Francaisdefrance's Blog

11/11/2009

Pas « gâtés » non plus, les Suisses…

Filed under: islam,islamisation,musulmans — francaisdefrance @ 21:47

 

Un père (d’origine Algérienne) accusé d’avoir frappé et tondu sa fille.


Elle ne voulait pas donner le mot de passe de sa messagerie.
Un père qui roue de coups sa fille de 16 ans, qui l’humilie, c’est sur cette affaire qui dépasse l’entendement que le Tribunal de police s’est penché hier.

L’accusé est un homme de 48 ans d’origine algérienne. Comme son épouse, il nie tous les faits reprochés. Celle-ci ne s’est pas présentée devant les juges. Elle s’est réfugiée avec ses deux filles cadettes en Algérie. Quant à l’adolescente, âgée aujourd’hui de 18 ans, elle n’est pas venue non plus. L’idée d’affronter ses parents la terrorise. Elle affirme qu’elle perd tous ses moyens.

Les faits remontent au 26 août 2007. Ce jour-là, le père veut coûte que coûte connaître le mot de passe afin d’accéder à la messagerie de sa fille: «J’avais peur qu’elle tombe sur des pédophiles», a-t-il expliqué, en audience. Mais l’adolescente ne veut pas le lui donner.

Sac-poubelle

Il se met alors dans une rage folle. Et, selon l’adolescente, commence à la frapper avec les pieds, avec les poings. Il lui enlève ses vêtements et la menace de l’exhiber dans le quartier en sous-vêtements. Il va chercher un couteau de cuisine et un sac-poubelle. Il crie qu’il va la découper en morceaux. Il lui couvre la tête avec le sac en plastique et lui serre le cou jusqu’à ce qu’elle en perde le souffle.

Promenade en forêt

Ce n’est pas fini. Toujours d’après la jeune fille, il l’embarque dans sa voiture, l’emmène dans la forêt tout en continuant à la frapper. Elle finira par craquer et donnera son mot de passe. Retour à la maison. Le père constate qu’effectivement sa fille correspond avec un garçon. Pas un garçon, précise-t-il, «un homme de 58 ans». Il découvre de surcroît une photo de l’adolescente «pas admissible, un peu provocante où elle porte un blouson noir». Du coup, il la traîne dans la salle de bains et lui rase avec violence la moitié du crâne. La mère, non seulement n’intervient pas, mais encourage ces agissements.

C’est le lundi, lorsqu’elle reprend ses cours au Collège du Léman et qu’elle enlèvera son voile que le massacre sera découvert. L’élève sera immédiatement hospitalisée puis placée en foyer. Le père emprisonné. Et son épouse, fonctionnaire à l’ONU puis au CERN, prendra la fuite avec les deux cadettes en Algérie.

«La maltraitance et l’abandon ont marqué la vie de cette adolescente de manière profonde», constate sa psychothérapeute. La jeune fille fuit ses parents. Pourtant lorsqu’ils la contactent, l’espoir renaît, fugace. Avant de réaliser qu’ils cherchent une fois de plus à la séduire, à la manipuler (par des cadeaux, des promesses ou des blâmes) afin qu’elle dise aux juges qu’elle a menti.

Le fils caché

D’ailleurs, c’est ce que soutient son père. C’est elle qui, en pleine crise, s’est automutilée, c’est elle qui a rasé sa belle chevelure blond roux dont elle était si fière. Lui? Il ne l’a pas touchée. Un père exemplaire. Mais, demande la présidente, qu’est devenu le quatrième enfant? Ce fils dont on cherche à cacher l’existence? Un gosse qui souffrait, semble-t-il, d’une fragilité osseuse.

Lorsque la famille vivait à Londres, il a été hospitalisé pour «blessures non accidentelles». Puis les autorités ont retiré la garde du garçon à ses parents avant de le faire adopter. «Je n’ai aucune idée de ce qui s’est passé avec cet enfant, dit le père. Nous étions opposés à l’adoption.»

Le procès se poursuivra lors d’une prochaine audience.

source : tdg.ch/geneve

Hier à Marseille, les braqueurs ont préféré le voile à la cagoule.

Filed under: immigration,islamisation,musulmans,racaille — francaisdefrance @ 21:44

657148-8001003

Les malfaiteurs ont emporté hier plus de 350 000 euros de bijoux

Ni la sobriété de la cagoule, ni le clinquant du masque de clown. Pour dévaliser la bijouterie « L’Éclat », 14 rue d’Aix (1er ), les malfaiteurs ont opté pour un « déguisement » plus classique dans le quartier. Et tromper ainsi plus facilement la vigilance du propriétaire. Lorsque, vers 9h30, hier matin, ils ont sonné à la porte de la boutique, l’un d’eux était affublé d’une djellaba.

