Francaisdefrance's Blog

10/06/2009

L’idéologie du métissage vue par un Maghrébin.

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 19:49

VIDEO:
http://www.dailymotion.com/video/x9guzo_connerie-du-metissage-ideologique_webcam

Invasion: Les enfants de l’immigration s’initient à la culture turque.

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 16:49
Tags: , ,

VILLENEUVE- LES-SALINES.

Mercredi studieux pour les jeunes Turcs

Lokman Baysal entouré par ses élèves devant l'école Condorcet. (PHOTO DOMINIQUE JULLIAN)
Lokman Baysal entouré par ses élèves devant l’école Condorcet. (PHOTO DOMINIQUE JULLIAN)

« Hier, à 14 heures, comme tous les mercredis après-midi, les jeunes enfants de la communauté turque de Villeneuve-les-Salines attendent leur professeur devant l’école Condorcet.

Gul, âgée de huit ans, est accompagnée par sa maman. Élève de cours élémentaire, elle est scolarisée dans une école du quartier, comme tous les enfants de son âge, mais suit, en prime des cours de turc.

« Nous sommes arrivés à La Rochelle en 1981, raconte sa maman, originaire d’Isparta, en Turquie. Mais ma fille est née en France ».

Ne pas oublier ses racines

« À la maison, ajoute-t-elle, nous parlons les deux langues. Gul comme son frère âgé de 11 ans. Lui aussi, suit les cours de turc. Il nous semble fondamental de ne pas oublier nos racines ».

Ayse, la maman de Fatma, âgée de dix ans, est venu de Saint-Christophe pour accompagner sa fille à l’école. D’autres arrivent de Clavette ou de Périgny…

« Ma mère habite le quartier de Villeneuve-les-Salines, raconte Ayse. Pendant que Fatma suit les cours de turc, je lui rends visite ».

Histoire, culture et grammaire

« Nos enfants parlent déjà le turc, ajoute-t-elle. Mais là, en plus, ils apprennent à écrire. L’alphabet latin, la culture de leur pays d’origine, l’histoire, la géographie et la grammaire sont au programme. C’est un plus pour eux ».

« Ils sont français, poursuit-elle, mais il est important qu’ils n’oublient pas leur mémoire. Je connais des jeunes enfants de la communauté turque qui sont nés en France et qui ne connaissent pas un mot de turc. Cela me choque… »

Lokman Baysal, le jeune professeur de turc venu d’Ankara en janvier dernier, rappelle que cet enseignement du mercredi après-midi se déroule dans le cadre d’un partenariat entre les gouvernements français et turc.

Il intervient à l’école Condorcet, à l’école Barthélémy-Profit et, toujours dans le quartier rochelais de Villeneuve-les-Salines, au collège Fabre-d’Églantine.

« Les familles, explique-t-il, ont le souci de ne pas couper leurs enfants de leurs racines ancestrales. Je leur enseigne le turc, mais je leur parle aussi de la vie quotidienne dans une Turquie qu’ils ne connaissent pas ».

250 familles

Rappelons qu’en juillet, s’ouvre l’année de la Turquie dans toute l’Europe. La Rochelle a anticipé sur l’événement en inaugurant, lundi soir, un café turc à l’Astrolabe de Mireuil.

Plus de 250 familles turques, issues de l’immigration des années soixante-dix, vivent à La Rochelle, principalement à Villeneuve-les-Salines. Une association culturelle particulièrement dynamique propose des cours de français, des cours de code de la route et organise de nombreuses manifestations pour aider à l’intégration, principalement des femmes. »

Source: http://tinyurl.com/qwfv8c

A noter: La Turquie est  majoritairement musulmane… Si ça vous dit quelque-chose, pour l’avenir de la France…

Invasions illégales de gitans en Ile-de-France : « On a vraiment l’impression d’assister au jeu du chat et de la souris avec les autorités »

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 14:10
Tags: ,
Wednesday 10 June 2009

<!– –>

Invasions illégales de gitans en Ile-de-France : « On a vraiment l’impression d’assister au jeu du chat et de la souris avec les autorités »

Image Hosted by ImageShack.us10/06/2009 – 10h00
CARRIERES-SOUS-POISSY (NOVOpress) –
Les gitans jouent avec les nerfs des Yvelinois et profitent du laisser-aller des autorités. A Triel-sur-Seine, la commune est toujours occupée illégalement par une colonie d’environ 200 caravanes. A quelques kilomètres de là, à Carrières-sous-Poissy, 60 autres familles de nomades avaient également débarqué illégalement le long de la route départementale 190 dès le 23 mai.

Le 7 juin, les envahisseurs ont pris la poudre d’escampette. Le maire de Carrières-sous-Poissy, Eddie Aït s’est empressé de déclarer : “Immédiatement après leur départ, des mesures de mise en sécurité du site occupé ont été mises en place, notamment la fermeture de la voie d’accès et la réalisation de merlons de terre”. Exactement comme à Triel-sur-Seine huit mois plus tôt. On connaît la suite…

Sur les forums de discussion internet, le ras le bol est palpable. Désabusé, un internaute écrit sur le site MediaSeine : « Curieusement à Triel il y a eu une grosse vague de départ dimanche, et pourtant ils sont plus nombreux que samedi sur Triel. En fait, on a vraiment l’impression d’assister au jeu du chat et de la souris avec les autorités, et que les responsables tournent de camp en camp mais que le noyau dur est toujours le même. Rien ne se crée, rien ne se perd, tout se transforme (déplace). A Carrieres, on attend la prochaine vague la semaine prochaine… ».

Un autre internaute, toujours sur MediaSeine, constate de ses yeux ces phénomènes migratoires illégaux à l’échelle de la région : « Ils sont chez moi les nomades, à Bruyères-sur-Oise, j’ai rencontré un ami qui est a la police municipale et ils leur ont dit qu’ils venaient de Poissy (…). Il y a 140 caravanes près de chez moi ». Un nouvelle invasion dans l’Oise confirmée dans la soirée du 7 juin par un lecteur de Novopress. Comme quoi, la démission des autorités contribue à toujours plus d’abus.

[http://fr.novopress.info]

Pétition: Lutte contre le racisme anti-Français !

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 12:44

Voir les signatairesSigner cette pétition Participer au forum Réagir à cette pétition Voir les signataires Voir la liste des signataires

Date de création : 08/06/2009
Date de cloture : 08/12/2009

Auteur : Jean-Michel Chapuis
84100 Orange
mortierjonathan7@gmail.com

Nous sommes des Français dont la famille à été agressée très sauvagement et avec une extrême violence, par une horde de maghrébins, à l’occasion de notre mariage.
Tous cela car nous avions en main deux drapeaux Français!

Halte au Racisme Discriminatoire et Anti-Français !!!

A diffuser le plus largement possible…

A l’attention de : Mr Le président de la République, Mr le Ministre de la Défense et Mme le Ministre de l’intérieur.


Par la présente, j’ai l’honneur de solliciter de votre très haute bienveillance, une attention toute particulière à cette pétition que vous signerez je le souhaite et dont vous partagerez sans aucun doute les idées de Démocratie, de Liberté, d’Egalité et de Fraternité qui sont les nôtres, afin que tous, dans notre pays, respectes nos valeurs Républicaine et laïc.
En effet, je tiens à vous informer d’un fait gravissime de racisme Anti-français, portant atteinte à nos valeurs Républicaine, remettant en cause ainsi, l’autorité de l’état et ayant entachée notre intégrité physique et de citoyenneté.
Les faits se sont déroulés à Orange dans le département du Vaucluse, le samedi 9 mai 2009 aux alentours de 16 h 30 min, à l’issu de mon mariage.
Etant issue d’une lignée de militaires, j’ai eu l’idée avec l’accord de tous les invités, que nous ferions ce traditionnel cortège avec deux drapeaux Français, nous sommes fiers de nos couleurs, de notre pays et de nos valeurs Républicaines et humaniste.
A aucun moment, nous ne pensions que quelques personnes, fussent, choquées, dérangées, vexées ou frustrées et encore moins que cela aurait pu nous mettre en danger « de violences racistes et xénophobes physiques et verbales », alors que nous présentions notre drapeau national le plus discrètement possible!!!
Mais, mal nous en a pris! En effet, nous sommes tombés dans une véritable embuscade, tendus par des Français issus de l’immigration. Notre cortège ayant été scindé en deux auparavant, nous nous sommes retrouvés une minorité (4 personnes), bloquées de force et agressées verbalement et physiquement, par une trentaine de Français issus de l’immigration, vociférant et hurlant des insultes à caractère racistes et xénophobes.

