Francaisdefrance's Blog

17/10/2009

Tract mis dans les boites aux lettres a NIMES. Et « ON » nous accuse de racisme !!!

Filed under: immigration,islam,islamisation,musulmans — francaisdefrance @ 19:52

Ce qui suit « serait » le texte d’un tract diffusé sur Nîmes… A mon avis, c’est trop « direct » pour être issu de la communauté algérienne de France. Là, c’est vraiment de « l’incitation à la haine », pas comme ce que l’on peut voir sur ces blogs et sites terroristes anti-islam , anti-invasion islamique ou anti-mosquées surveillés sans cesse par la DGSE http://tinyurl.com/6b5zm4 . (Si, si, les « terroristes » concernés comptent et identifient les visites…).

On cherche un scan de l’original. Si quelqu’un pouvait le trouver et le diffuser en « version originale », cela éviterait de condamner encore à tort le tant stigmatisé peuple Algérien résidant en France qui ne nous veut qu’amour et paix, comme l’ordonne le coran…

FDF

« Nous Algériens et arabes informons la population judéo  Française nous haissons par dessus tous la France et son peuple enjuivé jusqu’a la moelle> Nous avons battu militérairement et politiquement la France en 54 et 62 alors que nous étions que 10.000 moudjahidine sous armés contre les> 500.000 soldats dégénérés de l’armée Française si sophistiquée.> > Notre vaillant djounoud  AMIROUCHE a tenu à lui tout seul en échec votre fameuse légion Étrangère en Kabylie pendant plusieurs mois.>> Nous sommes arabes et fidèles au Coran, ainsi qu’au terrorisme islamique et nous as servirons définitivement la France et ce qui reste de son peuple de tarés par> l’influence de la juiverie et de la maçonnerie, ruiné par ses habitudes d’alcoolisme et de drogue que nous lui fournissant.

Nous sommes déjà neuf millions de musulmans en France, et nous remplissons vos femmes quand nous voulons et nous sodomisons vos enfants qui finissent par aimer ça.> Nous avons dans votre territoire pourri 400.000 jeunes soldats qui ont déjà fait leurs armée au vrais pays, le Magrehb : ces jeunes ont les couilles en acier, et valent leurs aînés de la wilaya 7, qui ont fait ployer la France dans les années 1960, avec seulement quelques dizaines d’unités combattantes> Alors Français fais les calculs: tu es perdant a tous les coups De Gaulle avais compris> Une seule solution pour vous, parmi trois : la valise ou le cercueil ou alors et ce serais plus raisonnable, vous convertir en masse a l’Islam comme font des Français toujours plus nombreux, tel que GAROUDY, BEJART, BOURGES et encore et encore> Nous disons aussi aux 2 millions de Pieds Noirs : ralliez notreboble religion del’Islam, ainsi vous retrouverez votre place dans la Francarabia de Tamanrasset a Dunkerque> N’oubliez pas Pieds Noirs que les Français vous ont honteusement trahis en 1962, d’une majorité de 90% de vote pour l’Algérie indépendante vengez vous car ces Français sont des pédérases, et des traites soumis au Dieu des juifs et de l’argent> La France est déjà a nous : nous l’occupons depuis notre victoire de 1962 et c’est normal.> Les allemands n’ont t’ils pas occupé en 1940 après leur victoire ? la différence, c’est que nous arabo- musulmans allons l’occuper définitivement, par nos femmes, par nos enfants que nos femmes font naître ici en France en grand nombre, pendant que vous payez pour ça .>> Chacune de nos femmes fait 7 enfants, alors que les truies Françaises sont presques toutes stériles ou alors séropositives où alors elles font 1 enfant le plus souvent débile.> CHIRAC a dit : 1 enfant est une puissance musulmane>> Nous irons sodomiser le porc LE PEN dans Notre Dame de Paris, la Cathédrale qui rejoindra bientôt nos 779 mosquées dans Paris entre Perpignan et Dunkerque.>> Mort a la France> Vive la Francarabia Musulman »


Diam’s la soumise: la nouvelle France et l’égérie de la racaille tombe bien bas…

Filed under: immigration,islam,islamisation,musulmans,racisme — francaisdefrance @ 19:43

diam's en concert

Provocation islamiste: les médecins hospitaliers très inquièts…

Filed under: immigration,islam,islamisation,musulmans — francaisdefrance @ 18:04
LYON (NOVOpress)
nikNique les docteurs (français)!

Le personnel hospitalier est en prise directe avec l’islamisation de la France. Dans le cadre de la septième journée d’audition pour la mission parlementaire d’information sur le port du voile intégral, quatre députés se sont rendus à Lyon. Ils ont écouté notamment des représentants du monde hospitalier qui s’inquiètent de la progression du nombre de consultations de femmes voilées.

Le cas de Pascal Gaucherand, chef du service obstétrique de l’hôpital femme-mère-enfant à Lyon, Daniel Raudrant, chef du service gynécologie des hôpitaux Lyon Sud et Geneviève Beaumont, sage-femme. « Tous trois disent la même chose : une augmentation depuis quelques années du nombre de femmes intégralement voilées qui refusent d’être soignées par du personnel masculin », relate Libération Lyon. La fréquence ? Minimum une fois tous les deux jours. « Daniel Raudrant raconte un récent accouchement où, suite à une complication, un médecin de garde homme a dû intervenir pour sortir le bébé aux forceps. Le mari de la patiente l’a violemment frappé. Il a fallu le réanimer pour qu’il puisse terminer son intervention », constate le site internet.

L’islam, une religion en osmose avec la culture française ?

Novopress.info, 2009

Racaille/délinquance. Nouvelle stratégie contre les bandes: trop tard…

Filed under: immigration,racaille — francaisdefrance @ 17:53

Mais il y en a déjà eu combien, des « stratégies »? Et des promesses (hein, Nico?). C’est NOTRE armée qu’il faut utiliser, maintenant, au lieu d’envoyer nos militaires au massacre en Afghanistan et ailleurs…

FDF
16/10/2009

En mars 2006, déferlement de violence place des Invalides, à Paris, à l'isssue d'une manifestation anti-CPE.
En mars 2006, déferlement de violence place des Invalides, à Paris, à l’isssue d’une manifestation anti-CPE. Crédits photo : Le Figaro

La police du Grand Paris amorce une inédite campagne d’immersion en banlieue.

Alors qu’une loi contre les bandes violentes est en discussion au Parlement, la nouvelle police du Grand Paris active un vaste plan d’immersion en banlieue. Fort de l’élargissement de son champ de compétences le 14 septembre dernier, le préfet de police Michel Gaudin a décidé d’étendre de l’autre côté du périphérique les recettes efficaces déjà initiées dans la capitale. Comme la création d’un groupe de lutte contre le phénomène des violences urbaines au sein de la Direction du renseignement : en quelques mois, la dizaine d’officiers qui la composent ont dressé un état des lieux édifiant.

De vingt à quarante individus

Selon leur dernier bilan porté à la connaissance du Figaro, 65 bandes sévissent dans le seul Paris intra-muros. Quinze d’entre elles sont classées comme «violentes». «Elles sont composées de vingt à quarante individus, décrypte un fonctionnaire. Mineurs pour la plupart, souvent liés à des grands frères versés dans les trafics de drogue». A priori, aucun ne présente de signes distinctifs d’appartenance, comme dans les gangs américains. «Au contraire, leurs membres cherchent à passer inaperçus pour éviter de se faire cibler par la police ou une bande rivale, précise un officier de renseignement. Le seul lien qui les cimente reste le territoire…»

Disséminées à travers Paris, les bandes boudent désormais la gare du Nord ou encore la dalle de la Défense pour s’agréger en plein cœur de Paris, dans le secteur populaire des Halles. En outre, elles n’ignorent plus les beaux quartiers, à l’image de celui de Duplex et de la rue du Commerce, théâtres d’affrontements ayant notamment coûté la vie à jeune homme poignardé en pleine rue en décembre dernier. Selon nos informations, une soixantaine d’affrontements ont été dénombrés depuis le début de l’année, se soldant dans un cas sur deux par l’usage d’armes. Un dernier bilan fait état de trois morts et d’une dizaine de blessés par balles ou coups de couteau en Ile-de-France.

Pour passer une bande au crible et en décoder les pratiques, le groupe spécialisé de la Direction du renseignement se livre à un inédit travail d’immersion. «Pendant trois ou quatre mois, nos hommes multiplient les surveillances pour identifier les meneurs et leurs complices ainsi que les délits qu’ils commettent en s’introduisant dans un établissement scolaire et en dealant devant ses grilles», note-t-on à la Préfecture de police. Au terme de ce travail de «passe-murailles», les «grandes oreilles» consacrent des notes pour chaque bande. D’une trentaine de pages estampillées «confidentiel», elles sont agrémentées de noms et d’adresses, de faits et d’une impressionnante collection de clichés en couleur pris sur le vif. Ces précieux documents sont transmis clés en main aux unités opérationnelles de la PJ ou à la direction de sécurité de proximité de l’agglomération parisienne qui prennent le relais.

Dans la plus grande discrétion, la direction du renseignement de la préfecture de Paris vient de créer trois nouveaux groupes spécialisés dans le Val-de-Marne, les Hauts-de-Seine et la Seine-Saint-Denis. Triés sur le volet et rodés aux techniques les plus sophistiqués, une trentaine d’experts encombrés d’électronique et de mouchards vont se fondre dans les cités. «Leur mission sera délicate car il est hors de question, d’un point de vue légal, d’infiltrer physiquement une bande d’adolescents, prévient un commissaire. De plus, nos cibles passent leurs journées sur leurs gardes, assis sur un parpaing à épier un secteur qu’ils connaissent sur le bout des doigts. Le moindre changement dans le décor leur met la puce à l’oreille…» Un premier rapport attendu dès la fin de l’année devrait dévoiler le vrai visage des bandes.

Source: Le Figaro


Invasion: les dhimmis à pied d’oeuvre…

Filed under: dhimmitude,islamisation — francaisdefrance @ 16:51
Vous devriez vous convertir à l’islam, monsieur Nallet, ça devrait vous être utile…

FDF

BEYROUTH
16 octobre 2009
L’ancien Garde des Sceaux et ministre socialiste français de l’Agriculture Henri Nallet a déclaré jeudi 15 octobre lors d’une conférence à l’Ecole supérieure des Affaires à Beyrouth qu’il se prononçait en faveur d’un « Schengen de la Mediterranée », qui proposerait la libre circulation des personnes au sein du futur espace de l’Union pour la Méditerranée.

« Vous vous récemment prononcé en faveur d’un « Schengen de la Méditerranée ». D’où vous est venue cette idée pour le moins inédite ?
Henri Nallet: En tant que Maire d’une petite commune comprenant plusieurs familles d’immigrés, j‘ai constaté que l’intégration n’était pas un problème, à partir du moment où les leaders politiques se retroussent les manches. A plus grande échelle, je pense que l’intégration n’est donc pas une chimère. Ce qui relève du fantasme c’est plutôt l’idéologie xénophobe qui s’abrite derrière des discours techniques. Toutes les études de démographie le montrent pourtant, nous n’avons rien à craindre en ouvrant nos frontières sans restrictions aux pays méditerranéens.

Comment cette proposition pourrait-elle être accueillie en France ?
Je suis conscient du caractère provoquant de cette déclaration. Et c’est volontaire. Je veux laisser ouverte cette question de la libre circulation des personnes à l’intérieur de l’Union pour la Méditerranée. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, je suis un réaliste et je pense que méthodiquement et progressivement il est possible de faire rentrer cette idée dans la tête de l’opinion publique et des décideurs. En France, je peux compter sur le soutien de plusieurs ONG, comme la CIMADE, mais également sur le soutien de mon ex-premier ministre, Michel Rocard. En revanche, je peux vous dire avec certitude que je ne pourrais surement pas compter sur mon ex-camarade socialiste et actuel ministre de l’Immigration Eric Besson.

Comment êtes vous devenu si « méditerranéiste » ?
A 18 ans, j’ai quitté ma petite ville de Dordogne pour un voyage de trois semaines au Maroc. Ca a été un déclic. Un nouveau monde s’est ouvert à moi, qui était en même temps très familier. Car la France partage un bain culturel commun avec les pays méditerranéen. Depuis, j’ai sillonné le pourtour méditerranéen à la moindre occasion. Lorsque j’étais ministre de l’Agriculture j’ai notamment initié de nombreuses politiques de coopération avec plusieurs pays méditerranéens. Puis en tant que secrétaire du Parti socialiste en charge des question internationales (1997-2002 ndlr) j’ai essayé de renouer des liens politiques dans la région, notamment en Syrie et en Iran. »

C’est du racisme! Y’a des blacks et des beurs, dans le groupe! La police municipale veut faire retirer un clip de rap.

