Francaisdefrance's Blog

05/12/2009

Droits de l’Homme et islam: Il y a vraiment des baffes qui se perdent…

Filed under: dhimmitude,immigration,islam,islamisation,mosquée,musulmans — francaisdefrance @ 17:46
Tags: , , ,

Depuis le vote suisse contre les minarets, je suis écœuré par ces voix hypocrites de politiques et journaleux qui s’élèvent pour accuser et condamner le vote anti-islam !!!

On vous entend parler des Droits de l’Homme, de la Cour Européenne, des Institutions Machins, de la Ligue Mon Cul, de vote scandaleux, d’électeurs manipulés par l’extrème-droite, de vote non-démocratique en droit constitutionnel, de la liberté de culte…

Mais de quelle liberté parlez-vous ?????

Hein ? de quelle liberté…

ET QUAND DES JEUNES FILLES SONT BRÛLÉES VIVE OU DÉFIGURÉES  À L’ACIDE, EN FRANCE OU DANS LE MONDE,  PARCE QU’ELLES  ONT DÉSHONORÉ LEUR FAMILLE MUSULMANE, VOUS PARLEZ DES DROITS DE L’HOMME OU DES DROITS DE LA FEMME ?????

QUAND UNE JEUNE FILLE EST FOUETTÉE POUR UNE JUPE TROP COURTE, VOUS PARLEZ DES DROITS DE LA FEMME ?????

QUAND UNE JEUNE FILLE EST LAPIDÉE QUELQUE PART DANS UN PAYS ISLAMIQUE, VOUS PARLEZ DES DROITS DE LA FEMME ?????

QUAND UN COUPLE ADULTÈRE EST ASSASSINÉ PAR UNE FOULE DE MUSULMANS EN IRAN  À COUP DE PIERRES ET DE CAILLOUX, VOUS PARLEZ DES DROITS DE L’HOMME ET DE LA FEMME ?????

QUAND LES DESSINATEURS ET JOURNALISTES QUI SE PERMETTENT DES CARICATURES DU PROPHÈTE SONT MENACÉS DE MORT PAR LES MUSULMANS, VOUS PARLEZ DES DROITS DE L’HOMME ?????

QUAND DES HOMOSEXUELS SONT PENDUS EN IRAN PARCE QUE L’ISLAM PROSCRIT L’HOMOSEXUALITÉ, VOUS PARLEZ DES DROITS DE L’HOMME ?????

QUAND THEO VAN GOGH EST ASSASSINÉ PAR UN ISLAMISTE, QUAND CE MUSULMAN AFFIRME NE PAS AVOIR DE COMPASSION POUR LA MÈRE DE LA VICTIME PARCE QU’ELLE N’EST PAS MUSULMANE, VOUS PARLEZ DES DROITS DE L’HOMME ?????

QUAND DES MUSULMANS DÉFILENT DANS LES RUES AVEC DES PANNEAUX OÙ L’ON PEUT LIRE : « GOD BLESS HITLER », « DIEU BENISSE HITLER »,  VOUS PARLEZ DES DROITS DE L’HOMME ?????

VOUS AVEZ HONTE DE RIEN, VRAIMENT!!!

Vous piétinez les Droits de l’Homme, vous les bafouez en les utilisant pour renforcer le pouvoir d’une religion-politique dangereuse pour l’avenir du monde, l’avenir de vos enfants et petits-enfants…

Et ne me parlez pas d’islam modéré d’un côté et de fanatiques de l’autre, personne ne vous croit.

Vous me dégoutez encore plus que ces fanatiques religieux fascistes.

Vous léchez le cul des islamistes, vous baissez vos frocs devant les islamistes, parce que vous avez peur.

J’ai envie de vomir… D’ailleurs, j’y vais.


