Francaisdefrance's Blog

04/12/2009

Les policiers manifestent et refusent de « faire du chiffre » sans toucher à la racaille…

Filed under: immigration,racaille — francaisdefrance @ 18:47
Tags: , , ,


4 décembre 2009

Les gardiens de la paix ont beau avoir laissé leurs uniformes au vestiaire, ils ont tout de même conservé leur sens de l’ordre. Bien groupés sur le large trottoir qui borde le ministère des finances, les policiers en colère ne troublent pas l’ordre public et dénoncent d’une seule voix « la politique de chiffres » à laquelle ils se disent soumis. Une politique qui nous « éloigne du métier de police pour lequel on s’est engagé » témoigne un gardien de la paix des Yvelines, en bleu depuis vingt ans.

«Des quartiers sont devenus imperméables aux forces de police.»

« Lorsque la brigade reçoit le message d’augmenter ses statistiques d’élucidation, il est plus rentable de se poser au coin d’une rue un peu roulante et de faire du contrôle routier que de traquer des délinquants. La hiérarchie préfère les bons chiffres. »

Jean, vingt ans de maison, estime que le tournant a eu lieu avec le millénaire : « Depuis le début des années 2000, nous n’avons plus les moyens de nos missions. Notre véhicule break affiche 160 000 km au compteur, poursuit Benoît. « Une partie de notre matériel informatique, c’est de la récup’ dans les bureaux d’une compagnie d’assurance qui a fermé boutique », raconte un autre gardien de la paix.

Souvent le choix de ne pas intervenir est lié au rendement attendu. Une logique qui a créé des zones de non-droit, reconnaissent du bout des lèvres les policiers. »Des quartiers sont devenus imperméables aux forces de police. Si nous intervenons, cela dégénère, et nous devons mobiliser d’autres collègues. Et pour finalement quel résultat ? Les interventions ont un coût », expliquent plusieurs membres d’une même brigade.

Source (via FDS): Le Monde

En revanche, si vous, Français, vous vous faites arrêter sans ceinture…

FDF

Vidéo: L’islam rêve de conquérir l’Europe… Et « ILS » s’étonnent de leur soi-disante « stigmatisation » ?

Filed under: islam,islamisation,musulmans — francaisdefrance @ 18:12
Tags: , ,

C’est repiqué sur un blog du FN, mais force est de constater…

FDF

Vidéo: http://www.eric-dillies.fr/archive/2009/12/03/l-islam-reve-de-conquerir-l-europe.html


Les Français ne voient pas l’islam d’un bon œil… Et ça vous étonne ?

Filed under: immigration,islam,islamisation,mosquée,musulmans — francaisdefrance @ 18:03
Tags: , , , ,

Mosquées et minarets ne sont pas essentiels à l’islam… Surtout en Occident.

vendredi 4 décembre 2009

Deux enquêtes d’opinion de l’Ifop et de BVA tendent à témoigner d’une crispation certaine des Français à l’égard de l’islam.
Les mosquées ne sont pas bien vues des Français. Et les minarets encore moins. C’est ce qui ressort de deux enquêtes d’opinion que viennent de réaliser les instituts Ifop et BVA, l’un pour Le Figaro et l’autre pour Canal+. 41 % de nos concitoyens se disent franchement opposés à l’édification de mosquées et 46 % se prononcent sans ambiguïté en faveur de l’interdiction des minarets.

Plus d’un Français sur deux considère que l’organisation d’un référendum sur l’interdiction des minarets serait une mauvaise chose, tout en assurant toutefois qu’il voterait contre l’interdiction si une telle consultation était organisée.

Selon BVA, 44 % des sondés jugent la religion musulmane plus inquiétante que les autres cultes, 1 % moins inquiétante et 55 % ni plus ni moins inquiétante que les autres religions. L’institut souligne au passage que « la mise en avant de ces thèmes a tendance à cristalliser l’opinion de ceux qui se trouvent dans une posture plutôt hostile à l’islam ».

«Cela pose la question de la visibilité de l’islam : la société française a du mal à accepter la manifestation dans l’espace public d’une identité religieuse affirmée », commente de son côté Jérôme Fourquet, directeur adjoint du département opinion et stratégie d’entreprise de l’Ifop.

A la question de cet institut : « Etes-vous favorable, opposé ou indifférent à l’édification de mosquées lorsque les croyants musulmans le demandent ? », 19 % des personnes interrogées ont répondu « favorable », 41 % « opposé », tandis que 36 % se disent « indifférent » et 4 % ne se prononcent pas. Sans surprise, les électeurs de Jean-Marie Le Pen y sont opposés à 87 %, ceux de Nicolas Sarkozy à 48 % et ceux de Ségolène Royal à seulement 25 %.

Appel du muezzin

A cette même question posée fin septembre 2001, c’est-à-dire peu après les attentats du World Trade Center, la proportion entre opposants et partisans de la construction de mosquées était inversée : 31 % se disaient « favorable », 22 % « opposé », pour 46 % d’indifférents et 1 % qui ne se prononçait pas. A l’évidence, les Français, majoritairement peu sensibles à l’appel du muezzin, semblent de moins en moins enclins à accepter une certaine forme de « libanisation » de leur territoire…

(*) L’étude de l’Ifop a été réalisée auprès d’un échantillon représentatif de la population française de 983 personnes âgées de 18 ans et plus. Le sondage BVA a été réalisé auprès d’un échantillon représentatif de la population française de 995 personnes âgées de plus de 15 ans. Les deux enquêtes ont été réalisées par Internet les 1er et 2 décembre.

Source:  France Soir 4 décembre 2009

Bientôt les régionales; TOUTES les voix compteront…

Ohhhhhhhh, le bel exemple de dhimmitude !!!

Fillon: «L’intégrisme» doit être «combattu», «surtout pas les musulmans»


Le chef du gouvernement Français brade la France, encore et encore…

04.12.09
François Fillon ne sait plus à quelles voix se vouer, à la veille des régionales 2010…

Le Premier ministre a prononcé le discours de clôture d’un colloque organisé par l’Institut Montaigne ce vendredi…

C’est «l’intégrisme» qui doit être «combattu», mais «surtout pas les musulmans». C’est ce qu’a déclaré François Fillon lors d’un discours sur l’identité nationale ce vendredi.

Après le Congrès des maires, Nicolas Sarkozy a en effet de nouveau passé le relais au Premier ministre sur ce sujet. C’est donc le Premier ministre et non le chef de l’Etat qui s’est exprimé en clôture d’un colloque sur l’identité nationale organisé par l’Institut Montaigne, le «think tank» de Claude Bébear.

«Pas un débat de circonstance»

«Il est normal et légitime que les pratiquants puissent exercer leur foi dans des conditions dignes. Je préfère des mosquées ouvertes à des caves obscures», a ainsi déclaré François Fillon. «Quant aux minarets, qui sont d’ailleurs assez peu nombreux en France, je dis simplement qu’ils doivent s’inscrire de façon raisonnable et harmonieuse dans notre environnement urbain et social. Et la meilleure façon qu’ils le soient c’est de faire confiance pour cela aux maires de nos villes», a poursuivi le chef du gouvernement.


Quant au débat sur l’identité nationale, le locataire de Matignon a souligné que ce n’était pas un débat «de circonstance», alors que les critiques se multiplient à l’encontre du gouvernement, accusé de tenter de ravir des voix à l’extrême droite à quelques mois des élections régionales. «Ici où là, on a prétendu que ce débat était dangereux, qu’il allait raviver les défiances. Mais le danger n’est pas de débattre! Le danger, c’est de laisser monologuer les tenants du repli national, les nostalgiques qui sont prêts à emboucher le clairon de Déroulède et de Vichy», a-t-il poursuivi.

«Tribune politique»

Pour expliquer la défection de Nicolas Sarkozy au colloque, Matignon a affirmé que «l’Elysée a considéré que le chef de l’Etat avait déjà beaucoup traité du sujet» à l’occasion de son déplacement dans la Drôme, le 12 novembre.

La Société des rédacteurs du Monde (SRM) avait regretté la semaine dernière le partenariat conclu entre le quotidien et l’Institut Montaigne en vue de ce débat, estimant qu’il se transformait «en tribune politique au seul profit d’un discours du président de la République».

Racaille: enfin du concret… Début ce soir du couvre-feu pour les mineurs de moins de 13 ans à Nice.

Filed under: immigration,racaille — francaisdefrance @ 16:02
Tags: , ,

Début ce soir du couvre-feu pour les mineurs de moins de 13 ans à Nice

Les mineurs de moins de 13 ans non accompagnés seront visés par le couvre-feu les mardis, vendredis et samedis.

Vendredi dès 23 heures, les mineurs niçois de moins de 13 ans devront réintégrer leur domicile jusqu’à 5 heures samedi. La mesure de couvre-feu voulue par le maire UMP de la 5e ville de France, Christian Estrosi , également ministre de l’industrie, est devenue exécutoire après que le préfet des Alpes-Maritimes a confirmé sa légalité.
Ce couvre-feu sera désormais valable toute l’année les mardis, vendredis et samedis soir, tous les soirs pendant les vacances scolaires et lors du carnaval de Nice en Février. Il vise à encadrer les sorties des plus jeunes les veilles de jours de repos ou de congés.

Pour justifier cette mesure, Christian Estrosi souligne qu’elle constitue un élément de prévention de la délinquance. « Nous sommes tous parents, grands-parents et l’idée de savoir que notre enfant de 10 ou 11 ans, seul ou a fortiori accompagné d’autres jeunes, puisse se promener après 23 heures dans les rues d’un centre urbain est impensable », plaide l’édile dans un communiqué de la municipalité. « Par conséquent, il ne faut pas attendre que son comportement le conduise à la délinquance pour agir ou qu’il devienne lui-même une victime ».

Suppression d’allocations

Les préadolescents qui ne respecteront pas l’arrêté de couvre-feu seront reconduits chez eux une première fois. En cas de récidive, le texte prévoit qu’ils soient inscrits dans un fichier spécifique, après autorisation par la Cnil. Ils pourront être inscrits d’office à des activités extra-scolaires. Et, en dernier ressort, leurs familles se verront privées de certaines allocations attribuées par la Ville.

Début novembre , le ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux avait proposé de mettre en place un couvre-feu pour les mineurs de moins de 13 ans déjà connus des services de police . La mesure adoptée à Nice est plus large. Elle concerne l’ensemble des pré-adolescents, sans distinction. Selon le premier adjoint au maire de la ville, Benoît Kandel, il s’agit avant tout d’identifier des mineurs qui seraient potentiellement en danger.

(NDLR: on voit que les régionales approchent…).

La mosquée de Montélimar aura son minaret !

3 décembre 2009

À Montélimar, la mosquée Es-Salam, construit à la place de l’ancien stade bouliste, devrait ouvrir ses portes en août 2010 et le projet final, conclu avec la municipalité, prévoit la construction d’un minaret surplombant l’édifice.

Pour Abdelmalik Zioueche, président de l’Association cultuelle musulmane de Montélimar, interrogé dans le Dauphiné Libéré,  » depuis quelques années on sort les mosquées de la clandestinité, il y a une reconnaissance et un travail qui se fait avec la mairie. Le minaret, comme tout autre bâtiment, doit répondre à des codes d’urbanisme, des hauteurs, etc. Il dépend aussi du style architectural employé, et suivant ce style, il peut être harmonieux et donc pas choquant. Après, minaret ou non, cela dépend des gens, de leur tolérance, de leur respect de l’autre. Cela peut faire partie du paysage d’une société pluri-culturelle, où c’est un enrichissement. »

Source: Novopress

Un islamiste radical invité de la mosquée de Strasbourg.

03.12.2009

Un islamiste syrien référence de la Grande mosquée de Strasbourg : l’UMP doit s’expliquer… Ben voyons…

Alors que Fabienne Keller vient de soutenir le bien fondé du financement public de la Grande Mosquée de Strasbourg face à Marine le Pen sur La Chaîne Parlementaire (1.700.000 euros d’argent public dont 610.000 votés par la ville sous le mandat de Fabienne Keller) il est temps de dénoncer la collaboration de l’UMP avec l’islamisme radical :

L’évènement majeur de l’année 2008 à la mosquée de Strasbourg fut l’accueil de Muhammad Said Ramadan al-Bûti, du 25 au 30 décembre 2008, pour une série de conférences ayant attiré de nombreux fidèles et imams venu boire les paroles de celui qui est considéré comme un grand savant par la direction de la mosquée « alsacienne ». L’objet de sa venue était en particulier de donner ses « recommandations et conseils aux imams et aumôniers » d’après le programme de ses conférences. Muhammad Said Ramadan al-Bûti, né en Turquie en 1929, diplômé de l’université islamique de Al-Azhar, fut doyen de la faculté de loi islamique de Damas. A l’heure actuelle, il est le directeur du département des Croyances et Religions (Al-`Aqâ’id wal-Adyân) à l’Université de Damas. Autant dire que ses prises de positions font autorité dans le monde sunnite. Ses avis juridiques (Fatawas), consultables en arabe ou en anglais sur son site Internet, sont lus avec une grande attention chez les musulmans ayant fait souche en Europe.

Dans son livre Islamistes, apologistes et libres penseurs ( Presses universitaire de Bordeaux, 2006) Ghassan Finianos , professeur de pensée arabe à l’université de Bordeaux, présente de manière synthétique les principaux positionnements de Muhammad Said Ramadan al-Bûti à la page 71 :

« Comme chez les islamistes, l’islam, selon al-Bûti, est valable en tout temps et en tout lieu [1] ; il est facteur de force, car il est dogme (‘aqîda), éthique et code ( nizâm)[2] et non un phénomène social. Il est l’avenir de l’humanité[3], ce qui signifie qu’il n’est pas un legs (turât) [4] La sûrâ se substitue, chez lui, à la démocratie. Malgré son importance, il n’est pas, pour le gouvernant, une obligation stricte[5]. De plus, il ne concerne pas les masses populaires qui doivent obéir, sans jouir pourtant d’aucun rôle dans la vie politique[6]. Cela est contradictoire avec le libéralisme et le pluralisme politique[7]. Donc la souveraineté n’appartient qu’à Dieu, ou peut être à son représentant terrestre[8]. Al-Bûti justifie la violence en vue de la conquête du pouvoir et, par conséquent, de la propagation des valeurs de l’islam[9] »

Le  recours au djihâd afin d’asseoir une théocratie méprisant la démocratie, voilà l’idéologie du savant accueilli en grande pompe à la mosquée de Strasbourg qui fait d’ailleurs figurer dans la sélection d’ouvrages de son site Internet son livre Djihad en islam, comment le comprendre et le pratiquer.

Dans son site Internet[10], al-Bûti répond aux questions des visiteurs voulant le consulter sur toutes sortes de sujets. A l’un d’entre eux il répond :

« Si vous voulez dire que les masses doivent se gouverner par elles-mêmes, cela rentre en contradiction avec les règles de l’islam, car celui qui fixe les règles est seulement Allah et les lois islamiques[11] »

A un autre, se présentant comme un étudiant étranger en France ne sachant si la charia l’autorise à pratiquer du sport avec des filles en short, al-Bûti répond :

« Le consensus de la majorité des juristes sur la question est que la partie située entre les anches et les genoux est privée. Ainsi, si le pantalon recouvrant le genoux est permis, il n’est pas permis qu’un pantalon s’arrête au dessus [12]»

Révélateur de l’abysse culturel séparant culture occidentale et islamique, le juriste interdit à toute personne non mariée d’écrire… des lettres d’amour.

Question d’un internaute : « Si vous essayez de vous marier avec quelqu’un, est-il permis de lui écrire des lettres d’amour ou des poèmes d’amour (exprimant vos sentiments ?) :

Muhammad Said Ramadan al-Bûti : «Ecrire des lettres d’amour avant le contrat de mariage n’est pas permis »

A un autre, ne sachant quoi dire à sa sœur ne voulant pas porter le voile au prétexte que, selon elle, cela serait facultatif en islam, al-Bûti répond :

« Le chemin de la persuasion est de lui réciter les commandements d’Allah sur le voile pour les femmes dans les sourates (coraniques) Al-Nour et Al-Ahzab »

C’est ainsi que les contribuables d’Alsace-Lorraine ont été ponctionnés pour financer une mosquée acquise à l’islam le plus orthodoxe, ce qui n’a pas (encore) offusqué grand monde.

On mesure aujourd’hui toute la naïveté d’un communiqué de presse de la mairie du 5 septembre 2002 où Fabienne Keller assurait : « Notre position de fond est claire et peut s’énoncer en quelques principes. Nous voulons, à Strasbourg un islam républicain et français. […] »

Nous disposons d’autres preuves accablantes confirmant que la Grande Mosquée est acquise à l’islam le plus radical. La résistance française attend les explications de l’UMP qui, via le Conseil régional, le Conseil général, et la mairie à l’époque, a financé sur fonds public 10% de cette verrue architecturale et idéologique. Le peuple français, tôt ou tard, demandera des comptes aux collaborateurs de l’anti-France.


Source: joachim.veliocas@hotmail.fr


[1] Muhammad Said Ramadan al-Bûti, Min al-fikr wa al-qalb, Maktabat al-Fârâbi, Damas, 1988, p.69

[2] Muhammad Said Ramadan al-Bûti, Tagribat al-tarbiya al-islâmiyya fi-mizân al baht, Maktabat al-Fârâbi, Damas, 1990, p.16

[3] En réponse à un article paru dans la revue libanaise al-Mustaqbal al-arabi (juin 1985), rédigé par un chef de département de philosophie d’une université arabe Muhammad Said Ramadan al-Bûti s’efforce de démontrer, dans son fascicule al-Dîn wa al-falsafa (Maktabat al-Fârâbi, Damas, 1994), l’antériorité ontologique de la vérité religieuse par rapport à la vérité philosophique.

[4] Muhammad Said Ramadan al-Bûti, Hiwâr hawl muskilât hadariyya, al-Sarika al muttahida li-al-tibâ’â wa al nasr, Damas, 1990, p.67-69.

[5] M-S-R al-Bûti, Fiqh al-sîra al-nabawiyya, Dâr al-fikr, Damas, 1980, p.219

[6] M-S-R al-Bûti, ‘Äla tariq al- ‘awda ilâ al-islâm, Mu’assasat al-risâlâ, Bayrouth, 1992.p.57.

[7] M-S-R al-Bûti, al-Islâm al muskilat al-sâhâb, Maktabat al-Fârâbi, Damas, 1973. p.73.

[8] M-S-R al-Bûti, Kubrâ al-yaqiniyyât al-kawniyya, Dâr al-fikr, Damas, 1395 h, p.389.

[9] M-S-R al-Bûti, al-Gihâd fi al-islâm, Dâr al-fikr, Damas, 1997

[10] http://www.bouti.com

[11] http://www.bouti.com/en/fatawa.php?PHPSESSID=9ca87cefdb8f2119e83aac6f982f2c55

[12] Ibid.

IFOP: IFOPa prendre les enfants du bon dieu pour des canards sauvages !

Filed under: dhimmitude,immigration,islam,islamisation,mosquée,musulmans — francaisdefrance @ 14:19
Tags: , ,

décembre 4, 2009

Voilà ce qu’un institut de sondages honnête rigoureux et qui ne cherche pas à égarer ses lecteurs aurait dû publier:

41% des Français ayant participé au sondage sont contre les mosquées. Or 40% ne se sont pas prononcés. Ils n’ont répondu ni par oui ni par non par conséquent  un calcul d’arithmétique élémentaire montre qu’en fait 68% des Français ayant exprimé une opinion en répondant oui ou non sont contre les mosquées. Autrement dit si ce sondage était traduit en langage de résultats électoraux le score serait 68% de Français sont contre les mosquées et 32% pour. On est loin des 41% annoncés. L’IFOP ne ment pas directement mais plutôt  par omission. L’IFOP dissimule,  truque, insinue…on est là très loin de la rigueur scientifique qu’on serait en droit d’attendre d’un institut de sondages.

Au lieu de cela nous avons des tableaux tendancieux comme ceux qui suivent.

Un sondage IFOP pour Le Figaro donne 41% de français opposés à la construction de mosquées. Le chiffre est important mais reste loin des 50%.

C’est donc moins de la moitié des français qui sont opposés à la construction de mosquées.

Sauf que… c’est FAUX.

Plus exactement, le sondage est présenté de façon à ce que vous pensiez ce qui est écrit en gras ci-dessus, alors que ce n’est PAS écrit. Et ce n’est pas écrit parce que ce serait un mensonge de l’écrire.

La manipulation est subtile…

En voici les rouages :

Le sondage IFOP complet qui donne ce 41% de français contre les mosquées se trouve ici :

http://www.lefigaro.fr/assets/pdf/Sondage-minaret.pdf [archive]

41% c’est la majorité mais pas la majorité absolue (qui vaut plus de 50%)

Sauf que… SI, justement, ce 41% EST la majorité absolue, et largement car ce 41% vaut en fait… 68% !

Comment est-ce possible ?

Vous allez comprendre.

Regarder le sondage sur les minarets.

L’IFOP donne DEUX chiffres : % général et % des opinions EXPRIMÉES (= % entre OUI et NON uniquement).

sondage : en France, êtes-vous favorable à l'interdiction de la construction de minarets, c'est-à-dire les tours situées à côté des mosquées ?

Le % général pour l’opposition aux minarets est de 46% (donc inférieur à 50%). Le % exprimé est de 53% (donc supérieur à 50%).

Dans un cas cela donne l’impression de “moins de la moitié” et dans l’autre cela donne l’impression de “plus de la moitié”.

Les Suisses sont à 57,5% contre les minarets : il n’y a pas de “honte” à indiquer pour les Français un % supérieur à 50%, d’autant plus si ce % est inférieur à 57,5%. Les Français sont simplement un peu moins opposés aux minarets que les suisses. Même si 53% c’est plus de la moitié, cela donne des Français une image moins intolérante que celle des Suisses.

En ce qui concerne la question non plus sur les minarets mais cette fois sur les mosquées… c’est ici que la manipulation devient absolument géniale, il faut bien le reconnaître, grâce à trois bidouilles.

Première bidouille : apparition d’une nouvelle catégorie d’opinion, l’opinion d’indifférence.

Etes-vous favorable, opposé ou indifférent à l'édification de mosquées en France lorsque les croyants musulmans le demandent ?

C’est quoi la différence entre

les gens indifférents qui donc “Ne se prononcent pas” sur la question qu’on leur pose

et

les gens “Indifférents” à la question qu’on leur pose et qui donc ne se prononcent pas ?

Il n’y a pas de différence. La catégorie “Indifférents” c’est tout simplement pour faire baisser la catégorie “Ne se prononcent pas”, qui dans le cas présent représente 36 + 4 = 40% des sondés. Ce chiffre énorme dénote un réel malaise, qui est tout bonnement que les sondés ne sont pas certains de leur anonymat et préfèrent éluder la question. Dans l’isoloir, avec un bulletin anonyme, la crainte d’être identifié par un moyen ou un autre n’existe pas, c’est la base même de la démocratie, et c’est ce qui explique les différences parfois ahurissantes entre les prévisions des sondages et les résultats des urnes.

Deuxième bidouille : rajout de chiffres antérieurs, dans le même tableau.

Rajout

La majorité des 41% semble d’autant plus légère que devant ce 41%, l’IFOP donne des chiffres variant fortement dans le temps, pouvant aller quasiment du simple au double (22 et 41) ce qui renforce l’impression de majorité non seulement légère mais pas décisive du tout car fluctuante.

Troisième (et super) bidouille : pas de % des opinions EXPRIMÉES.

Voici à nouveau le sondage sur les minarets : il y a bien DEUX colonnes : % général et % des opinions EXPRIMÉES (= % entre OUI et NON uniquement).

sondage : en France, êtes-vous favorable à l'interdiction de la construction de minarets, c'est-à-dire les tours situées à côté des mosquées ?

Hé bien ce chiffre des opinions EXPRIMÉES n’est PAS donné en ce qui concerne le sondage sur les mosquées !

Et pourquoi donc n’est-il pas donné ? Il suffit de le calculer pour comprendre…

On le calcule par une règle de trois : %opposé-exprimé = (%opposé x 100) / (%opposé + %favorable)

Dans notre cas cela donne %opposé-exprimé = (41 x 100) / (41 + 19) = 4100/60 = 68

On arrive à une opposition aux mosquées… EXPRIMÉE à 68%, écrasante majorité absolue, plus forte encore que celle des Suisses contre les minarets, alors que le chiffre de 41% laisse sur une impression de légère majorité, pas franchement décisive.

Le sondage une fois débarrassé de ses bidouilles à tout de suite une autre allure :

Le sondage IFOP sur les minarets et les mosquées une fois débarrassé des bidouilles

Ce chiffre est en parfaite concordance avec tous les sondages en ligne (ici ou ) qui donnent, tous, quelle que soit l’orientation politique du site (gauche ou droite) des chiffres au delà de 60% d’opposition aux manifestations architecturales de l’islam.

C’est bien normal car la France est en première ligne en Europe en ce qui concerne le % de population musulmane, avec une longue expérience en ce qui concerne la possibilité (ou plutôt l’impossibilité) d’une cohabitation Occident-Islam.

En Suisse, les cantons avec le plus de mosquées ont voté pour les minarets par peur des représailles, persuadés (par les sondages qui donnaient l’opposition aux minarets perdante) qu’il ne servait à rien de s’opposer car cela aurait précipité leur canton vers une situation à la Française. Sauf que… les autres cantons, moins confrontés au problème, ont choisi eux de dire STOP d’emblée car eux n’avaient pas à craindre les représailles d’une population trop faible pour y dicter sa loi.

Les instituts de sondage savent parfaitement utiliser tantôt la “majorité globale” tantôt la “majorité exprimée” selon qu’ils veulent faire croire ou pas à la majorité ABSOLUE, c’est à dire à plus ou moins de la moitié.

C’est particulièrement net ici où, concernant les opposants aux mosquées, la majorité exprimée n’est pas donnée, mais seulement la majorité globale, dans le but délibéré de passer le chiffre EN DESSOUS des 50%, pour faire croire qu’il y a MOINS de la moitié des français qui sont opposés aux mosquées.

Alors qu’en fait ce sont presque 7 français sur 10 qui EXPRIMENT ne pas vouloir des mosquées !

Subtil, n’est-il pas ?

Auto-produire la carte postale ci-dessous

et l’envoyer à l’IFOP (voir adresse postale plus loin)

pour leur faire savoir que vous n’êtes pas dupe.

cartomaton IFOP : sondage contre les minarets et les mosquées, IFOPA prendre les gens pour des buses

en png couleurs pures – 98 Ko

en .jpg – 144 ko

918×612 pix.

Ecrivez au FIGARO pour exiger qu’une mise au point soit faite et publiée indiquant que 41% des Français ayant participé au sondage  représente en fait 68% des Français ayant répondu oui ou non ce qui se traduit en langage électoral par 68%  contre et 32% pour. Ceci peut être écrit au dos de la carte postale. On trouvera l’adresse des quotidiens  à cette page: http://www.take-a-pen.org/francais/Journaux.html.  Il n’est pas interdit d’envoyer une carte aux quotidiens autres que le FIGARO!

Vous trouverez les adresses postales de l’IFOP (Europe, Amériques, Asie) en colonne de droite sur la page Contact du site ifop.fr.

Pour le fun, vous pouvez “sonder” les grandes organisations bisounours pro-islam SOS-Racisme, la HALDE, et le MRAP en leur envoyant aussi la carte postale.

En plus d’envoyer votre carte postale, vous pouvez contribuer à ce que d’autres en envoient. Amorcez l’avalanche en copiant-collant le message ci-dessous à vos contacts et dans tous les blogs, forums etc. relatifs au sujet :

Sondage IFOP mosquées ? IFOPa y croire !

Il paraît qu’il y aurait 41% des français

opposés à la construction de mosquées.

Sauf que… c’est bien bidouillé mais

on peut retrouver le VRAI chiffre

et c’est pas 41% c’est… 68% !

Démonstration :

http://tinyurl.com/ifopa68

Merci de diffuser cet appel à vos contacts et

dans tous les blogs, forums etc. relatifs au sujet.

Merci à ripostesita…

Solution en vue pour la Rue Myrha : 20 millions d’euros !

Lu sur Le Post :

La prière dans la rue Myrha est même devenue un cheval de bataille.

http://www.dailymotion.com/video/x9bd94_le-futur-institut-des-cultures-dyis_news

Daniel Vaillant, maire du XVIIIe : « Nous allons créer deux établissements, sous la férule de l’Institut des cultures d’Islam, qui est une association loi 1901 subventionnée par la Ville de Paris. Cet institut sera érigé à l’angle de la rue Stephenson et revendra ensuite les mètres carré nécessaires pour la prière à des associations cultuelles, loi 1905. »

La Ville va dépenser 20 millions d’euros pour l’Institut des cultures d’Islam: n’est-ce pas un contournement de la loi de 1905 sur la laïcité?

Daniel Vaillant : « Ce n’est pas un contournement! Nous assumons le fait que la 2e religion de France a besoin de solutions mais nous ne voulons pas toucher à la loi de 1905. C’est pour cela que l’association cultuelle va racheter la partie dédiée à la prière (pour 8 millions d’euros, ndlr). Notre montage est la bonne formule: il permet de contrôler la provenance des fonds et d’avoir une gestion intelligente loi 1901-loi 1905. Enfin, la partie culturelle de l’ICI sera utile. Nous sommes assez fiers. La seule contrainte, cest la durée: nous attendons la livraison en 2013. »

Suite

Minarets : « l’Europe doit changer son regard sur l’islam » L’Europe fera ce qu’elle veut !

Filed under: immigration — francaisdefrance @ 00:20
Tags: ,
02/12/2009

Pour le grand rabbin de France Gilles Bernheim, la décision des Suisses d’interdire les minarets pose aussi la question de la place de la religion dans la société occidentale.

La seule religion du monde occidental est la chrétienté, un point c’est tout! Islam et judaïsme n’y ont pas leur place…

FDF

Le grand rabbin de France Gilles Berheim.
Le grand rabbin de France Gilles Berheim.

Toute décision qui aboutit à donner moins de droits aux fidèles d’une religion qu’aux fidèles d’une autre religion est une décision injuste. Ceci vaut en Suisse comme dans le reste du monde. Je suis contre l’interdiction de construire des minarets, qui a été votée en Suisse.

Quand on affirme un tel principe, il est nécessaire d’en poser le cadre. Loin de moi l’idée d’une surenchère de revendications particulières prenant pour seul argument le fait que la religion d’en face a plus ou mieux. Mon cadre est celui de la République, de la laïcité et de la Déclaration universelle des droits de l’homme qui prévoit, dans le même article, «la liberté de pensée, de conscience et de religion».

Chaque pays a une histoire religieuse. Vouloir balayer cet héritage serait un non-sens. En France, il y aura toujours davantage d’églises que de mosquées, synagogues et pagodes réunies. Ce qui est problématique dans la question posée aux Suisses, c’est la discrimination qu’elle instaure en autorisant la construction de clochers et de hauts édifices par les autres religions que l’islam. Jadis il est arrivé qu’on interdise aux juifs de construire des synagogues plus hautes que l’église : c’était défendre le principe d’une religion dominante, ce n’était pas déclarer l’autre religion indésirable.

Aujourd’hui, certains s’interrogent sur la conformité de la question posée avec des engagements internationaux signés par la Suisse. Mais si la question est viciée, alors pourquoi l’avoir posée ? La démocratie est-elle si mal en point que son paroxysme – l’initiative ou référendum populaire – puisse ainsi se tourner contre elle, sans quelqu’un pour bloquer la mécanique infernale ? L’affaire des minarets suisses a commencé en 2006, l’initiative populaire a été lancée en mai 2007 et les 100 000 signatures requises ont été déposées en juillet 2008.

Le «refus du minaret » demande à être analysé. Ce sera fait. On peut déjà envisager quatre motifs. D’abord une défense de l’identité chrétienne qui se trompe de méthode : remplir les églises serait plus utile que de réduire la visibilité des mosquées. Motif contraire, un refus du religieux : on ne craint plus l’église, bien discrète, on ne craint pas la synagogue, qui ne s’adresse qu’à son petit groupe. On craint la mosquée, réputée fervente et recruteuse.C’est le vieux «défense à Dieu d’entrer» que Victor Hugo attribue à Caïn après le meurtre de son frère, qui avait le premier rendu un culte. Motif plus obscur, sans doute plus fort : un vieux peuple qui n’a plus guère d’enfants se voit concurrencé sur sa terre par des nouveaux venus plus féconds. La crainte, enfin, d’une violence islamique à laquelle on fournit pourtant, par ce genre d’attitudes, des armes nouvelles.

Certains condamnent les résultats du vote et la majorité des Suisses qui auraient mal voté. Je pense, au contraire, que l’opinion des Suisses doit être entendue même si, encore une fois, je suis en désaccord avec elle. Nous, autorités de toutes religions, mais aussi les pouvoirs publics et les journalistes avons failli à notre mission de dialogue, de lutte contre les préjugés et de construction d’un avenir commun.

Il serait déplacé de dresser ici la liste des actions menées en France pour le dialogue. De toute façon, on ne dialogue jamais assez et on ne va jamais assez au devant de l’autre. Mais encore faut-il que l’autre ouvre sa porte et qu’il souscrive au cadre républicain. Et aussi que le curé, l’imam ou le rabbin soit le bienvenu dans les lieux de culte qui ne sont pas les siens. Soyons honnêtes et lucides, de grands progrès sont ici à accomplir.

D’autres, encore, ont agité le spectre d’un retour de bâton qui pourrait venir des pays où l’islam est majoritaire ou religion d’État. Les scènes de rue et les débordements de violence qui ont suivi la publication de caricatures par un magazine danois, sont désormais ancrés dans un inconscient collectif. Si elle devenait réalité, la menace d’un retour de bâton ne ferait que renforcer les convictions des Suisses qui ont voté pour l’interdiction. Et elle aurait le même caractère injuste que le vote suisse.

Depuis dimanche, les sondages se multiplient sur Internet, en France et dans les autres pays. Même si l’instrument est imparfait, l’approbation du vote suisse y est majoritaire. Et parmi les minoritaires qui désapprouvent le vote suisse, il en est toujours qui ajoutent dans la même phrase qu’ils ne sont pas, pour autant, favorables à la construction de minarets.