Filed under: immigration,islam,musulmans,racaille — francaisdefrance @ 11:30
C’est intolérable! Pour l’exemple, il faut impérativement faire quelques petites remontrances à ce « groupe » et leur dire de ne plus recommencer sinon… pan-pan cul-cul. Car on peut voir des noirs et des maghrébins, dans le  clip. Si on prend des sanctions envers eux, c’est raciste et passible des pires peines… En revanche, vous, Français de souche, allez dire que les musulmans extrémistes sont un danger: c’est « les bracelets, la garde à vue, le procès, la prison, une forte amende et des sommes considérables de dommages et intérêts à verser aux associations anti-français.  Il y a plein de cas; je vous les cite?
FDF
17.10.09
 Capture-écran du clip du rappeur Morsay, «J'ai 40 meufs».
Capture-écran du clip du rappeur Morsay, «J’ai 40 meufs»./DR

MUSIQUE – Selon un syndicat, la chanson de Morsay «n’est faite que d’injures»…

Un titre qui ne plaît pas à la police municipale. La chanson J’ai 40 meufs du rappeur Morsay est dans le collimateur du Syndicat national des policiers municipaux. Ce dernier a en effet réclamé le retrait d’un de ses clips diffusé sur YouTube.
Il considère que la vidéo n’est «faite que d’injures et d’incitations à la haine et à la violence».  «Nous avons reçu d’innombrables appels de collègues dénonçant cette vidéo», relate Frédéric Foncel, le vice-président du syndicat.
«J’nique la police municipale»
Dans la vidéo, on voit un groupe de rappeurs portant pistolets, fusils, batte de baseball, pointant leur arme vers la caméra, ponctuant leurs cris de coups de feu, faisant le geste de se trancher la gorge, chanter un air dont le refrain est : «J’ai 40 meufs et j’ai toujours la dalle, c’est Morsay j’nique la police municipale».
Dans son communiqué, le syndicat «exige des sanctions exemplaires à l’encontre de ces « artistes » de plus en plus nombreux à « vomir » par le biais de l’Internet sur les forces de police».

Immigration: Les « jeunes » dans les médias. Définition…

Filed under: immigration,islam,racaille — francaisdefrance @ 05:37

jeunes

Les médias font la plupart du temps usage du mot «jeunes» pour désigner des mineurs ou des adultes d’origine immigrée causant des troubles à l’ordre public, ou commettant crimes et délits.

Le mot “jeunes” englobe tous types d’individus allant de 10 à 35 ans bien tassés. Médiatiquement, de façon très notable, la plupart des « jeunes » s’appellent «prénom modifié». Cette pratique journalistique censée éviter la « stigmatisation » tente vainement de dissimuler ce que tout le monde sait déjà : que ces « jeunes » sont issus de cultures exogènes bien définies, inassimilables au substrat européen (l’histoire nous l’enseigne). Officiellement, de par leur « diversité », ces cultures sont censées nous enrichir.

Les jeunes donc…

  • Les «jeunes» haïssent tout ce qui de près ou de loin rappelle la France.
  • Les «jeunes» brûlent régulièrement des poubelles, des voitures, des maisons, des gymnases, des écoles, des crêches, des bibliothèques ou des églises. Mais pas les mosquées.
  • Les «jeunes» sont violents : ils insultent, agressent, cassent, détruisent, brûlent, pillent, tapent, tabassent, violent ou tuent gratuitement. Le plus souvent en bandes.
  • Les «jeunes» détestent les policiers, les pompiers, les médecins, les infirmières, les facteurs, les électriciens, les profs… (liste incomplète).
  • En revanche, les intellectuels, les profs, la gauche, les médias… (liste incomplète) adorent les «jeunes» : ils sont « l’avenir de la France », la chance de demain, la promesse d’un monde riche et coloré, ou règnent tolérance et partage.
  • Les «jeunes» fument ou vendent du shit. Souvent, les deux.
  • Les «jeunes» écoutent ou pratiquent le rap. Souvent, les deux.
  • Les «jeunes» se dissimulent la plupart du temps sous une capuche car ils n’ont rien à cacher.
  • Les «jeunes» ont souvent un quotient intellectuel à un chiffre. Et en tirent gloire.
  • Si vous osez faire une remarque à des «jeunes» sur leur comportement infect, ou si vous avez osé les regarder avec une pointe de réprobation, ils vous ordonneront de les “respecter”. A coups de poings ou à coups de couteau si nécessaire.
  • Les médias refusent semble-t-il de voir que le mot « respect » peut avoir, selon les personnes, les ethnies ou les cultures, des sens forts différents : le « respect« , chez le «jeune», est avant tout associé à l’intimidation, à la menace, à la violence et à la peur. Jamais à une qualité quelconque qui mériterait une estime véritable.
« Le respect, c’est une valeur de voyous. C’est une culture de gangsters. C’est quelque chose qui est aux antipodes de l’humanisme. » Xavier Raufer, criminologue – Cdansl’air – 2 sept 2009

