Francaisdefrance's Blog

20/11/2009

IMMIGRATION « Mariages gris » : piéger par les… sentiments.

Filed under: immigration,islamisation,musulmans — francaisdefrance @ 15:50

Il FAUT mettre un terme à ces procédés dégueulasses autorisés en France, terre d’accueil et de (trop de) libertés!!!

FDF

20/11/2009

Lu sur: http://www.lepoint.fr/actualites-societe/2009-11-20/immigration-mariages-gris-pieger-par-les-sentiments/920/0/397313&xtor=EPR-6-%5BNewsletter-Quotidienne%5D-20091120

Les mariages « gris » s’élèveraient à plusieurs milliers par an

« Mon mariage est annulé. Je peux enfin tourner la page et repartir de zéro. » Après quatre ans et demi de procédure judiciaire, Muriel Petitalot, 41 ans, se reconstruit peu à peu. Cette assistante de direction, installée près de Compiègne, a réussi à faire annuler son union avec un Tunisien, qui ne l’avait épousée que pour obtenir des papiers français.

Ce phénomène, appelé « mariage gris », est dans le viseur du gouvernement . Contrairement au « mariage blanc » où les deux conjoints savent qu’ils se marient uniquement pour jouir des conséquences secondaires qui en découlent (à savoir ici le titre de séjour mais cela peut être aussi pour légitimer un enfant ou pour raisons patrimoniales), le « mariage gris » signifie que l’un des deux conjoints est trompé par l’autre.

 

Coup de foudre…

Victime, Muriel Petitalot raconte : « Nous nous sommes rencontrés dans une soirée entre amis. Cela a été un véritable coup de foudre. J’étais très amoureuse et avant qu’il reparte dans son pays il s’est mis à genoux pour me demander en mariage. Sept mois plus tard, nous nous sommes mariés en Tunisie, via le Consulat de France. Mais après, son comportement a radicalement changé à mon égard. Et une fois qu’il a obtenu ses papiers, il a quitté la maison. »

Souvent, les escrocs à la recherche de victime à séduire et à piéger rodent dans les hôtels de vacances à l’étranger ou sur Internet. Hommes et femmes tombent dans le piège dans les mêmes proportions. « Parfois, c’est désespérant. Certaines personnes cherchent tellement un conjoint qu’elles ne veulent pas voir la réalité. Même si des indices évidents les alertent, elles les ignorent », explique Blandine Jullian, présidente de l’ Association nationale des victimes de l’insécurité (ANVI). Parfois, les yeux du conjoint trompé s’ouvrent tout d’un coup. « Dans la plupart des cas, la supercherie se traduit par du concret. Il y a des maltraitances, des menaces. Le conjoint peut être aussi volé, dépouillé, mis à la porte de chez lui », détaille Blandine Jullian. Mais pour prouver à la justice qu’il y a escroquerie sentimentale et obtenir l’annulation du mariage, la route est longue. En moyenne, un dossier aboutit au bout de trois ou quatre années de procédure.

Et pour cause, les mariages gris ne font l’objet d’aucune qualification juridique. Quoi ??? Pour faire reconnaître la nullité d’un mariage, les avocats doivent donc se baser sur les cas prévus par le code civil. « La procédure de nullité est alors très difficile car il faut réunir des preuves », explique Me Cyrille Dutheil de La Rochère, qui défend des victimes de mariages gris depuis près de trois ans.

Une importante filière d’immigration (ah bon?).

Après avoir mené l’enquête en Tunisie, Muriel Petitalot a ainsi réussi à faire valoir que son mari était recherché par la justice de son pays et passible de prison ferme. « C’était un véritable escroc ! C’est en faisant traduire un document écrit en arabe qui traînait à la maison que je l’ai découvert », rapporte la jeune femme. Après un refus en première instance au tribunal de Compiègne, le tribunal administratif d’Amiens a finalement reconnu qu’il y avait eu « erreur dans la personne et sur les qualités essentielles de la personne ». Reste à régler le sort de la maison achetée avec son ex-mari : même si Muriel Petitalot assume seule les traites, ce bien appartient pour moitié à son ancien compagnon.

Le ministre de l’Immigration Éric Besson a décidé de s’attaquer à ce vide juridique. Alors que le mariage blanc est puni de cinq ans d’emprisonnement et de 15.000 euros d’amende , le mariage gris « n’est pas un délit puni par la loi », décrypte la députée UMP d’Inde-et-Loire Claude Greff, chargée d’une réflexion sur le sujet par Besson. « L’escroc reste français et il n’est pas déchu de son autorité parentale », souligne-t-elle.

Les unions « grises » s’élèveraient à plusieurs milliers par an tandis que 84.000 mariages mixtes sont conclus chaque année. Selon les chiffres du ministère, sur 100.000 acquisitions de nationalité française en 2007, les accessions par mariage ont représenté à elles seules près de 30.000. La préoccupation du ministre va au-delà de la compassion pour les victimes : ces escroqueries constituent une importante filière d’immigration, et le gouvernement a décidé d’y voir plus clair.
Il faut ENCORE alerter la HALDE, SOS Racisme et les aures sangsues! En effet: http://www.leprogres.fr/fr/article/2204791,251/Une-Stephanoise-victime-d-un-mariage-gris-recue-par-Eric-Besson.html
Voilà ce que c’est, le mélange des ethnies… Les nanas qui épousent un immigré savent ce qu’elles font. Il ne faut venir se plaindre, après… L’immigré, lui, il rigole: il s’est tapé une blanche, il a ses papiers français et peut bénéficier de toutes les largesses sociales dont ce genre d’individu est friand. Mesdames, mesdemoiselles, après tout, c’est vous qui voyez… Vous ne direz pas que l’on ne vous avait pas prévenues.
FDF

Sortez vos mouchoirs: le long périple d’un jeune Afghan jusqu’en France.

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 14:15

Source: (lefigaro.fr)
19/11/2009 

Aujourd’hui naturalisé Français, Wali Mohammadi a fui l’Afghanistan à 15 ans avec l’objectif de rejoindre l’Angleterre. Son parcours de trois mois et demi s’arrêtera finalement à Calais. Il raconte.

Son père a été torturé et tué par les talibans, sa mère a été victime d’une explosion sur un marché. Lui-même a été torturé à l’âge de 12 ans. A 15 ans, Wali Mohammadi n’a plus rien à perdre. Il vend les quelques biens laissés par ses parents, confie son petit frère à une famille voisine, et se met en route pour l’Angleterre où vit sa sœur. Il sait que le chemin va être long et dangereux, mais il n’a pas le choix.

Il raconte avoir mis deux points rouges sur une carte : Kaboul et Londres, et tracé son parcours entre les deux. Première étape, Peshawar, au Pakistan, en train. Puis douze jours de voiture avec des passeurs vers l’Iran. Là, il contacte d’autres passeurs, qui l’emmènent à cheval, puis à pied en Turquie. Sur le parcours, un de ses copains, clandestin, comme lui, a la jambe déchiquetée par une mine. Lui-même manque de se faire tuer par des combattants du PKK, la rébellion kurde. Il parvient malgré tout à Istanbul. C’est en voulant atteindre le Grèce qu’il connait la plus grande peur de son périple, et son premier émerveillement :

Arrivé sur une île grecque, il parvient à déjouer des questions de policiers, à se faire passer pour un touriste, et prendre un bateau avec d’autres clandestins, pour rejoindre Athènes. Il y rencontre plusieurs passeurs, mais décide finalement de tenter sa chance seul dans le port de Petra, où se pressent d’autres migrants. Il monte alors au hasard dans un camion en partance pour l’Italie. Trente-six heures d’un voyage qui aurait pu être le dernier :

Arrivé en Italie, il ne sait pas dans quelle ville il se trouve. Surpris par le nombre de touristes et de canaux, il apprend qu’il se trouve à Venise, une ville dont il n’avait jamais entendu parler. A la gare, on lui indique le trajet Venise-Lyon, pour atteindre la France, mais il ne sait pas que Lyon est en France. Alors il effectue un détour par Rome, puis Rome-Paris, et enfin, Paris-Calais. Il touche alors presque à son but…

Le jeune homme, âgé aujourd’hui de 22 ans, a été naturalisé français en novembre 2008, après avoir obtenu un premier titre de séjour en 2005, et vécu dans la clandestinité chez une famille française. Il a pu faire venir son petit frère en mars 2006. Titulaire d’un CAP pâtisserie passé en France, il travaille depuis à Lille. Mais il rêve d’entamer des études de science politique, pour un jour, peut-être, aider à la reconstruction de son pays d’origine.

Il a « sorti » un livre, le « nouveau citoyen Français »… Pour ne pas trop profiter financièrement de son statut social d’ancien immigré… Non, j’rigole. Pour le livre, par contre, c’est vrai…

FDF

Racaille: les nuits chaudes du football…

Filed under: immigration,islamisation,musulmans,racaille — francaisdefrance @ 14:09

Relevé dans un quotidien ce vendredi. Sur une même page, ces deux articles:

Il faut bien que tout le monde vive, mais là, on atteint des sommets dans l’absurdité… Le type qui a fait la « mise en page » a certainement occulté que la « joie des Algériens » (photo du bas) s’est traduite par bon nombres de voitûres incendiées (photo du haut) et autres vitrines volontairement cassées… Si c’est ça, une manifestation de joie! Bon; on sait d’où ça vient, mais ça devient pesant, très pesant…

Je ne ferai pas de la pub à ce quotidien en publiant les texte entier des journalistes, mais ça vaut aussi son « pesant de cacahuètes »…

FDF    

Marseille : la plus grande mosquée de France en 2011… Le début de l’Apocalypse…

Filed under: immigration,islam,islamisation,musulmans,racaille — francaisdefrance @ 13:33

19.11.2009

Marseille : la plus grande mosquée de France en 2011

 

Il est possible que les colons d’Afrique du Nord aient construit des églises durant les 130 années de colonisation de ces territoires. Cependant cette page de l’histoire ne s’est pas terminée d’une manière heureuse.

C’est pourquoi, si les descendants des immigrés du Maghreb continuent à coloniser la France d’une manière identique, alors cette colonisation également finira mal.

Hors sujet: acte de terrorisme puni de mort par l’islam…

Filed under: islam,islamisation,musulmans,ramadan — francaisdefrance @ 13:26

A mon avis cette femme est morte aujourd’hui ou au mieux en prison pour le restant de ses jours…

Que cette photo fasse 100 000 fois le tour du monde !!!

Emeutes ethniques en France : le point de non-retour.

Filed under: immigration,islamisation,racaille — francaisdefrance @ 10:56

vendredi 20 novembre 2009

Lors des trois derniers matchs de football de l’équipe nationale algérienne en Afrique, nous avons eu droit aux mêmes scènes de violence… en France. Que cette équipe gagne (contre le Rwanda, ou contre l’Egypte mercredi dernier à Khartoum), ou qu’elle perde (comme au Caire), peu importe. Parmi les milliers de supporters qui envahissent les rues de nos grandes villes pour défiler et crier leur joie ou leur peine, des dizaines de casseurs détruisent véhicules, mobiliers urbains, et commerces.

A Marseille particulièrement, on pensait avoir tiré les leçons du match Algérie-Rwanda : 500 à 600 policiers furent mobilisés pour Algérie-Egypte au Caire ; ce qui n’a pas empêché les émeutes que la presse qualifie d’une manière très politiquement correcte d’« incidents ». La porte d’Aix, le quartier Belsunce, la Canebière et le Vieux Port étaient pris d’assaut par des bandes de « jeunes ». Entre autres voitures brûlées et abribus saccagés, un Mac Do fut détruit, et les vitres de la bibliothèque de l’Alcazar volèrent en éclat. Dans le Vieux Port, six bateaux furent incendiés, dont deux coulés.

Pour le match Algérie-Egypte à Khartoum qui a eu lieu mercredi dernier, même mobilisation policière. La mairie a appelé les associations algériennes et musulmanes à contenir les supporters et à appeler au calme. En vain. On a eu encore droit aux voitures incendiées, aux vitrines brisées, aux containers à déchets réduits en cendre. A chaque fois, la presse locale ou nationale parle de « quelques incidents », alors que ces jeunes n’hésitent pas à lancer des cocktails molotov, ou des bouteilles sur les forces de l’ordre.

Autre type d’« incidents » : les agressions commises par des bandes venues des « quartiers sensibles » pour « casser du blanc » et dépouiller des citoyens. Nous l’avons vu lors de la dernière « Techno-parade » ou de la distribution annulée de billets de banque à Paris. Là encore, les médias taisent l’essentiel : il s’agit bien d’agressions racistes, évidemment tues par le Mrap ou SOS-Racisme puisque ni les agresseurs ni les agressés ne sont de la bonne couleur de peau.

Plus généralement, le « sentiment d’insécurité » augmente dans de nombreux quartiers de nos villes en proie aux bandes, aux agressions aux personnes, aux braquages de plus en plus nombreux. Après la police et les pompiers, ce sont les médecins qui se font attaquer et piller et qui refusent d’y exercer. La population ne cesse de se plaindre aux élus qui ne se contentent que de belles paroles. Les citoyens les plus courageux commencent à s’organiser en comités de surveillance, qui risquent de muter en milices.

Il faut se rendre à l’évidence : malgré quelque arrestation et mises en examen ici où là, l’Etat, avec ses outils régaliens (police et justice) n’arrive plus à endiguer cette violence endémique. Il a perdu la partie. Le bilan de Nicolas Sarkozy avec son « Kärcher » et des ministres de l’Intérieur qui lui ont succédé se solde par un échec patent que les médias et la propagande officielle n’arrivent plus à cacher. On multiplie les déclarations de principes et l’arsenal judiciaire, mais en vain. Le point de non-retour est atteint.

D’après un billet de Roger Heurtebise…

Enregistrer au format PDF

France-Irlande: il faut saisir la HALDE ! Alerter le MRAP !

Filed under: racisme — francaisdefrance @ 10:39

Vu sur EUROSPORT.FR:

Le jeu de mot du titre est une ENORME preuve d’islamphobie! Egorgeons ces journaleux (c’est bientôt l’Aïd…) !!!

 

Et n’oubliez pas de lire: http://laposte.eurosport.fr/football/qualif-2010-europe/2010/il-etait-une-mauvaise-foi_sto2128054/story.shtml