D’après un excellent billet de: http://bondieuseries.hautetfort.com

Minarets: Le piège de la loi…

05.12.09

Les musulmans pleurent et (essaient) de nous faire peur… Article récupéré dans Le Monde, lisez bien; consternant…

FDF

Prompte à faire la leçon à la Suisse, au lendemain de sa votation contre la construction de minarets, la France, en plein débat sur l’identité nationale, ferait bien de s’interroger sur l’image qu’elle renvoie de l’islam avec le psychodrame qu’elle se joue, depuis six mois, sur la burqa. Le 15 décembre, la mission parlementaire sur le port du voile intégral – qui, aux dires de la direction centrale du renseignement intérieur, ne concernerait, en France, que 367 musulmanes – achèvera ses auditions. Début 2010, elle rendra son rapport. Au risque de court-circuiter ces travaux, Jean-François Copé, président du groupe UMP de l’Assemblée nationale, d’emblée partisan d’une loi d’interdiction, organisera, le 17 décembre, son propre colloque…

En France, le port du voile mobilise les responsables politiques.

En juillet 2008, le Conseil d’Etat avait jugé que la dissimulation intégrale du corps féminin constituait un « défaut d’assimilation » interdisant à une Marocaine, mariée à un Français, d’obtenir la nationalité française. Un an plus tard, le 22 juin, Nicolas Sarkozy a renchéri devant le Congrès : « Je veux le dire solennellement : la burqa n’est pas la bienvenue sur le territoire de la République française. » Le 12 novembre, dans la Drôme, M. Sarkozy, qui avait prôné au début de son mandat une « laïcité positive », a réitéré son refus : « La France est un pays où il n’y a pas de place pour la burqa, où il n’y a pas de place pour l’asservissement de la femme sous aucun prétexte. »

Il y a un consensus aujourd’hui pour estimer que non seulement la burqa ne relève pas d’une prescription religieuse, mais qu’elle est en elle-même, selon la formule du professeur d’islamologie Tariq Ramadan, « une atteinte à la dignité des femmes ». Pour autant, on a peine à croire que la laïcité, valeur cardinale de la République, serait mise en péril par cette pratique ultra-minoritaire.

Le recours à une loi, après celle du 15 mars 2004, sur l’interdiction des signes religieux à l’école, présente nombre d’inconvénients. Il témoigne d’une fâcheuse propension à abuser des lois de circonstance dès qu’un problème surgit. Il pose la question de savoir si, au nom de la laïcité, c’est au législateur de définir les « bonnes pratiques » de l’islam, ou de toute autre religion. Il interroge sur une conception des libertés publiques qui verrait la République réglementer la bonne tenue de ses citoyens dans l’espace public. Mieux vaut faire appel à une pédagogie de la persuasion, à laquelle adhère la majorité de la communauté musulmane, que de céder à la facilité d’une loi qui risque d’être perçue comme stigmatisante et de réveiller les extrémismes.

Source: un « journaleux-dhimmi » du Monde.

Sortez vos mouchoirs: Les fidèles de la mosquée d’Evry entre lassitude et agacement.

Filed under: immigration,islam,islamisation,mosquée,musulmans — francaisdefrance @ 17:22
Tags: , ,

Ouinnnnnn, la « stigmatisation » a encore frappé !

FDF
05.12.09

Le ton est parfois ironique, parfois inquiet. Mais la question est la même. Lancinante. « Jusqu’où iront-ils ? » En costume cravate, en saroual ou en djellaba, les fidèles de la mosquée d’Evry (Essonne), qui, après la prière du vendredi 4 décembre, regagnent dans le froid leur bus ou leur domicile, partagent une même lassitude, un même agacement, parfois une même colère envers tous ceux qui, depuis des semaines, placent l’islam et les musulmans au coeur des débats de société.

La chef de la diplomatie helvétique Micheline Calmy-Rey revient sur la polémique suscitée par le vote anti-minarets.

Au pied du minaret de 25 mètres qui surplombe cette mosquée-cathédrale à l’architecture arabo-mauresque, les fidèles ne comprennent pas trop « où est le problème ». Depuis quinze ans, l’édifice se partage avec la cathédrale de brique rouge implantée à quelques centaines de mètres le ciel de cette ancienne « ville nouvelle ». Son recteur, Khalil Merroun, se pose en défenseur « acharné » de la laïcité et de « l’islam de France ».

