Francaisdefrance's Blog

12/12/2009

Parenthèse (quoique…): Religiosité préhistorique…

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 19:38
Tags:

Les découvertes des archéologues et des paléontologues nous éclairent chaque jour un peu mieux sur les curieuses croyances des peuplades qui habitaient la partie occidentale de l’Eurasie avant le Grand Cataclysme.

On vient ainsi de  mettre à jour des inscriptions, dans ce que l’on nomme désormais la Grande Galerie, qui permettent de mieux connaître les superstitions des hommes de la préhistoire, si l’on peut employer cette expression.

Ces peuplades adoraient ainsi une divinité nommée « Egale » à laquelle beaucoup sacrifiaient. Cette divinité était souvent représentée sous la forme d’une femelle, curieusement non voilée, appelée aussi « Loi ». Rappelons que le caractère matriarcal de ces primitifs est de nos jours bien établi.

Aussi étrange que cela puisse nous paraître aujourd’hui, on pense qu’ils  ignoraient qu’il existait des différences entre les sexes ainsi qu’entre les races humaines.

Ce dernier point fait certes encore débat entre scientifiques, car les ethnologues ont clairement établi que cette partie de l’Eurasie était alors en majorité peuplée d’hommes de race noire et de race jaune, et également, mais dans une moindre mesure, de race caucasienne. Il semble donc peu vraisemblable que ceux qui étaient quotidiennement confrontés à ces différences ethniques aient pu ignorer leur existence ! Sans doute s’agit-il donc d’une mauvaise interprétation des quelques hymnes religieux qui nous sont restés .

La présence  d’une majorité d’Africains donne en tout cas à penser qu’il devait exister alors un passage à pied sec entre l’Afrique et l’Eurasie, qui a dû être englouti lors du Grand Cataclysme. La géologie permettra de le découvrir sans doute un jour.

Par contre on a bien trouvé des représentations de femelles habillées en mâles ainsi que différentes sépultures contenant des restes de femelles revêtues de ce qui semble indiscutablement être une sorte d’uniforme. Ce qui tendrait donc à confirmer que ces temps reculés ignoraient bien les différences de sexes et de rôles sociaux. C’est sans doute pourquoi ces peuplades ont eu beaucoup de mal à se reproduire, en particulier les Caucasiens.

Nous savons aussi que ceux qui refusaient d’adorer cette divinité étaient pourchassés sous le nom de « racistes », ce qui veut sans doute dire que ceux-ci reconnaissaient l’existence des races. Un texte a été exhumé d’une sorte de temple, nommé « tribune » ou « tribunal », qui l’établit. La peine était prononcée par le clergé appelé « media » qui était très puissant alors. Cela témoigne en tout cas à l’encontre de ceux qui pensent que les peuples préhistoriques étaient  pacifiques.

A cette époque matriarcale on croyait curieusement aussi à la divinité de l’homme, se fondant sur une « Déclaration » qui est citée dans certains manuscrits que l’on peut consulter aujourd’hui au Musée de la préhistoire, mais dont aucun exemplaire original n’a pu être retrouvé jusqu’à présent malheureusement.

On n’a pas encore retrouvé non plus de statuaire représentant cet homme divin ni de texte relatant son enseignement. Les peuplades de ce temps ne produisaient en effet que de rares représentations d’animaux ou de leurs congénères, et très souvent déformées ou géométriques, ce qui traduit certainement un tabou religieux. Ils avaient aussi l’habitude de laisser des inscriptions et des signes de couleur sur leurs constructions, sans doute des formulaires pour les protéger des mauvais esprits, comme on en a découvert dans la Grande Galerie. On relèvera en tout cas que cet art était très primitif, ce qui témoigne que « l’homme »  était alors à peine sorti de l’animalité.

Une tribu de cette époque, dont les philologues ont pu reconstruire le nom originel : les « zindividus », sacrifiait aussi à un dieu « Santé ». Ce dernier est souvent représenté avec des vêtements blancs. On comprend que ces êtres à la vie très courte (elle ne dépassait pas en effet 80 ans ! ) aient eu besoin d’idéaliser ce qu’ils ne pouvaient atteindre.

Toutes ces croyances préhistoriques, reconstituées avec patience par les chercheurs, nous semblent bien étranges. C’est qu’elles témoignent aussi de l’impasse évolutive dans laquelle ces êtres étaient engagés, bien avant le Grand Cataclysme.

Source: Michel Geoffroy
20//11/2009

Extrait de La Grande Encyclopédie,  an 2500 après le GC  (Grand Cataclysme)

Des nouvelles (vraies) de la racaille…

Filed under: immigration,racaille,racisme — francaisdefrance @ 18:44
Tags: ,

« On » évite d’en parler, ça fait désordre, c’est du racisme, c’est de la stigmatisation, on risque des émeutes, etc… Mais, la racaille est belle et bien présente et… active. La preuve.

FDF

• Carcassonne. Le député-maire vient d’appeler l’attention du Préfet sur «le ras-le-bol croissant (…) des Carcassonnais face à l’augmentation de l’insécurité sur l’ensemble de la ville». La commune a décroché la 3e place des villes de 25 à 50.000 habitants les moins sûres de France, derrière Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis) et Mamoudzou (Mayotte). A la délinquance traditionnelle des jeunes du quartier du Viguier, s’ajoute celle qui frappe aujourd’hui le centre-ville. «Face à cette aggravation de la situation et l’exaspération légitime des Carcassonnais, je vous demande solennellement de prendre toutes les mesures utiles pour mettre fin à cette dérive», écrit le député-maire. Sources 12345

• Languedoc-Roussillon : grève des bus entre Nîmes et Saint-Gilles. Les chauffeurs des Rapides de Camargue dénoncent une insécurité croissante: dégradations, insultes, agressions … qui sont le fait d’adolescents de 14 ans. Le maire de Saint-Gilles, qui soutient les revendications des grévistes, a invité le Préfet du Gard à se «saisir de ce dossier de violences à répétition». Source

• Avesnelles : explosion des agressions dans les transports en commun de Véolia Transports-Dewitte. «Certains chauffeurs avouent n’avoir jamais vécu une telle escalade de la violence et finissent par craindre des représailles». Les auteurs ? De « jeunes collégiens» de Sains-du-Nord qui «n’ont peur de rien, ni de personne et ne respectent rien, même les autorités». La société de transports, qui souffre de la mauvaise publicité associée à ces «incivilités», voit s’effondrer les recettes des autobus, boudés par les voyageurs inquiets pour leur sécurité, et doit faire face au mouvement de grogne des chauffeurs, déjà remplacés à quatre reprises. Source

Merc à FDS…

Des centaines de mosquées sont à l’étude sur NOTRE territoire !

Filed under: immigration,islam,islamisation,mosquée,musulmans — francaisdefrance @ 13:09
Tags: , ,

Des centaines de mosquées sont à l’étude…

Avec, bien entendu, l’aide active de mairies qui contournent la loi sur la laïcité en achetant, au prix fort et avec l’argent du contribuable, des terrains destinés à la construction de mosquées pour les louer ensuite dans le cadre de baux emphytéotiques contre paiement de loyers très symboliques à des associations pour des activités censément culturelles (voir ici pour plus d’infos). C’est évidemment scandaleux, mais, de tempérament moutonnier et tenu dans une relative ignorance de ces ignobles petites combines, le bon peuple laisse ses édiles prostituer les principes républicains et contribuer ainsi à l’islamisation du territoire.

Il existe aujourd’hui en France déjà plus de 2000 lieux de culte musulmans. Quel enrichissement culturel pour le peuple français que la multiplication de ces lieux dans lesquels on inculque les enseignements de l’islam, dont par exemple, le fait que la femme ne vaut que la moitié de l’homme, qu’on peut la frapper lorsque l’on craint sa désobéissance, qu’il faut tuer les homosexuels, les athées et les apostats ainsi que lapider les adultères, et que chrétiens et juifs doivent avoir le choix entre trois alternatives : la conversion, la mort, ou garder sa foi dans le cadre d’une citoyenneté de seconde zone (la dhimma), et ce contre le paiement d’une taxe. Quel enrichissement culturel, vraiment. Merci Monsieur le Maire !


L’imam Mohamed Moussaoui visite une mosquée en construction à Strasbourg, en mai 2009. Crédits photo : AFP

Ces dernières années, plusieurs grandes mosquées ont fleuri en France Ces projets coûteux et laborieux n’aboutissent que lorsqu’ils sont soutenus par des maires. Qui voient dans la « mosquée cathédrale» un signal adressé aux musulmans et la possibilité de réunir des croyants autrement dispersés dans de petites salles mal contrôlées.

Mais ces grandes mosquées devraient rester l’exception. Elles sont «coûteuses, à la construction comme à l’entretien», glisse-t-on au ministère de l’Intérieur et des Cultes. À Créteil, en région parisienne, il a fallu plusieurs années et l’intervention énergique du maire pour rassembler les 5,5 millions nécessaires à l’édification du vaste bâtiment coiffé d’un minaret. Des donateurs étrangers ont également participé au projet. À Toulouse, la grande mosquée cherche encore ses financements, trois ans après le début des travaux. Plusieurs projets pharaoniques, à Poitiers, à Reims, attendent des dons pour voir le jour.

Désormais, «ces mosquées cathédrales sont supplantées par des projets plus modestes, municipaux, qui, eux, sortent de terre à vive allure, notamment en Seine-Saint-Denis», précise-t-on à Beauvau. Près de 200 chantiers sont en cours.

Le ministère ayant décidé qu’il ne modifierait pas la loi de 1905 sur le financement des cultes, les associations musulmanes comme les édiles se sont accommodés des possibilités actuelles, notamment de la solution des baux emphytéotiques. Quant au muezzin, aucune association ne l’a jamais demandé. Mais il reviendrait au maire, comme pour les cloches, de trancher.

Source : http://www.mosci.info/

Les embouteillages de l’islam…

Filed under: immigration,islam,islamisation,mosquée,musulmans — francaisdefrance @ 09:05
Tags: , ,

Avec le froid qui arrive et le cul en l’air à l’heure de la prière, ils ont intérêt à prévoir des caleçon, les muzz…

FDF

Paris XVIII.

Aux maires de concilier éthique et connaissance du terrain.

11 décembre 2009


Sur le chantier situé à l’angle des rues Myrha et Léon, les ouvriers ont cessé le travail. Au milieu de la foule qui occupe le carrefour, trois hommes arborant un brassard “Sécurité” dressent des barrières, indiquent la déviation aux voitures qui déboulent. En quelques minutes, la portion de la rue Myrha située entre les rues Léon et Stevenson est fermée à la circulation. Sur le trottoir d’en face, trois policiers avancent mollement en observant la scène. Le vendredi est jour de prière pour les musulmans du quartier qui se pressent à la mosquée Khalid Ibn Walid, située au numéro 28. Plein à craquer, l’édifice refoule par centaines des fidèles qui installent alors leurs tapis de prière à même le bitume. Dans la rue voisine, la mosquée Al Fath est victime de la même affluence, rejetant sur les trottoirs un flot qui s’étend jusque sur le boulevard Barbès. Le service de sécurité concède le passage à quelques piétons, mais fait les gros yeux. Dans un café en bas de la rue, un homme peste : “On ne peut pas bloquer un quartier comme ça. Même les habitants qui rentrent chez eux sont regardés de travers.” Sur le perron de sa boutique de téléphonie, Hamou tempère : “Le quartier s’arrête durant la prière. C’est ennuyeux, mais il n’y a pas d’autre solution pour l’instant.

Informelle à l’origine, aggravée par la fermeture de la mosquée Adda’wa du quartier de Stalingrad qui a provoqué l’afflux de centaines de musulmans, la situation est devenue la règle. Une atteinte à la laïcité de l’espace public dont la mairie a pris acte : “C’est évidemment inacceptable, reconnaît Daniel Vaillant, maire socialiste du XVIIIe arrondissement. D’une part pour les fidèles qui ne peuvent pratiquer leur culte dans la dignité, mais aussi pour les citoyens qui ne bénéficient plus de leur liberté d’aller et venir.

Avec près de 200 lieux de culte musulmans sur les 2 000 que compte le pays, la région parisienne n’est pas la plus mal lotie : “Ce n’est pas le nombre de lieux qui pose problème mais leur taille, détaille Merzak El Bekkai, secrétaire général du Conseil régional du culte musulman. Bien souvent, une salle de prière ne dépasse pas 80 m2.” Un constat qui jette une lumière crue sur la loi du 9 décembre 1905, fondement de la laïcité : si elle garantit le libre exercice des cultes mais renonce à tout financement, elle occulte la pratique de ceux qui ne disposent pas de moyens. Entre leur attachement à la laïcité et la réalité du terrain – mais aussi un électorat musulman non négligeable –, de nombreuses municipalités ont alors opté pour un traitement réaliste : “Il ne faut pas se voiler la face, explique Daniel Vaillant. L’islam n’est pas riche à Paris, ce qui peut ouvrir la voie à des financements privés dont on ne peut établir la traçabilité. C’est une réalité sur laquelle on ne peut fermer les yeux.”

Le recours au bail emphytéotique (qui permet à une mairie de louer son terrain pour 99 ans moyennant un loyer modique) a permis, dès les années 70, de déplacer l’islam dit “des foyers” (salles de prières dans les foyers de type Sonacotra) vers des lieux autonomes. Des associations de fidèles ont mis en place sur ces terrains, parfois avec le soutien de fonds étrangers, des projets de “grandes mosquées” ou “mosquées cathédrales” (Mantes- la-Jolie, Evry…). Leur financement est en outre facilité par des subventions : “La mairie agit généralement sur le levier culturel, détaille Fabrice Marache, qui réalise un documentaire sur la construction de la “grande mosquée” de Poitiers1. Elle peut par exemple allouer des subventions à l’association culturelle qui gère le lieu en raison de la présence d’une bibliothèque ou d’une salle de cours.”

D’autres mosquées sont financées en totalité par des fidèles associés à des bailleurs privés, comme à Poitiers où l’UOIF finance 75 % de la construction. Mais une troisième formule existe : “De nombreux musulmans cherchent l’indépendance vis-à-vis des financements étrangers, poursuit le réalisateur. Cet islam dit “des pavillons” consiste alors en de petites unités de quartier, des maisons qu’une association loue ou achète pour organiser son culte.” A Paris, la mairie du XVIIIe a imaginé un système hybride : financé par la municipalité à hauteur de 22 millions d’euros, le centre culturel laïque (Institut des cultures d’islam) revendra une partie de ses locaux (700m2), pour quelques millions d’euros seulement, à une association cultuelle privée qui en fera un lieu de prière. Respectueux de la loi de 1905, ce système permet de sortir de l’impasse tout en contournant le bail emphytéotique, souvent assimilé par les tribunaux à une subvention. Le pari n’est pas gagné : si les responsables de la mosquée Al Fath se réjouissent du projet, le recteur de la mosquée Khalid Ibn Walid n’a pas encore manifesté sa volonté d’y prendre part.

En attendant la construction, à l’horizon 2014, la rue Myrha vit au rythme des arrangements entre municipalité, fidèles et riverains. Une situation surprenante, lorsque la police disparaît au profit du service de sécurité de la mosquée. Dans le quartier, on parle d’un accord tacite : “C’est informel parce qu’il est difficile pour le pouvoir d’Etat de contractualiser quelque chose d’illégal, éclaire Daniel Vaillant. Mais la police n’est pas absente.” C’est dans ces zones infralégislatives essentielles à la démocratie locale que s’enracine la sensibilité d’une mairie qui choisit de prendre en compte plutôt que d’interdire : “Les fidèles ne prient pas dans la rue par plaisir. J’assume donc cette cohabitation temporaire entre l’espace public et une démarche privée. Ce n’est pas bien, mais faute de mieux, on fait comme ça.

