Francaisdefrance's Blog

29/04/2009

Bientôt au gouvernement? Bernard Tapie, l’escroc, intéressé par le Club Méditerranée.

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 20:20

L’ancien homme d’affaires controversé et touche-à-tout Bernard Tapie s’intéresse au Club Méditerranée, dont le titre s’envolait lundi matin à la Bourse de Paris.

Ce dossier « m’intéresse (…) mais il y en a 11, 12 qui m’intéressent! », a déclaré à l’AFP l’ex-dirigeant du club de football de l’Olympique de Marseille, qui devrait toucher 285 millions d’euros au terme d’un vieux litige lié à l’affaire Adidas, dont il a été le patron.

Le dossier Club Med « n’est pas en pôle position », a-t-il précisé, en réagissant à des informations de presse ce week-end selon lesquelles il avait l’intention de racheter le groupe.

« Cette information est prématurée, très exagérée », a estimé l’ex-homme d’affaires de 66 ans, qui a aussi été aussi ministre, chanteur et acteur. Il a jugé que la flambée de l’action relevait de « la manipulation ».

Bernard Tapie, gouailleur et charismatique, a fait fortune en rachetant des entreprises en difficulté et incarné un certain type de réussite sociale dans les années 1980, avant de connaître la ruine et la prison pour des pratiques frauduleuses.

A la suite du règlement du litige qui l’a opposé pendant de nombreuses années au Crédit Lyonnais, il devrait toucher 285 millions d’euros. Une fois ses dettes réglées, il devrait empocher « entre 20 et 40 millions d’euros », selon ses propres estimations.

« Ce n’est pas l’apport d’argent qui justifie le fait qu’il y a des fonds et des institutions qui me proposent des affaires. C’est qu’on me reconnaît un certain savoir-faire », a-t-il affirmé.

« Au-delà des fonds dont je disposerai, c’est plus mon envie et ma liberté de refaire des opérations qui justifie mon retour », a ajouté M. Tapie.

Dans l’hebdomadaire Le Point, Bernard Tapie confie qu’il projette également de lancer une « école de spectacle à l’américaine » destinée à former quarante acteurs et danseurs, avec des shows « dans de très grandes salles, avec des effets spéciaux inouïs ».

A la Bourse de Paris lundi en milieu de journée, l’action du Club Méditerranée montait de 6%…

ISLAMISATION DES CANTINES SCOLAIRES

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 20:17

tour-effeil-muzz

[VDEO]:
http://www.dailymotion.com/video/x946p2_islamisation-des-cantines-scolaires_news

Youssouf Fofana:  » Allah vaincra! »

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 14:25

PROCÈS DU GANG DES BARBARES – Les provocations de Youssouf Fofana

AFP

Les provocations de Youssouf Fofana

Photo non datée d’Ilan Halimi, vendeur de portables de 23 ans torturé et assassiné fin 2006

Le procès des ravisseurs et tortionnaires présumés d’Ilan Halimi, 23 ans, dont l’assassinat a pris une dimension nationale, en 2006, à la révélation de sa connotation antisémite, s’est ouvert mercredi peu après 11 heures devant les assises pour mineurs de Paris, qui devraient siéger à huis clos. Devant un public venu nombreux, Youssouf Fofana, assassin présumé, collier de barbe et crâne rasé, vêtu d’un sweat-shirt blanc, a été le premier accusé à entrer dans le box une vingtaine de minutes auparavant.

À son arrivée, il a levé un poing vers le ciel, lâchant « Allah vaincra ». À l’appel des accusés par la présidente Nadia Ajjan, il a continué la provocation. En guise de date de naissance, il a répondu : « le 13 février 2006, à Sainte-Geneviève-des-Bois », donnant ainsi la date et le lieu de la découverte du corps d’Ilan Halimi. En guise de nom, il a déclaré « africaine barbare armée révolte salafiste ». La présidente s’est contentée de lui signaler que ce n’était pas ce qui figurait sur ses documents. En face, sur le banc des parties civiles, la mère d’Ilan, assise à côté de ses deux filles, n’a rien dit. Elle est restée concentrée, semblant prier en se balançant imperceptiblement d’avant en arrière.

Avant la désignation des jurés, la cour doit notamment débattre des demandes de levée du huis clos présentées par la mère d’Ilan Halimi et Youssouf Fofana. Le huis clos est un principe de droit pour toute audience devant une cour d’assises des mineurs, deux des accusés n’ayant pas 18 ans au moment des faits.

Fofana, mégalomane et pervers

Chef du « gang des barbares », implanté dans une cité HLM des Hauts-de-Seine, Youssouf Fofana, 28 ans, d’origine ivoirienne, comparaît avec 26 personnes mises en cause à des degrés divers dans l’enlèvement d’Ilan Halimi, puis dans sa séquestration ponctuée d’actes de torture pendant trois semaines. Le jeune Parisien, de confession juive, a été retrouvé agonisant le 13 février 2006, au bord d’une voie ferrée, dans l’Essonne. Nu, bâillonné, le corps recouvert de brûlures, il est mort pendant son transfert à l’hôpital.

Pour l’accusation, c’est Youssouf Fofana, décrit comme « mégalomane » et « pervers », qui a porté les coups fatals. Le rapt n’a été révélé aux médias qu’à la découverte du corps, provoquant une polémique qui rebondit aujourd’hui entre la mère de la victime et les enquêteurs, qu’elle accuse notamment d’avoir sous-estimé, au départ, le caractère antisémite du crime. La justice a retenu en définitive cette circonstance aggravante (visant finalement deux accusés, dont Youssouf Fofana) le 20 février 2006, certains des premiers suspects interpellés expliquant que les guets-apens – orchestrés, selon eux, par Youssouf Fofana – devaient cibler des juifs « parce qu’ils sont bourrés de thunes ».

Neuf cibles manquées avant Ilan Halimi

De dramatique fait divers de banlieue, survenant peu après les émeutes de novembre-décembre 2005, le meurtre d’Ilan Halimi a viré à l’affaire politique. Le président Jacques Chirac a joint ses parents pour leur promettre que « toute la lumière » serait faite. Le 26 février, des dizaines de milliers de personnes ont défilé dans toute la France contre l’antisémitisme. Ce drame est d’abord un acte « crapuleux », mais « le préjugé antisémite » est venu le « structurer », a souligné le sociologue Michel Wieviorka dans un entretien. Plusieurs avocats, de la défense ou des parties civiles, restent très affirmatifs sur la motivation antisémite. « Vu les déclarations de Youssouf Fofana et d’autres accusés au fil des auditions, il n’y a pas de doute possible », a déclaré Me Muriel Ouaknine-Melki, conseil d’un père et d’un fils visés par une tentative de rapt en janvier 2006.

D’après l’accusation, avant Ilan Halimi, le gang avait visé neuf cibles au total, toutes manquées. À chaque fois, une jeune fille était chargée d’aguicher la cible dans un lieu public, puis de l’attirer à l’écart, si possible de nuit, là où les ravisseurs attendaient en embuscade. Neuf femmes siégeront parmi les accusés, dont Emma, qui a reconnu au cours de l’enquête avoir jeté son dévolu sur Ilan Halimi dans le magasin de téléphonie où il travaillait, boulevard Voltaire, à Paris. Emma est l’une des deux prévenues qui n’avaient pas 18 ans à l’époque, ce qui explique que l’affaire soit jugée en cour d’assises des mineurs.

Hormis Youssouf Fofana, meurtrier présumé, qui encourt la prison à vie, une quinzaine d’accusés doivent répondre de leur participation au rapt ou à la séquestration d’Ilan Halimi. D’autres comparaîtront libres pour les seuls chefs d’association de malfaiteurs ou de non-dénonciation de crime. Le procès doit durer dix semaines.

