Francaisdefrance's Blog

07/12/2009

Piqûre de rappel…

Filed under: halal,immigration,islam,islamisation,musulmans — francaisdefrance @ 20:29
Tags: , ,

Invitation à la conférence de presse du 2 décembre 2009

  • Hervé de Charrette, Ancien Ministre des Affaires étrangères, Président de la Chambre de Commerce Franco-Arabe
  • Dr Saleh Al Tayar, Secrétaire Général de La Chambre de Commerce Franco-Arabe
  • Jean-Paul Laramée, Directeur Général de Secure Finance

Les organisateurs du 3ème Forum Français de la Finance Islamique vous invitent à la conférence de presse du mercredi 2 décembre 2009 à 11h au siège de la Chambre de Commerce Franco-Arabe. Cette conférence de presse sera l’occasion pour la Chambre de Commerce Franco-Arabe d’annoncer la création de l’Institut Français de Finance Islamique (IFFI) et d’en préciser les objectifs.

Lors de cette conférence, le Président de la Chambre de Commerce Franco-Arabe présentera, en avant-première, les accords de coopération qui seront signés à l’ouverture du Forum, avec la Banque Islamique de Développement, dont le Président, Dr Ahmad Mohamad Ali, viendra spécialement de Djeddah, pour consacrer l’IFFI comme partenaire privilégié et stratégique de la BID pour la promotion de la finance islamique en France et dans les pays francophones.

Le 3ème Forum Français de la Finance Islamique qui se tiendra à Paris, le 9 décembre 2009 rassemblera un plateau exceptionnel d’acteurs majeurs de la finance islamique mondiale, avec l’objectif de mobiliser de nouveaux moyens de financement alternatif, en faveur des entreprises et des collectivités territoriales françaises.

Source : Communiqué de Presse

Chambre de Commerce Franco-Arabe 250, bis boulevard Saint-Germain 75007 Paris. Merci de confirmer votre présence par mail ou par téléphone au 01 45 53 99 64 ou 01 42 22 69 51. Contact: Eric Helard / Najwa Ferreira.


IFOP: IFOPas nous prendre que pour des imbéciles!

Filed under: immigration,islam,islamisation,mosquée,musulmans — francaisdefrance @ 19:49
Tags: , ,
A diffuser massivement partout où le chiffre tendancieux de 41% a été publié pour rectifier

Français contre les mosquées: 41%?   NON c’est 68%

Source du sondage: http://www.lefigaro.fr/assets/pdf/Sondage-minaret.pdf
Voilà ce qu’un institut de sondages  rigoureux et qui ne cherche pas à égarer ses lecteurs aurait dû publier:
41% des Français ayant participé au sondage sont contre les mosquées. 40% ne se sont pas prononcés c’est à dire n’ont répondu ni par oui ni par non. Par conséquent  un calcul d’arithmétique élémentaire indiquant que sur 100 personnes sondées 41 disent non à la mosquée sur 100-40 qui se sont prononcées donne les calculs suivants 41/(100-40)=41/60=0,683…ce que l’on arrondit à 68/100=68% . Donc en fait plus de 68% des Français ayant exprimé une opinion en répondant oui ou non sont contre les mosquées. Autrement dit si ce sondage était traduit en langage de résultats électoraux le score serait
68% de Français sont contre les mosquées et 32% pour.
On est loin des 41% annoncés. L’IFOP ne ment pas directement mais plutôt  par omission. L’IFOP dissimule,  truque, insinue…on est là très loin de la rigueur scientifique qu’on serait en droit d’attendre d’un institut de sondages.
Tous les détails sur les embrouilles de l’IFOP à cette page : http://tinyurl.com/yl7kgzf

L’islam n’est pas violent (???), mais il peut le devenir

Filed under: immigration,islam,islamisation,mosquée,musulmans — francaisdefrance @ 19:46
Tags: , , ,
7 décembre 2009

Carlos Ilich Ramirez Sanchez

Attention lecteur. Aujourd’hui, on polémique. Ça va parler islam, politique, violence et banlieues. Un vrai morceau de rap, en somme.

