Francaisdefrance's Blog

24/11/2009

Invasion migratoire en France : Entre 400.000 et 500.000 enfants issus de familles polygames.

Filed under: immigration — francaisdefrance @ 23:19

Bonjour les allocs… familiales, de parent isolé, etc… Bref, tout ce que les Français de souche n’ont pas…


Un entretien édifiant… à diffuser largement pour déciller les yeux de nos compatriotes français !


(lire la vidéo)http://www.dailymotion.com/video/xb90p9_entre-400000-et-500000-enfants-de-f_news

On a osé: 24 heures sans immigrés, ça se passerait comment?

Filed under: immigration,islamisation,musulmans,racaille — francaisdefrance @ 21:01
24.11.09
Logo de la Journée sans immigrés.
Logo de la Journée sans immigrés./Eleonora Machline

IMMIGRATION – C’est ce que veut faire un collectif pour protester contre la politique d’immigration…

« Et si le 1er mars 2010, les immigrés s’arrêtaient de travailler et de consommer durant 24 heures? Ce projet d’action, lancé par un collectif, entend protester contre la politique d’immigration.

«Nous voulons ainsi exprimer un véritable ras-le-bol de voir les immigrés utilisés par les politiques comme des boucs émissaires en période de crise économique et d’élections», explique Nadia Lamarkbi, présidente de l’initiative «la journée sans immigrés, 24H00 sans nous». Objectif aussi: «marquer la nécessité de notre présence».

D’où vient l’idée?
A l’origine du projet, les propos de Brice Hortefeux, le ministre de l’Intérieur, sur un jeune militant UMP d’origine maghrébine lors de l’Université d’été de son parti. «Un déclic», dit Nadia Lamarkbi, qui dit avoir voulu montrer par l’exemple le poids économique des immigrés en France. Elle a alors calqué cette idée de boycott économique sur un vaste mouvement de protestation mené par les Latinos-Américains aux Etats-Unis en 2006 contre la politique d’immigration.

Pourquoi arrêter de travailler?
«C’est l’occasion de prouver que la sueur des immigrés fait tourner l’économie française!», souligne Malik Redane, Algérien de 42 ans, travaillant clandestinement sur des chantiers. Pour Seydou Cissé, ingénieur trentenaire d’origine ivoirienne, dans un contexte de crise, ce boycott «peut être une façon très efficace de faire entendre un refus massif de la stigmatisation et de l’instrumentalisation des immigrés et de leurs descendants».

«C’est notre manière de réfléchir sur la place des immigrés et de leurs descendants en plein débat instrumentalisé sur « l’identité nationale » et de réclamer le respect», conclut Nadia Lamarkbi.

Qui est concerné?
Les «immigrés, descendants d’immigrés et citoyens conscients de l’apport essentiel de l’immigration». Assez flou, donc.

Quel impact peut-on attendre?
Difficile à chiffrer. Notamment car en France, les statistiques ethniques sont interdites. Les personnes immigrées ou issues de l’immigration travaillent dans tous les secteurs et consomment aussi dans tous les secteurs. Rien ne devrait être paralysé, mais tout devrait être ralenti… à condition que le mouvement soit vraiment suivi. Il ne s’agit pas d’une grève donc comment arrêter vraiment de travailler?

Quel ampleur pour ce projet?
Le projet a rapidement tissé sa toile sur le Net. Nadia Lamarkbi avoue avoir été «surprise par l’engouement rencontré sur Internet» via un site, un blog et une adresse Facebook qui compte déjà 5.000 fidèles.

«Tout a été très vite», dit-elle, «je n’envisageais qu’une action sur Paris mais nous avons déjà 10 comités en province. Nous avons été rejoints par des chercheurs, des politiques, des syndicats, de grandes associations comme le Réseau éducation sans frontières, ainsi que de nombreux citoyens qui nous disent « on n’attendait que cela »».

Pourquoi le 1er mars?
La date du 1er mars marque le cinquième anniversaire de l’entrée en vigueur du code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile (CESEDA), qui instaurait une immigration «choisie» sur des critères économiques. »


Source: http://tinyurl.com/yhsz69d

Bientôt Noël? Pensez à un cadeau « original »…

Filed under: islamisation,musulmans — francaisdefrance @ 20:54

Barbie burqa s’expose à Florence.


INSOLITE – Un modèle inédit de la célèbre poupée a été vendu pour la bonne cause…

Vous avez aimé Barbie à la plage, vous avez choyé votre Barbie vétérinaire… Etes-vous prêt pour Barbie burqa? Plusieurs exemplaires de la poupée blonde vêtue de la tenue polémique ont été exposés samedi à Florence, dans le cadre des Salons du Cinquecento.

Le modèle n’est pas destiné à la vente, mais les modèles ont été mis aux enchères par Sotheby pour l’organisation humanitaire Save The Children. Pour la créatrice Eliana Lorena, à qui l’on doit l’objet, «le message de Barbie s’adresse aux femmes et il est très explicite: “vous êtes libres d’être tout ce que vous souhaitez être »».

Finalement, la créatrice pourrait s’être bornée à recycler un vieux sketch des Guignols
(lire la vidéo):

D’après: 20minutes.fr

Les musulmans savent très bien ce qu’ils font… Et nous, on les ne voit pas arriver…

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 19:26

Je vous laisse méditer ce qui suit…

FDF

Lettre du père Charles de Foucauld à René Bazin de l’Académie Française du 29 juillet 1916 …« Ma pensée est que si, petit à petit, doucement, les musulmans de
notre empire colonial du nord de l’Afrique ne se convertissent pas, il
se produira un mouvement nationaliste analogue à celui de la Turquie :
une élite intellectuelle se formera dans les grandes villes,
instruite à la française, sans avoir l’esprit ni le coeur français,
élite qui aura perdu toute foi islamique, mais qui en gardera
l’étiquette pour pouvoir par elle influencer les masses ; d’autre
part, la masse des nomades et des campagnards restera ignorante,
éloignée de nous, fermement mahométane, portée à la haine et au mépris
des Français par sa religion, par ses marabouts, par les contacts
qu’elle a avec les Français (représentants de l’autorité, colons,
commerçants), contacts qui trop souvent ne sont pas propres à nous
faire aimer d’elle. Le sentiment national ou barbares-que s’exaltera
dans l’élite instruite : quand elle en trouvera l’occasion, par
exemple lors de difficultés de la France au dedans ou au dehors, elle
se servira de l’islam comme d’un levier pour soulever la masse
ignorante, et cherchera à créer un empire africain musulman
indépendant.
L’empire Nord-Ouest-Africain de la France, Algérie, Maroc, Tunisie,
Afrique occidentale française, etc., a 30 millions d’habitants ; il en
aura, grâce à la paix, le double dans cinquante ans. Il sera alors en
plein progrès matériel, riche, sillonné de chemins de fer, peuplé
d’habitants rompus au maniement de nos armes, dont l’élite aura reçu
l’instruction dans nos écoles. Si nous n’avons pas su faire des
Français de ces peuples, ils nous chasseront. Le seul moyen qu’ils
deviennent Français est qu’ils deviennent chré-tiens.
Il ne s’agit pas de les convertir en un jour ni par force mais
tendrement, discrètement, par persuasion, bon exemple, bonne
éducation, instruction, grâce à une prise de contact étroite et
affectueuse, oeuvre surtout de laïcs français qui peuvent être bien
plus nombreux que les prêtres et prendre un contact plus intime.
Des musulmans peuvent-ils être vraiment français ?
Exceptionnellement, oui.
D’une manière générale, non. Plusieurs dogmes fondamentaux musulmans
s’y opposent ; avec certains il y a des accommodements ; avec l’un,
celui du Medhi, il n’y en a pas : tout musulman, (je ne parle pas des
libres-penseurs qui ont perdu la foi), croit qu’à l’approche du
jugement dernier le Medhi surviendra, déclarera la guerre sainte, et
établira l’islam par toute la terre, après avoir exterminé ou
subjugué tous les non musulmans. Dans cette foi, le musulman regarde
l’islam comme sa vraie patrie et les peuples non musulmans comme destinés à être tôt ou tard subjugués par lui musulman ou ses
descendants ; s’il est soumis à une nation non musulmane, c’est une
épreuve passa-gère ; sa foi l’assure qu’il en sortira et triomphera à
son tour de ceux auxquels il est maintenant assujetti ; la sagesse
l’engage à subir avec calme son épreuve ; « l’oiseau pris au piège qui
se débat perd ses plumes et se casse les ailes ; s’il se tient
tranquille, il se trouve intact le jour de la libéra-tion », disent-
ils ; ils peuvent préférer telle nation à une autre, aimer mieux être
soumis aux Français qu’aux Allemands, parce qu’ils savent les
premiers plus doux ; ils peuvent être attachés à tel ou tel Français,
comme on est attaché à un ami étranger ; ils peu-vent se battre avec
un grand courage pour la France, par sentiment d’honneur, caractère
guerrier, esprit de corps, fidélité à la parole, comme les militaires
de fortune des XVIe et XVIIe siècles mais, d’une façon générale, sauf
exception, tant qu’ils seront musulmans, ils ne seront pas Français,
ils attendront plus ou moins patiemment le jour du Medhi, en lequel
ils soumettront la France.
De là vient que nos Algériens musulmans sont si peu empressés à
demander la nationalité française : comment demander à faire partie
d’un peuple étranger qu’on sait devoir être infailliblement vaincu et
subjugué par le peuple auquel on appartient soi-même ? Ce changement
de nationalité implique vraiment une sorte d’apostasie, un
renoncement à la foi du Medhi. »



Débat sur l’identité nationale: Les immigrés prennent’ils peur ?

Filed under: immigration — francaisdefrance @ 19:07

Cette réaction reprise sur Mecanopolis laisse à penser que du coté de l’immigration, on a peut-être fini de « manger son pain blanc »…

FDF

Pour le ministre Besson, devenir français, ça se mérite… (quoi de plus normal?).

 

Article rédigé le 23 nov 2009, par Mecanopolis

« Le quotidien l’Humanité s’est procuré le document qu’Éric Besson a adressé aux préfets pour la conduite des « débats sur l’identité nationale », un questionnaire aux allures de pamphlet antirépublicain qui présente les immigrés comme faisant courir des risques pour la France.

01954528-photo-eric-besson

Guide pratique antirépublicain

L’examen de la circulaire adressée par Éric Besson aux préfets pour l’organisation de son « grand débat sur l’identité nationale » en dit long sur la confusion entretenue par cet ex-socialiste devenu sarkozyste du premier cercle et sur ses intentions politiques. Confusion d’abord. En annexe de cette circulaire, un document recense les différents chapitres qu’il est souhaitable d’aborder lors de chaque réunion ». En fait, un ridicule chapelet de questions sans queue ni tête, convoquant aussi bien l’art culinaire, les églises et les cathédrales que les effets de la mondialisation ou « la fierté d’être français ». Mais de ce salmigondis se détachent des « questions » aux allures de sommations franchement antirépublicaines et xénophobes.

« Quel est le rôle de la nation ? » interroge, par exemple, le ministère de l’Identité nationale. Première suggestion : « Exprimer la souveraineté, sur un territoire et sur un peuple. » Ahurissante définition, en contradiction totale avec la Constitution française qui stipule, à son article 3, que « la souveraineté nationale appartient au peuple », et non pas qu’elle s’exerce sur lui, comme dans la première dictature venue. Viennent ensuite une série d’interrogations très suggestives sur les nouvelles classes dangereuses contre lesquelles il faudrait se barricader, sur ces immigrés qu’il faudrait trier pour distinguer le bon grain de la « racaille » : « Comment éviter l’arrivée sur notre territoire d’étrangers en situation irrégulière, aux conditions de vie précaires génératrices de désordres divers (travail clandestin, délinquance) et entretenant, dans une partie de la population, des suspicions vis-à-vis de l’ensemble des étrangers ? »

Devenir français, ça se mérite.

Voilà pour les clandestins. Passons aux immigrés « légaux », à la fois assignés à résidence identitaire et sommés de se conformer aux « valeurs de l’identité nationale », que leur présence sur le sol français pourrait mettre en péril : « Les valeurs de l’identité nationale sont-elles compatibles avec le communautarisme ? Quel équilibre peut être trouvé entre la revendication identitaire (religieuse, régionale, ethnique) et appartenance à la communauté nationale ? » Reprenant le vieux cliché colonialiste du grand enfant, Éric Besson propose ensuite « à tout nouvel arrivant en France un parrain ou une marraine ».

Quant à l’étranger optant pour la nationalité française, il reste soumis au contrôle permanent de sa suspecte francité : « Quel contrat entre la nation et le ressortissant étranger qui accède à la nationalité ? »

Éric Besson promet d’ailleurs de « faire de l’entretien d’assimilation préalable à l’acquisition de la nationalité, le temps fort du processus de naturalisation » et d’ « augmenter le niveau de connaissance de la langue française demandé lors de l’entretien d’assimilation ».

Devenir français, ça se mérite.

Comment se manifeste la fierté d’être français ?

Il faut, conclut le document, « réaffirmer la fierté d’être français » : « Comment mieux célébrer l’identité nationale ? Comment se manifeste la fierté d’être français ? Quels sont les acteurs de la transmission de la fierté nationale ? »

Un programme que ne sauraient disqualifier les critiques des intellectuels, décidément devenus des cibles privilégiées des petits soldats du sarkozyme : « Pourquoi la question de l’identité nationale génère-t-elle un malaise chez certains intellectuels, sociologues ou historiens ? »

La réponse est sans doute dans ces propos tenus, en juillet 2007, par la ministre de l’Économie et des Finances, Christine Lagarde : « C’est une vieille habitude nationale : la France est un pays qui pense. (…)

Nous possédons dans nos bibliothèques de quoi discuter pour les siècles à venir. C’est pourquoi j’aimerais vous dire : assez pensé maintenant. »

Rosa Moussaoui »

Je suis Français !!!

Filed under: immigration — francaisdefrance @ 13:02

mardi 24 novembre 2009

Je suis Français parce que je suis de nationalité française. Que ma nationalité soit d’origine ou acquise, peu importe, pourvu que je me reconnaisse fils d’une nation, c’est-à-dire d’un ensemble d’humains unis par une communauté de territoire, de langue, de traditions et d’aspirations. Le territoire, c’est ma maison ; la langue en est la clé ; les traditions en sont les fondations ; les aspirations sont les portes et les fenêtres. Le tout, c’est mon présent. C’est ce présent localisable, parlant, historique et prospectif que j’incarne quand je me déclare Français. Mon identité est donc plus que ma carte d’identité : c’est un vouloir-être qui m’oblige à réagir contre ceux qui ne veulent pas de la France alors même qu’ils y vivent ou qu’ils en vivent. Mon identité est une action !

L’Histoire qui me porte est aussi l’Histoire que je porte dans un sentiment permanent d’auto-défense. Mon identité est un silence intérieur capable de colères. L’actuel débat sur l’identité nationale corrobore cette évidence. La France gronde en moi comme en chaque Français qui aspire à rester français, car l’actuelle identité de la France est en train de changer l’identité des Français ! Les Français en ont assez, en effet, de vivre au quotidien l’altération de leur être. Etre Français, c’est donc être hostile à ceux qui sont hostiles aux lois françaises, à commencer par celles qui sont perçues comme lois du pays d’accueil. Je suis Français parce que je dénonce la « nouvelle France » !