Sachez en outre que, j’ai sollicité des associations de « lutte contre le racisme », car il me sembla judicieux de faire appels a ces groupements dont le fondement me semble t’il, basés sur le respect de l’homme, prône l’égalité de tous, sans discrimination de races, de couleurs ou de religions: Ces associations contactées, sont:

SOS Racisme contacté le 29 mai 2009, dont j’ai reçu une réponse!
Le MRAP contacté le 1er juin 2009 et dont je n’ai absolument aucune nouvelles à ce jour!
La Licra contacté le 1er juin 2009 et dont je n’ai absolument aucune nouvelles à ce jour!
La HALDE contacté le 6 juin 2009 et dont je n’ai absolument aucune nouvelles à ce jour!

Il semblera, qu’à la vue du manque d’intérêt manifeste de ses associations xénophiles, la lutte contre le racisme et l’égalité de tous, ne soit qu’uni latéral, ou peut être qu’alors, sans médisance aucune, ces gens n’eurent t’ils pas reçus mes missives, bref!!!
Je m’interroge tout de même, quant aux valeurs véritables de ces groupements et leurs neutralités, chacun jugera!
Je tiens également à souligner le fait, qu’après avoir contacté les « 6 chaînes de télévision Française », à ce jour rien, aucune réponse, alors là encore une fois je suis tenté de me poser la question de savoir, si nos courageux journalistes politiquement orientés, cela est de notoriété, n’exerce t’ils pas leurs fabuleux métiers que de façon restrictive et ciblé, mais le devoir d’informé la dedans, ou se trouve ‘t’il?

Sachez en outre Monsieur le Président de la République, qu’il est hors de question pour moi, d’en rester là, j’ai des devoirs envers mon pays et ses institutions, mais celui-ci à des obligations également envers ses citoyens!
Je souhaite là que le mot « Démocratie » prenne toute sa valeur aussi, aujourd’hui nous les victimes demandons que:

-Justice soit faite, afin que les auteurs paient et que les nombreux préjudices soient réparés.
-Le grand public soit informé de cette affaire.
-Que cette histoire ne tombe pas « aux oubliettes » et ne soit pas censuré!!!
-Qu’un texte de loi soit voter de façon à nous protéger de ce fait existentiel, qu’est le racisme Anti-Français et que soient sévèrement punis les auteurs de ces faits gravissime de violence et de propos xénophobes et racistes! C’est une réalité de tous les jours, que tous cachent et censurent!

Je vous remercie par avance, Monsieur Le président de la République, Monsieur le Ministre de la Défense et Madame le Ministre de l’intérieur, de l’intérêt citoyen et que vos tachent respectives impliquent, afin que cette pénible affaire soit traitée comme il se doit et que vous, représentant de notre pays, vous impliquiez pleinement, afin de dire non! Également à ce racisme de terreur, qui se déverse de façon exponentielle dans les rues de notre pays.

Je vous prie de recevoir, Monsieur Le président de la République, Monsieur le Ministre de la Défense et Madame le Ministre de l’intérieur, l’expression de mes salutations les plus distinguées et les plus citoyenne!

Jean-Michel Chapuis

Pour faire un lien vers cette pétition, cliquez-ici

Le déficit 2009 de la Sécu pourrait atteindre 21 milliards: une régulation sérieuse de l’immigration l’aurait évité…

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 11:16
Tags: ,

Qui profite le plus de la « Sécu »???

09/06/2009

Parmi les pistes pour limiter les dégâts, Marie-Anne Montchamp recommande «un pilotage unique, avec une vraie stratégie, de la gestion financière des comptes sociaux».
Parmi les pistes pour limiter les dégâts, Marie-Anne Montchamp recommande «un pilotage unique, avec une vraie stratégie, de la gestion financière des comptes sociaux». Crédits photo : Le Figaro

La commission des finances de l’Assemblée nationale prône un «pilotage unique» des emprunts et des placements de la Sécu.

« Le «trou» du régime général de la Sécurité sociale ira de 19,5 milliards à 21 milliards d’euros cette année. L’évaluation a été présentée mardi en fin d’après-midi par l’UMP Marie-Anne Montchamp, rapporteur du budget de la Sécu, à ses collègues de la commission des finances de l’Assemblée nationale. Elle s’appuie sur les premières données d’un audit commandé à la Cour des comptes par les députés, comme ils en ont la possibilité depuis la révision constitutionnelle. Il y a à peine plus de six mois, les parlementaires ont voté un budget 2009 de la Sécu en déficit de 10,5 milliards d’euros.

Parmi les pistes pour limiter les dégâts, l’élue recommande «un pilotage unique, avec une vraie stratégie, de la gestion financière des comptes sociaux». Pour le moment, l’Acoss (qui regroupe les Urssaf) a la charge du découvert à court terme de la Sécu, qui «devrait atteindre au moins 25 milliards vers novembre», estime la député. La Cades s’occupe du remboursement des dettes passées. Enfin le Fonds de réserve des retraites dispose, lui, de 25 à 30 milliards de placements. Ces trois organismes «travaillent très bien mais interviennent sur les marchés chacun dans leur coin», déplore Marie-Anne Montchamp. Elle plaide pour une structure de coordination légère qui permettrait d’économiser «au grand maximum un milliard par an» sur les frais financiers et surtout de rendre plus visibles ces questions, en vue de l’élaboration des prochains budgets de la Sécu. »

Lu sur: http://tinyurl.com/kkuss4

Tout faux, Mme Montchamp! Trouvez les VRAIS chiffres de la population profitant le plus de la Sécu: Ce sont pour une grande part des personnes « issues de l’immigration » …incontrôlée. Il n’y a pas de miracle. Arrêtons de tout axer sur les « chances pour la France », les « défavorisés », les « sans-papiers »,  et j’en passe, enfin tout ce qui n’est pas Français de souche. Ces derniers sont la « dernière roue de la charette »en matière d’assistance sociale, c’est flagrant. La préférence non-nationale, on la paie maintenant et ce n’est pas fini… Mais un jour, les Français qui sans cesse mettent la main au portefeuille pour les immigrés, ILS en auront marre. Et là…

Racaille: La guerre contre les bandes est déclarée… trop tard.

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 11:01
Tags: , ,

C’est avant, qu’il fallait réagir, monsieur le « karchériseur des banlieues »; maintenant il est trop tard… Les racailles ont eu largement le temps de s’organiser, profitant jusqu’alors d’une impunité incompréhensible et d’une justice laxiste à souhait.

09/06/2009

Une opération de police le 12 février 2008 à Villiers-le-Bel, suite aux émeutes qui avaient embrasé la petite ville du Val-d'Oise en novembre.
Une opération de police le 12 février 2008 à Villiers-le-Bel, suite aux émeutes qui avaient embrasé la petite ville du Val-d’Oise en novembre. Crédits photo : Le Figaro

Une proposition de loi pour lutter contre l’action violente et mafieuse de groupes dans certaines cités doit être présentée mercredi.

«Des groupes qui gèrent leurs territoires comme un marché de drogue. Pour y préserver leur monopole, ces bandes recourent aux règlements de comptes utilisant marteaux, barres de fer, armes blanches, avec la volonté évidente de blesser et de tuer.» Cette description n’est pas extraite d’un rapport de police, mais d’une tribune libre parue le 1er juin dernier dans Le Figaro, sous la plume de Manuel Valls, député maire PS d’Évry. Le maire socialiste de Mulhouse, Jean-Marie Bockel, tenait il y a quelques années le même discours… Avant d’entrer dans le gouvernement Fillon comme ministre d’ouverture.

