Francaisdefrance's Blog

16/04/2009

« C’est pas moi, m’sieur! » Yazid Sabeg n’a «jamais parlé de statistiques ethniques»

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 19:11

16.04.09

C’est vrai qu’il a une bonne tête…  de « diversiteur »… Voilà une bonne chance pour la France…

Yazid Sabeg, devant un buste de Marianne, le 19 décembre 2008 à Paris
Yazid Sabeg, devant un buste de Marianne, le 19 décembre 2008 à Paris/Francois Guillot AFP/Archives

DIVERSITE – Le Commissaire a donné quelques pistes sur le rapport qu’il rendra le 7 mai à Nicolas Sarkozy…

« Yazid Sabeg reste inflexible et l’a fait savoir ce jeudi lors d’une conférence de presse organisée par le club de la presse arabe. Souhaitant répondre à la polémique autour de l’outil de mesure de la diversité qu’il souhaite mettre en place, le Commissaire à la Diversité et à l’Egalité des chances a tenté de désamorcer le débat.

«Je n’ai jamais parlé de statistiques ethniques» a-t-il affirmé, qualifiant celles-ci de «hors sujet» par rapport à l’outil de mesure qu’il proposera à Nicolas Sarkozy lors de la remise de son rapport sur la promotion de la diversité le 7 mai. Outil qui devrait consister en un questionnaire anonyme proposé sur la base du volontariat via lequel les personnes sondées feraient part de leur sentiment d’appartenir à une minorité ou pas.

Ne lui parlez plus de statistiques ethniques

Cette collecte d’informations devrait, selon Yazid Sabeg, permettre de «mesurer les discriminations» et plus tard les progrès accomplis pour les supprimer. «Prétendre que Nicolas Sarkozy ou moi-même voudrions procéder au recensement ethnique de la France et ficher les individus dans des catégories raciales (…) est une caricature scandaleuse» avait-il déjà martelé la veille.

Visiblement irrité que le débat ne porte que sur cette question, Yazid Sabeg a aussi précisé que cette mesure n’occupait «qu’environ 5 pages sur les 100» de son rapport. Mais pas question pour autant de détailler ses préconisations avant le 7 mai, même si l’on sait déjà qu’elles porteront prioritairement sur l’emploi et la formation initiale. «Elles seront réalistes et raisonnables et auront des effets à moyen terme. La plupart seront des mesures de droit commun et d’autres spécifiques, notamment à l’attention des jeunes des quartiers» a-t-il juste indiqué, non sans une certaine langue de bois.

Un simple retard, pas une reculade

Pour l’heure, Yazid Sabeg a déjà ébauché quelques pistes de réflexion en matière d’emploi: expérimentation du CV anonyme dans 100 entreprises privées et dans certaines administrations, conditionnement de l’accès des marchés publics et des subventions à l’obtention du label diversité pour les entreprises, négociation annuelle d’accords de branches et d’entreprises sur la diversité, développement du recrutement par simulation (méthode des habilités)…

L’autre volet de son rapport portera sur l’éducation avec l’ouverture des classes prépa à 30% de boursiers, la mise en oeuvre d’un quota de 5% de salariés en formation en alternance dans les entreprises de plus de 100 salariés à partir de 2010, la création de places en internats pour les collégiens et les élèves des classes prépa… Quant au retard d’un mois de la remise du rapport à Nicolas Sarkozy, Yazid Sabeg a déclaré qu’il n’était dû qu’à une «question de calendrier», coupant ainsi court aux rumeurs évoquant une reculade du gouvernement. »

Agression/vidéo: une plainte déposée par la victime… mais pas contre ses agresseurs !!!

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 19:03

A mon avis, ce jeune n’en n’a pas assez pris dans la gueule…

16/04/2009

.

La victime d’une agression commise dans un bus de la RATP, dont la vidéo a été largement diffusée sur internet, a déposé plainte pour violation du secret de l’enquête et violation du secret de l’instruction, a-t-on appris aujourd’hui de source judiciaire.

Cette plainte, déposée par ses avocats Olivier Laude et Julien Andrez, intervient alors que le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire pour déterminer dans quelles conditions les images de cette agression provenant de la caméra d’un autobus de nuit Noctilien de la RATP avaient été mises en ligne sur internet.

« La vidéo de l’agression est couverte par le secret de l’instruction et n’aurait jamais dû se retrouver sur la place publique », dénonce Me Laude dans un communiqué.

Dans le cadre de l’enquête préliminaire, un policier du Service régional de la police des transports (SRPT) avait été placé en garde à vue par l’Inspection générale des services (IGS, police des polices) avant d’être remis en liberté.