Un concept défendu par le premier ministre, François Fillon, dans sa contribution au débat sur l’identité nationale, vendredi.

Pour le religieux musulman, les responsables politiques qui, dans la foulée de la votation suisse, se sont interrogés sur la pertinence de construire des minarets en France ont fait « une entorse à la laïcité ». « Et le référendum suisse leur a permis de dire tout haut ce qu’ils pensaient », juge-t-il.

Les fidèles font part de leurs interrogations de manière plus abrupte. « Après la burqa, après les minarets, la prochaine étape, ce sera quoi ? L’interdiction des mosquées ? », lance Mehdi, un jeune homme venu d’une ville voisine, la chapka enfoncée sur les oreilles. A peine remis de la loi de 2004 interdisant le port du foulard islamique à l’école, qu’ils ont perçue comme une stigmatisation de l’islam, beaucoup pensaient « être tranquilles pour un moment ». « Or chaque jour apporte son lot de piques contre l’islam « , déplore Abderrahman Madani, un chef d’entreprise de 52 ans.

« Aujourd’hui, le risque c’est que les gouvernements aillent toujours plus loin dans la stigmatisation pour faire diversion par rapport à la crise et à tous les autres problèmes », s’inquiète Rachid Cherifi, un Franco-Algérien de 30 ans. Le jeune homme a revêtu pour la prière une kamis (longue chemise) sous son blouson noir. Convaincu que « la majorité des musulmans de France pratiquent leur culte tranquillement, comme les bouddhistes », il s’insurge contre les « provocations » actuelles envers sa religion : « Ce n’est quand même pas l’islam qui va changer la Ve République !  » « A travers la burqa, ce sont tous les musulmans qui sont visés », déplore aussi Saïd, un dessinateur de 43 ans. « Or même si ces femmes sont minoritaires, il faut respecter leur liberté. »

Chacun à sa manière décrypte les débats en cours sur les minarets ou le port du voile intégral et beaucoup redoutent la remontée de l’extrême droite aux prochaines élections. « On voit tous les clichés racistes qui resurgissent comme dans les années 1980 », regrette M. Madani. « On ne va pas remplacer les juifs des années 1930 et servir de boucs émissaires, alors que l’on participe à la vie économique, associative, sociale, que l’on paye des impôts ! On est intégrés, la question n’est plus là. Alors qu’est-ce qu’ils cherchent ? « , s’interroge calmement ce Marocain installé en France depuis trente et un ans. « Une chose est sûre, le climat se tend. Politiquement, c’est inquiétant pour l’avenir », estime Saïd, qui vit en Seine-Saint-Denis.

En écho à ce trouble et devant une mosquée comble, le président du Conseil français du culte musulman (CFCM), Mohammed Moussaoui, qui, de manière exceptionnelle, dirigeait la prière de ce vendredi à Evry, a prêché « la justesse et le compromis « . « Il faut savoir rester juste même face à ceux qui manifestent de l’animosité à votre égard », a-t-il défendu en arabe et en français, en citant le verset de « la bonté pieuse ». « Un climat de tensions n’est jamais bénéfique pour les musulmans ».

« En cette période de débat sur les pratiques religieuses », il a appelé les musulmans à ne pas choisir la « visibilité ostentatoire afin d’éviter toute stigmatisation ». Mais, a-t-il précisé, « il n’est pas non plus acceptable que certains poussent les musulmans à la relégation et à la discrétion totale. Il faut trouver un compromis « . « Il faut que tous ces débats soient l’occasion pour les responsables politiques de réaffirmer l’égalité des cultes en France », nous a aussi déclaré M. Moussaoui avant la prière.

En préambule, le responsable de la mosquée, M. Merroun s’était adressé à ses fidèles à propos du référendum suisse : « Le rejet de l’islam existe, mais je n’ai pas de crainte pour l’islam ; il avance doucement. En revanche, j’ai de la crainte pour l’avenir des musulmans. Notre avenir passe par notre participation positive à la citoyenneté. Nos concitoyens français ne peuvent pas lire le Coran. Pour eux l’islam, c’est nous. Nous devons donner une image positive de l’islam. »

A la sortie de la mosquée, M. Madani s’inquiétait toutefois de voir les musulmans « se replier et s’isoler davantage ». « Ce serait dommage car si on n’aimait pas ce pays, on n’y aurait pas construit notre vie, fait des enfants ou monté des entreprises. »

Source: http://tinyurl.com/yjomamx


C’est dommage, je donne déjà pour les causes nationales, sinon…

FDF

Mosquée de Bordeaux : Alain Juppé refuse d’organiser un référendum !

Filed under: dhimmitude,immigration,islam,islamisation,mosquée,musulmans — francaisdefrance @ 10:45
Tags: , ,




4 décembre 2009

Alain Juppé ne veut pas en démordre : il y aura une Grande Mosquée à Bordeaux. Financée en partie par la ville, c’est-à-dire par les contribuables. Et pas question de permettre aux Bordelais de se prononcer par référendum.

Alain Juppé s’apprêtait hier soir à quitter le conseil de quartier de La Bastide, là où doit être implantée la Grande Mosquée, quand, devant une salle comble de 200 personnes, une dernière question lui a été posée. Elle portait sur l’emplacement exact de l’édifice religieux, sur son financement et sur la possibilité de consulter les Bordelais par voie référendaire sur le modèle de la récente votation en Suisse avant d’engager plus avant le processus. Une question vivement applaudie par une partie des habitants de La Bastide, qui semblaient apprécier que le sujet soit enfin abordé de façon directe.

Conseil municipal à la Bastide

La réponse du maire de Bordeaux a été tout aussi directe dans le ton : « Je suis navré de tant de démagogie contre les musulmans de France. Ils ont besoin d’un lieu de culte et la mairie ne s’y opposera pas. C’est une question de respect. » On notera l’emploi de la formule « musulmans de France » : ce ne sont donc pas les seuls Français musulmans qui sont choyés. Mais sur les points concrets et précis qui étaient soulevés, Alain Juppé s’est montré bien plus fuyant. L’emplacement exact ? Il n’est pas déterminé. La promesse faite à Tareq Oubrou d’un « bail gratuit » durant 99 ans, ainsi que l’imam l’a révélé dans un entretien en septembre dans un entretien à Novopress Aquitaine ? Rien n’est signé. L’achat du terrain, déjà effectué, pour la somme de 4,2 millions d’euros ? Pas de réponse.

Pas de réponse non plus du maire de Bordeaux sur la proposition qui lui était faite par l’intervenant, le président du Collectif contre la Grande Mosquée de Bordeaux, d’utiliser ce terrain de 53 235 m2 pour y bâtir des logements sociaux pour les Français mal logés en locatif simple ou en accession à la propriété. Alain Juppé venait pourtant de justifier des projets très contestés dans le quartier de La Bastide par les besoins locatifs dans la ville…

Quant à l’idée d’organiser un référendum, c’est niet. Pour lui, sa réélection à la mairie de Bordeaux est en soi suffisante pour donner une légitimité à l’édification de cette Grande Mosquée. L’argument, si l’on peut dire : le Front national, qui avait fait campagne contre la mosquée, n’a recueilli que 6 % des voix. C’est la « preuve » que ses administrés ne sont pas opposés à la mosquée. Une « preuve » par l’absurde. En Suisse, sur la question précise des minarets, les électeurs ont répondu non à 57 %. L’UDC, qui était seule à défendre l’interdiction des minarets, pèse 30 % du corps électoral.