« Un couple ordinaire » a pensé le propriétaire en les invitant à entrer. D’autant qu’une poussette complétait la panoplie, histoire de faire encore plus vrai… Mais une fois à l’intérieur, le faux couple s’est révélé être un duo de redoutables braqueurs. Menacé par une arme de poing, le bijoutier était contraint de leur ouvrir son coffre-fort contenant l’ensemble des bijoux qu’il s’apprêtait à installer sur les présentoirs, dans les différentes vitrines.

Pour le presser un peu, un des malfaiteurs n’hésitait pas à asséner un coup de crosse sur le crâne d’un employé de la bijouterie. Après avoir fait main basse sur un butin, qui avoisinerait la coquette somme de 350 000 euros, les braqueurs ont pris la fuite, toujours en djellaba… mais sans la poussette !

Alors que la brigade de répression du banditisme (BRB) de la Dipj de Marseille était saisie de ce vol à main armée peu ordinaire, dans le quartier, les commerçants ne cachaient pas leur exaspération. « Je crois que toutes les bijouteries y sont passées dans cette rue, déplore la responsable d’un magasin de vêtements. Celui du bas a jeté l’éponge. Il a tellement été braqué qu’il a fini par vendre. »

Le braquage le plus spectaculaire avait eu lieu en décembre 2006 au « Temple d’Or« , à quelques numéros de « L’Eclat« . Les malfaiteurs, armés jusqu’aux dents, avaient positionné leur voiture, volée, au milieu de l’étroite rue d’Aix, tiré en l’air et brisé les vitrines à coups de masse.

source : laprovence.com

L’islam et la laïcité contre la France.

Filed under: dhimmitude,immigration,islamisation,mosquée,musulmans — francaisdefrance @ 21:37

mercredi 11 novembre 2009
La semaine dernière, deux événements se sont télescopés pour montrer à ceux qui ne l’auraient pas encore compris que les pouvoirs publics, en France et en Europe, sont désormais parfaitement acquis à la cause de l’islamisation.

Tout d’abord, le 6 novembre, Jean-Claude Gaudin, sénateur-maire de Marseille, a remis symboliquement à la « communauté musulmane » (du moins à ceux qui sont censés la représenter…) le permis de construire pour ce qui devrait être en 2011 l’une des plus grandes mosquées d’Europe (une salle de prière de 3 500 m2 et une capacité d’accueil de 7 000 personnes).

Naturellement, toutes les questions sont ouvertes sur le dossier du financement de cette mosquée. On estime que cette mosquée va coûter 22 millions d’euros (le terrain de 8 500 m2 étant accordé quasi gratuitement par la municipalité dans le cadre d’un bail emphytéotique). Et nul ne sait d’où vont sortir ces 22 millions. Officiellement, ils sortiront des poches des « fidèles », mais cela semble assez fantaisiste. L’Algérie a déjà accordé un million d’euros. Et, le plus vraisemblable, c’est que d’autres États (ou organisations financières plus ou moins nettes) contribuent à leur tour. L’objectif annoncé d’un islam « à la française » semble bien éloigné…

Autre possibilité : une violation indirecte de la loi de 1905 sur le non-financement des cultes. On sait que Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur, était très favorable à cette option et qu’il a même créé, aux forceps, une Fondation des œuvres de l’islam. Cette création était peut-être nécessaire et il est clair que la loi de 1905 est totalement inadaptée à la conjoncture présente. Mais un deuxième événement majeur est venu nous montrer quel jeu jouaient les pouvoirs publics en matière d’islam et de laïcité.

Le 3 novembre, la Cour européenne des droits de l’homme a condamné l’Italie pour la présence de crucifix dans les salles d’école. Que l’Italie soit historiquement catholique n’a pas eu l’air d’effleurer les juges. Qui n’ont pas davantage tenu compte du concordat qui lie l’Italie au Saint-Siège… La « laïcité » impose donc qu’on chasse les crucifix. Je suppose qu’elle impose aussi qu’on retire les croix des clochers, qu’on abatte les calvaires et les églises et qu’on brûle la moitié des tableaux des musées européens (autant de « signes ostentatoires »…).
Ce qui reste évident pour l’opinion publique, c’est ceci : la laïcité force les Européens à abandonner leurs racines culturelles, mais peut aisément être violée pour permettre à l’islam de s’implanter chez nous…

Dont acte.

 

Lu sur: http://www.les4verites.com