Aujourd’hui, il nous faut agir afin que les Européens – et pas seulement les Suisses – changent d’opinion sur l’islam. Cette obligation vaut pour les responsables de toutes les religions. Elle nécessite dialogue et ouverture. Une partie de l’action est à mener ici en Europe. Une autre partie est du ressort des pays musulmans. Il serait illusoire d’espérer ici des résultats massifs, sans changement visible là-bas.

Source: lefigaro.fr

Ramadan met en garde à contre une loi anti-burqa… De quel droit ?

Filed under: immigration,islam,islamisation,musulmans,ramadan — francaisdefrance @ 00:17
Tags: , ,

L'intellectuel musulman Tariq Ramadan (archives)

L’ « autoproclamé intellectuel«  musulman Tariq Ramadan (archives)

Source: France 2
L’universitaire suisse Tariq Ramadan a mis en garde mercredi contre l’effet d’une loi contre le voile intégral en France

Il s’est dit « gêné » par l’existence d’une commission parlementaire sur le sujet, lors de son intervention dans le cadre de cette sur le sujet.

« Il ne faut pas de loi, mais une vraie pédagogie, un vrai travail de fond. « La loi n’a jamais été le seul vecteur de changement des mentalités, elle sera perçue comme stigmatisante », selon lui.

D’origine égyptienne devenu célèbre en France lorsqu’il a prôné un simple « moratoire » sur la lapidation des femmes lors d’un débat en 2007 avec Nicolas Sarkozy, Tariq Ramadan a rappelé que le port de la burqa et du niqab n’étaient pas une prescription de l’islam.

Il a jugé nécessaire que « les Français de confession musulmane soient partie prenante de la solution en disant ‘non à la burqa (…) oui à la liberté de la femme ». « Cette réflexion autour de la burqa me gêne. C’est ailleurs que les questions se posent », a encore estimé Tariq Ramadan, rappelant les difficultés que rencontrent les jeunes musulmans pour trouver du travail ou un appartement.

Pour le député comnuniste André Gérin, qui préside la commission parlementaire qui rendra un rapport en janvier, le débat sur le fondamentalisme est nécessaire.

« Oui il y a la question de paupérisation de la société, oui il y a des questions sociales mais il faut aussi parler de cette idéologie des intégristes qui pourrissent la vie des quartiers et qui d’une certaine manière instrumentalisent l’islam », a-t-il dit à la presse. « Nous, on tend la main à la majorité des musulmans de France pour faire que l’islam trouve sa place dans la société ».

Selon une estimation des services de renseignement évoquée par le quotidien Le Monde, seules 367 femmes porteraient la burqa dans le pays, dont nombre de Françaises converties à l’islam, dans une « démarche provocatrice ».

On va le laisser baver sur les valeurs occidentales encore longtemps, cet islamiste radical? Boutez-moi ça hors du monde civilisé !!!

FDF

Des laïcs capitulent devant l’islam ?

Filed under: immigration,islam,islamisation,mosquée,musulmans — francaisdefrance @ 00:09
Tags: , ,

2 décembre 2009

« Le vote suisse contre les minarets, victoire initiée par le jeune député conservateur Oskar Freysinger, a comme premier mérite de mettre au jour l’assujettissement de responsables prétendument laïcs, devenus les efficaces porte-parole d’un islam prosélyte. Alors que le minaret ne représente pas une « exigence religieuse, cultuelle ou architecturale », comme le rappelle l’écrivain Ghaleb Benchiek, de nombreux hommes politiques et commentateurs se précipitent depuis dimanche pour dénoncer, comme Jean-François Copé qui s’accroche à un politiquement correct qu’il dit rejeter, « un message de stigmatisation d’une pratique religieuse ». L’islam aurait-il besoin de signes extérieurs toujours plus visibles pour exister ?

Ce référendum a une seconde vertu, qui est de montrer à quel point les peuples sont en discordance avec leurs représentants à propos de la place qui doit être accordée à l’islam. A l’évidence, les reculades des gouvernements face aux exigences de l’islam politique (voile islamique, burqa, mariage forcé, polygamie, refus de la mixité, horaires réservés, etc) sont devenues insupportables pour nombre d’Européens soucieux de préserver leur culture et leur mode de vie. Il est frappant de constater, en France, l’enthousiasme collectif qui a accueilli, sur internet et ses forums pris d’assaut, la votation suisse. Le désaveu des élites y est total.

J’observe d’ailleurs, ce mercredi, un radoucissement des critiques de maîtres censeurs qui ne peuvent que constater leur isolement et la lourde ambiguïté de leur défense d’une religion qui n’est pourtant pas attaquée (ce qui n’est pas le cas du christianisme en terres musulmanes, mais passons). Mardi soir, Nicolas Sarkozy a coupé court, avec justesse, à ce concert d’indignations en estimant que le vote était « l’illustration que les gens (….) ne veulent pas que leur pays change, qu’il soit dénaturé. Ils veulent garder leur identité » sans que cela signifie « qu’ils sont hostiles à la pratique de l’islam ». On ne saurait mieux dire. »

D’après une analyse de Yvan Roufiol…