Je suis Français parce que je suis révolté d’entendre, sur mon sol, des manifestants hurler des slogans antisémites ou soutenir les terroristes du Proche-Orient. Je suis Français parce que je ne supporte pas que des drapeaux étrangers ou des banderoles francophobes soient brandis agressivement lors de rencontres sportives ou dans des manifestations de rue. Je suis Français parce que je ne tolère plus les personnes qui, sous le couvert de nos lois, font le lit de leur culture en défaisant celui de la République. Je suis Français parce que je ne veux plus de ces prêcheurs qui, au nom d’une religion, tiennent des discours anti-occidentaux. Je suis Français parce que je n’apprécie pas du tout qu’il y ait dans nos banlieues des hommes et des femmes pour voir en Ben Laden un saint ou un héros.

Je suis Français parce que je n’ai plus la sollicitude que j’avais naguère pour les « sans-papiers » et autres hors-la-loi qui squattent nos églises et méprisent nos droits en exigeant des droits différentiels. Je suis Français parce que je n’accepte plus que des élèves ordonnent qu’on réécrive les cours d’Histoire au seul motif que l’enseignant leur présenterait une vision exclusivement judéo-chrétienne du monde. Je suis Français parce que je ne comprends plus que des étudiants musulmans récusent la mixité, les enseignantes, les enseignants non musulmans, la pensée déiste, encyclopédiste, athée, les Lumières, les cours de littérature, de philosophie, de physique, de biologie, de sport, en un mot tout ce qui gêne leurs convictions célestes. Je suis Français parce que je suis excédé de ne plus pouvoir mettre, à Noël, une crèche dans une vitrine ou un sapin dans une école sans déclencher une commission d’enquête.

Le Français que je suis enrage d’apprendre qu’un train peut être un lieu de tabassage ou de viol, voire un moyen de transport quasi gratuit pour ces anonymes qui tabassent et qui violent, et dont l’identité, systématiquement tue, se révèle pourtant par ce silence même ! Le Français que je suis serre les poings lorsqu’il entend Dominique Baudis avouer personnellement « ne plus pouvoir sortir dans certains quartiers sans se faire traiter de « sale Français » (FR3 Toulouse, 1999) ! Le Français que je suis souffre de savoir qu’en 2002, François Bayrou – qui s’était rendu à Strasbourg dans le cadre de la campagne présidentielle – a vu les vitres de la mairie où il se trouvait brisées par des pierres, comme s’il était le Mal, et qu’en 2005, Nicolas Sarkozy, visitant une cité « difficile » d’Argenteuil, a été caillassé de la même façon comme s’il était le Diable ! Le Français que je suis n’est pas près d’oublier l’image incroyable du visage de Jacques Chirac couverts de crachats de « jeunes » lors d’une visite à Mantes-la-Jolie, le 4 mars 2002, ni la Marseillaise sifflée en 2001, 2007 et 2008 au stade de France !

Je suis Français lorsque je m’insurge contre la tiers-mondisation de nos cités, d’où les autochtones sont chassés au prorata de l’arrivée des étrangers, conformément à une politique immigrationniste suicidaire qui aligne progressivement notre pays sur le Kosovo – devenu musulman à 90% en moins de 50 ans ! Je suis Français lorsque je vomis le racisme anti-blancs, comme tout autre forme de racisme, et par conséquent, lorsque je tempête contre la discrimination positive » – en laquelle j’aperçois l’avancée du « racisme positif » sitôt qu’elle se fonde sur la couleur, et du « politiquement correct » dans ce qu’il peut avoir d’imbécile et de pleutre ! Je suis français lorsque je fulmine contre les lois françaises appliquées du bout des lèvres dans les « cités » et les « banlieues ». Je suis Français en refusant de baisser les yeux quand je croise les occupants de zones hypocritement qualifiées de « non-droit ». Je suis Français lorsque je n’entends plus être une victime « ethnique » de la violence ordinaire, que ce soit pour une aile froissée, une priorité refusée, une cigarette que je n’ai pas la chance d’avoir sur moi, un sandwich au jambon jugé « insultant », un geste ou un mot interprété de travers, ou le simple fait d’être là.