Nul besoin d’être très avancé en herméneutique pour découvrir cette évidence : un texte est toujours ambigu. Plusieurs interprétations d’un même texte sont toujours possibles. Certaines significations d’un texte apparaissent être plus subjectives qu’objectives. Sur certaines questions, le sens réside plus dans l’esprit du lecteur que sur le papier.

C’est particulièrement le cas avec un texte religieux. Plus c’est ambigu, plus on glose. Car déjà lorsque c’est peu ambigu, il arrive qu’on glose. En philosophie par exemple, où le « vieux Kant », comme le surnommait Nietzsche, est considéré par certains comme cet esprit éclairé, Père du rationalisme moderne et des sociétés ouvertes, alors qu’au contraire un autre comme Onfray pourra dire qu’il est en fait la source théorique du IIIe Reich.

Avec quelque chose de moins ambigu encore que la philosophie, comme un texte à prétention scientifique, il reste encore possible de gloser. Les Éléments d’Euclide furent longtemps un texte que l’on pensait définitif et achevé. Cependant, un beau jour du XIXe siècle, on questionna l’axiome des parallèles pour tester sa solidité, avec les suites que l’on sait. On tira des interprétations opposées de ce manque de consistance : géométrie elliptique et géométrie hyperbolique.

Avec un texte religieux, dont la particularité est sans doute l’ambiguïté, mais aussi le fait qu’il s’applique à des matières non empiriques au sujet desquelles toute science est impossible, une multitude d’interprétations sont possibles.

C’est pourquoi caractériser la nature d’une religion par le simple texte n’a aucun sens, car le simple texte n’a aucun sens. Le simple texte n’a aucun sens, car c’est le lecteur qui lui donne un sens. Par suite, c’est le pratiquant qui donne un sens à la religion. Plus que le dogme religieux, c’est le rite religieux qu’il faut étudier. Non pas chercher à saisir une hypothétique essence d’une religion, mais le comment on la pratique, comment peut-on la pratiquer, comment est-il possible qu’on la pratique ainsi et pas autrement. (Appliquer une méthode nominaliste en quelque sorte, supposer au moins à titre d’hypothèse que les grands universaux – LA Religion, L’Islam, – que l’on pense exister n’existent pas, et comprendre au contraire comment ils se constituent en tant que pratiques parfois hétérogènes.)

Il n’y a donc pas d’islam en soi, de même qu’il n’y a rien dans cette religion qui soit irrémédiablement constitué, absolu, inchangé et immuable. Le fameux djihad par exemple signifiera pour certains la lutte à mort contre tous les infidèles, alors que pour d’autres il signifiera simplement une lutte intérieure purificatrice contre ses mauvais penchants. (À en croire une source fiable, les théologiens musulmans recenseraient classiquement 14 formes de djihad, pas moinsse.)

Un monde sépare ces deux interprétations : une totalitaire et une tolérante. Une interprétation sépare ces deux mondes : celui du totalitarisme et celui de la tolérance. (Ces derniers temps, j’essaie d’écrire comme Charles Péguy.) Ce qu’on observe, c’est que les mêmes éléments constitutifs d’une même religion peuvent se prêter à des interprétations opposées. L’islam peut être totalitaire. L’islam peut être tolérant.

Jusqu’ici lecteur, rien de neuf et de bien pertinent. Toi qui t’attendait à de la castagne, tu es peut-être déçu. Attends la suite qui est peut-être plus contestable.

Franz FanonHistoriquement, il se trouve que les terres de l’islam furent grandement colonisées par l’envahisseur européen. Du Maghreb au Machrek, pas un centimètre que l’homme blanc n’ait pas foulé de ses gros pieds et souliers noirs (c’est de là que vient l’AOC « Pieds-Noirs ») afin tantôt d’asservir les sauvages (conception exploitatrice du colonialisme), tantôt de les éduquer (conception civilisatrice). L’islam, la religion de l’autre, devint par contrecoup la religion du « damné de la terre » (Franz Fanon). C’était la religion de l’oppressé. C’est devenu la religion des minorités, des marginalisés, des exploités.

