Francaisdefrance's Blog

09/07/2009

La France accueille 92 réfugiés venus de Malte

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 20:59

92 nouvelles bouches à nourrir (dont des musulmans…).

09.07.09
Le ministre de l'Immigration Eric Besson, le 5 février 2009 à la préfecture de police de Paris
Le ministre de l’Immigration Eric Besson, le 5 février 2009 à la préfecture de police de Paris/Martin Bureau AFP

IMMIGRATION – L’opération, inédite, s’est faite dans le cadre d’un accord entre pays de l’Union européenne…

«Je suis fier que la France respecte sa tradition d’asile». C’est avec ces mots qu’Eric Besson, le ministre de l’Immigration a accueilli, ce jeudi à Roissy, 92 réfugiés venant de Malte et originaires de Somalie, d’Erythrée, du Soudan, d’Ethiopie, du Sri Lanka et de Côte d’Ivoire. Ils seront répartis sur trois sites: Oissel (Seine Maritime), Nanterre (Hauts-de-Seine) et Poitiers (Vienne).

Paris a décidé de jouer les pionniers dans le cadre d’une «opération-pilote de réallocation intra-européenne». Autrement dit, elle a accepté de recevoir sur son sol des réfugiés qui s’étaient vus reconnaître une protection par un autre Etat de l’Union européenne, Malte en l’occurrence.

La France n’est pas le premier pays à se montrer solidaire avec Malte. Depuis son entrée dans l’Union Européenne en 2004, et vue sa proximité avec l’Afrique, le pays est soumis à une forte pression migratoire. Les Pays-Bas, l’Allemagne ou encore la Lituanie ont eux-mêmes déjà accueilli entre une dizaine et une trentaine de migrants chacun.

Espoir de voir naître une solidarité intra-européenne

C’est l’ampleur de l’opération qui la rend si novatrice. «C’est plutôt une bonne chose»; estime Gérard Sadik, coordinateur de la commission asile à la Cimade (Comité inter mouvements auprès des évacués). Il déplore cependant le fait que ce voyage souligne «la faillite du système d’immigration en Europe» et notamment du «système Dublin» qui rend le premier pays d’arrivée des migrants, responsable de leur protection. Pour lui, l’enjeu est surtout de «montrer que la France aussi accueille correctement».

Quant à une généralisation européenne d’une telle opération, il n’y croit guère. «Cela ne semble pas se profiler, explique-t-il. On est plutôt dans une logique d’externalisation des procédures migratoires». La Commission européenne espère, elle, au contraire que ce geste de la France sera imité par d’autres pays et qu’une solidarité européenne plus forte se développera en matière d’immigration, notamment à l’égard des pays du sud de l’UE.

EL avec agence
Et vous vous demandez encore pourquoi notre pouvoir d’achat baisse toujours et encore? Et pourquoi le taux de chômage augmente? Et pourquoi la délinquance ne cesse de grimper? Et pourquoi la France gronde?
FDF

Voile intégral : une mission parlementaire juste pour nous faire avaler la pilule

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 18:44

(AFP)

La mission parlementaire d’information sur le port de la burqa ou du niqab s’est mise au travail mercredi en entendant deux spécialistes de l’islam qui ont invité à réfléchir à l’origine d’un phénomène récent plutôt marginal dans l’islam avant d’envisager une éventuelle sanction.

Ils ont évité à ce stade de se prononcer sur la pertinence d’une loi l’interdisant.

La mission va entendre d’autres spécialistes de la question, des maires, des associations de défense des droits des femmes, des sociologues, et rendra son rapport fin janvier 2010. Le député du Rhône André Gerin (PCF), président de la mission, a annoncé d’emblée qu’il s’agissait de faire « un état des lieux sur le port du voile intégral et ce qu’il représente » par rapport à l’ordre public, à la liberté, la laïcité et les droits de la femme.

Le 17 juin, M. Gerin avait déposé une proposition de résolution afin de créer une commission d’enquête parlementaire sur le port, par certaines musulmanes, de la « burqa » ou du « niqab ». Finalement il a été décidé de créer plutôt une mission d’information, jugée plus souple de fonctionnement.

Il est revenu sur une question de vocabulaire, annonçant que la mission parlerait désormais de « voile intégral » plutôt que de la « burqa » (vêtement des Afghanes patchounes) ou du niqab (voile noir utilisé principalement en Arabie saoudite).

L’anthropolgue Dounia Bouzar a invité les parlementaires à réfléchir sur les raisons qui amènent des jeunes musulmans a « entendre » le discours radical proposé par les salafistes qui affirment incarner l’islam des origines. Convaincus de faire partie d’une élite, ils se coupent du monde extérieur jugé impur auquel ils ne veulent pas s’intégrer. Mme Bouzar parle d’un discours « sectaire » qui incite à « l’auto-exclusion », matérialisée par le voile intégral.

Elle estime que « ces jeunes ne connaissent pas l’islam », lequel ne préconise pas le port du voile intégral (alors que le hijhab, le voile qui cache les cheveux, fait partie des prescriptions du Coran).

Elle juge toutefois que « ce serait dramatique de lier le port du voile intégral à la religion musulmane (…) cela reviendrait à stigmatiser l’islam tout entier et amener peut-être les musulmans moins radicaux à réagir à cet ostracisme en prenant la défense du voile intégral ».

