Francaisdefrance's Blog

12/11/2011

Enfin! Un violeur multirécidiviste prend 30 ans de prison… Mais il n’en fera que 20, tout au plus.

On n’y croyait plus… Peut-être l’effet médiatique de l’affaire de la petite Océane (pauvre gamine…)? Comme si il avait fallu attendre des horreurs pareilles pour s’intéresser de plus près à ces violeurs multirécidivistes qui traînent toujours dans nos rues car "soumis à un suivi médico-judiciaire"… On voit ce que ça donne.

Une justice plus expéditive serait le remède; mais ça, "on" s’insurge quand je l’évoque. Alors laissons les violeurs de ce genre se balader tranquillement dans nos villes. Mais si un jour, un "Bouzhour" ou autre malade s’en prenait à quelqu’un de ma famille, je pense qu’il n’arriverait pas jusqu’à son jugement… La justice se doit d’être BIEN faite!

FDF

.

La cour d’assises a très lourdement condamné, Hicham Bouzhou un violeur récidiviste, mercredi soir. Jugé à huis clos, Hicham Bouzhour, un Montpelliérain de 35 ans, a écopé de trente ans de réclusion criminelle : Il ose nier les faits!
Et la récidive pour laquelle il vient d’être condamné est quasiment identique.

Nuit de cauchemar
Il l’a étranglée à deux reprises et l’a violée toute la nuit sur le palier de son immeuble
Toujours dangereux :  en 2000, il avait violé une jeune femme durant une nuit entière.
"Les expertises ont montré qu’il peut encore être dangereux lorsqu’il boit, que l’on n’est donc pas à l’abri d’une récidive.
Hicham Bouzhour, déjà condamné à vingt reprises essentiellement pour des faits de violences, souffrant d’un alcoolisme lourd et chronique.

VOILA UNE PREUVE DE PLUS, SI BESOIN ÉTAIT QUE, POUR CES PERSONNES Là, LA FEMME  EST JUSTE UN OBJET  SEXUEL, et JUSTE UNE CITOYENNE DE SECONDE ZONE   comme  dit dans leur livre de la haine.
VOILA, MESDAMES,  ce que vous réserve la sharia   et l’islam,  alors battons nous pour ne pas laisser entrer ces horreurs  sur nos terres

JC JC…

________________________________________________________________________________________________________________________________



La cour d’assises a très lourdement condamné un violeur récidiviste, mercredi soir. Jugé à huis clos, Hicham Bouzhour, un Montpelliérain de 35 ans, a écopé de trente ans de réclusion criminelle, assortis d’une peine de sûreté de vingt ans durant laquelle il ne pourra pas demander de libération conditionnelle. Et à sa sortie – pas avant 2031 donc – il sera encadré par un suivi sociojudiciaire.

Il ose nier les faits
Jusqu’au bout, l’accusé a nié les faits, affirmant que la victime était consentante, sans convaincre personne, son avocat n’osant même pas demander l’acquittement. Condamné à vingt-deux reprises par la justice, souffrant de graves problèmes d’alcool, il avait déjà écopé de huit ans de prison devant cette même cour d’assises de l’Hérault : dans un squat, aux Beaux-Arts, en 2000, il avait violé une jeune femme durant une nuit entière.
Récidiviste
Et la récidive pour laquelle il vient d’être condamné est quasiment identique. Dans la nuit du 10 juin 2009, cours Gambetta, il se jette sur une femme de 32 ans, qui rentre chez elle en vélo. Alors qu’elle pénètre dans son immeuble, il la saisit par le cou et lui dit, selon le récit de la victime à la barre : "Je vais t’égorger et demain on parlera de notre histoire dans Midi Libre."
Nuit de cauchemar
Il l’a étranglée à deux reprises et l’a violée toute la nuit sur le palier de son immeuble, essayant même de la jeter dans l’escalier. Terrorisée, sans défense, la jeune femme a vécu un cauchemar dont elle restera marquée à vie.
"Le calvaire qu’elle a vécu a duré six heures, c’était une séance de torture et, pour elle, la vraie crainte était de mourir, explique son avocat, Me Mickaël Poilpré. Elle a eu tellement peur de mourir que le viol était accessoire, ça faisait partie du décor qui allait l’amener irrémédiablement à la mort."
Car elle a certainement sauvé sa vie en adoptant un double comportement. D’abord, en laissant faire son agresseur sans tenter de se défendre trop. Les experts psychiatres ont confirmé qu’il aurait pu la tuer si elle avait trop résisté. Ensuite, les faits se déroulant dans la pénombre, elle a refusé de voir son visage de peur qu’il lui reproche de pouvoir le reconnaître et donc qu’il décide de l’éliminer.
ive. Et il n’a pas reconnu le statut de victime à la plaignante", avance de son côté l’avocat général Jean-Jacques Planchon, qui a requis et obtenu ces trente ans de réclusion.

Source: http://www.midilibre.fr

Thème Rubric. Create a free website or blog at WordPress.com.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 399 followers