L’islam permet une interprétation violente. On l’a vu. Ce sont les faits. L’islam peut être ainsi un bon moteur pour organiser la rébellion, la résistance, la révolution. Les exemples ne manquent pas. La révolution iranienne fut sans doute l’un de ces moments historiques où la religion permit non pas d’asservir politiquement l’homme, d’aliéner les classes populaires comme le voulait l’interprétation marxiste faisant d’elle l’opium du peuple aux mains des classes dominantes, mais au contraire de libérer politiquement (entendre simplement : bousculer, à tort ou à raison, l’ordre politique existant, chahuter les classes dominantes ; que la révolution iranienne fut souhaitable ou pas est une question ici périphérique).

Parce que l’islam permet une interprétation violente, il a permis que les minorités s’en servent comme moyen de résistance contre les classes dominantes.

Les cas des conversions sont intéressants. Il arrive que certaines personnes issues des minorités étrangères au monde de l’islam se tournent vers cette religion. Tout comme il arrive que certaines personnes étrangères aux minorités et étrangères au monde de l’islam se tournent vers cette religion, car en guerre contres cette société et ses classes dominantes.

Les black muslims, la Nation of Islam fut précisément une tentative d’organisation de l’islam à des fins nationalistes, politiques : celle des Afro-Américains qui entendaient parfois presque bouter les WASP hors d’Amérique. Malcolm X n’était pas musulman, et il rejoint cette organisation moins dans des fins spirituelles que politiques. Mohamed Ali n’était pas musulman, et il en fit de même.

Le terroriste d’extrême gauche Carlos n’était pas musulman. Il n’était pas non plus issu des minorités : il était fils d’un riche avocat. En guerre contre la domination, il se convertit. L’extrême gauche, puis l’islamisme. L’extrême gauche et l’islamisme, mais pour une seule fin : la lutte contre la domination politique.

Que nos délinquants soient parfois musulmans apparaît ainsi simplement circonstanciel. L’islam est compatible avec la violence, et l’islam est la religion associée aux minorités oppressées. Nos délinquants pourraient ne pas être musulmans, si la religion associée aux minorités oppressées était autre. Même : quelle religion ne pourrait pas ne pas être compatible avec la violence ? Ils existent même certains bouddhistes terroristes, comme il existe des kantiens nazis (ou des nazis kantiens ?).

Il y a des convergences et des oppositions binaires canoniques, mais celles-ci sont simplement circonstancielles. On parle parfois d’une alliance des totalitarismes rouge-vert-brun. Le communisme, l’islamisme (ou simplement l’islam pour certains), le fascisme. Tous ont pour particularité de vouloir renverser l’ordre établi. Tous ont des ennemis communs : l’ordre établi. Les Américains, les Juifs, les Sionistes. C’est pourquoi on trouve des gens d’extrême gauche antisémites, comme on trouve des musulmans antisémites. Que certains s’allient : voir le triumvirat Soral-Dieudonné-Le Pen. Mais ceci est simplement circonstanciel.

Dire que la violence est consubstantielle à l’islam est faux. On n’est pas violent parce que l’on est musulman. Mais on peut devenir musulman, adopter tous les signes apparents de l’islam parce que l’on est violent, que l’on veut se révolter. Et l’on peut être violent parce que l’on a le sentiment de faire partie d’une minorité oppressée, ou parce qu’en guerre contre l’ordre établi. À tort ou à raison.

D’après: http://www.morbleu.com/lislam-nest-pas-violent-mais-il-peut-le-devenir/

Le minaret, expression conquérante de l’islam !

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 19:42
Tags: , , ,
décembre 6, 2009

Dans France catholique, Gérard Leclerc s’est montré hostile au vote suisse. Frédéric Pichon lui répond. Extraits :

M « L’accueil de religions étrangères à la civilisation européenne
constituerait-il le point d’orgue du message évangélique ?
Le but de
l’Eglise n’est-il pas d’annoncer le Christ ressuscité, vrai Dieu et
vrai homme, à tous les hommes? Il n’est pas de favoriser une hérésie
politico-religieuse d’essence totalitaire. Car une chose est d’assurer
la liberté religieuse – qui n’a rien à voir avec le syncrétisme et la
relativisme religieux- une autre est d’encourager la construction des
minarets qui ne font pas partie des piliers de l’islam mais qui
constituent une expression visible, spectaculaire et conquérante dans
un espace et une architecture qui sont chargés d’histoire, en l’espèce
d’un héritage chrétien
.

Le minaret symbolise notamment selon Rachid BENZINE dans « Les Minarets
de la discorde
 » une tour de guet et la victoire de l’Islam et atteste
que « ce qui était étranger est désormais endogène et transforme le
paysage architectural et historique du vieux continent
« . Sauf à
considérer un pays comme une juxtaposition de communautés, une espèce
de super-marché multiracial et multiculturel, qu’est-ce qui peut guider
un intellectuel catholique à craindre une réaction populaire contre un
signe visible d’une religion conquérante ? Le but du minaret n’est-il
pas destiné à l’appel du muezzin ? Si tel est le cas, nul doute que cet
appel violent, totalitaire, à la prière à la différence de l’appel
harmonieux des cloches de nos églises, marquera la manifestation de
l’emprise de l’Islam non pas seulement à destination de ses fidèles
mais également des non-musulmans
. Si tel n’est pas le cas, on ne voit
pas l’intérêt des minarets. A moins qu’il ne s’agisse de la technique
du voleur chinois qui grignote petit à petit du terain jusqu’au jour ou
son emprise est irréversible et où, devenu démographiquement
majoritaire, les non-musulmans n’ont d’autre choix que de se convertir.
Un intellectuel de votre trempe ne peut se méprendre sur ce dialogue de
dupes.

Enfin, à une heure où il est question d’intégration, le minaret
n’est-il pas au contraire un profond obstacle à l’insertion des
populations extra-européennes ?

Son
interdiction ne signifie pas la fin de la liberté religieuse, celle-ci
n’étant nullement remise en cause puisque les musulmans peuvent
librement pratiquer leur culte ce qui n’est pas le cas des chrétiens
dans les pays tels que l’Arabie saoudite, grands pourvoyeurs de fonds
des constructions de minarets
. »

Source: Michel Janva

Les architectes de la mosquée de Marseille poursuivent le FN…

dimanche 6 décembre 2009

FlammeYves Daoudal

Communiqué du FN 13 du 5 décembre 2009:


Le Front National des Bouches du Rhône est attaqué en Justice par les architectes de la grande mosquée de Marseille.

Les plaignants demandent la saisie du tract dénonçant le projet de grande mosquée qui a été distribué lors de la visite du marché de Noël et qu’ils estiment polémique.

L’affaire sera jugée devant le Tribunal de Grande Instance de Marseille le lundi 7 décembre 2009 à 14 heures.

Tous les Marseillais désireux de défendre la liberté d’expression et l’identité de leur ville sont invités à venir soutenir Maître de Saint-Just au TGI de Marseille lundi à 14h.

Source: http://tinyurl.com/y9tg48v

M. Hortefeux, il faut vous convertir à l’islam; vite !

Vite, une mosquée dans les jardins de l’Elysée! Ca fera faire des économies de carburant à nos chers élus…

FDF

Hortefeux condamne l’islamophobie et l’islamisme ???

06.12.2009

La France est « une République laïque qui doit protéger l’ensemble des cultes » a déclaré dimanche le ministre de l’intérieur, rappelant qu’en France existent 2.368 lieux (de trop) de cultes musulmans.

Brice Hortefeux, ministre de l'Intérieur

Brice Hortefeux, ministre de l’Intérieur

Interrogé sur la votation suisse « anti-minarets », le ministre de l’intérieur et des cultes Brice Hortefeux a rappelé dimanche 6 décembre sur Canal+ que la France était « une République laïque qui doit protéger l’ensemble des cultes », précisant que cette république devait « condamner à la fois l’islamophobie et l’islamisme radical ».
En France, existent 2.368 lieux de cultes musulmans recensés, allant de la simple salle de prière à la mosquée. Parmi eux, 64 mosquées ont des minarets, dont sept sont « élevés », a-t-il dit. Il a alors souligné que la construction de minarets « n’est pas une obligation religieuse », argumentant que certaines mosquées en sont dépourvues en république islamique d’Iran.

« Le débat sur l’identité, n’est pas la question de l’immigration, même [elle] en fait partie »

Brice Hortefeux a ensuite affirmé se reconnaître dans le discours du maréchal Lyautey, lors de l’inauguration de la grande mosquée de Paris en 1922, qui avait déclaré : « quand s’érigera le minaret que vous allez construire, il ne montera vers le beau ciel de l’Ile-de-France qu’une prière de plus dont les tours catholiques de Notre-Dame ne seront pas jalouses ». En France, la construction d’une mosquée relève des élus locaux, mais le ministre a souligné à ce propos que les instances régionales du Conseil français du culte musulman étaient des « lieux qui permettent le débat entre les collectivités et les instances musulmanes ».
A 57,5%, les Suisses ont approuvé le dimanche 29 novembre l’interdiction de construction de minarets, lors d’un référendum tenu à l’appel de la droite populiste. Cette votation a eu lieu au moment où, en France, était lancé par le gouvernement français le débat sur « l’identité nationale ». Brice Hortefeux a estimé, alors que ce débat controversé tourne largement autour de l’immigration, à quelques mois des régionales, que  » le débat sur l’identité, ce n’est pas la question de l’immigration, même si l’immigration en fait partie ». « Ce débat sur l’identité doit servir à renforcer la cohésion de notre société », a-t-il ajouté.

Source: (Nouvelobs.com)

CAUSE ET CONSEQUENCE DE L’IMMIGRATION DE MASSE.

Filed under: immigration,islam,islamisation,mosquée,musulmans — francaisdefrance @ 12:59
Tags: ,

D’analyses en analyses , je crois qu’il serait temps de rediscuter  de la relation ” cause et conséquence(s) ” .
Loin de moi l’envie d’un long discours philosophique ou psychanalytique , bien au contraire .Il s’agit simplement de rappeler que ce n’est pas parce que l’on a cerné une Cause , ou bien même , la Cause profonde que nous pouvons nous permettre d’en oublier les Conséquences ou pire de ne pas les considérer comme négatives et dangereuses si tel est le cas .

Nous connaissons tous, je pense , ici , la Cause de l’immigration de Masse , nous la trouvons dans l’Organisation Mondialiste .Ne pas vouloir faire obstacle à la Conséquence de cette Cause me semble être une grave erreur si l’on est Nationaliste ou Patriote .

L’Implantation de Mosquées découle directement du plan des mondialistes .Faudrait-il aller dans ce sens et laisser faire ?
Non , il faut être vigilant et  obtenir l’arrêt de ces implantations en France .

Les Suisses ont dit Non , et les français diraient Non , eux aussi , les sondages le prouvent .

Nous devons être conscients  des causes et des volontés des “grands élus” ,pour autant, nous ne devons pas  baisser la garde devant cette immigration massive , d’où qu’elle vienne !


La France risque de voir son héritage disparaitre au profit d’une culture imposée …Ne faisons pas l’autruche et demandons une consultation nationale , dans le respect de la démocratie française !


source : http://cequejenp.canalblog.com/