Alain Juppé, qui avait fait remarquer que les conseils de quartier de La Bastide, sont toujours « musclés », n’était pas au bout de ses peines. A la sortie, il s’est retrouvé nez à nez avec une quinzaine de militants du Bloc identitaire avec lesquels il a refusé de débattre. Ceux-ci étaient venus distribuer un tract sur le thème : « Grande Mosquée de Bordeaux : pourquoi il faut un référendum ». Parmi les arguments avancés par le Bloc identitaire : « Parce qu’aucun débat sérieux sur ce projet de Grande Mosquée n’a jamais eu lieu, y compris au conseil municipal ! Parce que la mairie de Bordeaux a déjà contourné la loi de 1905 sur la laïcité avec l’achat de ce terrain et s’apprête à faire pire encore […] en apportant la contribution financière des Bordelais – comme une quête forcée ! – sous couvert de financement de la partie « culturelle » de l’édifice ! Parce que les Bordelais n’ont jamais été informés sincèrement sur la personnalité de l’imam Tareq Oubrou [qui] a tenu à conserver la double nationalité franco-marocaine […], appartient à l’UOIF, émanation des Frères musulmans […], est dans une logique de conquête », etc.

« Des logements pour les nôtres ! Pas de mosquée pour les autres ! », réclame le Bloc identitaire. Remarque d’un habitant de La Bastide à la lecture du tract : « Qu’ils aillent donc construire leur mosquée à la mairie ! »

Source: Novopress.info

Les travaux de la future mosquée d’Échirolles n’en finissent pas de faire débat.

Filed under: immigration,islam,islamisation,mosquée,musulmans — francaisdefrance @ 10:38
Tags: , ,

A quand des parkings halal à proximité des mosquées?

Vendredi 4 décembre

Après une première suspension du permis de construire en août, hier encore, le dossier était présenté devant le tribunal administratif de Grenoble où l’association de quartier Jean-Jaurès, riveraine du lieu de culte, et 232 habitants souhaitaient tout bonnement faire annuler l’arrêté en date du 12 mars 2008 par lequel le maire d’Échirolles a délivré un permis de construire à la société civile immobilière Eden en charge du projet.

En cause selon les requérants, un nombre de place de stationnement inadapté pour les 1 200 personnes que le lieu pourra accueillir. Le rapporteur public concluait ainsi que « le nombre de places est manifestement inadapté, inapte à assurer le stationnement de tous les véhicules induits par l’utilisation d’un tel projet ». suite

Le Post

Dhimmitude: Grande mosquée : Alain Juppé doit organiser un référendum !

Filed under: dhimmitude,immigration,islam,islamisation,mosquée,musulmans — francaisdefrance @ 10:33
Tags: , , ,

Vendredi 04.12.2009En mars dernier, Alain Juppé avait accusé le pape de vivre « une situation d’autisme total ». C’est décidément « celui qui dit qui est ».

    Interpellé hier soir lors du conseil de quartier de La Bastide, où doit être édifiée une Grande Mosquée, sur la possibilité d’organiser un référendum sur l’implantation de celle-ci et la participation de la ville à son financement, Alain Juppé a opposé un refus catégorique. Une bonne partie de la salle venait pourtant de manifester son approbation d’une telle initiative par ses applaudissements.
    Le Bloc identitaire Aquitaine réclame donc à Alain Juppé, sur la base de l’article L.O. 1112-1 du Code général des collectivités territoriales et en dehors de tout aspect politicien, d’organiser un référendum sur l’édification d’une Grande Mosquée à La Bastide avec l’aide financière de la municipalité de Bordeaux.
    La question pourrait être ainsi formulée :
    « Etes-vous d’accord pour que la mairie de Bordeaux apporte une aide, de quelque nature que ce soit, à l’implantation d’une Grande Mosquée sur le territoire de la commune ? »
    Comme l’a très justement remarqué Alain Juppé hier soir : les Bordelais manquent de logements. Le Bloc identitaire Aquitaine fait justement cette contre-proposition : le terrain de 53 235 m2, acquis pour 4,2 millions d’euros, doit être affecté à la construction de logements sociaux pour les Français qui ont de plus en plus de mal à se loger. Ils pourraient mêler locatif simple et locatif avec accession à la propriété.
    Les impôts des Bordelais doivent être affectés à l’action sociale en faveur des plus démunis de nos compatriotes, pas au denier du culte musulman.

