Francaisdefrance's Blog

16/10/2009

Et on remue toutes les polices de France pour un tag sur une mosquée?

Filed under: islam,musulmans — francaisdefrance @ 18:49
Cimetière oranais de Saint-Cloud (Algérie)

L’outrage fait à nos morts…

Voyez ces ruines, et cherchez les tombes. Voyez les tombes et cherchez les croix. Voyez les caveaux et cherchez les portes et les fenêtres. Voyez ce paysage et cherchez respect et compassion. Vous ne trouverez que tristesse et abandon ; et cette douleur de penser que même les morts sont victimes de la même incompréhension.

Cette photo date d’août 2009, en Algérie…

oran

source :nationspresse.info

Insécurité, délinquance: hausse des primes d’assurance.

Filed under: racaille — francaisdefrance @ 18:27

Cette fois, c’en est trop! On paie à cause de la racaille!

16 octobre 2009

Cambrioleur

16/10/2009
PARIS

Conséquence directe de l’insécurité, les primes d’assurance vont augmenter l’année prochaine. Pour Stéphane Pénet, directeur des assurances de biens et de responsabilité à la Fédération française des sociétés d’assurances (FFSA), cité par Le Parisien du 16 octobre, « la plupart des voyants sont rouges. Il y a eu une vraie inversion de tendance au premier semestre 2009 en matière de sinistres ».

Devant la recrudescence des actes criminels, les primes explosent donc : +12% de cambriolages de logement sur les six premiers mois de l’année par rapport à la même période 2008, mais aussi + 20% d’incendies chez les particuliers sur les six premiers mois 2009. Les sinistres automobiles, eux aussi, passent la vitesse supérieure : + 8% (vols, incendies…) au premier semestre contre 0 à 2% auparavant.

Livrés à eux-mêmes, les Français perdent sur les deux tableaux face à l’insécurité : ils le paient parfois de leur vie et passent à la caisse pour éponger les coûts provoqués par une délinquance endémique.

Ca va durer longtemps, cette infamie?

Novopress.info, 2009,

Homosexualité et islam : terrain glissant (c’est le cas de le dire…).

Filed under: islam — francaisdefrance @ 16:07
Le refus du Créteil Bébel de jouer avec le Paris Foot Gay a déclenché une polémique, ça, on le savait…

Le Créteil Bébel jouera finalement avec le Paris Foot Gay dans le cadre d’un match de gala. Une polémique avait suivi le refus du club musulman d’affronter le club homosexuel, lui valant une exclusion de la Commission football loisir, qui organise plusieurs championnats.


Vendredi 16 octobre 2009






La polémique aura trouvé un épilogue honorable. Un match de gala rassemblera prochainement une équipe composée de membres des équipes amateurs du Créteil Bébel et du Paris Foot Gay (PFG), pour un match de football contre une équipe de personnalités. L’annonce de la rencontre, au stade Charléty, a été faite jeudi par l’équipe du maire socialiste de Paris, Bertrand Delanoë. Les anciens internationaux français Vikash Dhorasso et Lilian Thuram sont d’ors et déjà prévus parmi les adversaires.

Malgré des excuses de la part du capitaine, le Créteil Bébel a toutefois été sanctionné mercredi pour le refus exprimé la semaine dernière de jouer contre le PFG. La Commission football loisir a estimé qu’il y avait eu « refus de match avec propos discriminants » et a donc prononcé l’exclusion de l’équipe de ses championnats.

Composée d’une majorité de joueurs « musulmans pratiquants », le Créteil Bébel a d’abord refusé la rencontre, initialement prévue le 4 octobre avec le PFG. Dans une lettre recommandée, il avait été affirmé que le militantisme de l’équipe adverse pour la cause homosexuelle était incompatible avec les « principes » du Créteil Bébel.

Le maire de Paris Bertrand Delanoë, lui-même homosexuel et engagé contre l’homophobie, a selon TF1 déclaré le 6 octobre : « Si ça continue, on va refuser de jouer contre des Noirs, des Juifs ! ». Le même jour, la secrétaire d’Etat au sport Rama Yade a également réagi : « Mais où va-t-on là ? Le communautarisme n’a pas sa place dans le sport ». Un certain nombre d’associations ont également dénoncé dans le comportement du club un exemple d’« homophobie ordinaire ».

Le Créteil Bébel a également été l’objet d’un certain nombre de moqueries. Beaucoup d’internautes ont ainsi exprimé au cours de la semaine leurs interrogations sur les liens du club avec l’acteur français Jean-Paul Belmondo, couramment surnommé « Bébel »…

Dernière minute: Le Paris Foot Gay informe Afrik.com qu’il reste toujours, vendredi, dans l’attente de la réponse du Créteil Bébel, concernant l’organisation du match de gala contre des personnalités. Ce, malgré l’annonce officielle de la tenue de l’événement par le président du groupe communiste au conseil de Paris, Ian Brossat.

Source:  Afrik.com

Ohhla !!! Tareq Oubrou : « Les musulmans doivent adapter leurs pratiques à la société française ».

Filed under: immigration,islam,islamisation,musulmans — francaisdefrance @ 15:59

Ca sent la sincérité à plein nez, ça… A quand une entrevue publique entre ce monsieur et le tristement célèbre prédicateur Tariq Ramadan?

FDF

Lu sur: LE MONDE, du 15.10.09:

Imam de Bordeaux, Tareq Oubrou est théologien et homme de terrain : une position qui lui permet une prise de distance par rapport aux institutions musulmanes et, notamment, à l’égard de l’Union des organisations islamiques de France (UOIF), dont il est issu. Il vient de publier Profession imâm, un livre d’entretiens avec deux chercheurs.

« Alors que le débat sur le voile intégral pose à nouveau la question de la place de l’islam en France, quel est l’état de la communauté musulmane ?

L’islam en France repose la question de la laïcité. Il a introduit dans la société un sang neuf religieux qui tend à « banaliser » la religion dans l’espace public, même si cela ne veut pas dire qu’elle est acceptée. Il nourrit même un certain retour au christianisme. On peut donc dire que l’islam favorise une forme de désécularisation de la société, tout en attisant l’intégrisme laïc et catholique.

Sur le plan individuel, la religiosité se fait désormais par une approche individuelle ; la sécularisation et la modernité ont plongé les musulmans de France, comme les autres croyants, dans une autonomie, qui les amène à chercher des pratiques religieuses dans un tâtonnement total sans médiation des institutions classiques.

Dans ce contexte, on constate une tentation de crispation et de repli identitaire, qui s’explique aussi par des raisons sociales : plus on est dans la marge, plus on est tenté de construire une religion bouclier contre la société et les institutions. Une nouvelle forme de piétisme se développe dans nos lieux de culte. Il faut canaliser ce mouvement, le modérer, mais non pas chercher à l’éradiquer. Même s’il est difficile de dialoguer avec ces groupes, qui ne sont pas armés théologiquement pour discuter au fond, il ne faut pas les agresser car cela les poussera à se radicaliser. Peut-être cette catégorie de jeunes est-elle le signe d’un certain échec de la communauté à préserver ses fidèles de ce type de religiosité.

Comment faire admettre votre concept de « charia de minorité », qui défend la possibilité de se conformer à la loi islamique et aux valeurs républicaines, à ces nouveaux groupes qui prennent leurs avis religieux sur Internet ou en Arabie saoudite ?

Je pars d’une réalité française laïque, qui met à l’épreuve toute une tradition, pour offrir aux musulmans un système normatif leur permettant de vivre leur islam et leur citoyenneté française. Seuls survivront spirituellement les musulmans qui savent modérer, adapter, et négocier leurs pratiques avec la réalité de la société française. Je n’ai pas d’emprise sur ceux qui ne veulent pas réfléchir à cela et ont décidé d’être contre la société, contre la France et même contre les musulmans qu’ils considèrent trop « light ».

Quelle est aujourd’hui votre position sur le port du foulard islamique ?

Si je voulais être provocateur, je pourrais dire aux femmes : mets ton foulard dans ta poche. Aujourd’hui, je dis que c’est une recommandation implicite qui correspond à une éthique de pudeur du moment coranique. Pour autant, une femme qui ne le met pas ne commet pas de faute. Mais, aujourd’hui, la communauté musulmane est fragile, et s’attache à des adjuvants et à des normes. C’est aberrant de réduire une femme musulmane à son foulard ; c’est de l’ignorance. Le foulard n’est pas un objet cultuel, encore moins un symbole de sacré. En outre, cette visibilité est néfaste car, à long terme, cette pratique pose des problèmes spirituels et psychologiques aux femmes qui veulent étudier ou travailler. Je n’ai pas le droit de tromper ces jeunes filles. Le problème, c’est que lorsqu’elles enlèvent le foulard, elles arrêtent aussi de prier. Cela dit, je crois que chacun est libre de s’habiller comme il veut, de choisir la lecture de l’islam qui lui convient, même si je ne la partage pas.

Les jeunes musulmans mettent en avant l’islamophobie dont les pratiquants seraient victimes, ce qui rendrait difficile leur vie en France. Qu’en pensez-vous ?

Le racisme n’est pas une nouveauté, mais l’islamophobie présentée comme un fléau de notre société, je ne la vois pas. Je n’accepte pas cette position victimaire et cette posture de consommation de droits. C’est vrai que les jeunes de la deuxième génération sont enclins à quitter la France, pour l’Angleterre ou un pays musulman. En attendant, certains vivent leur religiosité avec douleur, à cause du climat médiatique et sociétal français, dans lequel la visibilité religieuse devient vite suspecte. Mais je leur dis que le diable est partout ! En outre, l’islamophobie est parfois développée par des musulmans eux-mêmes qui, par leur comportement et leur visibilité, peuvent faire peur à nos concitoyens non musulmans. »

(NDLR: excusez-moi, je vous laisse, je vais cacher ma honte dans un coin…)

Tarbes: la mosquée taguée. Qu’on égorge les auteurs de ce crime!

Filed under: dhimmitude,immigration,islamisation,mosquée,musulmans — francaisdefrance @ 13:18

Dans les pays du Maghreb, NOS églises sont détruites par le feu (et nos moines assassinés…). Mais là, personne ne s’en émeut…

Lu sur "La Dépeche", ce vendredi 16 10 2009. On dirait l'annonce d'un acte de guerre
indescriptible...
C'est là que l'on peut voir l'impartialité des journalistes...
Si ce n'est pas de l'incitation à la haine de tous ceux qui refusent
l'islamisation de notre France, ça...

Tarbes

« La communauté musulmane de Tarbes est sous le choc. Dans la nuit de mercredi à jeudi, avant 3 heures du matin, un ou plusieurs individus ont tagué de propos racistes et de symboles du judaïsme deux murs et trois portes de la mosquée du quartier de Laubadère. A la bombe de peinture noire et en gros caractères, il a été écrit sur ces murs: «Les ratons de mort et la sale race dehors». Sur l’une des portes a été dessinée une étoile de David et écrit Iraël (le S a été oublié). Sur une autre, une autre étoile de David et une ménorah, ce chandelier à 7 branches qui témoigne, pour les juifs, de la relation permanente et réciproque qu’ils ont avec leur Dieu.

Sur la troisième porte, une étoile de David, encore, accompagnée d’un terrible propos: «Ratons dehors».

Dès qu’elle a eu connaissance de ces tags, la police s’est rendue sur place. Elle les a photographiés et les techniciens scientifiques se sont attachés à relever d’éventuelles empreintes sur les endroits souillés. Ils ont également prélevé un peu de peinture pour en déterminer l’origine. Selon les premières constatations, il semblerait que les dessins et propos aient été écrits par la même main.

Hier, vers 9h30, des employés de la ville sont venus recouvrir de peinture blanche les inscriptions et symboles. »

Mais quand va finir cette préférence non-nationale, cette protection à outrance des musulmans et leur assimilation à une caste sans cesse persécutée? Pour nous faire pardonner, donnons des millions d’euros pour la construction de leurs mosquées et abrogeons la loi de 1905. Vous remarquerez que la dhimmitude va jusqu’à faire effacer très rapidement les traces de tags par la municipalité… Et que la Police emploie des moyens de « sureté nationale » pour trouver les coupables…

FDF

Islamisation: six choses que l’on ignore au sujet de l’extrêmiste Tariq Ramadan…

Filed under: immigration,islamisation,musulmans — francaisdefrance @ 12:56

Six choses que l’on ignore au sujet de Tariq Ramadan, l’éclaireur-ambassadeur-envahisseur de l’islam…

Octobre 16 2009

Tariq Ramadan est de retour… Après une période de relative absence dans les médias français, et après ses déboires aux Etats-Unis et aux Pays-Bas, il fait à nouveau la pluie et le beau temps sur le petit écran, où on lui donne généreusement la parole, en le laissant présenter de lui une image avantageuse et trompeuse. Le présent article vise à donner quelques éléments d’information et de réflexion pour ceux qui ne savent pas (encore) qui est vraiment Tariq Ramadan.

1. Sa famille

Il est bien connu que Ramadan est le petit-fils du fondateur de l’organisation des Frères musulmans, Hassan al-Banna. Mais on ignore généralement que la famille Ramadan joue un rôle essentiel dans l’histoire du mouvement islamiste, depuis trois générations. Al-Banna, le grand-père, a créé le mouvement des Frères musulmans, qui est la matrice de l’islamisme contemporain, à laquelle se rattachent à la fois le Hamas palestinien et aussi (de manière moins directe) la nébuleuse Al-Qaida. Said Ramadan, le père, beaucoup moins connu, a joué un rôle essentiel dans l’implantation des Frères musulmans en Europe. C’est lui qui a créé l’Internationale islamiste, au cours de ses périples incessants (Pakistan, Israël, Arabie saoudite, Allemagne, Suisse…). Tariq Ramadan est un acteur important de la réislamisation des populations musulmanes et de l’islamisation de l’Occident.

2. Sa jeunesse

Né en 1962 à Genève, Tariq Ramadan a connu une enfance dorée en Suisse. Son itinéraire est – comme pour de nombreux autres militants islamistes – celui d’un born again muslim, c’est-à-dire d’un musulman revenu sur le tard à sa religion. Contrairement à son père et à son grand-père, en effet, il n’a pas été élevé dans le strict respect de la tradition et son cursus scolaire a été presque totalement profane. Comme il le reconnaît lui-même dans un livre d’entretiens, la religion ne tenait pas une place importante dans sa jeunesse. Jusqu’à l’âge de 30 ans, il était un citoyen suisse de confession musulmane, beaucoup plus intéressé par le football que par l’islam ou la politique… Il a même envisagé un temps de devenir footballeur professionnel.

3. Sa rencontre avec Hassan Tourabi

Une des rencontres décisives, qui a décidé de son avenir, fut celle du leader islamiste soudanais, Hassan Tourabi. Francophone, Tourabi accueille le jeune Ramadan, auquel il promet un brillant avenir. Il aura une influence durable sur celui-ci, notamment concernant l’idée de « l’islamisation par le haut » (c’est-à-dire par le biais des élites) et aussi par son recours au double langage. Quelques années plus tard, en 1991, le leader islamiste soudanais accueillera un autre dirigeant islamiste, encore inconnu du grand public : Oussama Ben Laden.

