Francaisdefrance's Blog

14/11/2009

Lu sur un blog: pas mal…

Filed under: immigration,islamisation,musulmans — francaisdefrance @ 21:33

« Donc, si j’ai bien compris, le fait que la Turquie ait massacré 1,5 millions d’arméniens, c’est par c’est nous, les vilains européens, qui lui avons appris le racisme…

Et pas du tout parce ce que le Coran enjoint de massacrer les infidèles, ni même parce que les turcs sont suffisamment intelligents pour avoir découvert le racisme nationaliste tous seuls… En 1915, année du génocide, les kemalistes n’ont pas pris le pouvoir. On est encore sous l’empire ottoman. Qui massacre alors régulièrement des chrétiens depuis 40 ou 50 ans.

Et aujourd’hui il faudrait accueillir la Turquie, parce que sinon ils vont devenir fascistes… Ha bon, l’Europe ça sert même à ça…

Ben moi j’ai pas envie de payer des impôts pour développer un pays qui n’a pas ma culture et dont on s’interroge encore sur la place qu’il fait aux minorités… Et oui, je me méfie des musulmans. Aucun pays musulman n’étant aujourd’hui démocratique, je pense avoir quelques raisons. AUCUN pays où les musulmans sont majoritaires n’accorde ne vraie place aux autres religions.

Sans nous ils deviendront fascistes ? Ben c’est que leur histoire nationale a besoin de ça, sûrement.

C’est un argument qui me donne envie de cadenasser la porte. »

L’Europe n’est pas le paracétamol de la Turquie.

Racaille. Insécurité en Seine-Saint-Denis : des voyous violent une handicapée mentale de 15 ans !

Filed under: dhimmitude,immigration,racaille — francaisdefrance @ 21:27
le 14 novembre 2009

photo_1237571364920-2-0_zoom Une handicapée mentale de 15 ans a été victime d’une tournante à Stains en Seine-Saint-Denis, le week-end dernier, violée par quatre adolescents !

Ce crime, particulièrement ignoble et crapuleux, démontre, comme tant d’autres, l’échec total du gouvernement en matière d’insécurité.

Les mesurettes annoncées par Monsieur Hortefeux n’y changeront rien : l’insécurité ne cesse d’exploser en France, toujours plus violente, toujours plus abjecte, toujours plus immonde.

Censé assurer la sécurité des Français, en particulier celle des plus faibles et des plus vulnérables, alors qu’il avait juré de nettoyer les cités au « kärcher », un certain Sarközy avait promis de débarrasser les banlieues de la « racaille », c’est en réalité tout l’inverse qui se produit !

Inutile de nous parler à nouveau d’identité nationale ou de burqa… Les faits sont là, s’amplifient et la racaille profite un maximum du sentiment d’impunité à laquelle on l’a habituée au nom de d’un tas de mesures gouvernementales prises en SA faveur. Ca ne durera pas…

Sortez vos mouchoirs: Comment la France accueille ses immigrés…

Filed under: immigration,islamisation,racaille — francaisdefrance @ 14:17

DÉBAT SUR L’IDENTITÉ NATIONALE

Symboles et valeurs de la République, respect,  principes de liberté, d’égalité, de fraternité et de laïcité, « ils » s’y intéressent, certes; mais juste le temps d’obtenir leur « contrat d’intégration », qui va leur donner accès au Pôle Emploi, aux allocations familiales, allocations logement et toutes les autres « gentillesses » auxquelles les Français de souche n’ont pas droit. Il fait bon être immigré, en France, ça c’est sûr…