Pour elle, il ne faut pas placer le problème du voile sur un registre religieux mais l’attaquer sur le « registre sécuritaire », c’est à dire lutter contre « tout ce qui permet de se cacher, que ce soit le voile, ou la cagoule ». On toucherait ainsi à un domaine plus large, ne visant pas uniquement l’islam. « Il ne faut pas avoir l’air de donner des leçons au monde musulman », résume-t-elle.

Quant au philosophe Abdennour Bidar, il a expliqué que le port du voile intégral répondait à un « souci d’orthodoxie » au sein d’un environnement jugé « impur ». Il parle de « logique d’autodéfense radicale et protestataire ». Face à cette situation, et même au nom du respect de la liberté individuelle, il « faut tenir compte du fait que la liberté de chacun s’exerce dans un espace partagé, (…) tenir compte de ce qui est recevable dans les conditions du vivre ensemble ». Or le port du voile est « perçu comme une violence symbolique par la majorité des gens » parce que cela exprime un « refus radical du dialogue », ajoute-t-il.

« Au nom de la liberté de conscience, on ne peut pas nous demander d’accepter n’importe quel particularisme » a-t-il résumé, tout en disant ne pas savoir s’il fallait légiférer sur le voile intégral, « si c’est le bon moyen pour éviter (sa) prolifération ».

L’islam: formule à la carte…

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 18:40

L’islam comme je veux et quand ça me chante

C’est la formule à la carte. Elle fait fureur chez beaucoup de garçons et filles qui s’affichent musulmans, pratiquants bon teint, mais dérogent aux principes à la moindre occasion.

Samedi dernier, je rentre chez moi par le métro 5. J’arrive à Bobigny où j’attends le bus qui me mènera vers des contrées lointaines, des paysages fantastiques et des plaines merveilleusement fleuries… à Bondy. Dans mes songes je me vois galoper les cheveux au vent, quand soudain, un charmant galantin édenté m’interpelle : « Wesh ! Me regarde pas comme ça, t’inquiète pas, c’est que du jus d’orange que j’ai dans la main, pas une kalachnikov ma sœur. » A coup sûr, son jus n’était pas composé uniquement d’orange.

A moitié bourré, ce jeune homme voulait entamer une conversation – dans ces moments-là, le guide de survie en Seine-Saint-Denis nous conseille de répondre comme si de rien n’était. Je discute donc avec lui comme s’il n’était pas à deux millimètres de moi et qu’une agréable odeur de jasmin s’évadait de son haleine. Un « tu pus de la gueule, rentre chez oite, va te laver », n’aurait pas été de rigueur. Je fais donc semblant de m’intéresser à ce qu’il me raconte quand tout à coup, il me dit : « Faut vraiment que j’arrête de boire. » J’acquiesce et ajoute que ce n’est pas bien de boire. Et là, contre toute attente, il me répond : « Oui, je sais, mais t’inquiète pas, je l’ai pas achetée, c’est haram (péché), alors, je l’ai volée. »

En quelques paroles il m’a fait repenser à ces jeunes que j’avais rencontrés, et qui à l’instar de ce bonhomme, opéraient eux aussi un tri sélectif dans l’islam : quand je veux, comme je veux – l’islam Addeco. Il ne s’agit pas là de dire qu’ils ont raison ou tort, mais chez certains sommeille une hypocrisie vis-à-vis de l’islam qui ne contribue pas à redorer son blason. Je me souviens des heures de débat passées avec des garçons de ma classe qui jamais au grand jamais ne pouvaient déroger au principe suprême de ne manger que de la viande halal – filet ‘o’ fish partenaire officiel m’en soit témoin – en revanche, en ce qui concerne le vol, la fumette et la banquette, on s’oublie vite. Il doit sûrement exister des passe-droits sur ces questions-là.

Dans la top-list « baiser de judas », on trouve également ce qu’on appelle le « ramadan américain ». Bal des apparences pour certains, qui n’hésitent pas à faire une pause cigarette avec les collègues ou à manger des croissants en cachette. Ce qui me dérange n’est pas le fait qu’ils n’observent pas la prescription religieuse, libre à chacun de pratiquer ou non. Non, ce qui me dérange, c’est de montrer une façade musulmane, histoire d’être bien vu par la famille, la cité, l’entourage musulman en somme et de ne pas assumer ses actes. Ça, ça réveille l’Helmut Fritz qui sommeille en moi, « ça m’énerve !! ». Car ensuite, qui paye les pots cassés, qui doit réexpliquer à ceux qui ne sont pas musulmans – qui pensent que le vol, le terrorisme et la guerre font partie intégrante de l’islam – que non, il est interdit de voler, de boire de l’alcool et que pendant le ramadan, on ne boit pas ni eau ni lait du lever au coucher du soleil.

Les garçons n’ont pas l’exclusivité de ces simagrées, les filles sont parfois pires. Le coup de « je fais des folies de mon corps et je vais me faire recoudre après », si ce n’est pas le summum de l’hypocrisie, je ne vois pas ce que c’est. Parce que, lorsqu’on décide d’avoir des relations sexuelles, on assume. On ne fait pas semblant de jouer les Sainte-Marie pour donner l’illusion qu’on pratique une religion dont on s’est foutu éperdument au moment de s’adonner aux plaisirs de la chair avec Gaston.

Mais dans la catégorie grosse arnaque – escroquerie que même Julien Courbet ne pourrait palier –, le vainqueur est : la virginité à sens unique. En effet, il existe des filles qui par respect pour leur corps ,décident de garder leur virginité jusqu’au mariage – ce qui en théorie est tout à leur honneur –, sauf qu’elles ne sont vierges que d’un seul côté (Sodome et Gomorrhe en guide spirituel). Je passe les détails sordides. Le choquant dans cette histoire c’est qu’elles veulent se préserver au nom d’une religion qu’elles ne connaissent apparemment pas puisqu’elles occultent un principe encore plus important que la virginité en islam. En effet, ce genre de pratique est clairement prohibé au sein même d’un couple marié.

Certains veulent faire de l’islam une mode, veulent y adhérer pour se fondre dans la masse ou par effet de mimétisme. Mais le Coran n’est pas une bd. Même si certains arrivent à caser six fois dans la même phrase un « sur le Coran d’la Mecque j’te n***** ta race », il n’en est pas moins un livre sacré qui regorge d’appels à la tolérance et surtout à la maîtrise de soi. Quand je vois le comportement de certains – qui agissent sous couvert de leur remodelage religieux –, je comprends pourquoi les non-musulmans ne comprennent pas l’islam ou pire, pourquoi ils en ont peur…

source : 20minutes.bondyblog.fr

Islam: femme brûlée à Lyon: le frère soupçonné…

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 15:26

« Religion » d’amour et de tolérance…

AFP

09/07/2009
Un jeune homme de 17 ans, soupçonné d’avoir tué sa soeur pour des raisons « d’ordre familial », avant de brûler son corps dans la cave d’une cité d’Oullins, dans la banlieue de Lyon, a été mis en examen jeudi pour « homicide volontaire », a-t-on appris de source judiciaire.

Le parquet de Lyon a requis le mandat de dépôt à l’encontre du jeune Mohammed, interpellé en début de semaine parce qu’il présentait lui-même de « sérieuses brûlures » aux jambes, pour lesquelles il avait des « explications farfelues », selon la même source. « Le mobile est pour l’instant assez obscur, mais il s’agit d’une famille avec des valeurs religieuses », a indiqué à l’AFP une source proche de l’enquête.

Selon cette source, le jeune Mohammed, décrit comme un garçon « violent » et « religieux », n’aurait « pas accepté le mode de vie de sa soeur aînée ». Le corps calciné de la jeune femme de 22 ans d’origine maghrébine, avait été découvert le 1er juillet par des pompiers qui intervenaient sur un incendie volontaire dans une cave d’une cité d’Oullins.
La tête de la victime était recouverte d’un sac en plastique et un tuyau d’arrosage était enroulé autour de son corps, accréditant la thèse d’un homicide.

L’autopsie du corps avait notamment révélé que la victime avait eu un récent rapport sexuel avec son petit ami, selon la même source. Entendu par les enquêteurs de la police judiciaire de Lyon, ce dernier avait toutefois été écarté de tout soupçon.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/20…-soupconne.php.

Détournement de la loi: Niqab: Bouzar pour une loi sur la sécurité «sans allusion à la religion».

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 14:59

Comme pour la construction des mosquées; les musulmans essayent de contourner NOS lois au sujet de la burqa…

Auditionnée ce mercredi par la mission d’information parlementaire sur le port du voile intégral, l’anthropologue a demandé aux parlementaires d’ouvrir le débat sans «faire le procès de l’islam».

Une jeune musulmane portant le niqab le 25 mars 2005 au Bourget, lors d'une rencontre annuelle des

Une jeune musulmane portant le niqab

Elle était la toute première auditionnée, ce mercredi, par la mission d’information parlementaire sur le port du voile intégral, présidée par le député (PCF) André Gerin et installée jeudi dernier. A l’issue de son intervention sur les racines de l’influence, sur certains jeunes, d’un discours qu’elle qualifie de «sectaire», l’anthropologue du fait religieux Dounia Bouzar (Cette française d’origines algérienne, marocaine, italienne et corse est né en 1964. Elle s’est convertie à l’Islam en 1991. En 2003 elle devient membre du Conseil Français du Culte Musulman CFCM.) s’est prononcée pour «un rappel à la loi» à condition de placer le débat sur le terrain sécuritaire. Pas question, a-t-elle insisté, de «valider la justification religieuse» de certains groupuscules qui entendraient faire du voile intégral une prescription de l’islam.

Rappelant les distinctions entre hijab «qui fait partie de l’histoire musulmane», burqa, tenue traditionnelle des pachtounes d’Afghanistan -inexistante en France, selon elle- et niqab, autre vêtement traditionnel «prescrit par des groupes qui se disent salafistes», Dounia Bouzar a mis en garde contre le risque de «considérer le niqab comme musulman».

Une confusion qui ne manquerait pas de provoquer un effet pervers et «conforterait ces groupes sectaires» qui «instrumentalisent la religion». Dounia Bouzar appelle donc à manier le débat avec précaution pour éviter de «faire le procès de l’islam».

Se garder d’une «vision archaïque» de l’islam

Cependant, «faire comme si on ne voyait rien serait pire que tout», reprend-elle, invitant à ne pas banaliser le phénomène. Ce discours radical «dit religieux» ferait, selon la chercheuse associée au cabinet d’études Cultes et cultures, de plus en plus autorité sur certains jeunes. Auparavant, ceux-ci passaient leur chemin devant «des prédicateurs gourous». Désormais, ils «s’arrêtent», se laissent plus facilement séduire par une ligne «sectaire» dans la mesure où elle vise «à provoquer l’auto-exclusion d’un individu ou l’exclusion des autres».

Coupure que matérialiserait le niqab, qui recouvre entièrement le corps et le visage de la femme, laissant juste apparaître les yeux.

Or, c’est en «s’étonnant de ce drap noir», en ne lui accordant pas de signification religieuse, que l’«on respecte l’islam», que l’on n’en «donne pas une vision archaïque», a argumenté Dounia Bouzar, devant les 32 députés, gauche et droite confondues.

«Loi transversale»

A l’en croire, une approche sécuritaire de la question du voile intégral permettrait d’éviter les amalgames sur l’islam et un éventuel sentiment de stigmatisation de la communauté musulmane, en dépassionnant le débat.

Dounia Bouzar a donc plaidé pour une «loi transversale de droit commun» qui interdirait à un citoyen de dissimiler son visage et, par ailleurs, réaffirmerait que «tout individu est différent et différencié». Et ce, ajoute l’anthropologue, alors que le niqab tente de gommer cette diversité.

La mission d’information qui entame ses travaux en vue de rendre ses préconisations fin janvier 2010, doit poursuivre ses auditions, mercredi prochain, avec des représentants de l’Association des maires de France (AMF), des associations féministes et du Planning familial.

Source: http://tinyurl.com/krcbwr

Traitements dégradants sur un détenu: la France condamnée par la Cedh…

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 14:44

Et les autorités sans cesses agressées par la racaille (sans oublier les tentatives de meurtre à leur encontre), on ne fait rien, là?

09/07/2009

Traitements dégradants sur un détenu: la France condamnée par la Cedh

La France a été condamnée jeudi par la Cour européenne des droits de l’homme pour traitements dégradants envers un détenu systématiquement transféré, mis à l’isolement et fouillé à corps.

La France a été condamnée jeudi par la Cour européenne des droits de l’homme pour traitements dégradants envers un détenu systématiquement transféré, mis à l’isolement et fouillé à corps.

La Cedh qui alloue 12.000 euros pour préjudice moral à Cyril Khider, 36 ans, reproche également à la France, qui a deux mois pour faire appel, une violation du droit du plaignant à un recours effectif.

Actuellement détenu à Liancourt (Oise), il a été condamné pour vol, séquestration, tentative d’homicide sur un fonctionnaire de l’administration pénitentiaire et concours à tentative d’évasion par hélicoptère en 2001.

Il se plaignait devant les juges de Strasbourg des mesures de sécurité qui lui ont été imposées en tant que  » détenu particulièrement signalé ».

Ses transfèrements répétés, les prolongations successives de sa mise en isolement et les fouilles corporelles systématiques auxquelles il était soumis, dont une fouille intégrale le 30 juin 2004, constituent un traitement inhumain et dégradant, selon la Cedh.

Selon l’arrêt de la Cour, il a été transféré dans seize établissements différents en quatre ans. Des fouilles corporelles ont eu lieu jusqu’à trois fois par semaine dans toutes les maisons d’arrêt à l’exception de celle de Rouen.

L’exposition au regard des surveillants durant l’inspection anale et les postures que le requérant était alors contraint d’adopter constituaient une forme de *profanation de son corps, une mesure de dépersonnalisation.

*NDLR: je parie qu’il est musulman…

L’administration pénitentiaire a essentiellement motivée ses décisions par la tentative de Cyril Khider de faire évader son frère.

Le 27 mai 2001, il avait contraint le pilote d’un hélicoptère à survoler la maison d’arrêt de Fresnes et avait alors jeté des armes à son frère et à un codétenu. Un surveillant avait été grièvement blessé dans un échange de tirs avant que les policiers du service Recherche, Assistance, Intervention, Dissuasion (RAID) interviennent avec succès.

Le 17 mars 2007, Cyril Khider a été condamné à dix ans de réclusion criminelle.

Des voitures brûlées à Firminy: ça vous étonne?

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 13:49

Violence, destruction du bien d’autrui, et j’en passe… « Ils » ne savent faire que ça… pour se faire « entendre ». Pauvres taches! Le retour au bled, çà, « ils » ne veulent pas car y foutre le même bordel qu’en France, ça ne passerait pas… Mais pas du tout… Bande de lâches !!!

FDF

Saint Etienne:

Par LEXPRESS.fr avec AFP,  09/07/2009

Des voitures et des poubelles ont été incendiées sans qu’il n’y ait d’incident majeur au lendemain de la mort du jeune (… et oui, on les nomme ainsi, sinon, c’est du racisme..) qui avait tenté de se suicider dans un commissariat.

Le jeune en état de mort cérébrale après une tentative de suicide lundi dans un commissariat de la banlieue de Saint-Etienne est décédé mercredi, une annonce suivie dans la nuit par l’incendie de cinq voitures et d’un bâtiment désaffecté selon la préfecture.

La violence n’a cependant pas atteint le niveau de la nuit précédente (merci), marquée par des échauffourées entre les jeunes et les forces de l’ordre. Aucun incident majeur n’a été constaté par l’AFP.

La préfecture a fait état après minuit de « cinq voitures et de quelques poubelles incendiées » comme l’annexe désaffectée du centre social, un bâtiment inoccupé de 400 m2 à Firminy où vivait Mohamed Benmouna (le « jeune » en question).

Un véhicule brûlé dans le quartier Grand H à Firminy, le 8 juillet 2009Un véhicule brûlé dans le quartier Grand H à Firminy, le 8 juillet 2009.

La famille Benmouna a lancé un nouvel appel au calme, mercredi soir, alors que les jeunes descendus dans la rue, comme certains proches de la famille, dénonçaient une bavure policière.

Placé en garde à vue au commissariat du Chambon-Feugerolles (Loire) pour une affaire d’extorsion de fonds, Mohamed Benmouna s’est pendu, selon la police.

« Nous lançons un appel au calme afin que ceux qui veulent respecter la mémoire de Mohamed le fassent de façon pacifique, sinon ils n’auront pas notre aval », a déclaré à l’AFP Mohamed Hansali, porte-parole de la famille Benmouna.

Les parents (au centre) et les frères et soeur de Mohamed Benmouna, le 8 juillet 2009 à Firminy, dans la banlieue de Saint-EtienneAFP/Philippe Merle

Les parents (au centre) et les frères et soeur de Mohamed Benmouna, le 8 juillet 2009 à Firminy, dans la banlieue de Saint-Etienne

Un médecin légiste va examiner le corps « afin de vérifier s’il porte d’éventuelles traces de violences », a précisé quant à lui le procureur de Saint-Etienne, Jacques Pin, qui « écarte a priori » la thèse d’une bavure policière mais a saisi l’Inspection générale de la police nationale (IGPN).

Sécurité renforcée

Quelque 200 CRS et gendarmes ont été mobilisés mercredi soir, a indiqué la préfecture de la Loire.

« Ca ne sert à rien de brûler et de casser. Ce n’est pas une solution », a déclaré le père de la victime, Abdelkader Benmouna.

« On a confiance dans la justice. Je veux savoir ce qui s’est passé pendant la garde à vue… Soit ils (les policiers) ne l’ont pas surveillé, soit le suicide c’est une couverture », a ajouté M. Benmouna.

Selon le parquet, c’est plutôt la vétusté des lieux qui serait en cause, la cellule étant « délabrée » et « pas aux normes », avec notamment la présence de deux trous dans un mur, auxquels le jeune homme a fixé, pour se pendre, les deux extrémités d’une cordelette fabriquée avec la toile d’un matelas.

Autre élément discréditant la thèse de la bavure selon le parquet: un fonctionnaire de police lui a rendu visite peu avant son suicide, allant jusqu’à lui offrir une cigarette.

Neuf jeunes ont été interpellés à la suite des incidents dans la nuit de mardi à mercredi, qui n’ont pas fait de blessé mais causé d’importants dégâts matériels. Deux d’entre eux doivent être présentés au juge jeudi en vue d’une mise en examen.

« La rumeur a circulé très vite qu’il y avait ce jeune qui était décédé et qu’il y avait une bavure policière. Et ces personnes sont venues pour saccager », a déclaré le maire de Firminy, Marc Petit (PCF), selon qui les casseurs sont « extérieurs au département ».

A mon avis, la répression racaillesque ne va pas tarder…

FDF

Mosquées, sexe et mensonges…

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 13:23

Scandales des imams marocains en France et en Belgique

Mercredi, 08 Juillet 2009

L’imam d’Orange (France) : Riche proxénète

L’histoire de l’imam marocain d’Orange est renversante. Depuis 20 ans, il fait venir des filles du Maroc qu’il force à la prostitution, se constituant, sur leur dos, une fortune impressionnante. Ce qui ne l’empêche pas de diriger « sa » mosquée et de présider les prières.

Les Français appellent ça « le système Bahiad ».

Bahiad, c’est le nom de l’imam marocain qui fait scandale cette semaine en France et plus précisément à Orange, le fief « historique » de l’extrême droite.

Abdeslam Bahiad, 54ans, non seulement imam de son état, mais aussi président de l’association « Lumière de Dieu » qui gère la mosquée de la cité des Princes, vient d’être arrêté. Lui et ses trois fils – Abdelgafour, 24 ans, Omar, 31 ans, et Niky, 33 ans – qui lui servaient de lieutenants. Mais aussi une mère maquerelle, Drissia, 42 ans, personnage central qui a commencé au modeste grade de prostituée dans le « système Bahiad », avant de gravir les échelons et quelques autres prostituées.

Soit une dizaine d’arrestations en tout…

Ils sont accusés de prostitution, proxénétisme aggravé, filière d’immigration clandestine et blanchiment d’argent. Et les enquêteurs n’ont pas fini leurs investigations, selon la presse française.

En quoi consiste l’affaire ?

L’imam et honorable président de mosquée Abdeslam Bahiad -que tout le monde respectait dans la ville d’Orange et en qui les familles marocaines (voire maghrébines) plaçaient leur entière confiance au point de lui confier, parfois, le sort de leurs filles et proches restés au pays- était en fait un « Monsieur Claude », dirigeant un vaste réseau de prostitution entre le Maroc, son pays d’origine et la France, son pays d’accueil.

C’est un prétendu homme de religion qui guidait les croyants sur la voie de Dieu, le jour et faisait commerce de chair humaine, la nuit. Une espèce de Docteur Jekyll-mister Hyde qui se complaisait dans sa schizophrénie depuis 20 ans. Et pour cause, elle lui rapportait gros !

Il s’était constitué un patrimoine immobilier comptant, selon les premières informations, quelque dix appartements à Orange, sa maison de 300 m2 dans laquelle il vit avec sa famille, des commerces, salons de coiffure et un café-bar « le France »… Ce qui étonne –un peu tardivement- les Français qui réalisent qu’ « un gars arrivé en France en 1968 et qui depuis n’a travaillé que neuf ans en tant qu’ouvrier agricole », n’a pas pu acquérir tout cela grâce à son travail.

Le mode opératoire de Abdeslam Bahiad était simple et n’avait rien d’innovant. Il exploitait les illusions de jeunes Marocaines, âgées de 14 à 25 ans qui rêvaient d’Eldorado européen. Ces jeunes filles étaient approchées au Maroc. Parfois, leurs familles payaient cher pour voir partir leurs filles à qui étaient promis papiers en règle, travail, avenir brillant…

Avec le temps, il avait aussi constitué sa petite mafia : autour de lui il y avait ses trois fils et l’ex-prostituée, devenue mère maquerelle, Drissia.

C’est elle qui allait « recruter » les gamines chez elles et leur faisait faire le trajet Maroc-France, clandestinement, dans le coffre de sa voiture.

Des dizaines de filles ont ainsi été « recrutées » suivant cette filière…

Arrivées en France, elles se retrouvaient à Orange, logées dans les appartements de Bahiad, en attendant de subir le sort réservé à toutes : s’engager, de gré ou de force, dans la prostitution.
Selon un enquêteur dont les propos ont été rapportés par la presse française, « certaines prostituées auditionnées ont affirmé avoir été violées et frappées par les trois fils. L’une d’elles qui était tombée enceinte, déclare même que l’un d’eux lui a donné de gros coups de poing dans le ventre jusqu’à ce qu’elle perde l’enfant ».

Une fois « convaincues », les filles racolaient dans le bar « Le France » de Bahiad, situé – comble du comble – en face de la police municipale d’Orange.

Elles effectuaient leurs passes dans les appartements de l’imam qui avait ses propres règles de « mac ».

Ainsi, elles ne payaient pas de loyer, mais elles ne recevaient pas non plus l’argent que rapportaient leurs passes.

L’une d’elles a raconté aux enquêteurs qu’elle touchait seulement, de temps à autre, cinq euros pour pouvoir téléphoner au Maroc.

Bien sûr, la duplicité de l’imam Bahiad est consternante. C’est un supposé sauveur d’âmes qui fabriquait des âmes égarées ! Mais il est quand même étonnant que nul ne se soit douté de quoi que ce soit, pendant toutes ces années où d’innocentes rosières étaient transformées en filles de joie…

Fort de cette myopie générale, Bahiad n’avait aucune raison de croire que son manège n’allait pas durer ad vitam…

Le fait est que, depuis un an, la police judiciaire d’Avignon enquêtait sur cette affaire pour établir, de la manière la plus exacte possible, les tenants et aboutissants du trafic. Une enquête longue et minutieuse qui a enfin permis de donner un coup de pied dans la fourmilière. Notamment après avoir obtenu, entre autres, le témoignage de six prostituées de Bahiad.

L’imam-faux jeton a-t-il senti venir le coup ?

Selon certaines informations, il aurait vendu ces derniers mois une bonne partie de ces biens. La police judiciaire qui épluche actuellement ses comptes bancaires et ceux de ses complices, aurait trouvé de nombreux documents prouvant qu’il aurait récemment effectué des virements de liquidités au Maroc.

Comment Bahiad, ses fils et Drissia ont-ils expliqué toute leur affaire aux autorités, pendant leurs auditions ? Qu’ont-ils dit ?

Rien… Ils sont restés muets, n’avançant qu’un seul argument expliquant, selon eux, leur naufrage : « un complot des prostituées » !


La mise à niveau des imams : Un programme est lancé…

Il tombe à pic, ce programme de mise à niveau des imams lancé la semaine dernière par le ministre des Habous et des Affaires islamiques, Ahmed Toufiq.

C’est un programme lancé le 27 juin pour un coût de 200 millions de DH et qui bénéficiera à quelque 45.000 imams du Maroc.

Bien sûr, il ne s’inscrit pas dans le cadre de la lutte contre les scandales des imams marocains à l’étranger, mais dans celui de la réforme du champ religieux, initiée ces deux dernières années, pour tenter de remédier aux déviances des salafistes, takfiristes et autres extrémistes religieux.

Néanmoins, il est axé sur la mise à niveau des imams et cet effort n’est assurément pas superflu !

Lors d’un point de presse qu’il a organisé, à l’occasion du lancement de ce programme, le ministre a expliqué que 1.500 encadrants superviseront cette opération –la première du genre- dans l’ensemble des communes rurales et urbaines.

L’opération de formation des imams, lancée dans le cadre de « la charte des Oulémas » s’assigne pour objectifs, d’une part, de doter les imams des compétences nécessaires qui les habiliteraient à s’acquitter comme il se doit de leur mission et, d’autre part, de mettre en place un encadrement religieux approprié à la société marocaine. Une société attachée à ses valeurs et à son identité.

Le coup d’envoi de l’application de la charte des Oulémas, à travers le programme de mise à niveau des imams des mosquées, avait été donné par le message royal adressé à la première session ordinaire de l’année 2009 du Conseil supérieur des Oulémas de Rabat.
Le ministre a bien souligné que ce programme était obligatoire pour tous les imams.

Mise à niveau, mais aussi mesures d’accompagnement. Il s’agit d’améliorer les conditions matérielles des imams et les conditions d’entretien des mosquées
Le ministre a, dans ce sens, rappelé qu’une enveloppe budgétaire d’un montant de 250 millions de dirhams est venue s’ajouter, depuis janvier 2009, aux 150 millions de dirhams déjà alloués aux imams.
Les rencontres s’inscrivant dans le cadre de ce programme ont été lancées le 27 juin dans 1.500 centres de formation sous la supervision du conseil supérieur des oulémas au sein des mosquées et se poursuivront dans toutes les régions du Royaume à raison de deux rencontres par mois (le premier et le troisième samedi de chaque mois).
Le programme est axé sur les constantes de la nation. Entre autres : le rite des adeptes de la sounna et de la communauté, la foi achâarie, le rite malékite, le souffisme sounni, les attributions des imams et les fonctions religieuses, d’enseignement et sociales de la mosquée…


Anvers (Belgique) : L’imam violeur

Violer une femme, puis une deuxième et en plus dans une moquée. Il faut être satan pour le faire. Mais non, c’est un imam marocain qui l’a fait en Belgique.

Dans le district de Wilrijk, dans la ville flamande d’Anvers en Belgique, les habitants sont encore sous le choc. Les musulmans parmi eux le sont encore davantage, surtout les ressortissants d’origine marocaine. Parce que c’est dans ce district que l’imam marocain A.B, 54 ans, a violé deux femmes dans la mosquée même où il officiait. C’est sa seconde victime qui l’a dénoncé.

Juste après avoir été abusée sexuellement par l’imam, la jeune victime est allée voir son avocate et lui a tout raconté. Elle a confié avoir été invitée par l’imam à le suivre dans une chambre jouxtant le lieu de prière, sous prétexte qu’il allait lui expliquer le discours religieux qu’il venait de prononcer. Sauf qu’après à peine quelques phrases, c’est au corps de la jeune fille que le quinquagénaire a commencé à s’intéresser. Perdant la raison, il a vite fait d’en disposer, de force, pour satisfaire son désir sexuel.

A peine cette affaire a-t-elle été portée à la connaissance de la police qu’elle s’est ébruitée. Du coup, un sit-in a été organisé devant la mosquée de Wilrijk pour empêcher l’imam de continuer à y présider la prière. C’est alors qu’une autre victime s’est déclarée. Elle s’est plainte à la police d’avoir été aussi abusée par le même imam.

C’était en 2004. Alors âgée de 25 ans et venant à peine de divorcer, cette autre jeune femme est allée voir l’imam pour lui parler de ses problèmes. Prétendant vouloir l’exorciser d’un diable qui l’aurait envoûté, celui qui devait être son sauveur l’a droguée pour pouvoir prendre tout son temps d’assouvir son plaisir sexuel. La jeune femme avait d’abord eu peur de parler de ce qui lui était arrivé. Mais en apprenant qu’elle était tombée enceinte, elle a porté plainte. Or, son affaire n’a pas été prise au sérieux et son dossier a été classé. Elle avait confié aux enquêteurs que l’imam lui avait proposé 500 euros pour la convaincre d’avorter.

La victime est revenue à la charge en 2006, après la naissance de son bébé. Cette fois-ci l’imam a été convoqué puis relâché. Mais c’est en faisant une deuxième victime qu’il est tombé. Là des tests ADN ont été ordonnés et prouvé sa paternité du bébé de sa première victime.

Lors de son procès, le religieux a reconnu qu’il avait eu une relation sexuelle avec sa première victime seulement et qu’il était le père de son enfant, mais il assure que la femme était consentante. Selon lui, lorsqu’il est apparu qu’il ne voulait pas quitter sa propre épouse, les deux femmes se sont entendues pour conspirer contre lui. Il a alors plaidé non coupable.

Cependant, le tribunal a estimé les témoignages des deux femmes dignes de foi et jugé que le religieux avait abusé de son autorité et de la confiance que sa fonction inspirait à ses victimes. Il l’a condamné à 42 mois de prison ferme.

L’imam devra aussi indemniser les deux femmes à raison de 5.000 euros pour la première et 3.000 euros pour la seconde, à titre de dommage moral.

Certains de ceux qui ont suivi cette affaire estiment que le coupable s’en est plutôt bien tiré.

Source: http://tinyurl.com/ly352y

Invasion islamique: faisons le point sur les projets de mosquées …

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 13:14
drapeau français croissant
VIDEO:
http://ma-tvideo.france3.fr/video/iLyROoaftljN.html

Piqûre de rappel: des soldats musulmans refusent de partir en Afghanistan… Une seule procédure judiciaire engagée…

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 13:08

Les trouillards et couards sont dans notre armée française; ils sont MUSULMANS !!! et ils refusent d’aller combattre avec les soldats français de souche. Ce serait pour se battre contre ces derniers, ils seraient bien entendu… partants.

L’affaire des soldats français de confession musulmane qui refusent de partir en Afghanistan en invoquant des motifs religieux est d’une ampleur très limitée. Comme nous le rapportions alors, l’armée de terre reconnaissait l’existence de « moins de cinq cas ». En réalité, il s’agit de trois cas, dont un seul fait aujourd’hui l’objet d’une procédure disciplinaire.

On choisit de s’engager, on ne choisit pas sa mission

Il s’agit d’un engagé au 501-503 ème régiment de chars de combat (RCC) de Mourmelon. Pour ce jeune, ce refus de partir pourrait aboutir à la rupture de son contrat, selon le principe : « On choisit de s’engager, on ne choisit pas sa mission ».

Deux autres cas ont été signalés à l’état-major de l’armée de terre.L’un, dont nous faisions déjà état, concerne un engagé du 1er Régiment d’Infanterie. Après avoir exprimé son refus, il s’est rétracté à la suite d’un entretien avec un aumonier musulman, mais il a ensuite été mis en congé maladie et ne partira donc pas avec ses camarades lors de la prochaine relève. Un autre cas a été signalé au 501-503. Là encore, le jeune s’est rétracté et partira finalement en OPEX pour l’Afghanistan.

Rappelons que l’armée française est présente dans ce pays en soutien de l’armée et du gouvernement de la République islamique d’Afghanistan. Par ailleurs, l’armée française compte de nombreux militaires de confession musulmane, même si le chiffre exact n’est pas connu, comme la loi l’interdit.
Il existe 30 aumoniers militaires musulmans au sein des Armées, ainsi que 165 catholiques, 47 protestants et 24 israélites.

Source: http://tinyurl.com/ll2uym

« La préférence nationale : réponse à l’immigration » : un classique à redécouvrir.

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 08:09

Il y a vingt cinq ans deux livres majeurs furent consacrés à la question immigrée.L’immigration, une chance pour la France de Bernard Stasi. La préférence nationale : réponse à l’immigration de Jean-Yves Le Gallou et du Club de l’Horloge.

C’est l’ouvrage de Bernard Stasi qui servit de référence aux politiques suivies par tous les gouvernements successifs. Mais c’est dans La préférence nationale : réponse à l’immigration que se trouvent le bon diagnostic et le principe susceptible de permettre une maîtrise du phénomène migratoire.

Passons sur le diagnostic : échec des politiques d’intégration, « choc de l’islam », risque pour la paix civile, coût économique et social, tout ce qui était décrit ou anticipé dans l’ouvrage du Club de l’Horloge s’est vérifié. Et l’analyse n’a pas pris une seule ride !

Reste la question centrale, le principe de « préférence nationale » est il encore pertinent aujourd’hui ?

La réforme du code de la nationalité

Une première remarque s’impose. Les auteurs de La Préférence nationale soulignaient l’importance d’une réforme du code de la nationalité. Ils proposaient de la fonder sur la logique suivante : être Français, cela s’hérite (par la naissance de sang français) ou cela se mérite (par l’assimilation).

Le gouvernement Chirac de 1986/1988 s’essaya d’ailleurs à une timide réforme du code de la nationalité avant d’en confier l’étude à une « commission de la nationalité ». Celle-ci sous l’impulsion d’Alain Finkielkraut et de Dominique Shnapper (la fille de Raymond Aron) se rallia à une conception abstraite de la nationalité : être Français se résumait pour eux à une vague adhésion aux valeurs républicaines. Et c’est ainsi que la nécessaire réforme du code de la nationalité n’eut pas lieu : vingt ans plus tard plusieurs millions de personnes ont juridiquement la nationalité française…sans être Français par l’origine, la culture, la civilisation ni même souvent le sentiment d’appartenance (sauf pour bénéficier des avantages statutaires et sociaux de leur situation).

La préférence nationale, un concept qui reste pertinent

Pour autant, faut-il remiser au magasin des accessoires le concept de préférence nationale ? Sûrement pas, pour au moins quatre raisons :

1/ D’abord, et malgré le poids des règles d’accession laxistes à la nationalité, plus de 90% des Français par la nationalité restent aujourd’hui encore de civilisation française. Légiférer en leur faveur ne paraît donc pas absurde.

Préférence nationale à l’emploi

2/ De plus – et à tout prendre – il vaut mieux réserver un certain nombre d’avantages aux nationaux français (fussent-ils de culture étrangère à la France) que de les ouvrir à des étrangers qu’on incite ainsi à venir en France.
Avec pour conséquence d’aggraver encore le poids démographique, économique et social de l’immigration. Soyons concret : il est particulièrement déraisonnable d’accorder des emplois à des étrangers venus d’Afrique, du Maghreb ou de Turquie, alors qu’il y a des centaines de milliers de chômeurs dans les cités de banlieues.

3/ Dans beaucoup de pays du monde la crise économique provoque d’ailleurs une revendication croissante de préférence nationale à l’emploi : c’est le cas notamment aux États-Unis, en Grande-Bretagne, en Irlande, en Australie. Pourquoi la France ne se rallierait-elle pas cette tendance montante ?

Mettre en panne les pompes aspirantes de l’immigration

4/ D’une manière plus générale l’expérience des politiques conduites depuis trente ans montre qu’il est vain d’espérer maîtriser les flux migratoires par les contraintes réglementaires et policières. Une seule politique a des chances d’être efficace : celle consistant à mettre en panne les pompes aspirantes de l’immigration et à faire en sorte qu’il cesse d’être « rentable » d’immigrer en France. Cela suppose la mise en œuvre de la préférence nationale, non seulement à l’emploi mais aussi pour les prestations sociales (RSA, prestations familiales, aides sociales, etc.…).

On le voit la « Préférence nationale » reste un concept d’actualité. La réédition – sur Internet – de l’ouvrage éponyme est donc une excellente chose. Pour se réapproprier l’essentiel en matière de politique d’immigration.

(Image: British jobs for british workers)

Jean-Yves Le Gallou, La préférence nationale : réponse à l’immigration, Albin Michel, 1985, 272p. (épuisé). A rechercher chez les marchands de livres anciens et d’occasion.

En édition internet sur PDF (avec défilement des chapitres) :
http://www.polemia.com/pdf/prefnat.pdf


http://www.kalam-livres.com/index.php?page=preference-nationale-reponse-limmigration-gallou-domrobert-gall-albin-michel-2226022333-p-952.html%3F