La RATP a de son côté également déposé plainte après la diffusion de la vidéo sur internet. Les images montraient l’agression du jeune homme de 19 ans le 7 décembre vers 03H45 dans le XVIIIème arrondissement de Paris alors qu’il se trouvait dans le bus.

Par la voix de ses avocats, le jeune homme a par ailleurs fait part de son intention de se constituer partie civile, et a dénoncé « les dérives et amalgames que cette affaire pourraient susciter ».

« Pour éviter tout risque de récupération de ce fait divers, la victime déclare ne pas s’associer aux commentaires tendancieux auxquels se sont livrés certains responsables politiques », affirment ses avocats dans le communiqué.

vu sur http://www.lefigaro.fr/flash-actu/

Hadopi et la fin de la liberté.

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 19:00
272
[VIDEO]:

http://www.dailymotion.com/video/x8zi8g_hadopi_news

Non aux décrets ultra-despotiques !!!

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 16:45

La cagoule mise à l’amende en manif: la racaille morte de trouille…

16.04.09
Des manifestants anti-Otan, le 2 avril 2009 à Strasbourg.

Comme prévu, un décret visant à interdire de dissimuler son visage a été transmis au Premier ministre…

Michèle Alliot-Marie n’a pas traîné. Annoncé quelques jours plus tôt, le décret visant à interdire aux personnes participant à des manifestations publiques de dissimuler leur visage, notamment à l’aide de cagoules, a été transmis ce jeudi au Premier ministre.

Le texte prévoit que le fait de cacher son visage pour ne pas être identifié soit «puni de l’amende prévue pour les contraventions de 5e classe: 1.500 euros» (horrible !, non, pitié, pas ça, pas ça !!!) , annonce ce jeudi le ministère de l’Intérieur. Une amende qui passerait à 3.000 euros  (quoi ?, c’est insupportable !) en cas de récidive dans un délais de moins d’un an.

Françaises, Français, dormez tranquille…

Quand va t’on enfin nous pondre de vraies lois contre l’insécurité?  QUAND ???

Extention de la délinquance sur tout le territoire !

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 16:24

[VIDEO]
http://www.youtube.com/watch?v=td3SMKliifc&eurl=http%3A%2F%2Ffr%2Ealtermedia%2Einfo%2F&feature=player_embedded
france-dapres1

Vache à lait : le France va verser 30 millions d’euros pour aider Haïti!

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 16:21

Crise: Français, serrez-vous la ceinture !!!

WASHINGTON (NOVOpress)

La France a décidé d’augmenter son aide à Haïti en promettant 30 millions d’euros (40 millions de dollars) pour 2009, a annoncé mardi la secrétaire d’Etat française aux droits de l’homme Rama Yade au cours de la conférence des pays donateurs à Washington.

« La France a augmenté son aide qui se situait à 12 millions d’euros en 2005 et qui devrait approcher 30 millions d’euros en 2009 », a-t-elle dit mardi soir, ajoutant : « Avec Haïti nous entretenons une relation ancienne, quelque fois tragique, mais l’attachement est resté, la proximité géographique avec les départements français de la Guyane, de la Guadeloupe et de la Martinique, ainsi que la langue »,

« La France sous l’impulsion de Nicolas Sarkozy a décidé que Haïti était une priorité », a indiqué l’avocat Arno Klarsfeld, conseiller au cabinet du Premier ministre français François Fillon et qui accompagnait Mme Yade. Une générosité qu’apprécieront les Français frappés de plein fouet par la crise, alors qu’en septembre 2007 ce même François Fillon avouait : « Je suis à la tête d’un Etat qui est en situation de faillite sur le plan financier ».

Vous filmez des violences, vous risquez la prison… ça calme…

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 16:18

Dans la série: j’ai tout vu mais j’dirai rien…

(Ben oui, c’est défendu…)

Le simple fait de sortir votre téléphone portable pour filmer des violences vous rend complice de ces violences. C’est une loi de mars 2007 reprise dans le Code pénal (art. 222-33-3), qui dit : « est constitutif d’un acte de complicité des atteintes volontaires à l’intégrité de la personne (…) le fait d’enregistrer sciemment, par quelque moyen que ce soit, sur tout support que ce soit, des images relatives à la commission de ces infractions ».

Ainsi, il suffit de filmer ou de prendre en photo des violences pour être « légalement » complice de ces violences. Et si ces actes entraînent le décès de la victime, vous voilà présumé complice d’un meurtre. Et cela même si vous n’avez aucun lien avec les agresseurs.

Au départ il s’agissait de lutter contre le happy slapping (joyeuse baffe), ce comportement de collégiens qui consiste à filmer des scènes violentes pour ensuite en diffuser les images, situation où le plus souvent le « caméraman » est de connivence avec les agresseurs. Mais mine de rien, le législateur est allé beaucoup plus loin : il a créé un délit autonome. Ce que les juristes appellent un cas de présomption légale de complicité.

Ainsi, un badaud filme avec son téléphone portable une agression dont il est le témoin, peu importe ses intentions : il est coupable et il encourt les mêmes peines que les agresseurs. Aucune justification possible, aucune possibilité de preuve contraire. Les faits sont dits irréfragables. Et le quidam se retrouve complice d’un délit ou d’un crime dont il ignore tout. À la merci d’une peine qui peut aller de 3 ans d’emprisonnement (et 45.000 € d’amende) à la réclusion criminelle à perpétuité. Il existe seulement deux exclusions : «  lorsque l’enregistrement ou la diffusion résulte de l’exercice normal d’une profession ayant pour objet d’informer le public ou est réalisé afin de servir de preuve en justice ».

Les journalistes sont donc exclus de ce texte, mais du bout des lèvres. À eux de prouver qu’ils agissaient dans l’exercice de leur profession. Pour un photographe de presse free-lance, pas évident !

Mais de quelles violences parle-t-on ?

Cela vise les crimes et délits prévus aux articles 222-1 à 222-14-1 et 222-23 à 222-31. Autrement dit, violences légères, torture, viol, actes de barbarie, etc. Dans un document paru dans la documentation juridique LexisNexis, Stéphane Detraz, maître de conférences à l’Université Paris XI, nous dit que la définition va bien au-delà de la forme classique du happy slapping, « elle recouvre non seulement ce type de comportement (…) mais également le fait de filmer, par exemple, des violences accomplies sur le mode « humoristique » à l’encontre d’un individu consentant, la rébellion d’une personne contre des fonctionnaires de police – ou, à l’inverse, un « passage à tabac » de leur part – ou encore des bagarres survenant lors d’une manifestation ».

On en arrive à un paradoxe étonnant où une personne qui filmerait des violences policières (illégitimes, s’entend) se verrait poursuivie comme complice des policiers qui ont commis ces violences.

Elle est pas belle, la vie !

Bien sûr, vous vous dites que ce n’est pas possible. Les juges vont apprécier les faits, ne pas appliquer le texte, un peu comme ils le font pour le délit d’assistance. Et dans quelques décennies, on aura sans doute un autre Éric Besson qui nous dira : « En 65 ans d’application de cette loi, (…) personne en France n’a jamais été condamné ».

Quel drôle de pays où les élus pondent des lois sans en mesurer les conséquences, à charge aux juges de s’en dépatouiller !

Si l’on veut rapprocher le Code pénal de l’actualité, on parvient à cette conclusion : à Strasbourg, le manifestant qui a filmé des représentants de l’ordre en train de lancer des pierres peut être poursuivi et condamné si lesdits représentants de l’ordre sont eux-mêmes poursuivis et condamnés*.

Bon, vous me direz, l’enquête est en cours…

La complicité « automatique » ne vise que l’enregistrement. Pour la diffusion des images, le législateur a créé un délit distinct, punissable de 5 ans de prison et 75.000 € d’amende. On pourrait donc penser que le policier qui a diffusé sur Facebook la vidéo d’une agression dans un autobus risque de le payer cher. Mais pas du tout ! Ces images ont été prises par une caméra de surveillance, pour servir de preuves, et dans ce cas l’alinéa 3 de l’article 222-3-3 précise que ledit article « n’est pas applicable ». Cette vidéo peut donc être diffusée sur le Net (ce qui n’est plus le cas, puisqu’elle a été retirée) alors que les vidéos des manifestations anti-Otan tombent sous le coup de la loi et ne devraient pas être diffusées (alors qu’elles y sont toujours). Bizarre, non !

À noter que si l’on applique à ce délit de complicité la définition habituelle de la complicité, le simple fait de prêter par exemple son appareil-photo, peut constituer une « complicité de complicité ». Et pour la clarté du texte, il est bon de rappeler que le complice du complice encourt les mêmes peines que l’auteur principal et ses complices.

Je me demande, en racontant tout ça, si je ne me fais pas le complice de quelque chose…

_____________________________________________________

* Il semble d’après un lecteur juriste confirmé que le filmeur d’une agression pourrait être poursuivi même dans l’hypothèse où les auteurs ne seraient pas identifiés.

En réponse à certains commentaires : Cette loi existe. Je me suis contenté de mettre en exergue son aspect déraisonnable, et à mon avis excessif. A chacun de se forger sa propre opinion. C’est d’ailleurs la ligne de conduite de ce blog, où l’on échange des idées, pas des injures.

vu sur http://www.agoravox.fr/actualites/medias/article/vous-filmez-des-violences-vous-54524

50.000 euros de subventions pour l’association Canal Marches !

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 16:14


14 avril 2009

L’association “Canal Marches” http://www.projets-citoyens.fr/node/156 organise du 14 au 24 avril à Paris une manifestation intitulée «Paroles et Mémoires des Quartiers Populaires».

A peine le vernissage terminé, le mercredi 15 avril commence en fanfare avec  “Paroles de Sans Papiers”… et vous l’aurez compris, tout est à l’avenant (programme en PDF) (ou ici) . Entre les clips “réalisés avec des rappeurs”,  les films sur les “salariés clandestins de Véolia”, les interventions de X ou Y, “auteurs de La Chasse aux enfants, écrit avec des militants du RESF”, la “saga du mouvement beur“, et les “débats animé par Machin du site RESF“, c’est tout le ban et l’arrière-ban de l’ultra-gauche immigrationniste et sans-papiériste qui s’est donnée rendez-vous pendant 10 jours à la “Maison des Métallos”, un “établissement culturel de la ville de Paris“.

L’on aurait apprécié toutefois que la manifestation ne bénéficie pas de subventions publiques (voir cette page) de la région Ile de France…

Un petit tour sur le site de “Canal Marches? Sans surprise. Un “concert de soutien aux sans-papiers”,  la projection de “Paroles de sans papiers”, et des “Actualités citoyennes”  (voir le dictionnaire de novlangue).

En cherchant un peu sur internet, vous trouverez d’ailleurs rapidement d’autres sources de subventions publiques (voir page cache) :

Si vous vous êtes demandés un jour comment pouvaient bien vivre les groupsucules d’extrême-gauche qui ne cessent de vous faire la morale, vous avez peut-être un début de réponse.

Point positif : la parole vous est donnée… Du 14 au 26 avril 2009 à 17h30, une Cabine vidéo d’Expression libre permet la saisie immédiate de “témoignages, de paroles, de coups de gueule, d’appels”… Servez-vous en.

vu sur http://www.fdesouche.com/articles/35411

Toulon: tabassé à la sortie du bus : ses sept agresseurs déférés; quand-même ???

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 16:03

Encore le fait de « chances pour la France »?   Et oui…
vendredi 10 avril 2009
Un garçon de 17 ans a été agressé, lundi dernier, au niveau de l’arrêt de bus de la place Béguin par une bande de sept « jeunes ».

Sept jeunes, âgés de 16 à 18 ans, ont été déférés, hier, devant le parquet pour des violences aggravées commises sur un mineur de 15 ans. Lundi après-midi, lorsque Laurent (1), 17 ans, emprunte la ligne 40 d’un bus de la RMTT, au niveau de la Closerie, il ne se doute pas que son voyage va s’achever sur une bastonnade. Après quelques minutes de transport, l’adolescent est roué de coups par une bande de jeunes. Une interruption temporaire de travail de 8 jours a d’ailleurs été dressée par un médecin au regard de ses blessures.

Ce jour-là, Laurent effectue un trajet sur une ligne qu’il a l’habitude d’emprunter. Non loin de lui, un jeune passager l’indispose avec une musique poussée à un volume excessif. Laurent lui fait remarquer. Et là, la situation commence a dégénéré. Le « mélomane » ne s’adoucit pas. Bien au contraire.

La musique était trop forte

La tension monte. Des noms d’oiseau fusent. La remontrance ne plaît pas et l’individu commence à pianoter un texto sur son téléphone portable.

Alors que le bus s’apprête à marquer un arrêt à sa destination, sur la place Béguin, Laurent aperçoit un regroupement de « jeunes ». Il ne se méfie pas. Du moins jusqu’au moment où il commence à descendre du véhicule. Il comprend immédiatement que ce comité d’accueil lui est réservé. L’amateur de musique forte semble avoir prévenu quelques camarades…

Lorsqu’il tente de remonter à l’intérieur du bus, il est tiré par l’un des individus sur la chaussée. Et là, les coups pleuvent. Jusqu’à l’arrivée salvatrice des policiers de la brigade anti-criminalité.

Le jeune homme s’en sort avec le nez cassé, des fractures et un saignement des oreilles susceptibles de générer des séquelles importantes.

Identifiés grâce aux caméras

Équipé en caméra de surveillance, le bus de la RMTT donne la possibilité aux enquêteurs du groupement d’appui judiciaire du service de la Division nord (Saint-Jean-du-Var) d’identifier rapidement quatre individus. Trois autres auteurs présumés des violences ont été interpellés, en début de semaine.

Lors des auditions, les sept jeunes auraient reconnu leur participation à ces violences en réunion avec pour seule explication : une envie de se venger de Laurent. De celui qui avait osé réclamer de mettre le son moins fort.

Déféré, hier matin, devant un magistrat, les sept individus pourraient comparaître prochainement en justice devant le tribunal correctionnel. (Et être rapidement libérés, sinon c’est du … RACISME !!!)

(1. Le prénom de la victime a été modifié.)

TESTING: Concours de police invalidé pour cause de discrimination raciale !

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 15:28
MAM réaffiche sa préférence non-nationale… Avec la complicité de la HALDE, cette fois-ci et les méthodes de SOS-Racisme… On est mal…

drapeau-francais-brule1

PARIS (AFP)

Le Conseil d?Etat a cassé le vendredi 10 avril les résultats du concours interne 2007 des officiers de police, s’agissant de l’élimination d’un candidat, après la plainte de ce candidat, gardien de la paix dans les Yvelines pour discrimination raciale.

« La délibération du 5 octobre du jury du concours interne d’officier de la police nationale est annulée », a décidé le Conseil d’Etat, qui a par ailleurs enjoint l’Etat à verser 3.000 euros au plaignant, Abdeljalel El Haddioui.

Interrogée jeudi sur France Inter, la ministre de l’Intérieur Michèle Alliot-Marie a assuré qu’elle se conformerait à la décision du Conseil d’Etat.

« Nous allons bien entendu tenir compte de la décision du Conseil d’Etat », a-t-elle déclaré.

Le 27 septembre 2007, un policier des Yvelines est passé devant le jury du concours interne, a détaillé France Info, citant France Bleu Ile-de-France, qui a révélé l’information. Il faisait partie des 50 candidats admissibles pour 27 postes à pourvoir.

Recalé à l’oral, le policier a saisi la Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité (Halde) et le Conseil d?Etat pour discrimination raciale à l’embauche, selon la radio.

« Il ressort des pièces du dossier que, lors de l’entretien d’évaluation qui était au nombre des épreuves d’admission subies par M. El Haddioui, le jury lui a posé plusieurs questions portant sur son origine et sur ses pratiques confessionnelles ainsi que sur celles de son épouse », confirme l’arrêt du Conseil d’Etat.

Ces questions — « dont il n’est pas sérieusement contesté par l’administration qu’elles aient été posées » — « révèlent une méconnaissance du principe d’égal accès aux emplois publics », conclut le Conseil.

« Je crois qu’il y a des interprétations qui peuvent être faites », a nuancé Michèle Alliot-Marie. « Je vous rappelle qu’il y a un grand nombre de policiers qui sont de confessions diverses et qu’il n’y pas de discrimination en l’espèce parce que nous sommes dans un pays où la liberté religieuse est un principe fondamental ».

« Dans tout corps social quel qu’il soit (…) il peut y avoir des personnes qui ne respectent pas les lois », a-t-elle souligné.

« Ce qui est important pour l’honneur mais également pour la crédibilité du corps et pour la confiance qu’on lui fait, c’est qu’il y ait des sanctions quand il y a des problèmes », a-t-elle conclu.

Maltraitance. Huit victimes de parents «illuminés»… musulmans…

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 15:20

Vive la « diversité » !

16 avril 2009

Ils voulaient les «purifier»: un couple de musulmans (et oui, encore eux…) a été mis en examen, hier, à Perpignan pour avoir maltraité et privé de nourriture leurs huit enfants, âgés de 7à 17 ans.

<!–
OAS_AD(‘Position1’);
//–>

L‘alerte a été donnée vendredi dernier par des voisins dans une cité de Banyuls-sur-Mer (Pyrénées-Orientales). lls venaient de voir un garçon de 13ans d’une famille de huit enfants fouiller dans une poubelle pour se nourrir. Surtout, l’adolescent, «d’une extrême maigreur, grelottait, pieds nus, avec des engelures, des traces sanguinolentes sur le visage», a expliqué hier Jean-Pierre Dréno, le procureur de Perpignan. Il ne pèse que 32kg pour 1,65m.

Les filles ne pèsent que 22 kg

La police est intervenue samedi matin. Le garçon a immédiatement été hospitalisé pour malnutritution. Comme deux de ses soeurs. Âgées de 13ans et demi et 15, elles ne pèsent que 22kg. Les cinq autres enfants de la famille ont été placés dans un centre d’accueil. Le père de famille, d’origine marocaine, et son épouse, d’origine slave, âgés de 49 et 50 ans, auraient expliqué vouloir «purifier» leurs enfants au nom de la religion musulmane. «Ça va bien au-delà de la pratique religieuse rigoureuse», a déclaré le procureur, qualifiant le père «d’illuminé», avec un fonctionnement «qui s’apparente à celui d’une secte». Ils auraient expliqué «qu’un régime alimentaire s’impose» notamment pour la réussite de l’éducation, a précisé le magistrat. Lors de la perquisition du domicile, les gendarmes ont découvert un logement «spartiate, sans mobilier, des chambres sans lit, avec des couvertures en guise de matelas, le frigo presque vide», selon Jean-Pierre Dréno.

Frappé pour avoir volé une poignée de sucre

Concernant les blessures de l’adolescent, il aurait déclaré «qu’il venait de subir une correction parce qu’il avait volé une poignée de sucre en poudre». Sa mère l’aurait violemment frappé avec un bâton et un pot de verre. Son père aurait également expliqué qu’il fallait le rééduquer, car «il était un peu habité par le mensonge». «Le fait qu’il ait maigri était un bon signe», aurait-il ajouté. Des châtiments corporels auraient été infligés aux enfants «lorsque les règles qui étaient dictées par le chef de famille n’étaient pas respectées», a ajouté le procureur. Les deux parents ont été mis en examen et écroué, lundi soir, pour privation d’aliments et de soins au point de compromettre la santé des enfants mineurs, pour manquement à leurs obligations légales et violences habituelles sur mineurs.

Source: http://www.letelegramme.com

Prosélytisme « autorisé » à l’université de Nantes.

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 15:14

jeudi 16 avril 2009

cachePubVide(‘pubDetailArt’);

Des ouvrages religieux ont été envoyés par un mouvement islamique à plusieurs personnes de l’université, courant mars.

Des enseignants et personnels administratifs de l’université de Nantes ont reçu, en mars, des manuels intitulés « Mohamed, le messager d’Allah », d’Abdurrahman Al-Sheha, ou « Le Coran et la science moderne sont-ils compatibles ? », du docteur Zakir Abdoul Karim Naik.

Quinze ouvrages, écrits en français, ont ainsi été envoyés à des personnels de l’UFR Droit, neuf à la fac de Sciences et quelques-uns à la présidence. Tous ont été envoyés nommément : sur l’enveloppe figuraient le nom du destinataire et sa fonction. Pas d’erreur, sauf pour une personne, plus à l’université depuis longtemps.

Quelques jours auparavant, l’université avait également reçu sur sa boîte aux lettres électronique des courriels en allemand et en arabe sur la crise financière et l’islam.

D’après une note des services de renseignement français, il s’agirait d’une opération de prosélytisme islamique menée par le mouvement Jamaat al-tabligh, dans plusieurs universités de France. Ce mouvement, créé en 1927 en Inde par Muhammad Ilyas, se veut missionnaire de l’islam. On surnomme parfois ses membres « Témoins de Jéhovah de l’Islam », parce qu’ils ont l’habitude de faire du porte à porte pour transmettre leur message.

Si cette opération, qui a visé d’autres universités, surprend, elle n’est cependant pas répréhensible… Ben voyons; laissons-nous islamiser en baissant la tête…

Islam : l’UOIF attaque les institutions juives de France !

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 14:57

16/04/2009

Au cours de son rassemblement annuel au Bourget, l’organisation proche des Frères musulmans a dénoncé leur «aliénation aux côtés de l’oppresseur israélien».

Fouad Alaoui, vice-président de l'UOIF.
Fouad Alaoui, vice-président de l’UOIF. Crédits photo : Le Figaro

Longtemps, l’UOIF s’est défendue. Accusée d’importer en France l’islam fondamentaliste des Frères musulmans, dont elle est proche, l’Union des organisations islamiques de France est également soupçonnée de favoriser le communautarisme. Des années de participation au Conseil français du culte musulman ne l’ont pas lavée de ce soupçon. Alors l’UOIF a changé de stratégie. Avec une cible hautement symbolique, le Crif. Les communautaristes ne seraient pas les musulmans, mais bien les juifs regroupés dans le Conseil représentatif des institutions juives de France, martèle à présent l’Union. «Les musulmans de France, à l’instar de l’immense majorité des citoyens ont très mal perçu l’aliénation inconditionnelle des autorités juives de notre pays aux côtés de l’oppresseur israélien», a lancé samedi son vice-président Fouad Alaoui, à l’occasion du rassemblement annuel de l’organisation au Bourget. Il avait opinément placé la question «palestinienne» au cœur de son message. Pour mieux s’en prendre au «projet sioniste» qui repose, dit-il, «sur la négation de la Palestine». Une façon détournée de condamner l’existence même d’un État juif.

Nombreuses accusations

«Cette rhétorique est hélas connue», affirme Richard Prasquier, le président du Crif. «C’est celle du Hamas. N’oublions pas que leur charte ne reconnaît pas Israël et prévoit de tuer les Juifs. Or le Hamas est la branche palestinienne des Frères musulmans et l’UOIF, leur représentant en France. Il y a une logique», assure Richard Prasquier.

Depuis l’offensive israélienne sur Gaza, l’opposition entre propalestiniens et proisraéliens a abandonné le terrain des subtilités diplomatiques pour enflammer la place publique. Le gouvernement a bien tenté d’imposer une réconciliation, alors que les actes antisémites se multipliaient en janvier, mais sans y parvenir. L’UOIF est entrée en campagne, appelant à manifester et affichant sur son site, «une galerie de photos de la barbarie israélienne». En retour, le Crif a, lui, organisé une manifestation de soutien à Israël et fermement critiqué l’UOIF au cours de son traditionnel dîner début mars.

Depuis, les accusations se poursuivent. Comme si le temps du dialogue paisible entre juifs et musulmans était révolu. Dalil Boubakeur, le recteur de la mosquée de Paris, l’ancien président du Conseil français du culte musulman vient d’en faire les frais. Il s’est récemment déclaré «ami des juifs» dans une revue israélienne, suscitant, affirme-t-il, des réactions hostiles dans les pays arabes et jusqu’en France. «La préfecture a autorisé une manifestation vendredi d’un groupe “Cheikh Yassine” devant ma mosquée», se plaint-il. «Affirmer son amitié au peuple juif vous expose aujourd’hui à la vindicte de groupes musulmans», regrette cette figure de l’islam modéré.

L’UOIF a longtemps louvoyé. Depuis sa création, par des étudiants venus du Maghreb en 1983, jusqu’à son intronisation dans le CFCM en 2003, elle a évité les polémiques sur les Juifs et Israël. Elle avait pris ses distances avec Tariq Ramadan, lorsque le prêcheur avait listé et qualifié des intellectuels français, d’intellectuels juifs. Tout comme elle avait désapprouvé, du bout des lèvres, un de ses prédicateurs, Hassan Iquioussen, qui dans une causerie enregistrée avait accusé les juifs de tous les maux. Depuis, Iquioussen comme Ramadan, sont de retour au rassemblement du Bourget. Et l’UOIF qui souffre d’un «complexe du Crif» selon le politologue Vincent Geisser, espère engranger un peu de la notoriété de sa rivale, en l’attaquant. Au risque d’être toutes deux réduites à de simples lobbys communautaires.

Encore un avantage de l’immigration et de ses coutumes barbares…

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 14:55

Excision : comment les médecins réparent le clitoris

LEMONDE.FR | 15.04.09


Entre 55 000 et 65 000. C’est le nombre de filles et de femmes victimes de mutilations sexuelles ou menacées de l’être en France. Pour lutter contre ce fléau, la secrétaire d’Etat à la solidarité, Valérie Létard, a lancé une campagne de sensibilisation mardi 14 avril. Affiches et brochures d’information invitent les femmes à « briser la loi du silence » en leur rappelant que « la loi française est applicable à toutes les jeunes filles, quelle que soit leur origine ethnique ».

Henri-Jean Philippe, chef du service de gynécologie-obstétrique au CHU de Nantes et président de l’association Gynécologie sans frontières, pratique la reconstruction du clitoris. Principales mutilations : l’excision – ablation de la partie externe du clitoris – mais aussi l’infibulation – suture des grandes ou petites lèvres de la vulve. Pour le médecin, cette « maladie » possède une triple dimension, médicale, psychologique et culturelle, qui nécessite une prise en charge globale des patientes.

L’existence d’un acte chirurgical visant à réparer l’excision prouve qu’il s’agit d’une véritable « mutilation », souligne Henri-Jean Philippe. Ses conséquences sur la santé sont désastreuses, à court et long terme, qu’il s’agisse d’infections, de difficultés à avoir des rapports sexuels ou à accoucher. Sans compter les jeunes filles qui décèdent suite à cette pratique.

Des répercussions sexuelles peuvent aussi survenir, selon l’âge ou est pratiquée l’excision. « Les filles qui l’ont subie à 2 ou 3 ans vont débuter leur sexualité sans clitoris. Il n’y aura donc pas d’avant et d’après, explique le médecin. Au contraire, si une femme est excisée autour de 12 ou 14 ans, sa vie sexuelle est totalement détruite. »

Seule solution : l’opération chirurgicale. Elle consiste à pratiquer une incision du pubis afin de « dégager » le reste du clitoris, enfoui sous la cicatrice liée à l’excision. Cet acte, qui dure en moyenne une demi-heure, permet aux femmes de récupérer la sensibilité du clitoris, trois à six mois plus tard,  dans plus de deux tiers des cas.

Henri-Jean Philippe insiste sur l’importance de sensibiliser les femmes excisées pour éviter qu’elles ne pratiquent à leur tour des mutilations sur leurs filles.



Remaniement: Sarkozy s’agace, le têtes vont tomber mais toujours pas la bonne: la sienne

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 14:50


Mercredi 15 Avril 2009


leJDD.fr

Nicolas Sarkozy a tapé du poing sur la table mercredi en conseil des ministres. Selon Luc Chatel, porte-parole du gouvernement, le chef de l’Etat a jugé « ridicules et décalés » les « états d’âme » étalés dans les médias par certains de ses ministres. La cause de cette cacophonie dans les hautes sphères de l’Etat: le remaniement gouvernemental attendu dans les prochaines semaines.

Et si c’était la faute de Claude Guéant? En annonçant début avril la perspective d’un remaniement ministériel « à mi-mandat« , le secrétaire général de l’Elysée a provoqué, volontairement ou non, une certaine frénésie dans les rangs gouvernementaux. Et si le bras droit de Nicolas Sarkozy avait affirmé, au micro de BFM, que « la constitution d’un gouvernement, est une alchimie subtile« , l’idée donne pour l’instant lieu à une bruyante cacophonie. Que le chef de l’Etat affirme ne plus pouvoir supporter. Mercredi, en conseil des ministres, il s’est d’ailleurs montré clair en demandant à ses ouailles de mettre un terme à ces « positionnements » ou « états d’âme » à ses yeux « ridicules et décalés« . Les invitant à se concentrer exclusivement « sur les préoccupations des Français« , le président de la République leur a réclamé « sang-froid, calme et maîtrise« , a révélé le porte-parole du gouvernement, Luc Chatel lors de son traditionnel point presse.

Séguin « candidat à rien« 

Si la mise au point a le mérite de la clarté, rien ne permet d’affirmer qu’elle sera suivie d’effets. D’abord parce que la perspective d’une valse des portefeuilles est bel et bien réelle; ensuite, parce que depuis plusieurs semaines, la machine à rumeurs tourne à plein régime. Avec, crise oblige, une tendance prononcée pour le retour de poids lourds de la politique à des postes-clés. Alain Juppé et Philippe Seguin (ainsi que Claude Allègre en gage d’ouverture) correspondraient aux profils recherchés à l’Economie ou à la Justice, chacun répondant à sa manière aux sollicitations supposées. « Prêt à mettre son expérience au service du pays« , le maire de Bordeaux, très éphémère ministre de l’Ecologie au printemps 2007, a fait implicitement acte de candidature. Pour l’ancien président de l’Assemblée nationale, la situation semble un peu plus compromise. « Candidat à rien« , comme il le révèle dans les colonnes de L’Express, le président de la Cour des Comptes affirme vouloir aller au bout de son mandat. Même si « je mentirais en disant qu’on n’est pas flatté de lire son nom ici ou là« , reconnaît-il toutefois…

Mais, mercredi, Luc Chatel n’a laissé planer aucun doute: c’est bien au sein même du gouvernement que les problèmes se posent pour le chef de l’Etat. S’il est acquis que le ministère de la Justice et celui de l’Agriculture vont changer de tête (Rachida Dati et Michel Barnier embarqués dans la bataille des européennes, doivent en effet céder leur fauteuil), d’autres maroquins font l’objet d’intenses convoitises. Selon Le Figaro, Nadine Morano ne se serait pas privée de réclamer au chef de l’Etat un super-ministère regroupant Famille – son actuelle affectation – et Education, pour l’heure prérogative de Xavier Darcos.

Refroidi par l’échec du projet de loi Hadopi (après les couacs sur les textes OGM ou audiovisuel public) Roger Karoutchi pourrait ne pas être reconduit à la tête du secrétariat d’Etat chargé des Relations avec le Parlement. Quant à Valérie Pécresse, la fronde des enseignants-chercheurs pourrait également lui être fatale au ministère de l’Enseignement supérieur. A l’étroit au ministère de la Ville, Christine Boutin aurait elle des vues sur la Chancellerie, comme, toujours à en croire Le Figaro, Jean-Louis Borloo, Xavier Darcos – qui s’en est défendu mercredi matin sur RMC – ou Luc Chatel (également pressenti à l’Agriculture) Bien seul au-dessus de cette mêlée, François Fillon serait lui bel et bien assuré de conserver sa place à Matignon. L’exception à la règle.

Source: http://www.lejdd.fr