Francaisdefrance's Blog

22/05/2009

Et encore, et encore… Amiens: échauffourées jeunes contre policiers

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 17:53
Tags: ,

Encore des « chances pour la France » ???

AFP
22/05/2009

Quelques échauffourées ont eu lieu entre des jeunes et la police, hier soir à Amiens-Nord, après la mort dans la matinée d’un jeune motard victime d’un accident la veille.
Un policier a été légèrement blessé par une voiture conduite par des personnes encagoulées qui participaient à un rodéo, selon la même source, qui a également signalé quelques feux de voitures et de poubelles, sans plus de précisions.
Le policier a été brièvement admis à l’hôpital d’Amiens et a pu rentrer chez lui dans la soirée, selon cette source.
Plusieurs dizaines de policiers ont été mobilisés à Amiens-Nord pour rétablir le calme et la situation semblait s’être stabilisée en fin de soirée, a indiqué le directeur de cabinet du préfet de Picardie, Franck-Philippe Georgin.

Une rumeur selon laquelle l’accident aurait été causé par une course-poursuite entre la police municipale d’Amiens et les deux jeunes motards semble être l’une des causes de ces échauffourées, selon la préfecture qui se montrait toutefois très prudente.
« C’est très calme par rapport au début de soirée », ont confirmé les pompiers de la Somme, qui faisaient état vers 3 heuresA du matin d’une intervention en cours pour un feu de voiture et un feu de poubelle.
Jeudi matin, un jeune motard de 19 ans est décédé à l’hôpital des suites de ses blessures, après avoir avoir percuté la veille un autre jeune qui conduisait un quad et qui n’a été, lui, que légèrement blessé, selon la préfecture.

Réaction du général Faivre après la mascarade sarkÖzyste en Provence.

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 17:49
Tags: ,


[Lettre ouverte adressée par le Général (2S)Maurice Faivre à l’Occupant]

Monsieur [Sarközy],

Une fois de plus, les Français de Tunisie, du Maroc et, surtout, d’Algérie, se voient voler la reconnaissance de leurs sacrifices.
En effet, à aucun moment, dans votre discours de la Nartelle, vous n’avez mentionné la participation des Pieds-Noirs au débarquement de Provence et à la libération du pays.
Et pourtant, nous osons espérer que vous n’ignorez pas le sacrifice considérable consenti par les départements français d’Algérie : 16% de la population européenne. Jamais auparavant un sacrifice d’une telle ampleur n’avait été demandé par la France à ses citoyens.
Nos pères se sont battus en Provence, à Cassino, sous la conduite du général Juin, futur maréchal de France, jusqu’en Allemagne. Et ils attendent toujours un simple mot de la patrie reconnaissante.
La France aurait-elle mauvaise conscience au point de préférer oublier ses enfants auxquels elle doit une partie de sa victoire (et non pas de l’Armistice comme indiqué sur votre site) et qu’elle a lâchement abandonnés en 1962 après leur avoir promis de les protéger ?

Vous avez parlé de la « vraie France », celle des résistants. Faisions-nous partie de la « fausse France », avec Alger, capitale de la France en guerre ?
Vous avez également dit que « les troupes coloniales » s’étaient battues « comme si » elles se battaient pour la mère patrie. Il s’agit d’une insulte grave à l’égard de nos pères qui chantaient « C’est nous les Africains qui revenons de loin… pour sauver la Patrie ». Beaucoup d’entre eux sont morts pour cette mère patrie, sans même pouvoir reposer dans leur terre natale.
Nous sommes las, après plus de 40 ans, d’avoir à subir ces insultes et ce négationnisme par omission. Nous n’avons plus qu’une seule arme à notre disposition, le bulletin de vote ; nous saurons nous en servir à bon escient.

Veuillez croire à nos sentiments de tristesse et de colère

Général (2S)Maurice Faivre

Enseignante poignardée – Une collègue témoigne.

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 17:47
Tags: ,


VIDEO:
http://www.youtube.com/watch?v=emTYuTly8xE&eurl=http%3A%2F%2Fwww%2Enationspresse%2Einfo%2F&feature=player_embedded

Avancer par peur…

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 17:45
Tags:

Une pandémie majeure ferait surgir la prise de conscience de la nécessité d’un altruisme, au moins intéressé.

L’Histoire nous apprend que l’humanité n’évolue significativement que lorsqu’elle a vraiment peur : elle met alors d’abord en place des mécanismes de défense ; parfois intolérables (des boucs émissaires et des totalitarismes) ; parfois futiles (de la distraction) ; parfois efficaces (des thérapeutiques, écartant si nécessaire tous les principes moraux antérieurs). Puis, une fois la crise passée, elle transforme ces mécanismes pour les rendre compatibles avec la liberté individuelle et les inscrire dans une politique de santé démocratique.

La pandémie qui commence pourrait déclencher une de ces peurs structurantes.

Si elle n’est pas plus grave que les deux précédentes frayeurs de ces quinze dernières années liées à un risque de pandémie (la crise de la vache folle en Grande-Bretagne et celle de la grippe aviaire en Chine), elle aura d’abord des conséquences économiques significatives (chute de l’activité des transports aériens, baisse du tourisme et du prix du pétrole) ; elle coûtera environ 2 millions de dollars par personne contaminée et fera baisser les marchés boursiers d’environ 15 % ; son impact sera très bref (lors de l’épisode de la grippe aviaire, le taux de croissance chinois n’a baissé que pendant le deuxième trimestre de 2003, pour exploser à la hausse au troisième) ; elle aura aussi des conséquences en matière d’organisation (toujours en 2003, des mesures policières très rigoureuses ont été prises dans toute l’Asie ; l’Organisation mondiale de la santé a mis en place des procédures d’alerte à l’échelle planétaire ; et certains pays, en particulier la France et le Japon, ont constitué des réserves considérables de médicaments et de masques).

Si l’épidémie est un peu plus grave, ce qui est possible, puisqu’elle est transmissible par l’homme, elle aura des conséquences véritablement planétaires : économiques (les modèles laissent à penser que cela pourrait entraîner une perte de 3 trillions de dollars, soit une baisse de 5 % du PIB mondial) et politiques (en raison des risques de contagion, les pays du Nord auront intérêt à ce que ceux du Sud ne soient pas malades, et ils devront faire en sorte que les plus pauvres aient accès aux médicaments aujourd’hui stockés pour les seuls plus riches) ; une pandémie majeure fera alors surgir, mieux qu’aucun discours humanitaire ou écologique, la prise de conscience de la nécessité d’un altruisme, au moins intéressé.

Et, même si, comme il faut évidemment l’espérer, cette crise n’est pas très grave, il ne faudra pas oublier, comme pour la crise économique, d’en tirer les leçons, afin qu’avant la prochaine – inévitable – on mette en place des mécanismes de prévention et de contrôle, ainsi que des processus logistiques de distribution équitable des médicaments et de vaccins. On devra, pour cela, mettre en place une police mondiale, un stockage mondial et donc une fiscalité mondiale. On en viendra alors, beaucoup plus vite que ne l’aurait permis la seule raison économique, à mettre en place les bases d’un véritable gouvernement mondial. C’est d’ailleurs par l’hôpital qu’a commencé en France, au xviie siècle, la mise en place d’un véritable Etat.

En attendant, on pourrait au moins espérer la mise en oeuvre d’une véritable politique européenne sur le sujet. Mais, là encore, comme sur tant d’autres sujets, Bruxelles est muet.


vu sur http://www.lexpress.fr/actualite/sciences/sante/avancer-par-peur_758721.html