A quelques kilomètres, l’association qui gère la mosquée de Puteaux se heurte à une mairie à la sensibilité différente. “Au départ, on nous a cordialement laissé prier dans la rue, tandis que nous recherchions un lieu plus grand, relate M. El Madani, secrétaire général de l’association. Mais fin 2008, du jour au lendemain, on nous l’a interdit.” S’il reconnaît le trouble, il constate le peu d’empressement de la mairie : “Nous avions trouvé un terrain, mais la mairie l’a préempté. Nous avons alors opté pour l’achat d’un bâtiment, que diverses pressions ont empêché. Après des années d’attente, nous avons enfin obtenu un permis de construire pour surélever notre mosquée.” Egalement liée à la configuration du bâtiment, cette lenteur révèle cependant une difficulté fréquente : “Les préfets ont saisi le problème, mais cela coince parfois au niveau des municipalités, résume M. El Bekkai. Il nous faut parfois une dizaine d’années pour obtenir un permis.

Ces échafaudages municipaux témoignent de réponses politiques réalistes évoluant parfois à la lisière de la légalité, entre éthique et connaissance du terrain. Mais ces arrangements ne sauraient être valables sans la mise en avant des concepts laïcs qui les encadrent. En dépit de la proximité de certains musulmans avec des pays dans lesquels la séparation entre politique et religieux n’est pas établie, l’Etat laïc ne saurait devenir un bâtisseur de temples. “C’est un peu une leçon de droit appliqué à l’imprévu”, résume un riverain.

1. http://www.atelier-documentaire.fr

Source: lesinrocks.com


La prière peut très bien se faire chez soi, au chaud. Mais mieux vaut se regrouper dehors afin de bien se faire « stigmatiser » et surtout emmerder le monde dans les rues de Paris…

FDF

Provocation: à Mâcon, un futur minaret…

Filed under: immigration,islam,islamisation,mosquée,musulmans — francaisdefrance @ 08:56
Tags: , , ,

D’ici la semaine prochaine, le minaret du centre culturel de Mâcon sera érigé. Il jouxtera la coupole et constituera le symbole d’un nouveau lieu de culte pour les musulmans de la région. Financée par les 600 familles adhérentes de l’association culturelle turque de Mâcon (NDLR: c’est ça, c’est ça…) , la future mosquée s’intègrera dans un vaste ensemble culturel avec salle de jeux, accès internet, salles de classe, logement de l’imam… Située au sud de la ville dans le quartier de la Chanaye, la construction devrait être inaugurée d’ici un an. Tous les détails sur la construction de ce minaret dans l’édition du Journal de Saône et Loire de ce samedi 12 décembre.

Dhimmitude: la « belle » mosquée plate (?) de Belfort.

Filed under: immigration,islam,islamisation,mosquée,musulmans — francaisdefrance @ 08:49
Tags: , ,

Chroniques de la bêtise ordinaire…

Cachez ce minaret 
que je ne saurais voir. 
La contribution 
de Jean-Pierre Chevènement 
au débat ouvert après 
le référendum suisse tient de la célèbre phase de Molière. L’ancien maire dhimmi de Belfort a rappelé l’initiative prise dans sa ville avec 
la construction d’une mosquée « horizontale ». Laquelle « s’est parfaitement intégrée dans le paysage urbain, malgré sa proximité 
avec les fortifications 
de Vauban ». Que vient faire Vauban là-dedans, on ne 
le sait pas, mais on peut imaginer mieux. La mosquée ultraplate, la mosquée camouflée recouverte d’une chape de béton ou 
de branchages, 
la mosquée souterraine, la mosquée pliante et tenant dans une valiseJean-Pierre Chevènement, dont on sait qu’il est républicain et laïque (NDLR: ah bon ?) , 
ne devrait pas se freiner. Pourquoi seulement 
les mosquées  ? Pourquoi pas les cathédrales horizontales, ou en trapèze  ?

