Francaisdefrance's Blog

18/07/2009

Incroyable ! La burqa n’est pas catholique !

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 15:47


Sur la question de la burqa, les avis ne sont pas si tranchés que l’on croit. Il est même de bon ton, parmi les personnalités catholiques relayées par une presse sérieuse et « bien pensante », de se voiler la face, c’est le cas de le dire, à l’idée de l’interdire.

Vous pensez comme moi que la burqa n’est pas très catholique ? A entendre Nosseigneurs Vingt-Trois et Ricard, elle le serait, ne nous en déplaise, plus qu’il n’y paraît. « Je ne suis pas sûr, disait ainsi Mgr Vingt- Trois à l’antenne de Radio Notre-Dame, que la démocratie, ce soit d’imposer un vêtement (…) et je ne trouve pas que les femmes dénudées qu’on met sur les affiches pour faire de la réclame sont beaucoup plus respectées que les femmes qu’on englobe dans une burqa. »

Autour de moi, on s’est félicité de ces propos. Enfin quelqu’un qui ne manie pas la langue de bois du politiquement correct !

On l’aura compris, le motif de satisfaction est surtout qu’un évêque et un évêque en vue, fasse, – quel exploit ! –, une déclaration contre les affiches publicitaires à caractère pornographique. Je sais bien qu’en ces périodes de lune de miel post motu proprio, il est de bon ton d’applaudir à grand bruit, de s’extasier avec des ah ! et des oh! à chaque fois qu’un évêque français, comme un convalescent qui ferait ses premiers pas, se rapproche peu ou prou par ses propos de l’Enseignement éternel de l’Eglise… Mais zut. Je peux quand même dire ce que je pense.

Et sans vouloir rejoindre la cause des harpies du comité de la jupe et leur mauvais procès en misogynie contre Mgr Vingt-Trois, je trouve ces propos de relative tolérance de la burqa dangereux. On voit bien que ce n’est pas lui qui va finir par la porter. Car si vous connaissez une seule femme française qui ne se sente pas agressée et profondément mal à l’aise à la vue d’une de ces burqas dans nos rues, surtout vous me faites signe.

Au nom de la démocratie, il est interdit d’interdire

« Je ne suis pas sûre que la démocratie soit d’imposer un vêtement ». Moi non plus. Sauf qu’il ne s’agit pas d’« un » vêtement, mais de « ce » vêtement. Bien sûr que cette interdiction de la burqa est dérisoire, qu’il s’agit tout au plus d’un cautère sur une jambe de bois, d’un cure-dent érigé comme une digue contre une immense déferlante. Ce qu’il aurait fallu d’abord, c’est faire en sorte de ne jamais être confronté au problème. C’est se battre bien en amont de la burqa, en évitant de faire rentrer tant de musulmans sur notre territoire. Lutter contre l’immigration galopante quand il en était encore temps. Mais où était alors Mgr Vingt-Trois, lui qui, en septembre dernier encore, lors de la venue du pape sur l’esplanade des Invalides n’a rien trouvé de mieux dans son laïus d’accueil, devant un parterre ébahi de catholiques pris en otage, que d’évoquer « comme d’autres pays d’Europe occidentale, la France, et particulièrement Paris et sa région », en tant que « véritable carrefour des peuples et des nationalités » où « se rejoignent de nombreux immigrés des cinq continents: européens de différents pays, océaniens, américains, africains et asiatiques rassemblés dans plus de cinquante communautés nationales ».

Il a continué : « Certains sont immigrés depuis plusieurs générations et très enracinés dans notre société française, d’autres sont arrivés plus récemment. (…) Nos communautés chrétiennes sont heureuses de les accueillir et de les aider à trouver leur place parmi nous. » Pincez-moi, je rêve. Qu’il parle pour lui, non mais. À présent qu’ils sont là, il faudrait en sus digérer sans moufeter leurs coutumes, leurs rites, leurs signes extérieurs, les crachats sur les trottoirs, les tchadors, les burqas… et aussi sans doute les mosquées ?

Car le raisonnement est le même: il n’est pas démocratique de leur interdire de pratiquer leur religion. Et du reste, de la même façon que nos civilisations décadentes, par la pornographie qu’elles ont promue, ne peuvent s’arroger le droit de faire la leçon aux tenants de la burka, de quelle façon lutterions-nous contre l’érection des mosquées, nous autres catholiques qui n’offrons que le triste spectacle de nos églises vides? Mais là encore, Monseigneur, la faute à qui ?

La guimpe otage de la burqa

Le même genre de logique filandreuse avait été développé par Max Gallo dans son livre Les fanatiques : comment des hommes occidentaux pourraient-ils s’opposer à la polygamie, quand ils multiplient eux-mêmes les aventures sexuelles et les partenaires dans une polygamie de fait ?

La pornographie nous empêcherait donc de nous élever contre la burqa, la désertion de nos églises contre l’érection des mosquées, la débauche sexuelle contre la polygamie ? En somme, empêtré dans la culpabilité de ses turpitudes, l’occident se trouverait moralement impuissant à lutter contre l’hégémonie du monde musulman ? Il faudrait donc baisser les bras ?

Je ne crois pas moi que la burqa soit l’alternative à la pornographie. Les collusions d’opportunité du type « les musulmans, comme nous, s’élèvent contre la pornographie », sont nocives car elles portent à la confusion et à l’amalgame. Non, la pudeur bien comprise et équilibrée dictée par la morale chrétienne n’a rien à voir avec la claustration avilissante des femmes prônée par l’Islam.

N’en déplaise aux féministes, j’ai la ferme conviction au contraire que la chrétienté a permis aux femmes – et elle a été la seule à le faire – de « relever la tête »: c’est sans conteste au culte de la Vierge Marie, à la dévotion pour les saintes, que nous devons l’amour courtois et même les petits restes de galanterie qui perdurent aujourd’hui. Pas de place pour la burqa là dedans. Sus aux « alliances impies ».

Mgr Ricard, lui, argue du fait que si l’on interdit la burqa, c’est un jour l’habit de nos religieuses qui sera sur la sellette. Ca sent le chantage, ça…

Quel drôle de raisonnement !

Comparer ces fantômes noirs et sans tête que l’on frôle sur les trottoirs avec les visages ceints de la guimpe et rayonnants de nos religieuses, est déjà en soi, pour un évêque… une idée curieuse. Mais imaginer que la survie de ces dernières passe par la prolifération des premières l’est encore plus.

Il faudrait donc autoriser des minarets hauts comme nos flèches de Chartres pour parer dans un avenir proche à la destruction de nos cathédrales ? S’empêcher de lutter contre le travail le dimanche pour éviter que l’Aïd-El-kabir ne devienne fête chômée ?

« Quand les évêques ont des courages de femme, il faut que les femmes aient des courages d’évêque », disait Jacqueline Pascal, sœur de Blaise, citée par Montherlant. A méditer.

Laissez un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :