Francaisdefrance's Blog

31/07/2009

LA POLITIQUE ARABE DE LA FRANCE EN QUESTION.

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 23:19

Vendredi 31 Juillet 2009

é


Il faut attendre le retour du Général De Gaulle en octobre 1958 à la tête de l’État pour parler de façon pertinente, après l’éclipse de la seconde Guerre mondiale et de la Quatrième République, d’un renouveau de la  politique arabe de la France. L’Algérie devenue indépendante, débarrassé de cette hypothèque, De Gaulle  entend ouvrir à la France les marchés d’échange et de coopération du Sud et de l’Est de la Méditerranée et lui assurer les approvisionnements pétroliers garantissant son indépendance énergétique.

Cependant, si cette politique méditerranéenne prend son essor en octobre 1962, c’est à tort que l’histoire retiendrait cette date comme point de départ du dessein franco-arabe incarné par De Gaulle. Hubert Védrine, patron du Quai de juin 1997 à mai 2002, dans le gouvernement de M. Jospin lors de la troisième cohabitation, écrit de façon fort critique que De Gaulle n’aurait eu véritablement de politique arabe que six mois avant de quitter les Affaires, faisant in fine commencer celle-ci sous Pompidou en 1969 avec la politique palestinienne.

Un tel jugement est à la fois une erreur et une injustice. De Gaulle trois mois avant l’avènement de la IVe République, le 3 juin 1944 devant l’Assemblée consultative d’Alger, donnait un aperçu saisissant de ce qui sera sa doctrine à partir de 1958 et celle de ses héritiers jusqu’à Jacques Chirac. Il développe dès cette date une vision qui annonce, d’ailleurs étonnamment, le futur partenariat euro-méditerranéen qui naîtra en 1995 à Barcelone : « Nous pensons qu’une sorte de groupement occidental, réalisé avec nous, principalement sur la base économique… pourrait offrir de grands avantages. Un tel groupement, prolongé par l’Afrique, en relations étroites avec l’Orient et notamment les Etats arabes du Proche-Orient qui cherchent légitimement à unir leurs intérêts paraît pouvoir constituer un centre capital dans une organisation mondiale des productions, des échanges et de la sécurité« .

Cette  ambition de construire un avenir commun franco-euro-arabe montre que dans son principe directeur, la politique arabe de la France ne saurait a priori être réduite à un simple jeu d’intérêts à court terme et qu’elle n’a pas seulement « une odeur de pétrole », comme pour ceux qui ont voulu la dénigrer.  De Gaulle confiera à Paul Balta, de façon assez prophétique, juste avant de se retirer, que «  De l’autre côté de la Méditerranée [existe] une civilisation, une culture, un humanisme, un sens des rapports humains que nous avons tendance à perdre dans nos sociétés… Si nous voulons, autour de cette Méditerranée construire une civilisation industrielle qui ne passe pas par le modèle américain et dans laquelle l’homme sera une fin et non un moyen, alors il faut que nos cultures s’ouvrent très largement l’une à l’autre« . C’est ce projet que vont porter ceux qui, parmi les dix-huit ministres des Affaires étrangères de la Ve République, reprendront à leur compte ce legs du gaullisme et au nombre desquels se détachent quelques grandes figures : Maurice Couve de Murville, Michel Jobert, Claude Cheysson, Dominique de Villepin…

Un dialogue de nation à nation

La politique étrangère de De Gaulle s’articule de manière générale autour d’une idée directrice, celle de l’indépendance nationale. Ayant su avec brio tourner la page de la tragédie algérienne, il demeure fidèle à sa position de 1945 et à son refus d’un monde bipolaire.  Il veut en conséquence s’affranchir de la tutelle des États-Unis qui s’exerce sous couvert de l’Otan et du plan Marshall pour le volet économique.  Dans ce dessein, De Gaulle  engage la France sur la voie d’un retour à la puissance au moyen d’une politique de dissuasion tous azimuts, de grands chantiers : nucléaire civil, Concorde, Tgv… Il se retire en outre du commandement intégré de  l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord. Il lui faut aussi regagner au Proche-Orient le terrain perdu au profit des États-Unis et de l’Union soviétique après le désastre de Suez en 1956 et débarrasser la France de l’image négative récoltée dans cette aventure. Sa politique méditerranéenne va donc se comprendre essentiellement à partir de ce parti pris d’indépendance  en gardant à l’esprit que la rive Sud de la Méditerranée offre à la France avec de réels débouchés économiques, cette profondeur de champ stratégique qui lui a toujours fait défaut.

Le courage politique dont fera preuve De Gaulle pour mettre en œuvre cette ambition, le placera finalement en porte-à-faux dans le jeu complexe des alliances et le contexte de la Guerre froide. La mise sous embargo des ventes d’armes à destinations des belligérants lors de la guerre israélo-arabe de juin 1967 fut à l’évidence un coup d’éclat. Le 2 juin 1967, trois jours avant le début des hostilités, De Gaulle réaffirmait que « la France n’est engagée à aucun titre, sur aucun sujet, avec aucun des États en cause. En conséquence l’État qui le premier et où que ce soit emploierait les armes n’aurait ni son approbation ni à plus forte raison son appui ». Position tranchée qui n’est pas sans rappeler, le discours de Dominique de Villepin réaffirmant devant le Conseil de Sécurité l’attachement de la France au respect de la légalité internationale, cela quelques semaines avant  l’invasion de l’Irak.

Dialectique du « non–alignement »

Cette prise de position de la part du chef d’État valut à la France un prestige dont on eut peu idée à Paris. En l’occurrence, la France n’était pas seulement perçue comme la patrie des droits de l’homme mais aussi comme porteuse d’un message inédit dans le monde occidental.Une « certaine idée de la France » s’est alors imposée au monde arabe qui ne s’est aujourd’hui toujours pas effacée et qui a donné à la politique arabe de la Ve République le support dont elle avait besoin. La fermeté de la politique gaulliste en faveur  de la primauté du droit des nations, constitue en effet une sorte d’exception, dans le difficile dialogue Nord-Sud. À telle enseigne que Boutros Boutros Ghali, quelques  années plus tard, vice-ministre des Affaires étrangères de l’Egypte, voulut voir dans la politique française une voie ou un moyen d’échapper à la logique des blocs et dans la langue française « une langue de non alignement ».

Dans le camp atlantique, cette attitude en contrepartie entacha durablement la politique arabe de la France suspecte de n’être pas aussi fidèle à ses alliances qu’elle le devrait. On en a encore vu les effets  récemment dans la tempête politico-médiatique qui a secoué l’Amérique après le refus franco-allemand de cautionner l’offensive contre l’Irak. Il a fallu attendre l’automne 2004, avec la rédaction, à l’initiative de la Présidence française – rappelons qu’en France la politique étrangère est conduite par les présidents de la République, le Quai d’Orsay n’étant que l’instrument de son exécution – de la Résolution 1235 enjoignant à la Syrie de se retirer du Liban, pour que se manifestes de nouvelles convergences déjà en germes  dans les dossiers afghan, iranien et soudanais.

Renversement d’alliances

Nombre d’observateurs arabes ont interprété ce rapprochement sur la question libanaise comme un renversement d’alliance. Il s’agit plutôt    du nième épisode du jeu de bascule imposé par l’impérieuse  nécessité de se plier aux règles imposées par le jeu des alliances et le poids respectif des États. Claude Cheysson, ministre des Relations extérieures de MM. Mauroy et Fabius de mai 81 à décembre 84, notait  avec un zest d’amertume « La France n’a plus guère eu de politique arabe après 1985. Ce n’est qu’avec Jacques Chirac qu’elle en a de nouveau une ».  L’explication à cette phrase se trouve dans le fait que le souci de M.Mitterrand n’a jamais été de conduire une politique nationale à l’instar de De Gaulle. Politique qui trouvait son interface naturel dans les États et la nation arabe.

Jacques Chirac devenu chef en 1995 ravive en effet autant que faire se peut cet héritage gaulliste laissé quelque peu en déshérence d’une cohabitation à l’autre. Avec réelle constance, la France s’efforce de maintenir, défendre et renforcer sa position et son influence dans un monde arabe traversé de crises récurrentes, mais aujourd’hui elle doit le faire avec une latitude moindre dans le cadre de la construction européenne. Une Union où 17 pays sur 25 sont membres de l’Otan et comme tels sensibles aux desiderata d’une administration américaine elle-même engagée dans un projet surdimensionné d’unification d’un espace allant du Maroc au Pakistan.  Paris peu ou prou, ne pouvant pas ne pas tenir compte des  choix  de ses partenaires, l’Europe limite en soi à sa marge de manœuvre. Dont acte !

Certes, l’assassinat à Beyrouth en 1981 de l’ambassadeur Louis Delamare puis en 1983 l’attentat contre l’immeuble du Drakkar où étaient stationnés des soldats français sous mandat des Nations Unies, contribuèrent Paris à s’effacer devant les États-Unis après 1985. Effacement tout relatif puisque la France entretient des relations suivies avec Bagdad qu’elle soutiendra, tout comme Washington pendant les huit années de la guerre qui l’opposera à l’Iran. L’éclipse du jeu Français au Liban aura été en fait de courte durée puisque les accords de Taëf en 1989 mettant fin à quinze ans de guerre civile libanaise, sont signés sous les auspices de la Ligue Arabe mais avec le parrainage de Washington et Paris qui du même coup admettent explicitement la Pax syriana et l’occupation du Liban.

Déjà en 1991, la France par un opportun renversement d’alliance au détriment de Bagdad, se coalise avec les États-Unis dans la première guerre du Golfe. Elle n’en retirera pas pour autant le bénéfice politique escompté. C’est la Communauté européenne et non la France, membre permanent du Conseil de Sécurité, qui sera conviée par les présidents Bush et Gorbatchev le 30 octobre 1991 à la conférence de Madrid. De cette façon, l’engagement de la France aux côtés des États-Unis en 1991 – comme en 1999 contre la Fédération de Yougoslavie, en 2001 en Afghanistan – et en 2004 sur la question libanaise, ne doit pas masquer que dans ce cas la dialectique diplomatique constitue aussi une expression de la volonté française de garder une place sur la scène internationale tout en décidant de la gestion autonome de ses intérêts dans son entourage méditerranéen.

L’autonomie des choix et la fidélité aux principes

Jacques Chirac est élu président en 1995, le 21 août 1998 Bill Clinton frappe l’Émirat islamique d’Afghanistan et la République du Soudan.   Condamnant fermement le terrorisme, Paris se contente cependant de «  prendre acte », c’est-à-dire sans approbation des moyens utilisés par la Maison-Blanche. Pareillement, favorable aux droits du peuple palestinien, la France ne reçoit pas Yasser Arafat alors même qu’elle a assuré en 1982 son départ de Beyrouth, mais elle accueillera dans ses services hospitaliers  le président de l’Autorité palestinienne peu avant son décès.

Aujourd’hui, alors que l’intérêt vital de la France réside dans l’essor économique du Maghreb afin alléger la pression démographique exercé par l’immigration, Paris s’y heurte à l’influence croissante des États-Unis. On vient ainsi de voir Mme Rice, quelques jours  après l’échec d’un projet de traité d’amitié franco-algérien, venir battre en brèche la diplomatie française à Alger même en exhumant un traité conclu en 1795 entre la régence turque et le gouvernement américain ! La présentation juin 2004 de l’Initiative Grand Moyen-Orient  au sommet de l’OTAN à Istanbul préludait aux discussions actuelles avec le Maghreb, l’Otan sans frontières prenant le pas sur le partenariat et le co-développement prévus à Barcelone. L’américanisation de la Méditerranée est donc aujourd’hui la question à laquelle Français et Européens doivent, ensemble ou séparément, apporter une réponse.

Paris, n’ayant pas la capacité de s’opposer frontalement à l’influence  atlantique, n’a en fin de compte d’autre choix que de se placer, en certaines circonstances, dans son sillage. Ceci pour ne pas se voir exclue d’un jeu où elle ne peut, par la force des choses, n’être qu’un acteur subsidiaire même si elle conserve par ailleurs  une réelle capacité à jouer un rôle majeur quand elle se  refuse par exemple à légitimer une invasion. Attitude à laquelle les événements donneront raison quelques mois plus tard.

Position s’accompagnant nécessairement de rééquilibrages subtils  et qui sont donc la clef d’une politique arabe maintenue pendant près d’un demi-siècle. Cette continuité, contre vents et marées, s’est accompagnée d’évidentes contradictions et de retournements spectaculaires. Ainsi, en 2002, à Beyrouth le chef de l’Etat français développait devant le Parlement une analyse qu’il démentira deux ans plus tard : « La paix ne sera globale, juste et durable que si elle inclut le Liban et la Syrie, et si elle apporte une solution équitable à la question des réfugiés palestiniens, une solution qui tienne compte des intérêts du Liban. C’est la position constante de la France. Dans le même temps, l’évolution vers cette paix tant souhaitée permettra au Liban et à la Syrie d’harmoniser leurs relations et de mener à terme le retrait complet des forces syriennes de votre pays, conformément aux accords de Taëf ». Mais l’année suivante Bagdad tombait et la donne géopolitique de la région et du monde avait radicalement changé, l’Initiative Greater Middle East était en route et Paris, comme Berlin, devait s’en accommoder et adapter sa politique en conséquence.

En 2002, Hubert Védrine s’adressant à la presse notait : « Je ne sais même pas ce que c’est que la politique arabe. Il y a trente-six politiques arabes. Vous ne pouvez pas avoir la même politique arabe avec l’Iraq, le Maroc, le Liban et l’Egypte. Il y a toutes sortes de situations. Le conflit du Proche-Orient est encore autre chose… ».  En ne s’inscrivant pas dans la continuité d’une tradition, M. Védrine ne pouvait qu’exprimer un scepticisme que Dominique de Villepin démentira un an plus tard au Conseil de Sécurité. Certes, en raison de sa vocation méditerranéenne, la France ne peut que conduire dans la longue durée une politique arabe fidèle à des principes intangibles parce que gravés  à la fois dans la géographie et dans l’histoire d’une civilisation commune.


(Source: Jean Michel Vernochet, politologue, ancien journaliste du Figaro et écrivain.)

http://www.dailymotion.com/Molesmes

Immigration : La bombe des vrais chiffres!

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 23:12

31 juillet 2009

Je demande à tous les destinataires de ce message de le diffuser le plus largement possible sur l’Internet, les blogs, les mailing listes et tous les supports disponibles afin de rompre l’omerta des politiciens et des médias. J’ajoute qu’il se veut purement factuel et s’abstient de commentaires partisans.

Ivan Rioufol et le journal Marianne se sont récemment fait l’écho de la rétention des statistiques sur l’immigration. De mon coté, j’ai constaté qu’il n’existait plus de données sur les flux migratoires depuis le dernier rapport portant sur l’année 2006. A vrai dire, ces statistiques n’ont d’ailleurs plus beaucoup de sens. Elles ne recensent pas un turc de nationalité allemande venu s’installer en France et ne prennent pas en compte la seconde ou la troisième génération issues de l’immigration. Par exemple, la jeune fille portant le Niqab qui s’exhibait dimanche dernier, sur la promenade Marcel Proust à Cabourg, est très certainement née en France et ne fait donc pas partie du stock de la population immigrée.

J’ai donc décidé d’anticiper le rapport consacré aux statistiques ethniques qui devrait être remis en septembre par Yazid Sabeg (le commissaire à la diversité et à l’égalité des chances). Le principe de ma méthode est aussi simple que l’oeuf de Christophe Colomb. Au lieu de s’égarer dans le labyrinthe administratif des différentes catégories d’étrangers ou d’immigrés, il suffit d’évaluer à contrario le stock actuel de français et européens de souche.

Nous disposons en effet d’un point de départ précis: celui de la population en 1946 (40.246.742), sachant que les étrangers et immigrés étaient alors à 88% d’ethnie européenne. On ajoute à cette population initiale l’accroissement naturel (hors immigration) jusqu’en 1974, date du regroupement familial et on obtient 49.105.699 en 1975 (1). On applique ensuite à ce dernier chiffre, les taux d’accroissement naturel de trois départements français ou l’immigration est restée jusqu’à ce jour négligeable (2). On arrive ainsi en 2008 à 53 millions d’habitants pour la population d’ethnie européenne (3). Comme l’INSEE estime notre population globale à 62 millions à cette date, il en résulte que les ethnies noires, arabes et asiatiques représentent aujourd’hui 9 millions de personnes (4).

Le résultat de cette méthode correspond aux observations quotidiennes. Si certains veulent contester ce chiffre, qu’ils produisent le leur ! Face au silence des Instituts, notre calcul revêt donc, de facto, un caractère officiel.

Je reviendrai sur ce chiffre pour commenter les projections démographiques qui en résultent avec leurs conséquences politiques, sociales et économiques, mais ce sera une autre histoire.



1- Source: http://www.ined.fr/fichier/t_telechargement/19788/telechargement_fichier_fr_sd2006_t1_fm.xls
2-Neuf départements comptaient moins de 2% d’immigrés lors du recensement de 1999. J’ai retenu la Manche, les Deux Sèvres et la Vendée. Le taux moyen pondéré d’accroissement naturel de ces trois départements a atteint 0,4% pour la période 75-82, 0,3% pour 82-90 et 0,17% pour 90-2007. A titre de comparaison, entre 1999 et 2006, la Seine Saint Denis a enregistré un taux de 1,2%. Source: http://www.statistiques-locales.insee.fr/esl/accueil.asp
3-Précisément : 53.237.272
4-Il faudrait rajouter environ 500.000 clandestins.

Source : Nations Presse Info


Il « prêche » pour sa « paroisse ». Voile intégral : Boubakeur juge inutile de lancer une réflexion nationale.

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 11:25
Il est bien évident qu’avec les faux chiffres officiels annoncés par notre gouvernement, Boubakeur ne pouvait pas laisser passer une telle aubaine. Un décret n’arrangerait pas ses « affaires »…
PARIS, 30 juil 2009 (AFP)

Le recteur de la Grande Mosquée de Paris Dalil Boubakeur estime qu' »il n’y a pas lieu de lancer une réflexion nationale » sur le voile intégral, dans une interview à Europe 1 jeudi.

Le recteur commentait une note des services du ministère de l’Intérieur selon laquelle 367 femmes en France portent la burqa ou le niqab.

« Il y a une disproportion entre la réponse qui a voulu être donnée en prenant des mesures graves, sérieuses (..) à un phénomène extrêmement marginal », a-t-il dit.

« Trois cent et quelque femmes voilées sur six millions de musulmans en France, ça ne traduit pas l’émergence dans notre société d’un phénomène fondamentaliste. (…) On ne s’offusque pas pour si peu de monde donc il n’y a pas lieu de mettre en branle toute une réflexion nationale avec tout ce qu’elle comporte, pour quoi faire ? « , a-t-il insisté.

Une mission parlementaire d’information sur la question du voile intégral a été mise en place début juillet à la demande du député PCF du Rhône André Gerin. Elle a pour tâche de faire un « état des lieux » et rendra son rapport fin janvier 2010.

Mercredi, il avait réagi à la publication du décompte du ministère de l’Intérieur, en jugeant « le chiffre avancé plutôt ridicule ». « Le voile intégral, c’est l’iceberg recouvert d’une marée noire. Ne nous trompons pas, l’emprise des fondamentalistes, des intégristes islamistes, tente de régenter la vie civile de certains territoires de notre pays », écrivait-il dans un communiqué.

Cynique: « La mosquée d’Istanbul dont le minaret est un clocher »…

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 11:21


30 juillet 2009

Voici ce qu’on lit dans La Croix :

A « La mosquée d’Istanbul dont le minaret est un clocher Tout au long de cette semaine, «La Croix» met en lumière les symboles communs à tous les peuples méditerranéens. Aujourd’hui, une mosquée qui est aussi une ancienne église dominicaine […]

Son nom, Arap Camii, la mosquée des Arabes. Elle a une originalité…. Un haut clocher carré qui fait office de minaret. On en demeure tout étonné : est-ce bien un clocher ? «Mais oui, c’est un clocher. Il ne nous serait jamais venu à l’idée de le détruire. On l’a préservé», s’exclame dans son bureau jouxtant la mosquée, le débonnaire imam d’Arap Camii, Sabri Isik, à ce poste depuis quarante-six ans. «Nous avons simplement remplacé la croix par le croissant. C’était normal. Mais nous prions le même Dieu, n’est-ce pas ?» […]

[D]ans ce qui fut l’ancien presbytère situé à côté du mirhab, meuble sacré où l’iman Isik dirige les prières tourné vers La Mecque, on remarque sur le mur blanc des ombres, des taches de couleurs. Comme si on avait voulu non pas effacer, mais cacher des peintures, sans doute des visages. Dans l’islam, toute représentation physique est interdite. À y regarder de très près, comme le fait le prieur des dominicains d’Istanbul, on pourrait croire voir la Vierge Marie penchée sur l’enfant Jésus. […] Un tremblement de terre en 1999 a fait apparaître les deux évangélistes saint Marc et saint Matthieu. Et, sous le toit, saint Ambroise de Milan, l’un des docteurs de l’Église. Sur le mur, seraient encore cachées, à restaurer, les peintures de la naissance et du baptême de Jésus… Peintures du XIVe siècle… […] la “mosquée-église” serait une copie d’une église du nord-est de l’Italie, Saint-Nicolas, à Tolentino, dans laquelle il y a quatre sections, avec chacune un évangéliste en face d’un saint, et qui se regardent. »

Afghanistan. Le 3e Rima attaqué par les talibans, pas de blessés vannetais.

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 11:18


Depuis juin, plus de 600 soldats du 3e Rima de Vannes sont engagés dans la province de Kapisa à environ 70 km de Kaboul en Afghanistan. Lundi, lors d’une reconnaissance dans la vallée de Bedrau, où les soldats ne se sont plus rendus depuis des mois, les Marsouins ont été accrochés à l’entrée du village de Gadakhel. Un soldat afghan a été blessé grièvement. L’objectif était d’effectuer une reconnaissance jusqu’au bureau de vote avant les élections présidentielles d’août.

Marc Bastian, journaliste à l’Agence France presse, était présent. Il raconte.

Des mitrailleuses crépitent

« Il est 7 h lorsque trente blindés déposent les Français, bientôt rejoints par les forces afghanes et leurs « conseillers » américains, à l’entrée du village. « Contact ! », hurle très vite la radio. À quelques centaines de mètres, des mitrailleuses crépitent, plusieurs roquettes explosent. Des soldats en reconnaissance ont été « accrochés », sans dégâts.

À 8 h 15, nouvelle explosion, beaucoup plus forte. Un missile Milan vient d’être tiré sur une quinzaine de rebelles installés non loin de là, qui répliquent à la kalachnikov.

À la radio : « Pensons qu’il reste des blessés talibans et que des gens vont venir les chercher. Permission effectuer deuxième tir Milan ? ». « Négatif », répond le colonel Francis Chanson, commandant des Français en Kapisa.

A trois semaines des élections

« On n’est pas là pour tuer, sinon on va encore augmenter l’animosité de la population », explique l’officier. Vers 10 h, les Français atteignent la mosquée où se tiendront les élections. Une choura – un conseil des anciens de la vallée – s’organise à l’ombre sur la place devant la mosquée, durant laquelle quelques balles siffleront au-dessus des participants et quelques roquettes exploseront à proximité, blessant grièvement un soldat afghan.

Les anciens manquent franchement d’enthousiasme pour les organiser. « Une lettre de menaces contre les gens qui iront voter a été affichée devant la mosquée », assure un notable.

De la choura, l’on apprend que les autorités n’ont pas enregistré les électeurs de la vallée et que personne n’y possède de carte électorale, à trois semaines d’élections que ses promoteurs veulent crédibles. »


Source: http://www.ouest-france.fr/

30/07/2009

Burqa: une loi serait un « pilon pour écraser une mouche », estime Bartolone ou comment éviter un décret qui déplairait aux musulmans…

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 13:33

La SDIG (à la solde du gouvernement) annonce un chiffre officiel de 367 femmes portant la burqa en France… Rien que dans une agglomération de 100 000 habitants que je connais bien, on peut en dénombrer au moins une cinquantaine… On en déduira ce que l’on voudra, mais…

Une fois encore, les chiffres « officiels » sont publiés de façon à tromper les Françaises et Français sur l’islamisation galopante extrêmement dangereuse de notre pays et nos dirigeants mettent tout en oeuvre pour éviter un décret qui serait néfaste à « l’envahisseur vert » et lui déplairait. Une fois encore, la préférence non-nationale s’affiche et une fois encore, les Français ne réagissent pas… Pourquoi? Quand nos petites filles seront obligées de porter la burqa en France, réagiront’ils, à ce moment là? Quand la charia (loi islamique) aura remplacé les lois françaises, réagiront’ils? Il sera TROP TARD!!!

(AFP)

PARIS — Le président socialiste du Conseil général de Seine-Saint-Denis, Claude Bartolone, a estimé jeudi que par rapport au nombre de femmes porteuses de burqa en France, légiférer serait comme « sortir un gros pilon pour écraser une mouche ».

« J’ai vraiment l’impression que par rapport au nombre, moins de 400 cas sur 60 millions, une loi, un débat parlementaire », ce serait comme « sortir un gros pilon pour écraser une mouche », a indiqué le député de Seine-Saint-Denis sur RTL.

Selon une note de la sous-direction de l’information générale (SDIG), moins de 400 musulmanes – 367 précisément – porteraient en France le voile intégral (niqab ou burqa).

« Je ne sais pas en combien de temps on est passé de 0 à 360, mais on voit bien que c’est une pratique extrêmement minoritaire et il y a un certain nombre de textes qui dans le cadre des règles du vivre ensemble en France peuvent être utilisées pour empêcher ce genre de comportement », a dit M. Bartolone.

Il a ajouté vouloir « être attentif à chacun de ces cas », et « savoir comment ces femmes rentrent dans cet espèce de repli par rapport à l’ensemble de la société », tout en voulant éviter que « sur une idée courageuse au départ, qui était de dire: on ne veut pas de comportements intégristes en France, on en arrive à avoir une mauvaise communication avec l’ensemble des musulmans de France ».

Plainte contre Dati: Sans suite… Ca étonne quelqu’un ?

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 11:59

Mercredi 29 Juillet 2009

N’avez-vous pas encore remarqué que la cour de Sarkö Ier est intouchable? Rachida Dati (dont deux frères sont en prison…) n’échappe pas à la règle… C’est ça, l’ère sarközienne…

Le parquet de Paris a classé sans suite, mercredi, la plainte contre Rachida Dati déposée par l’Union syndicale des magistrats (USM, majoritaire). Ces derniers lui reprochaient de les avoir traités de « très surnois » lors d’un déjeuner-débat au mois d’avril dernier. Des propos formellement démentis par la ministre. Mais l’affaire n’est peut-être pas close. Un nouveau recours est encore possible.

Les propos imputés à Rachida Dati avaient suscité l'ire des magistrats. (Reuters)

Est-ce le point final d’une longue histoire de désamour entre Rachida Dati et la Justice? Le parquet de Paris a classé sans suite, mercredi, la plainte pour « injure contre un corps constitué » déposée par l’Union syndicale des magistrats (USM, majoritaire) contre l’ancienne garde des Sceaux. Les magistrats lui reprochaient d’avoir affirmé qu’ils étaient « très sournois« .

Ces propos avaient été relayés par le magazine Entreprendre du mois d’avril. Selon le mensuel, au cours d’une soirée au Fouquet’s, Roland Dumas, ancien ministre socialiste, avait félicité Rachida Dati d’avoir mené à bien la réforme de la carte judiciaire, en dépit d’une forte contestation. Les avocats et magistrats sont « très réactifs », aurait-il affirmé. « Et très sournois », aurait alors répondu l’ex-garde des Sceaux, selon le magazine. « J’ai fait de nombreux déplacements sans aucune difficulté, mais la charge est arrivée par derrière. Je trouve que c’est complètement déloyal« , expliquait la ministre.

Des propos démentis par Rachida Dati

A la publication du numéro, la Chancellerie avait démenti formellement ces propos, maintenus par le magazine. Pour « lever toute ambiguïté« , l’USM avait demandé la publication de la transcription intégrale du déjeuner-débat, mais Roland Dumas et Jacques Vergès avaient pris l’initiative de contacter l’AFP pour soutenir la version de la ministre. Pour l’heure, la justice a refusé de trancher, mais l’USM pourrait déposer plainte auprès de la commission des requêtes de la Cour de justice de la République (CJR). Rachida Dati, dans son exil européen, n’en a donc peut-être pas tout à fait fini avec la Justice.

Source: le JDD

29/07/2009

Vous n’avez pas souscrit à « l’emprunt Sarközy »? Vous aurez la « taxe carbone »…

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 21:10

Sarközy ne reste jamais sur une défaite.

Son fameux emprunt n’a pas rallié une foule de suffrages; et pour cause, les Français, surrendettés et dans une précarité des plus flagrante et inquiétante, à qui le précédent nommé avait promis être le « président du pouvoir d’achat » n’ont pas l’intention de lui donner le peu qu’il leur reste… Notre cher président avait déjà prévu la parade: la taxe carbone. Ce que vous ne voulez pas donner, votre argent (du moins, ce qui vous reste…) on va vous le prendre, en « toute légalité »: un NOUVEL IMPÔT! On le baptise « taxe carbone » pour vous faire culpabiliser un peu. Et le tour est joué! En outre, début août, c’est la saison des feuilles… d’impôt. La totale, quoi.

Si, après celà, les Français ne bougent toujours pas, c’est grave, très grave… Ras le pis, les vaches à lait!

Taxe carbone:

Michel Rocard, qui présidait la réflexion des experts sur la taxe carbone, a remis son raport ce mardi.  Un long débat se profile… Qui sera pour, qui sera contre?

Les enthousiastes

Nicolas Hulot, est favorable à la taxe carbone.Nicolas Hulot, est favorable à la taxe carbone.

– Les associations écologistes -dont la Fondation Nicolas Hulot qui en a porté le projet au Grenelle de l’environnement– et Daniel Cohn-Bendit, le leader d’Europe-Ecologie, y voient « une mesure révolutionnaire« .

– Un point de vue partagé par l’UMP qui assure que la contribution climat énergie n’entraînera pas « d’augmentation de la fiscalité », selon Dominique Paillé, porte-parole adjoint.

– Même son de cloche chez la députée européenne et ancienne ministre de l’Environnemen,t Corinne Lepage (MoDem), sous réserve d’une « compensation sociale convenable ».

– Selon Michel Rocard, « le gouvernement est solide et nous n’avons pas eu d’objections au principe de la taxe ni du PS ni du PC ».

– Bémol cependant du côté des Finances: l’entourage du ministre Eric Woerth insiste sur un projet « toujours à l’état de discussion ».

Les méfiants

François Chereque (CFDT), Bernard Thibault (CGT), Jean-Claude Maill (FO) se méfient de cette taxe carbone.AFP PHOTO BERTRAND LANGLOIS

François Chereque (CFDT), Bernard Thibault (CGT), Jean-Claude Maill (FO) se méfient de cette taxe carbone.

– Les grandes centrales syndicales (FO, CGT, CFDT) et les associations de défense des consommateurs émettent des doutes et des conditions à la taxe carbone. Sans être hostiles au principe, elles s’inquiètent d’un alourdissement possible de la fiscalité, pour les ménages comme pour les entreprises, et insistent sur d’indispensables compensations. « Les salariés ne doivent pas payer pour les entreprises », juge FO. De son côté, la CGT prévient: « pas question que (la taxe) accroisse les inégalités ».

– La Confédération des petites et moyennes entreprises (CGPME) souhaite une « étude d’impact économique préalable » et des compensations fiscales. UFC-Que Choisir insiste sur une compensation par un dispositif de chèque vert, « seule voie de passage acceptable, où l’ensemble des recettes fiscales est restitué aux consommateurs ».

Les opposants

Pour le parti d'Olivier Besancenot (NPA), la taxe est "écologiquement inefficace" et "socialement injuste".REUTERS/Stephane Mahe

Pour le parti d’Olivier Besancenot (NPA), la taxe est « écologiquement inefficace » et « socialement injuste ».

Le Nouveau parti anticapitaliste (NPA) d’Olivier Besancenot, Chasse, pêche, nature et traditions (CPNT) et les grandes fédérations professionnelles des transports n’en veulent pas.

– Pour le NPA, le projet est « inefficace écologiquement, injuste socialement » et il souhaite qu’il soit « abandonné ». CPNT dénonce une « double peine qui frapperait durement les ruraux ».

– Pour la Fédération nationale des transports routiers (FNTR), « l’urgence est plutôt de redonner de la compétitivité » aux entreprises du secteur « que de les assommer »: « Ce n’est pas avec de nouvelles taxes franco-françaises qu’on sauvera la planète ».

– La fédération des distributeurs de fioul, chauffage et carburants (FF3C), réclame en échange « une réduction significative de la TIPP » (taxe intérieure sur les produits pétroliers).

Les oui, mais…

Parti socialisteD.R.

Parti socialiste

Le PS soutient la taxe carbone mais à certaines conditions. « Pour que la contribution climat énergie soit vertueuse, quatre conditions doivent être respectées », estime dans un communiqué Laurence Rossignol, secrétaire nationale PS à l’environnement:
– « Cette contribution doit être socialement juste et redistributive en direction des ménages géographiquement contraints à l’usage de la voiture ».
– Elle « ne peut se substituer à la suppression de la taxe professionnelle ni être prétexte, comme le souhaitent les lobbies économiques déjà à l’oeuvre, à un transfert de charges des entreprises vers les ménages ».
– La taxe « doit porter sur les énergies fossiles, et inclure également une modulation des tarifs de l’électricité ».
– « Le produit de la contribution ne peut venir abonder le budget de l’Etat et combler les déficits creusés par la politique fiscale clientéliste mise en oeuvre par le gouvernement », mais « doit être exclusivement affecté à l’équité contributive et aux investissements nécessaires pour soutenir les énergies renouvelables et initier une politique industrielle ambitieuse dans une économie décarbonée et sobre en énergie ».

Source: http://tinyurl.com/lzekmm

Obama réclame de la chair à canon Française pour l’Afghanistan; il l’aura…

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 20:55


3 militaires français ont été blessés le 21 juillet en Afghanistan.

2 sont toujours en réanimation, mais leur pronostic vital n’est pas engagé. Ils ont été rapatriés en France jeudi dernier par un Falcon médicalisé. Ces deux militaires français sont un capitaine médecin, du 126e régiment d’infanterie de Brive-la-Gaillarde, et un caporal-chef, du 92 e RI de Clermont-Ferrand.

Le 3e blessé, un caporal-chef, brancardier secouriste au 31e régiment du génie de Castelsarrasin, plus légèrement touché, a également été rapatrié sanitaire, mais est sorti de l’hôpital dès lundi pour rejoindre sa famille.

Depuis 2001, 27 soldats français ont péri en Afghanistan et quelque 380 autres ont été «rapatriés sanitaires», dont 60 blessés en «grande urgence».

source : lesalonbeige


A 14 ans… Strasbourg : il incendie 22 voitures «par ennui».

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 18:42

De mieux en mieux. S’il s’ennuie, ce « d’jeune », on peut rouvrir Cayenne; il pourra tromper son ennui en cassant des cailloux.

Un garçon de 14 a reconnu mardi avoir incendié 22 voitures dans la banlieue ouest de Strasbourg. Motif invoqué: « l’ennui ».

L’adolescent, qui s’ennuyait ferme pendant les vacances, aurait opéré dans un quartier de Cronenbourg entre minuit et 1h30 à l’aide d’un briquet. Deux méthodes étaient utilisées : un bout de papier était allumé dans les bouches d’aération du véhicule ou une vitre de la voiture était brisée pour pouvoir mettre le feu au siège.

Le garçon de 14 ans a été interpellé en flagrant délit dans la nuit de dimanche à lundi et placé en garde à vue jusqu’à mardi. Ce collégien, non connu de la police ni de la justice, qui devait entrer en 3e en septembre, sera présenté mardi au juge des enfants en présence de ses parents pour être mis en examen.

«C’est un enfant oisif, non surveillé par ses parents, qui n’avait rien à faire de ses journées : il n’a absolument pas le profil d’un pyromane», a indiqué le procureur du tribunal pour enfants Nathalie Kielwasser, au vu d’une expertise psychiatrique.

«Comme il n’a aucun antécédent judiciaire, je vais requérir un contrôle judiciaire et il comparaîtra ultérieurement à une audience pour être jugé», a-t-elle précisé.

En cas de condamnation, ses parents pourraient payer des dommages et intérêts aux victimes. D’ici le jugement, l’adolescent sera pris en charge par des éducateurs.

source : leparisien.fr

Article 322-6
La destruction, la dégradation ou la détérioration d’un bien appartenant à autrui par l’effet d’une substance explosive, d’un incendie ou de tout autre moyen de nature à créer un danger pour les personnes est punie de dix ans d’emprisonnement et de 150.000 € d’amende.

Article 322-8
L’infraction est punie de vingt ans de réclusion criminelle et de 150.000 € d’amende lorsqu’elle est commise en bande organisée. (voir le texte de loi complet)

Source: J-L.B

Saint-Didier-en-Velay : une victoire contre l’islamisation !!!

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 14:34

Il n’aura fallu qu’un mois pour que les patriotes et les habitants de Saint-Didier-en-Velay, emmenés par Pierre Cheynet, secrétaire départemental du Front National de la Haute-Loire, obtiennent l’annonce officielle de l’abandon d’un projet d’école coranique dans la commune.

Ainsi, quelques mois à peine après la médiatisation d’un projet d’école musulmane à Chelles grâce à l’action énergique de Julien Sanchez, secrétaire du FN dans la 7ème circonscription de Seine-et-Marne, les patriotes et identitaires sont gratifiés d’une deuxième victoire face à l’islamisation.

Certes, il n’est pas dit que ces projets ne finissent pas par voir le jour ; mais à tout le moins, leur réalisation ne se fera pas en catimini, dans le dos des habitants – et avec leur argent ! -comme c’est bien trop souvent le cas.

De ces deux affaires emblématiques, les Français désireux de résister à l’islamisation devraient retenir plusieurs aspects :

– un travail inscrit dans la durée et dans une logique d’enracinement local

– l’utilisation massive d’Internet, notamment par la mise en place de sites ad hoc

– la sollicitation des médias locaux

– la sollicitation continue des élus et des personnes qui comptent au niveau local voire national (quitte à jouer sur les rivalités politiciennes) pour les contraindre à prendre position (à Saint-Didier, Laurent Wauquiez, maire du Puy-en-Velay et secrétaire d’Etat à l’emploi ; à Chelles, le député Yves Albarello)

– l’investigation menée sur les animateurs de tels projets (voir pour Chelles )

– la mise à contribution de la population par le biais de pétitions ou d’actions concertées de lobbying

Non moins intéressant sont les propos recueillis auprès des caciques locaux et notamment auprès de M. Laurent Wauquiez. Ce dernier, gêné aux entournures, a ainsi déclaré : « La question n’est pas de dire si on est pour ou contre une école coranique à Saint-Didier-en-Velay. L’objet de la démarche était de dire que ce projet ne correspondait pas à ce qu’est la population de Saint-Didier-en-Velay. Créer ici une école coranique n’a pas de sens »

Quel aveu ! Les chantres des valeurs républicaines, au moins autant incompatibles avec la religion mahométane que le sont les valeurs ancestrales de l’Europe, ne trouvent rien à redire face à l’islamisation galopante. Mieux, ils avouent en creux que lorsque Saint-Didier sera peuplée de musulmans (turcs peut-être ?) il n’y aura plus d’obstacles à la construction d’une école coranique. Et ce, quand bien même le projet serait mené par un mouvement islamiste radical tel que le Milli Görüs dont le logo est particulièrement explicite.

Il faut remercier le secrétaire d’État pour cette franchise. L’islam et son djihad, sa confusion du temporel et du spirituel, son statut de dhimmi prévu pour les non musulmans, l’Islam et sa réification des femmes, sa violence intrinsèque (fort justement dénoncée par le Pape Benoît XVI à Ratisbonne), ont, selon lui, toute leur place sur le sol Français. S’agissant de la construction de mosquées ou d’écoles coraniques, au diable les fondamentaux ! Seule compte, finalement, la « demande » de la population locale.

Novopress.info, 2009

28/07/2009

Une mosquée pour Saint-Louis !

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 20:40

Novopress Alsace

Alors que Saint-Louis compte trois lieux de culte musulmans plus ou moins officiels pour certains et officieux pour d’autres, voici que la ville parle maintenant d’acheter un terrain pour le mettre à disposition de l’association musulmane Esperance qui par la suite pourra construire une mosquée dessus.


Et oui la mairie de Saint-Louis et son maire UMP Jean Ueberschlag sont prêt à acheter à l’office HLM “Saint Louis Habitat un terrain de 41 ares pour ce projet et sont donc prêt à participer eux aussi à l’islamisation de l’Europe.

Par la suite la ville louera ce terrain à l’association Esperance via un bail emphytéotique (bail immobilier dont la durée peut aller de 18 ans au moins et de 99 ans au plus). Le tout se fera vers le mois d’octobre et le début de la construction pourrait voir le jour au courant de l’année 2010.

Actuellement le nombre de mosquées et de lieux de culte musulmans sont difficiles à déterminer en Alsace et dans toute l’Europe. En 1999 on dénombrait 34 mosquées pour le Bas Rhin et 24 pour le Haut Rhin, le nombre a depuis évolué. Beaucoup de lieux de culte sont au fin fond des cités, dans des caves ou encore dans des domaines privés. Et quand les villes constatent qu’il y a trop de lieux de culte clandestins ils décident de leurs construire des mosquées.

N’oublions pas, qui dit mosquée, dit forte communauté musulmane et qui dit forte communauté musulmane peut très vite dire application de la charia (loi Islamique) dans notre ville. Et cela est loin d’être une blague car bon nombre de quartiers et de villes d’Europe sont sous domination de l’Islam radical et de la charia. Quelques exemples

– le quartier de Molenbeek à Bruxelles où maintenant les islamistes considèrent désormais Molenbeek uniquement soumis à l’autorité et à la loi islamique.

Londres où la promotion de l’Islam se fait dans la rue.

Rotterdam où des quartiers entiers donnent une impression de Moyen Orient, les femmes circulent voilées, le maire est musulman, les tribunaux appliquent la charia.

Anvers où des milices circulent pour faire l’ordre eux même.

Un nouveau pas vers l’islamisation de notre Elsass ? Affaire à suivre de très près et à contrer au plus vite !

Via : voxfnredekker

« Chances pour la France »…Vidéo.

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 20:38
Et voilà le résultat de la politique UMPS !

VIDEO:
http://www.youtube.com/watch?v=9HG2cJQawxI&eurl=http%3A%2F%2Fwww%2Enationspresse%2Einfo%2F&feature=player_embedded

Faut-il une loi interdisant la burqa ?

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 20:34

Dans le débat en vidéo ci-dessous, le président du CFCM Mohammed Moussaoui explique à Jacques Myard que l’interdiction de la burqa est contraire au principe de liberté individuelle.

M. Myard réfute cette vision car, pour lui, la majorité des femmes qui portent la burqa sont sous la pression des « mâles » (en français dans le texte). Et pour expliquer pourquoi il ne croit pas à la liberté de ces femmes, il ajoute : « Ça me rappelle ces prostitués qui disaient : “Je me prostitue librement, je n’ai pas de proxénètes”. Et quelques années après elles disent : “On était sous la pression des proxénètes”. »

VIDEO:

http://videos.lefigaro.fr/video/iLyROoafMUIK.html

Spécificité de la « religion » d’amour et de paix: une femme ne dérange pas un musulman qui chante!

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 11:23

VIDEO:

http://www.dailymotion.com/video/x9wssr_un-musulman-tape-et-tabasse-sa-femm_fun

Quand la colère et la violence ne se répriment pas, et que la femme ne vaut pas grand chose.

Lapsus, mais lapsus quand-même… En plus, il l’applique, ce qu’il dit. Pas vrai?

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 11:08
Nicolas SarkÖzy: « Je veux mettre au service des injustices plus de moyen »

Lapsus de 3 secondes seulement, mais voila…


VIDEO:

http://www.youtube.com/watch?v=VUo9zV3pGY4&eurl=http%3A%2F%2Fwww%2Enouvelordremondial%2Ecc%2Fcat%2Fsarkozy%2F&feature=player_embedded

Lyon: Huit millions d’euros pour un “Institut de civilisation musulmane”

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 09:40

On nous prend vraiment pour des cons !!! L’argent du contribuable va directement aux musulmans.

27 juillet 2009

Le recteur de la grande mosquée de Lyon, Kamel Kabtane, a obtenu d’organiser le repas de rupture de jeûne du ramadan dans les salons d’honneur de l’hôtel de ville, le 15 septembre.

« On va faire quelque chose de grand, avec 200 à 300 invités ». La date n’est pas choisie au hasard. Elle permettra à Kamel Kabtane de s’offrir une large et prestigieuse tribune pour la promotion de son projet d’Institut français de civilisation musulmane (IFCM), et d’arracher, il l’espère, les derniers soutiens financiers qui manquent pour lancer les travaux à côté de la mosquée.

Budget prévisionnel du chantier selon Kabtane : 8 millions d’euros. Coût de fonctionnement annuel : 1 million d’euros. L’ensemble, adossé à la grande mosquée, comprendrait une salle de conférences, un laboratoire de langues, un restaurant avec salon de thé et un espace d’exposition, livrables en 2014.

L’an dernier, le maire (PS) de Lyon, Gérard Collomb, avait déjà promis une subvention de l’ordre de 800 000 euros. (source)

Vu sur: http://www.fdesouche.com/articles/57817

27/07/2009

Il est vraiment gentil… Voeux de Boubakeur pour Sarkozy.

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 11:04

C’est vrai, quoi! Combien de représentants de notre République Française ont souhaité de prompts voeux de rétablissement à Sarköky?

AFP
26/07/2009

Dalil Boubakeur, recteur de la Grande Mosquée de Paris, a adressé aujourd’hui « au nom des musulmans de France » ses « plus ardents souhaits et prières pour un prompt rétablissement » au président Nicolas Sarkozy, hospitalisé au Val-de-Grâce après avoir été victime d’un malaise. »Très vivement émus par la nouvelle de votre hospitalisation, nous vous adressons nos plus ardents souhaits et prières pour votre prompt rétablissement et la reprise rapide de vos activités au service de la nation tout entière« , a déclaré M. Boubakeur dans un communiqué à l’AFP, précisant s’exprimer en son nom ainsi qu’en celui des « musulmans de France ».

SOS Racisme sont des racistes…

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 10:59

Vidéo:

http://www.fdesouche.com/articles/57601

26/07/2009

L’affaire du saucisson ou le bal des cloportes…

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 18:11

Vu sur

http://www.marcfievet.com/article-34218763.html

Le 2 juin dernier, dans un collège d’Estrées-Saint-Denis (Oise), deux élèves de troisième avaient déposé trois tranches de saucisson sur le bureau d’une jeune professeur d’anglais de religion musulmane.

• 15 juin : La Licra juge la provocation des deux collégiens très grave : « Il ne faut pas enterrer de tels actes, car sinon ça ne fait qu’empirer. Cela fait partie des alertes. » La ligue plaide pour des stages de citoyenneté. « Dans une mosquée par exemple. » (source)

• 18 juin : « Les auteurs des faits sont convoqués le 1er juillet pour une réparation pénale ». Cette procédure leur vaudra un ferme rappel à la loi et une évaluation de leur situation familiale. « Une étude sera menée sur l’enfant et sa famille. Si on se rend compte d’un besoin ou d’une lacune, un suivi éducatif et social sera mis en place. »

• Les deux élèves sont poursuivis pour outrage à personne chargée d’une mission de service public, avec la circonstance aggravante que ces faits se sont déroulés dans l’enceinte d’un établissement scolaire. « Ils encourent jusqu’à six mois d’emprisonnement et 7 500 € d’amende, rappelle-t-il. Même si la notion de racisme n’entre pas dans la qualification juridique, il était essentiel pour nous de donner une réponse à ces gestes ». (source)

Finalement, les deux collégiens ne pourront être poursuivis en justice, en dépit d’un signalement déposé par les responsables du collège. Le procureur de la république de Compiègne, tout en le regrettant, a en effet indiqué : « J’ai reçu un signalement. La seule chose qu’il dénonce, c’est un dépôt de saucisson sur le bureau d’un prof. Or, j’ai beau chercher dans mon code pénal, je ne trouve pas de qualification pénale pour ce genre de faits. » (Faits et documents 1-15/07 2009)

Philippe Muray aurait adoré ce genre d’affaire grotesque, lui qui voyait plus de vérité sur notre société dans le moindre fait divers de canard de province que dans n’importe quel torchon bien pensant national.

Cet emballement médiatique et judiciaire hallucinant qui fait de deux gamins des piliers de SA alors que chaque jour une dizaine de profs se font latter la gueule à coups de pieds ou poignarder par quelques représentants éclairés de la diversité en marche dans ce qui est devenu une routine du désastre scolaire avec ses cellules psychologiques de larves, ses psychologues à décharge et ses enseignants dont le seul bagage est l' »antiracisme » dogmatique et la haine d’eux-même…alors qu’on est sans nouvelles des 4 ou 5 barbares du noctilien…alors qu’on peut se faire écraser la gueule à coups de pieds devant sa femme et son fils pour avoir pris un lampadaire en photo…

Un outrage au saucisson! jusqu’à six mois d’emprisonnement!! un stage de citoyenneté dans une mosquée!!!! non mais ça devient n’importe quoi ce pays, bordel!!!!

Page suivante »

Propulsé par WordPress.com.