Une balle, une seule, suffira… Nul besoin d’attendre 10 semaines d’un procès qui coûtera trop cher à la France…

Youssouf Fofana: chance pour la France, meurtier, tortionaire: tu ne t’en « tireras » pas…

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 11:09
28.04.09
Manifestation à la mémoire d'Ilan Halimi, le 26 février 2006 à Paris
Manifestation à la mémoire d’Ilan Halimi, le 26 février 2006 à Paris/Pascal Pavani AFP/Archives

JUSTICE – Le procès des ravisseurs et tortionnaires présumés d’Ilan Halimi s’ouvre à Paris ce mercredi matin…

Ilan Halimi avait 23 ans et gagnait 1.200 euros par mois comme vendeur dans une boutique parisienne de téléphonie. Le 20 janvier 2006, il est enlevé et une rançon de 450 000 € est réclamée à ses parents. Pourquoi? Car il est juif et «les juifs sont solidaires entre eux et ils payent», aurait indiqué Youssouf Fofana, chef présumé des geôliers, à une de ses complices. Le 13 février, après trois semaines de séquestration et de tortures, son cadavre est découvert au bord d’une voie ferrée dans l’Essonne. Un corps nu, bâillonné, menotté, poignardé, et incendié à l’alcool à brûler.

Ce mercredi matin s’ouvre devant la cour d’assises des mineurs de Paris, le procès de ceux que les médias ont surnommé «le gang des barbares». Vingt-sept personnes. Les ravisseurs et tortionnaires présumés d’Ilan Halimi. Des hommes et femmes âgés, à l’époque, de 17 à 32 ans, gravitant autour de la cité de la Pierre-Plate et de l’allée Prunier-Hardy, à Bagneux (Hauts-de-Seine). «Un melting-pot du crime, de bêtise et de haine», selon des policiers.

«Nous avons visé la communauté juive car pour, nous, c’est une communauté qui a de l’argent et qui est soudée»

Etudiants, livreurs de pizzas, intérimaires ou petits dealers de shit, ils se sont, pendant trois semaines, transformés en appâts, ravisseurs, geôliers ou négociateurs. Sous l’influence de Youssouf Fofana, multirécidiviste de 25 ans surnommé «le boss» ou «Oussama», ils avaient accepté de participer à un «plan thunes»: enlever des hommes, si possible de confession juive, contre rançon. Le stratagème aurait été échafaudé à la fin 2005 par Fofana et Jean-Christophe Sombou, un de ses coaccusés, alors que les deux hommes étaient écroués à la prison de Nanterre.

«Nous avons décidé de faire des enlèvements, nous avons visé la communauté juive car, pour nous, c’est une communauté qui a de l’argent et qui est soudée. Les gens de cette diaspora sont en mesure de réunir de grosses sommes», expliquera Fofana, le 23 février 2006, aux policiers français et ivoiriens après son arrestation à Abidjan.

Neuf tentatives d’enlèvement avant Ilan Halimi

Avant Ilan Halimi, «les barbares» avaient tenté d’enlever neuf autres hommes, juifs ou prétendus tel selon le gang. A chaque fois, le même mode opératoire: une jeune femme aguiche la cible dans un lieu public (boîte de nuit, magasin…) puis tente de l’attirer dans un guet-apens où l’attendent les ravisseurs.

A chaque fois, le plan avait échoué, jusqu’à Ilan Halimi. Un temps nié par la police et la justice, la dimension antisémite de ce crime crapuleux avait fait de cet assassinat une affaire politique. Jacques Chirac avait exprimé son émotion à la famille Halimi, et le 26 février 2006, plusieurs milliers de personnes avaient manifesté dans tout le pays contre l’antisémitisme.

Et dire qu’en France, ON nous menace et on nous puni pour de fausses incitations à la haine raciale quand on se rebiffe contre l’islamisation de notre Pays… Le fameux Fofana, il va s’en tirer, car la France n’aura pas su lui donner sa chance… Encore un pauvre jeune des banlieues… Fofana, s’il s’en sort et c’est plausible connaissant la justice de notre pays, devra raser les murs; mais de près; de TRES près…