Je suis Français quand j’anticipe les violences qui n’auraient pas manqué d’éclater dans tout l’Hexagone au soir du 18 novembre 2009 si la victoire frauduleuse de l’équipe de France de football avait été obtenue non contre l’Irlande mais contre l’Algérie. Je suis français quand je constate, scandalisé, que les fêtes du Nouvel An célèbrent le renouvellement flambant neuf du parc automobile ! Je suis Français quand j’exige que soient sévèrement punis ceux qui téléphonent aux pompiers et aux médecins pour les faire tomber dans d’immondes traquenards. Je suis Français quand s’agitent en ma mémoire les voyous qui saccagent nos lieux de vie parce qu’un des leurs s’est tué accidentellement au volant d’un véhicule volé, et qui, profitant de ce drame, jettent par la fenêtre de leur immeuble frigidaires, machines à laver, téléviseurs et autres objets « anodins », défoncent les devantures de locaux et de magasins à la voiture bélier, attaquent les commissariats au lance-roquette, accueillent les forces de l’ordre à coups de pierres, de boules de pétanque, de cocktails Molotov, de revolver ou de fusil, incendient tout ce qui peut brûler, trafiquent la poudre, les véhicules et les armes… quand ils ne s’engagent pas dans des cellules terroristes pour semer sur notre sol ou ailleurs la dévastation et la mort !

Je suis Français quand des rappeurs veulent « niquer la France », quand Houria Bouteldja traite mes compatriotes de « souchiens », quand je dénonce l’islamisation de mon pays comme des pays européens, quand je plaide pour une Europe laïque et féministe, quand j’admire Malek Boutih, Malika Sorel, Hamid Zanaz, Kébir Jbil, Pascal Hilout, Sihem Habchi, Abdennour Bidar… tous issus de l’immigration et tous honneur de la France par leur engagement authentique en faveur des valeurs républicaines. Je suis Français quand je soutiens les Droits de l’Homme, quand j’en appelle à l’universel par la femme – qui est l’Homme – et par l’Homme, qui ne vaut que par l’universel.

Je suis Français plus que jamais quand, au nom de cet universel, je pense aux Français qui ont donné leur vie non seulement pour que je n’aie pas à donner la mienne, mais encore pour que je puisse vivre les valeurs qui les ont tenus debout quand tout s’écroulait autour d’eux. Ces valeurs ne doivent pas être noyées dans je ne sais quelle honte nationale : c’est par elles et pour elles que je suis ce que je suis.

Je suis Français par résistance !

Très bon « coup de gueule » piqué à Cyrano, de Riposte Laïque, qui n’aime pas que d’autres sites copient ses écrits… mais devrait être content qu’on lui fasse de la pub… Au fait, Cyrano, quand tu écris « français », mets au moins une majuscule; on le mérite… J’ai rectifié ci-dessus…  (-:

FDF

Enfin une bonne nouvelle? Le permis de construire de la mosquée turque de Vénissieux pourrait être annulé

Filed under: immigration,islam,islamisation,mosquée,musulmans,ramadan — francaisdefrance @ 12:31

Ahhhhh, si ça pouvait faire jurisprudence…

FDF

 

23.11.2009

Alors que les travaux ont débuté en 2008, le permis de construire de la grande mosquée turque à Vénissieux pourrait être annulé. Saisi d’un recours, le tribunal administratif ne rendra son jugement que courant décembre mais lors de l’audience, le rapporteur a épinglé « la disproportion » entre les 62 places de stationnement prévues et la capacité d’accueil des deux salles de prière : 960 fidèles au total. Considérant que « le maire a entaché son arrêté d’une erreur manifeste d’appréciation en s’abstenant d’exiger la réalisation d’aires de stationnement supplémentaires », le magistrat a donc demandé l’annulation du permis de construire délivré fin 2006.

Cette procédure judiciaire s’inscrit dans le cadre de luttes intestines au sein de la communauté turque. Le recours a en effet été déposé par des adhérents d’une association installée à proximité du site et contestant la représentativité du « Milli Görüs », organisation islamique pilotant ce projet de lieu cultuel et culturel, avec l’aval du Grand Lyon, de la municipalité et du CRCM (Conseil régional du culte musulman).

Affaire à suivre…

 

Source: http://tinyurl.com/yd2j6jx

Musulmans: Les projets fous de l’islamiste du Cern…

Filed under: immigration,islam,islamisation,musulmans — francaisdefrance @ 12:03
« Les religions chrétiennes furent sanglantes et meurtrières en s’éloignant de leurs textes tandis que l’islam le fut en se rapprochant des siens « .
Paroles du journaliste Eric Conan

23/11/2009
« Religion » d’amour, de paix et de tolérance…

Outre les chasseurs alpins d’Annecy, il cherchait des cibles parmi des personnalités en France.

INFO FIGARO:

Le mystère Adlène Hicheur commence à s’éclaircir. Ce physicien franco-algérien de 32 ans, employé sur le site du Cern à Genève et arrêté le 12 octobre dernier à Vienne (Isère), envisageait de s’en prendre au 27e bataillon de chasseurs alpins d’Annecy. Outre cet objectif, une source de haut niveau confie au Figaro qu’«il devait faire valider par l’échelon algérien d’autres projets», comme «l’élimination de personnes physiques à haute responsabilité , des hommes politiques ou autres. Tout cela devait être vu et discuté avec ses interlocuteurs.» Le chercheur était en lien depuis des mois, via Internet, avec un correspondant identifié comme un membre d’al-Qaida pour le Maghreb islamique (Aqmi).

Concernant le 27e BCA, Hicheur l’aurait désigné pour «punir l’armée, et plus généralement la France, de son implication en Afghanistan», assure un magistrat. Dans un courriel à ses contacts, le terroriste présumé aurait même fourni des indications sur la caserne afin de préparer l’action.

Au quartier Tom-Morel, siège du 27e BCA, le silence est de rigueur. Mais un militaire constate que ce bataillon était une «cible à double titre». D’abord, fait-il valoir, «parce que le 27 a envoyé trois compagnies en Afghanistan». Ensuite, poursuit-il, «parce qu’il célèbre l’anniversaire de Sidi-Brahim, en souvenir d’un combat héroïque des chasseurs alpins en Algérie contre l’émir Abd el-Kader». Un fait d’armes qui, selon cet officier, «n’aura pas échappé aux islamistes, férus de symboles».

Au pôle antiterroriste parisien, un spécialiste voit dans cette affaire la confirmation que «le terroriste isolé devient une menace de plus en plus sérieuse». Quelques contacts pris sur Internet peuvent ainsi faire basculer la vie d’individus jusqu’alors inconnus des services de police. «C’est pour nous le pire des scénarios», estime un cadre de la Direction générale de la police nationale. Ce commissaire constate notamment l’influence croissante de certains sites et forums islamistes sur des personnalités à l’esprit plus ou moins dérangé. Des électrons libres en somme, qui peuvent frapper à tout moment, après s’être imprégnés de la prose de prêcheurs qui les téléguident. L’Unité de coordination de la lutte antiterroriste (Uclat) a multiplié les alertes en ce sens au cours de ses dernières réunions. La police a déjà identifié plus de vingt sites «particulièrement nocifs». Elle s’étonne même de l’augmentation des consultations dont ils font l’objet depuis l’Hexagone. Beaucoup de ces sites sont nés après la fermeture de minbar.com, qui fut le point de ralliement de nombreux moudjahidins à travers l’Europe. (NDLR: C’est là, qu’il faut agir et non pas sur les sites dénonçant l’islamisation de notre pays, n’en déplaise aux dhimmis qui ne jurent que par l’édification des mosquées…).