    Contacts Bloc identitaire Aquitaine :
    aquitaine@bloc-identitaire.com
    06 37 24 27 15

    Islamisation: le bal mosquées…

      Progressivement, les mosquées envahissent le paysage français. Avec ou sans minaret. Mais rarement sans la coupole et le plus souvent bien reconnaissables.


      Alain Xoual, l’un des deux patrons de l’entreprise Pierre B. à Golbey, dans les Vosges, vient d’achever le gros œuvre de la mosquée d’Epinal. Et à l’en croire, elle n’est pas cachée. «Elle est au bord de la voie de contournement. Il y a pas mal de gens qui passent, on la voit très bien», dit-il. Sur le site de l’Association culturelle musulmane des Vosges, on voit la vidéo de la pose de la première pierre par le député et maire (UMP), Michel Heinrich, qui évoque alors la nécessité «que chaque religion puisse pratiquer en toute transparence». Au nom de «la laïcité». La coupole sera bientôt posée. «Apparemment, les gens, ça ne les choque pas trop», note Alain Xoual. Comme la plupart des chantiers de mosquée, celui-ci a été engagé alors que tous les financements n’étaient pas réunis. L’entreprise doit alors faire confiance à son client. «On nous disait qu’on allait se faire avoir, se souvient l’entrepreneur. Tous les règlements ont été respectés.»«C’est une très bonne référence.» Pierre B. mettra la mosquée d’Epinal sur sa plaquette.

      Une exception, ce chantier ? Une plongée dans les archives du Moniteur du bâtiment montre que les choses évoluent. Jusqu’en 2007-2008, les articles regorgent de recours et d’annulations de permis de construire. La mosquée de Belfort naîtra ainsi dans l’épreuve de force. Un préfabriqué abritait les pratiquants au pied des remparts de la ville. Mais quand Jean-Pierre Chevènement autorise une reconstruction en dur, des associations de commerçants et l’architecte des Bâtiments de France s’y opposent. L’ancien ministre obtiendra un feu vert de la direction du patrimoine à Paris. La mosquée se verra longtemps reprocher d’avoir, par sa présence, fait échouer la candidature des remparts Vauban de Belfort au patrimoine mondial de l’Unesco. Sans qu’on parle même du minaret.

      Les mosquées ont longtemps fait problème. A Marseille, une première avait été bâtie en 2005, avec un minaret de 17 mètres, «une mosquée significative qui a l’air d’une mosquée», disait alors le maire, Jean-Claude Gaudin. Un projet de grande mosquée, lui, va se passer beaucoup plus mal. Les élus hésitent des années avant de céder un terrain de plus de 8 000 mètres carrés. Recours du Front national, du MNR et du MPF de Philippe de Villiers et annulation de la cession. Le projet n’a pu redémarrer qu’en 2008 et les travaux sont pour le printemps prochain. Le cabinet d’architecture BAM l’a dotée d’un minaret.

      Ce dernier pourrait aussi revenir sur la silhouette de la grande mosquée de Strasbourg, prise dans les affrontements politiques. Voulue par la gauche, ratatinée par la droite qui lui a coupé le minaret, elle pourra le récupérer si l’architecte, Paolo Portoghesi, le souhaite, a assuré Roland Ries, nouveau maire (PS).

      Loin de ces polémiques, au cours des dernières années, des mosquées ont poussé « sans tapage » à Quimper, Mulhouse, Colmar, Montbéliard, La Rochelle, Châtellerault, Vernouillet… A Clermont-Ferrand, le minaret a été descendu de 24 à 16 mètres pour des règles urbaines. A Créteil, il a 25 mètres.