À la veille du débat sur la proposition de loi Estrosi qui fait de la simple participation à une bande violente un délit, une partie de la gauche a choisi d’exprimer son rejet de toute approche partisane sur les questions de sécurité. Quitte à soutenir une initiative inspirée par Nicolas Sarkozy. Le député PS de l’Essonne Julien Dray, malgré ses déboires judiciaires, a lui-même rompu le silence qu’il s’imposait depuis des semaines pour déplorer l’«augmentation continue de l’emprise des bandes et des caïds sur des territoires entiers de la République, dans une sorte de partage territorial désormais acté».

La gauche va-t-elle se diviser sur ce texte au lendemain de sa défaite aux élections européennes ? La proposition de loi Estrosi, présentée mercredi en commission des lois à l’Assemblée, ne fait pas dans le détail. Le député maire UMP de Nice en a dévoilé mardi les dispositions phares : de la prison ferme pour les bandes armées, des mesures pour sanctuariser les établissements scolaires et protéger les personnels de l’Éducation nationale, des portiques, au besoin, pour détecter les armes. Et puis toute une palette de sanctions pour dissuader des adolescents en mal d’intégration de sombrer dans cette spirale de la violence collective, sur fond de trafics et de guerres des territoires.

Des livraisons de drogue par «dizaines de kilos»

Les élus de terrain, quelle que soit leur couleur politique, savent que la dérive mafieuse de ces groupes ne relève pas du fantasme. Une récente étude des ex-RG révèle que 2 453 individus forment les noyaux durs de 222 bandes en France, dont 156 animent des trafics de stupéfiants. Seulement 21 % d’entre elles sont enracinées en province. Les 79 % restants se répartissent dans les cités sensibles de l’Ile-de-France, notamment en Essonne et en Seine-Saint-Denis. Selon les «grandes oreilles», «une bande est composée d’un noyau stable d’au moins trois personnes, souvent de jeunes adolescents et de jeunes adultes, autour duquel gravitent occasionnellement des individus de passage». La police du renseignement ajoute que «44 %» des groupes recensés sont «structurés», c’est-à-dire hiérarchisés.

La connaissance du phénomène ne saurait cependant se limiter à une statistique. Un chef de police du «9-3» le dit avec ses mots : «Il y a une organisation là-dessous.» Il s’en explique : «En 2005, lors des émeutes, nous avons constaté que des ordres avaient été donnés pour que les troubles cessent.» Selon lui, «la fin des hostilités tient moins à l’action des forces de l’ordre et des politiques qu’à l’intervention des parrains de ces pègres locales, soucieuses de voir reprendre leurs trafics». À l’entendre, ces réseaux se seraient depuis renforcés.

«Dans certaines banlieues, les livraisons de cocaïne et d’héroïne se chiffrent désormais en dizaines de kilos», confie, effaré, un officier de police. Les profits considérables réalisés par cette économie souterraine irriguent des quartiers entiers où chacun, du guetteur de 10 ans au revendeur à peine plus âgé, connaît son rôle et a appris à se taire.

Un commissaire de la PJ assure que «l’argent des trafics est blanchi dans des commerces de quartier, des restaurants, des bars», mais aussi – c’est une nouveauté – «dans des sociétés de location de voitures de sport» qui servent lors des fêtes tapageuses d’une nouvelle génération de voyous des cités «qui n’hésitent pas à s’offrir, dit-il, des hôtels de luxe et des croisières, alors qu’ils pointent officiellement au chômage». «Je n’ai jamais vu autant de Ferrari et de Lamborghini que lors de certains mariages dans ma commune», renchérit le responsable d’un service de police municipal de Seine-Saint-Denis.

Mieux structurées, les bandes ne sont pas pour autant figées. On y croise, bien sûr, les traditionnels «teneurs de mur» du quartier, les ex de la cité, restés solidaires avec leurs «frères», mais aussi les «sortis de prison» entre deux condamnations. «Ils se reconnaissent entre eux par leur dégaine, leur façon de parler, parfois leur couleur de peau», explique un chef de circonscription de la Sécurité publique. Ce que la division dérives urbaines de la DCSP traduit en termes plus policés  : «Reproduisant des schémas vus à la télévision, ils s’unissent selon les mêmes codes, les mêmes tags, portent tous un bijou spécifique ou une griffe d’appartenance frappée sur leur tee-shirt ou leur pantalon.»