FDF

Comment la France accueille ses immigrés

Pour « pomper » la France, ils sont venus nombreux…

touche toi

« Ils sont vingt-quatre. Certains se sont mis sur leur trente-et-un, chaussures cirées et costume apprêté. D’autres ont préféré le confort de baskets et la chaleur d’un gros pull en laine pour affronter cette journée. Tous sont arrivés à l’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII) en avance sur leur convocation. Leurs regards se sont posés sur les grands drapeaux français et européens déployés à l’accueil : d’ici quelques heures, ils en seront. Ces immigrants auront leurs papiers français. Mais en attendant la remise de leur carte de séjour, un peu plus tard dans l’après-midi, les participants de tous âges sont venus aujourd’hui signer leur  » contrat d’accueil et d’intégration  » (CAI). Un passage obligatoire depuis 2007 pour tous les étrangers admis en France pour la première fois en vue d’une installation durable. Objectif : transmettre les symboles et valeurs de la République aux immigrés. À l’heure des débats initiés par Éric Besson , lepoint.fr est allé découvrir « l’identité nationale » telle qu’on l’enseigne aux nouveaux arrivants. »Vous êtes sur la plate-forme d’accueil de l’OFII car vous allez recevoir votre premier titre de séjour », articule Christelle, l’auditrice en charge du groupe convoqué cet après-midi. Malgré un grand « bonjour » scandé à l’unanimité à l’entrée de la jeune femme, l’assemblée semble stressée. « Vous allez signer le CAI et vous engager par contrat à respecter les valeurs de la République française », continue Christelle solennellement, en parlant lentement. Aujourd’hui, tout son auditoire comprend le français : personne n’a eu recours à un traducteur ou à l’un des audioguides disponibles à l’entrée. Ousmane N’Diaye semble – comme le reste de l’assemblée – tendu. Ce Sénégalais de 34 ans s’est assis au milieu de la salle, comme s’il voulait se faire tout petit. Passer inaperçu, il connait cela par coeur : cela fait plus de quinze ans qu’il vit à Paris, sans papiers. Le grand gaillard écoute tout de même avec attention le film diffusé, « Vivre ensemble, en France ». Tout un programme.

Un film pour rappeler les valeurs de la République

Utilité des mairies, rôle des préfets, Parlement et Marseillaise : le film passe au crible le fonctionnement de la France. Le signataire d’un contrat se doit de « connaître les symboles et valeurs de la République pour mieux s’intégrer et vivre en France ». Une petite dizaine de personnes, présentes sur le territoire depuis plus de cinq ans, ont l’air un peu blasé. Un Chinois hausse un sourcil à l’énoncé de toutes les libertés dont il disposera désormais (opinion, expression, circulation, propriété…), une femme algérienne hoche la tête, triomphante, à la vue de Simone Veil, alors qu’une voix off insiste sur l’égalité en droit des hommes et des femmes dans tous les domaines. « Les femmes n’ont pas besoin des autorisations de leur mari, père ou frère ; la contraception et l’avortement sont accessibles à toutes », précise la vidéo. Le chapitre sur la laïcité est suivi avec attention. Puis les images de balades en famille en forêt, d’amis réunis autour d’une partie de pétanque et d’enfants jouant avec des bateaux au jardin du Luxembourg à Paris détendent l’atmosphère. C’est aussi ça, la France…

Un médecin, une assistante sociale et un auditeur chargé du test de langue expliquent le déroulement de l’après-midi. Les participants se relâchent. Un Colombien s’inquiète de pouvoir traduire son diplôme de mécanicien industriel, un Libanais voudrait connaître la procédure pour échanger son permis de conduire. Autour de quelques biscuits et de café mis à disposition au fond de la salle, les langues se délient. Pour Ousmane, obtenir sa carte de séjour, c’est pouvoir travailler et avoir un logement. Pour lui, la France représente avant tout la démocratie.

Liberté et démocratie

Nawel, 38 ans, est Marocaine. Mariée à un Français et maman d’une petite fille de deux mois, cette carte de séjour représente surtout pour elle une « liberté de circulation ». « Je ne renie pas mes origines, mais la France est mon deuxième pays : son empreinte est partout au Maroc, jusqu’au français, qui est notre deuxième langue. J’ai un travail. Mon intégration est déjà acquise. » La jeune femme en tailleur n’a pas suivi le débat sur l’identité nationale , mais insiste : « Pour moi, la France, c’est avant tout la liberté et la laïcité. L’égalité et la fraternité sont aussi indissociables de l’image du pays. » Pour Hamid, un Algérien, sa carte de séjour va lui permettre « d’accéder à une société de liberté », où il pourra « assurer un bon niveau de vie social et intellectuel à ses enfants grâce aux acquis sociaux ». L’homme à la cinquantaine bien portée s’enthousiasme de l’aura internationale des valeurs françaises : « La France est un modèle dont les principes, la liberté et la démocratie, se sont diffusées dans toute l’Europe et jusqu’aux États-Unis. »