Le 5 novembre dernier, la fusillade de Fort Hood, aux États-Unis, où treize personnes ont trouvé la mort, n’a fait que confirmer les craintes des experts de la Place Beauvau. Car le psychiatre militaire de 39 ans, Nidal Malik Hasan, à l’origine de cette action, n’avait éveillé les soupçons de personne. Et pourtant, selon les enquêteurs, ce lone terroristavait consulté plusieurs sites se réclamant de la mouvance islamiste radicale. Il avait aussi échangé des courriels avec des personnes appartenant à cette nébuleuse.

«Ces nouveaux profils sont d’autant plus difficiles à détecter qu’ils peuvent correspondre à des individus parfaitement insérés», assure un professionnel du renseignement à Paris. Leur amateurisme sur le plan criminel reste malgré tout leur faille, car ils laissent des traces. «De ce point de vue, Internet est devenu un facteur déterminant pour l’enquête», explique un policier spécialisé. La police a d’ailleurs intensifié sa veille pour détecter les «signes prédictifs d’un passage à l’acte», explique-t-on dans l’entourage du ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux.

Cette traque est conduite en coulisse par les hommes de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) du préfet Bernard Squarcini. À partir de mots-clés, grâce à des logiciels spécialement conçus. En infiltrant également les forums de discussion, pour appâter les éventuels candidats à la guerre sainte.

Et Dieu sait s’ils pulullent sur notre sol…

FDF


Soumission: Erdogan a raison ! Vive le niqab, vive la burqa, vive le voile islamique !

Filed under: immigration,islamisation,mosquée,musulmans — francaisdefrance @ 10:42

Recep Tayyip Erdogan, actuel Premier ministre turc, avait annoncé la couleur de son islam conquérant en 1997 alors qu’il était maire d’Istambul : « Les mosquées sont nos casernes, les minarets nos baïonnettes, les dômes nos casques et les croyants nos soldats. »


En France, « il n’y a pas de place pour la burqa », vient d’affirmer Nicolas Sarkozy. Selon les zélotes de l’« intégration », la loi 2004 interdisant le port du foulard islamique à l’école aurait eu deux effets (voir l’interview de Samir Amghar dans Libération du 14 novembre) : l’un, réaffirmer le principe de laïcité à l’école, l’autre, pervers, disent ils, de radicaliser une population « en voie d’intégration » (interdit de rire).

Le premier ministre turc, Erdogan, prenant la parole devant 30 000 Turcs d’Allemagne, à Cologne, avait incité les Turcs à « refuser de s’intégrer ». « Erdogan a raison ». Ce sont les propos que j’ai tenus à Cologne, le 7 novembre, lors de la manifestation contre la pose de la première pierre de la mosquée cathédrale de Cologne, comme je l’ai dit, le lendemain à Villepreux, lors du congrès constitutif du Parti de la France, et comme je l’ai répété le 11 novembre lors de mon intervention à la journée de Synthèse nationale.

Oui, Erdogan a raison. Les Turcs doivent rester turcs, les Turcs doivent parler la langue turque et pratiquer leur religion, afin que demain les Turcs d’Europe retournent en Turquie.

Certains, y compris dans nos milieux, disent que c’est impossible : ils sont là, beaucoup ont la nationalité française, etc… Et alors ? Dans quelle Bible ont-ils lu que c’était impossible ? Dans le Monde, dans Libération, dans le Figaro ? Oublient ils que des centaines de milliers de pieds-noirs furent forcés de quitter leur terre il y a près de cinquante ans, ayant le choix entre « la valise et le cercueil « ?

Ce que l’Histoire peut faire, l’Histoire peut le défaire !

 

(Communiqué de Robert Spieler, Délégué général de la Nouvelle Droite Populaire).

Source: http://synthesenationale.hautetfort.com/