La mosquée de Belfort a été construite sur un lieu dénommé site de résistance…

Voir: http://fr.wikipedia.org/wiki/Citadelle_de_Belfort

Quel bonheur dans ces coulées de déclarations dont on s’étonne qu’elles puissent venir aussi de la gauche, de trouver une belle réaction d’une importante association juive américaine 
qui demande à la Suisse de « veiller au respect des libertés religieuses » et qui rappelle que « l’interdiction par référendum, il y a 
un siècle, de l’abattage des animaux 
selon les rites juifs, n’avait d’autre but 
que de faire partir 
les membres de 
la communauté 
de ce pays ».


Lameilhé (Castres): une mosquée près de l’école…

Filed under: immigration,islam,islamisation,mosquée,musulmans — francaisdefrance @ 08:43
Tags: , ,

On veut convertir nos « têtes blondes » ?

FDF

12/12/2009

Lameilhé. Le maire a animé une réunion de quartier à la MJC, jeudi soir, suivie par un large public.

Entre autres sujets abordés lors de la dernière réunion de quartier animée par Pascal Bugis, dans un auditorium de la MJC de Lameilhé bondé, celui d’un projet de réalisation d’une mosquée près de l’école Jacques-Prévert a été soulevé par un riverain, se désignant porte-parole de certains habitants du quartier. Il a exprimé l’inquiétude de quelques-uns en rappelant notamment que « l’avis des riverains n’a pas été consulté ; en outre, est-il judicieux d’implanter cette structure près d’une école ? » Selon le premier magistrat, ce projet privé n’est pas du ressort de la Ville. Signalant qu’une mosquée existe déjà à Castres, confrontée à des problèmes de stationnement, Pascal Bugis a ajouté : « Si ce projet abouti, il faudra voir s’il est compatible avec les règles d’urbanisme et la Ville aura son mot à dire (NDLR: et son obole à verser…) dans le cadre d’une demande de permis de construire. »

Source: Le Progrès

Racaille: encore un chauffeur de bus agressé à Dole (Jura).

Filed under: racaille — francaisdefrance @ 08:34
Tags: , ,

Dole : un chauffeur de bus du Grand Dole agressé aux Mesnils-Pasteur

Un chauffeur de bus du Grand Dole a été agressé jeudi vers 17 h 15 sur le quartier des Mesnils-Pasteur. Un individu l’a menacé avec une manivelle. Le chauffeur a pu refermer la porte à temps, mais un gros pavé a ensuite été lancé sur le pare-brise du véhicule de transport collectif. Très choqué, le conducteur a été pris en charge par les pompiers et les policiers. Le conducteur a néanmoins continué son travail, sans faire valoir son droit de retrait, ce qui aurait été légitime. Conséquence de l’agression : le conducteur était victime à 18 heures d’un incident cardiaque, heureusement sans gravité. Ce n’est pas la première fois que certains chauffeurs se font agresser ou insulter sur la ligne 2 qui dessert le quartier des Mesnils-Pasteur.

source : Le Progrès


Mesnil-Pasteur: ce n’est pas la police qu’il faut envoyer, c’est l’armée. Ah oui, c’est vrai, elle combat ailleurs, en Afghanistan, par exemple…

FDF

Sarközy: Oui aux minarets mais avec de la vaseline.

Filed under: dhimmitude,immigration,islam,islamisation,mosquée,musulmans — francaisdefrance @ 00:51
Tags: ,

7sur7: Le président français Nicolas Sarkozy ne dit pas non à la construction de minarets en France, après leur interdiction en Suisse, mais il met en garde contre toute “ostentation” et toute “provocation” dans la pratique des religions, dans une tribune mardi au journal Le Monde.

Peut-on répondre par oui ou par non à une question aussi compliquée, qui touche à des choses aussi profondes?“, s’interroge Nicolas Sarkozy. “Je suis convaincu que l’on ne peut que susciter des malentendus douloureux, un sentiment d’injustice, blesser les âmes en apportant une réponse aussi tranchée à un problème qui doit pouvoir être résolu au cas par cas dans le respect des convictions et des croyances de chacun“, ajoute-t-il, tout en rendant hommage à la démocratie suisse, “plus ancienne que la nôtre“.

Suite…