La pause était de courte durée. Ousmane entre à présent dans la petite pièce où il va signer son CAI. Trois petits drapeaux français ornent le bureau, deux sont disposés sur le placard. « Par ce contrat, l’État s’engage à vous aider à vous intégrer, et vous vous engagez à tout faire pour vous intégrer aussi », explique une fois encore la représentante de l’OFII. Sans quitter le document des yeux, il répond avec application aux questions d’usage, destinées à l’orienter éventuellement vers un bilan de compétences professionnelles et des cours de langue gratuits. La femme glisse dans son dossier une convocation à une journée de formation civique et le dispense de la « session d’information sur la vie en France », puisqu’il la connaît « mieux que dans son pays ». Quand enfin, il signe le contrat, ses épaules retombent dans un soupir de soulagement. Celui qui était jusque-là très réservé lance dans un éclat de rire : « J’attendais cela depuis si longtemps ! »

Dans le couloir, alors qu’Ousmane s’éloigne, le visage radieux, vers la visite médicale obligatoire, des titulaires de la carte de séjour laissent éclater leur joie. Ils viennent de la retirer dans l’antenne de la préfecture de police, au bout du couloir. Un jeune Chinois à l’air dépassé, assis sur une chaise, comme sonné, serre le précieux sésame dans ses mains. D’autres le protègent précautionneusement dans une petite pochette bleue flanquée du logo de la République française. Avant de repartir dans les rues de Paris, le coeur léger. »

A nous la France! A nous de participer au pillage, doivent t’ils se dire…Repère : le contrat d’accueil et d’intégration à la loupe

D’après:  http://www.lepoint.fr

Le très médiatisé Tariq Ramadan, un intellectuel progressiste et libre d’esprit?

Filed under: immigration,islam,islamisation,mosquée,musulmans,ramadan — francaisdefrance @ 12:12

 

Non, un prédicateur intégriste…

 

Lu sur: http://cybersolidaires.typepad.com/ameriques/2009/11/tariq-ramadan.html

« Le 6 novembre à Montréal, Tariq Ramadan, professeur à l’Université Oxford, la plus célèbre université anglaise, donnait une conférence à l’invitation de Présence musulmane Montréal. Ce que dénonçaient dans une publicité d’une page publiée dans Le Devoir le Muslim Canadian Congress, qui milite pour que la religion musulmane s’exerce dans la sphère privée, et Point de bascule, qui lutte contre l’islam radical. Ne pas confondre le Muslim Canadian Congress avec le Canadian Islamic Congress, qui tente de bâillonner la presse et prône la ségrégation musulmans/non-musulmans et hommes/femmes dans les hôpitaux.

Pour Présence musulmane Montréal, cette conférence de Tariq Ramadan ne cherchait qu’à « mettre en évidence la nécessité pour tous les citoyens, musulmans ou non, (…) à s’investir pour une transformation de notre environnement selon les exigences des valeurs universelles et consensuelles qui nous habitent ». Voici ce qu’en dit Nathalie Petrowski qui y assistait :

Pendant les 30 premières minutes de son discours, j’étais d’accord avec tout ce qu’il disait. (…) Puis, haussant le volume de sa voix et adoptant un ton fiévreux, il s’est transformé en prédicateur. Il a vanté les vertus de la pudeur vestimentaire pour mieux dénoncer la vulgarité des sociétés occidentales. On doit réformer la société dans laquelle on vit, a-t-il martelé avant d’exhorter ses auditeurs à ne jamais, jamais devenir des musulmans invisibles…

Et quelles sont les prétendues « valeurs universelles et consensuelles » sur lesquelles devrait se baser la réforme des sociétés occidentales?

Tariq Ramadan est le petit-fils de Hassan el-Banna qui a fait échouer la réforme rationaliste de l’islam en Égypte en fondant les Frères musulmans afin de lutter contre ceux et celles qui voulaient séparer la religion de l’État. Ce mouvement au service d’une vision totalitaire de l’islam a comme objectifs la création d’États islamiques à travers le monde, la lutte contre l’influence occidentale et l’instauration de la charia. Même si Tariq Ramadan se définit comme un intellectuel progressiste et libre d’esprit, loin de critiquer la pensée de son grand-père, il l’enseigne.

C’est donc l’islam politique et intégriste, sexiste, homophobe, antisémite et haineux – soit l’islamisme, cette idéologie réactionnaire qui tue l’égalité, la liberté et la laïcitéqu’il contribue à répandre et non pas la liberté de penser. Y compris en Iran, où il anime une émission de télé financée par la dictature dont le peuple a ras le bol. Soulignons que l’idéologie extrémiste qu’il propage n’est pas partagée par la majorité des musulman-es tant Québécois qu’ Iraniens.