L’emploi généralisé du mot “jeunes” :

  • minimise des actes de délinquance ou des actes criminels intolérables en les mettant sur le compte d’erreurs de jeunesse.
  • escamote la question du racisme dirigé vers les européens de souche.
  • permet d’occulter le lien entre immigration et insécurité.

  • Les “jeunes” sont toujours présentés comme les victimes d’une société qui rechignerait à les intégrer.
  • Quelle que soit la gravité des actes — vol, viol, crime, attaque à main armée, agression gratuite, trafic de drogue… — le “jeune” reste un éternel “délinquant”.
  • Délinquant est cet autre mot flou et passe-partout qui évite d’employer des vocables plus précis : voyou, criminel, bandit, voleur, violeur, malfaiteur, incendiaire, braqueur etc…

  • Avec le mot «jeunes», les médias-qui-pensent- comme-il-faut font passer les barbares pour des victimes. Et dans la grande tradition du procès Stalinien, en profitent pour taxer la société toute entière de racisme.

  • En lieu et place du mot « jeunes », nous suggérons aux journalistes qui nous lisent une liste de vocables susceptibles d’agrémenter et d’enrichir leurs articles et reportages (tirés de cet excellent dictionnaire en ligne) :

Agresseur, arriéré, assassin, bandit, barbare, bâtard, bon à rien, braqueur, brigand, brute, canaille, casseur, charogne, chien, crevure, coquin, coupe-jarret, crapule, criminel, débauché, dévoyé, détritus, drogué, escroc, faquin, fainéant, filou, forban, frappe, fripouille, fripon, fumier, galapiat, gangster, garnement, gibier de potence, gredin, hors-la-loi, ignare, idiot, immondice, incendiaire, junkie, malandrin, malfaiteur, malfrat, maraud, meurtrier, misérable, ordure, ostrogoth, pègre, plèbe, pourriture, racaille, raclure, ramassis, rebut, ribaud, rosse, sadique, salaud, sale type, saleté, saligaud, salopard, sauvage, scélérat, tâche, terreur, truand, vandale, vaurien, vendu, vérole, vermine, vicieux, vidure, voleur, voyou.

Racaille et délinquance. Angoulême : Fait divers ou symbole ?

Filed under: immigration,racaille,racisme — francaisdefrance @ 05:31
16 octobre 2009

Ce fait divers ayant à nos yeux valeur de symbole, nous le présentons isolément. Remarquer que les faits ne se passent pas dans une « banlieue » mais au centre-ville. Et que nous sommes dans une petite ville de province.

Angoulême : un serveur violemment agressé pendant son service. Il a eu le malheur de reprocher à un jeune d’avoir craché sur une table. La bande l’a copieusement insulté et roué de coups.

«Tout le groupe lui a sauté dessus dans un déchaînement de violence.»

Le patron d’un restaurant du vieil Angoulême préfère ne pas donner son nom ni celui de son enseigne. «Je ne veux pas revenir un matin et trouver ma vitre brisée par représailles.» Ce soir-là, vers 21 heures, le patron et son serveur  font une pause cigarette. Au même moment, un groupe de «quatre ou cinq garçons de 18 20 ans» passe dans la rue. L’un d’entre eux crache sur une table du restaurant.

Le serveur leur fait alors une remarque. Aussitôt, un des membres du groupe saisit une chaise et la lance sur lui. «Et tout le groupe lui a sauté dessus.» S’ensuit alors un déchaînement de violence sur le malheureux qui a osé élever la voix. Ils sont plusieurs à le frapper. Coups de poing, coups de pied: la victime se retrouve avec de multiples contusions, une fracture de l’auriculaire de la main gauche et «la gueule fracassée».

Après ces cinq minutes de violence, le groupe est reparti, sans oublier d’abreuver d’insultes sa victime. «Ils n’étaient pas alcoolisés. C’est de la violence purement gratuite». (source) (via pakounta)

neutrois