Francaisdefrance's Blog

18/11/2009

Sécurité, la droite guimauve…

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 19:25

Lu sur: http://heresie.hautetfort.com

 

 

« Bon billet que celui d’Echo politique à propos de la sécurité. Sarkozy et sa droite prétendûment décomplexée se foutent de notre gueule. On a en effet le sentiment que l’ordre public est le dernier de leurs soucis. En réalité, Sarkozy ne brandit la sécurité qu’à des fins électorales. Une fois le soufflet retombé, il réduit les effectifs de police et fait voter des lois qu’on sait par avance inapplicables faute des moyens nécessaires pour les mettre en oeuvre. L’affaire mailorama est exemplaire : la racaille peut désormais se pavaner en plein coeur de Paris et massacrer des victimes innocentes au nez et à la barbe des CRS pourtant présents. A Marseille, on saccage tout parce que le match a été annulé ou que l’équipe de football d’Algérie a été caillassée en Égypte. La gauche dégoûlinante trouve cela normal, et la droite se cantonne aux discours convenus sur le sujet. Bientôt, on va faire une grande chaîne de l’amitié et défiler dans les rues avec la flamme d’un briquet allumée pour protester contre la délinquance.

Contre la délinquance, la réponse principale, c’est le coup de matraque, aussi fort que possible, la prison, aussi longtemps que nécessaire, et les mesures éducatives quand elles peuvent s’appliquer avec les moyens ad hoc.

Les hochements de menton de Nicolas Sarkozy ont fait long feu. Le sentiment d’impunité est général. Je le pressens, la colère grondera à nouveau, parmi les petites gens, et les incantations des belles âmes ne sauront plus les calmer.

J’avais trouvé intéressantes les propositions de Bayrou en 2007. Voici ce qu’il disait alors, et, à mon avis, cela demeure à peu près valable :

«  Aux grands maux, les grands remèdes ! La sécurité est le premier devoir de l’État à l’égard des citoyens. L’échec à assurer la sécurité des Français est l’échec majeur de la période récente.»

On a appris que les policiers avaient pour consigne de ne pas entrer dans la cité des Tarterêts ! On est loin de la ‘tolérance zéro’ ! Il faut inverser notre politique : réimplanter l’Etat au cœur de ces quartiers, pour y incarner la sécurité et le service public. Pas seulement la police de proximité, mais aussi l’Etat de proximité, l’Etat qui protège et qui aide.

Sanctionner tôt, dès le premier délit, serait bien souvent la meilleure prévention (il est absurde de séparer prévention et sanction) : face à la délinquance juvénile, la sanction doit être ultrarapide et éducative. La prison est une impasse, un pourrissoir, on en sort caïd : je suis pour des sanctions qui remettront le jeune au contact de l’autorité : rigoureuses et éducatives. Les travaux d’intérêt général surveillés deviendront une obligation, avec l’encadrement correspondant.
On rendra systématique un principe de réparation du tort causé à autrui ou à la collectivité. Une loi sera votée pour la protection des victimes contre les représailles.
Je proposerai que le maire ou le président de l’intercommunalité – seul responsable accessible et identifiable par le citoyen – ait autorité sur la police de proximité.
La prévention commence par la famille : quand j’ai donné cette claque à Strasbourg, j’ai reçu des milliers de lettres, dont beaucoup de parents immigrés. Ils me disaient : ‘Vous avez bien fait, mais si nous donnons une claque, c’est l’assistante sociale’. Il y a un immense effort à conduire pour l’éducation des parents ! Quand il y a abandon de toute responsabilité, les allocations familiales doivent pouvoir être mises sous tutelle.
L’école est la clé. Victor Hugo le disait : ‘Ouvrez une école, vous fermerez une prison’. Si l’école donne de l’espoir, le quartier est sauvé. Au collège, il faut enseigner la loi. On doit sortir du collège les jeunes qui déstabilisent leur classe : il faut des structures scolaires de recours, de petite taille, avec une pédagogie adaptée et une surveillance renforcée.

La loi doit être la même pour tous. Il faut donner l’exemple, au plus haut : je suis contre le principe d’amnistie lié à l’élection présidentielle. »

Le problème, c’est qu’avec Sarkozy, on est très loin d’un tel programme, à même de rétablir la sécurité. J’ajouterai que face à la racaille, il doit être un principe établi qu’il ne faut pas mollir : quand je vois que des bandes viennent jusque dans les palais de Justice pour beugler et menacer les magistrats, j’estime que les lois contre les délits de complicité et bandes maffieuses sont bien trop douces.

On attend toujours l’homme énergique qui ne cèdera plus un seul pouce de terrain à la racaille, mais la matera définitivement… »

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :