Francaisdefrance's Blog

21/04/2009

Voilée, violée, …

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 20:40

178663z-femme-nue-ou-voilee-esclavagismes-2-gif1

Les bagarres entre bandes se multiplient: délinquance immigratoire oblige…

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 19:10

20/04/2009

Les heurts entre clans rivaux sont désormais quotidiens en France. Un rapport des ex-RG tire le signal d’alarme.

1331

Les chiffres de la sous-direction de l’information générale (ex-RG) tombent à pic pour nourrir la «table ronde» que Nicolas Sar­kozy présidera mardi à Nice sur le thème de la lutte contre les bandes : les rixes entre groupes de vo­yous ont dépassé, le mois dernier, selon les «grandes oreilles», le rythme moyen d’un affrontement par jour, avec 33 bagarres en mars contre 19 en février. «La police ne re­tient ici que les accrochages les plus graves», précise un expert de l’Ob­servatoire national de la délinquance.

Les innombrables intimidations, les claques, les coups isolés sur la première victime qui passe ne figurent pas dans ce comptage. Mais au moins, ces statistiques permettent-elles de mesurer l’ac­tivité policière face à ce phénomène qui justifie un nouveau plan d’action réclamé par l’Élysée.

Il se­ra porté par une proposition de loi dont le député-maire de Nice, Christian Estrosi, sera le rapporteur. Un texte qui devra être déposé avant le 8 mai pour un examen en juin.

À la suite des 33 bagarres de mars, la police a procédé à 203 in­terpellations. «Ce qui nous in­quiète, ce n’est pas tant le nombre d’affrontements que la violence dont sont aujourd’hui capables ces délinquants», affirme un représentant du Syndicat des commissaires. Car trois voyous sur quatre, parmi ceux interpellés lors de ces affrontements, étaient porteurs d’une arme. «Certains même les fabriquent, en soudant, par exemple, des clous sur un marteau pour réaliser une masse d’arme», confie, effaré, un officier de police des Hauts-de-Seine. À Paris, le pré­fet de police, Michel Gaudin, a engagé une action «arrondissement par arrondissement» pour endiguer la violence des bandes. La Région Ile-de-France concentre 80 % des incidents signalés. Dans la seule capitale, les servi­ces de po­lice ont répertorié «69 points de fixation» où ces groupes, composés de 1 500 individus identifiés, se réunissent ré­gulièrement.

«Le problème n’est pas nouveau et son traitement impose, évidemment, en complément des opérations de police, des actions de prévention, en partenariat avec la ville», estime un haut fonctionnaire du ministère de l’Intérieur.

«Irresponsabilité collective»

Pour l’UMP Christian Estrosi, «il faudra, quoi qu’il en soit, en passer par la loi, car l’esprit de la bande aujourd’hui repose sur l’irresponsabilité collective». Sa solution phare ? Créer un délit de participation à une bande violente passible de trois ans de prison et 45 000 euros d’amende.

Bruno Beschizza, le secrétaire général de Synergie-Officiers affirme que «cet outil répressif manque à la police». «Avec, dit-il, quand six encapuchonnés pulvériseront un pauvre gamin sous l’œil des caméras, il ne sera plus nécessaire de devoir prouver la responsabilité individuelle de chaque agresseur.» Ils seront jugés responsables de leurs actes collectivement. «C’est le seul système vrai­ment dissuasif», assure le po­licier, car, dit-il, «ces délinquants, intelligents, comprendront très vite le message». Et le syndicaliste d’a­jouter : «Bien entendu, il faudra des contrôles».

La vidéo, notamment, permettra de vérifier les dires des policiers. Ce qui n’était pas possible au temps de la loi anticasseurs de 1970.

Source: AFP

Grosse rigolade: Le plan de Nicolas Sarkozy «contre les voyous».

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 19:06


  • 21/04/2009
    <!–

    .

    –>

    574

    Port d’une cagoule dans une manifestation, intrusion dans les écoles, appartenance à des bandes, un avocat «dès la première minute de l’agression»… De nouveaux délits sont créés, ainsi que de nouveaux droits pour les victimes.

    Le 21 avril. Une date emblématique, un thème explosif. Sept ans jour pour jour après l’élimination de la gauche au premier tour de la présidentielle de 2002, Nicolas Sarkozy a choisi Nice mardi pour annoncer son intention de «passer la vitesse supérieure» dans sa «lutte sans merci contre les voyous et les délinquants». S’exprimant sans note lors d’une table-ronde autour du thème de la lutte contre l’insécurité et les violences, il a d’abord taclé sèchement Lionel Jospin, auteur de la fameuse phrase : «Nous avons peut-être été un peu naïf en matière de sécurité».

    «Je ne lui reproche pas cette naïveté, mais pour la victime, la naïveté du haut entraine le drame du bas ! Nous n’avons pas le droit d’être naïf !», a asséné le chef de l’Etat à l’ancien premier ministre socialiste. Se félicitant de la baisse du nombre annuel de crimes et délits, «moins 15%» en sept ans soit «deux millions de victimes épargnées» selon lui, rappelant la progression du taux d’élucidation des affaires (de 25 à 38% depuis 2002), Nicolas Sarkozy compte désormais accélérer le mouvement.

    «L’école doit être sanctuarisée»

    Dans son viseur, les bandes, qu’il ne veut pas laisser se développer, après les saccages à Strasbourg lors du sommet de l’Otan début avril. Il a fustigé «ces soi-disant pacifistes venant avec des barres de fer manifester pour la paix. Qu’est-ce que ça serait s’ils étaient guerriers ?» ironise-t-il. L’appartenance à une bande sera désormais sanctionnée. Le député-maire de Nice Christian Estrosi a été chargé de rédiger une proposition de loi pour renforcer la législation contre ces bandes violentes. Le Parlement devrait en être saisi dans le mois qui vient.

    Manifester le visage masqué, notamment avec une cagoule, devient également un délit, comme c’est le cas dans plusieurs pays européens comme l’Allemagne. Michèle Alliot-Marie a déjà transmis un décret en ce sens à Matignon. Nicolas Sarkozy s’est aussi de nouveau offusqué de l’intrusion de voyous dans les établissements scolaires. «L’entrée de la violence dans les écoles est un scandale. L’école doit être sanctuarisée», a-t-il plaidé, ayant encore les violences de Gagny en tête après lesquelles il avait décliné seize mesures policières et judiciaires. Par exemple, «le fait de pénétrer ou de se maintenir dans l’enceinte d’un établissement» sans autorisation est désormais puni d’un an de prison et 7 500 euros d’amende.

    L’opposition dénonce une manœuvre «à visée électorale»

    Nicolas Sarkozy a enfin demandé que soit examinée la possibilité pour une victime d’avoir «un avocat à la minute de l’agression». Faisant valoir que les délinquants «avaient droit à la première minute dès l’ouverture de la procédure à un avocat», le président de la République souhaite que «l’on travaille pour savoir dans quelles conditions la victime pourrait être traitée aussi bien que le délinquant».

    Avant la tenue de cette table-ronde, l’oppostion avait dénoncé une manœuvre à «visée électorale», à deux mois des élections européennes. Pour le PS, qui a déjà appelé à un vote sanction le 7 juin contre la politique de Nicolas Sarkozy, «à part l’exploitation de l’insécurité à des fins électorales, on attend toujours une politique qui lutte efficacement contre l’insécurité», argumente son porte-parole Benoît Hamon. François Bayrou pointe lui une «mise en scène à but électoral», tandis qu’au Front national, Marine Le Pen reste perplexe face à «la carte de France de l’insécurité», se demandant «si ce n’est pas la carte de France de l’immigration».

    • L’intégralité de l’intervention de Nicolas Sarkozy (avec Public Sénat) :

La préférence étrangère à nouveau à l’honneur… Mais vendez leur, notre France !

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 19:02
Brève Embauche du 17/04/2009, Accès à l’emploi des étrangers :

La Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l’Egalité recommande au Gouvernement de supprimer les conditions de nationalité pour l’accès à la fonction publique et aux emplois des entreprises publiques et privées.

En effet, actuellement, le nombre d’emplois fermés aux étrangers (hors Union Européenne) s’élève à 7 millions, soit 30% des emplois.

Dans le secteur public, les étrangers ne peuvent accéder à la titularisation et sont contraints de travailler sous des statuts précaires.
Dans le secteur privé, certains emplois sont soumis à une condition de nationalité française ou européenne. Il s’agit notamment des professions de vétérinaires, débitants de tabac, pilotes d’avion, notaires, médecins…

Délibération de la HALDE du 15 avril 2009.

source : Juritravail-Newsletter salarié

Liberté d’expression: Le DVD « Sarkoland » de l’humoriste Dahan privé de pub à la télévision.

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 16:58
Le DVD « Sarkoland » de l’humoriste Dahan privé de pub à la télévision: Le délit de « penser » est il bientôt au Journal Officiel?

PARIS (AFP)

La régie publicitaire de France Télévisions a renoncé à diffuser un spot pour un DVD de l’humoriste Gérald Dahan, intitulé « Sarkoland », après un avis négatif émis par l’Autorité de régulation professionnelle de la publicité (ARPP), a-t-on appris lundi de sources concordantes.

La publicité montrait une caricature de Nicolas Sarkozy signée Cabu figurant sur la jaquette.

L’ARPP (ex-BVP) a émis son avis en se fondant sur un decret de 1992 qui « interdit (à toute publicité) de +heurter les convictions philosophiques, politiques et religieuses du téléspectateur+ », a dit à l’AFP le directeur général de l’autorité, Joseph Besnaïnou.

« On ne peut pas montrer Monsieur Sarkozy dans une publicité. On a déja eu le cas avec le chanteur Cali disant que Chirac était un menteur. On a le droit de le dire dans la vie de tous les jours mais pas dans un espace publicitaire », a ajouté M. Besnaïnou, évoquant le délai de 50 ans après la mort d’un homme politique nécessaire pour que puisse être utilisé son image dans le cadre publicitaire.

Le DVD « Sarkoland » reprend un spectacle au vitriol de l’humoriste et imitateur Gérald Dahan largement consacré au chef de l’Etat.

« En m’interdisant de faire de la publicité, on me censure. Ce refus porte atteinte au travail de plusieurs mois de toute une équipe, le mien et celui de mes co-auteurs », a déclaré Gérald Dahan à l’AFP.

« Que je sache, je ne suis qu’un humoriste et pas un politique, et je n’ai pas l’ambition de porter atteinte au crédit de l’Etat », a dit M. Dahan, qui « étudie toutes les possibilités juridiques pour ne pas en rester là ».

Un avis négatif de l’ARPP n’est pas formellement contraignant. Une chaîne de télévision qui passe outre s’expose toutefois à une interdiction de diffusion a posteriori de la part du Conseil supérieur de l’audiovisuel, voire à une amende.

A France Télévisions Publicité, la régie publicitaire de France Télévisions, on déclare ne pas diffuser les spots qui n’ont pas reçu d’avis favorable de l’ARPP.

PARIS (AFP) — La régie publicitaire de France Télévisions a renoncé à diffuser un spot pour un DVD de l’humoriste Gérald Dahan, intitulé « Sarkoland », après un avis négatif émis par l’Autorité de régulation professionnelle de la publicité (ARPP), a-t-on appris lundi de sources concordantes.

La publicité montrait une caricature de Nicolas Sarkozy signée Cabu figurant sur la jaquette.

L’ARPP (ex-BVP) a émis son avis en se fondant sur un decret de 1992 qui « interdit (à toute publicité) de +heurter les convictions philosophiques, politiques et religieuses du téléspectateur+ », a dit à l’AFP le directeur général de l’autorité, Joseph Besnaïnou.

« On ne peut pas montrer Monsieur Sarkozy dans une publicité. On a déja eu le cas avec le chanteur Cali disant que Chirac était un menteur. On a le droit de le dire dans la vie de tous les jours mais pas dans un espace publicitaire », a ajouté M. Besnaïnou, évoquant le délai de 50 ans après la mort d’un homme politique nécessaire pour que puisse être utilisé son image dans le cadre publicitaire.

Le DVD « Sarkoland » reprend un spectacle au vitriol de l’humoriste et imitateur Gérald Dahan largement consacré au chef de l’Etat.

« En m’interdisant de faire de la publicité, on me censure. Ce refus porte atteinte au travail de plusieurs mois de toute une équipe, le mien et celui de mes co-auteurs », a déclaré Gérald Dahan à l’AFP.

« Que je sache, je ne suis qu’un humoriste et pas un politique, et je n’ai pas l’ambition de porter atteinte au crédit de l’Etat », a dit M. Dahan, qui « étudie toutes les possibilités juridiques pour ne pas en rester là ».

Un avis négatif de l’ARPP n’est pas formellement contraignant. Une chaîne de télévision qui passe outre s’expose toutefois à une interdiction de diffusion a posteriori de la part du Conseil supérieur de l’audiovisuel, voire à une amende.

A France Télévisions Publicité, la régie publicitaire de France Télévisions, on déclare ne pas diffuser les spots qui n’ont pas reçu d’avis favorable de l’ARPP.

Source: AFP 2009

Tiens? Bizarre… Près de 200 migrants interpellés à Calais à deux jours de la venue d’Eric Besson…

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 11:39

21.04.09
Des migrants dans la «jungle» de Calais le 30 mars 2009
Des migrants dans la «jungle» de Calais le 30 mars 2009/Reuters / Pascal Rossignol

La préfecture assure qu’il s’agit d’une vaste opération destinée à démanteler les filières de passeurs clandestins…

Drôle de coïncidence. Près de 300 policiers et gendarmes menaient depuis mardi matin une opération contre les migrants, à Calais. Près de 150 d’entre eux ont été interpellés, selon la préfecture du Pas-de-Calais. Dans la nuit de lundi à mardi, des gendarmes avaient également interpellé 33 autres personnes sur des aires d’autoroutes de la région de Calais, et onze autres près de Saint-Omer, selon la préfecture.Débutée peu après sept heures, l’opération autour du principal campement à Calais s’est terminée vers 10h30, selon la préfecture. Un périmètre de sécurité avait été déployé autour de la zone.

Cette opération, effectuée sur réquisition du procureur de Boulogne-sur-Mer, intervient à deux jours d’une visite du ministre de l’Immigration Eric Besson, prévue jeudi à Calais, où affluent des centaines de migrants illégaux qui cherchent à passer en Grande-Bretagne. Eric Besson entend «faire part de ses analyses et de ses propositions».

Coup dur pour les filières?

«C’est vraiment pour démanteler les filières, c’est une opération de déstabilisation des filières, pour essayer de trouver des passeurs», a indiqué à l’AFP une porte-parole de la préfecture.

Les quelque 200 personnes arrêtées, parmi lesquelles beaucoup se déclarent Afghans, ont été placées en garde à vue à Calais, Boulogne et Lille, selon cette porte-parole, qui indique qu’un périmètre de sécurité important a été déployé autour du campement où se trouvaient les migrants.

«On est coincés, la démocratie fonctionne bien», a ironisé Jean-Claude Lenoir, bénévole du Collectif C-Sur (soutien d’urgence aux réfugiés), maintenu derrière le périmètre. «Depuis huit jours, ça a été des gazages incessants. Ils sont au squat des Afghans, dans la zone des dunes de Calais», a-t-il témoigné, indiquant que des cars de police étaient visibles.

MD (Avec agence)

Les bagarres entre bandes se multiplient: où est passé le « grand karchérisateur » ???

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 11:08


20/04/2009
<!–

.

–>


Crédits photo : AFP

Les heurts entre clans rivaux sont désormais quotidiens en France. Un rapport des ex-RG tire le signal d’alarme.

Les chiffres de la sous-direction de l’information générale (ex-RG) tombent à pic pour nourrir la «table ronde» que Nicolas Sar­kozy présidera mardi à Nice sur le thème de la lutte contre les bandes : les rixes entre groupes de vo­yous ont dépassé, le mois dernier, selon les «grandes oreilles», le rythme moyen d’un affrontement par jour, avec 33 bagarres en mars contre 19 en février. «La police ne re­tient ici que les accrochages les plus graves», précise un expert de l’Ob­servatoire national de la délinquance.

Les innombrables intimidations, les claques, les coups isolés sur la première victime qui passe ne figurent pas dans ce comptage. Mais au moins, ces statistiques permettent-elles de mesurer l’ac­tivité policière face à ce phénomène qui justifie un nouveau plan d’action réclamé par l’Élysée.

Il se­ra porté par une proposition de loi dont le député-maire de Nice, Christian Estrosi, sera le rapporteur. Un texte qui devra être déposé avant le 8 mai pour un examen en juin.

À la suite des 33 bagarres de mars, la police a procédé à 203 in­terpellations. «Ce qui nous in­quiète, ce n’est pas tant le nombre d’affrontements que la violence dont sont aujourd’hui capables ces délinquants», affirme un représentant du Syndicat des commissaires. Car trois voyous sur quatre, parmi ceux interpellés lors de ces affrontements, étaient porteurs d’une arme. «Certains même les fabriquent, en soudant, par exemple, des clous sur un marteau pour réaliser une masse d’arme», confie, effaré, un officier de police des Hauts-de-Seine. À Paris, le pré­fet de police, Michel Gaudin, a engagé une action «arrondissement par arrondissement» pour endiguer la violence des bandes. La Région Ile-de-France concentre 80 % des incidents signalés. Dans la seule capitale, les servi­ces de po­lice ont répertorié «69 points de fixation» où ces groupes, composés de 1 500 individus identifiés, se réunissent ré­gulièrement.

«Le problème n’est pas nouveau et son traitement impose, évidemment, en complément des opérations de police, des actions de prévention, en partenariat avec la ville», estime un haut fonctionnaire du ministère de l’Intérieur.

«Irresponsabilité collective»

Pour l’UMP Christian Estrosi, «il faudra, quoi qu’il en soit, en passer par la loi, car l’esprit de la bande aujourd’hui repose sur l’irresponsabilité collective». Sa solution phare ? Créer un délit de participation à une bande violente passible de trois ans de prison et 45 000 euros d’amende.

Bruno Beschizza, le secrétaire général de Synergie-Officiers affirme que «cet outil répressif manque à la police». «Avec, dit-il, quand six encapuchonnés pulvériseront un pauvre gamin sous l’œil des caméras, il ne sera plus nécessaire de devoir prouver la responsabilité individuelle de chaque agresseur.» Ils seront jugés responsables de leurs actes collectivement. «C’est le seul système vrai­ment dissuasif», assure le po­licier, car, dit-il, «ces délinquants, intelligents, comprendront très vite le message». Et le syndicaliste d’a­jouter : «Bien entendu, il faudra des contrôles».

La vidéo, notamment, permettra de vérifier les dires des policiers. Ce qui n’était pas possible au temps de la loi anticasseurs de 1970.

Source: http://www.lefigaro.fr