Certains, comme les «Grigny Hot Boys», les «Kaskal» ou les membres de la «Berry Mafia» de Meaux, se lancent de véritables défis par blogs interposés. Chaque mois, dans l’Hexagone, la police recense pas moins d’une vingtaine d’affrontements entre bandes, procédant à une centaine d’arrestations en moyenne. Elle ramasse aussi sur le «champ de bataille» des armes par dizaines.

«Des riverains venus aider un jeune voyou»

«Tous ces groupes sont en fait très élastiques», estime un commissaire de l’Est parisien. Il y a, selon lui, «des bandes et des sous-bandes. Une commune de Seine-Saint-Denis ou du Val-d’Oise peut compter certains soirs, sur son seul territoire, jusqu’à trois cents lascars soudés, prêts à en découdre avec la police». Mais, il l’assure : «On aurait tort de croire qu’ils sont forcément isolés de la population.» Une osmose se crée parfois avec des habitants mus par le simple rejet de l’autorité et des institutions. «Il nous est arrivé que les riverains d’un quartier chaud descendent prêter main-forte à un jeune voyou que nous avions arrêté lors d’un rodéo pour le soustraire au contrôle. Et ceux-là n’étaient pas des délinquants», se souvient un gradé des Hauts-de-Seine. «Ce n’est pas de la solidarité ethnique, précise- t-il, mais il y a manifestement connivence. Et même de plus en plus, à mesure que certains quartiers s’enfoncent dans la crise.»

L’arsenal Estrosi suffira-t-il à contenir l’essor des bandes ? «Il ouvre de nouvelles possibilités d’interpellation et comble certains vides juridiques, se félicite Sylvie Feucher, la secrétaire générale du Syndicat des commissaires de la police nationale. Mais si le texte devient trop complexe, beaucoup de magistrats ne l’appliqueront pas.»«En tout état de cause, poursuit la «patronne» des commissaires, il nous faut un fichier des bandes – qui n’existe toujours pas – pour nous aider à mesurer l’implication entre les quartiers. Un fichier complet qui nous permettra de savoir qui fait quoi dans le groupe, qui sont les meneurs et quelles sont les bandes les plus structurées.»

Un fichier qui concernera aussi les mineurs

Ce fichier tant attendu a malheureusement bien mal démarré. Lancé par le ministère de l’Intérieur sous le doux nom d’Edvige, puis décrié par la Cnil et les associations de défense des droits de l’homme, le fichier des bandes devrait renaître dans la future loi d’orientation pour la sécurité que défendra, en principe, Michèle Alliot-Marie, sous l’appellation d’Evirsp. Il ne concernera plus seulement les mineurs à partir de 13 ans – ce qui fit scandale -, mais tous les mineurs, quel que soit leur âge. Puisque les bandes s’appuient précisément sur les plus jeunes, que les caïds, parfaitement conscients des failles du droit positif, n’hésitent plus à envoyer en première ligne, ici pour «caillasser» une patrouille, là pour incendier un bâtiment public.

Le débat sur les bandes et la meilleure façon de les réprimer ne fait que commencer. Au fond, les nouvelles dispositions visent surtout à faire en sorte que la police et la gendarmerie ne s’épuisent pas à toujours courir derrière les mêmes individus. Le chef de l’État considère que l’une des solutions consiste à réprimer de «trois ans d’emprisonnement le fait de faire partie, en connaissance de cause, d’un groupement, même de façon temporaire, poursuivant le but de commettre des atteintes volontaires contre les personnes et contre certains biens».

L’ancien rocardien Manuel Valls n’est visiblement pas loin de penser de même. Il n’a pas peur, en tout cas, de l’écrire : «À l’Assemblée nationale, affirme-t-il, mon vote ne pourra donc jamais avoir d’autres critères que celui de l’efficacité des mesures présentées contre la délinquance.» Votera-t-il vraiment la proposition de loi Estrosi ? Le simple fait qu’il l’envisage constitue déjà en soi une petite révolution. »

Lu sur: http://tinyurl.com/nroftc