Nathalie Petrowski rapporte aussi que quelqu’un lui a demandé s’il était au courant que la quête d’identité laïque et égalitaire des Québécois-es n’est pas compatible avec l’intégrisme qu’il prêche. Bien sûr qu’il est au courant. « Le problème du Québec, c’est que vous êtes colonisés par la France et que vous ne résistez pas assez aux idées des salons parisiens! »

 

Concluons avec la québécoise Djemila Benhabib qui ne supporte plus de voir la propagande des Frères musulmans et d’Hassan el-Banna, ce Mussolini de l’islam, tolérée au nom du multiculturalisme. Algérienne ayant vu son pays sombrer dans le chaos en raison, entre autres, des discours d’intégristes du même acabit que Tariq Ramadan, son livre Ma vie à contre-Coran est un avertissement : « Toute indulgence envers cette idéologie de mort n’est pas seulement une grave erreur de principe, c’est une trahison ».

 

 

Sarkozy: « pas de place pour la burqa » mais pour les mosquées, si…

Filed under: immigration,islam,islamisation,mosquée,musulmans — francaisdefrance @ 12:04

babouse-d71

AFP
12/11/2009:

Le président français Nicolas Sarkozy a réaffirmé que la France est un pays « où il n’y a pas de place pour la burqa« , dans son premier discours prononcé dans le cadre du débat sur « l’identité nationale » lancé au début du mois par le gouvernement. « La France est un pays où il n’y a pas de place pour la burqa, où il n’y a pas de place pour l’asservissement de la femme, sous aucun prétexte, dans aucune condition et dans aucune circonstance », a déclaré M. Sarkozy à La-Chapelle-en-Vercors (centre-est), haut lieu de la Résistance pendant la Seconde guerre mondiale.

 

Nicolas Sarkozy avait déjà affirmé en juin devant les parlementaires que la burqa n’était « pas la bienvenue » en France. Une mission parlementaire sur le voile intégral a été mise en place par l’Assemblée nationale début juillet. Les spécialistes de l’islam insistent néanmoins sur l’aspect marginal du phénomène qui est le fait d’une minorité de musulmans en France se réclamant du salafisme et prônant une vision puritaine de l’islam.

« La France est un pays où il n’y a pas de place pour la confusion du spirituel et du temporel, la France est un pays de tolérance et de respect, mais elle demande aussi qu’on la respecte », a insisté Nicolas Sarkozy.

NDLR: comme l’islam: « religion » de paix et de tolérance… Tiens, c’est marrant, ça…

Flou total: Muette dans les médias, Diam’s livre son album « S.O.S. »

Filed under: immigration,islam,islamisation — francaisdefrance @ 11:38

S.O.S.  j’ai épousé l’islam !!!


Diam’s revient lundi avec « S.O.S », un album coup de poing où elle raconte sa descente aux enfers après le succès phénoménal de « Dans ma bulle », qu’elle souhaite faire parler pour elle, alors que la presse s’interroge sur sa conversion à l’islam.

Muette dans les médias, Diam's livre son album S.O.S.

ven 13 nov 2009

L’histoire d’une paumée qui fini « mariée » à l’islam; comme quoi, ça se précise: l’islam est loin d’être une religion; c’est une secte doublée d’une idéologie…

FDF

En 2006, Diam’s est partout, avec son troisième album « Dans ma bulle ». Elle y décrit avec acuité une jeunesse des banlieues qui ne se reconnaît pas dans le portrait qu’en font les politiques, mais aussi ses rêves de jeune fille à la recherche du prince charmant, et séduit bien au-delà des amateurs de rap. Le disque s’écoule à un million d’exemplaires et Mélanie Georgiades, petite rappeuse des Ulis (Essonne) d’origine chypriote, devient la porte-parole d’une « génération nan nan », appelant à voter contre Sarkozy et Le Pen aux élections présidentielles.

Elle sombre et se réfugie en hôpital psychiatrique

Mais la profession la snobe. Favorite aux Victoires de la Musique en 2007, elle repart bredouille. L’année suivante, elle craque en pleine cérémonie. Perdue dans le succès, la chanteuse sombre dans la dépression, fait des séjours en hôpital psychiatrique, passe une année sans parvenir à écrire. De cette descente aux enfers, de cette « gloire qui (lui) monte aux larmes » et de ces « médocs qui (lui) montent au crâne », Diam’s dit tout sur « S.O.S », un album en forme de retour sur soi bouleversant d’honnêteté, qu’elle balance comme un coup de poing.

Une volonté absolue de ne communiquer dans aucun média

Diam’s ne reste pas uniquement dans sa bulle, qu’elle parle d’engagement humanitaire ou qu’elle retrouve une plume acérée de chroniqueuse sociale: « Le président ne nous aime pas/Je l’ai lu dans ses voeux/Il ne s’aime pas/Je l’ai vu dans ses yeux », balance-t-elle dans « L’honneur d’un peuple ». Au long de titres denses et fleuves – plusieurs atteignent dix minutes -, où elle crache ses rimes avec rage, elle explique aussi comment elle a pris du recul, parcouru le monde, et décidé, à 29 ans, de revenir au rap. Mais avec de nouvelles règles. « Ses cicatrices sont encore un peu à vif, la preuve étant cette volonté absolue de ne communiquer dans aucun média », souligne l’écrivain et journaliste spécialiste du rap Olivier Cachin.

« Lili », réquisitoire contre le port du voile

Diam’s a refusé toutes les demandes d’interview, même pour confectionner la biographie envoyée par la maison de disques aux journalistes. Une décision qu’elle a maintenue malgré la publication d’articles dans la presse la présentant mariée, convertie à un islam modéré, portant le voile pour aller à la mosquée et ne sortant plus la tête découverte, loin de son ancienne image. C’est un des rares thèmes que Diam’s n’aborde pas dans cet album pourtant si personnel, même si l’on comprend en filigrane que la foi l’a aidée. Une chanson devrait cependant faire couler de l’encre dans le contexte : « Lili », un réquisitoire contre l’interdiction du port du voile à l’école.

Avec risque, elle ne défend pas son album

Sa conversion « est quelque chose qui pourrait être anodin si elle en parlait, mais comme elle ne répond pas, ça prend du coup une autre dimension », analyse Olivier Cachin, pour qui cela « brouille son image » même si c’est un « non-événement » pour le milieu du rap. « Ne rien faire d’autre à côté du disque et des concerts à l’heure actuelle, et ce quel que soit l’artiste, c’est commercialement très, très dangereux. Ne pas le défendre c’est le risque de le tuer prématurément », estime-t-il. En octobre lors de l’écoute du disque organisée pour la presse, Diam’s était apparue sur scène quelques brèves secondes. « Je voulais juste dire à ceux qui se posent des questions que je vais très, très bien », avait-elle lancé.

Pour moi, elle va très très mal… Mais elle ne peut reporter la faute que sur elle-même…

manburka1

FDF

« Débat » sur l’identité nationale: la grosse arnaque.

Filed under: dhimmitude,immigration,islamisation — francaisdefrance @ 11:31

Pour lancer le débat sur l’identité nationale voulu par Eric Besson, un «guide» a été envoyé par le ministère de l’Immigration aux préfets chargés d’organiser les débats localement.

Ce guide liste 200 questions que Le Figaro a consultées. Quelques exemples: «Pourquoi nous sentons-nous proches des autres Français, même sans les connaître?» (Sans interroger le fait que peut-être tous les Français ne se sentent pas proches des autres.)

Mêlant Renan à la gastronomie, le questionnaire semble être un fourre-tout. Le Figaro reprend:

Nos clochers signent-ils notre identité, comme «nos églises et nos cathédrales» interroge le guide? Ou serait-ce «notre patrimoine», «notre culture», «nos paysages»,«notre langue», «notre agriculture» ou encore «notre industrie» qui forgent notre spécificité?

Sur seize chapitres, précise Le Figaro, quatre concernent les immigrés. Pourquoi les accueillir au sein de notre communauté nationale? Comme un questionnaire à choix multiple, le guide suggère: «Pour maintenir une tradition historique de nation ouverte?», «Pour soutenir notre démographie?», «Satisfaire le besoin de personnes qualifiées pour certains métiers?», occuper «les emplois non pourvus de notre économie?», ou encore pour «leur apport culturel?»

Le Figaro souligne aussi que tout en posant des questions, le guide semble vouloir suggérer des réponse: «La République doit-elle aller plus loin dans la lutte contre le communautarisme?», «Les atteintes à l’égalité entre hommes et femmes sont-elles compatibles avec les valeurs de l’identité nationale?». L’Islam n’est jamais mentionné, mais la burqa oui. L’identité européenne est à peine évoquée.