que toutes les procédures avaient été respectées par la France. En octobre, Bernard Kouchner avait exprimé son opposition à l’organisation de retours forcés dans leur pays d’Afghans en situation irrégulière en France. « Je pense que ce n’est pas comme cela qu’il faut faire. Surtout quand on se bat là-bas. Je pense que ce n’est pas utile, je l’ai dit à Éric Besson (…), au président » Nicolas Sarkozy, avait-il alors déclaré.
source : lepoint.fr

Deux clans pour une mosquée à Avicenne… Diviser pour …….

Une question m’interpelle: si les municipalités ne « crachent pas au bassinet » selon leurs dires, d’où vient tout cet argent nécessaire à la construction de ces « lieux d’amour et de paix »??? On dit partout qu’il vient des dons des « fidèles »… Ils sont si riches que ça? Ahhhhhh oui: les allocs, les aides diverses auxquelles ils ont droit et pas nous. En fait, c’est NOTRE ARGENT qui finance les mosquées! Vous voulez des preuves supplémentaires?


FDF

vendredi 18 décembre 2009

L’ancien président d’Avicenne veut créer une association à vocation cultuelle pour les musulmans de l’Auxerrois. Une manière de damer le pion aux dirigeants actuels d’Avicenne, avec lesquels il est en conflit.

Deux clans pour une mosquée. Voilà, grossièrement résumée, la situation de la communauté musulmane d’Auxerre.

Inaugurée en 2007, place Corot, la mosquée Khadija a été édifiée grâce aux fonds récoltés par l’association Avicenne « auprès des fidèles. » « Ça a coûté 760.000 euros », précise Moussa Idrissi, membre fondateur et ancien président (jusqu’en 2005) de cette association à vocation culturelle chargée de gérer ce lieu de culte.

« Un manque de transparence », selon Moussa IdrissiFier de cette réalisation, il pose en revanche un regard empli d’amertume sur son ex-association. Moussa Idrissi reproche notamment à la nouvelle équipe un « manque de transparence au niveau des comptes ». En compagnie d’autres adhérents, il a d’ailleurs saisi le tribunal de grande instance d’Auxerre pour obtenir une série de documents comptables (lire par ailleurs).

Malgré des discussions informelles entre les deux parties, aucun terrain d’entente n’a été trouvé. Un échec dont chacun rend l’autre responsable.

Battu lors des élections de juin 2005, échaudé par la manière dont se sont déroulées celles d’octobre dernier (l’YR du 27 octobre) , Moussa Idrissi a décidé de monter une autre association. Elle aussi « s’appelera Avicenne », explique-t-il. L’assemblée générale constitutive aura lieu le 3 janvier prochain. « Ce sera une association à but cultuel et non culturel », souligne-t-il, pour se démarquer des activités de l’Avicenne originelle (appelons-là Avicenne I). « L’objectif sera de s’occuper de la communauté musulmane de l’Auxerrois d’un point de vue spirituel. On aimerait aussi organiser des rencontres avec les autres religions comme ça se faisait avant.  »

Moussa Idrissi ne cache pas que le but de cette nouvelle structure (nommons-là Avicenne II) sera également de « gérer la mosquée. » Ce qui n’est certainement pas du goût des gens d’Avicenne I. « Nous sommes 230 et en face ils ne sont que 60 », avance Moussa Idrissi, en écornant au passage Avicenne I accusée d’avoir « amené un imam qui ne connaît pas le Coran ».

La ville d’Auxerre, propriétaire du terrain occupé par la mosquée, aura aussi son mot à dire. Pour l’instant, elle discute avec les uns et les autres. En octobre dernier, l’adjoint aux quartiers, Patrick Rigolet, s’était en tout cas montré critique vis-à-vis des responsables d’Avicenne I. « Ils se sont enfermés sur eux-mêmes », regrettait-il, en indiquant que la Ville ne versait plus de subventions à l’association.

Elu en octobre dernier, le nouveau président, Fettah Ben M’Barek, nous a répondu, hier, qu’il ne souhaitait pas s’exprimer sur le sujet. (Mmouhais…., question « transparence…)

Source: lyonne-republicaine.fr

La « véritable » histoire du coran… Un juif ébionite en serait l’auteur…

Filed under: coran,immigration,invasion,islam,islamisation,mosquée,musulmans,ramadan — francaisdefrance @ 09:26
Tags: , ,

L’auteur du CORAN : un juif ébionite

Les travaux de « Hannah Zakarias » (G. Théry) , repris par Joseph Bertuel dans son livre « L’Islam : ses véritables origines », sont résumés ici :

Dans sa thèse de licence, en 1874, Adolph von Harnack, après un travail systématique, en vint à conclure que « le mahométisme n’est qu’une lointaine dérivation de la gnose judéo-chrétienne, et non une religion nouvelle ».

Les récents travaux de Hanna Zakarias (décédé en 1959), fin critique, fondateur des Archives doctrinales et littéraires du Moyen Age, fondateur de l’Institut Sainte-Sabine à Rome, membre de la section historique de la Sacrée Congrégation des Rites, à la suite de trente années de travail minutieux, nous révèle que MAHMET (Mohamed) ne peut être l’auteur du Livre sacré de l’lslam : L’auteur est un religieux, moine judéo-chrétien, appartenant à une communauté ébionite.

Saint IRÉNÉE nous avait déjà expliqué au 2ème siècle que les juifs ébionites niaient la Divinité de JÉSUS, reprochant aux chrétiens de la gentilité (Rome) leur abandon de la Loi (Torah) de Moïse.

Ce rabbin ébionite se réfère, fréquemment, dans les sourates (de l’hébreu  » SIRAH  » : ensemble de versets bibliques) au livre sacré de l’Islam (appelé plus tard le coran), et à l’Ancien Testament duquel il s’inspire tout le temps, ainsi qu’aux littératures rabbiniques et gnostiques, mais il cite peu le Nouveau Testament. Le CHRIST, dans la vision ébionite, n’est guère plus qu’un successeur de Moïse. Il croit à JÉSUS, comme prophète et messie, mais non pas en sa Divinité.

Comme tout scribe ébionite, il puise ses proclamations dans « les ouvrages … apocryphes » rejetés par les apôtres et leurs successeurs (« apo » signifie « de côté » et « crypto » signifie « pour les cacher » : ce sont des livres mis à l’index).

Ce sont des pseudépigraphes, ouvrages non signés, et mis sous le compte d’un personnage célèbre pour lui donner du poids, du prestige, selon une méthode efficacement utilisée par les néoplatoniciens gnostiques.
Il s’agit de :

  • l’Évangile de l’Enfance (écrit en syriaque),
  • le Protévangile de Jacques le mineur,
  • l’Évangile du pseudo Matthieu (rédigé d’abord en hébreu),
  • l’Évangile de Thomas,
  • L’Apocryphe du Livre des Jubilés (dont le rabbin tire l’histoire de Satan, le lapidé et les remontrances d’Abraham à son père : cf. Siderski : Légendes musulmanes du coran)

Environ 25 % des sourates du livre coranique sont des recopiages littéraux des textes de ces livres. Leur but ? Ruiner la foi dans la Divinité de JÉSUS. Le CHRIST y est rattaché directement à Moïse. Malgré les 1500 ans qui les séparent, le coran en fait un neveu de Moïse, la Vierge MARIE (appelé MYRIAM dans le coran) étant soeur d’Aaron et de Moïse ! ! !

(l’Islam se caractérise par le mépris de toute vérité fondée historiquement)

  1. Pour ruiner la foi chrétienne des arabes, le coran affirme que JÉSUS n’est pas le FILS DE DIEU.  » Les chrétiens disent ‘Dieu a un fils’ … parle pour sa Gloire ! Non, Jésus est aux yeux de Dieu ce qu’est Adam … le formant de la poussière … Dieu lui dit « sois » et il fut.  » Donc, le VERBE, déposé en la Vierge MARIE, est créé et non pas engendré (contraire au credo )
  2. Détruire la foi de la TRINITÉ DANS L’UNITÉ : Les arabes chrétiens croyaient à la Sainte Trinité et usaient du mot TAKTELIT pour la désigner. Ils distinguaient aussi les trois Personnes par le mot OUKNOU d’origine syriaque. L’auteur ébionite s’élève avec force contre ce dogme :  » Vous qui avez reçu les Écritures, ne dites point « Il y a Trinité », cessez de le faire ! cela vous sera plus avantageux car Dieu est unique, gloire à Lui « .
  3.  » A quiconque donne des « associés » à Dieu [ foi dans l’incarnation du Fils en Jésus ], Dieu interdit le Jardin ( le paradis) et celui-là aura le feu ( l’enfer ) comme refuge …  »
  4. JÉSUS n’est pas mort sur la croix (thèse gnostique pour renverser la foi en la rédemption) On retrouve cette thèse :
    • dans « le Pseudo Barnabé » : Judas eut « l’apparence de JÉSUS et fut crucifié à sa place »
    • dans « Basilide », gnostique des premiers siècles, on substitua à JÉSUS, Simon de Cyrène !
    • les manichéens du 3ème siècle affirmaient également que « JÉSUS n’était mort qu’en apparence ». affirmation hérétique du docétisme (mot qui vient du grec dokein – sembler, paraître). Autant de formules reprises mot à mot dans les textes écrits arabes de l’Islam coranique.

C’est d’ailleurs la raison pour laquelle le président Sadate, au Caire, a du donner satisfaction aux fondamentalistes islamiques, en interdisant la deuxième partie du film de Zeffirelli où JÉSUS meurt sur la croix… puisque, expliquaient-ils, « c’est une insulte à la révélation divine, rejetée par le Coran, l’envoyé du ciel n’ayant pu subir un supplice d’esclave« .

LE CORAN N’EST PAS UNE RÉVÉLATION SURNATURELLE

Depuis 1950, le Père BERTUEL approfondit les travaux de ZAKARIAS et les confirme, relisant les versets du coran, mot après mot, phrase après phrase.

Avant lui d’ailleurs, aucun islamologue sérieux, de P. LAMMENS à R. BLACHERE, ne cache que les textes de l’Islam n’ont jamais fait l’objet de recherches méthodiques sur la genèse de sa composition, son développement interne. Il est interdit au musulman arabe de se poser des questions de les scruter, ni même de traduire littéralement le texte. Toute investigation, quant aux origines de cette religion est pour eux un grave péché. Il faut l’apprendre par coeur … et faire confiance à l’interprétation donnée par les imams, les marabouts ou les théologiens musulmans…

Un peu comme si les chrétiens ne pouvaient connaître la Bible qu’en l’apprenant par coeur, en latin, ou en grec, sans pouvoir jouir de sa signification exacte directement.

Alors, d’où viennent ces textes ? Des travaux récents permettent d’y voir clair.

Un rabbin, juif et ébionite, chassé d’Edesse, à la suite de la conquête de la ville par Héraclius, en 628, vint avec ses compagnons juifs d’exil à Médine, chez les enfants d’Ismaël. Ils cherchèrent leur aide, en leur expliquant qu’ils étaient parents selon la Bible, mais ne purent convaincre la masse du peuple, parce que leur culte était trop différent.

« En ce temps-là, un ismaélite nommé MAHMET, un négociant, se présenta à eux comme un prédicateur et leur enseigna, sous la volonté de Dieu, le chemin de la vérité, le Dieu d’Abraham, car il était très bien informé et à l’aise avec l’histoire de Moïse » (Chronique arménienne de 660, premier document historique indiquant l’existence de Mohamed, écrit par SEBÉOS, à partir de témoins oculaires prisonniers des arabes).

Or, MAHMET qui ne sait ni lire, ni écrire (les musulmans y tiennent beaucoup) reçoit donc ce rabbin et se propose de transmettre l’enseignement du maître juif, qui l’informe et le fait répéter mot à mot la prédication à ses compagnons de Thakif (La Mecque).

Quelques liens sur les Ebionites :

http://en.wikipedia.org/wiki/Ebionites

http://en.wikipedia.org/wiki/Gospel_of_the_Ebionites

http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89bionisme

http://fr.wikipedia.org/wiki/Symmaque_l’%C3%89bionite

MOHAMED ET LES SOURATES

Il reste à noter que le coran, récité par nos frères musulmans, ne contient aucun trace du nom du prophète Mahmet, ni aucune mention de l’ange Gabriel, pas plus que d’un quelconque récit d’une apparition divine à un arabe ! Ne retenons ici que ce qui concerne MOHAMED.

Les croyants récitent les textes anciens et croient entendre :

MHMD a reçu de Dieu sur la montagne la révélation.

Mais, ce terme MHMD est un participe passé signifiant le bien-aimé (de Dieu sous-entendu).

Ils voient encore leur fondateur aux passages où l’on trouve AHMAD (sourate 61,6) qui veut dire Précieux. Or, la traduction littérale montre que LE PRÉCIEUX n’est autre que MOÏSE qui, en effet, a reçu de Dieu la Révélation de la Loi, directement, sur la montagne (SINAÏ).

Le Précieux est précisément le surnom que les midrash talmudiques donnent à Moïse.

Tout ceci est irréfutable… Il est possible d’approfondir ces faits avec les analyses plus précises éditées dans l’ouvrage de J. BERTUEL (tome 2- pages 118 à 121).

LA RÉDACTION DU CORAN ACTUEL

Le coran est composé de 114 sourates, divisées en 6226 versets, qui furent mises par écrit et ordonnées, par ordre décroissant de longueur, par le troisième calife après Mohamed, vers 650, plus de vingt ans après la mort de l’apôtre de la THORA, en Arabie. (Torah en hébreu : Loi récitée … traduction en araméen : quaryan et puis en arabe : coran).

Ainsi, les sourates auraient été retenues oralement, pendant trente ans, par quatre compagnons du prédicateur habitant Médine (Yathrib).

Ces « illuminations » furent donc mises par écrit par OTMAN, qui est devenu le chef politique et religieux des croyants. Afin d’accaparer pour son compte personnel les paroles d’Allah, il prit soin de faire détruire toutes les copies des textes antérieurs à sa propre composition, ordonna tous les feuillets rédigés de sa main, dans un carambolage tel que le chapitre le plus long fut placé en premier, et les autres à la suite selon leur longueur décroissante (ce qui a pour effet de rendre incompréhensible à sa lecture, la genèse et le développement de la prédication islamique). Il fit enfin détruire toutes les archives pouvant trahir ce que voulait cacher cette fabrication, notamment à Alexandrie (incendie de la plus grande bibliothèque de textes anciens de l’époque).

L’oubli des origines fut remplacé par l’imagination et l’on vit peu à peu une foule de détails apparaître sur la vie d’un nommé Mohammed, de sa naissance en 570 à sa mort en 632. On obtient tout à coup ses moindres paroles, qui vont former le Hadith, jusqu’à at-Tabari qui ajoutera encore d’autres soi-disant renseignements. en 923 ! La réalité est pourtant que l’on ne sait quasiment strictement rien sur le nommé Mohamed. Et pourtant tout le monde va prendre et continue de prendre les légendes nées après, avec forces dates, comme argent comptant, et ce qui n’est que légende est devenu réalité pour la plupart des gens! Qui plus est, une réalité qu’il est interdit de discuter !

De sorte que le coran intégral et oral de Mahomet (qui n’a jamais été écrit) est bel et bien perdu ! On y aurait reconnu trop ouvertement que celui qui parlait du ciel n’était pas l ‘ANGE GABRIEL, mais le maître juif qui soutenait Mahomet dans sa prédication… Or, même les sourates échappées au massacre révèlent l’existence de ce fait, qui se dévoile grâce à la traduction littérale et réordonnée des chapitres.

Les promoteurs du proto-islam avaient laissé derrière eux divers textes dépourvus de points diacritiques, d’où l’importance d’une mémoire orale jusqu’à OTMAN, et, après lui, la nécessité apparut de détenir un texte présentable au titre de révélation nouvelle.

Voilà pourquoi on empila ces divers textes en un livre, qui fût lu (donc, vocalisé) selon les exigences de la légende en formation ( l’ANGE GABRIEL révélant le livre du coran à Mahomet au ciel). Mettre sur le compte d’une révélation angélique, un livre récemment écrit est un procédé oriental qui avait déjà été employé par ELCH0ZAI vers l’an 100 et par MANI au 3ème siècle.

l’imposture de la « prétendue révélation du Coran » et les travaux de Joseph Bertuel sont aussi expliqués de manière claire et complète dans cette page, dûe à un historien d’origine hindoue:
voir aussi sur le même site : « Pourquoi j’ai quitté l’Islam » par ali sina (2001) à l’url suivant :
un dossier encore plus complet retraçant les travaux scientifiques de Théry et Bertuel

et encore ceci, une étude très documentée et argumentée, qui fout par terre l’Islam et ses billevesées

Through serious and genuine scientific enquiry, the validity of the Hadith and Sira of Islamic tradition has been eliminated. It can be shown that neither Mecca nor Badr existed at the time, and thus all the stories of Muhammed’s prophetship and battle victories are just so much invention. It can be demonstrated, indeed, that there never was such a man at all. By systematically translating the Qur’an. even the meaning of the name, Islam, can be shown to have been corrupted. and the historical and theological background that made the Qur’an possible demonstrated. The importance of the Jewish community in this development has set researchers on tracing the path to the true identity of the Quranic author, a man who was clearly of exceptional talent, energy and insight. In fact, Br. Bruno’s work is spurring research which is showing that Islam is a fact, because the Islam of the Qur’an is a fact; but it is now becoming increasingly evident that the Islam of today is an illusion in the sense that all that it truly holds in common with the outstanding genius of the Quranic author is the name of the religion and a mutilated understanding of his powerful book. This is the contradiction become the paradox mentioned at the beginning of this article.

Mais alors comment expliquer l’antisémitisme du Coran ?

C’est une objection qui vient naturellement à l’esprit : si le Coran est d’origine juive, comment expliquer qu’il soit devenu une machine de guerre contre les juifs (et contre les chrétiens, mais ça c’est tout à fait compréhensible : il a été fait en partie dans ce but) ?

en fait c’est très simple à comprendre, et d’ailleurs les Evangiles aussi ont été écrits par des juifs, et pourtant, au fil du temps, le christianisme a pu dégénérer en opposition au judaîsme, puis en haine antijuive.

Les deux religions ne se sont pas séparées nettement partout, ni en quelques années ou siècles : et dans la période historique qui nous occupe, plutôt qu’une opposition tranchée entre juifs et chrétiens, c’est plutôt entre tenants de la Loi religieuse (mosaïque) et partisans de l’affranchissement vis à vis de cette Loi, que s’est peu à peu creusé un fossé qui est devenu un gouffre!

Et notre position à nous, partisans de l’autonomie de la conscience, est claire : la Loi doit être abandonnée. C’est la voie inverse que suivent les Ebionites, et donc le Coran et l’Islam.

Celui ou ceux qui ont rédigé le « Proto-Coran » , qui étaient donc des juifs ébionites, se sont inspirés en partie des Prophètes de l’Ancien Testament, qui avaient pour habitude de vitupérer et blâmer le peuple d’Israel , « à la nuque raide et prompt à la désobéissance », pour son attitude rebelle et sa promptitude à revenir à l’ancienne idolâtrie. Mais il n’ était évidemment pas question, dans l’esprit de ces prophètes ni de celui des rdacteurs du « Proto-Coran », de haine antisémite , puisqu’ils étaient eux mêmes hébreux, ou juifs : il s’agissait seulement d’administrer aux « enfants d’Israel » de sévères admonestations, pour les encourager à revenir à la « voie droite »

Par contre, dans la suite de l’Histoire, et notamment suite à la « normalisation » opérée par le calife Othman, les véritables « rédacteurs » initiaux furent « oubliés », et l’esprit et le sens de ces tirades furentt complètement modifiés, dans le sens de la haine tribale et religieuse, de la haine antisémite donc…

car entre temps la séparation s’était produite à Médine, entre juifs et musulmans ! en effet, ce « nouveau monothéisme » pour les arabes qu’était l’Islam, créé de toutes pièces par un ou des rabbins ébionistes, était entaché d’un malentendu fondamental : les rabbins n’ont jamais voulu mettre fin au peuple juif en le forçant à se fondre dans la nouvelle religion, par voie de mariages mixtes entre juifs et femmes arabes musulmanes ou juives et hommes arabes musulmans,  alors que les arabes nouvellement islamisés croyaient, un peu naïvement sans doute, que ce serait le cas !

Source

Encore une? Une mosquée en chantier à Canteleu.

Le référendum suisse ne leur a pas suffit… Ils font ce qu’ils veulent !!! Ca va durer encore longtemps ???

FDF


Encore une!

Des membres de l’Association musulmane cultuelle de Canteleu surveillent l’état d’avancement du chantier

CANTELEU. La communauté musulmane « s’est cotisée » pour construire
une nouvelle mosquée qui pourra accueillir plus de deux mille fidèles.

Trop froid pour couler du béton. Momentanément au chômage technique, les ouvriers de l’entreprise Bilale Construction du Petit-Quevilly, attendent des jours meilleurs pour reprendre les travaux de construction de la nouvelle mosquée. Avec quelques-uns des membres de l’Association musulmane cultuelle de Canteleu, son président Rabah Takhtoukh, intempéries ou pas, suit de près le chantier. Au chaud, dans le local technique, aux murs tapissés des plans de la future mosquée (la plus grande de la région), le responsable explique les raisons qui ont conduit la communauté musulmane à se lancer dans ce projet d’envergure. « Les locaux de l’actuelle mosquée, située au 21 ancienne route de Duclair, trop petits, ne permettent plus d’accueillir les fidèles dans des conditions parfaites de sécurité. Le stationnement est impossible. Le bâtiment est aussi entouré par une zone pavillonnaire. Maintenant, on a l’impression qu’on gêne, même si en vingt ans nous n’avons jamais connu de problème de voisinage. Nous avons toujours scrupuleusement respecté notre environnement. »

Un minaret muet
L’association cultuelle n’est pas allée chercher très loin une autre terre d’accueil. Juste de l’autre côté de la rue, au 36, elle a acheté un terrain et des anciens bâtiments industriels. Elle a déposé un permis de construire en mairie afin de transformer les lieux : « conforme au code et au plan local d’urbanisme, le permis a été accordé, » signale Christophe Bouillon, le député-maire.
Entièrement financée par l’association cultuelle qui collecte sur toute l’agglomération, les dons des fidèles, la mosquée (1M €) comprendra deux salles de prière. L’une pour les hommes d’une capacité de 1 610 personnes. L’autre réservée aux femmes, d’une capacité de 504 personnes. Il y a aura aussi une salle d’activités et des annexes, avec une bibliothèque, une salle de réunion, six classes scolaires.

Et puis, adossé au bâtiment, un minaret. En général, les minarets s’élèvent autour de 15 m. A Canteleu, cet élément architectural qui défraye la chronique – la Suisse par referendum vient d’en interdire la construction sur son territoire – aura une hauteur de 12,15 m, mais plaqué au mur de la mosquée, haute de 7,50 m, il ne dépassera donc que de la différence, soit moins de 5 m : « Ce sera un minaret muet, sans muezzin, ni haut-parleur pour appeler cinq fois par jour à la prière, » rassure Rabah Takhtoukh. Le président de l’association n’avance toutefois aucune date d’inauguration : « d’ici deux ans peut-être, nous travaillons avec les moyens du bord ».

17 décembre 2009

Source: http://www.paris-normandie.fr