4. Ses amis et réseaux d’influence

Tariq Ramadan est passé maître dans l’art de se créer des réseaux d’influence (qu’il appelle des « partenariats »). Parmi ces réseaux, figurent notamment celui des chrétiens de gauche (dont plusieurs ont avoué leur erreur après avoir compris qui était vraiment Ramadan, comme Christian Delorme), certains altermondialistes et plusieurs islamologues ou journalistes, comme François Burgat ou Alain Gresh, rédacteur en chef du Monde diplomatique, qui est resté jusqu’à aujourd’hui un des plus fidèles soutiens de Ramadan dans les médias français.

5. Son mentor, le cheikh Qaradawi

Parmi les théoriciens de l’islamisme qui ont le plus influencé Tariq Ramadan – outre son père, Said Ramadan, et Hassan Tourabi – figure le cheikh Qaradawi. Animateur d’une émission très suivie sur Al-Jazira, ce décisionnaire de l’islam proche des Frères musulmans s’est exilé au Qatar, après avoir été expulsé d’Egypte. Il a été interdit de séjour aux Etats-Unis (tout comme Ramadan) en raison de ses liens avec la banque Al-Taqwa, affiliée à Al-Qaida. Il est surtout célèbre pour avoir autorisé les attentats-suicides contre des civils israéliens, y compris ceux commis par des femmes (précisant que la femme kamikaze « peut même retirer son voile pour mener l’opération [suicide], car elle s’apprête à mourir pour la cause d’Allah et non pas à exhiber sa beauté »… Ramadan ne s’est jamais démarqué des positions extrémistes de Qaradawi, qui est en fait son véritable mentor politique.

6. Ramadan et les convertis

La femme de Tariq Ramadan, Isabelle, est une convertie. Ce point pourrait sembler anecdotique, mais il ne l’est pas du tout. Les convertis jouent en effet un rôle essentiel dans la stratégie islamiste de conquête de l’Occident, comme je l’ai montré dans mon dernier livre. Tariq Ramadan, comme son mentor Qaradawi et comme d’autres dirigeants islamistes, consacre une grande partie de sa propagande (da’wa) à destination des convertis potentiels, et plus généralement du public occidental non musulman. Un fait récent en témoigne : pendant de nombreuses années, Tariq Ramadan a publié ses livres chez des éditeurs musulmans spécialisés (comme l’éditeur Taw’hid de Lyon), touchant essentiellement un public musulman. Depuis quelques années, il publie des ouvrages s’adressant à un public beaucoup plus large, chez un éditeur qui a pignon sur rue à Paris, les Presses du Châtelet. Cela traduit sans aucun doute un changement qui n’est pas purement commercial, mais stratégique.

L’analyse du parcours de Tariq Ramadan et de son discours montre qu’il n’est pas un « réformiste » ou un réformateur de l’islam, mais qu’il poursuit la stratégie de conquête entamée par Hassan Al-Banna et par Said Ramadan, dont il est l’héritier et le continuateur. Le premier avait fondé, à travers l’organisation des Frères musulmans, une « avant-garde » de l’islam politique conquérant, aspirant à prendre le pouvoir en Egypte et dans les pays musulmans. Le second avait déplacé le combat islamiste vers l’Europe, anticipant avec beaucoup de lucidité l’importance grandissante des populations musulmanes installées en Occident. Tariq Ramadan, quant à lui, poursuit le même combat, en l’habillant d’un discours trompeur, et en prenant pour cible de sa propagande tant les musulmans d’Occident que les non-musulmans, convertis potentiels ou compagnons de route de l’islamisme militant.

Paul Landau

Pour en savoir plus :

Parmi les nombreux ouvrages consacrés à Tariq Ramadan, je recommande celui du journaliste Lionel Favrot, Tariq Ramadan dévoilé. Je renvoie aussi à mon livre, Le Sabre et le Coran, Tariq Ramadan et les Frères musulmans à la conquête de l’Europe (éd. du Rocher 2005).

Enregistrer au format PDF

Source: http://www.ripostelaique.com/Six-choses-que-l-on-ignore-au.html