Francaisdefrance's Blog

13/08/2009

Entretien avec Eudes Grangé, démissionnaire du MPF: « 

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 13:06

Exclusif : Entretien avec Eudes Grangé, démissionnaire du MPF

Posté par Jacques
le 12 août 2009

Eudes Grangé a 21 ans, il est étudiant en commerce à Paris. En « techniques de négociation », plus exactement. Secrétaire général des JPF (le mouvement des jeunes de Philippe de Villiers), et coordonnateur régional des JPF d’Ile-de-France, il a fait savoir qu’il quittait le MPF. Nous  l’avons alors sollicité pour qu’il nous accorde un entretien en […]

umpfEudes Grangé a 21 ans, il est étudiant en commerce à Paris. En « techniques de négociation », plus exactement.

Secrétaire général des JPF (le mouvement des jeunes de Philippe de Villiers), et coordonnateur régional des JPF d’Ile-de-France, il a fait savoir qu’il quittait le MPF. Nous  l’avons alors sollicité pour qu’il nous accorde un entretien en exclusivité… ce qu’il a fait, et nous l’en remercions.

——–

NP Info : Quel a été votre parcours politique ?

Mon premier engagement officiel fût au sein du Mouvement Pour la France, fin 2004. Je n’avais jamais caché mes convictions nationalistes et, en ce sens, je ne m’interdisais pas de fréquenter et de militer aux côtés de formations partageant mes valeurs.

En août 2009, je me désolidarise définitivement d’une formation politique dans laquelle je ne retrouve plus les valeurs patriotiques et morales à l’origine de mon engagement. Ce départ brutal est la conséquence directe d’un changement de stratégie tout aussi brutal du MPF.

NP Info : Vous aviez choisi de militer au MPF. Pourquoi ?

En 2004, le Front National n’est plus crédible et « passe » toujours aussi mal deux ans après le séisme de la présidentielle. C’est un fait, regrettable certes, mais bien réel ! Alors surgit sur la scène politique le MPF avec à sa tête un Villiers très en forme, discourant sur la patrie à la manière de Jean-Marie Le Pen… sans les gaffes et la réputation raciste et xénophobe ! Une chance. Un patriote crédible aux yeux des médias : il n’y a rien de tel pour s’engager à 17 ans.

Philippe de Villiers a un autre atout non négligeable : son bilan local. L’idée est de « faire passer un discours national », très proche de celui du Front National mais d’une manière plus lisse et en adoptant une stratégie différente à l’égard du système appuyé par un bilan local connu et reconnu de tous ». Une idée très séduisante à mes yeux.

Mais déjà, je disais : « Le jour où le MPF prendra la mauvaise direction, je le quitterai. » Le MPF a changé, nous l’avons bien vu, donc je le quitte. Certains ont souhaité me ridiculiser en comparant ma décision au divorce d’un couple (« elle change donc je la quitte »). Je vous laisse forger votre propre avis au sujet de cette provocation ridicule…

NP Info : Aviez-vous déjà eu envie de partir avant de décider de quitter le mouvement de Philippe de Villiers ? Si oui, à quelle(s) occasion(s) ?

Oui, en 2009 à deux reprises : lorsque j’ai reçu la stricte consigne de ne pas faire la promotion de la Marche pour la Vie (alors même que le Secrétaire Général du mouvement, Patrick Louis, était présent…) et lorsqu’au Congrès de Libertas à Rome (auquel je participais), l’idée de « souveraineté nationale » ou  « d’indépendance nationale » était totalement oubliée... Par fidélité et pour ne pas créer de polémique en pleine campagne, j’ai finalement laissé couler… jusqu’à ce 6 août.

NP Info : Quel est le plus grand reproche que vous faites à PdV ?

Son manque de stabilité politique. C’est une personne admirable avec des convictions très fortes et cela, je le pense toujours. Cependant, je ne pense pas que son destin soit national. Il gère le meilleur département Français ; la Vendée fait figure d’exemple. On peut résumer le personnage ainsi : « localement extraordinaire, nationalement girouette insaisissable ». Les électeurs, avec lui, se sentent abandonnés entre chaque élection.

NP Info : Quel est votre plus beau souvenir au MPF ?

J’en citerai deux. D’abord la victoire du NON au référendum sur la constitution européenne en 2005, puis la campagne du MPF contre l’islamisation de la France en 2007. Pour  ces deux campagnes, nous avions un MPF réactionnaire, véritablement patriote et clairement anti-système.

NP Info : Le plus mauvais ?

Sans aucun doute la campagne des européennes cette année. Munis de moyens financiers et logistiques hors du commun pour le parti de Philippe de Villiers, nous avions l’impression de faire davantage un coup marketing qu’autre chose. Le fond avait disparu au profit de gadgets très secondaires. Déjà, le MPF de l’époque de mon engagement n’était plus…

Cela, même si je ne peux pas nier que le coup magistral de Sarkozy qui, en calquant son discours sur celui de la droite nationale en 2007, puis en 2009, a lourdement handicapé aussi bien le MPF que le FN.

NP Info : Dans quel état d’esprit vous trouvez-vous aujourd’hui ?

Je suis soulagé. Il n’est pas facile de démissionner d’un parti dans lequel vous avez donné beaucoup de votre temps. Mais c’était le bon choix au regard de la récente évolution stratégique. Je suis confiant pour l’avenir car même si les fossoyeurs de la Nation sont au pouvoir, nous nous retrouvons devant une configuration politique simplifiée à droite : il n’y a plus à craindre de divisions car il n’y a plus de « droite classique ». C’est-à-dire que nous n’aurons plus de scrupule à diviser la droite puisque l’UMP n’est pas un parti de droite ! C’est bien cela qu’il faut comprendre. PS, UMP : du pareil au même malgré de rares restes « droitistes » entretenus par une minorité de députés UMP (je dois le reconnaître).

NP Info : Et demain, la politique pour vous ? Ce sera quoi ? Ce sera où ?

Bien entendu, je n’ai aucunement l’intention de m’arrêter comme cela. La France a plus que jamais besoin de personnes formées, militantes et courageuses. Je soutiendrai donc la formation politique qui s’opposera au système en place tout en proposant le plus clairement possible des solutions crédibles le moment venu. Pour les prochaines régionales, il me suffira de regarder quelle opposition se formera face au système UMPS. Les alternatives à droite ne seront sans doute plus nombreuses.

Concernant un engagement politique militant, je n’ai encore rien décidé au jour d’aujourd’hui.

Laissez un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :