Francaisdefrance's Blog

27/05/2009

Palmarès de la goujaterie : SarkÖ en tête!

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 18:37
Tags: ,

sarko y want you

Lui seul pouvait oser cette gifle à la reine d’Angleterre qui a elle, au moins, connu la dernière guerre et y a vu tomber ses soldats sur notre sol de France. Sans vergogne aucune, Sarko récidive en matière d’incivilité… Quelle honte pour nous, Français, et quelle image de notre peuple nous apportons par sa faute!

Dieu sait que, pour de multiples raisons, je ne porte pas les Anglais dans mon cœur, mais je suis scandalisé de la gifle diplomatique que vient de leur donner Nicolas Sarkozy en ne les invitant pas aux cérémonies qui marqueront cette année le 65ème anniversaire du débarquement allié de Normandie.
L’incapable qui nous sert de Président a voulu limiter les festivités à un petit duo avec Obama, censé renforcer les liens franco-américains. Sarkozy, dont il est patent que l’intérêt pour l’Histoire de France ne lui encombre pas les méninges, semble
ignorer que, le 6 Juin 1944, la participation française au débarquement – pour glorieuse qu’elle fut – se limita aux 170 hommes du commando de marine Kieffer, seuls et premiers Français à poser le pied sur le sol de la Patrie., pendant que des milliers de Britanniques y versaient déjà vaillamment leur sang.
J’ignore si, du sein de la famille Sarkozy, sont sortis beaucoup de soldats et, le cas échéant, sous quelles couleurs ils combattirent, Il n’aborde jamais ce sujet. Peut-être n’a t –il aucune image glorieuse à nous montrer pendant que – devraient-elles n’avoir que celle-là – la plupart des familles anglaises exhibent fièrement celle de leur jeune reine, portant le même uniforme que ses soldats et n’hésitant pas à visiter les premières lignes au volant de son ambulance.
Je suggère à Sarkozy de faire un jour ce pèlerinage que font chaque année des milliers de Britanniques sur les champs de bataille des Flandres, de l’Artois et de la Picardie, et de s’y recueillir comme le font, non seulement des civils mais aussi par bataillons entiers les jeunes soldats fraîchement engagés. S’il a une idée de ce que la libération de la France doit au sacrifice de tant d’hommes, peut-être décidera-t-il de venir sur ces cimetières, quitte pour cela à sacrifier un week-end sur le yacht d’un de ses amis de la finance.
Il pourrait aussi visionner le film que firent les Anglais à l’occasion du 50ème anniversaire du débarquement. Des centaines de vétérans vinrent alors sur nos plages et nos villages défiler devant leur reine. Bardés de décorations, n’ayant souvent gardé que quelques pièces d’uniforme, voire leur béret régimentaire, ils rendirent à leurs soldats tombés au champ d’honneur, le plus vibrant hommage. Je
crois n’avoir de ma vie jamais aussi bien eu le témoignage de ce que c’était une grande Nation.
Sauf que, j’ai vu la Royal Navy sous grand pavois appareiller pour la guerre des Malouines, escortée jusqu’au grand large par des centaines d’avions et d’embarcations légères dont les passagers hurlaient à leurs « boys » des hourras à n’en plus finir. Mais là, je ne m’étendrai pas : j’ai trop gardé le souvenir de nos soldats en partance pour l’Indochine défilant dans les rues de Toulon sous des grêles de cailloux et des tombereaux d’injures.
Nous avions eu avec De Gaulle un anti-américain qui s’était surtout distingué derrière un micro et qui fit payer à ceux-ci le fait que, après le 6 Juin, il dut attendre pendant un mois l’autorisation de traverser la Manche… ce qui n’empêcha pas ses adorateurs de faire imprimer à l’occasion de je ne sais quel anniversaire des étiquettes à coller sur les bouteilles de vin représentant, sur fond d’avions et de batiments de guerre, un De Gaulle martial, jumelles en main, inspectant le bocage normand … Napoléon à Austerlitz !
Heureusement –direz-vous – Chirac a donné au monde une meilleure image . C’est oublier que il n’a pas cru devoir honorer de sa présence les quelque 15000 personnes venues jusque du Japon pour commémorer le bicentenaire d’Austerlitz. Il daigna néanmoins se faire représenter le lendemain par – je crois – une certaine Aliot Marie …
A la décharge de Chirac, il n’était peut-être pas remis de la fatigue qu’a pu lui causer 2 mois plus tôt son embarquement par une mer houleuse sur un navire de guerre anglais où il avait été invité afin d’assister à la commémoration de Trafalgar !
De Gaulle, Chirac, Sarkozy… combien de pays jadis amis de la France ont-ils éloignés d’elle… . ? De Gaulle, Chirac, Sarkozy…. comment apprendre la France à nos enfants en oubliant ce trio néfaste ?

Source : nationspresse.info

On peut le dire, maintenant, avec sincérité: « Messieurs les Anglais, tirez lez premiers! »

« Le bâton pour se faire battre »: Sarközy ancre l’armée française au Moyen-Orient.

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 12:18
Tags: , ,
Le jour où la « vraie guerre » sera déclarée par les musulmans contre l’Occident, c’est avec les avions que Sarkö leur a vendus qu’ils nous massacreront, entre autre… Mais ça, les gens ont du mal de le comprendre. Pour l’instant, c’est la guerre froide avec l’islamisation galopante comme arme. Mais demain? Continuons à leur offrir des mosquées…
26/05/2009

Avec l’ouverture d’une base militaire française à Abu Dhabi, la France entend aussi promouvoir ses intérêts économiques.

« En inaugurant mardi une nouvelle base militaire aux Émirats arabes unis, Nicolas Sarkozy a donné une nouvelle orientation à la diplomatie française. Traditionnellement tournée, en dehors des crises, vers ses anciennes colonies africaines, celle-ci sera désormais également ancrée dans le Golfe, dans une région «absolument névralgique pour le monde entier», comme l’a rappelé le président dans son discours devant le cheikh Mohammed Ben Zayed, prince héritier d’Abu Dhabi.

Pour le chef de l’État, la France, «puissance globale», doit assumer ses responsabilités dans cette zone «sensible» où elle a de nombreuses cartes à jouer, stratégiques, politiques et économiques. «Ce ne sont pas… les seuls intérêts nationaux de la France qui sont en cause. C’est aussi sa contribution aux équilibres mondiaux, une vocation dont elle n’a jamais cessé de se sentir investie», a-t-il dit.

Pour assumer au mieux son rôle de puissance qui entend peser sur les grands dossiers du moment, Paris s’appuie, dans la région, sur les Émirats arabes unis, en qui l’Élysée reconnaît un État musulman modéré et moderne, entré de plain-pied dans la mondialisation et qui peut aider à lutter contre les fondamentalismes qui prolifèrent dans la région. Peu importe que les Émirats aient reconnu le régime des talibans lorsqu’il s’est installé à Kaboul… c’est avec Abu Dhabi qu’un nouvel accord de défense, qui engage la France à se porter à son secours en cas d’agression, a été signé mardi.

À 225 kilomètres des rives iraniennes

Préserver la paix. Stabiliser la région. Ces mots sont revenus comme un leitmotiv dans le discours du président français. «Tout le monde sait que la France cherche partout à faire prévaloir des solutions pacifiques, diplomatiques, des solutions négociées dans l’attachement au droit international», a affirmé Nicolas Sarkozy.

Officiellement, la présence militaire française à Abu Dhabi «ne vise personne». «Elle n’a pas été décidée au nom de telle ou de telle circonstance», affirme le président français. D’ailleurs, les moyens humains déployés sur place sont assez modestes, à peine 500 hommes. Mais dans les faits, la proximité des côtes iraniennes – 225 kilomètres – pourrait bien un jour faire vaciller ces louables intentions. Dans l’entourage de l’Élysée, on reconnaît que les négociations avec Téhéran «n’avancent pas beaucoup». On prévient aussi qu’un conflit entre Israël et l’Iran «nous concernerait tous».

Pour l’heure, alors que les choses n’en sont pas encore à ce point de gravité, Paris entend jouer un «rôle d’équilibre» dans le Golfe. Aux côtés des Américains, installés depuis longtemps dans la région, et avec qui les Français se disent «à l’unisson», Paris place ses pions pour pouvoir peser sur tous les aspects du dossier iranien…

Sur la base aérienne d’al-Dhafra, à 40 kilomètres d’Abu Dhabi, au milieu des sables brûlants, Nicolas Sarkozy a assisté, par 47 degrés à l’ombre, à la démonstration d’un avion de combat Rafale. Car les ambitions stratégiques de la France vont de pair avec ses intérêts économiques.

Éventuel achat de 60 Rafale

Les Émirats arabes unis représentent le 4e excédent commercial de la France. Ils sont aussi le premier client de l’industrie aéronautique et de défense française. Et depuis un an, ils négocient l’éventuel achat de 60 Rafale de Dassault Aviation pour renouveler leur flotte de Mirage. Le contrat sur les chasseurs français n’a pas été signé mardi. Mais dans l’entourage de l’Élysée, on affirme qu’une affaire si importante «ne peut pas se faire sur un coin de table», que les négociations «approchent du terme et fonctionnent bien».

Il faudra attendre également pour connaître le dénouement de l’autre gros dossier économique français dans les Émirats, la coopération sur le nucléaire civil. Grands consommateurs d’eau et d’électricité, les Émirats veulent construire douze centrales nucléaires. La France participe à un appel d’offres concernant les deux premières installations.

Sur ce sujet brûlant comme sur celui du Rafale, Paris affronte la concurrence des États-Unis. Mais une chose est sûre : la France s’est implantée durablement dans le Golfe. «Ici, nous faisons un partenariat de long terme, pas un partenariat de circonstance» a prévenu Nicolas Sarkozy. »

Source: http://www.lefigaro.fr